AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Dim 14 Juin 2009 - 23:50

Après avoir passé la plus mauvaise nuit de sa vie, Samuel, réveillé par Tim qui tournoyait au dessus d’elle et chantait pour la faire se lever, finit par sortir du lit. Elle se prépara, s’habilla d’une robe noire dos-nu, toute simple qui lui arrivait mi-cuisse et sortit, accompagnée de son AEA qui l’emmena jusqu’au salon. Comme c’était le matin, la salle était vide. Elle qui voulait faire des rencontres…Sam referma donc la grande porte de bois derrière elle et alluma la lumière. De magnifiques lustres en cristal illuminaient la pièce qui paraissait ainsi moins sombre. Le salon était plutôt banal, elle s’attendait a plus étrange, plus lugubre, d’après les textes écrient par les pensionnaires dans le hall. La cheminée était déjà allumée, l’on entendait seulement le crépitement des braises. Cela était si reposant. Mais, si le feu avait été allumé, il y avait forcément quelqu’un ici ?
-Excusez-moi…Il y a quelqu’un ? Je suis nouvelle voyez-vous et puis… *Silence pesant* Roooh, ça ne sert a rien, il n’y a vraiment personne.
La jeune fille s’assit donc près du feu, tendant ses mains vers celui-ci mais Tim volait dans tous les sens près des mains de la jeune fille, il ne chantait plus, il criait à se rompre les cordes vocales.
-C’est dangereux tu crois ?
Le moineau acquiesça d’un mouvement de tête et il se posa au dessus de la cheminée, près d’étranges cadres. Samuel ne pus s’empêcher de regarder Tim, elle se leva et prit en main une des photos. Sur chacune des photos l’on voyait des gens mais le visage était comme brulé, comme si l’on ne voulait pas que l’on connaisse l’identité de ces personnes. Samy soupira et reposa le cadre, caressant au passage le moineau qui la fixait comme toujours. Elle partit ensuite vers le piano à queue et s’assit sur le petit banc devant le clavier. Elle ne savait pas jouer au piano mais depuis toute petite et comme tous les enfants après tout, elle aimait y jouer pour de faux juste comme ça. Même si c’est horrible. Tim la suivit et se posa sur les touches, a chaque petit saut qu’il faisait un son horrible en sortait, Samuel étouffa son rire car l’oiseau avait l’air de trouver cela beau. Elle le poussa gentiment de l’index lui indiquant ainsi que c’était a son tour, c’était quand même elle la chef non ? L’adolescente sourit à son volatil et prit un air sérieux :
-A mon tour !
Elle appuya un peu n’importe où, très lentement, écoutant chaque son, chaque note qui sortait du piano et gardait toujours son air sérieux. Tim, lui, s’envola et virevoltait dans la pièce pendant que Samuel jouait avec le piano. Le son des notes résonnait dans tout le pensionnat et Sam s’arrêta.
-Tim ! Ecoutes ça…
Elle s’étira sans se craquer les doigts, elle avait une sainte horreur de cela. Puis elle posa ses doigts sur n’importe qu’elle touche, cela sonnait tellement faux que s’en était presque comique mais Tim se posa sur le piano et chanta. Du bec, il indiqua trois touches à Samuel. Elle joua donc ces notes dans l’ordre le plus agréables à l’oreille et Tim se contentait de chanter. Ces deux là s’entendait bien, c’était plutôt bien. C’est vrai quand même, imaginez s’ils se détestaient ? Samuel s’arrêta et éclata de rire alors qu’une personne entrait dans le salon. Elle n’y fit pas attention et continua de rire, c’est Tim qui, encore une fois, remmena Sam sur terre lui piquant les mains.
-Tim…tu fais quoi ?
Il se retourna vers la personne qui était entrée il y a peu, Sam fit de même. Elle se leva d’un trait, toute gêné. Peut-être que le piano lui appartenait ? Elle passa sa main derrière son cou et sourit de son plus beau sourire.
-Euh…Excusez-moi. Il est peut-être à vous après tout. Je n’aurais pas du.
Elle regarda le garçon et le décrivit rapidement. Il était plutôt mignon, de grands yeux bleus, des cheveux gris. Ce qui était le plus bizarre, sans les cheveux gris bien sur, c’était sa taille. Il était tout petit, enfin non pas petit sinon Samuel serait petite et…Elle n’est pas petite. D’ailleurs elle n’aime pas qu’on le lui fasse remarquer. Il faisait sa taille voilà, c’est tout. Son AEA était une fouine…Une fouine ?! Elle attrapa Tim et le mit sur son épaule, pour le protéger de cet AEA qui n’avait pas l’air très…sociable. Elle chuchota alors a Tim, même si elle chuchotait très mal (bah oui, l’adolescent aux cheveux d’argent avait forcément entendus, même a 20 mètres un vieux l’aurait entendus…).
-Tu fais attention, t’approches pas trop. C’est une fouine et elle peut te manger tout cru compris ?
L’oiseau ne l’entendit pas de cette oreille là et il partit voler en rond autour de la fouine. Samuel, inquiète pour Tim accouru à son secours et elle trébucha dans le tapis faisant tomber l’inconnu. Elle attrapa au vol Tim et finit a moitié sur le jeune homme a qui elle n’avait adressait que des excuses. Elle se releva, épousseta sa robe et tendit une main au garçon sur qui elle était tombé.
-Je m’excuse…encore. Vous ne vous êtes pas fait mal au moins ? Hein ?
Elle relâcha Tim qui partit sur le piano, sautillant sur les touches faisant autant de bruits qu’il y a quelques minutes et lui adressa un regard noir qui voulait dire « on en reparlera. » Puis elle se tourna vers l’inconnu et l’aida à se relever. Elle se présenta.
-Je m’appelle Samuel Robert, je suis arrivé hier.
Puis elle se baissa pour caresser la fouine qui avait un poil terriblement doux mais elle ne se laissa pas faire. Elle mordit Sam avant de retourner sur les épaules de son « maitre ». Sam lâcha un petit cri de surprise, elle lui avait fait mal. Tim s’empressa de voler jusqu'à cette fouine et de l’attaquer à coup de bec et d’aile. Sam laissa Tim se battre, après tout, s’il avait envie. L’AEA du jeune homme l’avait mordu entre le pousse et l’index, elle laissa le sang couler goute a goute regardant a la fois le garçon et le sang qui coulait, rien de bien intéressant a vrai dire. Son sang tachait le tapis mais cela lui était bien égal, elle avait était enfermé ici de force, enfin pas vraiment mais elle ne pouvait quand même plus sortir, cela serait la punition pour ne pas la laisser aller voir un film au cinéma samedi prochain alors, car tous les samedis, elle sortait voir un film et là, comment allait-elle faire. Elle ne savait plus quoi penser. Le film du samedi, Tim qui se bat, le jeune homme qui est entré alors qu’elle riait, la fouine qui l’a mordu, elle qui tombe comme une merde sur l’adolescent. Que d’aventure en même pas 5 minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Lun 15 Juin 2009 - 19:15

Un petit cri ressemblant plus à un couinement retentit du fond du couloir, près d’une silhouette assise contre le mur. Une sorte de petite fouine noire s’acharnait à hurler sur la personne qui ne prêtait aucune attention à ses vociférations.

- J’en peux plus Nikolas ! Ecoute au moins, tu vas voir à quel point c’est horrible. Eteint ta musique, aller !

Meetoo se jeta sur le majeur de son ami, le mordant de ses petites dents sans lui faire vraiment mal. Il n’arrêtait pas d’agiter les mains depuis tout à l’heure, les yeux dans le vague, chuchotant de temps en temps quelque chose. Il s’intéressait plus à son ordinateur interne qu’à elle ! Il lui parlait, lui demandait poliment d’augmenter le volume de sa musique, de rendre l’écran opaque… Et il faisait semblant de ne pas la voir, elle. Tout ça pourquoi ? Parce qu’il avait peur d’aller voir ce qui ce passait au rez-de-chaussée.
Nikolas lui avait expliqué qu’il rédigeait une sorte de journal intime sur lui… Pour ce souvenir de tout ce qu’il faisait dans le pensionnat. Comme si sa mémoire ne lui suffisait plus, il fallait qu’il remplisse celle de son écran oculaire.
Meetoo lâcha un soupir, fixant ses yeux devenu fluorescent de par les nombreuses fenêtres ouvertes. En s’approchant de ses pupilles qui ne la voyait pas elle pouvait vaguement distinguer le texte se créer au rythme des mouvements précis du jeune homme, des images s’y ajouter… En bas à droite une note de musique donnait sans doute le nom de ce que l’espion écoutait… Mais étant écrit à l’envers et en tout petit, Meetoo ne put déchiffrer les écritures.
Sautant sur le bras droit de Soundless, la fouine lui mordilla le pouce et lui griffa l’avant bras de ses petites pattes. Nikolas soupira, réduisit la fenêtre du traitement du texte et du fichier « Images » avant de fixer son AEA d’un air exaspéré de ses yeux redevenus bleu ciel.

- On y va, ok, mais s’il se passe quoi que ce soit, ce sera ton problème.
- Merci ! On dirait le bruit du gros truc dans le salon.
- Le piano. J’en ai une image dans mon répertoire.


D’un sourire vainqueur, Meetoo alla se percher sur l’épaule de son ami pendant que celui-ci baissait le son de sa musique pour pouvoir écouter son environnement et se releva. Bon… Ce n’était pas de cet étage, sans doute plus bas. Le son était étouffé pour lui qui devait se trouver un étage au dessus de l’horrible musique.
D’un pas lent et paresseux, Nikolas parcouru les couloirs, descendit un escalier et se dirigea vers le salon. Le bruit était plus net ici, derrière la porte. Aucun doute, quelqu’un jouait du piano dans cette pièce, et ce quelqu’un n’avait aucun don pour la musique. Des rires s’élevèrent en même temps que les deux compères firent leur entrée, masquant le bruit grinçant de la porte. Une fille et un oiseau. Meetoo émit un petit rire appréciateur, souriant vicieusement en louchant sur le volatile.
Elle ne semblait pas vouloir lui faire de mal, Nikolas lui sourit donc d’un air lui aussi gêné de devoir dire la vérité à cette jeune fille charmante.

- Ho non, ce truc n’est pas à moi… C’est juste que ce n’était pas très mélodique et que Meet… Quoi ?

Un sourcil levé, le jeune espion tourna la tête vers son AEA puis recommença à fixer la fille. Peut-être que Meetoo était une fouine, peut-être qu’elle avait un sale caractère mais ce n’était pas la peine de le prendre comme ça. S’il lui demandait de rester calme, la fouine le ferait certainement. Elle n’aimait pas la compagnie, mais pas au point de se jeter sur tout le monde. Se préparant à répliquer, Nikolas n’eut que le temps de voir une boule de plume foncer sur Meetoo et la fille se jeter sur lui… Ou plutôt trébucher mais sur le coup il eut du mal à comprendre le pourquoi du comment.

- Ouch

Retombant sur les fesses, il fallut quelques secondes pour que le monde se remette dans le bon sens. C’était quoi cette folle ? Et son piaf ?! Meetoo avait eut le temps de sauter de son épaule pour se réceptionner plus ou moins correctement, les poils hérissés par la peur. Il avait vraiment le chic pour tomber sur les pires personnes qu’habitait ce pensionnat !

- Si un peu mais c’est rien, je ne suis pas en sucre… Votre oiseau, quesqu’il a ? Je sais que Meetoo n’est pas la plus sympas mais faut pas exagérer. Il tourna la tête vers la concernée pour vérifier si tout allait bien. Moi c’est Nikolas… Je suis arrivé hier aussi ! Il marqua un temps de réflexion, s’il avait eut internet, il aurait put faire une recherche mais en l’occurrence c’était bien impossible. Excusez-moi mais… Samuel c’est vraiment bizarre comme nom, c’est d’origine Rouillée ?

Mais qu’elle andouille ! Une grande partie des personnes de ce pensionnat était des Rouillées… Mais il avait du mal à changer ses habitudes, comme le fait de discuter avec la pièce. Chez lui, les murs lui auraient répondu grâce à leur intelligence artificielle, mais pas ici.
Encore une fois, Nikolas n’eut pas le temps de dire ce qu’il voulait, Samuel tendit la main vers la fouine et se fit mordre. D’un regard mécontent, le jeune espion fixa Meetoo qui poussa un soupir vaniteux. Une jolie petite peste cette AEA !

- Je m’excuse ! Je vais vous soig… Hey ! Vient par là toi !

Quel bonheur d’avoir une telle dextérité ! Après deux essais, entre trois coups de becs et un coup de patte, Nikolas attrapa l’oiseau entre ses doigts fins. Il prit garde à ne pas lui faire mal tout en attrapant Meetoo de l’autre main.

- Stop ! Calmez-vous ! Meetoo tu restes sagement sur mon épaule et… Toi le piaf tu restes avec Samuel. Non mais ho !

Son ton était sec et dur. Il ouvrit les mains, sa fouine montant docilement sur son dos pendant que Tim s’envola à bonne distance. La seconde d’après il s’approcha de la jeune fille semblant en pleine réflexion, regardant sa main blessée. Le regard le plus désolé possible, il s’adressa à elle de sa voix devenu douce.

- Ça va aller ? Vous voulez qu’on essaye de trouver de quoi vous soigner ?

[Le post le plus long de ma vie O.O]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Lun 15 Juin 2009 - 21:05

Samuel soupira. Elle repoussa gentiment le garçon trop près a son gout en lui accordant un sourire des plus amicaux, vous savez, ceux qui vous mettent en confiance mais que vous trouvez tout de même louche parfois ? Elle se mordit la lèvre inférieure et regardait la fouine puis son maitre, puis la fouine. Elle finit par poser son regard sur le mec aux cheveux argentés et lui dit.
-Je pense que ça vas aller…
Elle fronça un moment les sourcils en repensant à la remarque qu’avait fait Nikolas sur son nom, a son tour d’attaquer. N’étant plus dans les rapports amicaux elle se permit de le tutoyer un instant.
-Dis donc Nikolas ? C’est bien ça ? Je t’ai pas autorisé à te moquer de mon prénom hein ! Si je le pouvais…non, si je le voulais je pourrais très bien faire des remarques sur le tien hein ! D’origine rouillé…c’est quoi encore cette nouvelle insulte hein ?
Elle rapprocha son visage de celui de Nikolas, s’efforçant de garder un air sérieux malgré qu’elle le regardait dans les yeux, à quelques centimètres de son visage, à lui, et qu’a ce jeu là, elle n’était pas très forte. Un sourire ce dessina sur son visage et elle commença à rire, quand je disais pas très forte je voulais dire nulle évidemment. Elle se retourna pour ne pas que le jeune homme la voit rire, une nouvelle fois et elle se calma petit à petit. Enfin, elle se retourna reprenant son air mécontent.
-Et mon « piaf » comme tu as dit et bien, il s’appelle Tim et pas « piaf » ok ?
Elle marqua un temps d’arrêt, d’ailleurs où était-il passé ? Elle commença à s’inquiéter et l’expression de son visage changea du tout au tout. On entendit alors du bruit près d’un ancien vase. Elle partit alors en trottinant vers celui-ci et chercha tout autour mais ne trouva rien. Tim continuait de chanter et Samuel finit par chercher dans le vase. Elle colla son œil contre l’ouverture de celui-ci et quand elle s’aperçut qu’il était coincé dedans elle se redressa. On pouvait voir que la poussière sur le vase s’était déposée en cercle autour de l’œil droit de Samy. Elle s’essuya avec son avant bras et retourna le vas pour que Tim glisse vers le bas. Le résultat fut immédiat. L’oiseau roula vers le bord de la table et dans un mouvement de hanche Samuel stoppa l’oiseau pour ne pas qu’il fasse une mauvaise chute. Sur le vase l’on pouvait voir le sang de la jeune fille. Elle se rendit donc compte qu’elle n’avait pas réellement répondu la vérité au garçon qui avait essayé de paraitre gentil avec elle.
-Euhm, a vrai dire, pour ma main je ne sais pas. Tu en penses quoi toi ?
Elle l’avait tutoyé déjà plusieurs fois, elle pouvait bien le faire encore non ? Elle caressa le ventre de Tim qui était sur le dos et se rapprocha de Nikolas ne sachant plus quoi faire. Tim vola auprès d’elle se posant sur son épaule gauche. Il se recroquevilla sur lui-même près à s’endormir, frottant sa joue sur le cou de Sam et ferma les yeux. Il n’avait surement pas assez dormit cette nuit.
-Et pour tout ce que j’ai dit je t’excuse finalement. Et je m’excuse auprès de ta fouine. Meetoo c’est ça ? Et, elle parle ? Tim, non, mais il chante et sait comment faire pour que je lui obéisse.
C’était vrai, elle obéissait plus a Tim qu’a sa propre mère. C’était peut-être bizarre mais elle le faisait sans y porter grande importance. Il se comportait plus comme un adulte que comme…Samuel qui n’avait aucune notion du danger en fait. La laisser près d’un feu serait suicidaire. C’était pourquoi Tim l’avait écartait de la cheminée. Elle regarda perplexe sa main droite toute taché de rouge. La journée s’annonçait mouvementé, d’abord que faire ? Laisser le sang couler et attendre que ça passe ? Trouver l’infirmerie ? S’il y en avait une bien entendu ou bien soigner avec les moyens du bord ? A elle seule elle aurait bien choisit la première proposition, laisser couler et attendre. Elle leva la main devant son visage et regarda entre ses doigts Nikolas.
-On pourrait laisser ça comme ça et attendre que ça passe non ?
Elle afficha un grand sourire pensant détenir LA bonne réponse que tout le monde attendait. Samuel secoua sa main vers le bas pour accélérer l’écoulement comme cela ça s’arrêtera plus vite si tous le sang qui devait couler, coule non ? Evidemment c’était un peu stupide comme résonnement mais ça pouvait marcher, dans une autre dimension peut-être. Et pendant qu’elle faisait des bêtises avec elle-même elle dit au jeune homme :
-Je pense que Meetoo ne m’aime pas vraiment…
Elle se mordit la lèvre un peu déçue de ne pas devenir amie avec une fouine mais bon, elle avait un moineau c’était déjà ça. Mais celui-ci dormait a poing fermé dans le creux de son cou .
Elle soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Mar 16 Juin 2009 - 18:06

Levant les mains, Nikolas parut ne pas comprendre le comportement de Samuel. Il n’avait jamais pensé en mal ce qu’il avait dit, ce n’était qu’une simple question. Comme quand on demande à quelqu’un si son nom est d’origine russe ou bretonne. Et puis il comprit. Rouillé n’était pas un adjectif très agréable d’après le peu qu’il connaissait sur cette époque. Il avait à peu près le même sens qu’abimé, vieux… Le sens que lui donnait Nikolas était à peu près le même, sans être agressif ou négatif. Essayant d’éloigner son visage de celui de la jeune fille, par gêne, ses joues s’empourprant légèrement, le jeune espion tenta de fournir une explication convenable.

- C’est pas une insulte… C’est une histoire compliqué. Et puis je ne trouve pas ton prénom moche.

Nikolas tutoya à son tour la jeune fille. En plus, ne connaissant pas du tout ce prénom, il ne pouvait pas deviner que c’était un nom en principe masculin. Il le trouvait juste un peu étrange, comme inventé de toute part. Le genre de nom que donnerait un enfant à doudou ou son jouet, qu’il aurait soigneusement sortit de son imagination. Sans doute qu’une partie des noms courants chez lui serraient amusants ou étranges pour un Rouillé.
Il n’était pas fou, ni aveugle, Soundless avait bien remarqué que tout ici était différent de chez lui, que les gens ne le comprenaient pas. Il était revenu dans le passé. Nikolas avait eut du mal à le croire au départ, mais à force d’y réfléchir ça ne pouvait être que ça.
Levant un sourcil pendant que Samuel éclatait de rire, il se fit la remarque qu’au fond elle était sympas. Peut-être un peu bizarre mais sympas. Rectification ! Très bizarre. Passant du rire au mécontentement, Samuel continua de dresser la liste de ce qui n’allait pas dans sa façon de faire.

- Désolé, je ne connaissais pas son prénom alors…

Jamais Nikolas ne finit sa phrase, observant l’autre chercher quelque chose… Ou quelqu’un. Tim peut-être. Il devait être au-dessus de la cheminée. Meetoo en profita pour glisser quelques mots acides à l’oreille de son ami, avec une plus grande discrétion que Samuel.

- Je la sens pas celle-là, vient on s’en va.
- C’est toi qui voulais venir au départ.
- Mais maintenant qu’on sait… On a pas besoin de rester avec cette folle et son repas sur patte fou furieux.
- Moi je les trouve sympas.


Meetoo poussa un petit grognement mécontent, mordillant l’oreille de Nikolas pour lui faire comprendre que ça l’énervait. Elle n’essayait jamais de lui faire mal, elle réservait les traitements plus violents aux autres…

- J’ai vu une infirmerie… On peut aller jeter un coup d’œil si tu veux.

Devait-il lui dire que cette pièce lui faisait un peu… Peur ? Non, sans doute que non. Elle ne voudrait pas y aller après. Meetoo ne devait pas avoir la rage mais il ne faudrait pas que sa blessure s’infecte. Il fallait donc désinfecter et au moins mettre un pansement, voir un bandage. D’un sourire, Nikolas accepta les excuses de la jeune fille. Il ne lui en voulait pas de toute façon. Il se doutait que ce n’était qu’une histoire de malentendus par rapport aux mots qu’il utilisait et qu’elle ne pouvait pas comprendre.
Nikolas tourna le regard vers Meetoo, acquiesçant d’un signe de tête. Oui, elle parlait mais rarement pour dire des choses très sympathiques. Elle avait plus le caractère d’une vipère que d’une fouine… Un furet à la limité. En tout cas, elle pouvait s’avérer très méchante si elle le voulait. C’était comme ça que Nikolas ce l’était imaginé, quand il l’avait créé. S’il avait sut qu’elle prendrait vie, il aurait peut-être fait un animal dans le style de Tim, un petit oiseau. Toujours tourné vers son AEA, Nikolas esquissa un sourire avant de répondre à Samuel.

- Si ça peut te rassurer, ce n’est pas particulièrement contre toi, c’est une peste avec tout le monde. Comme pour illustrer les paroles de son ami, Meetoo lui remordilla l’oreille avant qu’il ne reporte son attention sur la jeune fille, écarquillant les yeux. Mais arrête de secouer ta main comme ça ! Tu vas empirer la chose.

S’empressant d’attraper la main de Samuel, Nikolas fit attention de ne pas lui faire mal tout en l’empêchant de continuer à la bouger. Il détailla la blessure rapidement, on voyait clairement la trace des petites dents acérées de la fouine. Il n’avait franchement pas envie d’aller à l’infirmerie… Ses yeux s’illuminèrent, quelque chose lui était revenue en tête.

- Meetoo, va chercher ma BC s’il te plait. Elle doit-être dans mes affaires, sous mon lit.

D’un regard suppliant il gagna sur l’air renfrogné de la fouine qui partit en courant vers le 1er étage. Il fallut à peine une minute pour qu’elle revienne, un petit spray dans la bouche qu’elle donna à Nikolas avant de sauter sur son épaule.
Lâchant enfin la main de Samuel, Nikolas décapuchonna la BC et la tendit vers la blessure de la jeune fille.

- Peut-être que ça va piquer mais tu vas voir, pour quelqu’un de l’Ancienne Génération, ça va être magique. Il rit doucement avant de pschitter un coup sur la trace de morsure. Le produit s’activa, désinfectant la plaie pendant que de minuscules nanos s’affairait à boucher l’ouverture sanglante plus rapidement que les plaquettes de l’organisme humain. Et voilà ! C’est de la bombe cicatrisante, c’est bien utile contre les petites blessures… Moi qui suis un vrai casse-cou, j’en ai toujours une pas loin… Surtout quand je sors en mission.

A la base il n’était pas censé dire à tout le monde qu’il était espion mais après tout il risquait d’être ici pour un bon bout de temps. Autant se faire des amis et avoir des gens sur qui compter. Hors la confiance était la première brique de ce genre de relation, Non ? Son écran oculaire ne pourrait pas rester son seul ami toute sa vie, Meetoo encore moins. Vu sa mauvaise langue elle serait bien capable de lui faire haïr tout le pensionnat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Mar 16 Juin 2009 - 21:42

« Mais arrête de secouer ta main comme ça ! Tu vas empirer la chose.»
Nikolas attrapa rapidement la main de Samuel qui, sans lui, aurait volontiers continué. Elle regarda sa main puis Nikolas d’un air de dire « Pardon ? » Mais justement, ce ne sont pas ces mots qui lui sortir de la bouche.
-Hein ?
Et oui, pour elle sa théorie aurait du fonctionner. Après ces belles paroles si intelligentes Le jeune garçon demanda sa BC…BC ? Encore une fois, il laissa Samuel en total incompréhension qui ne bronchait pas. C’était une sorte de spray, en effet il piquait mais pour faire « genre, je suis trop forte » Samuel ne montra aucune émotion elle resta tellement sans rien dire qu’on pouvait se demander si elle était toujours des nôtres.
« Et voilà ! C’est de la bombe cicatrisante, c’est bien utile contre les petites blessures… Moi qui suis un vrai casse-cou, j’en ai toujours un pas loin… Surtout quand je sors en mission. »
Elle haussa un sourcil, en mission ? Enfin peu importe, elle lui posera la question plus tard. Elle porta sa main à son visage pour y voir de plus près, on aurait dit qu’elle ne s’était jamais faite mordre par quelque chose, étonnant. Elle finit par poser son regard sur Nikolas et lui dit avec le sourire.
-Merci, une bombe cicatrisante donc ? Et ça marche comment ?
Samuel regarda autour d’elle et vit deux sièges, à présent elle n’écoutait plus vraiment le jeune homme. Elle ne pensait qu’à aller s’asseoir là-bas, entre la cheminée et le piano, dans le coin thé enfin, ça en avait tout l’air. Elle entendait approximativement ce que disait Nikolas, elle ne l’écoutait pas enfin, plus. Au début il avait toute son attention mais là…là les sièges l’appelaient. Elle regarda enfin Nikolas dans les yeux et lui dit un peu gêné.
-Je...Je…Excuse moi mais tu veux bien venir t’asseoir, avec moi, là-bas ? Les sièges ont l’air super confortable…
Excuse bidon oui, « super confortable »…Elle s’en fichait mais elle avait juste envie de s’asseoir. En plus près de la cheminée ça serait super. Elle adressa un sourire qui voulait dire « S’il te plait, j’en ai trop envie… » Elle lui attrapa la main et l’entraina près des sièges, arrivait là, elle la lui lâcha pour tomber sur le siège. Oui, Samuel ne s’assoit pas sur un fauteuil, elle tombe dessus. Sam lâcha un soupire de satisfaction, elle rabattit ses genou sur le fauteuil pour être installé plus confortablement. Tim, lui, s’était réveillé, forcément quand on se fait limite écrasé par un fauteuil ce n’est pas toujours agréable. Il s’était donc perché sur le dossier du siège. La jeune fille regarda Nikolas s’asseoir et sourit encore une fois. Elle remarqua que depuis son arrivé ici elle souriait plus qu’avant. Peut-être qu’être entré ici n’était pas une si mauvaise chose finalement.
-Tu penses pouvoir retourner chez toi un jour ?
C’était peut-être la question que tous les enfants se posaient dans le pensionnat, tous voudraient retourner leur chez soi mais Sam, non. Tous simplement non, elle ne voulait pas.
-Moi, je ne veux pas, c’est tellement mieux ainsi…
Nikolas ne comprendrait surement pas, lui qui « partait en mission », lui qui utilise un vocabulaire que lui seul comprend, lui qui utilise des objets qui proviennent surement du futur. Elle pensa que la vie là-bas devait être cent fois mieux que maintenant. Elle soupira mais cette fois-ci de déception, ferma les yeux un moment et les rouvrit quelques secondes plus tard. Sam tourna la tête vers Meetoo, avec qui elle voulait être amie et posa la question la plus débile, celle qui n’a aucun rapport avec la situation.
-Bien dormit Mademoiselle ?
Elle sourit et lui fit une grimace, enfin…Elle lui avait juste tiré la langue en gros. Et, s’adressant un peu à tout le monde.
-J’ai passé la pire nuit que j’ai jamais passé.
En vérité c’était faux, elle en avait passé des nuits atroces. La fois ou elle avait appris que son cher papa était mort, la fois ou sa mère était partis dans un centre et la fois ou elle avait été privée de dessert et où son ventre avait gargouillé toute la nuit, mais ça, c’est une autre histoire. Du bout du doigt, elle donna un petit coup sur la main de Nikolas avant de dire.
-Et toi ?
Puis elle posa son front sur ses genoux histoire de ne pas rien faire. Elle releva la tête et la tourna en direction du piano, une idée lui vint en tête, pourquoi ne pas jouer du piano ? Peut-être que Nikolas savait y jouer, lui, car pour être franche, elle, c’était une HORREUR. Elle se leva et s’assit sur le petit banc pouvant accueillir deux personnes bien serrées. Samuel regarda une nouvelle fois le jeune homme et tapota sur le banc pour lui dire de venir mis pour appuyer son invitation elle lui dit.
-Je vais encore te faire bouger…Tu viens jouer avec moi ? Même si c’est moche c’est toujours marrant.
Elle se poussa pour laisser une bonne place a son nouvel ami Nikolas, c’est vrai quoi, elle pouvait dire qu’ils étaient des amis maintenant. Elle posa ses mains sur les touches, les caressant du bout des doigts sans pour autant en faire sortir n’importe qu’elle note, son cœur battait vite un peu trop même. Mais pourquoi me direz-vous ? Et bien, non, ce n’est pas qu’elle était gêné par la présence de Nikolas mais elle avait une putain d’envie d’appuyer sur toutes les touches en même temps que ça la démangée de partout. Elle souffla un bon coup et cette envie partit avec tout l’oxygène qui ne se trouve plus à présent dans les poumons de la jeune fille. Samuel posa Tim, qui l’avait suivit jusqu’ici et s’était posé sur son épaule, sur le piano car il l’a gêné.
-Alors, Alors, Alors…Tu sais jouer du piano toi ? Moi j’y joue…comme un pied tu as pu le voir tout a l’heure !
Elle étouffa son rire, c’est vrai qu’elle s’était tapé la honte tout a l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Jeu 18 Juin 2009 - 20:05

C’était assez amusant de voir Samuel jouer les plus fortes du monde, essayant de faire croire qu’elle n’avait pas mal. Tout le monde avait mal en général, pourquoi pas elle ? Tout le monde faisait aussi semblant de ne pas avoir mal la première fois alors au fond… Pourquoi pas elle ? Nikolas rangea la petite bombe dans la poche de son jean avant d’essayer d’expliquer le fonctionnement de ce petit bijou de technologie. C’était assez simple d’une certaine façon, mais le serait-ce autant pour quelqu’un de 2000 ? Peut-être pas.

- Une BC… C’est en fait un concentré de nano, de minuscules machines. Une partie d’entre-elles, les premières, désinfecte la plaie et l’autre partie, les dernières, créés une couche de double peau… Ce qui donne l’impression de ne jamais avoir été blessé. Ce n’est pas réellement vrai, ça forme simplement un pansement invisible sur la blessure. C’est aussi solide que la peau mais il faut faire attention et ça ne marche que pour le petites plaies, sinon les nanos sont débordés et c’est…

Il ne finit pas sa phrase. C’était la deuxième fois que des mots restaient en suspend avec Sam. A croire qu’en fait elle n’avait une concentration que d’une seconde ou deux et qu’ensuite il fallait qu’elle change de cible. Son nouvel ami semblait être un fauteuil. Nikolas ne fut donc pas sortit qu’elle lui demande de venir avec elle s’y asseoir, ne se rendant pas une seule seconde qu’il maquait quelques mots à son explication. Mais ce n’était pas très grave, Nikolas ne lui en voulut que le temps d’aller s’asseoir… Ou plutôt le temps d’être entraîner par la jeune fille. Le contact ne le dérangeait pas trop, ça allait, il fallait juste ne pas avoir peur d’être surpris avec une fille pareil. Tim devaient en voir des vertes et des pas mûres, le pauvre.

- Hum, oui j’aimerais rentrer chez moi… Il releva la tête, surpris, Sam ne voulait pas rentrer chez elle ? Pourtant tout le monde… Il retira ce qu’il venait de penser. Il y avait sans doute une bonne raison. Pourquoi tu ne veux pas rentrer chez toi ?

Nikolas semblait triste pour Samuel. C’était vraiment étrange à ses yeux de ne pas vouloir rentrer chez soit. Et puis à son époque les Specials n’existaient pas encore, personne n’avait donc de bonne raison d’être séparer de ses parents. Sans doute que Sam vivait avec ses géniteurs, pas quelqu’un qui l’aurait adopté. Ils devaient l’aimer et la choyer, elle avait peut-être un frère ou une sœur… Pourquoi ne voulait-elle pas rentrer chez elle ? Ils devaient se faire du souci pour elle, comme les autres Specials Circumstances devaient se demander comment Soundless avait put disparaître. Ils l’avaient peut-être attendu pour manger et comme sa place était restée vide… Que faisait les Rouillées dans ce cas là ? Ha, oui ! Ils appelaient la police. Ces gens là aussi, quelque part, se faisaient alors du souci pour Sam. Ses amis, ses professeurs, ses connaissances, les amis de ses parents, l’entourage des policiers qui en avaient sans doute parlé… Peut-être que tout une ville s’en faisait au sujet de Samuel, et celle-ci ne s’en rendait pas compte.
Mais peut-être que non, ça se pouvait. Le monde des Rouillés était assez mal fait d’après les cours d’histoire. Samuel n’avait peut-être pas de mère, comme Nikolas. Son père ne l’aimait peut-être pas, elle était peut-être fille unique et… Stop ! Le jeune espion s’arrêta avant de se sentir avoir envie de pleurer. Ce n’était pas le moment. Ça le faisait repenser à son père, à sa sœur, aux Spécials et à tout un tas d’autre chose qui allait finir par lui manquer, à lui. Nikolas ne trouvait pas cet endroit super, c’était loin d’être mieux que chez lui, c’est vrai et il trouvait vraiment bizarre que quelqu’un préfère le pensionnat à sa vie de tous les jours.
Meetoo se déplaça de façon extrêmement fluide de l’épaule du jeune homme à ses genoux pour venir le réconforter. Si jamais il avait l’air trop triste, l’autre pimbêche essaierait de le réconforter, elle le toucherait, elle lui ferait croire qu’elle était son amie… Les filles ça la connaissait puisqu’elle en était une, et elle connaissait très bien leurs points négatifs. Points auquel elle ne voulait pas faire gouter son petit Nikolas qu’elle protégeait maladivement pour une fouine, même AEA.
Meetoo rendit sa grimace à Samuel, s’il y avait bien une fille qu’elle détestait, c’était elle. Oui elle avait bien dormit, dans les bras de Nikolas, mademoiselle !
Le jeune espion avait retrouvé plus ou moins le sourire, ne pensant déjà presque plus à son coup de blues de tout à l’heure.

- Moi ? Ouais, ça peut aller, j’ai plutôt bien dormit… Ho, mais je n’ai jamais touché un piano de ma vie… Pour tout t’avouer je ne savais même pas que ça existait encore avant de l’avoir vu.

Meetoo sauta de ses genoux et en quelques bonds gracieux elle était déjà perchée sur le magnifique piano, aux côtés de Tim. Elle garda tout de même une bonne distance avec l’oiseau, on ne peut pas dire que ces deux là s’appréciaient. Posant l’index gauche avec une précaution infinie, Nikolas en sortit une note aigue. Ce devait être comme être sur l’ordinateur… Mais sans le réseau, il ne pourrait en obtenir aucune aide. Il avait certes des mains de pianiste, mais sans le moindre entraînement ni cours de musique, cette qualité était réduite à néant.

- Je ne sais pas jouer de piano, mais on peut toujours essayer… Il paraît qu’en commençant par une répétition de notes simples… Enfin si on commence petit à petit on peut s’en sortir… C’est mon père qui me l’a dit, je suis sûr que ça ressemble à l’informatique la musique !

Meetoo soupira pendant que Nikolas appuyait sur la même note cinq fois, changeant de temps en temps son doigt de place… Ce n’était franchement pas du Mozart mais c’était toujours mieux que ce que jouait Sam il y a à peine une dizaine de minute. Il invita d’ailleurs la jeune fille à essayer avec lui, c’est vrai que c’était amusant.
D’un air hésitant, réussissant à jouer un petit air très court et primitif mais plutôt agréable, Nikolas posa une question à Samuel, ses mots étant tout aussi hésitants que ses mains.

- Je peux te poser une question, Sam… Si je peux t’appeler Sam ? Pourquoi… Pourquoi tu ne veux pas rentrer chez toi ? C’est pas bien chez toi ? Si tu veux… M’en parler… Je serais content de t’écouter, Sam.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Jeu 18 Juin 2009 - 21:23

N’hésitant pas le moins du monde, Samuel posa son index et joua comme Nikolas, un peu moi timidement. Ses notes résonnaient dans la pièce et finalement, elle laissa Nikolas jouer seul, Sam se contentait de l’écouter et quand celui-ci eu terminé, elle applaudit et se tournant face a lui tout sourire. Mais celui-ci disparu lorsque Nikolas lui posa une question, elle se rassise comme il le fallait, face au piano et regarda dans le vide, vers la fenêtre. Elle prit une grande respiration, comme si elle s’apprêter à tout débiter d’un coup mais lorsqu’elle ouvrit la bouche rien ne sortit. Elle esquissa un petit sourire et c’est avec hésitation qu’elle dit à Nikolas.
-J’ai été adoptée très jeune, quelques mois à peine après ma naissance. J’ai grandit avec mes parents adoptifs pendant un bon bout de temps mais il y a eu cet accident et…Papa est mort. Maman est partie dans un centre parce qu’elle était dépressive et comme on avait déjà décidé de ma garde je suis partie chez ma tante. Elle m’a envoyé dans un internat et là-bas je ne me plaisais pas, on se moquait sans cesse de mon prénom et tout alors j’ai décidé de partir, je me suis perdue dans la forêt et…ta dam. Me voilà.
Elle expira assez bruyamment, elle avait finalement tout dit. L’expression de son visage était…non, il n’y avait aucune expression. Totalement blasé, elle pensa à « Papa », à « Maman ». Finalement, ça lui manquait, de ne plus les voir. Mais bon, la vie c’est….la vie. Elle soupira, encore et Tim vint en sautillant se coller a son cou frotta sa tête a la peau de la jeune fille. Le monde était trop mal fait. Elle regarda Nikolas, adressant poliment un sourire totalement faux.
-Puisque toi, tu veux sortir et bien, on pourrait chercher une sortit pour que tu puisses sortir. Mais il faudra que tu tombe dans la bonne époque car je suis sur que si tu venais dans la mienne, tu déprimerais à coup sur.
Repensant a ce que disait Nikolas il y a quelques instants, au sujet de la musique elle se permit de dire, regardant une nouvelle fois pars la fenêtre sans expression.
-La musique, ce n’est pas comme l’informatique. L’informatique ne pourra jamais remplacer les sentiments qu’il y a dans certaines chansons.
Elle tourna la tête rapidement et fit volte face a son ami.
-Tu vois ? La musique c’est quelque chose de vivant, de fantastique, c’est… Enfin, l’informatique je trouve que c’est froid, y’a pas de sentiments c’est mort.
Mort, Mort, mort. Toujours mort. Tout ce a quoi elle pensait été mort, tout ce qu’elle disait été mort, quelle imbécile faisait-elle.
-Pardon.
Elle baissa la tête vers les touches du piano, elle en avait presque oublié l’existence. Puis elle releva fièrement la tête.
-A mon tour. Ma tante m’avait appris quelque chose quand j’avais 14 ans. Regarde.
Elle commença à jouer l’air de « Au clair de la lune » sans aucune hésitation, elle savait parfaitement le jouer. En même temps, c’était le seul morceau qu’elle jouait. Elle finit par s’arrêter et c’est dans un grand sourire qu’elle leva les bras en l’air, signe d’une victoire complète, et s’empressa de dire.
-Tadaaaaaam ! Alors ?
Elle baissa les bras et Tim repartit près de Meetoo qu’il poussa un peu pour avoir plus de place. Celle-ci le repoussa d’une patte l’air blasé, c’était très comique. Tim continuait d’avancé et Meetoo l’empêcher d’avancer d’une patte, c’était gagné d’avance pour Meetoo. Attendrit par Tim, Samuel prit la parole.
-Tim….Laisse-la un peu, elle a raison. Pour une fois…

[Déso’, aucune inspiration, je suis fatiguée.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Sam 20 Juin 2009 - 20:24

Nikolas était désolé pour Samuel, lui aussi avait été adopté. Il savait ce que ça faisait de ne pas connaître ses vrais parents. Lui n'avait eut le droit qu'à un père qu'il avait dut quitter pour entrer dans les Specials Circulstances mais au moins il le savait toujours en vie. Et puis il y avait aussi eut sa tête vide de soeur... Mais personne n'était mort dans l'entourage de Nikolas, seulement des gens qu'il ne connaissait pas, pendant ses missions.
Dépressive... Ce mot était étrange. Si son souvenir était juste, c'était une ancienne maladie Rouillée comme l'anorexie. Un virus mental qui rendait les gens tristes en permanence, qui les forçait à se couper du monde extérieur... Encore un truc horrible de Rouillé. Si quelqu'un tombait malade de dépression dans le monde de Nikolas... Personne ne tombait en dépression depuis longtemps. Depuis que tout le monde pouvait être aussi beau qu'il le souhaitait, que plus rien ne coutait cher, que la vie était aussi belle, plus personne n'avait de raison de se rendre malade. Seul les Specials pouvaient attraper ce genre de maladie à force de voir la mort et les problèmes des autres en face mais ils étaient tellement surveillé et heureux de former ce petit groupe de "circonstances spéciales" que ça leur venaient rarement à l'esprit et qu'ils étaient vite soignés. Ils étaient la défense de la ville après tout.
C'était une histoire assez incroyable, Nikolas devait bien le reconnaître. Sam avait dut avoir une vie intense... Peut-être un peu trop, ce qui expliquait que maintenant elle préfèrerait le calme du pensionnat, aussi étrange et effrayant soit-il.

- C'est moche quand même. J'comprends que tu veuilles rester , ici... Mais si tu veux, si j'arrive à sortir je t'emmènerais chez moi, à New Town ! Tu verras, là-bas y a pas de dépression, c'est pareil que ton monde mais en mieux.

Ses yeux clairs pétillèrent quelques secondes en repensant à sa chère ville. Peut-être que son futur était mieux que le passé de Samuel. Là-bas personne ne se moquerait de son nom puisque personne ne saurait que... Que quoi au fait ? Nikolas n'avait toujours pas compris ça, pourquoi Samuel était un nom amusant ? Pour lui, c'était étrange puisqu'il était autant dépassé que Jean-Michel ou Eude... Mais il ne lui trouvait rien de drôle. Il lui poserait la question plus tard.
Le jeune espion secoua la tête, il comprenait. Il écoutait de la musique, il savait qu'une musique pouvait transporter les sentiments de celui qui la joue et qu'au contraire en informatique c'était difficile. Par contre... Il garda sa frustration sagement à l'intérieur de lui-même, ce n'était pas le moment. Semblant plus renfermé, Nikolas écouta la petite mélodie de Samuel. C'était plus agréable que tout ce qu'elle avait put jouer avant, il n'y avait pas photo. Sa tante devait être une femme merveilleuse.

- Hum, c'est vrai que c'est bien.

Metoo cracha sur l'oiseau comme un chat, prouvant sa position de plus forte face à Tim. Elle extériorisa un peu de la petite colère qui bouillonnait au fin fond du jeune espion. Et quand il ne put plus rien contenir, il lâcha tout à la figure de Samuel, serrant ses petits poings pour ne pas les lever. Il n'avait pas avalé ce qu'elle avait dit tout à l'heure. L'informatique était tout pour lui, sa vie, son métier, ses amis, ses qualités... La mâchoire crispée, il eut du mal à articuler ses phrases sans hausser le ton.

- Pour tout à l'heure... Excuse-moi de remettre ça sur le tapis... C'est vrai, tu as raison, l'informatique ce n'est pas la musique mais... L'informatique n'est pas froid, encore moins mort... Comment... Comment tu peux trouver l'informatique mort ? Ca voudrait dire que tu me considère comme un truc mort ? Un truc froid ? Regarde-moi, j'ai un ordinateur dans la tête... C'est pas pour autant que je suis mort. Metoo sauta sur ses épaules, trop heureuse de se dire qu'ils allaient quitter les deux autres. Sans doute que si j'avais eut une batterie à la place du coeur et un accordéon dans le cerveau j'aurais put me sentir flatter... On ne doit pas avoir la même vison des choses.

Tournant le dos à Samuel, Nikolas se gifla intérieurement. Quesqu'il avait put être stupide. Sam ne pouvait pas savoir, ça ne se voyait pas de l'extérieur. Quand elle disait informatique elle devait penser aux ordinateurs Rouillés, ces machines trop lentes et trop peu fournit en Intelligence Artificielle pour pouvoir être considéré comme "quelqu'un". Rien que les pièces parlaient chez Nikolas. Ici, l'informatique était peut-être bel et bien mort. Effectivement, ce n'était qu'un problème du vision, d'époque surtout.
Sa voix se fit plus douce et calme. Meetoo soupira, déçut que son jeune ami soit resté assit et qu'il n'est pas quitté la pièce en claquant la porte.

- Je... Excuse-moi Sam, c'est que... C'est que ici c'est trop différent de chez moi. Je comprends rien, y a des tonnes de choses que je ne connais pas. Par exemple, ton prénom, je ne vois pas pourquoi les autres se moquent. Moi je l'ai trouvé étrange... Mais c'est parce que je ne le connaissais pas avant. Qu'est ce qu'il a ton prénom de si drôle ?

A la dernière question il avait pivotait, se retournant face à sa nouvelle amie. Il ne voulait pas se fâcher avec elle pour une histoire aussi stupide. Il lui en faudrait plus pour ne plus vouloir lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Sam 20 Juin 2009 - 21:30

Samuel écoutait attentivement Nikolas pendant qu’il parlait. L’emmènerait-il vraiment à New town ? D’ailleurs c’était quoi New town ? Et puis surtout, sortiraient-ils un jour d’ici. Plus de dépression, plus de maladie, son monde en mieux ? Elle aimerait bien le voir, ce monde, qui s’annonce si bien. Mais peut-être même trop bien, après tout, sans problèmes que faire, c’est un peu ennuyeux non ? Elle se mordit la lèvre inferieure a cette pensé et continua à l’écouter, a l’observer tout simplement. Sam était ravi que le jeune homme puisse aimer ce médiocre petit morceau que même un gamin pourrait jouer sans problème après quelques entrainements. Elle voulu prendre la parole mais Meetoo l’en empêchai, elle pestait et crachait comme un chat contre Tim qui avait pourtant arrêtait de l’embêter. Elle trouvait cela bizarre et alors qu’elle allait prendre Tim pour qui n’agace pas plus Meetoo par sa présence, Nikolas prit la parole. Il serra ses poings, Samuel le vit tout aussi bien que le changement soudain de comportement du jeune homme, c’est la boule au ventre que Sam encaissa se que disait Nikolas.

« Pour tout à l'heure... Excuse-moi de remettre ça sur le tapis... C'est vrai, tu as raison, l'informatique ce n'est pas la musique mais... L'informatique n'est pas froid, encore moins mort... Comment... Comment tu peux trouver l'informatique mort ? Ca voudrait dire que tu me considère comme un truc mort ? Un truc froid ? Regarde-moi, j'ai un ordinateur dans la tête... Ce n’est pas pour autant que je suis mort. »

La petite peste sauta sur les épaules de son maitre, tout sourire, se blottissant contre celui-ci fixant intensivement à la fois Tim et Samuel. Celle-ci baissa la tête, elle n’aimait pas se prendre tout dans la figure comme ça, alors qu’elle ne l’avait pas inclus dans l’informatique. Il avait un ordinateur dans son crâne, Sam pâlit, se rendant à présent compte de sa bêtise, elle l’avait blessé.

« Sans doute que si j'avais eut une batterie à la place du cœur et un accordéon dans le cerveau j'aurais put me sentir flatter... On ne doit pas avoir la même vison des choses. »

Sous entendus, jamais tu ne verras les choses comme moi je les vois parce que j’ai un ordinateur implanté en moi ? Samuel le prit comme ça, elle culpabilisé et était vexé, mais elle avait réagis exactement pareille il y a quelques minutes maintenant. Ah bah voilà, elle était ici depuis un jour et elle venait déjà de blesser quelqu’un, ça y est, il s’était retourné, dos a elle. C’était donc fini ? Merci. Comprenant qu’il ne voulait pas la revoir parce qu’elle en venait pas du même siècle que lui, parce qu’elle ne pouvait pas comprendre que finalement l’informatique était quelque chose de « vivant », d’ailleurs c’était ridicule. Elle se leva, attrapa rapidement Tim qu’elle dépose sur son épaule droite puis elle appuya sur une note au hasard, pour clore la conversation mais il reprit la parole, alors qu’elle s’apprêtait à marcher vers la porte, c’était bien la dernière chose qu’elle pensait pourvoir arriver, mais bien la première qu’elle espérait, elle ne voulait pas se fâcher ainsi, surtout avec Nikolas, son nouvel ami.

"Je... Excuse-moi Sam, c'est que... C'est qu’ici c'est trop différent de chez moi. Je comprends rien, y a des tonnes de choses que je ne connais pas. »

Elle lui posa la main sur l’épaule, soulagée qu’il ne lui en veuille pas autant qu’elle attendait. Elle sourit et voulu encore une fois prendre la parole quand, il continua malgré tout. Elle s’assit donc, gardant sa main posé sur l’épaule de Nikolas, près de Meetoo.

« Par exemple, ton prénom, je ne vois pas pourquoi les autres se moquent. Moi je l'ai trouvé étrange... Mais c'est parce que je ne le connaissais pas avant. Qu'est ce qu'il a ton prénom de si drôle ? »

Elle continua de sourire et réfléchit un moment, elle s’approcha du visage de Nikolas pour lui glisser quelques mots a l’oreille.
-C’est un prénom de garçon, mais chut, c’est un secret.
Elle se rassit normalement et soupira.
-J’ai cru que tu m’en voulais a mort Nikolas, tu m’as fait peur…imbécile.

Désolé, c'est petit mais je suis vraiment fatiguée ce soir =/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   Dim 21 Juin 2009 - 20:15

Meetoo grimaça encore plus en voyant la main de Samuel s’approcher d’elle pour se poser sur l’épaule de Nikolas. Elle repartit sur le piano, ne jetant même pas un regard à Tim pour aller se rouler en boule à l’autre bout de l’imposant instrument. A cause de cette fille, Nikolas se mettait dans tous ses états. Et pas parce qu’il était amoureux ! Non ! Même pas. Simplement à cause de ses caprices de fillette, voilà pourquoi. Et son piaf là… La fouine continua de râler en son fort intérieur, sa petite tête cachée sous sa queue.
Nikolas, lui, rougit à ce contact. Il venait de s’énerver comme il ne l’avait pas fait depuis longtemps et en fin de compte, les réconciliations c’étaient plutôt bien passé. Pas qu’il soit d’un naturel calme et posé, mais le jeune espion n’avait pas réellement de raison de hausser le ton. Peut-être que la dernière fois, c’était contre sa chambre. Elle était très forte en phrases énervante et ‘mauvaises choses au mauvais moments’… Comme la fois où elle avait mal compris sa demande et qu’elle avait envoyé une invitation à toute la ville pour une fête au fin fond du bois qui entourait New Town. Il y avait donc eut une fête, musique, boissons et têtes vides au rendez-vous… Mais sans Nikolas qui avait eut trop honte de sa chambre et qui était loin d’être le genre fêtard. Ce soir là, oui, il s’était énervé.
Nikolas faillit reculer du banc, pas encore habitué à autant de proximité avec quelqu’un. Ou en tout cas avec quelqu’un d’autre qu’un autre Special. Ces espions avaient tendance à toujours être fourrés partout ensemble, en bande quand ils sortaient. C’était un climat… Familial, en quelque sorte malgré le fait que tout lien avec les parents, amis et autres devaient être rompus dès l’entrée dans les Specials Circumstances.
Un prénom de garçon ? Nikolas n’en crut pas ses oreilles. Samuel… Un nom de garçon ? Maintenant qu’il avait été ‘habitué’ à l’entendre porté par une fille, il aurait du mal à le trouver normal pour un garçon. Qui avait put lui donner un nom de garçon ? C’était ridicule. Personne n’aurait l’idée, par exemple, d’appeler son fils Talya ou Jennifer ! Alors pouquoi appeler sa fille Samuel ? Pas étonnant en faite que les autres se moquaient d’elle.

- Sans blague ?! Franchement c’est bizarre de donner un nom de garçon à une fille… Il sourit, désolé, à Sam. Je voulais pas te faire de peine mais… Enfin tu vois, pour moi l’informatique c’est toute ma vie. Il marqua un temps d’arrêt, regardant la plafond avant que son sourire ne s’élargisse. Bon, j'vais te montrer mon ordinateur interne... Quoi que montrer c'est un bien grand mot... En réalité je suis le seul à voir les informations comme je suis esp... Ho puis merde la confidentialité ! Sam, je suis un espion.

Alors en réalité, là s'il avait été à New Town il aurait été rejoint par ses supérieurs qui l'aurait convoqué. Et là-bas il aurait passé un mauvais quart d'heure. Mais comme aucune liaison avec l'extérieur ne semblait possible, aucune information ne rentrait mais en échange aucune ne devait sortir. Logique.
De son habituel geste des doigts, Nikolas alluma son écran oculaire. Ses yeux clairs devinrent vert/jaune fluorescent et l'on pouvait deviner trois fenêtres dans les iris du jeune espion. Si l'on y regardait de très près on pouvait vaguement distinguer une fenêtre de musique, de traitement de texte et une autre de gestion d'image. D'un autre geste des mains, Nikolas rendit les fenêtres transparents pour pouvoir voir la jeune fille au travers.

- Alors, tu vois ? C'est comme avoir un ordinateur portable en permanence sur soit... Ca se contrôle avec les mains et une commande vocale... J'aurais dut y intégrer une sorte d'écran holographique parce que les autres ne peuvent rien voir... 'Scuse je parle tout seul.

Il se gratta l'arrière du crâne, riant légèrement. C'est vrai qu'en fait pour Sam ça ne devait donner qu'une infime partie du spectaculaire de la chose, surtout pour quelqu'un de 2000.

- Si on sort, à New Town tu pourras en avoir un... Tout le monde doit en avoir à l'heure qu'il est. Même pour mon époque, c'est super récent... C'est moi qui l'ai inventé.

Bon, ok ça faisait énormément d'informations à avaler du premier coup mais Nikolas n'avait pas put s'empêcher d'en dire de plus en plus au fur et à mesure que ses phrases passaient la barrière de sa bouche. Il espérait que Sam comprendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Sujets de PI v.2-
Sauter vers: