AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alone ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Alone ~   Jeu 27 Mar 2008 - 19:42

Lyz déboula en courant dans l'obscurité menaçante du cimetière. Les tombes semblaient briller d'une lueur blanchâtre. Elle n'y fit pas attention, s'affalant sur la première venue. Elle était fatiguée, il lui fallait se reposer un instant. Le monstre n'était pas ici, il n'y avait personne. Seule. Elle était bien ici... Elle sortit un paquet de chips, et les mangea en se disant avec amertume que c'était peut-être les derniers. Le vent soufflant dans les branches, faisait un bruit lugubre, donnait à ce lieu une atmosphère encore plus effrayante que d'ordinaire. Elle rangea son paquet de chips dans son sac, et rejeta la tête en arrière, pour se rasseoir normalement quasiment tout de suite. Quelque chose lui faisait mal dans sa main.. Elle ouvrit son poing serré de toutes ses forces - heureusement, c'était dans la main à fouet et donc sans lames - et y découvrit un bout de miroir. Ah oui c'est vrai, elle l'avait ramassé vite fait avant de s'enfuir. Fuir le monstre et ses longs crocs pointus qu'elle avait vu briller dans la semi-obscurité, surtout. Bon. Elle avait.. Euh.. euh.. Elle avait des possibilités, voilà.
Première possibilité : mourir. Simple, rapide. Elle pourrait toujours demander à quelqu'un de la tuer. Mais bon, elle ne voulait pas mourir. Elle aimait la vie. C'était une de seules choses qu'elle aimait d'ailleurs. Et ce, depuis qu'elle était dans le Pensionnat Interdit. C'est pour ça qu'elle n'en voulait pas trop aux créateurs de ce truc loufoque de les faire s'entre-tuer. Elle leur devait trop.
Deuxième possibilité : tuer tout le monde, tout de suite. Facile à dire, plus dur à faire. Ils étaient quand même une quinzaine.. Contre eux, même avec toute sa quincaillerie, elle ne tiendrait pas longtemps. Elle poussa un soupir. C'était tout de même la possibilité la plus alléchante.
Dernière possibilité, à moins de bien se cacher [ ce qui attirerait avec beaucoup de chances le monstre ], c'était de s'allier. Mais avec qui ? Deux personnes maximum, bien sûr. Sinon, il y en aurait bien un qui mourrait, et il y aurait toujours une chance, même infime [ et vive l'égocentrisme \o/ ] que ce soit elle. Deux personnes pas trop nulles [ mais pas trop fortes pour éviter les traîtrises ] et qui ne comptaient pas trop sur elle. Oui ça serait bien.
Elle poussa un soupir, et prit son visage dans ses mains, contemplant l'horizon, parsemé de quelques tombes, attendant la perle rare, un petit allié parfait, ou une pauvre petite chose à battre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Jeu 27 Mar 2008 - 23:39

Quatre lettres, des morceaux miroirs, trois personnes, tout le monde, une nuit peut-être plus, l’extérieur, le dehors, et le froid. Voilà tous les ingrédients qu’il fallait pour créer une sorte de course folle mentale et physique chez Rémy. On ne le voyait pas vraiment courir, il allait assez vite, mais encore, il n’y avait personne pour le regarder aller aveuglément entre les arbres.

Pendant que son regard agité balayait le sol à la recherche d’endroits relativement sûrs où il pourrait poser le pied suivant, il avait l’esprit songeur, ce qui le rendait aveugle et sourd. Il n’entendait que le battement accéléré de son cœur, il n’avait pas eu à courir depuis bien longtemps, le geste lui semblait mal synchronisé.

Quatre lettres, un miroir éclaté, trois personnes, tout le monde… Quand il se crut assez loin, il ralentit. Ses pieds nus étaient gelés déjà et endoloris pour avoir pilé sur des racines tordues ou d’autres traîneries dignes de la forêt.

* Tuer, quatre lettres. Une dizaine de morceaux de verre et trois survivants…*

Il n’y avait pas de liens qui lui venaient à l’esprit, il devait faire fausse route. Il pencha la tête pour contempler le petit éclat dans sa main gauche.

*Ma vie s’y résume… c’est nul.*


Il vivait et aimait bien cet état. Qui n’était pas comme lui? Il le défiait de parler à l’instant. Rémy était bel et bien seul pourtant, marchant sans trop regarder où il allait. Un oiseau nocturne cria au loin. Un déchirement dans la noirceur et dans la fraîcheur, mais en rien comparable à la crevasse immense qui venait de scinder son cœur et ses pensées. Il fallait être réaliste, il n’avait aucune chance de s’en sortir, il ne connaissait personne. Il allait se faire tuer, et peut-être même sans mots d’excuse parce qu’il n’en valait probablement pas la peine. Il était inconnu, une sorte de parasite qui jouait parfois à l’hôte en accueillant un ou deux nouveaux pensionnaires… Il s’arrêta et regarda en arrière de lui. Allait-on le poignarder dans le dos? Ne voyant pas un chat, il se remit en marche. Mieux valait ne pas trop s’attarder dans le coin, il craignait la bête.

Sa parcelle de miroir brilla soudain dans la nuit. Un éclat bleuté arriva à ses yeux. Allait-il tuer cette nuit?

Le jeune fermier releva la tête. La lueur de la lune avait attirée son attention. Rémy ne se trouvait plus dans la forêt, mais dans ce qui ressemblait horriblement à… un cimetière!

*Ici? Pourquoi? Suis-je voué déjà à une mort prématurée?*

Les rangées de pierres s’alignaient comme des soldats allant au front. L’adolescent fut parcouru d’un frisson le long de son dos peu couvert. Il avança au milieu des monuments. À chaque pas qu’il faisait, la luminosité des astres semblait s’évader, lui échapper pour le laisser seul… Les pierres conservaient bizarrement leur éclats, comme si des murs d’étoiles masqués d’un voile venaient former une route pour le garçon de seize ans. Il y avait quelqu’un non loin de lui, il avait entendu une sorte de soupire. Rémy voulut faire demi-tour, mais ce faisant, la terre sous ses pieds fit un bruit de raclement. Il avait sans doute été repéré par présence, mais son emplacement restait peut-être incertain. Rém espérait qu’il faisait suffisamment sombre pour qu’on ne le voie pas, mais avec sa camisole blanche, les chances étaient plutôt minces.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Ven 28 Mar 2008 - 18:33

Lyz, attentive au moindre bruit, avait bien sûr remarqué le jeune homme. Pas très discret... Elle poussa un soupir quand il se dissimula du mieux qu'il put.. Un trouillard, en plus. Bon.. très bien.. Soupirait à nouveau, elle se leva de la pierre tombale où elle était, bizarrement, confortablement assise, et s'approcha du lieu approximatif où devait se trouver le jeune homme. Elle regardait partout, sensible au moindre bruit. A côté d'elle, à sa gauche... Le bruit d'une respiration. Elle jeta un regard en biais au lieu d'où celle-ci provenait. Là, on voyait briller une chemise blanche [ lavée avec Le Chat ™ 8D ] et, étrangement, il y avait une personne qui la portait. Etrangement, oui.
Elle sauta sur lui, le plaquant à terre et sortant ses griffes. En voulant les planter dans son cou, elle se rendit compte qu'elle ne pouvait pas.
Un mot s'imposa à son esprit, sans trop qu'elle sache d'où il vienne " Duel ".
Un vrai duel. Pas vite le saigner et puis s'en aller. Et puis pouvoir fuir, peut-être. Avec honneur. Ne pas mourir comme un moustique écrasé à la va-vite. Et surtout, que le meurtrier puisse reculer. Elle eut envie de mourir, d'un coup. Elle allait tuer ce garçon... juste pour vivre.
Puis elle secoua la tête. Elle valait mieux que lui, sûrement. Mais quand même... Elle se releva, et lui adressa une grimace en guise de salutation :


J'ai l'honneur de t'annoncer que je veux que tu meures. Si tu pouvais te lever, ça m'arrangerait, merci.

Elle eut un sourire tordu, une volonté implacable dans son regard anthracite. Elle ne reculerait plus. Elle voulait sortir de ce jeu immonde. Quitte à être immonde elle-même. Elle l'était déjà, un peu plus, un peu moins.. Si elle ne tuait, elle serait tuée. La meilleure défense c'est l'attaque. Elle ne laissait pas le choix au jeune homme. Pas verbalement, en tout cas. Il pouvait toujours fuir. En courant très vite, quand même. Il fallait qu'il comprenne que s'il ne faisait rien, il avait beaucoup de chances d'être bouffé d'un coup par le monstre. Il lui semblait qu'elle lui rendait service en lui proposant ce défi. Vivre ou mourir. Au moins c'était simple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Sam 29 Mar 2008 - 1:31

On aurait pu mettre un sifflement de bouilloire en fond sonore, et ça aurait été parfait. Rémy ne regardait pas dans la bonne direction premièrement… Il n’avait rien entendu venir. C’était une présence plus chaude que l’air ambiant qui l’avait fait tourné la tête. Mais peut-être n’aurait-il pas dû? Une sorte d’animal géant venait de lui sauter dessus, dans son élan, l’entraînant au sol. Quand Rémy s’écrasa sur le dos, il doutait bien que sa camisole n’était peut-être plus aussi blanche XD pensait que c’était ça le monstre. Une peur bleue, dans l’obscurité et qui vous plantait ses griffes dans la peau en moins de deux.

Mais non, l’adolescent avait les yeux fermés, attendant que toutes les pointes le transpercent. Rien ne vint. Tout cela s’était passé si rapidement, il ouvrit les yeux, dévoilant deux pupilles noires, agrandies par le manque de lumière, le manque de sécurité.

- Hey!

C’était une fille, non une bête. Du moins… Il y avait une sorte d’absence dans les yeux de la demoiselle. Il ne l’avait jamais vu, ils ne se connaissaient pas, la perte de l’un pour l’autre n’avait d’égale que la perte de l’autre pour l’un. Rémy posa ses mains sur les bras qui l’avaient fait tomber. Déjà il était par-terre, déjà il semblait mort… ses futurs semblables reposaient près de lui, ils l’attendaient sans doute, lui, il les entendait l’appeler dans le silence de la nuit. Les respirations combinées des deux pensionnaires avaient de quoi faire décamper son imagination, de quoi alimenter ses craintes…

« Laisssssse-la faiiiiire…. Lassssse-toiii de ta vie… Vient mourir avec nous! »


- Non!

La fille s’était redressée depuis quelques secondes déjà. Rémy s’appuya sur son coude et regarda fiévreusement la terre sur laquelle il reposait. Ce n’était pas vrai, son imagination lui jouait des tours. Il jeta un regard rempli de regrets à la folle qui l’avait bousculé. Elle ne semblait pas navrée, elle. Le fils de fermier se releva, essuya un peu son dos pour enlever la poussière qui y avait adhéré.

- L’Honneur de mourir? Si c’est par ta personne, je n’y vois rien de bien glorieux.

Rémy avait un ton dur, mais c’était surtout parce qu’il commençait à avoir froid. L’autre se tenait devant lui, à la distance d’un bras peut-être. Il n’aimait pas son sourire, lui rappelant trop celui de la personne qui l’avait accueilli, une personne effrontée qui ne pensait pas plus loin que son nez. Mais à ses paroles et à son attitude, les intentions de la fille n’étaient pas bien difficiles à discerner…

Rémy ne voulait pas tuer, c’était bien clair. Cependant, si quelqu’un venait à s’en prendre à lui, allait-il avoir le courage de dissuader cet ennemi en le forçant à garder ses distances? Il n’y avait pas encore songé… Il n’avait pas eu le temps. Déjà il allait être mis à l’épreuve. Ses yeux bruns étaient grands, et il s’y mêlait peur et tristesse. Pourquoi tant de désolation envers quelqu’un qui avait si peu de considération pour lui?

*Celui qui ne pense pas est atrophié et malade. La maladie n’est pas la faute de l’homme, mais son châtiment.*

Du coup, il était animé d’un étrange duel interne. Là où les deux vivants allaient s’affronter inévitablement… peut-être, dans son esprit allaient s’opposer pitié et pouvoir, car n’importe qui étant doté d’un minimum d’éthique sait que le savoir implique le pouvoir et les responsabilités. Du coup, si Rémy blessait ou même… tuait, il allait être responsable, alors que la fille ne faisait que se soumettre à une volonté instinctive. Elle était bien faible donc de ne pas pouvoir maîtriser ses pulsions… mais il ne fallait pas lui en vouloir pour autant… Non. Il était censé y avoir dissidence, pas de compromis possibles. Son miroir à la main, Rémy le serra, tout comme ses dents. Il n’avait pas les épaules suffisamment larges pour supporter le remord qu’un rat mort impliquerait. Il jeta un regard méfiant à la fille devenue silhouette dans la semi-obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Mar 1 Avr 2008 - 19:40

Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Dé Décisif (Image non renseignée.) :
Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Dé Dégâts (Image non renseignée.) :
Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Dé Dérobé (Image non renseignée.) :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Jeu 3 Avr 2008 - 4:12

Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Dé Décisif (Image non renseignée.) :
Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Dé Dégâts (Image non renseignée.) :
Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Dé Dérobé (Image non renseignée.) :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Ven 9 Mai 2008 - 12:41

Ok. Lyz prit une poignée de chips, la dernière peut-être, sans songer à en proposer à sa victime - ou à son meurtrier. Ensuite, elle jeta loin son sac, et adressa une oeillade noire à Rémy, pour bien lui faire comprendre qu'il n'avait pas intérêt à y toucher, même si elle mourrait.
Ensuite, elle se mit en garde. Dans l'obscurité, cette silhouette légèrement repliée sur elle-même, les mains en avant, cette silhouette donc, était légèrement effrayante.
Oh, si elle savait, se serait-elle enfuie, en courant ? Non, elle serait restée, juste pour le plaisir de le voir avoir peur. Oui, on peux gagner et avoir peur. Peur, peur, peur. La peur lancinante qui vient de l'ombre, qui vient du remords, celle qui fait apparaître du sang séché sur nos mains depuis longtemps lavées, lavées de tout soupçon, oh oui, contrairement à nos esprits, qui seront entachés de ce crime toute notre vie durante...
Mais de toute façon, Lyz ne savait pas. Lyz croyait en elle, Lyz était sûre de gagner. Encore mieux. Lyz ne pensait pas à l'issue du combat, elle pensait juste qu'il fallait qu'elle se battre, pour écraser cette vermine, même pas pour gagner, non, ça elle s'en fichait, juste pour le voir souffrir. L'imbécile.
Avec un petit rire, elle referma sa main droite en un poing d'où jaillissaient trois griffes argentées qui brillaient d'un éclat surnaturel, froid comme le gris de ses yeux, où dansait une petite flamme de folie meurtrière. Elle recula. Juste pour laisser le temps à Rémy de faire sa garde. Ses lèvres s'étirèrent en un rictus sardonique, et elle plongea, son poing bardé de lames pointées vers l'abdomen de son ennemi.
Elle n'avait pas de remords, elle ne pensait même pas en avoir un jour, elle ne pensait pas.
Elle voulait vivre, parce que c'était tout ce qui importait.


[ hum désolée c'est nul mais je pouvais pas trop faire sans anticiper '-' ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Mar 27 Mai 2008 - 16:28

[hj: ouais j'avoue que ça ne devait pas être évident... mais ne t'excuses pas, c'est moi qui demande pardon pour mon absence --" ... en tout cas, mieux vaut tard que jamais xD]

C’était toujours dans le cimetière que tout se terminait vraiment, où l’on enterrait soit la hache, soit la victime. La lune était entourée d’un halo d’incertitude, un petit brouillard nébuleux qui ne faisait qu’accroître l’anticipation du fils de fermier. Tout c’était tut… à l’exception des deux acteurs. Entre deux secondes, les oiseaux nocturnes avaient interrompu leurs rumeurs, les corbeaux avaient laissé en suspens leur terrible ramage de mauvaise augure.

C’était donc ça alors, d’avoir l’impression de mourir sous peu? Le cœur de Rémy s’était accéléré radicalement bien qu’il eut pourtant récupéré de sa course. Il venait de croisé le regard de fauve de la chimère. Mi-humaine, mi-monstre, elle devait sans doute être aussi irréelle que tout ce maudit pensionnat. Rémy regrettait amèrement d’être entré aussi naïvement dans une telle trappe à souris. Si seulement il avait su… il ne se serait pas trouvé là, au milieu des restes de d’autres endormis pour la vie ou la mort à essayer de défendre quelque chose qu’il chérissait sans toutefois pouvoir l’expliquer. Oui, cet « entre deux secondes », il lu vouait pratiquement un culte, il n’était rien sans lui. Il défendait alors sa vie, mais en silence, un silence à glacer le sang.

La fille qui se trouvait devant lui fit d’une bouchée son dernier repas. La digestion devait lui sembler difficile… son regard était soutenant. La cruauté l’animait à ce point? Déjà elle se plaçait en position de combat, tel un chat cabré sur ses deux pattes arrières. Rémy se plaça aussi, suivant la sorte d’invitation un peu barbaresque. Mais contrairement à la demoiselle qui avait toutes ses griffes dehors, lui, n’avait reculé qu’un pied pour une meilleure stabilité. Il savait que l’équilibre, même si on avait un pied dans la tombe, était quelque chose d’essentiel.

La créature chimérique, donc, qui se trouvait devant lui, le visage à moitié découvert par un rayon de lune plus perçant qu’un autre, avait un air franchement psychopathe. Rémy craignait à raison la folie, mais la vrai, celle où tout ce qui reste dans l’incroyable vide n’est qu’un creux béant qui s’ouvre sur la non-réflexion… Du coup, oui, il craignait la jeune fille, la classant ainsi dans la catégorie des imprévisibles à éviter. Si jamais par miracle il réussissait à survivre, Rémy se jurera de ne jamais lui parler… C’est dans des situations extrêmes souvent, que l’on voit le vrai visage des autres. Le visage qui le regardait à présent était démoniaque, à la limite de la possession. Quel diable pouvait bien vouloir habiter ce corps? Pas même une âme devait y vivre… Ainsi délaissée de Lucifer en personne peut-être, l’adolescente s’était laissée à elle-même; cet état second de mi-bête, mi-folie.

Le garçon de seize ans ramena ses bras devant son torse, les doigts repliés et lovés où son cœur suppliait dans le silence presque invivable, attendant que l’inévitable se produise. Soudain, le signal. Un rire de sadique. Un petit rire à vous faire tomber les cheveux. C’est fou à quel point les sens peuvent devenir aiguisé quand l’instinct de survie prend le dessus… Un éclat brilla dans sa direction. Ce n’était pas le morceau de miroir qu’il tenait toujours, cette fois. C’était le poing de la jeune femme. De son avant-bras de gauche, Rémy protégea son visage d’un soleil imaginaire.

Ce n’était pas là qu’elle voulait attaquer… Son ventre était presqu’à découvert. Mais Rémy avait mal préparé sa défense. Il sentit quelque chose de fort désagréable, mais ce n’était toutefois pas la fin du monde pour lui.

Rémy lâcha malgré lui un sourire. Il venait d’évaluer la force de son adversaire. Leurs yeux se croisèrent, un instant, juste le temps nécessaire pour que les deux jeunes gens réalisent vraiment ce qui se passait. Entre les quinze centimètres qui séparaient les deux silhouettes, un reste de coup porté était encore en place, un petit poing acéré gisait où son diaphragme. Mais Rémy avait une main encore valide, un dernier coup à jouer. Et étant habitué aux tâches rigoureuses de l’agriculture et de l’élevage, il n’avait pas besoin de bien calculé son réflexe de défense. Son coude droit se leva subitement et atteignit la gorges de la demoiselle féline…

Elle avait pris le coup de plein fouet, mais n’avait que revolé un peu sans toutefois tomber par-terre. Rémy ouvrit grand les yeux, muet, paralysé un peu. Elle se tenait là, non loin… mais il l’avait frappé… il lui avait fait mal si ça se trouvait…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Sam 31 Mai 2008 - 12:39

En effet, il lui avait fait mal. Mal au corps, mais mal à l'égo aussi. Il avait paré son attaque, maladroitement mais paré quand même. Elle virevolta, glissa au sol, se releva en une fraction de secondes, et bondit en arrière, pour préparer sa défense. Elle toucha sa gorge. Rien de grave, mis à part l'impression que l'air ne pouvait pas tout à fait rentrer dans sa trachée, d'où la sensation d'étouffement.
Jetant un coup d'oeil par en dessous à son adversaire, admirant sa garde simple mais efficace, elle décida de réajuster son point de vue sur celui-ci. Il ne lui avait au départ parut qu'un paumé qui s'était retrouvé ici par le plus grand des hasards, et qui allait bientôt être sacrifié sur l'autel de ce jeu morbide. Elle se rendait désormais compte qu'il était prêt à vendre sa vie chèrement. Ou même à ne pas la vendre du tout, et prendre la sienne... Bref, qu'elle pouvait le considérer comme un rival à sa mesure.
Peut-être même au dessus...
Cette considération lui fit froid dans le dos. Elle savait très bien qu'ici il y avait des gens bien plus puissants qu'elles. Mais... lui ? Non, il n'en avait pas l'air... c'était impossible, il paraissait si ... si banal.
Elle se rendit compte qu'il avait peur... et qu'elle aussi. Elle avait le droit, combattre à mort dans un cimetière lugubre et obscur attaque les nerfs, enfin j'imagine... mais c'était quand même plutôt dur à admettre, vous ne trouvez pas ? Dans ses yeux anthracite [ voilà, j'ai décidé XD ] on se demandait ce qui l'emportait, de la volonté froide et sans appel, ou la folie à l'était pur. Peut-être que sa volonté venait justement de la part de folie que l'on possède, mais qui est particulièrement cultivée chez Lyz. Un certain Mail doit savoir de quoi je parle, vu qu'il doit la supporter quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elle poussa un soupir désabusé, se demandant encore si ses griffes en métal étaient utiles. Elle décida de les ranger pour l'instant, et ouvrit grand sa main. On entendit un claquement sec dans l'air pur de la nuit. Aussi sombre que celle-ci, un fouet venait d'apparaître dans la main de Lyz. En le voyant, on ne pouvait pas penser à ces instruments pervers, surtout que la silhouette sans formes de la jeune fille ne laissait pas la place à beaucoup de fantasmes, mais à un instrument de mort. Simple, sans fioritures... efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Sam 7 Juin 2008 - 2:15

[hj : désolé du retard… je suis dans une période de flem’ -______-]

La jeunesse venait de revoler, mais s’était aussitôt relevée avec une agilité qu’il était impossible d’omettre. Rémy ne connaissait absolument rien de la jeune femme qu’il venait de frapper, mais rien que par le regard démentiel qu’elle lui lança, du moins c’était ce qu’il perçut, lorsqu’elle passa la main à sa gorges le fit reculer un peu plus. Rémy n’était pas du genre à attaquer. Même s’il espérait ne pas avoir trop à se défendre non plus, car tout ce manège lui semblait des plus ridicules… le plus ridiculement saisissant.

On entendit alors une sorte de cri au beau milieu de la nuit. Le souffle qui avait manqué à la fillette revenait par de grandes inspirations relativement discrète, mais il y avait tout de même eu ce cri effroyable qui venait de déchirer l’obscurité, laissant place à une sorte de trou noir hypnotique : la crainte. Qui avait poussé un tel hurlement? C’était sans aucun doute humain, et c’était bien là d’ailleurs le détail qui ébranlait le plus le jeune homme de seize ans. Un quelconque comparse venait-il de trépasser pour ne plus jamais revenir? Comment était-ce arrivé? Est-ce que les êtres humains étaient-ils si faibles pour se laisser avoir par une telle pression psychologique, un jeu, inventé par les « I »? Pourquoi ne s’étaient-ils pas tous unis tout simplement afin de terrasser la bête? Être prisonnier du manoir ou de la forêt revenait pas mal au même… Humf l’esprit d’équipe… Qu’est-ce que ça pouvait bien faire à Rémy de toute façon? On ne lui avait que rarement adressé la parole depuis qu’il se trouvait dans ce fichu manoir…

De tout évidence, oui, l’homme était sujet à se laisser dominer par l’instinct de survie, par le prédateur qui dormait au plus profond de soi. Et le silence qui venait de retomber sur le cimetière à ce moment là était encore plus lourd et inconfortable qui ne l’avait jamais été. Il s’étendait et épousait la forme de tout obstacle qu’il rencontrait tel un drap de velours semi-liquide qui venait inonder tranquillement un ravin, une cave, une fosse…

Un éclat dû au reflet de lune vint attirer l’attention du fils de fermier, là où la main de l’adolescente venait d’ouvrir pour ranger une sorte de dards métalliques. Rémy n’avait pas tout de suite comprit, mais quelles secondes supplémentaires venaient de suffire. Il regarda son ventre, là où cette même main avait porter son coup quelques instants plus tôt. Il y avait de petites fentes et des rougeurs, sa camisole avait été déchirée un peu. Cependant, il n’avait, par chance, que des égratignures. Il avait contre-attaqué la sauvage au bon moment, c’était moins une. Maintenant, il le réalisait. Certes, elle ne semblait pas très costaude étant donné sa certaine féminité, mais elle avait des atouts qui étaient importants à prendre en considération. Soudain, une détonation. Quoi, ce n’était donc pas fini? Voilà à présent la tigresse armée comme une traqueuse! Les yeux bruns de Rémy s’ouvrèrent grand d’appréhension. Une main, c’était à la limite assez simple à bloquer, mais un fouet… c’était une autre paire de manche. D’autant plus qu’elle semblait savoir le manier O.O.

- Tu es folle ou quoi?!

Paralysé, Rémy ne sentait plus ses jambes, sans même en savoir la raison. Le moment était mal choisit pour faire la grève… En plus, lui, il n’avait pas d’arme à volonté comme cette psychopathe désespérée!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Dim 15 Juin 2008 - 19:20

- Folle, moi ?

Elle avait quasiment crié. Sans savoir pourquoi, elle doutait de survivre. Elle voyait chez Rémy son meurtrier. Pourtant c'était elle l'arme vivante, c'était elle la cruelle, l'insensible, celle qui allait gagner, oui, forcément.
Mais ce type... de ce type sortait une aura de puissance, de volonté brute et naïve qui la troublait. Pas troublait dans le sens sentimental. Dans le sens... dans le sens elle-n'en-savait-rien. Dans le sens combatif, enfin... dans la façon où elle envisageait le combat.


- Je suis dans un cimetière lugubre, je suis sûre de mourir, je ne vais jamais revoir M... mes amis et toi, TOI, TOI TU ME DIS QUE JE SUIS FOLLE ? MAIS MEEEEERDE ! Moi aussi je veux vivre, je veux pas MOURIR ! Je veux LUI PARLER LUI DIRE TOUT CE QUE J'AI SUR LE COEUR, MERDE, MERDE, MEEEEEEERDE !

Après avoir tant crié, elle tomba à terre, les yeux fermés, presque apaisée, proie facile pour Rémy et ses techniques meurtrières.
Elle tremblait, pas de peur, non. D'un mouvement léger et incontrôlé.
Lui parler ? Comment avait-elle pu dire une bêtise pareille ? Parler à qui ? Non mais, elle n'avait pas d'amis en plus, fallait pas exagérer.. Mais lui, lui, ça pouvait être Mail, non ? N'étaient-ils pas un peu amis, hein ? Juste un peu ?
Elle marmonnait, l'esprit confus. Elle ne savait plus où elle était, ne se rappelait même plus que bientôt, elle allait mourir. Mourir ou tuer... plutôt mourir, vu l'état dans lequel elle se trouvait.
Comme si vider son coeur de tout ce qu'elle pensait devant un témoin qui n'y connaissait rien l'avait soulagée... trop soulagée, soulagée de tout. Lui avait fait perdre le sens des réalités.
Ses poings se refermèrent, de l'un de deux sortirent les lames habituelles, fendant l'air dans un mouvement désordonné. Son subconscient tentait sûrement de la sauver.


[ nul je sais mais je pars demain alors je voulais te rep avant de partir ;o; ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Alone ~   Lun 16 Juin 2008 - 4:09

[bon comme tu le sens alors --"]

Rémy avait du mal à se rappeler que le matin même, il avait été allongé paisiblement dans son lit, tiré du sommeil et avait regardé ses mains pendant un bon moment. Cette fois encore, il regardait ses mêmes mains, un peu salies par la terre lorsqu’il était tombé. Le décors, quant à lui, avait complètement changé. Son univers de repos avait basculé dans un monde de folie et d’angoisse. Rémy était confronté à deux choses, entre autres, qu’il n’aimait pas, surtout. La première étant de se retrouver dans le cimetière du Pensionnat avec pour seule compagnie, une fille qui semblait vouloir le liquider pour avoir ainsi la vie sauve un peu plus longtemps. En second plan, non pas d’une moindre importance, il y avait ses deux mains, celles-là qu’il regardait toujours, l’air aussi pensif et méditant.

L’adolescent de seize ans avait quand même de belles mains, là n’était pas le problème comme on le devinait bien. Le fait était que ces mains, dont l’une contenait un éclat de miroir éclaté, symbolisaient la confrontation. C’était là quelque chose dont notre grand « sensible » n’était pas capable de supporter vraiment. Du coup, ces deux membres représentaient la confrontation avec autrui, son seul et unique moyen de défense, mais aussi un duel avec lui-même. Une sorte de débat interne si on pouvait dire.

# Est-ce que vivre a un sens si l’on doit voler aux autres pour se préserver?#

Cela sonnait trop bestial, trop inhumain. C’était dans cette question également qu’on pouvait, non pas déduire le sens de la vie comme telle, mais au moins en extraire toute l’importance qu’elle pouvait représenter tant qu’à sa qualité. Le fils de la ferme se demandait donc s’il allait être capable de tuer délibérément avec ses mains, d’étouffer ses principes moraux pour laisser un animal endormi gagner sur la beauté qu’il attribuait naïvement à l’espèce humaine, et, enfin, s’il allait être capable de vivre en supportant tout cela.

- Tu sais quoi?

Sa question sonna d’une façon intrigante, comme s’il s’agissait simplement d’un simple constat qui allait tout compte fait être dévoilé. Rémy avait baissé les bras, la pluie commençait à tomber de plus en plus fort. Ses cheveux bruns s’abattirent contre son crâne, le poids de l’eau les rendant trop lourds pour préserver leur apparence un peu ébouriffée.

- Finalement, tue-moi.

Il eut un rire bref qui ne manifestait aucunement la joie et qui essayait tant bien que mal de rendre le jeune homme plus à l’aise avec ce qu’il venait tout juste de dire. Il avait l’impression aussi qu’il devait s’expliquer, de justifier d’une façon rationnelle ce qui le poussait à ce soudain abandon de soi. Ce n’était pas pour lui sauver l’âme ou quoique ce soit, ce n’était pas non plus pour faire un cadeau à la jeune femme qui se dressait sur une défensive farouche et malveillante. C’était simplement pour tous les humains du monde, ceux-là qui avaient comme lui, un respect profond pour les siens et qui croyaient aux bonnes valeurs.

- Il faut être réaliste; je ne pourrais jamais fuir tout le monde au point d’espérer rester en vie. Si je me cachais, on me trouverait, si je me terre quelque part, je mourrai de faim ou d’épuisement qui sait? Et puis, désolé, mais moi, je ne tuerai personne. Je ne veux pas.

Ses yeux pétillèrent un instant sous la pluie qui continuait de se déverser sur tout son visage, sur tout son corps en fait et qui rappelait ô combien nul n’était à l’abris de la fatalité…

- Alors si c’est ma seule issue, que tu doives me tuer, fais-le. Je sais que tu ne te gêneras pas pour le faire. Tu n’as pas de conscience à mes yeux, tu n’es même pas humaine…

# À savoir si elle l’a déjà été aussi…#


L’ado fit un geste d’excuse avec ses bras et en haussant les épaules. Le sort était jeté, la fille devant lui semblait prête à en faire autant pour l’attaquer… Mais, hormis toutes ses belles paroles, il y avait la peur. Il y avait l’instinct. Rémy s’imaginait mal se laisser battre jusqu’à se que mort s’en suive. Il y avait sa volonté de vivre qui le suppliait à l’intérieur, cette volonté si innocente et implorante. Elle avait eu peur et s’était affolée en entendant ses propres paroles. C’était donc bien une confrontation, le genre de dilemme que l’on réalise qui nous oppresse seulement une fois que la mort s’est suffisamment approchée. Deux désirs qui s’opposaient l’un à l’autre donc : la survie et être vrai. Vrai parce qu’il faut toujours rester fidèle à soi-même dans n’importe quelle situation. Si on outrepassait ses propres idéologies simplement quand ça nous arrangeait, c’était que notre perception de soi était erronée depuis sa racine. Les changements ne se produisent pas aussi rapidement dans l’âme après tout; ils se développent et s’éveillent tranquillement. Ils ne dépendent pas de coups de tête étourdie. Mais la vie, elle… Si on décidait sur un coup de tête de la lui enlever, celle-ci en dépendait inévitablement. C’était évident. De fait, la vie de Rémy reposait sur une guillotine où l’adolescente emportée tenait le rôle de bourreau. Et malchance pour le garçon, cette tête qui devait juger son cou semblait bien étourdie, elle ne lui semblait même plus humaine d’ailleurs…

Ainsi, la pluie tombait dans l’obscurité, tentant de noyer dans un silence de ténèbres tous les murmures effrayants de la nuit, ne laissant que les respirations haletantes et des cœurs qui battaient pour leur dernière fois peut-être. Rémy avait froid en attendant son jugement dernier, sa condamnation finale et officielle. Il n’était encore qu’en pyjamas et trempé jusqu’aux os par-dessus le marché. À l’intérieur de son être agité et ébranlé, il y avait, comme dans quelques chanceux qui étaient encore en vie, son petit cœur qui tambourinait contre sa poitrine, comme si celui-ci sentait le danger et voulait sortir de sa cage pour se sauver et se mettre à l’abris. Mais, il mouillait encore, et fuir n’était pas la solution, le jeune Bladwin le savait bien, même si une partie de lui, celle qui implorait la pitié de vivre, espérait que la fille aux lames intégrées l’épargne et qu’elle renonce aussi à ses sombres dessins. Ça aurait été bien peut-être, pensa Rémy, s’il pouvait convaincre tout le monde d’en faire autant, de tout arrêter ce martyre… Hélas, la chose semblait bien impossible, l’eau continuait de dégringoler sur la scène, de se déchaîner sur cette répugnance humaine et animale à la fois. L’adversité, le combat et la corruption. Ces horreurs qui conduisent tout droit vers la tragédie grecque!

NdA: les ##, sont les pensées de Rémy...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Alone ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alone ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Évènements terminés :: [évènement] Cimetière-
Sauter vers: