AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Lipstick and the Ribbon [Jessica]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Dim 15 Mar 2009 - 22:19

I don't know what to say, oh not another world
Just la-la-la-la-la , it goes around the world...


Cette chanson le suivait decidement partout. Le pire, c'est qu'il ne l'avait entendue qu'une fois. Mais ou? Avec toutes les saloperies que passait Mail ou Nao, il ne pouvait meme plus faire la difference

Morgan se mira avec attention dans le miroir, les ciseaux entre les mains. Ce qu'il allait commettre etait une grande decision. Il avait pris l'objet le plus coupant qu'il avait pu trouver, et cette paire de cisaux d'argent etait le plus approprié. Il s'etait isolé afin de ne pas avoir a affronter les regards. Ce qu'il allait faire, il devait le faire seul, pour ne pas changer d'avis au dernier moment... Etait-il bien sur ? Et si... Il ratait... Ne serait-ce pas que souffrances garanties? Non, plus de place aux regrets, il devait rayer cela des maintenant, si il hesitait encore une fois il ne pourrait plus se regarder en face. Il fallait achever. Vite, et bien.

C'est ainsi que Morgan entreprit de se couper les cheveux.

Ou plutot, de couper seulement la meche qu'il avait toujours maintenue longue pour s'occuper les mains depuis que sa mere l'avait laissé faire ce qu'il voulait de son apparence, c'etait a dire assez tot. Tant pis si il se ratait, cela repousserait, apres tout. Morgan reussit neanmoins a un resultat assez potable en s'appliquant un long quart d'heure a egaliser les meches de ses cheveux entre elles. Il se secha ensuite les cheveux et remarqua avec un certain etonnement quelques details qu'il n'avait jamais vraiment noté auparavant. Ses cheveux avaient un peu foncé, virant d'un blond cremeux a un chatain déteint, ce qui etait relativement inexplicable, etant donné sa canicie précoce. Il secoua sa chevelure d'un air harassé. Pas le temps de s'en occuper, il n'avait pas que ca a faire.

A vrai dire, si il avait choisi de se faire beau ce jour là, c'etait pour une raison bien precise et pas forcement tres avouable pour son caractere. Ce fut pour cette meme raison qu'il s'habilla avec grand soin, soulignant ce que Petra aurait apellé «mauvais gout vestimentaire» que constituait l'esthetique de Morgan. Sur une chemise blanche il ferma un gilet vert et enfila par dessus une veste noire des plus traditionelles, qu'il allia a un pantalon long et droit et des souliers presque obsolètes tant ils semblaient avoir traverse les ages. Les armoires du Pensionnat s'etaient adaptées a lui, depuis ces deux ans... Le garcon cligna legerement des yeux, se demandant ce qu'il manquait. Ah, oui, peut-etre que son cache-oeil pouvait etre utile... Il tira d'une petite boite a cote du lavabo un ruban noir qu'il attacha autour de son petit visage afin de masquer l'hideuse cicatrice. Cela devait appartenir a Nao, ces trucs la. Tant pis, il les lui empruntait pour un temps. Ce fut ainsi qu'il prit congé de la maudite chambre deux apres avoir attrapé un chapeau tout aussi lugubre que le reste de sa tenue.

Just La-la-la-la-la
It's all around the world


Maintes fois il faillit faire demi tour, maintes fois il faillit jeter tout cet attirail a terre et retourner gromeller dans son coin comme il avait l'habitude de faire en ce moment, ou de retourner sous la couette pour lezarder en paix jusqu'a une heure avancee. Le fantome de sa morale le rapellait a l'ordre. Jamais en paix, decidement... C'est ainsi que d'une demarche raide a mi chemin entre le formel et le ridicule, il traversa d'une traite le pensionnat et le parc, recroquevillant ses epaules, cachant son visage, forcant le pas. Il ne s'arreta que pour sectionner la vie de quelques malheureuses fleurs du tout debut du printemps qui n'avaient rien demandé sinon de s'epanouir. Il les tenait entre ses mains gantees de noir avec une certaine mauvaise grace qui tenait pesque du degout. Ce n'etait pas forcement lié aux fleurs, jolies en soit, mais plutot a ce qu'il allait en faire.

Le grillage du cimetiere grinça un peu, comme une porte du jardin de sa grand mere maternelle. Ce jardin qu'il n'avait pu arpenter qu'une seule et unique fois... Cependant, les fleurs qui poussaient dans ce jardin ressemblaient plutot a des menhirs cruciformes nourris de cadavres. Le personnage lugubre deambula parmi ces plantations morbides en dodelinant legerement de la tete, se souvenant de cette chanson décalée rythmée de battements assourdis et d'une voix psychédelique.

Just la-la-la-la-la, everybody's singing...
And now the bells are ringing la-la-la-la-la


Il finit par trouver le nom qu'il cherchait. Le garcon resta longuement immobile devant la stele, regardant le nom gravé dans l'eternité. Il etait assez dephasé de parcourir ce nom des yeux, sachant le corps qu'il avait vu animé a present enfoui sous la terre. Il frissonna, s'imaginant le cadavre qui gisait. Deja qu'il n'etait pas tres frais de son vivant... Quoique, peut-etre que cela ne changeait pas grand chose. Les doigts osseux de Morgan se frotterent au granit rapeux. Il se demandait comment cette stele avait pu etre erigee. Il n'avait pas ete a l'enterrement de fortune, auquel avait ete... Il ne savait meme pas qui. Rikka et Eva peut-etre. Il ne saait pas qui avait eu le courage de creuser, ni quel tailleur de pierre avait pu si rapidement eriger cette petite croix. Cela devait plutot faire partie de la magie du pensionnat. On avait du l'enterrer sous moins d'un metre de terre et planter un maladroit ecriteau de bois, et les I n'avaient pas du juger cela esthetique par rapport au cimetiere ou gisait tant d'inconnus. Que d'honneurs pour un junkie qu'on aurait presque jeté aux ordures, en dehors du pensionnat. Morgan vacilla. Il parvint a murmurer, le nez fourré dans le col de sa veste


«Desolé.»

Il laissa tomber le maigre bouquet sur la tombe de celui que l'on avait denomme tres formellement de Ritchie Spangen. Il n'avait pas ete tres respectueux. En verité, il s'etait persuadé qu'il avait bien agi, cependant malgre tout son mepris envers le personnage de Ritchie, il y avait un certain respect pour la mort que les humains avaient acquis. Ce n'etait pas pour le perdre. De toutes manieres, il avait perdu toutes ses bonnes resolutions. A quoi servait-il de courir apres ? Elles l'avaient deja fui. Il etait seul desormais. Peut-etre un peu trop. Il evitait Nao comme la peste et parlait encore moins a Mail qu'avant. Elle etait un peu vide, la chambre deux... Morgan fronca soudainement les sourcils et s'ecria

« Hein ? Mais qu'est ce que je fais, là ?! »

Cela ne lui ressemblait pas. Pas du tout. Il ne fallait pas s'apitoyer sur ce type ! Il allait se dire quoi? Qu'il lui manquait, peut-etre? Oh Ritchie, reviens donc encrasser la piece de ta simple presence ca me manque taaaant! N'importe quoi. Cependant, il etait vrai que sans lui, un soupcon d'amertume s'etait glissé dans la chambre si animée. Plus de Rikka, presque plus d'Eva... Il n'y avait guere que Lyz qui venait encore. De toutes facons il ne leur parlait pas - ca va pas la tete ? - mais ce ballet et cette agitation etaient... un peu amusants. Un peu. De toutes facons c'etait terminé, et cette attitude ne lui ressemblait pas. Morgan se mit a pietiner les fleurs et cria

«Va te faire foutre et surtout, surtout, reste ou tu es !»

Sa voix se mua en un petit rire. Il avait fait tout cela pour rien, et se sentait ridicule dans ses habits si chics qu'il avait preparé la veille comme pensant a un enterrement tardif. Morgan attrapa son chapeau et le mit sur la croix, un mince sourire sur les levres. Il comprendrait ses attentions.

La-la-la... ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Lun 16 Mar 2009 - 18:34

    La belle, la majestueuse, la magnifique, la sublime, l’admirable, la bellissime, l’éclatante, l’étonnante, l’extraordinaire, la formidable, la grandiose, la merveilleuse, la ravissante, la généreuse, la brillante Jessica s’était levée très tôt dans sa chambre fraichement obtenue et avait pris une heure et demi pour s’habiller. Elle avait enfilé une mini-jupe jaune et un top avec un décolleter si plongeant, qu’on se demandait si elle n’aurait pas mieux fait de ne pas en mettre. Elle avait aussi mis des chaussures à talons de douze centimètres virgule huit, si bien qu’on se demandait comment elle tenait encore debout. Mais de longues années d’entrainement avaient suffi et elle arrivait parfaitement à ne pas se cranter. Elle était une des rares à réussir ce prodigieux exploit.

    Donc, je disais qu’elle s’était levée tôt. Après s’être habillée, elle procéda à son habituelle séance de maquillage d’une heure quart. Elle s’était appliqué une bonne couche de mascara, de fond de teint, de rouge à lève et de tous les produits qu’elle avait en réserve, mais, évidemment, sans tomber dans l’excès. Ce qui la rendait encore plus belle qu’elle ne l’était déjà. Elle avait passé encore trente minutes à se contempler dans le miroir, pour voir si aucune tache ne s’était malencontreusement attachée à un des petits –très petits- morceaux de tissus qui lui servait de vêtements. Mais après de longues vérifications, elle décida qu’elle était assez bien habillée pour pouvoir sortir sans avoir honte de croiser Sindy qui aurait pu trouver un défaut à sa tenue.

    Mais son but n’était pas là.

    Elle quitta sa chambre. Debby dormait encore. Mmh, encore une petite peste comme Sindy. Mais avec un peu de chance, elle arriverait à la mettre sur le droit chemin et elle deviendrait comme Jessica. Aussi belle, majestueuse, magnifique, sublime… enfin bref.

    La jeune fille se dirigea vers les escaliers qu’elle descendit de son pas auguste. Son chemin était déjà tout tracé : elle allait dehors. Parce que l’ambiance romantique du par cet du lac était sans aucun doute propice aux rencontres. Soyons clairs : elle voulait rencontrer des mecs hein, pas des idiotes débiles comme Sindy. D’ailleurs, cette bombasse devait sûrement encore ronfler avec son filet de bave qui lui sortait de la bouche. Elle l’avait vu ! Elle bavait dans son sommeil ! Oui, elle avait jeté un coup d’œil dans sa chambre, mais elle ne l’avait vue que de dos. Et à moins qu’elle ait mal entendu, Jessica avait perçut un bruit grave que l’on ne pouvait pas confondre : un ronflement ! Et comme elle entendait très bien…

    Donc, arrivée dans le parc, elle prit la pose : mains sur les hanches, jambes droites tendue supportant son poids, jambe gauche légèrement pliée, sourire aguicheur, le tout faiblement penché. A coup sûr, des dizaines, voir des centaines de garçons allaient arriver pour lui faire la cour. Mais à son grand étonnement, juste une mouche, qu’elle chassa d’une violente attaque de la main, s’aventura jusqu’à elle. Elle ne se vexa pas, puisqu’il était assez tôt et que ces paresseux dormaient sûrement encore. Elle décida de reprendre sa posture aux abords de la foret. Hélas, rien ne vint.

    Mais où étaient-ils ? Pourtant, ils devraient se disputer un coup d’œil. Ce n’était pas possible ! Avec tous ces gens qu’il y avait dans le pensionnat, il devait bien en avoir quelques uns sortis. Ils ne pouvaient décemment pas la laisser poireauter le temps que ces messieurs se lèvent non plus !

    Et soudain, elle entendit une voix. Elle ne pouvait pas se tromper : c’était une voix masculine. Un garçon se cachait donc dans les alentours. Mais où chercher ? Son ouïe infaillible la conduisait tout droit vers le cimetière. Que diantre pouvait faire un beau mâle dans un endroit aussi lugubre. Enfin, elle disait beau, elle n’en était pas sûre non plus puisqu’elle ne l’avait pas vu. Mais elle espérait de tout son cœur qu’il serait beau, galant… Enfin, mieux que tous les soit disant princes charmants qu’elle avait rencontrés dans ses jeunes années. Elle avait quand même dix—sept ans de drague derrière elle. On va dire douze car c’est aux environs de cinq qu’elle eut son premier vrai petit ami. Par vrai j’entends celui qui lui offre des fleurs et qui l’embrasse goulument tout les jours.

    Quand elle arriva dans le cimetière elle aperçut le fameux jeune homme –qui était en train de s’époumoner tout seul. Ah, ça c’était malin ! Elle tombait sur le cinglé qui causait tout seul ! Et dire qu’elle s’était préparée pour un fou…

    Il était plusieurs allées plus loin, ce qui l’obligea à passer au dessus des tombes. Et tous ces morts qui se rinçaient l’œil ! Elle n’était plus qu’à quelques mètres de lui et décida donc de reprendre sa pose. Mais il lui tournait le dos. Rhaa ! Elle devait vraiment tout faire elle-même ! Elle s’approcha encore un peu avant de le prévenir de son arrivée.


    « Bonjour, Jessica Hydilles » dit elle en tendant sa main manucurée.

    Non, ce n’était pas pour qu’il la serre comme pourrait le croire le commun des mortel, mais bien pour qu’il y pose un baiser comme dans les films. Parce que ça fait classe et qu’il voit bien à qui il avait à faire.

    Elle alla ensuite s’assoir sur une des tombes, les jambes croisées, bien décidée à le draguer dans les règles. Règles qu’elle avait inventé toute seule lorsqu’elle avait compris que certains garçons étaient plus faciles à obtenir quand on respectait certaines étapes. Bon ok, celui là n’était pas spécialement bien habillé, mais après tout, elle avait vu pire. Comme Bradley, un garçon qui avait toujours les cheveux gras.


    « Qu’est-ce que tu fiches ici ? Pourquoi t’es tout seul ? Pourquoi tu parles tout seul ? Réponds-moi ! »

    Qu’elle était agréable Jessica. Qu’elle était gentille Jessica. Qu’elle était Jessica.

    « Oh regarde, cette tombe a un chapeau. Ils sont cons les gens quand même. Pourquoi on devrait habiller les tombes maintenant ? C’est débile et sans intérêt. C’est les humains qu’on habille. Par exemple, moi, ce matin, je ne retrouvai plus mon top, rigola-t-elle en montrant son haut, mais heureusement je l’ai retrouvé. »

    Ah non, la première étape n’était pas d’assommer les gens. Mais, ces étapes avaient été faites il y a bien des années, et cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus dû les utiliser-puisque son charme naturel est habituellement suffisant-, elle les avait un peu oublié…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Lun 16 Mar 2009 - 21:20

Par contre, a part passer pour un clou, il ne savait pas trop à quoi avait servi son escapade matinale dans le parc. En plus, le sol etait legerement glissant à cause de la rosée et d'une averse de la veille qui avait inondé quelques minutes l'avenant paysage. Et donc, il s'etait levé tot, s'etait apprêté comme un corbeau qui va a un enterrement - ce qui n'était pas totalement faux -, il s'etait meme coupé les cheveux ! Meme si il avait l'intention de le faire à un moment ou à un autre, ce genre de petits détails l'embarassaient comme une bande de limaces embarassaient une feuille de salade. Il avait l'air debile, avec ses vêtements d'epouvantail - quoi non mes vêtements sont tres beaux c'est vous qui n'avez pas de goût - et son petit bouquet, dont les fleurs n'avaient pour la plupart meme pas eclos entierement, complètement dechiqueté sous ses fulminants coups de pied.

Le mort était assez negligé pour ne pas se formaliser de ce désordre. De toutes manières, Morgan n'était pas homme à s'occuper de ce genre de choses. C'est pourquoi il n'entreprit d'epousseter un peu la stèle que lorsqu'il se rendit compte que ce n'était pas esthétique. Il poussa le gros des pétales sur le gravier humide, et n'eut de toutes manières pas le temps de faire plus, étant donné qu'une voix l'interrompit. Il faut souligner que Morgan fut pris légèrement au dépourvu. Il n'avait pas du tout entendu les petits cailloux grisâtres du morne jardin sonner une nouvelle visite aux locataires permanents de l'accueillant hotel. Les épaules de Morgan sourcillèrent, et il prêta l'oreille aux déblatération de la personne qui venait l'interrompre en plein recueillement, certes peu conventionnel, mais que l'on pouvait quand meme qualifier de maigre respect pour les morts.

Morgan grimaça. Il ne connaissait pas spécialement la notion de honte vestimentaire, mais il était tout de même irritant de se faire surprendre en train de faire quelque chose totalement contraire à ce qu'il ferait. Heureusement, la voix ne lui était pas connue, alors il ne courait a priori aucun risque. Cependant, il lui fallut reirer ses mots. Lorsque son seul oeil opérationnel rencontra la silhouette qui venait de lui adresser la parole, il se retrouva confronté à un énorme dilemme. Comment qualifier cette... euh... honorable personne ? Il hésitait. Pimpante, indécente ou tout simplement infréquentable pour quiconque lui ressemblait?

Heureusement pour lui, comme tout homme sensé qu'il était, Morgan se confronta d'abord à ses traits, son visage étant à peu près à la même hauteur que le sien. Il put en soutirer le qualificatif d'esthétique, malgré la couche superflue de maquillage que les femmes aiment se tartiner afin de paraître plus jolies alors qu'elles n'avaient l'air que plus ridicule de son point de vue. Cependant, ses yeux presque ecarlates à la lumière pure que conférait le ciel donnaient un air sculptural à ce visage symétrique. Cependant, là où ca ne va plus... du tout, c'est quand il tenta de la jauger de bas en haut avant de répondre à ses présentations. Il tiqua, ecarquillant son pauvre oeil emeraude qui allait de surprise en surprise au pensionnat. Disons qu'elle avait des formes assez.. Et puis des vêtement plutot... Ou alors pas assez... L'oeil de Morgan se teignit d'incompréhension. Les hommes avaient commencé à mettre des vêtements pour se protéger du froid, non ? Alors il fallait lui expliquer pourquoi il devait y avoir en tous allez, soyons généreux, moins de 40 centimetres carré de tissu sur elle ? Morgan n'était pas un homme lubrique, et plus que de l'émoustiller, une pareille exposition du corps par ce temps plus que frais, dans un cimetière, le matin à pas d'heure...


« Morgan Poulenc... »

Ses paroles auraient pu être représentées dégoulinantes de froideur incertaine, liées à un faciès presque comique tant il pouvait être représentatif de la manière de penser du début du XXe siècle. Lèvres étirées en une grimace pincée, oeil clignant nerveusement, il finit par appliquer le dernier terme. Infréquentable pour un homme aussi sensé que lui !

Le pire, c'est qu'elle se croyait totalement tout permis et commençait à lui parler comme si ils étaient les meilleurs amis du monde ou alors de vieilles connaissances échappées de la même maternelle. Ce à quoi Morgan aurait voulu opposer la célèbre réplique "on n'a pas élevé les cochons ensemble !" qu'il tut afin de suivre la politesse qu'il s'imposait tant bien que mal. Le borgne écouta donc passivement les bavardages de la charmante créature se croyant sur une plage en cote d'Azur. Ouais... Développer une plage dans un cimetière... Tout un concept que visiblement Jessica rêvait d'appliquer. Il broncha lorsqu'elle le traita indirectement d'imbécile en lorgant sur son chapeau et se permit de répondre ce que l'on nommerait un « vent » à la main que Jessica tendait vers lui, attendant certainement quelque bonne grâce. Morgan, tout homme poli qu'il était, n'avait pas envie d'être gentleman et la laissa ressembler à un épouvantail pulpeux sans esquisser le moindre mouvement vers elle.

« Je parlais à un mort. En général, ils sont moins fatigants que les vivants...»

Ca c'etait so dark, même si il n'y fit pas très attention. Il tapota sur la tombe à laquelle il parlait et amorça un petit sourire forcé

« D'ailleurs pas mal des types enterrés ici seraient certainement charmés de voir la mode chez les prost... les jeunes filles d'aujourd'hui. Surtout celui à qui je parlais, d'ailleurs. Au demeurant, si vous aviez réellement perdu votre ... « top », on n'aurait presque pas vu la différence, ne vous inquiétez donc pas pour si peuuu ~ »

Argh, il s'était dit qu'il resterait poli et vaguement agréable !

Le jeune homme, qui avait au moins trois ou quatre couches de vêtements sur lui en comptant les sous vêtements, la chemise, le gilet et la veste, haussa légèrement les épaules en fixant les jolis yeux de la demoiselle, dont on pouvait emettre des reserves quant à ce qu'elle portait.

« Vous pouvez mettre ce chapeau, il vous couvrira plus que l'ensemble de vos vêtements.»

Sur ce, il prit enfin les doigts de Jessica et lui fit un baise-main en bonne et due forme. Enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Jeu 19 Mar 2009 - 17:18

    Jessica n’avait même pas fait attention au ton froid qu’avait employé le nouveau prétendant –car, évidemment, il ne pourrait pas rester impassible aussi longtemps devant une telle beauté. De toute façon, elle savait qu’il ne l’avait pas fait exprès. Parce qu’il devait sans doute être de mauvaise humeur puisqu’ils se trouvaient dans un cimetière, lieu de recueillement et de pleurs. Même si Jessica ne pleurait que très, très rarement. D’ailleurs, elle n’avait pas versé une seule larme quand Hugo, le seul petit copain qu’elle ait gardé plus de deux semaines, l’a quitté quand il a sut que Jessica le trompait avec son meilleur ami, Charles, qui lui-même trompait Gwendoline qui avait un jour une aventure avec Hugo, qui était tombé amoureux de Miranda, pire ennemie de Jessica. Et si vous avez bien suivi, vous savez que Gwendoline est la cousine par alliance de Miranda. Et vous savez aussi que Jessica avait décidé à ce moment-là d’embrasser Albert car elle avait vu qu’Hugo avait regardé les yeux de Marine. Alors, là, Jessica à envoyer son amant, Luc, donner un coup de poing à Richard, l’oncle de Luc, qui sortait avec la demi-tante par alliance de Jessica qui avait couché avec Hugo, son petit ami –celui de Jessica hein.
    … Vous imaginez le tableau ?!
    Et dire que la princesse des blondes n’avait pas pleuré. Du tout ! Mais, elle avait gardé de grandes séquelles morales –mais pas physique, je vous rassure, son corps était toujours aussi parfait- de cette histoire de tromperies. Depuis, elle savait qu’elle ne devait plus sortir avec un garçon dont le prénom commençait par un H, se terminait par un O, et qui contenait un U et un G. Mais, ça tombait bien puisque Morgan ne commence pas par un H. Bon, il y avait un O dedans, mais ce n’était pas grave car il était positionné en deuxième place.

    Enfin bref.

    Tout en l’écoutant, elle relukait son interlocuteur, comme un metteur en scène pourrait reluker un potentiel acteur. Il était habillé… bizarrement. Mais, elle ferait avec. Il avait des vêtements très… laids. Déjà, sous sa veste noire, on voyait un gilet vert. Vert ! C’était vraiment… il n’y avait même pas de mots pour décrire cette… chose. En plus, il avait un bandeau sur l’œil. Ca faisait trop pirates quoi ! Mais, en même temps… ça faisait mystérieusement sexy. Et puis, des vêtements d’un autres temps, ça faisait secret… Enfin, vous avez tous compris où je voulais en venir.

    La neige poudrait sous les pieds crissant mystérieusement apparu au coin du cercle.
    Telle était la phrase qui résumait tout ce que ressentait Jessica en ce moment. Je tiens à noter que la phrase était d’elle. Elle l’avait écrite quand Hugo l’avait quitté. Oui, cette phrase, ces mots alignés les uns à côté des autres, révélait ce que pensait vraiment la bimbo. Toutes ses interrogations, ses doutes, les larmes qu’elle n’avait pas versées. SA VIE quoi !
    Seul un vrai écrivain pourrait comprendre son sens réel, pourrait découvrir tous ces mystères… Ou peut-être aussi un psy, mais elle n’était pas du genre à aller raconter ses rêves à un vieux barbu qui ne ferait que regarder SOUS son visage. Un peu au sud là… vous voyez ?
    Et dire que son talent n’était même pas reconnu parmi les simples mortels. Rhaa, que la vie était dure ! De plus, son rouge à lèvre préféré commençait à donner une couleur verdâtre à la place du rouge flash qu’elle aimait
    tant. Doux Jésus.

    « Je parlais à un mort. En général, ils sont moins fatigants que les vivants...»

    « Ben ouais, puisqu’ils ne répondent pas. Mais c’est vrai que parfois, ce serait bien de pouvoir faire taire les gens quand même. Comme ça, plus besoin de leur demander. Et puis, parfois, ils causent trop. J’te juuuuuure ! Aucun respect quand même »

    Je ne sais pas si c’est parce qu’elle commençait à avoir froid avec ses petits vêtements ou si c’était parce qu’il était tôt ou encore car c’était le gentil monsieur devant lequel elle se trouvait, mais Jessica parlait beaucoup. Peut-être même un peu trop. Mais bon, il devrait faire avec puisque voilà. C’était Jessica et elle ne changerait pour rien au monde puisqu’elle était sûre et certaine qu’elle était la plus belle du monde entier et que tous les garçons rêvaient de sortir avec elle.

    « D'ailleurs pas mal des types enterrés ici seraient certainement charmés de voir la mode chez les prost... les jeunes filles d'aujourd'hui. Surtout celui à qui je parlais, d'ailleurs. Au demeurant, si vous aviez réellement perdu votre ... « top », on n'aurait presque pas vu la différence, ne vous inquiétez donc pas pour si peuuu ~ »

    « Oh, je sais, je suis tellement belle qu’on ne regarde pas vraiment mes vêtements… Que veux-tu, la vie est dure pour les moches, on y peut rien. C’est comme ça, les beaux sont dans les grandes « classes » tandis que les autres sont tout en dessous de l’échelle sociale. »

    Elle le regarda un instant avant de murmurer, plus pour elle-même que pour Morgan :

    « Mais toi, je ne sais pas où on devrait te placer… »

    Mais c’est vrai quoi ! Pourquoi existait-il de si grand styliste pour que l’on s’habille comme un plouc. Mais où allait le monde ?

    « Vous pouvez mettre ce chapeau, il vous couvrira plus que l'ensemble de vos vêtements.»

    « Oh, mais ne t’inquiète pas… Je ne mettrai jamais cette horreur ! D’ailleurs, je plains le type qui a mis cette chose un jour. »

    Sur ce, elle prit le chapeau quelle tourna entre ses doigts, parce que c’était sexy. Enfin, peut-être pas, mais ça l’était pour Jessica. Et comme elle avait raison dans nonante-neuf des cas, c’était sexy. Et soudain, une idée lui vint. Elle laissa tomber « malencontreusement » le couvre chef, ce qui l’obligea à s’abaisser, laissant découvrir aux yeux du garçon, un magnifique décolleter plus que plongeant. Après plusieurs secondes en position –parce qu’elle n’allait pas le privé si tôt de ce spectacle- elle gloussa un peu.

    « Que je suis sotte ! … Et sinon, t’as une copine ? »

    Quelle délicatesse !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Jeu 19 Mar 2009 - 20:03

Cette fille...

Elle avait quoi, dans la tete (a part du vide) ?

Sans doute du gloss, des paillettes et un soupçon d'indécence malvenue.

Morgan reflechissait à la manière la plus rapide de fausser compagnie à cette pauvre demoiselle qui ne devait absolument pas se douter des sentiments qu'entretenait le jeune homme a son egard, assez peu élogieux. Son regard restait fixé sur le visage relativement agréable de Jessica pour ne pas s'égarer là où un regard ne devrait jamais s'aventurer. Il n avait déjà trop vu, ces derniers temps, c'est pourquoi il snobait superbement les formes de Jessica. En réalité, si une fille de ce genre racolait un homme dans un lieu aussi désert, il n'aurait pas hésité longtemps à en tirer parti ou à demander quel était le prix de la passe. Mais Morgan n'était pas un homme normal, et de surcroit n'avait pas l'habitude de se faire draguer. Enfin, par des filles. Nao s'était montré insistant jusqu'à la fin... Morgan n'étant pas très doué en relations sociales, il ne se doutait pas vraiment que c'était sans doute animée des mêmes intentions que Jessica lui parlait. Morgan se renfrogna comme le vieux rabougri qu'il était tandis qu'elle faisait un grand discours sur les "beaux" et les "moches".

Il était vrai qu'elle était très, très belle. Qu'elle avait de jolis yeux, légèrement en amande, dont les pupilles tiraient sur un ambre chaleureux, que ses fossettes avaient quelque chose de charmant et que ses lèvres pulpeuses s'harmonisait bien mieux avec le reste de son visage que les starlettes gonflées de substances artificielles, que ses longues jambes avaient un galbe raffiné et que sa silhouette ferait envie a plus d'une fille. Il savait tout de même apprécier ou déprecier une anatomie, cependant il détestait qu'on la mette en valeur comme sur un étal de boucherie et que comme irradié par la beauté, le cerveau se mette à dérailler et à enchaîner ânerie sur ânerie. Et lui, tout recroquevillé dans sa maigre enveloppe corporelle, il se sentait laid et ridicule. Quoi ! Il n'etait pas aussi charismatique que son interlocutrice. Il pourrait lister ses défauts sans honte : Ses jambes bien trop arquées n'était vraiment pas belles, son oeil gauche était crevé et restait repoussant, son sixième doigt à chaque main avait le don de répulser ceux qui le remarquaient, il était plutôt grand mais aussi assez chétif. Il avait un certain charme, cependant il n'était pas beau à proprement parler... Mais il pouvait au moins se vanter d'être un peu plus intelligent que ce qu'il avait entrevu de la femme fatale.

Morgan croisa les bras, un peu vexé, lorsqu'elle qualifia son chapeau «d'horreur». Elle se promenait en maillot de bain vulgaire et criard et osait qualifier son chapeau de laid ! Certes le sens de la beauté était subjectif, mais elle ne convenait pas à ses codes. D'un ton neutre, il répondit plutôt poliment, se demandant une nouvelle fois ce qu'elle avait dans le crâne pour ne pas avoir compris son ironie et le double sens de sa phrase précédente.


«Je le plains aussi.......»

Elle sembla le prendre tout de même, pour le serrer entre ses fins doigts manucurés. L'écart du style du chapeau et de celui des vêtements de la blondinette était assez saisissant. Du raffiné au vulgaire, du ridicule au sensuel. Tout était question de point de vue, après tout. Elle se pencha langoureusement pour ramasser le couvre-chef après que comme par quelque volontaire maladresse elle l'eut fait tomber. La, tout homme est en proie à un affreux dilemme : se rincer l'oeil ou regarder ailleurs? En général tout homme sensé de la bonne société se dépecherait d'éloigner son regard pour faire bonne impression tout en jetant quelques discrets quelques coups d'oeil vicelards au plongeant décolleté qui s'offrait à sa vue. D'autres, moins raffinés, mataient outrageusement à s'en pâmer les courbes généreuses qui leur était donné de voir de plus près, et enchaînaient sur une quelconque technique de drague souvent assez rentre-dedans. Quoi qu'il en soit, il était naturel de se pâmer d'une façon ou d'une autre devant le décolleté d'une jolie femme, que l'on soit enfant s'ébahissant devant une poitrine rapellant celle de sa mère, adulte marié ou célibataire endurci ou vieillard se rapellant sa jeunesse en se consolant d'avoir encore ses yeux pour mirer.

« Je ne vous le fais pas dire... » fut tout ce que Morgan marmonna entre ses dents lorsqu'il entendit l'exclamation de Jessica concernant son intelligence. Voyez, elle l'admet d'elle meme ! Cette fois, il a été quasiment doux et presque poli. Il n'avait pas fait attention à la technique quoique fort bien interprétée de Jessica, n'y voyant naivement ou aveuglément qu'une maladresse orchestrée pour il ne savait quelle raison. Il serra ses mains gantés d'un air las, avant d'enfin remarquer qu'elle essayait peut-etre de le draguer ! (Bravo Morgan). Ses joues prirent une teinte légèrement rosée, se demandant ce qu'il pouvait bien avoir d'attirant et surtout pourquoi elle venait draguer dans un cimetière. Et enfin et surtout si elle pensait vraiment que cette attitude le charmait ne serait-ce qu'un peu. Néanmoins, cette révélation tardive ebranla plus que de raison le pauvre Morgan qui vit sa mémoire invoquer les pitoyables images de Morgan abandonné aux bras de Nao, de Morgan baisant les charmantes lèvres de Nao, de Morgan ... Bref. De mauvaises images qui n'avaient rien à faire là. Ce fut donc d'un ton brouillon qu'il répondit, en agitant la main comme pour évaporer les nuages qui trainaient dans sa tete et en adoptant un ton nettement moins hautain

«Euh ben non et de toutes manières ... ben cela ne me manque pas.»

Quel manque de classe. En plus, il avait ponctué sapauvre phrase d'un sourire gêné et de mimiques ridicules ponctué d'un petit pas en arrière qui valut sa perte. En effet par un hasard commandé par un destin sadique, il avait buté contre la tombe de Ritchie et s'étala dessus comme un malpropre ivrogne. A moitié sonné, il se releva et tenta de faire oublier sa maladresse stupide en déviant la conversation, même pas intelligemment ou discrétement mais après tout c'était Jessica, ca... pourrait marcher? Peut-etre..... Ou pas.

«Et vous votre... «copain», comme vous dites.... C'est cet Owen Hellert que j'ai entraperçu au bal?»

En effet, il se souvenait vaguement de la présence d'une provocante bimbo mais faute de se rapeller de ses traits, il avait copié collé ceux de Jessica, quitte à faire fausse route. Ce fringuant jeune homme bien droit, ex de sa vampire préférée, avait certainement dû se méprendre sur la personne... L'inviter par erreur, quoi. Et l'avoir lâché dès la danse terminée.... Bien sûr?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Dim 22 Mar 2009 - 16:24

    Mais qu’avaient-ils tous à la vouvoyer ? Ca en devenait agaçant à la fin. Pourquoi les beaux –et même les moins beaux, après tout, elle n’était pas à ça près- ne lui disaient pas « tu » comme elle le faisait ? Nan mais sans blague. Elle n’était pas vieille, pas très grande non plus. Elle ne draguait pas les enfants –non non, je vous assure : ce n’était pas une pédophile. Et elle ne pensait pas être vraiment impressionnante. Enfin si, quand même un peu. Tant de beauté d’un seul coup pouvait bouleverser les âmes sensible, mais à part ça, elle ne voyait pas du tout pourquoi ces gaillards ne la tutoyaient pas. Elle faisait peur ? Non, sûrement pas ! Elle pouvait émouvoir, se faire désirer, donner un soudain désir de draguer et encore plein d’autres choses, mais pas faire peur. Jessica était bien trop belle. Jessica était tellement magnifique. Jessica était tellement merveilleuse !

    Maintenant qu’elle y pensait –oui, parfois elle pense-, pourquoi ce Morgan restait-il impassible. Peut-être même légèrement froid. Légèrement seulement. Pff, il ne devait sans doute pas être normal ! Parce que tout homme normalement constitué devrait regarder Jessica, si pas en bavant, en enviant le mec qui pourrait l’embrasser. Mais celui-là avait plus l’habitude de la fixé dans les yeux, lèvres pincées, comme si elle l’ennuyait. Pourtant, elle ne croyait pas être ennuyeuse. Au contraire ! Elle se trouvait cultivée, intelligente même ! Chacun de ses mots est comme un cadeau... une chance d’en apprendre plus sur la vie.

    Pendant qu’elle était plongée dans ses pensées, à se demander le pourquoi du comment de telle ou telle question, Morgan lui répondit qu’il était libre. Chance. Quoique, en fait, même s’il en avait eut une, ça n’aurait pas dérangé tant que ça la petite Jess, qui, de toute façon, avait déjà piqué plein de garçons à leur copine. Ainsi, ils pouvaient voir à quel point Jessica était belle et intéressante et à quel point leur ex ressemblait à une guenon inculturée. Certain pourrait penser qu’elle n’est pas très gentille, mais évidemment, ils sont idiots. Observez :
    1) Jessica voit un mec. 2) Elle le drague. 3) Elle se rend compte qu’il a une copine. 4) Elle le drague quand même. 5) Il connait le bonheur pendant deux jours. 6) Elle le plaque et il retourne avec son ex.

    Résultat : Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.


      « Qui ? »


    Il avait cité le nom d’un certain Owen. Mais elle ne souvenait pas d’un garçon portant un nom si ringard. Ah ! Si ! Le bal. Comment avait-elle pu oublier une chose pareille ? Le bal, les vampires, son presque viol par Sindy et tout le tralala.

    « Oh, lui. Heu ouais. Enfin, je ne sais pas. Je crois pas en fait. »

    Ça, c’était vraiment DEGUOUTANT. Quoi donc ? Lui poser une question à laquelle elle ne savait pas répondre. Elle avait l'aire d'une parfaite idiote. Est-ce qu’Owen pensait à elle ? Sans doute. Sans aucun doute. Mais elle ? Non en fait. Elle l’avait déjà presque oubliée. Mais elle se souvenait de l’après bal. Ils avaient… Enfin voilà quoi ! Vous voyez…

    « Mais on s’en fiche, je ne l’ai plus revu depuis… Donc, je suis libre comme l’air. »

    Elle n’avait même pas fait une petite moquerie sur le fait que Morgan s’était cassé la figure sur une tombe. A la limite, elle serait plus allée consoler la tombe plutôt que lui. Pauvre tombe. Il l’avait peut-être cassée ? Ou abimée ? Quelle chose horrible !
    Enfin bref.
    Jessica s’approcha de lui. Pas trop près non plus. Environ… 50 centimètres.


    « Et maintenant… »

    Elle s’arrêta. La vie était courte. Il fallait en profiter.

    « …que veux-tu faire ? »

    Plus explicite, ça en devenait malpoli…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Lun 23 Mar 2009 - 8:06

Crrrac. Morgan venait de faire craquer ses vertebres pour alleger sa douleur. Ritchie toujours un moyen de l'ennuyer, meme mort ! Fallait le faire. Morgan gratifia sa tombe d'un leger coup de pied, en se frottant la nuque. Si il etait tombe quelques centimetres a cote, il aurait pu se briser le cou. En meme temps, c'etait sans doute le sort qui lui serait reserve si il croisait Emily et que par un quelconque malheur elle lisait ses souvenirs, mais passons. Pour le moment il avait adroitement reussi a l'eviter, c'etait deja pas mal ! Cependant, il ne pourrait pas effectuer ce manege eternellement. Il devrait le lui dire. Et pour elle...

En tous cas, Morgan avait d'autres preoccupations que de penser à Jessica, visiblement. Le garçon la regardait sans vraiment la voir, son regard passant presque au travers de la plantureuse demoiselle. Et celle-ci continuait ses mimiques presque vulgaires en se tordant langoureusement. Morgan etait tout de meme un peu gene. Si beaucoup de filles de son ancien lycee se plaignaient de se faire aborder par des boulets sans noms qui les draguaient avec vulgarité, il n'avait pas rencontré le probleme inverse, du moins pas avec une... fille... et puis pas non plus dans un endroit comme cela. Il avait presque peur de ce qu'elle serait capable de faire. Et surtout il se demandait si elle etait en pmanque. Quoi, pour s'en prendre au type le plus coincé et cynique du pensionnat, il fallait soit avoir un grain, soit n'avoir decidement aucun succes avec les autres hommes. Ce qui l'etonerait, vu le penchant naturel de ses semblables a s'egarer sur de pareilles formes... En fait, elle devait juste ignorer ce qu'il disait depuis le debut, ou avoir le gout du challenge. Elle ne s'y prenait pas bien... Pour avoir un tel glacon, il faut soit le forcer un peu, soit le charmer d'un esprit vif et eclairé partageant a peu pres le meme point de vue sur le reste de ses semblables.

Owen venait tout de meme de baisser largement dans son estime. Oui, c'etait bien lui qui etait a son bras lors du bal. Argh, il n'y avait pas idee de trainer avec ce genre de personne ! Surtout en face d'Emily ! Il ne savait pas exactement si c'etait par procuration ou par reel plaisir sadique que le binoclard s'etait entiché de la nymphe pour une soiree qui ne semblait pas avoir ete tres endiablée, vu les souvenirs tres flous qu'avait Jessica ( les apparences peuvent etre trompeuses ). Mais plus qu'Owen, c'etait le fait qu'elle soit "libre comme l'air" qui le genait, car cela présageait une suite de son quasi-harcèlement. L'unique oeil de Morgan rencontra ceux de Jessica, qu'il sonda avec une curiosité inquiete. Il ne put rien y rencontrer de tres explicite, sinon une sorte de petillement qui ne lui disait rien qui vaille.

Lorsque les chaussures de la genereuse enfant se mirent en marche sur le gravier humide, Morgan fut tente de reculer en meme temps qu'elle avancait pour garder la meme distance entre eux et de garder son propre espace inviolé et calme. Cependant, lorsqu'on etait assis sur une tombe, il etait malaisé de reculter davantage sans que cela ne soit impoli. Cretin de Ritchie, va. Morgan opta donc pour un air neutre en croisant les pieds, toujours assis sur la sepulture de pierre. Ce n'etait peut-etre pas tres correct, surtout etant donné l'amour qui regnaient entre eux du vivant de celui qui dormait la. Et lui qui se mettait a songer a la morale, alors que Jessica venait de lui faire une proposition des plus pernicieuses ! Morgan releva la tete brusquement, se demandant si il avait bien entendu. Il n'etait pas completement stupide, tout de meme, et avait compris le sous-entendu planant dans ses paroles. On aurait presque dit Nao et ses sortes de propositions baveuses. Le jeune homme fouilla dans ses poches. Il se rapellait avoir carrié cela l'autre jour dans ce meme manteau, pour jouer a la patience tandis qu'il s'ennuyait sur la terrasse du salon. Il tira donc un jeu de cartes de sa poche, tandis que d'un air rayonnant intentionellement particulierement stupide et candide, il proposa le genre de chose qu'aucun homme n'aurait jamais fait a une jeune femme aux formes si opulentes qui faisaient des propositions perverses dans un endroit desert.


« Et si nous jouions a la canasta? Quoique non ce n'est pas tres connu. Ou alors, a la bataille ? »

Son jeu de 52 cartes entre les doigts, il souriait hypocritement à la charmante enfant. Quoi, c'est une activité tout a fait saine et validée par "Familles de France" !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Mer 25 Mar 2009 - 19:58

Désolée, c'est court et nul ç____ç
_______

    Jessica commençait à avoir un peu faim… En plus, c’était le jour où elle déjeunait. Oui, elle ne pouvait manger qu’un jour sur deux, sinon, comment diantre allait-elle pouvoir garder sa taille de guêpe (quoique là, c’était limite anorexie mais chuut) ? Mais son petit déjeuner ne se composait que d’un bol de spécial K pour garder la ligne. Vous voyez, la pub où les femmes ne font que se regarder dans le miroir ou même dans le reflet de la porte du bus ? Eh bien, Jessica a un jour rêvé de tourner dans cette pub. Que le monde entier puisse enfin voir à quel point elle était belle et sexy. Mais elle n’avait jamais eut l’occasion, car elle était bien trop occupée par ses milliers de prétendants prêts à se lancer à ses pieds. Pieds qui sont eux aussi manucurée parce qu’elle se doit d’être parfaite sous tout les angles.

    Tous les angles !

    Pff. NON MAIS IL PENSAIT A QUOI ? Une gentille fille habillée de maximum quarante centimètres carré de tissu sur le corps était là, dans un cimetière désert, et lui il ne trouvait rien d’autre que de vouloir jouer aux cartes. Mais qu’avait-elle fait pour tomber sur un idiot pareil ? Elle soupira longuement, puis s’assit sur une tombe. Non, elle n’allait pas lui faire le coup du « je décroise les jambes puis les recroise en sachant bien que comme ça tu verras ma culotte –ou en l’occurrence mon string » car elle avait quand même un peu de fierté. Bref, elle commençait sérieusement à s’énerver. La pauvre petite qui était mal aimée ! Morgan était OBLIGE de tomber dans ses bras ou au moins qu’il lui permette de tomber dans les siens.


    «Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Arrête de te foutre de moi ! »

    Mais c’est vrai quand même ! Jouer aux cartes. Jouer aux cartes. JOUER AUX CARTES ! Non mais il se prenait pour qui ? Pour Bambi ? Même un curé n’aurait pas résisté ! Et lui il la laissait en plan. Comment osait-il ? Comment pouvait-il ? Devant qui se croyait-il ? Ce n’était pas une sœur ayant fait le vœu de chasteté, donc… ! Qu’est-ce qu’il pouvait être agaçant !
    Maintenant, Jessica comprenait ce que ressentaient les moches
    .

    « Mais il faut que je te l’explique comment ? Tu veux un dessin ? »

    Huuum, était-ce vraiment conseiller de dessiner ça ?
    Non, ce n’était pas une chose à faire. Et en plus, toute personne ayant un cerveau plus ou moins normal pourrait dire que ses talents artistique sont assez limité, mais il ne faut évidemment pas le dire, car sinon la pauvre jeune fille verrait sa vie sociale se dégrader.


    « En plus, j’aime pas les jeux de cartes. »

    Et les Bambi, ça ne joue pas aux cartes.
    Même le petit bonhomme vert de msn bavait devant le visage angélique de Jessica.

    Que la vie était dure.


    « T’as compris ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Lun 30 Mar 2009 - 21:53

Morgan se doutait bien qu'il n'était guère dans les intentions de la brave enfant aux atouts sur-développés de jouer aux cartes sagement comme une jolie jeune fille toute naïve qui va a la messe tous les mercredi, samedi et dimanches et a fait voeu de chasteté jusqu'à ses trente ans. Le garçon ouvrait la boîte sans demander plus d'avis à sa chère interlocutrice, et celle-ci fit savoir son désaccord dès que l'information arriva au cerveau, ce qui se fit étonnament vite. Elle s'assit sur une tombe, en rage, tandis que Morgan compta les cartes, ne faisant visiblement aucunement attention à ce qu'elle pourrait protester. Elle s'enervait, presque hysterique parce qu'il osait ne pas tomber dans ses bras. Morgan ne lui jeta pas un coup d'oeil, écoutant bien entendu ce qu'elle disait, amusé de ses réactions éxagérées de la barbie gonflée à bloc. Il était homme à s'amuser des réactions humaines comme celles-ci, à les tourner en ridicule et à les humilier afin que la personne en face de lui comprenne bien qu'il était inutile d'essayer de le faire changer d'avis et qui sait, peut-être qu'il était temps de changer. C'est pourquoi, lorsqu'elle lui demanda si il voulait un dessin de ce qu'elle voudrait faire, il ne put que répondre en se concentrant sur ses cartes

« Quarante huit, quarante neuf... Comment? Ah, oui oui c'est très bien. »

Traduction: Cause toujours tu m'interesses. Bien qu'il l'écoutait en réalité, il savait bien jouer son rôle de misanthrope notoire. Certes, il avait à remettre en question quelques unes de ses affirmations - a remettre a plus tard.... a un jour, ou l'autre - mais il n'en restait pas moins assez phobique de la population et tout contact humain avec un inconnu ou pire une Jessica lui semblait totalement hors de question. Visiblement, il était dans la ligne de mire de Jessica. Il ne s'abaisserait certainement pas à lui demander pourquoi il était dans ses plans, mas se posait néanmoins un peu la question. Bof, Owen avait du lui dire qu'il était l'un des pensionnaires les plus frigides et elle devait avoir voulu essayer de tenter le coup. Désolé mais on ne me fait pas le coup trente-six fois, surtout en s'y prenant comme ça. Qu'elle prenne un peu d'expérience chez Nao, avant de revenir en se targuant d'être irrésistible... Ou plutôt, qu'elle apprenne à être un peu plus autoritaire. Morgan émit un petit ricanement d'aise en finissant de compter ses cartes. « Cinquante deux... », murmura-t-il en se réinstallant aussi droit qu'il le pouvait, tandis que Jessica protestait toujours, voyant bien qu'il ne semblait toujours pas très attentif. Une fois qu'elle lui aie demandé si il avait compris, il pencha légèrement la tête sur le côté, l'air déçu.

« Oh, c'est vrai ?... »

Morgan mima une moue morose d'enfant boudeur, tandis qu'il triturait les cartes entre ses douze doigts osseux. Ce n'était pas très amusant, vu de cette manière... Voulant toujours voir la charmante blondinette en colère pour lui faire comprendre sa vanité, il prit alors l'air le plus serieux du monde, saisit une demi-douzaine de cartes et commença à faire un château de cartes. Si elle abandonnait et le plantait là, ce serait une défaite pour sa beauté qu'elle devait prétendre la plus eclatante du pensionnat... Mais si elle restait et continuait à se battre, alors il ne baisserait pas les armes non plus. Une fois un chateau d'un petit étage accompli, il prit l'air victorieux et le montra à Jessica en l'invitant à faire de même mais le vent ne fut pas de son avis et détruisit entièrement son oeuvre. Le borgne ramassa les cartes qui trainaient et soupira longuement.

« Je fais pourtant mon possible... »

Voilà, un petit air de chien battu et morne en prime, parfaiiit. Même si il réprimait et détestait tout ce qui était faux jeu, il ne pouvait s'empêcher d'ironiser un peu sur la situation qu'il trouvait assez risible. Morgan dirigea donc son regard sur la plantureuse jeune fille qui devait etre en train de le detester presque ouvertement, cela se sentait à son aura. Quoi, il ne baissait pas les armes, voilà tout ! Un eclair d'amusement passa dans son regard, avant qu'il ne dise, faussement rendu timide, « n'osant » délibérement pas croiser du regard les jambes de la pin-up ou ses lèvres pulpeuses.

« Alors dites moi ce que vous avez envie de faire... Je suis tout ouïe... Vous savez, je ne connais pas bien la gent féminine...»

Petit sourire «timide», petite ronde naïve du doigt sur le marbre de la tombe... On s'amuse comme on peut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Mar 28 Juil 2009 - 17:38

    Ciel ! Ce mec était-il complètement stupide ou simplement attardé ? Jessica ne demandait qu’une chose : que ce type s’intéresse à elle. Était-ce si difficile à comprendre ? La pauvre jeune fille ne voulait qu’un peu d’attention de la part d’inconnu à drôles de vêtements. Mais lui, ce débile, venait contrarier ses plans de conquête du monde. Aucun garçon ne pouvait se permettre de ne pas tomber devant une telle beauté. La vie était vraiment injuste quand on était une blonde à forte poitrine.
    Et là, un éclair de clairvoyance traversa son esprit. Il ne faisait semblant de ne pas comprendre car il voulait que se soit Jessica qui lui saute dessus ! Mais il était hors de question d’inverser les rôles ! Comment osait-il ? Comment pouvait-il croire un instant que se serait ELLE qui lui tomberait dans les bras ? Conclusion : c’était à lui de venir à elle, et non le contraire. Mais comment faire ? Son petit cerveau commença à chauffer très fort sous l’effet du peu de neurones qui se mirent en marche. De l’extérieur, elle devait sans doute avoir l’air bête : le regard dans le vague, la bouche légèrement entrouverte et sa main soutenant son menton. OUI, (Ô Miracle) Jessica réfléchissait.
    Et après plusieurs secondes de ce spectacle désolant, elle eu une idée.

    Pourrait-elle le laisser seul un instant ? Un court instant juste. Il ne lui faudrait pas plus de 10 minutes. Elle se leva. Ah ! Il voulait jouer aux cartes ? Elle allait jouer aux cartes alors ! Elle lui mentit en disant qu’elle avait froid. Mais lui ordonna de rester là. Elle sortit dignement du cimetière, enleva ses chaussures (peu pratique pour la course) et se mit à courir jusqu’au manoir. Elle monta les escaliers quatre à quatre et arriva enfin dans sa chambre. Elle prit un gilet blanc, une écharpe et toutes sortes de bijoux (comptons les comme des vêtements, hein.) Elle se remaquilla en vitesse avant de reprendre sa course folle jusqu’au cimetière où elle avait laissé Morgan quelques instants auparavant. Elle remit ses pieds sur les talons de ses chaussures et rentra dans le cimetière aussi dignement qu’elle en était sortie.

    Jessica s’approcha du garçon, lui prit les cartes des mains et les tria. Ah ça, il voulait jouer. Jouons !


    « Ok pour les cartes. Tu connais le Poker ? »

    Bien sûr qu’il devait connaitre le Poker. Quel abruti ne connaissait pas ce jeu ? C’était incontestablement le préféré des adolescents en colo ou en voyage scolaire. Il est vrai qu’il est beaucoup plus amusant de jouer à plus de deux, mais elle était sûre qu’il y avait un moyen pour qu’ils jouent quand même. Elle distribua les cartes et prit les siennes entre ses doigts manucurés.

    « Moi je joue au strip Poker » ajouta-t-elle avec un clin d’œil.

    Elle avait été chercher de quoi se revêtir pour ne pas perdre tout de suite. Et, comble du bonheur, Jessica était nulle à ce jeu. Enfin… C’est ce qu’elle laissait croire. Car, évidemment, elle était la plus forte dans tous les domaines y compris le chant et les danses du monde. Rien ne pouvait lui résister, et ce n’était pas Morgan, un inconnu dans un cimetière, qui allait être le premier à repousser la charmante demoiselle. Il en était hors de question. Et c’est pour cette raison que son cerveau avait fonctionné (encore plus vite que d’habitude) pour lui trouver une solution au problème. Et voilà, c’était réglé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   Ven 4 Sep 2009 - 9:52

C'était de plus en plus navrant. Visiblement, ses paroles avaient necessité reflexion de la part de la jeune fille, entrainant une surchauffe de la pauvre machine, peu habituée à marcher autant. Peut-être avait-il utilisé des mots compliqués, comme ouïe ou gent. La pauvre. En tous cas, le spectacle qu'elle donnait était tout à fait désolant. Toutes les pires caricatures de la blonde plantureuse et stupide n'arrivaient pas à la cheville de ce mollusque déguisé en femme, et le visage de Morgan se décomposa lentement devant tant de bêtise humaine, laissant clairement voir sa consternation profonde et son questionnement intérieur sur les limites de l'inintelligence humaine. Il arriva même à se demander si il ne devait pas la secouer un peu, afin que sa tête n'implose pas, ou même si cela ne devenait pas un cas grave, mais elle recommença à se mouvoir, pour le meilleur ou pour le pire. Pretextant avoir froid, elle sortit du cimetière. Le borgne faillit eclater de rire, mais n'emit qu'un petit ricanement cynique en reconsidérant de pied en cap les vêtements de la jeune fille, qui ne devaient pas couvrir plus d'un dizième de son corps. Il hocha simplement la tête lorsqu'elle lui demanda avec autorité de rester là, et battant les cartes, il commença à faire une patience.

Morgan n'eut même pas le temps de la finir, étant donné qu'elle revint moins de cinq minutes plus tard, affublée de vêtements n'allant pas du tout ensemble - au (mauvais) goût du borgne qui trouva néanmoins qu'elle avait fait quelques efforts au niveau du torse, bien que sa jupe soit toujours aussi courte. Il fit remarquer avec un sourire sardonique


« On peut dire que vous n'avez toujours pas froid aux jambes. »

Elle ne sembla pas se rendre compte de son persiflage et lui prit les cartes des mains, avec une certaine raideur qui lui donnait un peu plus d'allure. Il ne s'y opposa pas, étant de toutes manières en très bon chemin pour perdre sa partie. Qu'avait-elle donc en tête ? Lorsqu'elle proposa un jeu, il ne put néanmoins cacher un petit sourire plus sincère qu'à l'accoutumée, heureux qu'elle connaisse un jeu de cartes, si "trivial" soit-il, le terme trivial couvrant à peu près tous les jeux d'argent pour le misanthrope. Peut-être que la conversation volerait-elle un peu plus haut pendant la partie, se dit-il avec optimisme, et lorsqu'elle annonça la variante du jeu, son esprit etriqué ne comprit pas du tout à quoi elle faisait référence.

« C'est une variante ? Ne dites rien, vous m'apprendrez au fil du jeu les règles qui changent du poker classique, c'est plus pratique à retenir ! Nous n'avons rien à parier, alors faisons des parties à blanc. Mais soyez indulgente, je ne suis vraiment pas très bon à ce jeu. »

Il prit les cartes que Jessica venait de distribuer entre ses doigts en surnombre et considéra avec affliction qu'il devait avoir l'un des pires jeux possibles d'avoir. Très maladroit en ce qui concernait ce jeu, n'ayant appris que les bases lors d'une sortie scolaire ou des gens etrangement peu rebutés par son aura maussade lui avaient proposé de l'intégrer un peu au groupe, le jeu ne vola pas très haut et les conversations furent rares. Jessica n'eleva en tous cas pas une seule fois la voix pour lui signifier une règle spéciale, ce qui lui parut bien etrange. Il avait beau essayer de deviner ce que pouvait dire le nom de cette variante, il ne trouvait pas vraiment. Pour lui strip était un mot anglais pouvant signifier enlever, ou une bande... L'autre sens du mot étant parfaitement incongru pour lui. Visiblement, il n'avait pas encore passé assez de temps dans la chambre deux, chambre de tous les vices. Néanmoins, au fil du jeu, il commençait un peu à s'inquièter... Il finit par emettre une exclamation découragée

« Ah, j'ai perdu... Bon, vous me laissez prendre ma revanche ? Je distribue, cette fois. »

Néanmoins, à peine eut-il prit les cartes en main que sa curiosité le poussa imprudemment à demander

« ... Au fait, quelles étaient les différences avec le poker standard ? »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: The Lipstick and the Ribbon [Jessica]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Lipstick and the Ribbon [Jessica]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Cimetière-
Sauter vers: