AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenade Nocturne * réservé *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Promenade Nocturne * réservé *   Ven 10 Avr 2009 - 22:34

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Mar 21 Avr 2009 - 14:19

Dieu est mort. Dieu reste mort, et c'est nous qui l'avons tué.

Morgan ne croyait pas en un quelconque Dieu. Fils des doutes et de la tendance athéiste de ce début de siècle, il n'avait jamais vraiment adhéré au catholicisme auquel on avait tenté de l'initier par le biais du catéchisme et sa mère l'avait fait arrêter, lorsqu'elle s'était rendu compte de la profonde indifférence dans laquelle ces cours plongeaient le petit Morgan. Il n'avait donc aucune raison d'être ici, en vérité. Mais il était ici. Il était ici, de plus, de nuit. N'était-ce pas louche ? Ah, aux ordures les idées conçues sur la nuit ! Un brave homme qui creuse dans son jardin la nuit serait plus suspicieux que de jour, alors que le premier plante peut-etre un arbre pour faire une surprise à ses enfants le lendemain alors que le deuxième dissimule peut-être l'objet d'un quelconque méfait. Et Morgan déambulant de nuit dans le parc serait plus étrange que Morgan s'y promenant la journée ? Certes, peut-etre. Il n'était pas vraiment noctambule, et considérait la nuit comme le moment fait pour reprendre des forces. Jamais ne se serait-il trop attardé sans réelle raison...

Cependant, il était des soirées, comme ça, où on avait quelques difficultés. Le pensionnat ne dormait pas, il était visiblement hors de question pour lui de s'éteindre complètement avant minuit. La plupart des habitants étaient de jeunes fous qui aimaient veiller plutôt que de smir après avoir lu quelques pages d'un bon livre. C'était pourquoi il était sorti, de fait. Ne supportant plus la présence de ses bruyants colocataires, il s'était réfugié dans le salon, qui lui même était infesté de pauvres humains en mal de distraction. Il s'y était assis, tentant d'y faire abstraction, mais rien à faire, toutes ces personnes s'amusant, ignorant ou ne percevant même pas sa présence l'ennuyaient, lui donnait envie de se lamenter, or il n'était pas d'humeur. Voyant qu'aucune pièce publique n'était assez calme pour recueillir son esprit maladif, il sortit, ne s'armant que de peu de choses et ignorant la presque tempête qui régnait au dehors. Morgan n'était affublé que d'un pantalon de toile grise et d'une chemise assortie qui constituait son habit de sommeil ou de manière plus triviale son pyjama. Pieds nus dans la terre légèrement boueuse, il avait pensé qu'il ferait à peu près aussi chaud que dans la journée, qui fut assez ensoleillée, comme il n'était pas encore trop tard. Il se trouva donc fort depourvu lorsque la bise fut venue.


Le vent claquait les feuilles qui semblaient peiner à rester accrochées à leurs arbres respectifs, et l'herbe menait une valse endiablée avec les rafales qui les secouaient follement. Morgan rentra pour prendre une paire de sandales et un chale, ce qui n'allait pas grandement le protéger. Il ne prenait pas bien garde du temps, le défiant en s'élançant au dehors avec comme toute arme son corps frêle qui peinait déjà presque à tenir debout. Il s'avança néanmoins de plus en plus profondément dans la nuit, et Morgan commença à ressentir un petit soulagement accompagné d'un paradoxal pincement au coeur. Enfin, il était isolé. Enfin, il fuyait aussi Emily... Il n'était pas très poli ni franc de l'éviter ainsi pour ne pas répondre à ses questions ou la regarder en face... Il devrait se resoudre a l'affronter, un jour. Un jour. En attendant, il devait s'armer de tout le courage possible.

En dépit du temps maussade et de la nuit fraiche, Morgan etait donc sorti, mettant un pied devant l'autre comme si il portait toute la misere du monde sur ses epaules, hesitant à chaque pas. Mais si il n'avait aucune raison daller plus loin, il n'avait pas non plus de raison de revenir. L'endroit ou il allait etait devenu le refuge de ses nuits maussades et de ses soirees grises. Pauvre et frele silhouette au milieu de l'infinité des éléments, il sentait parfois son chale s'envoler, alors il le serrait un peu plus fort, il sentait son bandeau s'echapper, il resserait un peu plus le fin etau autour de sa tete. Le borgne arriva au bout du compte à destination et apercut le temple se profiler dans son champ de vision, entre les arbres battus à morts agonisant bruyamment sous les assauts du vent, criant des psalmonies incomprehensibles aux simples humains et sifflant du plus profond de leurs entrailles des craquements sinistres en attendant l'accalmie. Il faisait bien d'arriver maintenant, les simples bourrasques commencaient à degenerer en tempete, et il ne tenait pas à se retrouver coincé. Le paladin de l'indifference allait demander asile au temple des insanités. Il ouvrit la porte, ne s'attendant pas à apercevoir l'ange de la dérision s'abattre sur lui. Mais on ne pouvait jamais s'attendre a quoi que ce soit de sensé, ici, n'est-ce-pas?

Avant même qu'il ne comprenne ce qui lui arrivait, il se retrouva plaqué au sol, l'ombre se découpant sur la lumière diffuse que dispensaient les bougies du temple. Il reconnut des formes féminines et une longue chevelure folle qu'avait du ébouriffer le vent. Ses yeux s'adapterent assez vite à la luminosité et il put entrapercevoir le visage de son agresseur. Ses deux yeux effilés, animaux, le consideraient avec gourmandise. Morgan, encore héberlué, ne fit rien pour se protéger lorsque la tête de l'inconnue bascula vers sa gorge, avec une rapidité bestiale, comme pour mieux le dévorer. A la sauvagerie civilisée elle choisit l'érotisme bestial en déposant un baiser sur sa gorge nue, tenant ses poignets en enfoncant ses ongles dans sa peau pâle. Cette fille n'était pas normale, et du surcroit était-elle armée. Moins perturbé par le baiser lui meme que par l'idée de ce geste envers lui, Morgan gromella, restant pour le moins indifférent sinon las à ses mouvements

« Je vais finir par me croire irresistible... »

C'est vrai quoi, entre Nao qui a vrai dire lui avait toujours fait des avances, Jessica qui l'abordait, aussi distinguée qu'une pin up vendant ses charmes, et à présent l'animal sculptural qui s'animait pour mieux l'enlacer... Il avait de quoi se poser des questions. D'autant plus que les trois étaient visiblement tout aussi portés sur l'amour charnel les uns que les autres. Et étaient aussi esthétiques les uns que les autres, bien évidemment, remarqua-t-il en jetant un coup d'oeil au visage de la violente inconnue. Les lèvres pulpeuses de l'adolescente s'harmonisaient avec le petit visage qu'elle offrait, orné d'une longue chevelure brune, emmélée, comme une délicieuse indigène ne connaissant pas les codes de politesse de la société humaine. Plus que sa beauté, c'est évidemment sur ce point que le misanthrope s'appuya, méprisant ceux qui s'abaissaient à oublier tout ce que la société avait construit de bon pour l'avenir du monde. Etre tué par une telle sauvage, quel déshonneur, c'était même pire que d'être tué par Emily. Au moins, la ptite vampire s'était elle abstenue de lui bondir dessus. Elle l'apostropha, l'apellant d'un terme qui lui semblait le plus inapproprié. Beau. Il faillit en rire, tant il trouvait son propre être ridicule. La suite était assez prévisible, étant donné ce qu'elle avait fait avant... Il ne trouva la force que de se réfugier dans le sarcasme, lucide de sa faiblesse vis à vis de la sorte de prédatrice qui voulait s'abreuver de sa chair.

« Je ne sais pas dans quel sens le prendre, mademoiselle » marmonna-t-il en tapotant du doigt sur la main ferme de la jeune femme, « Mais j'ose espérer que c'est dans le sens cannibale du terme, et que vous vous dépêcherez d'abréger ces discours. Il n'y a que les humains pour lachement provoquer leurs victimes, une fois qu'elles sont à terre. Allez, mangez-moi, je connais quelqu'un qui sera ravi de vous déchiqueter les entrailles une fois qu'elle aura mis ma mort sur votre compte.»

Il avait beau faire le fier, bravant inutilement la louve assoiffée de sang, il n'était qu'un pauvre homme petrifié de peur. Il détestait cette sourde proximité entre leurs êtres et respirait difficilement, cette scène ne faisant que lui rapeller ses échecs. Et surtout, il ne pouvait pas mourir ici, hein ? Perturbé par cette idée, il ne s'était pas rendu compte que son bandeau s'était détaché et glissait doucement le long de son mince visage enfantin, découvrant un peu son pauvre oeil mort. Cette situation aurait paru plutôt incongrue et il se serait moqué d'elle bien plus vaillament, deux ans plus tôt. Mais l'aura qu'elle dégageait était terrifiante et le clouait sur place, le rendant plus inutile encore qu'à son habitude. Et surtout.... Au pensionnat, dire à quelqu'un qu'on pouvait le dévorer n'avait rien de fou. Mais il ne pouvait pas mourir, il ne voulait pas mourir. Et si c'était un autre sens qu'elle sous-entendait, alors il ne voulait pas sombrer.

[ Vraiment désolé du retard @o@ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Mar 21 Avr 2009 - 18:44

[i]

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Mer 22 Avr 2009 - 21:58

Etrangement, les paroles qu'il prononça n'eurent pas l'effet qu'il desirait, ou plutôt eurent un second effet inattendu. Certes, il attendait de la colère, un enervement bien sensible à ses paroles acerbes et désagréables vis à vis de l'agressive jeune fille, enervement bien dangereux étant donné que ses crocs, car oui on pouvait parler de crocs, étaient bien trop pres de sa gorge pour que l'on se plaise à parler aussi ironiquement. D'ailleurs, il la ressentit, sa colere indigeste, dans les paroles emportées qu'elle lui adressa, paroles bien trop rapides et trop autoritaires pour etre coupees, envie que ressentait pourtant la pauvre victime. Cependant, malgré son pouvoir qui pouvait s'averer tres utile en cas de besoin ou d'argumentation trop bruyante, il la laissa developper son point de vue, a cette inconnue qui semblait envieuse de lui dechiqueter la gorge et qui se comportait en une sorte de victime a son tour. Tuer l'empecherait de disparaitre, et parce que l'amnesie a pris son ame d'antant, son esprit serait a moitie mort, condamné à tuer pour ressentir sa propre vie. Morgan avait certes lu ces quelques penchants dans un quelconque roman, mais condamnait, comme beaucoup d'autres comportements, ce genre de conduite. Ah, Morgan Poulenc, arrogant policier de la vie qui souligne toujours ce qui ne va pas quand toi meme t'ecarte aussi du chemin tout tracé de la droiture, quand pourras-tu t'arreter de critiquer ?

La jolie femme semblait toujours aussi determinée à l'emprisonner entre ses jambes galbées, retenant le lapin, comme le chat qui joue avec sa souris avant de l'achever. Etrangement, Morgan se sentit un peu plus détendu une fois qu'elle eut laissé éclater sa rage, laissant entrevoir ses motivations. Le misanthrope ne put toutefois s'empecher de remarquer que considérant l'amour et le contact, elle n'était pas mal lotie, le baiser qu'elle lui avait donné etant toujours imprimé sur son cou et son corps enlaçant le sien presque indécemment pour l'immobiliser. Et voila l'effet indesirable, les larmes qui se mirent à perler au coin de ses yeux en amande et a couler le long de ses joues. Morgan n'y prêta que peu d'interet, n'aimant pas s'introduire dans les affaires des autres, mais trouva etange que ses paroles destinées à agacer se mettent à faire pleurer. Et impérméable aux émotions des inconnus, surtout lorsqu'ils se déclaraient comme ennemis à ses principes comme à sa personne, Morgan la fixait, se demandant ce qu'elle allait faire de lui. Cependant, lorsqu'elle s'adressa directement à lui par le biais d'une question, il ne put s'empecher de rire, et concedant sa defaite, il repondit


« Vous avez raison, je suis lâche. Mais je n'ai jamais prétendu ne pas l'être, car avant tout je suis humain, n'est ce pas ? »

Il haussa légèrement les épaules comme il le pouvait, la prise limitant ses mouvements. La peur se relachait peu a peu, il en venait meme a se demander si il n'allait pas l'epargner. Ses traits meme semblaient beaucoup plus... humains qu'il y avait quelques instants, et son dialogue était bien entendu empreint de beaucoup plus de sens. Elle posa d'ailleurs une question très pertinente, que Morgan ne s'était pas souvent posé. Il ne voulait pas mourir, c'était certain, mais est-ce que le fait meme de mourir lui faisait peur ?

« Considerant que je ne pense avoir qu'une seule vie... J'aimerais ne pas la gacher ainsi. »

Ou du moins voudrait-il avant sa mort réparer au possible toutes les erreurs qu'il avaient faites. Rafistoler. Le garçon était plutôt calme, à présent. Il regardait Shina avec une certaine condescendance, se demandant si elle tenait plus de l'humain que de la bete, car elle faisait preuve d'intelligence, meme si la situation ne se pretait pas beaucoup aux bavardages

« Mais si je dois mourir, alors... Autant l'accepter plutot que de s'accrocher à une épave. Et oublier tous les regrets que l'on a, vu que bientôt ce ne seront que... des affaires futiles....»

Morgan cligna des yeux, aveuglé par la luminosité, sentant plus que jamais son coeur battre la chamade dans sa poitrine. Il ne voulait pas mourir, il ne voulait tout simplement pas mourir, pas avant d'avoir reglé tout ce qu'il avait a regler avec Emily, pas avant d'avoir passé un peu plus de temps avec ses rares amis... Si il devait mourir, il voulait etre prevenu et avoir le temps de faire ses adieux, si il devait mourir, alors il devait s'en rendre compte, et pouvoir profiter de la vie, enfin croquer à pleines dents la pomme interdite des sentiments, et s'en aller enfin... Mais pas comme ca, c'était tout. Pas des regrets plein le coeur et achevé par une inconnue. Mais si elle voulait tant le dévorer, il n'aurait pas la force de la Il coupa court à son moment de tristesse, detestant se voir ainsi, et conclut

« Vous aviez dit detester l'amour et le contact. Sur ce point, nous sommes d'accord, je déteste le genre d'accolades que vous m'offrez, alors achevez moi ou relachez moi, s'il vous plait. Et je suis le mieux placé pour savoir qu'être dévoré vivant n'est pas agréable du tout, alors frappez moi au coeur ou à la gorge, que je meure rapidement.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Jeu 23 Avr 2009 - 19:22

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Ven 24 Avr 2009 - 19:25

Il prenait des risques, ce pauvre garçon tétanisé par la peur de mourir. Il prenait des risques, et pas des meilleurs. Pas des plus intelligents non plus. Mais l'était-il intelligent? Non, il était complètement stupide depuis un bon bout de temps et semblait compter le rester. Le pire, c'est qu'il l'entendait, cette petite voix, cette pauvre conscience qui lui hurlait qu'il était complètement idiot, et dont il acquiesçait les dires en silence en sachant bien que jamais il n'appliquerait ses propres conseils. Levant son regard sur la jeune fille en attente de son jugement, il la vit fort enervee par ses ordre precedemment cités. Rah, qu'elle se dépêche à l'achever, si elle était si en colère ! Cette attente devenait insupportable, collé involontairement à elle dans une position très incomfortable. Il marmonna

« Du point de vue de la mésaise que vous m'infligez, je pencherais pour l'humanité. »

Elle sembla s'appuyer d'autant plus sur son torse car il eut le souffle coupé et lutta pour le retrouver, poussant légèrement de la main le corps de la jeune fille qui semblait tout faire pour le tuer autrement qu'en le dévorant. Il ne répondit pas à sa deuxième question, ne lui adressant qu'un regard vide et imperméable, qui pouvait autant tout signifier que ne rien dire. A cette question, saurait-il au moins répondre? Disons que le misanthrope n'était pas quelqu'un reconnu pour son agreable compagnie et la seule qui aie pu le supporter en tant que petit ami, ce fut une fille incapable de comprendre ses principes. Alors l'amour, ouais, il ne savait pas vraiment si il était censé l'avoir connu. La main dans celle de la jeune fille, il s'était senti amoureux, mais ce sentiment s'était transormé en mépris et en indifférence la plus totale. Si c'était le cas de tous les amours, alors il préfèrerait répondre non. Le regard éteint du jeune homme rencontra celui de la prédatrice et lui adressa un sourire creux.

Visiblement, elle ne semblait pas vouloir le dévorer. Fort bien, il se serait passé de cet épisode humiliant du piège qu'elle lui avait tendu derrière la porte, alors... Morgan préféra ne rien dire, afin qu'elle reste sur ses positions actuelles. Mais lorsqu'elle lui demanda, fort gentiment ma foi, si elle pouvait gouter son sang, il lui adressa un regard légèrement perdu. C'était un vampire ou quoi, cette fille? Le jeune homme se crispa, prêt à refuser catégoriquement toute extraction de sang, et commença a dire


« Dans quel but voudriez vous goûter de mon sang c'est complètement ... Ah ! »

Trop tard. Visiblement, la question qu'elle lui avait posé était totalement rhétorique étant donné qu'elle n'attendit même pas la fin de son refus pour passer ses dents sur son cou, à l'endroit même où l'une des plus importantes artères du corps passait. Elle la perça de ses dents à nouveau pointues, ne lui offrant aucune pitié. La douleur submergea le borgne qui lutta pour ne pas crier, bien que la raison aie voulu qu'il hurle pour apeller au secours. Il n'en trouva à vrai dire même plus la force, concentrant celle-ci en de vains gestes pour agripper la cannibale et la faire partir, sa force n'étant même pas à la cheville de la sienne. Le sang coulait abondamment dans la gorge de son bestial agresseur, et il sentait la force le quitter peu à peu. Allait-il mourir, finalement? Une artère tranchée causait la mort, si elle n'était pas vite soignée, et la femme ne semblait pas très pressée de le soigner, elle qui devait se délecter du fluide vitale sortant de sa gorge. Il put murmurer, d'une voix faible, s'agrippant aux épaules de la jeune femme en enfoncant ses ongles dans sa peau pour la supplier d'arreter

« Vous... disiez m'épar..gner ? C'est un peu ra... té.... non? »

La vue de Morgan commençait à se brouiller, et dans le cafouillis de ses gestes, son bandeau venait de glisser complètement, découvrant sa large blessure. Il avait déjà senti la vie le quitter plusieurs fois. La première, c'était pour son oeil. La deuxième, ce n'était qu'un rêve... La troisième.. Serait-elle la bonne, cette fois? Les doigs froids de la mort ne cessaient de le froler, arriverait-elle enfin à l'avoir? Alors qu'un filet de sang commençait à couler de ses lèvres entrouvertes, il lâcha sa prise, trop faible pour continuer.

[ Desole c'pas terrible ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Sam 25 Avr 2009 - 13:21

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Sam 25 Avr 2009 - 17:57

La vue du gaçon s'était complètement brouillée, il ne percevait deja plus que des formes, puis l'ombre du visage de la jeune fille sur le patchwork de la lumière diffuse des bougies du temple. Sa gorge violée par les crocs de la charmante demoiselle délivrait des centilitres de sang entre ses lèvres et son corps crispé n'avait plus la force de tenter spasmodiquement de la repousser avec l'élégance d'un épileptique. Il ouvrait grand les yeux, tentant desesperement d'imprimer un peu de lumière en ses pupilles dilatées, tendant la tête vers le peu de clarté qu'il percevait encore, refusant de glisser sur la même pente que le morne junkie avec qui il partageait la chambre, refusant de tomber dans le même gouffre béant qui tentait décidément de le happer, que ce soit psychologiquement ou physiquement. Tout son être hurlait qu'il ne voulait pas mourir, agonisant entre les bras de l'inconnue, tentant à tout prix de se défaire de l'étreinte mortelle.

Il crut entendre ses pas, ses élégantes richelieu claquaient le sol, résonnaient dans sa tête, comment ne pas l'entendre ? Il crut voir ses habits, de sobres et stricts habits de voyage d'un brun sale réhaussées d'un collant suggestif le long de ses jambes quasiment nues. Il crut apercevoir son visage, charmante demoiselle au teint pale et au sourire délassé, les yeux caché par un voile de fraîche veuve. Elle tendit une main gantée, comme cherchant à l'atteindre, automate reglé à la seconde près. La mort était bien là, bien plus raisonnable qu'il ne l'aurait pensé. Le meilleur choix serait donc peut-être d'attraper cette main et de laisser son corps abandonné de toute vie, son pauvre corps souillé, blessé et malsain. La mort était patiente. Combien d'années avait-elle attendu certains décès? Peut-être que sa propre mort avait été expectée dès sa naissance, lui qui semblait regretter chaque jour la nature qu'on lui avait donné... Mais visiblement, ce n'était toujours pas pour cette fois, à en juger par l'immobilité soudaine de la spartiate fonctionnaire du décès, qui s'était figée à quelques pas de lui, son petit sac à main ne brinqueballant licensieusement plus sur ses hanches le long de sa demarche chaloupée. Elle disparut peu à peu, au fur et a mesure que sa conscience basculait vers le vide.

Son oeil entrouvert captait la lumière sans la voir, ses poumons ne respiraient plus, son corps entier était figé sur pause contre le corps prostré de la sauvageonne domptée par son regret. Mais dès que la potion vermeille franchit ses lèvres et se propagea au travers de son œsophage, le corps du borgne se tordit en un spasme violent qui lui fit cracher le reste du sang qui s'était agglutiné dans sa gorge. Il émit un gémissement douleureux, une larme humidifiant son oeil mi clos puis coulant le long de sa joue ronde. Il mit un peu de temps à récupérer un peu de conscience, et croisa enfin le regard de sa presque meurtrière. Elle s'excusa, le remercia, le pria de se reposer, couvrant son corps froid de sa cape sombre. Il ne put esquisser un seul mouvement, trop faible pour faire quoi que ce soit, peinant à respirer. L'air allait et venait difficilement dans ses poumons, chaque expiration, chaque inspiration était synonyme de douleur au niveau de son cou déchiré. Plus que jamais, il ressentait le pouls de la vie, se cramponnant à son expression la plus simple. Le rythme de son coeur battait à ses tempes, sa respiration était un flot perturbé, mais la rivière se son sang ne débordait plus, il ne sentait plus ses forces décroître. Il n'avait certes pas assez de forces ni de raison pour se dire qu'il était illogique que sa blessure guérisse en un si court laps de temps, mais il remercia la mort de ne point l'avoir emporté, laissant un peu de force stagnante à ses membres faibles et à ses organes en pause. Perdant ses amarres, il en pleurait, recroquevillé contre la femme qui lui avait fait goûter la saveur de la mort, la tête sur ses genoux. Il vivait, c'était ce qui comptait.

Il entendit quelques paroles étouffées, reconnaissant les mots, arrivant à reconstituer les phrases. Elle parlait à un loup, probablement son Alter Ego Astral. En parlant de ce phénomène propre au pensionnat, il ne savait vraiment pas où était le sien, qu'il n'avait fait qu'entevoir de temps à autre. Elle, elle semblait bien proche de lui... Morgan emergea, son visage complètement blanc le faisant ressembler à un mort vivant, ce qu'il était peut-être à vrai dire, après être passé aussi près du trépas. Il s'appuya contre son bras pour se relever, ce qu'il ne parvint pas à faire, se laissant retomber contre les genoux de l'inconnue. Respirant profondément, il voulut murmurer quelque chose. Il inspira, expira, encore une fois, faible, totalement à la merci de celle qui précédemment dévorait son cou. Le borgne se blottit contre elle, se sentant aussi froid que le voile de la mort


« Je... Merci de m'avoir... laissé la vie... sauve. »

Quelques larmes souillaient encore son visage enfantin. Car oui, il n'était qu'un enfant effrayé à ce moment.

« Si je vous aidée... tant mieux. »

Il conclut, un très léger sourire sur son visage blanc.

« L'amour n'est qu'un... meurtrier ... Mais je pense que... vous êtes sur la bonne voie.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Dim 26 Avr 2009 - 14:49

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Dim 26 Avr 2009 - 16:22

Il n'était pas vraiment dans ses attitudes naturelles de remercier quelqu'un qui l'agressait, mais le soulagement comme un reste de peur dictaient ses gestes, pauvre enfant que l'on vient d'arracher à la pâle chaleur dans laquelle il s'était blotti. Il voulait la vie sauve, il l'avait eue. N'étant pas un homme tres agreable, il n'allait pas le rester. Mais il devait bien ca à la jeune femme. Il avait perdu, une nouvelle fois, mais elle l'avait laissé continuer le jeu. Fair-play. Il n'avait plus qu'à se montrer reconnaissant, meme si il detestait cela. Visiblement, ses paroles n'eurent toujours pas l'effet escompté. Etrange, cette jeune fille. Elle semblait bien triste, car à chaque remarque qu'il faisait, des larmes perlaient sur la joue de l'adolescente ou une tristesse etranglait sa voix. Il ne tenta pas de la consoler, sachant bien qu'il serait inutile dans cette lutte interieure qu'il ne comprenait pas et ne voulait comprendre. Misanthrope il était, misanthrope il restait, visiblement, malgré toutes les concessions qu'il avait pu faire à ses semblables ou à lui-même. Ses semblables l'effrayaient et le dégoutaient et fille-animale ou pas, elle restait en partie humaine, de plus bestiale, et n'échappait pas à la règle.

Ce constat ne l'empêcha pas moins de frémir lorsqu'il sentit sa main entre ses mèches délavées. Les mains de la jeune fille étaient bien délicates, pour une bête sauvage... Elles effleurerent sa chevelure, comme n'osant pas vraiment le toucher, reflèxe que lui même avait en général lorsqu'il devait se mettre en contact avec quelqu'un. Le borgne ferma les yeux, se laissant faire, n'ayant de toutes manières pas la force de se lever pour s'éloigner de l'inconnue, qui venait de couvrir ses formes du châle qu'il avait laissé tomber dans la chute qu'il avait faite lorsqu'elle l'avait plaqué. Le premier reflèxe de Morgan fut de tâter son bandeau pour vérifier qu'il était bien là. Il poussa un petit soupir de soulagement, et ferma à moitié son oeil encore vivant. Il n'évaluait pas bien les distances, avec un seul oeil encore valide, et à l'époque où il devait encore s'accoutumer à son handicap, son apprentissage avait été un enfer décourageant. Si seulement il n'était pas si laid... Son deuxième reflèxe fut lié à cette reflexion. Il toucha l'endroit où Shina avait planté ses crocs et qu saignait abaondament un instant auparavant. Le produit qu'avait utilisé la jeune fille était un puissant cicatrisant, visiblement, aussi fort qu'une cauterisation. Morgan sentait néanmoins qu'il ne valait mieux pas trop toucher la plaie qui risquait de s'ouvrir au moindre geste trop brusque de sa part, et frémit de dégout en sentant contre ses doigts les reliefs de cette vilaine blessure, songeant à l'ignoble cicatrice qu'il trainerait toute sa vie. Si l'esthétique passait bien derrière la raison et le jugement, il était un peu peiné de ne pouvoir offrir un visage plus agréable au reste de la population humaine qui le savait-il bien était rès marqué par l'apparence...


L'inconnue prit la parole, toujours aussi bouleversée, regrettant visiblement amérement le geste qu'elle avait commis envers lui. Le borgne se sentit mal à l'aise d'être cible de tant de peine et écouta patiemment son discours, se reconnaissant un peu dans le début, perdant presque pied à la fin, la fatigue n'aidant pas son discernement à être très efficace. Il fit néanmoins un effort pour elle et se fit glisser de ses genoux. Il arriva sur les coudes contre le carrelage glacé du temple, et se hissa avec peine à une position assise, s'adossant contre le mur. Ses paroles toujours aussi incertaines et tremblantes, il lui fit avec politesse

« Je ne voudrais pas... vous gêner. D'autant... plus que j'apprécie peu le contact humain en règle générale. »

Le borgne sentit un liquide chaud contre son cou. Il mit la main à sa gorge pour découvrir avec horreur que la blessure s'était légèrement ouverte et qu'un mince filet de sang roulait le long de sa clavicule pour se jeter sur ses vêtements déjà bien souillés.

«Oh... »

Il fit un petit geste pour signifier que ce n'était rien à son interlocutrice, ressentant néanmoins une vaine inquiétude relatée à ce que le fleuve déchainé de sang qui coulait tout à l'heure avait provoqué en lui. Frissonnant légèrement, tant de froid que de peur, il continua, sa voix faible ne raisonnant qu'à peine entre les parois du temple pourtant bien vide et bien vaste.

« Ne pleurez donc pas... Je ne pourrais pas dire que j'aie vraiment apprecié ce contact, non... Mais si cela fait partie de votre pouvoir... »

Il haussa les épaules

« Tout le monde en a, et certains sont plus puissants que d'autres... Je comprend que cela puisse ne pas être facile. »

Morgan inclina légèrement la tête afin d'éviter toute douleur inutile, se soulageant momentanément

« Enfin... Je dis que je comprend, mais mon pouvoir ne sert qu'à faire taire la foule lorsqu'elle est trop bruyante, je ne peux pas dire que ce soit un pouvoir de folie. »

Il conclut de maniere conventionnelle

« Ah, ma question pourra paraitre un peu clichée, mais de manière utilitaire, je préfère avoir cette information... Quel est votre prénom? Le mien est Morgan. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Lun 27 Avr 2009 - 14:31

x
[/i]


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Mar 28 Avr 2009 - 17:42

Morgan hocha lentement la tete en entendant le nom, se le repetant silencieusement pour le faire entrer dans son esprit un peu troublé et surtout particulièrement fatigué, étant donné qu'il avait été vidé d'une quantité considérable de sang, pas assez pour que cela mette en danger sa vie si il ne faisait pas de perfusion, mais assez pour le faire blémir et le laisser particulièrement éreinté par l'expérience, tant physiquement que moralement. Le garçon ne faisait déjà plus attention au sang qui coulait, ou tentait plutôt d'en faire abstraction afin de ne pas s'inquiéter outre mesure, mais la presque inconnue sembla en être affectée, vu la tête qu'elle faisait. Lui ne pensait qu'à ce prénom, Shina, se demandant de quel pays il venait, sachant pertinement que toutes les nationalités, toutes les époques et même tous les mondes se mêlaient sans que la comprehension ne soit affectee, ce qui était finalement vraiment étrange, mais ce n'était pas le genre de question qu'il se plaisait à se poser, étant donné qu'il savait qu'il ne trouverait pas la réponse à moins d'interroger les I eux-même qui bien entendu étaient introuvables. C'était donc un phénomène magique comme un autre dans ce vaste et mystérieux pensionnat, auquel on s'accoutumait et que l'on remerciait pas mal lorsque l'on voyait l'étendue des nationalités représentées. Morgan se fit un petit inventaire mental, en rangeant Emily aux United States, Ritchie en Angleterre (lui il aurait peut-être préféré ne pas comprendre ce qu'il disait ), Alfie sur Alfa 12, Kurogane au Japon, bien embêté lorsqu'il en vint à Nao ou Keiko car il ne savait absolument pas d'où ils venaient et à vrai dire il ne tenait pas tellement à savoir, surtout pour le premier cas.

Shina semblait enfermée dans ses pensées jusqu'à ce qu'elle remarque le sens, moment où elle fouilla dans ses affaires et sortit de multiples ustensiles à l'utilisation incertaine, notamment l'espèce de fiole où se pressait contre les parois une pâte aux allures inquiétantes. Elle esquissa une approche, mais Morgan sentit sa gêne en chacun de ses mouvement. Il coupa court aux tergiversations de Shina en prenant tout ce qu'elle avait dans les mains, prenant soin d'éviter le contact avec la peau de la brune qui ne semblait pas aussi gênée lorsqu'elle lui sautait dessus pour essayer de le manger. Morgan inclina la tête


« Oui, je pense que ca ira. »

Il débouchonna la fiole étrange et après un court instant, comprit avec un certain soulagement que c'était de la crème et non une quelconque liqueur à avaler. Il en recueillit donc du bout des doigts, trouvant l'odeur peu ragoutante, mais n'ayant jamais été un gamin difficile auparavant lorsqu'il s'agissait de se soigner, il étala un peu de la substance contre son cou avant de déchirer un morceau de bandage et de l'attacher contre sa blessure avec l'épingle d'un geste expert. Certes, c'était particulièrement sommaire, mais cela tiendrait un peu. Il ferait quelque chose de plus abouti une fois revenu au pensionnat, mais vu la tempête qui se déchainait à l'instant dehors, il n'osait pas trop essayer de rentrer.... Un silence s'installa, silence que Morgan n'avait pas très envie de meubler, n'étant pas très intéressé par les relations humaines en général. Cependant, tant par peur que par interêt personnel, le jeune homme sourit légèrement et finit par remplir ce silence qui commencait a devenir gênant, Morgan songeant à tort ou a raison que le dialogue permettrait a Shina de rester dans sa part humaine

« D'ailleurs, pourquoi vous encombrez vous de tant de matériel ? Vous êtiez médecin, avant de venir ici ?... »

Un peu plus intéressé par la réponse à la question qu'il allait proposer plus tard, il écouta néanmoins celle-ci, surtout au vu de la qualité du bandage et de l'étrangeté de la crème verdâtre. Il entoura de ses bras ce qui lui servait de jambes et finit par poser la question qui lui torturait l'esprit

« Au fait, votre pouvoir est de vous transformer en loup partiellement ou complètement, c'est bien cela ? Je me demande pourquoi les propriétaires de ce bâtiment octoyent des pouvoirs aussi dangereux à certaines personnes... A part par pur sadisme, evidemment... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Ven 1 Mai 2009 - 12:42

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Jeu 7 Mai 2009 - 21:49

Le regard de Morgan s'égarait déjà, particulièrement fatigué, ne tenant que très difficilement sa lourde paupière ouverte. Luttant pour ne pas voir trouble et secouant mollement la tête pour se remettre à avoir des idées à peu près claires, il n'en perdait pas moins assez souvent le fil de ses pensées, ce qui était assez fâcheux lors d'une situation où le danger était omniprésent et où faute de muscles, il fallait au moins un cerveau en bon état pour survivre ou du moins pour essayer de rester sur ses gardes, de raisonner la louve lorsqu'elle pourrait déraper, un cerveau pour ne pas faire de faux pas qui pourrait lui être fatal, ou un faux pas qui pourrait lui coûter plus encore de sa personne.

Il écouta distraitement la première réponse de Shina, enveloppé d'un voile opaque de ténèbres et de brouillard, ses yeux ne percevant plus que le faible eclat de la nuit et des eclairs par la fenêtre, la silhouette même de son interlocutrice devenant presque invisible. Le borgne bascula légèrement la tête en avant, comme prêt à s'endormri involontairement, mais la douleur qu'occasionna ce petit mouvement involontaire le piqua comme le ferait une aiguille et parvint à éveiller un peu son conscience. Il se réinstalla contre le mur pour être plus à l'aise. La tempête commençait à se déchaîner, soudainement, alors que le calme d'auparavant semblait présager un retour au sommeil des forces impulsives de la nature. La deuxième réponse que lui procura Shina était assez intéressante, et témoignait d'une certaines vivacité d'esprit que lui même n'avait pas vraiment, à ce moment, haletant, s'accrochant à sa conscience. Le liquide verdâtre lui sauvait certes la vie, mais la douleur n'était pas atténuée, au contraire, celui-ci agissait presque comme un alcool qui brûlait sa chair déchirée. Mais c'était pour son bien. Comme tous les médicaments. Il s'en sortirait, certes, mais c'était un mauvais moment à passer. Avec tout cela, il parvint tout de même à refléchir aux différents dons des pensionnaires qu'il avait rencontré et marmonna


« Aux impulsifs la sauvagerie, aux curieux la clairvoyance, aux misanthropes l'isolement. C'est certes logique... »

Morgan pencha la tête sur le côté, et soupira longuement, avant de s'éponger le front d'un geste las, sentant la température de son corps ou plutôt de sa tête augmenter un peu anromalement. Ce devait être les effets de la blessure, un peu de repos ne lui feraient pas de mal... Mais hors de question de s'aventurer dehors par un temps pareil, alors que déjà le tonnerre retentissait entre les murs de l'immeuble. Il prit son châle entre ses mains glacées et le pressa lentement contre lui, vaine tentative pour pallier la différence de chaleur qui s'opérait en son pauvre corps frêle. Il dormirait là, c'est tout. Morgan ajouta d'un ton détaché, sa voix frémissant aux assauts du froid contre son pauvre epiderme

« Enfin, cette logique m'échappe parfois un peu... Un ingénu possède un pouvoir atroce et des guerriers en ont d'inoffensifs... De toutes façons, il y a longtemps que j'ai abandonné l'idée de comprendre quoi que ce soit aux I. »

Le misanthrope regarda Shina, son morne regard n'exprimant que la morne lassitude de sa morne vie, morne comme une soupe fâde, dirait Petra... Elle, connaissait-elle quelque chose à propos des I ? Elle semblait être nouvelle.. Ah, et puis on s'en fichait apres tout ! N'était-il pas misanthrope? Ne haissait-il pas viscéralement tout ce qui touchait à ce genre d'attitude? Certes, elle l'avait épargné, mais elle l'avait aussi attaqué ! Morgan fronça les sourcils et rabattit le châle tout contre lui. Il haissait tout le monde de toutes manières, alors elle non plus, elle ne faisait pas exception, même si une part de lui la remerciait encore un peu. Son instinct purement associal reprenait donc le dessus. D'un ton nettement plus froid, il voulut ajouter

« En tous cas... »

Mais il n'eut pas la force de continuer sur sa lancée. Le borgne glissa un peu le long du mur, pour s'affaler contre le sol. Etourdi, evanoui, ou tout simplement endormi, étouffé de fatigue. Il allait passer la nuit dans la même pièce que celle qui avait failli le tuer. Mais il n'en pouvait plus, et sombra tout simplement dans l'inconscience, reprenant une respiration plus profonde et moins saccadée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Dim 10 Mai 2009 - 17:13

x


Dernière édition par Shina le Dim 30 Aoû 2009 - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   Dim 17 Mai 2009 - 15:00

Son sommeil ne fut pas des plus agréables, mais pour quelqu'un qui venait d'échapper à la mort, disons que cela ne se passait pas trop mal. Au lieu des fièvres insupportables qu'un expirant aurait dû endurer ou d'infections qui auraient pu le reveiller, Morgan avait dormi d'un sommeil plutôt paisible, l'étrange crème verdâtre faisant son effet, même si il lui semblait impossible qu'une telle chose existe dans le monde d'où il venait... Enfin, il n'vait pas la tête à se poser des questions, de toutes manières. Il n'avait pas non plus l'esprit vif qu'il fallait... Alors quand il bascula enfin dans l'inconscience, ce fut presque avec plaisir. Il s'était affalé contre le carrelage, et ressemblait aux clochards à qui il donnait de temps en temps quelques pièces si ils n'avaient pas l'air d'être accros à l'alcool, la cigarette ou la drogue, ce qui était plus fréquent qu'il ne le pensait au début. Enroulé dans son châle, il ne sentit pas le toucher de la cape qu'elle déposa contre ses épaules, ne faisant que murmurer un sourire du bout des lèvres, instinctivement. La chaleur était agréable contre sa peau froide et il s'y blottit confortablement, récupérant un sommeil un peu plus normal. Il ne fut troublé d'aucun cauchemar et dormit un bon moment, récupérant un peu de force dans ses muscles fatigués.

Le garçon finit par être réveillé en sursaut par une chouette hululant un peu trop près du temple et d'une voix un peu trop enthousiaste pour être ignorée par ses oreilles. Le borgne marmonna et s'assit. Il faisait toujours nuit au dehors, et il n'avait aucune idée de l'heure qu'il pouvait bien être. Il tenta certes de regarder sa montre mais les aiguilles plongées dans l'obscurité ne le renseignèrent pas d'avantage. Au bout d'un instant à rester immobile, l'oeil fixant les murs sobrement décorés du temple, il se décida à bouger un peu et se traîna à quatre pattes jusqu'aux colonnades auxquels il s'adossa, ayant enfin un spectacle plus dégagé de l'espace qui l'entourait. La forêt sous le mince éclat de la lune resplendissait de manière bien pâle et le paysage dégageait une certaine mélancolie à laquelle Morgan fut relativement insensible, cherchant surtout à orienter sa montre de manière à entrevoir les aiguilles. Il fixa appproximativement l'heure à trois heures et quart du matin (forcément, il faisait nuit) et regarda l'herbe qui s'etendait sur certains passages de la forêt, ainsi que la mousse humide qui témoignait de la récente tempête. Le borgne bailla, se fichant un peu du paysage, et s'adossa à l'une des colonnades. Il avait encore mal, et lorsqu'il porta la main à la plaie, il ne put que frémir en imaginant l'immonde cicatrice à peine refermée qui s'étendait sur son cou. Il se demanda ce qu'il pourrait bien dire à Emily pour se justifier. « Je suis tombé » ? Tellement cliché, et tellement crédible... « Je voulais dormir dans le temple pour t'éviter et un ours/loup/fille en petite tenue m'a attaqué »? Pas tres délicat... Il ne lui dirait rien, certainement, mais ne le lui cacherait pas non plus, il avait tant à lui avouer qu'on arait dit un condamné à mort. Et c'est certainement ce qu'il serait dans sa tête. Elle le condamnerait, et si ce n'était pas à la mort, il n'essayait pas d'imaginer ce que cela pourrait être. Morgan se rétracta sous le frisson désagréable qui lui secoua les jambes et les ramassa contre son torse. A la solitude pure et simple, peut-être. Petra ne voudrait pas de lui collé à ses basques à longueur de journée, il ne voulait pas croiser le regard de Nao, Mail se fichait bien de son existence tant qu'il avait ses jeux, et Morgan méprisait à peu près tout le reste. Si il n'y avait qu'une personne... Le regard de Morgan se perdit dans le paysage auquel il ne prêtait plus attention et il posa sa tête contre les genoux, fermant l'oeil une nouvelle fois.

Il faisait froid.

Morgan ne se rendit pas compte qu'il s'était rendormi, et lorsque Shina le réveilla, il faisait déjà jour. Le garçon ouvrit légèrement son oeil emeraude et son visage fatigué cruta le joli minois de la demoiselle sauvage. Il y resta plutot imperméable et murmura du bout des lèvres une salutation du matin qui s'apparentait à
« Bon... jour. » Son ton n'était pas très avenant. Il se releva, se frottant l'oeil afin d'éclaircir sa vue. Il se sentait quand même un peu mieux qu'hier... Cependant la même sensation d'écoeurement le piquait dès qu'il portait la main à sa blessure. Un soupir s'échappa de ses lèves alors qu'il regarda celle qui l'avait attaqué la veille avec un loup. Peu rassuré par la présence de l'animal qu'il avait pourtant ressenti contre lui toute la nuit mais auquel il n'avait pas fait attention par le silence qu'il dégageait, Morgan se crispa. Il mit le châle sur ses épaules et se leva du mieux qu'il le pouvait. Une fois debout il put remarquer que Shina était un peu plus grande que lui. En même temps, ce n'était pas comme si il était un homme très haut perché... Il finit par dire d'un ton relativement froid, restant droit comme un piquet, frolant son cou de l'une de ses mains a six doigts

« Vous avez l'air joyeuse. »

Il regarda sa montre qui lui indiqua une heure assez avancée

« Il est 9h26 à ma montre, des gens ne tarderont pas à arriver. Le temple n'est pas aussi desert qu'on ne le pense, ne serait-ce que par les visites de la Soeur qui habite au Pensionnat.»

Le borgne releva le regard sur Shina et murmura

« Que ferez vous, avec le sang étalé sur le sol.. Et que feriez-vous, si je vous denoncais ? »

Le jeune homme émit un rire caustique et s'avança dans le hall du temple pour gratter un peu le sang qui s'était écoulé sur le carrelage. Il finit par annoncer

« Je me débrouillerai pour justifier ma blessure et mes vêtements maculés de sang, mais je ne vous incriminerai pas, ne serait-ce que par les efforts que vous avez fourni pour m'épargner. Et surtout, il est dans mes interêts de ne rien dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Promenade Nocturne * réservé *   

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenade Nocturne * réservé *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Temple-
Sauter vers: