AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

[LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. _
MessageSujet: [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.   [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2008 - 18:40

Une belle journee d'ete se finissait. Morgan finissait par en avoir assez de voir la bibliotheque. Il s'y refugiait souvent car peu de gens y allaient. Il n'aimait pas la compagnie de ceux qui partageaient son dortoir. C'etait exactement le genre de personne qui se fichait des autres et dont Morgan avait horreur. Deja qu'il n'aimait pas beaucoup les gens en general.. Il soupira un instant. Encore un jour se termine, encore un jour de passe dans ce pensionnat. Tout le luxe possible etait mis a disposition des pensionnaires, cependant un seul privilege ne leur etait pas accorde: sortir. Non. Morgan ferma les yeux. Un autre privilege ne leur etait pas accorde. Celui de decider de leur destinee. Peu de temps apres son entree deja, un evenement improbable l'avait mis en garde: on ne voulait pas qu'il soit maitre de sa destinee. On organisa un jeu de l'horreur ou tuer son prochain etait le but. Il ne survecu pas longtemps. Peut-etre parce que regresser a l'etat de bete ne l'interessait pas. Il avait tente dans ses derneirs instants de proteger Kassie, une fille qu'il avait rencontre avant le jeu. C'etait une fille sympathique, un peu timide mais qui lui semblait pourtant assez bien partie... Et ils etaient morts tous les deux. Enfin, morts, c'etait un bien grand mot. Ils s'etaient reveilles dans la salle "Yume" que lui avait presente celle qui l'avait receptionne dans le pensionnat. Tout cela n'avait ete qu'un reve. Un stupide reve. Il n'avait pas ete tres choque par ce qu'il s'etait passe la-bas, a vrai dire, peut-etre n'etait-il pas reste assez longtemps pour faire les frais de l'angoisse, la terrible angoisse.

Il connut un peu plus tard un homme qui avait ete bien plus marque. Enfin, un homme.. Il ne savait comment le qualifier. C'etait ce que beaucoup apellaient un "arriere", un "debile", mais Morgan trouvait qu'il comprenait bien plus de choses que la plupart des gens. Malheureusement, ce reve auquel il avait visiblement participe avait ete nefaste pour lui. Il rouvrit les yeux. Le jeune homme deglutit, touchant ses clavicules, la ou il avait ete dechiquete par la Bete du reve. Trop reel. Stupide reve. Lorsqu'il s'etait reveille, il etait avec beaucoup de gens. Trop de gens. Il avait jete un dernier regard a Kassie et s'etait detourne. Malgre l'affection qu'il lui portait, il ne pouvait rester dans cet endroit bonde de monde... Seulement.. Il ne l'avait jamais revue. Etait-elle sortie, ce qu'il lui souhaitait? Non, impossible de sortir. Etait-elle morte, alors? Son coeur se serra. Ne pas penser a cela. Apres avoir tente de discuter avec des habitants, il en revint a une seule chose: vraiment peu de gens lui convenaient ici, malgre tous ces gens qui etaient venus... Et malgre sa haine des autres, il se sentait bien melancolique. Tous ce que ces gens lui apportaient, c'etait de l'indifference ou du mepris. C'etait tout ce qu'il etait capable de donner au genre de personnes qu'il avait rencontre. Entendant entrer quelqu'un entrer, il ferma son livre et le posa sur la table pres de lui, la ou il l'avait trouve. Quelqu'un y avait mis un marque-page alors il voudrait certainement le retrouver la ou il etait. Finalement, il se leva sans accorder le moindre regard aux personnes qui etaient rentrees, qui blaguaient entre elles en rompant le silence qui etait pourtant d'or dans une bibliotheque. Morgan sourit et bientot la paix du lieu se reinstalla. En quittant les lieux, Morgan laissa echapper un petit rire sardonique tandis que les personnes concernees restaient interloquees. Avant de franchir la porte, il s'adressa a eux

"On ne parle pas dans une bibliotheque, merci."

Ils le regarderent, interloque, tandis qu'il continuait sa route dans le couloir. Dans quelques minutes, leurs cordes vocales refonctionneraient. La etait son pouvoir et cela l'arrangeait bien lorsqu'il en avait assez des bavardages inutiles. Il commenca a marcher dans les couloirs sans trop avoir de but. Cela lui arrivait souvent, et il avait ainsi visite beaucoup de salles du pensionnat. Celle devant laquelle il s'arreta etait l'une de celles auxquelles il ne s'etait pas encore interesse. La salle des coeurs... On disait que cette salle etait magique, comme la plupart des endroits du pensionnat, mais qu'en plus elle refletait la veritable personnalite de celui qui y penetrait. Interessant. Il lui fallait a present le courage de s'affronter, n'est-ce pas? La salle Yume avait ce genre de pouvoir, il n'y etait plus entre depuis le jour du reve et n'avait pas encore fait face a son veritable pouvoir mais... Il n'avait pas peur. La premiere personne a entrer dans la salle avait ses secrets devoiles, ses peurs et ses defauts. Il esperait que personne ne rentrerait... Il entra.

La salle etait blanche. Si blanche qu'elle l'eblouit presque au depart. Le plancher, les murs, le plafonds etaient d'un blanc si immacule qu'on osait a peine y poser le pied de peur de souiller le lieu. Cependant Morgan n'hesita pas. Il regarda le reste. Les rideaux fermes comme le tapis etaient marmoreens, les meubles etaient assortis au lieu. Blanc, blanc.. Pourquoi? Il fronca les sourcils, se mettant un peu sur ses gardes. L'endroit avait pris une forme bien connue, la chambre de sa mere. Cela lui arracha un sourire amer. Tout n'etait pas si immacule... Les draps se teinterent d'un noir sale, qui fit reculer Morgan, dont la levre tremblait. Il se la mordit pour se ressaisir. Les draps redevinrent alors propres et nets. Il se rendit alors compte du nombre de miroirs dans la salle. Leur cadre etait toujours si blanc mais le reflet inversait les couleur. La chambre noire. Lui grisatre. Il rit nerveusement avant de dire


"C'est donc ca son pouvoir..."

Morgan toucha le miroir. Comprendre, comprendre ce que la salle voulait lui dire... Il se rendait compte peu a peu qu'il n'avait aucune maitrise de ses pensees et de ses souvenirs les pus profonds. Il s'etait fait avoir, avoir par ce qu'il restait de sa curiosite. Ces "I." se pretendaient les maitres... On ne peut pas choisir son destin, hein... C'est alors que le grincement de la porte le sortit de ses pensees. Non ! Se retournant bruquement, cripse, il regarda le visage de celui ou celle qui allait surprendre le contenu de son ame...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

[LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. _
MessageSujet: Re: [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.   [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. Icon_minitimeVen 29 Aoû 2008 - 18:35

Seiichi ne savait pas quoi faire, dans chaque pièce où il entrait, des personnes s'y trouvaient déjà, toujours du monde. Lui qui aimait tant la solitude, ces présences ne lui plaisaient pas plus que ça malgré cette rencontre, qu'il ne pouvait pas dire qu'il l'avait détesté, cette rencontre qui lui avait fait rencontrer sa première amie, la toute première. A ses côtés c'était comme s'ils ne se comprenaient rien que par le regard. Et dire que même Shiro lui avait avoué qu'elle ne lui déplaisait pas, elle était si gentille, si énergique, si compréhensive, mais son côté mystérieux était encore plus beau que tout le reste. En repensant à elle, il se rappela que depuis l'ellipse, ils s'étaient perdus de vue, il ne se voyait plus, ne se croisait plus, qu'était elle devenue ? Il espérait tant la revoir, il voulait qu'il soit encore plus liés qu'avant. Il rêvait souvent de tous ses moments passés avec elle, tous ses moments où ils se regardaient longuement dans les yeux, ils n'avaient pas besoin de parler pour se faire comprendre. C'était sa première amie, il ne voulait pas la perdre... Il pensait aussi à Andre, se tigre qui était l'Alter ego Astral d'Aelan, il s'entendait plutôt bien avec Shiro, il était amusant, plutôt spontané et un peu bête ce qui faisait tout son charme. Ses pensées l'harcelaient, si ça se trouve il ne la reverait plus jamais, était elle toujours là ?

Il marchait, pensif, dans le couloir, ce couloir qui ne semblait pas avoir de fin, ses portes de chaque côté, où menaient elles ? Il y en avaient tant, plus il marchait, plus il se rendait compte que cela ne servait à rien. Il regardait autour de lui, toutes ces portes, elles étaient identiques, laquelle choisir ? Où aller ? Il y en avait bien trop... Il n'en avait pas visité beaucoup, d'ailleurs il ne connaissait pratiquement que la bibliothèque où il essayait souvent d'aller se refugier en espérant que personne ne s'y trouve déjà. Le seul fait qu'une présence s'y trouvait lui enlevait l'envie d'y entrer. Il n'aimait pas les autres, maintenant il s'en méfiait, ici on ne pouvait faire confiance à personne, tout le monde pouvait être un meurtrier, un psychopathe, un fou, un malade. On risquait trop sa vie dans cet endroit, il fallait tout de même qu'il reste sur de lui pour ne pas perdre la face, il devait être maître de lui-même maintenant pour ne jamais tomber dans la folie, il ne devait pas se laisser dépasser sinon se pensionnat, ses "I.", ils auraient gagné. Il ne devait pas perdre, il tenait un minimum à la vie malgré le fait qu'ici, elle ne servait pas à grand-chose. Il se disait tout de même que comme cela, on ne ressentait pas le besoin de penser à l'avenir et de toute façon, cela était complètement inutile. Cet endroit était bien néfaste, il se retrouvait maintenant hanté par toutes ses pensées. Pour l'instant il ne ressentait rien, il n'était pas triste d'être ici, pas en colère, pas heureux non plus. Il se remémorait son arrivée ici, c'était d'ailleurs elle qui l'avait accueillit, il sourit en se rappelant l'instant ou son Alter ego avait poussé la porte, ce qu'il avait été surpris à ce moment-là.

Il avait arrêté de marcher, il était maintenant face aux portes dont les noms variaient, devant lui, un nom l'intriguait : La salle des coeurs, il en avait vaguement entendu parler en écoutant les conversations de quelques élèves. Paraissait il qu'elle avait un pouvoir, il n'en savait pas plus, quel était donc ce pouvoir ? Qu'est-ce que cette pièce pouvait elle bien lui faire ? Cela l'intriguait beaucoup, tant qu'à faire, pourquoi ne pas entrer après tout, il avait une journée à occuper et pour l'instant il n'avait rien de prévu. Il réfléchit quelques minutes avant de se lancer, puis lentement, il ouvrit la porte qui laissa échapper un grincement criard. Ce qu'il vit à ce moment lui parut tout à fait rocambolesque. Il se trouvait dans une chambre sombre, il avait la vue sur un lit à la couverture aussi sombre que le reste du décor. Il se demandait où est ce qu'il avait bien pu tomber, puis il distingua un autre détail, une autre personne était présente, il n'avait encore une fois pas trouvé un endroit où être seul. Le pouvoir de cette pièce le troublait, qu'était elle capable de faire... Il n'avait pas encore passé le seuil de la porte, devait il le faire?

" Hum.. Bonjour, quel est donc cette pièce, pourquoi une chambre ? "

Il n'attendit pas vraiment la réponse, il avança de quelques pas, il ne s'attendait pas à ce qui allait se passer. La pièce sombre commençait à mélanger deux atmosphères différents, la chambre d'un côté et de l'autre, un espace aussi sombre que l'autre, qui semblait rempli de haine, de ce côté, on pouvait vaguement apercevoir un livre, il lui disait quelque chose, il l'avait déjà vu, il le reconnut peu à peu, c'était celui qui avait déclenché la seule passion de toute sa vie. Il se trouvait aussi un piano, le piano sur lequel il jouait toujours la même mélodie avec sa mère, personne qu'il ne connaissait pas vraiment, il revoyait encore ce moment, comment pouvait on parler de cette façon à son enfant, comment pouvait on ... Il restait calme malgré son inquiétude, il commençait à comprendre le pouvoir de cette salle. Pouvait elle vraiment refléter les sentiments les plus profonds qui se trouvait en nous ? Il commençait à se demander ce qu'il se passait dans l'esprit de cette personne, de cet homme. Seiichi venait de se dire qu'il était entré dans cette pièce et qu'il venait aussi de découvrir les sentiments profonds de cette personne qu'il ne connaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

[LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. _
MessageSujet: Re: [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.   [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. Icon_minitimeMer 3 Sep 2008 - 9:38

Morgan se tourna vers la porte qui s'ouvrait. Que pourrait-il se passer de pire que cela? Quelqu'un qui fouillerait dans ses souvenirs et son coeur, quelqu'un qui comprendrait peut-etre l'enigme de la forme qu'avait prise cette chambre? Non, personne ne comprendrait, se rassurait-il. Ils ne comprendraient pas pourquoi la chambre si blanche a l'interieur etait si sombre dans les miroirs disposes tout autour de la piece... Cela faisait un contraste si saisissant... Lui et ses cheveux tres blonds, son pull beige et son pantalon assorti s'harmonisaient mal a la salle blanche, son reflet grisatre se detachait egalement de ce fond noir auquel il appartenait. Une tache. Mais alors que la porte s'ouvrit, malgre ce qu'il avait pense, il etait si crispe qu'il ne pouvait vraiment bouger, sauf ses doigts qui se tortillaient nerveusement.

Cela ne pouvait etre, cela ne pouvait pas arriver. Quelqu'un avait deja visite ses souvenirs... A peine lorsqu'il etait arrive, en plus ! C'etait une sorte de fille aux cheveux rouges qui avait le pouvoir de lire dans le passe. Elle avait tout su de lui et face a elle tout de suite il s'etait senti demuni, desempare, comme denude lui et ses secrets. Il vivait avec ce qu'il avait vecu mais il n'aimait pas vraiment qu'on sache ce genre de choses sans son consentement. La fille aux cheveux rouges avait subi le contrecoup de son pouvoir, lui revelant a son tour des morceaux de son passe, c'etait la qu'il avait appris qu'elle etait vampire. Bien sur, Emily etait une personne tout a fait mal elevee, elle parlait par sortes de borborygmes incomprehensibles ou par phrases a peines construites, mais sa nature exercait sur lui une fascination certaine Il etait venu a se demander plusieurs fois si les vampires n'etaient pas mieux que les humains mais malgre son insistance, elle ne voulait jamais rien lui dire sur sa nature. Ils s'etaient pas mal parle d'ailleurs... Serait-elle une amie? Boarfe, il ne savait pas vraiment si on pouvait apeller ca comme ca... Faute de mots, autant apeller ca une amitie, cela rassurait toujours les humains d'avoir un ami, c'etait egoiste, c'etait vouloir quelqu'un pour se reposer et pour pouvoir l'aider, pour ne pas etre seul et se parler a soi meme... pas vraiment pour lui-meme... Emily ne pourrait sans doute pas l'aider et ce n'etait pas comme si il avait besoin de compagnie... Alors... Ouais, une amitie.

Mais bon, une personne qui connaissait exactement son passe ou son coeur, ca suffisait. Il n'avait pas l'intention de se livrer a quelqu'un sans le connaitre et il y avait 90% de chances que la personne qui ouvrait la porte etait un inconnu. Bingo, il avait gagne, c'etait un garcon qu'il ne connaissait absolument pas, pas meme de vue. Il apella inconsciemment son alter ego qui devait etre autre part a vaquer a des activites de rat. Celui-ci accourut pour se planter derriere le garcon puis passa entre ses jambes pour rejoindre son maitre. Alors que la personne entra, la salle se bouleversa pour devenir un peu plus grise, puis deux espaces s'harmoniserent. La partie ou se trouvait Morgan etait la chambre blanche avec les miroirs noirs, celle ou se trouvait l'inconnu etait sombre et n'etait plus la chambre, c'etait un endroit qui n'etait sans doute connu que du coeur de l'autre. Il detourna les yeux, ne voulant pas voir l'ame d'un autre comme il ne voulait pas qu'on surprenne la sienne. La personne avait pose une question. Morgan prefera un instant jouer les innocents a l'annonce de celle-ci... Finalement non, il n'avait pas le coeur a mentir, ce n'etait pas la conduite qu'il esperait des autres. Il repondit


"C'est la Salle des Coeurs. Elle reflete l'ame de celui qui s'y aventure."

Il ne dit rien sur la chambre, finit par prendre son alter ego dans sa main et de le mettre sur son epaule. Lui aussi etait-il un reflet de sa personnalite? Le jeune homme serra les levres un instant, puis finit par demander, un peu pour devier le sujet, mais aussi se demandant quel etait le genre de garcon de l'inconnu

"Je m'apelle Morgan Poulenc, j'ai 19 ans et avant d'entrer ici, je devais passer mon bac... Et toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

[LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. _
MessageSujet: Re: [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.   [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. Icon_minitimeDim 7 Sep 2008 - 12:51

"Je m'apelle Morgan Poulenc, j'ai 19 ans et avant d'entrer ici, je devais passer mon bac... Et toi?"

Seiichi n'avait jamais vraiment repensé à ce qu'il avait fait avant d'arriver ici. Il vivait tranquillement chez son maître et s'entrainait tout les jours, il était vraiment fort à cette époque. Maintenant qu'il était seul, il s'entrainait beaucoup moins. Finalement il regrettait peut être d'être venue ici, jusqu'à maintenant il s'était posé beaucoup de questions mais aucune sur ce que son maître devait penser. Qu'avait il fait quand il s'était rendu que son diciple ne revenait pas. Peut être l'avait il cru mort ? De toute façon pour lui c'était comme s'il l'était, du moins pour le monde exterieur. Personne ne le reverait jamais donc pour les autres il n'était plus de ce monde. Mais en fait, était il toujours dans le même monde? Il avait bien rencontré des gens venus d'autres planètes et d'autres époques, où pouvait il bien être dans l'espace temps ?

" Moi c'est Seiichi , avant d'être ici j'était en aprentissage chez mon maître, je m'entraînait aux art martiaux. J'ai 15 ans, j'avait arrêté les études. "

Il était vrai qu'il n'était pas resté longtemps à l'école, il n'aimait pas ça. Dans ces endroits, il y avait trop de monde, beaucoup trop, les seules fois où il y allait était quand son oncle ou ses parents l'obligeait avant qu'ils soit morts evidement. Il avait arrêté tout de suite après la disparition du dernier membres de sa famille.

D'après Morgan, il se trouvait dans la salle des coeurs, une salle qui reflète l'âme de ceux qui s'y aventurent... Ce qu'il voyait n'était donc pas forcément bon signe, la salle était si sombre, ce livre et ce piano ... Il savait ce que ses objets voulait dire mais les deux en même temps, c'était plus compliqué. Ce livre dans lequel il avait découvert sa passion et ce piano , il jouait avec sa mère dessus... Il avait lu se livre bien après la mort de sa mère. Quel rapport pouvait il avoir entre ses deux objets ? Il ne comprenais pas. Il ne comprenais pas non plus se que voulait dire l'autre bout de la pièce, des miroirs noirs, une chambre blanche presque grise, c'était le reflet de l'âme de Morgan, c'était étrange. Il prit le temps de réfléchir, longtemps. Il se rappelait que dans son ancienne maison, avec sa famille, le piano se trouvait bien dans la bibliothèque, la où il avait trouvé se livre. A pars cela, il n'arrivait pas spécialement à déchifrer autre chose. Il savait pourtant très bien que ses derniers il était quelques peu obsédé par le fait que sa famille ne l'ai jamais aimé. Finalement peut être qu'il comprenait sans le savoir, cela refletait toute sa vie du moins se qu'il lui restait dans ses souvenirs. Sa mère donc sa famille et sa passion: seule chose qu'il aimait.

Seiichi n'avait plus vu Shiro depuis un bon moment, où pouvait il bien être? Ce rat était tellement autonome, il ne faisait seulement que ce qu'il voulait faire. Impossible de rester avec lui plus de quelques heures, il partait sans prévenir... Il se demandait bien pourquoi il avait créé un ami tel que celui là, un animal presque mesquin. Parfois il avait l'impression qu'il faisait exprès de lui tenir des propos vexant, comme l'autre fois sous la tente avec Aelan, il n'avait pas pu dormir de la nuit à cause de cette bestiole ! Cette pensée l'enerva un peu mais il repris son calme se rappelant où il était. Il venait de rencontrer une nouvelle personne, peut être qu'il vallait mieux paraître sympatique, surtout qu'il venait de voir tout le reflet de l'âme de Morgan.

" Pardonne moi d'être entré, je ne savais que cette pièce était capable de faire cela, je suis vraiment désolé, maintenant que j'ai vu tout ça ... Même si je ne comprend pas vraiment ... "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

[LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. _
MessageSujet: Re: [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.   [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Sujets de PI v.2-
Sauter vers: