AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (n°9) Tapage d'incruste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: (n°9) Tapage d'incruste.   Sam 10 Jan 2009 - 21:44

Le soir tombait à nouveau, et Orwalle n'avait toujours pas trouvé où dormir. Vingt-quatre heures plus tôt, elle avait découvert que les fauteuils Louis je-ne-sais-pas-combien, c'était peut-être joli, mais atrocement inconfortable pour une sieste de longue durée. Elle avait passé une mauvaise journée, en plus, réveillée par un fumeur qui avait en plus commencé à l'agresser. Nous tairons les aventures de ce fumeur si vous le voulez bien, pour passer au passage plus intéressant, à savoir trouver un endroit confortable où roupiller. La slave avait passé sa journée à explorer le manoir et faire de l'exercice. Un petit footing dans un parc complètement gelé, quoi de mieux pour la forme ? Surtout si on se balade en T-shirt, comme c'était son cas. Tiens si, un autre fait marquant de la journée, la jeune fille avait appris que la saleté de serpent autour de son cou parlait. Génial.

Un peu fatiguée après son escalade de la tour, d'ailleurs déserte, Orwalle avait décidé de trouver plus confortable qu'une bibliothèque à squatter. Certes, elle n'avait pas besoin d'énormément de confort, mais si elle avait le choix, elle préférait éviter d'émerger tous les matins au doux son des jurons d'un sous-doué. Donc la n'Orwy était à l'étage des chambres, après avoir kidnappé un yoghourt au citron dans la cuisine et une part du plat du jour. La jeune fille n'avait pas envie de se retrouver dans la même chambre que des gens qu'elle ne connaissait absolument pas. En fait, que des gens tout court. Mais puisque le règlement obligeait à avoir des colocataires pour dormir...
Notre chère psychopathe déambulait donc dans le couloir du premier étage, tapis vert bouteille au sol, murs lambrissés, et tout et tout... Aucun doute, les I. étaient riches, très. L'hypothèse des nazis de haut rang tenait toujours. Et était même plus que probable. Oui, Orwy était complètement à côté de la plaque, mais c'était pour ça qu'on l'aimait, non ?

Bref. Oublions le grand silence qui a suivi la dernière déclaration et reconcentrons nous sur le couloir lambrissé. Orwalle observait tranquillement les portes, sur lesquelles étaient gravés des groupes de quatres noms. Apparemment, ces chambres-là étaient complètes. Puis la jeune fille aperçut une porte ne comportant que trois noms indéniablement féminins. Elle aurait espéré tomber sur une chambre vide qu'elle aurait pu s'approprier, mais elle allait être obligée de partager avec des gens. Mince alors.
Pousser la porte de manière délicate, observer l'enfer dans lequel on est tombé. Tiens, une chaussette. Et on dit que les filles sont plus propres que les mecs ?
Enfin, au moins, l'endroit semblait désert et un lit sans draps invitait la jeune fille à s'incruster. Elle posa tranquillement son sac de sport dessus et se dirigea vers l'armoire, où elle saisit des draps propres et assez chauds pour la température du mois. Faire le lit au carré, sans se précipiter, puis s'allonger dessus et partir pour un roupillon.

Manque de bol, quelqu'un entrait. Orwy sauta instantanément debout en silence et observa le rai de lumière sous le battant qui s'agrandissait. Son serpent était calmement installé autour de son cou et, même sans couteau, elle était capable de se défendre. Elle attendait donc en silence que l'inconnu rentre, sans se rendre compte u'elle était l'intruse et qu'il était illogique de se battre pour un lit alors qu'il y avait des canapés dans le salon. Mais la jeune fille était ainsi, purement instinctive. Si elle trouvait quelque chose qui l'intéressait, elle se battait pour le garder, mais sans selaisser embrumer par la colère. Froide et mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Dim 11 Jan 2009 - 10:53

[Ouais ! Une nouvelle victime ! ^^]


    Six heures du matin ? Il serait peut-être temps de s'endormir, Petra, non ?
Véritablement décalée par rapport au cycle du soleil, la demoiselle aux cheveux roses s'était enfin endormie, très tard -ou très tôt en fait-, sa marmotte tant aimée dans les bras. Elle n'avait pas remarqué si Sindy était là aussi, mais il lui semblait que oui. Cependant, c'étaient peut-être juste quelques uns de ses vêtements qui étaient entassés sur son lit. Mais il était trop tard pour vérifier : en effet, Petra sombrait déjà dans le monde du sommeil.
Elle rêva, comme d'habitude, cette nuit-là ce matin-là. Elle rêvait donc. Hem... Passons à l'intéressant : elle rêvait que tous les garçons étaient à ses pieds, obéissaient à sa moindre demande, comblant tous ses désirs. Et puis l'être innommable dont le prénom commençait pas "Ed" et finissait par "Ward" aussi ! Et il mettait même un chewing-gum dans les cheveux de cette triple-peste de Lye ! Mouahahahaha ! Que c'est beau les rêves ! En plus, il y avaient même Morgan qui s'habillait bien -MIRACLE !!!- et Sven qui arrivait à lui faire comprendre comment marchait le XXIème siècle !
Malheureusement, ce n'était qu'un rêve, un doux rêve bien trop beau...
    Grblhblhblhq... Merde, c'est mon ventre ça ? Punaise, Petra, il serait grand temps que tu te nourrisses, non ? Petit coup d'œil vers ton APNEE et... Putain ! Midi et demi !
Rapidement, la jeune fille sortit les pieds de sous la couette, les posa sur le parquet de la chambre qu'elle partageait avec sa meilleure amie top-rebelle-fashiion et une autre parfaite inconnue puis fila à la douche. En quelques minutes, elle fut lavée et passa à l'étape coiffure : elle avait décidé ce jour-là de retenir sa chevelure voyante avec une pince à cheveux noire, à l'arrière de son crâne. Ensuite, elle se maquilla d'une grosse touche de mascara noir sur les cils, une pointe de crayon juste en dessous de l'œil... Pas grand chose par rapport à ce qu'elle faisait d'habitude, mais c'était tout de même super méga-fashiion ! Elle enfila ensuite un slim noir et un débardeur noir, montrant ses beaux bras minces, sans craindre un instant le froid -trop la classe !- et enfila ensuite des ballerines noires. Selon Sindy, le noir était trop génial, et Petra avait vraiment envie de s'intégrer dans cette bande de gens venus de plus d'un siècle avant elle. Bande d'arriérés... Mais de toute façon, le noir était très bien : c'est super classe et ça lui faisait un cul d'enfer. Elle se rendit compte alors que sa tenue manquait un peu d'intérêts, il n'y avait pas de bel accessoire. Elle rajouta alors un foulard noir avec des têtes de mort autour du cou. Trop mode !
Elle accrocha ensuite son APNEE à sa ceinture noire qui mettait trop trop trop en valeur ses hanches puis elle sortit dans le couloir. Elle descendit ensuite dans la cuisine piquer une grappe entière de raisins verts qu'elle passa rapidement sous l'eau. Ensuite elle remonta dans sa chambre -bah oui ! Elle avait encore sommeil, la miss !-, déçue de n'avoir rencontré aucun beau mâle sur son chemin. Trop nul...
    Picorer un grain par ici, un grain par là... Miam miam !
Petra s'était remise sous sa couette, alors qu'il n'était même pas une heure de l'après-midi, formant une grosse boule située sur le matelas, et grignotait grain par grain le raisin constituant son simple déjeuner -et petit-déjeuner aussi. Mais que voulez-vous, c'est cela le secret de sa ligne : manger peu ! Et en plus, comme ça, elle pouvait se goinfrer durant les fêtes. Et quand on lui demanderai où elle met toute la nourriture qu'elle ingurgite durant ces soirées, elle répondrait : "Je sais pas... Je fais pas gaffe." Et tout le monde s'étonnerait de sa finesse malgré le fait qu'elle mangeait comme cent vingt-huit... Trop la grande classe !
Sa grappe finie, elle jeta l'espèce de tige brune qui lie tous les grains de raisin entre eux hors de son lit, sur celui qui était jusqu'alors inoccupé. Ce couchage en plus lui servait d'ailleurs pour déposer ses nombreux vêtements durant les essayages qu'elle faisait parfois, dignes d'un défilé de mannequins. Heureusement qu'il n'y avait personne pour l'utiliser...
C'est alors que la fatigue commença à se faire ressentir chez la jeune fille qui commença à compter les moutons et à se rendormir...
    Putain de merde, Petra ! Tu as zappé de te démaquiller !
VDM royal ! C'était super mauvais pour la peau ça ! La jeune fille sortit alors de son lit, de nouveau, toujours habillée, et se rua à la salle de bain juste après avoir jeté un rapide coup d'œil sur son APNEE qui indiquait qu'il était cinq heures du soir. Elle se lança de grandes brassées d'eau sur le visage, puis enleva le mascara à coups de coton imbibé de produit fait pour cela qu'elle avait piqué à la parfaite inconnue dont elle ignorait absolument tout, hormis la quantité de démaquillant contenu dans son flacon -plus beaucoup après toutes les fois où la miss s'en servait. Ensuite, elle se remit exactement le même maquillage : mascara, crayon...
Ensuite, elle vérifia que son foulard était toujours bien mis malgré le fait qu'elle ai dormi avec durant quatre heures -ce qui était heureusement le cas- et elle sortit pour jeter le reste de sa grappe de raisins dans la cuisine pour éviter de salir la chambre ainsi que boire une dizaine de verres d'eau et peut-être croiser un BG avant de commencer sa vie nocturne. Raté...
Elle revint alors quelques temps après. La pièce était dans le noir... Bizarre vu qu'elle avait ouvert les rideaux pour aérer peu de temps après s'être réveillée et qu'elle n'avait pas re-tirer les bouts de tissus... En plus, quand elle alluma la lumière, Petra se rendit compte que le quatrième lit, celui où elle déposait tout son barda quand elle ne savait pas où le ranger, avait une propriétaire ! OMG ! Où allait-elle mettre ses affaires maintenant ?
Marmotte logée dans ses bras, la jeune fille s'avança vers le lit désormais occupé. C'était une jeune fille à la chevelure très courte et blanche -troooooooooooooooooooooop stylé !-, qui se reposait sur le fourre-tout de Petra. Cette dernière se mit à crier de joie, débitant les paroles suivantes à une vitesse hallucinante comme l'avait fait Sindy -son maître à penser-, le soir de leur rencontre :


"Hey toi ! Tu viens d'arriver ? C'est quoi ton name ? Le mien, c'est Petra Amalia. Mais tu peux juste m'appeler Petra ! Il paraît que c'est d'origine russe comme prénom ! Et tu viens de quel siècle ! Mon nom de famille, c'est Traümer au fait ! C'est quoi ta couleur préférée ? Oooooooh ! C'est trop OMG le serpent autour du cou ! C'est ton AEA à toi ? Trop rebelle ! Moi c'est Marmotte la marmotte, t'inquiètes pas, elle ne mord pas ! Tu veux la tenir ? Tu as déjà trouvé ton pouvoir ? Moi pas, c'est trop trop trop dommage... Sindy non plus, je crois... Faudra que je te présente Sindy ! Elle dort aussi ici ! Tu verras, elle est trop trop trop géniale ! J'adore les cheveux blancs, tu fais ça avec quel produit ? Moi, j'aime trop les miens en rose flash ! Sindy a des mèches roses, elle ! Et c'est quoi déjà ton name ?"

Ce qui est casse-pied quand je copie le style d'Elthyra, c'est que je ne peux pas commenter chacune des paroles de la miss comme j'aime bien le faire. Mais en résumé, donner son nom de famille aux sonorités très allemandes n'était pas une bonne chose -même si elle ignorait tout de sa nouvelle camarade-, et on sentait bien l'influence de Sindy dans ses paroles. Sindy par ici, Sindy par là...


Dernière édition par Petra Traümer le Sam 7 Fév 2009 - 13:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Lun 12 Jan 2009 - 17:41

Au secours.

Voilà la pensée simple et compréhensible qui traversait actuellement la tête de notre dingue au couteau sans couteau. Oh bon, l'arme n'était qu'a un ou deux mètres, mais la slave restait figée devant l'apparition qui était apparue. Quel vocabulaire !
Une créature incontestablement féminine était entrée. Vêtue de noir, maquillée, cheveux roses, la teinture devait couter un max, foulard à têtes de mort, petite, ne semblant pas armée, mince, visage européen... Bref, une fille était entrée, avait posé les yeux sur le lit où dormait tranquillement quelqu'un qui avait besoin de repos et avait commençé à enchaîner des phrases à une vitesse inimaginable pour le commun des mortels. Mais comment diable pouvait-elle avoir assez de souffle pour dire tout ça sans faire de pause pour la moindre inspiration ? Orwalle entendait les mots défiler et comprit deux ou trois bribes, comme le nom de sa présumée camarade de chambre et de l'autre, Sindy. Si elles se ressemblaient, ça craignait. Et en se concentrant, la jeune ille prvint à reconstituer la quasi-totalité de la tirade de l'arrivante. Elle classa les données entre informations utiles, informations inutiles et questions lui étant adressées. La demoiselle s'appelait Petra Amalia Traümer. Elle était probablement assez riche, au vu de la teinture. Et puis il y avait ce foulard. Alarme ! Les têtes de morts étaient le signe des SS !

Orwalle faillit se jeter sur la fille sur-le-champ et l'étrangler en hurlant quelque chose comme : " Sale nazie ! Je vais te buter !" mais elle jugula à temps ses instincts meurtriers. On se calme, ma fille, et on l'égorge ensuite si elle a l'air de vouloir ta peau. Pour l'instant, la supposée nazie/ fille de SS/ future morte/ bavarde comme une pie semblait surtout pressée de tout découvrir à propos de cette fille aux cheveux blancs qu'elle jugeait trop stylée. Bon, Ok, on la laisse finir de parler, on se renseigne discrètement sur son appartenance aux SS régiment féminin et on l'étrangle pour de bon si la réponse est positive. Quoique les SS ont rarement des marmottes dans les bras. M'enfin, prudence est mère de sureté.
La jeune fille se décida finalement à répondre d'un ton méfiant à sa colocataire aux cheveux roses.


" Orwalle Dingelchen, je viens de Berlin en 2009 et oui, c'est bien mon AEA. Quand aux cheveux, ça s'est fait tout seul..."

Problème de dépigmentation, avait dit le spécialiste. Il avait utilisé trop de teintures blondes diluées à l'eau de Javel. Puis les cheveux coupés courts le jour de sa fuite. Plus pratique pour semer ces abrutis de flics. Cette opinion, c'était avant qu'elle soit aussi recherchée par les SS. Tuer un proche ami du Reichführer, c'est toujours mal vu, même si ce n'est qu'un scientifique de seconde zone. Voire troisième.
Elle s'était levée, sans brusquerie, et avait tendu la main à l'autre. Calmement. Mais si elle se révèlait ne serait-ce qu'un poil partisane de l'idéologie d'Hitler, elle était morte. Enterrée et oubliée. Et ciao Marmotte ! Oh, c'est bon, faites pas cette tête-là, elle n'agirait ainsi que pour se défendre, hein. Comment ça vous en doutez ?
Revenir en haut Aller en bas
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Mar 20 Jan 2009 - 21:14

Ah ! La miss aux cheveux trop stylés -quoique ce serait super méga trop mieux beau en rose flash- répondit enfin ! C'était pas trop tôt ! Parce que Petra avait tout de même posé une sacrée série de questions, et que, pour le moment, la fille n'avait pas répondu.
Donc, reprenons : White-hair ouvrit la bouche, sa langue s'activa, ses cordes vocales bougèrent puis elle referma la bouche. La grosse dèche : Petra apprit uniquement que cette fille s'appelait Auroual Dîne-gueule-chêne, ce qui semblait très bizarre pour la jeune fille aux cheveux roses, qu'elle venait de Berlin, au début du XXIème siècle ! Oh cool ! Encore une arriérée qu'elle pourrait épater avec les quelques éléments de technologie qu'elle avait avec elle lors de son arrivée dans le pensionnat interdit. Le fait qu'elle venait du futur lui avait déjà permis d'acquérir une certaine notoriété dans cet endroit, et presque chaque jour, elle rencontrait une nouvelle personne intéressée dans ses paroles qui lui semblait si banales mais qui captivaient pourtant si facilement. Dernière information de folie -la seule véritablement intéressante en fait- : les cheveux ! C'était venu tout seul ? C'était naturel ? Trop la classe qui déchire et qui tue, ça !


"Quoi ? Tes cheveux, c'est naturel ? C'est venu tout seul ? Trop la classe qui déchire et qui tue, ça ! Sinon, moi aussi je viens de Berlin ! Mais mon père et moi on est parti à Stokholm pour son travail. Puis il a décidé de quitter le Bloc Européen et on s'est tiré au Brésil. C'est trop trop trop trop OMG comme pays, le Brésil ! J'adoOoOore ! En plus, papa avait une super mega big baraque à vingt minutes du centre-ville ! Et c'est venu comment tes white-hair ? Paske je trouve ça trop trop trop trop staïlish et que ça pourrait être sympa de me faire une mèche blanche ! Tu penses pas ? Il vient d'où ton name ? Paske Auroual, c'est la première fois que j'entends ça ! Et ton family name, punaise, qu'est-ce qu'il est tordu. Tu me me le redis, d'ailleurs ? J'l'ai déjà oublié ! Sinon, je viens pas de 2009, moi. C'est trop pourri 2009. Je préfère l'année d'où je viens, moi. C'est trop méga staïlish ! Et c'est ton AEA l'énorme truc reptiliesque autour de ton cou ? Parce que c'est trop mega rebelle, ça ! Mais j'aime bien Marmotte, moi. Tu veux la tenir ?"

Petra ne se rendait-elle pas compte qu'elle se répétait ? Bouarf, cela ne changeait pas grand chose. Mais cette fois-ci, elle tendit sa marmotte à Auroual Dîne-gueule-chêne, ne lui laissant pas le choix. Et c'était une question de politesse : elle DEVAIT prendre Marmotte entre ses mains.
La fille aux cheveux roses songea un instant à transformer cette action en épreuve pour tester le courage des filles désirant avoir l'autorisation de dormir dans la chambre des deux créatures les plus sublimes de P.I. ... En effet, ce serait classe de dire "Tu veux venir chez nous ? Alors touche chacun de nos AEA pour prouver ton courage !" Et ce serait encore plus méga-trop classe avec le truc reptiliesque que portait Auroual autour de son cou. Vous n'êtes pas d'accord ?


"Sinon, Auroual Truc-Muche, tu as rencontré des gens sympas ici ?"


Elle avait dit ces mots en s'approchant de White-hair, en s'asseyant sur son lit, en souriant. Bah oui que c'était une question importante, cette question ! En effet, si cette miss ne connaissait personne de cool, Petra pourrait lui en présenter, et si elle en connaissait, Pink-hair pourrait les rencontrer beaucoup plus facilement. Et c'était cool de traîner avec des gens cools. Parce qu'après, vous devenez encore plus cool, et les gens cools ont de plus en plus envie de traîner avec vous parce que vous être trop cool !


Dernière édition par Petra Traümer le Sam 7 Fév 2009 - 13:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Ven 30 Jan 2009 - 19:21

Bésil ? Mais de quel putain de pays paumé parlait la chose aux cheveux roses ? Ah, oui, elle avait entendu parler, un des membres de l'Union du Sud. En effet, dans le monde d'Orwalle, les deux super-puissances, le Reich et les USA s'étaient provisoirement alliés contre l'Empire du Levant, à savoir le Japon et tout l'hémisphère nord à l'est de l'Oural. A l'ouest, c'était donc le Grand Reich d'Allemagne, cherchant à étendre ses frontières. Dans la chaîne de montagne proprement dite subsistaient quelques poches de résistance soviétiques, mais elles étaient en voie de disparition. Ainsi, l'hémisphère nord déchiré par ses guéguerres, l'Afrique et l'Amérique du Sud avaient formé une Union pour résister aux super-puissances... Juste au cas où. Dans l'hémisphère nord, il ne restait que trois pays épargnés par les immenses Etats : la Suisse, qui était épargnée parce qu'elle tenait le fric, le Danemark, on ne sait pas pourquoi, et l'Islande, m'enfin elle était en cours d'envahissement.

Après ce petit aperçu géo-politique du monde de notre chère psychopathe dont tout le monde se fout, nous passerons à ses actions et pensées proprement dites lors de son agression par une miss aux cheveux rose flashy. Donc miss rose flashy, excusez le raccourci, tendit une espèce de truc poilu à Orwalle, probablement Marmotte. La slave laissa tomber la garde de combat, le rongeur ne devait pas être trop dangereux, et prêta une oreille distraite au babillage intensif de la demoiselle.
Tandis que sa maîtresse acceptait la bestiole dans ses bras, Machin se laissa sagement glisser au sol. Il était bien élevé, il ne mordait pas tout ce qui bougeait, mais si on lui mettait de la nourriture sous le nez... Bref, comme le serpent ne préférait pas y réfléchir, il ondula souplement sur le parquet et s'enroula tout à fait amicalement autour des jambes de la Petrouchka. Lui aussi voulait faire connaissance.

Orwalle observa Petra Traümer, donc, se rapprocher d'elle et s'assoir sur le lit qu'elle avait d'abord compté occuper pour un petit somme à durée plus ou moins déterminée. Raté. Donc la supposée nazie avait de moins en moins la tête d'une supposée nazie, Orwy caressait gentiment la chose poilue au creux de se bras et elle répondit avec une rare complaisance aux questions qui lui avaient été posées. Qu'est-ce qui pouvait bien lui être arrivé pour être aussi gentille ?


" Oui, c'est bien mon AEA. Il s'appelle Machin, il a l'air de bien t'aimer..."

En disant cela, la jeune fille tourna la tête vers ledit Machin qui avait commencé à remonter tranquillement le long des jambes de miss rose flashy. Bon, maintenant, c'était le test. Si elle hurlait, Orwalle perdrait toute crainte que ce soit une SS et préciserait que sa bestiole n'avait pas l'habitude de mordre les inconnus, seulement les SS. Et si Petra ne hurlait pas, la psychopathe la considèrerait comme une personne ayant un minimum de cran mais continuerait à la ranger dans la catégorie "probable SS", et donc du coup... Ben voilà.

Qui elle avait rencontré ? Hmm... Ben... Allez, on allait être gentille, on allait répondre. Juste le temps de se rappeler les prénom de la top-model et du punching-ball. Ah, oui... Ok, elle allait répondre à la question.


"Je viens d'arriver, j'ai croisé que Mahaut de Clairlac, je crois, et un certain... Séraphin. Et toi, tu es ici depuis longtemps ?"

Bon, elle faisait même un effort de politesse, elle relançait la conversation, bien que la miss paraisse tout à fait capable d'en tenir une seule, vu la longueur et la vitesse du débit de ses tirades. Enfin, on verrait bien, peut-être qu'il existait des gens tout à fait sympas et capables de vous foutre la paix dans ce pensionnat et que rencontrer les choses à cheveux roses et à phrases longues comme le bras formait une sorte de bizutage. Oui, ça devait être cela, ce n'était tout simplement pas possible qu'il n'y ait que des gens comme ça dans ce manoir. Et puis sinon, Orwalle pourrait toujours se jeter du haut de la tour qu'elle avait escaladé tout à l'heure. Oui, c'était bon, elle allait s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Sam 7 Fév 2009 - 19:58

Auroual acceptait Marmotte sans rien dire, sans se plaindre ! Bravo ! Première étape passée ! Il ne lui restait plus qu'à prouver qu'elle savait faire de belles mèches roses dans les cheveux -Petra venait de rajouter cette épreuve- et ce serait bon, elle aurait officiellement le droit de dormir ici ! Youpi !
Mais alors que Petra s'apprêtait à annoncer la bonne nouvelle, l'AEA de la nouvelle aux cheveux vraiment trop déchirants leur classe s'approcha de Pink Hair et s'enroula autour de sa jambe. Un sourire crispé apparut sur le visage de la jeune fille, mais elle n'osait pas demander à la propriétaire de l'effrayant reptile de demander à son effrayant reptiles d'aller effrayer ceux qui sont effrayés par les effrayants reptiles ailleurs. En effet, ça n'était vraiment pas top de craindre un alter ego astral alors qu'elle imposait aux personnes entrant dans sa chambre l'obligation de tenir dans leurs bras sa Marmotte tant aimée. Pas top du tout. Mais le contact des écailles du serpent sur le tissus de son slim noir ne la rassurait guère. Elle sentait l'étreinte qu'il exerçait sur sa jambe, et elle ne doutait pas un instant qu'il lui suffirait d'un mouvement pour lui broyer les os. Berk.
Pendant ce temps, Auroual lui dit qu'elle n'avait rencontré que deux personnes. Séraphin, jamais entendu parlé. Mais Mahaut de Clairlac, cela lui disait quelque chose. N'était-elle pas une amie de cette pouffe de Lye ? Par conséquent, c'était elle aussi une pouffe. Il fallait qu'elle avertisse sa nouvelle "meilleure amie" du danger qu'elle courrait si elle continuait de fréquenter la miss ! Sa réputation risquait d'être brisée immédiatement après son arrivée ! Mais pour le moment, il y avait plus grave : le reptile.
Réforme dans les épreuves de passage : on n'avait pas besoin de toucher les AEA plus de vingt secondes ! Ce temps étant largement passé, Auroual pouvait tout à fait lâcher Marmotte, mais surtout, Petra conserverait son honneur en demandant poliment à sa colocataire de faire revenir auprès d'elle "Machin".

"Dis, Auroual... Tu peux pas demander à Machin de s'écarter de ma jambe, s'il te plait ?"


Tiens, pour une fois, elle n'a pas tout débité en un seul souffle. Peut-être la peur de voir sa jambe se faire briser en un tas de minuscules petits morceaux, que même un champion des puzzles n'arriverait pas à reconstituer. Fin atroce. Cela se sentait aussi dans le ton que la miss avait employé : il était calme, elle ne parlait pas fort. Elle avait peur.
Mais, immédiatement, elle reprit, comme si de rien n'était :


"Séraphin, un véritable inconnu pour moi. Mais Mahaut de Clairlac, elle traîne avec une pouffe. C'est donc une pouffe. Evite absoooooolument de traîner avec elle, sinon on croira que tu es une pouffe toi aussi, ce qui serait atroce ! Tu imagines : qu'on te prenne pour une pouffe ? Le calvaire. C'est tellement atroce, les pouffes ? Comment peut-on être ainsi ?"


Parle pour toi, grosse pouffe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Sam 7 Fév 2009 - 22:13

La bestiole poilue que Petra lui avait collé dans les bras s'y roula aussitôt en boule et Orwalle la caressa du bout des doigts. C'était doux. Puis elle reporta son attention sur le drame qui se jouait à l'instant et son serpent d'une taille tout de même inférieure à celle d'un python qui s'enroulait autour du jean noir de sa future colocataire. Ladite future colocataire ne semblait pas rassurée. Ben quoi, ce n'était qu'un serpent, il n'allait quand même pas lui broyer la jambe ! Tiens, si, il y avait des risques. La miss aussi semblait s'en rendre compte, puisqu'elle souriait de façon peu naturelle et demandait poliment à notre chère Orwy de faire revenir son serpent. Mais la miss ne hurla pas. D'un simple claquement de langue agacé qui fut obéit, sa maîtresse incita Machin à lâcher les jambes de la demoiselle. Il avait assez joué.
Mais le doute restait, car la miss avait très bien pu jouer la comédie pour amadouer Orwalle, ce qui n'était absolument pas exclu par la russe. Si peu parano...

Puis la Petra sembla se détendre. Orwalle déposa discrètement Marmotte à côté d'elle sur le lit où elle s'assit et accueillit avec reconnaissance son reptile autour de son cou, là où il avait toujours été. Il la soutiendrait durant les heures difficiles que seraient l'obtention d'un permis de séjour dans la chambre de Mademoiselle Rose et le bizutage que constituait son babillage incessant. Donc Mahaut traînait avec une pouffe et était donc une pouffe et si Orwalle ne voulait pas être prise pour une pouffe, elle ne devait pas traîner avec Mahaut. D'accord, okay, super, mais... c'était quoi, une pouffe ?

Eh oui, avoir grandi sans aller au collège avait privée notre psychopathe de beaucoup de connaissances essentielles à toute bonne jeune fille, notamment : que trouver dans les magazines peoples, comment se faire un french manucure, comment blablater des heures sur des sujets inintéressants, comment dire correctement "si si" et comment reconnaître une pouffe. Connaissances qui ne lui avaient au reste jamais fait défaut, hormis aujourd'hui. Elle fixait donc la jeune miss aux cheveux roses avec des yeux même pas ronds pour pas laisser voir sa stupeur. Elle avait tout de même compris quelque chose de cette fille, c'est que quand elle parlait de pouffe, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité. Des cheveux roses, une voix suraigüe et un débit de parole hallucinant, Orwalle sentait qu'elle allait éviter de passer trop de temps avec sa nouvelle colocataire. Elle eut quand même la gentillesse de répondre d'un ton poli :


"Excuse-moi, maisje suis fatiguée, j'aimerai dormir."

Et hop, ni une ni deux, elle rouvrit son lit, s'allongea et tira les draps sur elle sans prêter aucune attention à la proprio de Marmotte. Puis la slave sombra dans un sommeil réparateur vide de rêves et de cauchemars sans se soucier de l'ex-présumée-nazie, parce qu'avoir peur d'un serpent, ça vous aide pas à tuer une fille qui dort avec autour du cou. Bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Mer 18 Fév 2009 - 15:27

Le serpent partait. Miracle ! D'un simple claquement de langue, Auroual a réussi à faire partir son reptile de la jambe de Petra, pétrifiée. Elle regardait, terrifiée, l'animal se glisser sur le sol en direction de sa maîtresse, puis monter près d'elle, sur le lit, et se lover autour de son cou, comme si de rien n'était. Grande classe qui tue. Qui tue trop. Machin faisait vraiment peur à Petra, et si elle n'avait pas une once de sang-froid en elle, elle se serait sûrement déjà fait dessus.
Auroual déposa Marmotte près d'elle après l'avoir caressé, ce qui rassura grandement Pink Hair. L'animal, réalisant qu'il était désormais éloigné de l'affreux serpent, trottina jusqu'au bord du lit, sauta sur le sol et se mit à escalader les vêtements de Petra. Une fois à la hauteur des bras, sa maîtresse la saisit et la blottit contre elle, tout en regardant White Hair qui se couchait. Ses cheveux étaient vraiment super méga classe et la miss mourrait d'envie d'avoir les mêmes. En plus, cela changerait du total pink. Au pire, si cela ne plait pas à l'être ignoble dont le pseudo commence par "Ed"et finit par "ward", elle pourrait revenir au rose sans problèmes. Il lui suffisait juste de prendre un flacon de teinture de la couleur choisie et... Magiiiiique !
Mais revenons un instant à Orwalle Dingelchen, je vous prie : celle-ci ne répondit rien quand Petra lui parla des pouffes à ne pas fréquenter, et annonça en se glissant sous la couette qu'elle était fatiguée. No problem, c'était son droit de vouloir dormir !


"Oki dors bien et soit en forme demain ! Si tu veux, je te présenterais aux gens cools et, encore mieux, à Sindy !"


Sur ce, elle s'éclipsa... dans la salle de bain. Non, elle n'avait pas but de nouveau de la palinka à l'orange récemment. Loin de là. Mais elle avait une petite idée derrière la tête. Elle alluma la lumière blafarde qui éclaira les carreaux blancs de la pièce, ouvrit un placard et, au lieu de prendre le démaquillant de la parfaite inconnue, saisit un pot de teinture bleu pétrole. Elle n'avait jamais sut pourquoi elle avait acheté une pareille couleur, mais elle l'avait avec elle lors de son arrivée dans le pensionnat. Alors pourquoi ne pas l'utiliser ? En plus, c'était une teinture qui s'appliquait en moins de deux, sans avoir besoin d'être rincé. Le rêve.
Lentement et sans bruit, elle retourna dans la chambre, Marmotte accrochée à son débardeur, puis elle s'approcha de la nouvelle arrivante, bien endormie. Un coup d'œil vers le reptile : la piste était libre, il avait l'air dans le même état que sa maîtresse. Elle posa son AEA à côté d'elle, observant la scène avec ce même regard joueur et gamin, puis déboucha le flacon de teinture.
Rapidement, elle exécuta une chose très méchante : elle teinta quelques mèches blanches de sa "nouvelle meilleure amie de la mort qui tue grave trop cool" en bleu. Au bout d'une dizaine de minutes, le travail fut bien effectué et Petra courut dans la salle de bain ranger à sa place initiale l'arme du crime et se laver les mains. Ensuite, après un dernier regard sur sa victime, elle ouvrit la porte de la chambre qui donnait sur le couloir, puis sortit, suivie de Marmotte, aussi amusée qu'elle.
Pouffe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   Sam 28 Mar 2009 - 8:48

Noir.
Fatiguée.
Sommeil.
Dormir.
Voilà les quatre mots résumant le mieux l'état d'esprit de notre chère dingue au couteau en cet instant. Elle sombra donc dans un repos réparateur étonnament proche du coma éthylique et cessa de s'interroger sur l'obscure signification du mot pouffe, sans se douter qu'elle venait d'en croiser un magnifique spécimen deux minutes plus tôt. Donc la n'Orwy pensait toujours qu'il s'agissait d'une curieuse espèce de truc ressemblant à un machin, enfin bref elle était complètement à côté de la plaque mais qui la détromperait ? C'était comme pour cette histoire de nazis, faudrait quand même que quelqu'un voie à la prévenir parce qu'un perso qui est persadé que le monde entier est contre lui, d'accord, mais quand ledit perso est armé, dangereux, ne connaît pas son pouvoir et est l'heureux propriétaire d'un serpent parmi les plus venimeux du monde... Enfin bref, je m'égare mais faudra que quelqu'un lui parle de l'histoire telle qu'elle nous est enseignée dans les écoles, voilà.
Donc. Notre psychopathe adorée dormait déjà plus qu'à moitié ou même aux trois quarts lorsque Petra lui adressa la parole, elle ne répondit donc que par un vague ronflement/grognement avant de se retourner dans son lit en marmonnant un truc incompréhensible comme le font les gens en dormant. Elle ne sentit pas plus que son AEA le sale tour que lui jouait sa nouvelle-colocataire-ex-présupposée-nazie-futur-punching-ball. Et quand bien même elle aurait senti la teinture s'appliquer, elle n'aurait fait que dégueulasser son lit en se retournant pour gifler l'insolente avec une force suffisante pour lui offrir un voyage vers Pluton.
Mais Orwalle dormait, absolument pas paisiblement, et d'un sommeil qui n'avait rien de juste, mais elle dormait et en était bien heureuse, parce que vingt-quatre heures debout à faire du sport, ça va vous surprendre, mais ça fatigue presque autant que trois semaines sans rp's pour les no-life de la vie. Quoique le sport ait des côtés très positifs aussi, comme vous permettre de vous endormir sans boulotter trois somnifères et avoir une face de déterrée le lendemain, mais je m'égare et j'arrête pas ces temps-ci, donc vous allez devoir me supporter. Bref, promis, maintenant plus que du rp pur et dur.

Orwalle se réveilla donc quelques onze heures et demi plus tard, normal si on considère son temps de sommeil depuis son arrivée au pensionnat ( six heures pour deux jours, ça le fait pas...). Donc elle se réveilla, enfin totalement reposée depuis elle ne savait plus combien de temps, et se leva, fraîche et dispose. Elle se dirigea vers la commode, où elle piocha un T-shirt noir, un pantalon de treillis, des baskets et une petite veste, puis se dirigea vers la salle de bains. Elle prit une douche rapide, à l'eau froide puisque ses colocs avaient utilisé toute l'eau chaude. Elle en sortit reposée, détendue et s'enveloppa d'un épais peignoir blanc avant de se diriger vers le miroir.
Bref regard vers son visage. Okay, pas de cernes, et un teint se rapprochant davantage de l'humain que du zombie fraîchement déterré. Ca marche. Les cheveux. Un coup de peigne. Tiens, elle savait pas qu'elle avait des mèches bleu pétrole.
Au lieu de pousser un hurlement retentissant qui réveillerai tout le monde dans le pensionnat comme n'importe quelle fille normale qui aurait vu sa coiffure détruite, elle passa brièvement sa main dedans, constata que non ça ne partait pas, et se dit qu'elle avait la flemme de se laver de nouveau les cheveux à l'eau de Javel. Elle se contenta donc de noter que ça ne lui allait pas trop mal avant d'attraper une casquette qu'elle risquait d'arborer longtemps. Elle quitta donc la chambre pour un petit jogging.


FIN du RP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: (n°9) Tapage d'incruste.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(n°9) Tapage d'incruste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Premier Étage ::. :: Dortoir féminin :: n°6 à n°10-
Sauter vers: