AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 17:07

Elle aurait pu croire qu’au bout de temps de mois, cette rancœur se serait estompée. Que la perte de sa moitié aurait pu être comblée par l’autre.
Il fallait croire qu’on lui avait arraché trop violemment une partie d’elle-même, et qu’elle n’était plus que l’ersatz d’elle-même. Elle n’avait pas su suturer ses plaies, et empêcher cette rancune de l’empoisonner. Elle ne l’avait peut-être pas assez voulu. Peut-être s’était-elle complainte dans cette haine, comme une identité palpable. Elle était Emily, il était sien et elle était sienne.
Mais tout avait basculé. Juste à cause de cette petite poupée blonde peroxydée. Elle était mignonne, c’était sur. Mais elle ne pouvait pas s’empêcher de la trouver laide. Sa réalité était distordue, elle ne pouvait plus la voir. Et de toutes façons, elle ne l’avait jamais vraiment vue ; elle était née avec une déformation, elle voyait les choses plus étrangement qu’elles ne l’étaient en réalité.
Elle flottait entre deux mondes.
Et c’était sans doute pour ça qu’il avait choisi le sien.

Et son monde, il l’avait construit sans elle. Mais il était le pilier du sien.
On ne peut pas construire une maison sans un pilier.

Elle marchait le long du couloir, évanescente dans ce monde ; dans quelques instants, dans quelques foulées, elle serait arrivée dans sa chambre, et elle serait coupée de cet endroit qui lui donnait envie de régurgiter tout ce qu’on l’avait forcée à manger avant de comprendre qu’elle n’aurait jamais un régime normal et qu’elle serait éternellement effeuillée de toute graisse, incapable d’avoir un régime alimentaire correct pour sa double vie. Mais l’extérieur lui faisait peur. Entre le dégoût et la phobie, elle préférait le dégoût.
Elle s’arrêta brutalement devant une porte. Sur celle-ci, il y avait quatre noms d’inscrits, mais un seul retint son nom. Garry. Elle était dans le dortoir des filles, et il ne pouvait y en avoir qu’une qui s’appelle comme ça.
Elle hésita peut-être quelques secondes, mais sa décision fut prise. Elle posa la main sur la poignée, et l’ouvrit doucement. Elle glissa silencieusement sa tête à l’intérieur de la pièce. Personne. Et dire qu’elle pourrait être une voleuse hors pairs dans le monde « réel ». Mais encore une fois, elle misait sur l’onirique pour s’enfermer. Son corps s’écoula dans la pièce, prenant garde à ne pas bouger plus la porte, et elle la referma.
Elle se retrouva plongée dans un monde qu’elle n’aimait pas, et identifia immédiatement le coin de Barbie 2. Des marques, du maquillage, des marques, du maquillage de marque… Elle s’avança là bas, et sourit.

D’un geste ample et léger de la main, comme une danse, elle envoya tout le contenu de la commode par terre. Tout se brisa dans une multitude d’éclats, emplissant l’atmosphère d’une odeur atroce, mélange de poudre, d’acétone et de parfum. Toussant, elle ouvrit les fenêtres, et referma le dissolvant de peur qu’il prenne feu, étant un gaz volatile. Elle prit un rouge à lèvre Chanel qui était posé au dessus, et l’ouvrit d’un geste sec, traçant de longues lettres sur le miroir. Elle souriait en les traçant, et avait pris le premier mot qui lui venait à l’esprit.
Putain, qu’est-ce que ça faisait du bien de renouer avec ses origines. Par égard pour l’écervelée, elle traduisit avec un autre rouge à lèvre, et l’écrasa brutalement sur la commode, le réduisant à néant.
En lettres appuyées, dans un rouge vif, les mots WHORE et PETASSE se succédaient. C’était puéril, mais elle ne pouvait plus se retenir.
Dans litres et des litres de haine se déversaient alors qu’elle sortait toutes les robes de la demoiselle, les jetant dans les cosmétiques brisés. Elle ouvrit son sac et en sortit la bouteille de vodka qu’elle avait prise dans la cave. Elle la déboucha et en pris une gorgée d’une main, alors qu’elle prenait un briquet confisqué à Morgan dans l’autre. Elle posa la bouteille, la refermant, et prit une des robe Valentino dans ses bras, la dernière, la plus belle, celle qu’elle n’avait pas lacérée avec ses ongles ou ruinée dans les produits souillés. Elle prit un rouge à lèvre foncé, et traça BITCH sur la robe blanche, avant d’accrocher les manches à la commode et d’allumer le briquet sur le bas de cette robe. Elle la jeta ensuite vers la fenêtre, si bien qu’elle pendait en brûlant à l’extérieur. C'était comme un drapeau qu'on plantait après avoir conquit un territoire. Hé, bitch, j'ai annexé toute ta chambre et toutes tes fringues !

C’était puéril. C’était infantile.
Mais putain, qu’est-ce que ça faisait du bien.

Elle jeta les escarpins dehors également, en brûlant ceux qui étaient en toile ou possédaient du tissus. Elle vérifiait que personne n’était dessous, puis elle s’assit sur un des lit, et rouvrit sa bouteille de Vodka.
Et elle resta là, souriante, vêtue de ce short bien trop grand pour elle et de ce débardeur qui laissaient saillir ses côtes et sa poitrine inexistante. Ou plutôt, révélait qu’elle l’était.

Quand il n'y a plus de solutions, reste la vengeance.


Dernière édition par Emily Johanson S. le Dim 28 Fév 2010 - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 18:32

Elle arracha une bouchée rageuse de la pomme verte qu’elle tenait dans les mains, et finit par la jeter non loin de là, sur le sol –elle s’écrasa sur le parquet dans un bruit humide. Elle s’aperçut avec enthousiasme que c’était presque jouissif –il suffisait de faire preuve de suffisamment d’imagination pour pouvoir remplacer une pomme par le crâne de Nao.
Ou de sa stupide tortue.
Ou de Wilhelm.
Elle n’était pas si difficile que ça, en fait.

Parce qu’une fois de plus, Garry était énervée ; parce que sa matinée avait été longue, sa journée morne, et puis elle avait des cheveux tâchés à la javel, les yeux rouges d’ennui, plus de cigarette sur elle, le froid mordait ses mollets nus, son rouge à lèvre était parti, elle avait raté son vernis, de toute façon, elle était une traumatisée du vernis et puis elle n’en mettrait plus jamais, voila, ça réglerait le problème, et...
Elle retourna sur ses pas et redonna un coup de pied dans la pomme –en oubliant toutefois qu’elle portait des escarpins ouverts.
Ok : Garry était énervée ; parce que sa matinée avait été longue, sa journée morne, et puis, elle avait des cheveux décolorés à la javel, les yeux rouges d’ennui, plus de cigarette sur elle, le froid mordait ses mollets nus, son rouge à lèvre était parti, elle avait raté son vernis, de toute façon, elle était une traumatisée du vernis et puis elle n’en mettrait plus jamais, voila, ça réglerait le problème et aussi, elle avait de la pulpe de pomme sur ses jambes.

Elle tira un peu sur le bas de sa robe jaune canari qui frôlait ses genoux noueux, et d’un mouvement machinal, repeigna sa frange avec ses doigts. Elle jeta un regard irrité à ses ongles, puis s’en pinça les hanches alors qu’elle continuait d’avancer, l’allure exagérément hautaine –si seulement elle voyait qu’il lui restait du rouge à lèvre sur le menton- : elle continua ainsi quelque pas, puis découragée, les croisa sur le torse, l’allure plus sombre que jamais.
On dirait un petit garçon colérique qui a enfilé les vêtements de sa mère, tu sais ?
Crétin d’Alter Ego.
De toute façon, les tortues, c’était nul. Et lent.

Quand elle finit de traverser le couloir, il était 19h ; elle avait passé dix minutes à maudire toutes les personnes de sa connaissance, et elle hésitait à pénétrer dans le dortoir masculin. Elle ne savait pas reconnaitre une mauvaise d’une bonne idée : malgré ça, elle eut l’impression que sa journée allait s’aggraver davantage si elle pénétrait, comme ce fut son intention, dans la chambre numéro deux. Alors elle passa dignement son chemin.
Enfin, comme il est possible d’être digne quand on a du maquillage sur le menton et du vernis rouge tout les deux doigts.

Ses talons faisaient grincer le bois du sol alors qu’elle pénétra dans le dortoir, et tout en commençant à les ôter, elle poussa la porte de la chambre, le visage morose.
Un peu comme pour imiter la pomme, la chaussure heurta violemment le sol –sans exploser toutefois. Qu’est-ce qu’elle avait dit, déjà ? « J’ai brulé tes fringues, j’te signale ! Ouais, tu devrais être furieux. » C’était presque drôle.

Non, en fait, c’était pas drôle du tout.
Son visage pâlit brusquement, alors qu’elle contemplait ses chaussures brûler paisiblement sur le sol ; elle resta planté un instant ainsi, un pied rehaussé de 7 bons centimètres, l’autre flottant à côté, les bras ballants, médusée.

Puis elle vira au rouge brique, et d’un pas déséquilibré par sa chaussure, se dirigea maladroitement vers la fenêtre, ou elle s'agrippa à la robe comme pour la déchirer: elle y déchiffra l'écriture, et la lâcha brusquement, sans savoir si c'était parce que les flammes léchaient ses doigts ou par fureur.

La robe tomba à ses pieds, et elle fit quelques pas pour gagner le lit ; elle ne savait pas très bien qui c’était –en fait, elle se souvenait juste l’avoir vue au bal, et avoir trouvé ses chaussures affreuses. Et il semblait aussi qu’elle était la fille que Nao avait voulu rendre jalouse en l’embrassant.
Et maintenant celle qui lui avait brûlé toute ses robes.


« NAN MAIS C’EST QUOI CE BORDEL MAIS T’ES COMPLETEMENT BARGE SALE FOLLE QU’EST-CE QUE T’AS FOUTU BOUFFONNE ? Elle se hissa sur le lit, et tenta de la pousser sur le sol en feulant ; SALOPE, MES ROBES ! ET LES CHAUSSURES ! ET MES PARFUMS ! ET MON MAQUILLAGE ! RENDS LES MOI, CONASSE ! »

C’était sans doute l’un de ses vœux les plus irréalisable, hélas.
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 18:58

Elle entra enfin.
Emily retint un rire lorsque la fille jeta une chaussure, et releva les yeux. Garry se rendait compte de l’étendue du désastre. Et son expression était juste la plus jouissive qu’elle n’avait jamais vue. Elle ne pouvait plus se retenir lorsque la fille faillit tomber en tentant de sauver sa dernière robe, aussi ce rire jaillit de sa gorge, libéré brutalement. Hystérique, elle ne pouvait plus se contrôler, et des larmes perlaient à ses yeux. C’était juste trop bon.
Elle s’arrêta néanmoins lorsque la fille commença à l’abreuver d’insultes, avant de voler ce sourire arrogant qu’elle avait tant désiré, et de se l’approprier.

« Ma pauvre petite, j’vais avoir du mal. »

Elle lui lança le contenu de la bouteille de vodka à la figure, sans la vider toutefois, mais suffisamment pour la détremper. C’était sans doute le plus beau jour de sa misérable vie depuis ce tout aussi misérable bal. Et c’était ELLE qui avait accompagné Nao. Ce qu’elle ne pardonnerait pas.

« Ouaah mais quel style tu as, GAARRY ! »

Elle fit crépiter le briquet, l’allumant et l’éteignant.

« Tu crois que tu peux prendre feu comme la robe ? » fit-elle, narquoise, totalement en dehors de ses limites.

Trop retenue, trop masquée, trop emprisonnée. Trop maltraitée, trop meurtrie, trop détestée. Elle était tout ce qu’elle ne pouvait plus supporter. Son alter-ego d’égoïsme, une fille sans poitrine, masculine, à qui Nao l’avait préférée. En fait, c’était pas vraiment de la faute de cette fille, mais elle préférait l’attaquer elle plutôt que l’attaquer lui. Elle était repoussante. Elles étaient repoussantes. Lui aussi. Mais un peu moins, peut-être. Un peu moins qu’elles. Elle préférait mettre cette poupée dans le même panier, pour ne plus avoir de regrets, pour ne plus ressentir de remords. C’était trop difficile après. Alors, elle avait tout abandonné pour eux, sauf sa fierté, son égo, ses rancunes. Elle voulait évacuer cette rancœur, et il n’y avait qu’un moyen. La consommer
.

« Alors ma p’tite, on essaye ? »

Elle bloqua le poignet de Garry, et souriait, agitant le briquet devant son visage. Elle l’approchait de son nez, avant de brutalement l’éloigner, remarquant la couleur de ses cheveux.


« Hé, mais c’est qui qui t’a à moitié cramé les cheveux, que je lui envoie des roses ? Ca a l’air récent en plus… Et puis ton maquillage est parti en vrille, mais bon, tout part en vrille en ce moment, alors bon, qu’est-ce que ça change ? »

Ses paroles étaient erratiques, et ses gestes désordonnés. Elle n’avait pas bu tant que cela, mais son organisme semblait ne pas supporter aussi bien l’alcool que pour les autres. Elle n’avait jamais essayé autant, de peur que justement, ça produise cet effet.
Bah.

Qu’est-ce qu’il pouvait arriver de pire ? Nao ne voulait plus la voir, Morgan était devenu un étranger, et elle détruisait à petit feu le troisième être qu’elle avait le plus aimé, ou détesté, au choix. Après Nao et, bien sur, elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 20:03

L’alcool l’aveugla un court instant et lui entra dans la bouche : elle toussa bruyamment en repoussant sa frange détrempée sur son crâne ; elle allait finir par se demander pourquoi lui éclabousser le visage rendait les gens si heureux.
…Quoiqu’elle n’était pas sure de vouloir savoir.
Sa robe jaune collait maintenant à sa peau, et ses mouvements lui arrachait une grimace de dégout : elle-même détrempée, elle empestait la vodka. Et c’est en se souvenant combien l’alcool s’enflammait brusquement qu’elle se calma brusquement : elle fixait le briquet d’un air peiné, comme vexée par la flamme alors qu’Emily lui entravait le poignet de ses doigts pâles.
Elle releva cependant la tête à l’évocation de ses cheveux, et lui jeta un regard torve :

« C’est moi, d’accord ? C’est moi. »

Piteux mensonge ; elle préférait cependant que l’on pense qu’elle s’était infligé ça toute seule plutôt que de passer pour une victime : aussi, la réponse lui aurait fait beaucoup trop plaisir.
Et était trop humiliant aussi.
La fureur lui piquait les yeux, mais geindre était sans doute la dernière chose à faire en ce moment ; à la place, elle se courba et enfonça ses dents dans son épaule nue*, sans effet notable toutefois –elle était faite en pierre, cette fille, ou quoi ?

Elle tenta de la renverser sur le dos: Emily paraissait plus petite, plus légère aussi –dans d’autres circonstance, ça l’aurait énormément vexé. Elle parvint quand même à la plaquer sur le lit, malgré la prise sur sa main qui l’handicapait : euphorique, presque hystérique d’avoir pour quelques instants le dessus, elle lui cracha au visage, une main appuyée sur sa joue, et lui jeta un regard dédaigneux, qui jurait plutôt avec ses paroles :

« Qu’est-ce que j’t’ai fait, hein ? Hein ? »

Elle esquissa un geste maladroit : puis sa main mouillée par l’alcool dérapa du visage d’Emily, et la fit glisser sur le sol avec fracas, près des cendres de ses chaussures. Elle eut un nouveau geste pour repousser ses cheveux en arrière, et lissa sa robe qui était remonté à ses cuisses : elle se rendit compte ensuite qu’elle était tombé sur la flaque boueuse de cosmétiques et de parfums, et qu’elle venait d’enduire sa dernière robe d’un mélange de fond de teint et de rouge à lèvre fondu.

« Chienne. »
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 20:58

« Maiiiiiiiis oui ! Comme si une greluche allait sacrifier sa pseudo belle crinière, hé ! M’prends pas pour une conne ! »

Elle tenta de la mordre, et Emily eut un glapissement de surprise. Elle se reprit assez vite, et eut un grand sourire.

« Tu veux que j’essaye ? »

Elle plongea en avant pour faire de même, mais Garry la poussa en arrière. Elle se laissa faire, pour voir ce qui allait se passer. Elle était curieuse, en fait, et songeait qu’elle n’avait rien à perdre. Plus rien, à présent. Autant voir jusqu’où irait cette fille. Ce qu’elle pouvait faire.
Elle lui cracha à la figure, et Emily claqua ses dents près de son nez, mais elle glissa et tomba droit dans les éclats de cosmétiques. Elle eut un petit rire ironique, et la vampire se redressa. Elle regarda la jeune fille, étalée par terre, qui avait, comme elle, perdu toute dignité. L’insulte la fit élargir ce sourire.


« Ah non, ça, c’est pas moi. Siam par contre… »


Elle enjamba rapidement les vêtements et tourna autour de Garry, lui saisissant les cheveux et la tirant en arrière, la mettant sur le dos. Elle se cogna contre l’armoire, et le miroir tomba droit sur elle, la lacérant en éclatant. Elle retint un cri de douleur et s’agita, songeant que ça n’avait pas du tellement traverser sa peau dure. Elle jeta un coup d’œil, et autant qu’elle pouvait le voir, ce n’était que superficiel. Ce serait des cicatrices de plus.
Elle jura, et secoua sa tête, reprenant ses esprits. Elle s’avança de quelques pas avant de s’appuyer brutalement contre un lit, vomissant tout l’alcool qu’elle avait ingurgité, auquel se mêlait beaucoup de sang et de la viande en morceaux. Elle souilla le lit de Garry, mais n’en avait rien à faire. Elle soupira et essuya sa bouche avec la couverture, et se tourna vers l’ex-mannequin.


« Toi ? Tu l’as peut-être pas fait exprès, remarque. Mais bon, les garces naissent garces, après tout. »

Elle cracha et saisit une bouteille d’eau, se rinçant la bouche, avant de tout recracher par terre. La chambre était de toute façon tellement maculée, qu’un peu plus, un peu moins…. Elle donna un coup de pied dans un flacon de vernis encore intact, qui alla s’exploser contre un bord du lit, projetant des taches sur les lits et sur leurs jambes respectives.


« Jvais te donner un indice, tiens. »


Elle frotta ses mains, souffla les cheveux blonds arrachés à sa victime. Victime… Elle l’appelait comme ça, maintenant ? Fallait croire qu’elle était devenue bourreau. Quoi que, pour l’instant, elle se démenait. Il n’en était pas moins qu’elles n’étaient pas à armes égales.
La naissance, ça faisait tout, songeait-t-elle. Si elle en avait eu une autre, elle aurait eu une toute autre vie. Un seul élément modifié. Un seul évènement changé.
Et cette fille n’aurait sans doute jamais entendu parler d’elle. Tant mieux, non ?


« Il tient en trois lettres. N-A-O »
épella-t-elle.

Ce prénom maudit. Ou aimé. C’était un peu pareil, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 22:12

Elle tirait ses cheveux, maintenant : elle commençait à songer à se relever, mais un miroir, son miroir vint s’abattre sur Emily ; elle l’avait utilisé tant de fois que c’était presque comme si il la défendait.
A bien y réfléchir, à part un miroir, elle ne voyait pas qui pourrait venir la défendre.

Elle l’observa se rependre sur ses draps, et si ça n’avait pas été le sien, elle aurait presque pu rire.
Ou la filmer.
Quoiqu'elle n'était pas sure de vouloir filmer quelqu'un en train de vomir du sang -et elle n'était pas sure de vouloir regarder ça non plus. Elle pensa un court instant qu'elle était malade. Et qu'elle faisait tout ça sous l'effet de la fièvre, et l'idée de lui demander, ou de l'aider lui effleura l'esprit; puis le vernis explosa à ses jambes, et son esquisse de bonne action se consuma en même temps qu'elle levait des yeux moqueurs vers elle ;


« C’est le bal, c’est ça ? Il t’aurai peut-être invité, si tu avais été jolie. » Elle plissa le nez en réprimant une envie de tirer la langue –qui aurait achevé de la ridiculiser toute seule.

Elle retira avec soin son escarpin de son pied, et le balança vers elle, avant que son regard ne retombe sur la robe qui gisait non loin de là, effondrée sous la fenêtre. Le feu s’était arrêté après avoir rongé une dizaine de centimètre, mais le BITCH était toujours aussi lisible, étendu sur le devant en rouge vif –la couleur qu’avait du prendre ses joues cuisantes de rage.

Nao. C’était toujours de la faute à Nao, de toute façon. Le bal, et puis, ses cheveux, et ce gâchis. Elle était presque persuadée que c’était un malentendu, maintenant, et elle se releva pour la pousser contre le mur, en grondant :

« Et puis j’en veux pas, de Nao, d’accord ? Tu le garde si tu veux, je m’en fous. » Elle croisa les bras pour les empêcher de trembler, et lui décrocha une grimace aigre alors qu’elle susurrait : « A moins qu’il ne veuille pas de toi ? »


Dernière édition par Garry Morton le Sam 27 Fév 2010 - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Sam 27 Fév 2010 - 22:35

Tais toi.
Putain, tais toi, tais toi, tais toi !

Elle reprenait le dessus, Emily en avait conscience. Elle ne pouvait pas le supporter. Elle s’en fichait d’être laide, ou même boudeuse, ou même chiante. Elle essuya le sang qui était resté au coin de sa bouche avec son poignet, et regardait Garry. Elle ne disait plus rien ; ses respirations étaient plus calmes, moins saccadées. Elle ne trouvait plus ses mots, balbutiante. Elle s’en foutait, pourtant, qu’elle la trouve laide. Elle s’en foutait, qu’est-ce que ça pouvait faire ? Elle aussi, elle était laide, elle était mal foutue, moche, et en plus elle était conne et superficielle.
Ou alors, c’était juste parce qu’elle avait justement peur qu’on lui dise ça. Qu’elle lui dise ça. Parce que si elle le pensait, peut-être que c’était vrai, après tout ? Peut-être que définitivement, il préférerait Garry à elle ?
Mily-Mily. C’était trop loin. Elle ne pouvait même plus se souvenir comment il le prononçait.

« Ta gueule » souffla-t-elle, sans savoir quoi dire d’autre.

L’autre continua, et elle sentit une fêlure en elle. Crac. D’un coup. Comme ça. « Et puis j’en veux pas, de Nao, d’accord ? Tu le garde si tu veux, je m’en fous… A moins qu’il ne veuille pas de toi ? »
Qu’il ne veuille pas de toi.
Elle se sentait aspirée, le monde n’existait plus, rebutant ou onirique, il n’était plus. Elle entrouvrit la bouche sous le choc, avant de perdre complètement conscience de la réalité. Elle fondit sur cette fille la tirant debout, usant de sa force accrue, et commença à la frapper comme elle le pouvait. Elle sentait sa peau contre ses poings, elle entendait leurs os s’entrechoquer, ses os de vampire se fendiller. C’était un bruit immonde, atroce, grinçant, comme un crissement sur un tableau, peut-être. Elle se sentait complètement décalée, tandis qu’elle recrachait le sang qui était resté en travers de sa gorge sur le côté, et maintenant Garry dans ses mains. Elle ne la frappait pas si fort que ça. Juste de façon désordonnée, sans savoir vraiment pourquoi elle faisait ça.
Ou plutôt, elle ne se le disait pas clairement.
C’était ça, en fait, le grand tort de Garry Morton. Le fait que Nao Tsukiji l’ait préférée à Emily Johanson. Elle se sentait vidée de toute lucidité, de toute honnêteté, tandis qu’elle laissait tombait la fille sur le lit, juste à côté de ce qu’elle avait régurgité, le cœur au bord des lèvres. Il ne sortait pas, putain, il ne sortait pas. Il restait désespérément accroché, comme si on pouvait le sauver un jour, comme elle s’accrochait à son obsession envers Nao. Comme s’il pouvait la ranimer un jour. Elle sentait des larmes couler sur son visage, mais ne s’était même pas rendue compte qu’elle s’était mise à pleurer.
Le cosmos, la galaxie entière venait d’éclater sous ses yeux mordorés inondés de larmes, elle ne pouvait plus s’arrêter. Cette galaxie avait pris fin, et ce n’était pas sur qu’un Big Bang salvateur vienne la reconstituer. Les étoiles étaient en miettes et s’aspiraient, avant de mourir à leur tour. Elle était ballotée par ces sentiments gênants, inutiles, mais pourtant trop présents de par son instabilité émotionnelle. Elle avait tout ruiné, tout foutu en l’air, définitivement. Le passage à tabac, c’était de trop.
C’était trop douloureux. Trop vrai.

Elle préférait de loin le monde onirique au monde réel. Dans le monde onirique, il ne pouvait rien lui arriver. Dans le monde réel, tout lui faisait peur.
Elle s’écroula par terre, ses jambes trop tremblantes pour la soutenir. Son corps ne la portait plus, ne répondait plus. Elle avait disjoncté. Et Mily n’arrivait pas à reprendre le contrôle sur Emily.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Barbie (violeur de hérissons)


+
Masculin -
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• AEA : Chu
• Petit(e) ami(e) : \o/ \o/ \o/ \o/ \o/

Messages : 811
Inscrit le : 17/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 0:21

Alalalah mais quelle caractère de cochon cette Garry. Il s’était contenté de lui bousiller ses cheveux (bon d’accord les cheveux c’est sacré), alors qu’elle avait détruit pratiquement tout son espace vital, il avait envie de s’énerver mais se sentait un peu amorphe. Curieux donc de finir ces émouvantes retrouvailles, il s’élança à sa poursuite après avoir : reprit une douche, laver ses dents, attaché ses cheveux en queue de cheval (diable qu’il était sexy se disait-il), débarrassé un peu de son lit, jeté des trucs inutilisables par la fenêtre (comment ça dangereux ?), baillé, en profiter pour cacher un ou deux CD de Zacharia pour pouvoir prétendre "c’est garry elle s’est énervée c’est bête hein, ne plus pouvoir profiter de ta culture musicale olalalah ".

Après donc toutes ces petites activités il se rendit à la chambre de la damoiselle, vêtu d’un t-shirt I LOVE NY de son petit kikoolol favori, t-shirt qu’il adorait malgré qu’il taille un peu au-dessus "tro frai lol de fraicheur ", et un jean piqué à Mail, pour une fois il avait une bonne excuse d’emprunter leurs affaires.
Arrivé à destination, un soupir guilleret ponctua cet instant de libération où il allait sans doute selon lui détendre miraculeusement l’affaire entre lui et la demoiselle, bien que la voir s’énerver c’était franchement super drôle, tellement super drôle qu’il renonça à sa première idée, et ouvrit la porte en roucoulant.

« Garryyyyyy mon aaaaange de douceuuur, (ah ah ah ah) je viens me jeter à tes genoux pour te supplier de me pardonner, j’peux entrer ? »

Et sans attendre une réponse il entra en ricanant.

…Oups.

Nao toisa perplexe la scène, quelques détails lui soufflaient qu’il venait d’y avoir quelques malentendus par ici, en plus ça lui rappelait sa précédente aventure, il aurait dû lire son horoscope ce matin et regarder si la comptabilité avec les planches à repasser aux capillarités divergentes avoisinait la platitude d'un livre de Stephenie Meyer. Le plus inquiétant c’est qu’Emily (car Emily il y a) avait pas l’air en grande forme, Garry non plus, et il doutait fortement d’une chamaillerie entre filles et de tirages de cheveux qui avait dégénéré pour un gloss à paillettes.

« …Je vous dérange mes poussins ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 1:03

Elle allait avoir beaucoup de bleus.

Et elle n’avait même plus d’anticerne pour les cacher. Elle s’abandonna aux coups –de toute façon, l’autre était bien trop énervée pour qu’elle puisse placer quelque chose- avec cette pensée absurde : juste après lui vint à l’esprit une question : pour qui mettrais-tu de l’anticerne ?
Après tout, ici au pensionnat, il semblait évident que personne ne se souciait de ses efforts vestimentaires ou de ses révolutions capillaires. Elle y pensait toujours quand Emily la lâcha au sol en pleurant -et si quelques temps auparavant elle s’était inquiété pour sa santé elle avait à présent envie de lui envoyer un coup de pied dans la mâchoire pour avoir été victime de ses sauts d’humeur.
Enfin, elle n’allait pas s’y risquer non plus, hein. Faut pas croire. Elle murmura perfidement ;


« Alors c’est ça, hein ? »

Elle essuyait la bave qui avait coulé sur son menton histoire de se redonner contenance lorsque la porte s’ouvrit brusquement sous les roucoulements de Nao. Le destin devait penser qu’elle ne l’avait pas assez vu, aujourd’hui : après le capharnaüm dans la chambre deux, elle s’était rendue dans la sienne –qui à cette heure-ci était encore pleine, et rangée-, s’était changée et avait disparu. On savait maintenant ou ça l’avait menée.

Elle se releva du sol ou elle était affalé, et tira sur sa robe trempée, le menton haut comme quelques minutes auparavant –sauf qu’elle avait beaucoup moins fière allure, le visage plein de griffures.
Elle resta plantée un moment comme ça à le regarder avec dédain –elle essayait en tout cas- puis lança platement :


« T’es content, hein ? » Elle sembla réfléchir un instant, puis son ton augmenta nettement en décibels et en monta dangereusement dans les aigus : « J’SUIS SURE QUE TU DOIS TROUVER CA JOUISSIF, HEIN, QU’UNE PAUVRE TAREE ME TABASSE POUR TES BEAUX YEUX, ESPECE DE DETRAQUE ? »
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 1:33

« Alors, c’est ça hein ?
- Putain, mais ta gueule ! T’en veux encore ou quoi ? »
laissa-t-elle échapper, bien qu’elle savait pertinemment qu’elle n’avait plus du tout envie de la frapper.

Elle retint un nouveau sanglot à cause de ce couteau qu’elle avait soigneusement aiguisé et enfoncé avec douceur pour faire durer la douleur, et elle essuya sa morve avec une foulard qu’elle pensait être à Garry qui trainait dans le coin.

Elle l’entendit à travers la porte. Elle ne le reconnut pas, au début. Elle ne voulait pas le reconnaître, en fait, mais il finit par ouvrir la porte et entrer.
Nervous breakdown.
Non mais ce n’était pas possible là, le MONDE ENTIER lui en voulait. Voilà qu’on lui jetait Nao dans la gueule, ce n’était vraiment pas possible, c’était inimaginable. Le pire scénario possible. Quoi qu’Owen, Morgan et Eva n’étaient pas de la partie. LA, ça serait atroce. Elle essuya ses yeux avec ses mains et se les frotta, pour tenter de cacher ses larmes. Pas devant lui, pitié. Il entra, et, avisant de la situation, jetant un de ces commentaires stupides. Mily ouvrit la bouche pour répliquer amèrement, mais Garry fut plus rapide qu’elle. Cette fille était une vipère, dite donc. Elle avait l’impression d’être remplacée par un double, par une jumelle, bien qu’elles soient sans doute différentes, elle avait l’impression de partager la même essence avec elle.
Puis elle déballa tout, alors que c’était précisément ce qu’elle voulait éviter. Parce qu’elle savait ce que ce putain d’enfoiré allait faire : un commentaire grivois, un commentaire débile, deux trois sarcasmes et des appréciations de leurs tenues affriolantes, avant de dire qu’en fait y’avait rien à regarder, puis après il allait la jeter, elle, comme si elle n’existait plus.
Comme d’habitude depuis un an.

Elle se leva, et affrontant presque aussi pseudo-dignement que Garry, le regard de Nao. Ses yeux étaient rouges, bouffis, et les traces de pleurs étaient évidents, mais elle s’efforçait de penser qu’elles n’étaient pas aussi flagrantes, puis elle jeta un regard à Garry.


« Sympa, la voix de Soprano. On aurait presque dit Dombasle. Parait qu’elle a même été primée pour sa voix. »

Elle croisa les bras, et regarda Nao.

« Cool ton look mi Mail mi pouffiasse » fit-elle, avec un sourire amusé cette fois, malgré le teint cireux.

Essayons de ne pas perdre la face, hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Barbie (violeur de hérissons)


+
Masculin -
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• AEA : Chu
• Petit(e) ami(e) : \o/ \o/ \o/ \o/ \o/

Messages : 811
Inscrit le : 17/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 11:45

Pour une fois que j’ai rien fait, se disait Nao en restant planté devant les deux jeunes filles/femmes /harpies. L’une qui l’engueulait, l’autre qui en rajoutait une couche sur sa dégaine –elles ‘était vue ?-. Un vent de perplexité balaya son visage : mais putain pourquoi moiii. Elles étaient complètement attardées les pauvres, il aurait presque envoyer de l’argent si il y avait eu une œuvre caritative pour sauver les nerfs des deux demoiselles, à la place on lui criait dessus.

« Je t’en prie…c’est trop détraqué…On est pas encore intimes. »

Il appuya son regard d’abord sur Garry, dans un espoir non précisé qu’elle se taise.

« Non je m’en fiche je sais même pas pourquoi elle a fait de toi un torchon…joli torchon hein ! Donc arrête de me crier dessus déjà que t’es pas arrangée alors si tu te retrouves avec la voix d’un seigneur Sith. »

Déclara-t-il en rigolant, oui car il se marrait encore malgré la gravité de la scène, en même temps il n’allait pas pleurer pour deux nanas qui se mettaient dessus comme des hystériques. Encore elles auraient été dans la boue…et en t-shirt, bon il y aurait eu à avoir réflexion.

« J’y peux rien en ce moment y’a des névrosés qui détruisent les chambres, c’est trop triste, du coup j’pense que j’vais devoir vivre à poil… »
Il accorda un autre regard moqueur à Garry, ah j’espère que tu te reconnais. « Et puis désolé Mily mais tu peux parler, tu essayes de relancer le look de Ritchie ? »

Très fier de sa plaisanterie et toujours aussi insouciant, il dégagea du sol quelques affaires avec la pointe de ses pieds. Franchement quelle plaie de devoir participer à une scène aussi embarrassante, lui qui voulait juste embêter une petite blonde hystérique, il aurait même pu s’excuser platement mais là ça allait être dur de se faire pardonner. Dans le fond il en avait rien à faire et se préoccupait surtout de savoir la réaction de ses colocataires en arrivant dans la chambre n°2.

« Sinon vous vous disputiez ? C’est moche les filles qui se battent, sauf après minuit sur canal+ en décrypté. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 15:55

Elle ne voyait vraiment pas qui était Dombasle –ceci dit, à Part Michael Jackson* et Madonna, Garry n’écoutait pas grand-chose -et maintenant elle n’était pas sure de vouloir savoir : surtout qu’a présent elle était un TORCHON avec la voix d’Arielle Dombasle/un seigneur Sith -pardon : un torchon névrosé avec la voix d’Arielle Dombasle/un seigneur Sith. Bon, Nao n’avait pas vraiment l’air de culpabiliser (ce qui n’était absolument pas étonnant en fin de compte)

Se disputaient-elles réellement ? Si oui, c’était plutôt passé par les poings –elles ne s’étaient échangées presque que des remarques acides (lorsque ce n’était pas des insultes). Elle décida de répondre expressément afin de doubler Emily comme un gamin rapporteur (en plus bruyant)(et peut-être plus énervé, aussi) :


« TU VEUX PAS D’ELLE ALORS ELLE ME FRAPPE C’EST SUR QUE Y’A DE QUOI ETRE JALOUSE HEIN, TU DEVRAIS LUI BRULER LES CHEVEUX A ELLE AUSSI, QU’EST-CE QUE T’EN PENSE ? »

Colère oblige elle heurta Emily d’une épaule en tentant de disparaitre de la pièce ; seulement, après avoir esquissé quelques pas, elle se rappela qu’elle était dans sa chambre, que c’était son lit qui était éclaboussé de viande crue, ses vêtements qui étaient déchirés, et qu’a peu près tout ses objets étaient brisés, vidés –saccagés.

Enfin, non, il restait la robe Valentino ; la seule qui n’avait pas été TOTALEMENT teintée par les cosmétiques, mais peut-être aussi la pire compte tenu du fait qu’elle avait été raccourcie depuis les genoux d’une dizaine de centimètres. Et aussi qu’elle était gravé d’un BITCH sanguinolent ; ça jouait pas mal.
Décontenancé, elle resta planté devant la porte, avant de se retourner en silence et de se diriger vers le cadavre de tissus qui gisait toujours, effondré sous la fenêtre et de s’en saisir, elle espérait, le plus dignement possible –raté : sa grimace ne trompait en rien en réalité ; Pauvre petite fille riche qui pleure ses robes !


"Et puis, barrez vous, putain."

___

*Big up à ma reum wesh.
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 16:28

Relancer le look de Ritchie ? Emily fit la moue et baissa les yeux, se regardant. Bon, le short noir troué faisait un peu grunge, surtout qu’il était trop grand pour elle, et son débardeur était… Ouais, en fait, il était éclaboussé d’un mélange de sang, alcool à moitié digéré et de diverses taches de graisses animales. Manquait plus que les piercings et les marques de piqûres, en effet.

« … Sans commentaire. La Vodka passe pas. Et j’préfère le look Ritchie au look Paris-Hilton-En-Sortie-de-Boîte. »

On ne vise personne. Lorsque Nao demanda si elles s’étaient disputées, elle ouvrit la bouche et commença une bonne syllabe mais elle fut couper directement par la nouvelle Kate Moss. Elle referma la bouche, et serra les poings et les dents lorsque l’autre pétasse balança tout.

« Mais ta gueuuule ! T’es tellement haute qu’on va être sourds avant la fin de la journée ! » jeta-t-elle, furieuse. « T’es allée tout raconter à Mamaaaan ? Et mes cheveux se portent très bien, rien qu'à voir le carnage tes tiens, j'ai pas envie d'tester. »

Elle passe en lui donnant un coup d’épaule. Nervous breakdown, bis. Là c’était le BSoD, carrément. Elle se retint de lui en coller une, et croisa les bras, lui donnant un coup encore plus violent. La fille commença par tenter de sortir, ce qui fit sourire Emily. Puis elle sembla se raviser, et retourner voir l’ex-robe Valentino (qui était maintenant une Valentino par Emily Johanson, ceci dit en passant), comme si elle tentait de voir si elle pouvait encore être portée. Emily eut un ricanement moqueur, et porta la main à ses lèvres, regardant avec un intérêt certain la pauvre fille se débattre avec elle-même.


« Tu devrais la mettre, elle t’irait très bien au teint. Dans le genre barbie destroy, poupée gonflable, ce genre de trucs, tu vois… »


Elle leva les sourcils quand elle leur déclara « barrez vous, putain » avec une douceur qui égalait presque celle d’Emily quand elle parlait à Nao, avant de sourire.


« Bon, tu sors, ou on sort ? Et tfaçons jsuis bien là, c’est un peu mon petit nid douillet maintenant »
persifla-t-elle. « J’ai marqué mon territoire »

Bravo Mily, tu es officiellement une chienne, dans tous les sens du terme \o/
Elle se tourna vers Nao, mais ne dit rien. Ca faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Des mois. Elle n’avait jamais réussi à se faire à ‘l’idée qu’ils étaient séparés, qu’il ne voulai plus luii parler, ou même qu’elle était tout simplement sortie de la vie de celui qu’elle avait accueilli dans ce manoir. Celui qui avait fait partie de sa vie depuis qu’elle avait commencé, en réalité.
Arrête de pleurnicher sur ton sort, fillette.


« Sinon, sympa ton été ? A part javelliser les pauvres filles, quoi de neuf ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
B.N.B.B.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Shad
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
Messages : 1226
Inscrit le : 23/01/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 17:33

Elles étaient un peu chiantes quand même toutes les deux. Il n’avait pas la tête aux conflits, d’ailleurs il n’aimait pas les conflits, sauf quand sa géniale personne les provoquait volontairement. Il ne dit rien aux altercations des deux demoiselles, lui tout ce qu’il désirait c’était un peu d’AMOUR.

Et Garry, pauvre Garry. Elle avait tenté de l’énerver, et était très mal tombée vu sa sérénitude et sa bonne humeur éclatante (de plus ça l’amusait de ruiner ses efforts), en plus elle venait de se faire amocher, mais salement, lui au moins restait beau et resplendissant, bon elle aussi mais un peu moins quand même.
Emily par contre elle faisait bien chier, pas de nouvelles pendant des mois, elle le mordait, ils se causaient plus, et maintenant elle débarquait et cassait la gueule à son nouveau jouet personnel.

« J’ai pas fait EXPRÈS de lui bousiller ses cheveux. Je te jure Garry je me teindrai pour me faire pardonner et t’accompagner dans ta douleur. »
Ricana-t-il. Bon maintenant Emily.

« Et sinon très bon été merci, normal je t’ai pas vu, on se lasse vite de naines tu vois, ça mord ces bestioles. »

Vlan dans ta gueule, et pour y ajouter du tact il balada sa main meurtrie dans ses cheveux . Le pire c’est que le charmant blond était le seul à rire à ses blagues, il fit valser sa queue de cheval et se rapprocha de l’hystérique blonde.
Passant un bras sympathique autour de son épaule il se baissa lentement contre son oreille, bien qu’il n’eut pas beaucoup d’efforts à faire en raison de la taille de la dame, et susurra avec délicatesse les mots suivants.

«Tu sais que t’es jolie en torchons ? Non sérieux t’as ruiné mes affaires, les tiennes aussi, j’ai bousillé tes cheveux j’essaye de m’excuse et je tombe sur l’autre là, tu sais que tu commences à m’emmerder ? D’ailleurs pourquoi tant de haine envers ma chambre, t’avais envie que j’te remarque ? Non parce que tu sais y’avait d’autre moyen, genre venir me voir avec une de tes robes et des talons hauts, bon là essaye plus parce que je vais avoir du mal à m’extasier dessus… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 18:18

Lui vint à l’esprit l’image ô combien dérangeante d’Emily s’appropriant sa chambre –certes, elle était complètement dévasté, mais c’était SA CHAMBRE quand même. Ce qu’il en restait. Elle cherchait à répondre, lorsqu’Emily se tourna cette fois-ci vers Nao, dans une tentative de communication.

Toujours planté debout, la tête baissé, elle eut un léger mouvement de recul lorsqu’elle sentit le bras de Nao sur ses épaules ; il susurrait à présent, les lèvres penchées vers son oreille. La robe se tordait toujours dans ses mains, entre ses doigts, comme si elle souhaitait l’essorer –en fait, elle caressait encore l’espoir de la mettre.
En fait, elle ne savait pas trop comment répondre ; puis elle choisit la voie de l’indignation, et serrant un peu plus le tissu entre ses doigts, elle feula :


« TE REMARQUER ? TE REMARQUER ? TU PARLES DE SE FAIRE REMARQUER ESPECE DE, DE, D'EGOCENTRIQUE ? »

Elle aurait peut-être du s’expliquer, en fait, ça aurait été plus clair ; je-suis-très-pas-contente-que-tu-m’ai-abandonné-au-bal-alors-je-me-venge-tu-l’as-bien-merité-tfaçon-mais-enfait-j’avais-pas-prévu-que-tu-me-brûles-les-cheveux.
...
D’accord. Peut-être qu’elle aurait du s’excuser : sauf qu’il était inconcevable qu’elle le fasse maintenant. Surtout devant Emily. Et puis elle avait perdu suffisamment de fierté aujourd’hui. Cependant, elle se contenta de marmonner en grognant vaguement :

« Et puis, j’m’en fous, d’accord, que tu t’extasie, je m’en fiche. Laisse-moi tranquille.»

Elle remarqua qu’elle avait un peu plus étalé le BITCH sur la robe en la triturant ; elle lui rappela les mots sur son miroir cassé, et elle finit par se libérer de la pression de ses bras, après lui avoir décrocha un coup de pied rageur dans le tibia.
Voila ; elle était un peu calmé –quoique franchement désespéré.
Et situation désespérée réaction désespérée ; elle se pencha rapidement parmi les cadavres de cosmétiques, et tenta d’atteindre d’un lancé de parfum (attention le verre, ça pique) –qui devait être un des seuls rescapés du carnage en fin de compte- le visage d’Emily.


« J’suis pas une pauvre fille. » (Mais siii, revenez un peu en arrière).


Dernière édition par Garry Morton le Dim 28 Fév 2010 - 20:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 18:45

Ça mord ces bestioles.
Emily écarquilla les yeux, surprise. Elle fronça les sourcils, et serra les dents. C’était de SA FAUTE, tout ça ! Bon, peut-être un peu de la sienne, si elle ne l’avait pas tenu à l’écart pendant si longtemps il aurait peut-être… Mais c’était de la sienne quand même ! Comme Owen, tout était de sa faute. Tout, sans exception. Et Morgan alors, fallait même pas en parler, c’était également à cause de lui.
En fait c’était de la faute de tout le monde sauf d’elle, quoi.


« Hééé ! Et toi alors, espèce d’emo ?! J’t’en foutrais de t’ouvrir la main aussi ! » grogna-t-elle.

Il passa sa main dans ses cheveux, et sa colère redoubla. Mélange de remords, regrets et de réminiscences qu’elle retenait désespérément pour ne pas les oublier, des larmes de fureur perlèrent au coin de ses yeux, qu’elle sécha bien vite.
Il s’approcha ensuite de Garry et la saisit par les épaules, avant de se baisser et de lui parler à l’oreille, comme s’il ne voulait pas qu’elle entende. Elle percevait des bribes, mais ne réussissait pas à se concentrer dessus, perturbée par les battements de son cœur qui lui semblaient assourdissants. Elle croisa les bras et luttait contre les larmes qui tentaient de remonter. Les hormones, faut croire. Serrant les poings et la mâchoire, elle regardait les deux géants, et se sentait légèrement naine au milieu de tout ça – plus que d’habitude, c’était dire.

La fille s’exclama qu’elle ne voulait pas de lui, ou un truc du genre. Elle semblait outrée de ce qu’il disait, et Emily haussa les sourcils. Peut-être qu’elle disait vrai, en fait. Ses muscles se relâchèrent, et elle délia ses bras, une moue en coin. Bon, elle n’allait rien dire. Le BITCH s’était allongé, et elle sembla le remarquer. Elle se baissa et saisit un parfum encore intact, avant de le jeter sur Emily. Elle recula d’un pas instinctivement et mis ses mains devant elle pour l’attraper, mais le loupa. Il lui glissa entre les doigts mais elle s’accroupit, l’attrapant au vol entre ses deux mains.


« Putain ! » marmonna-t-elle.

Elle se releva, le parfum à la main, et regarda Garry. Je suis pas une pauvre fille. Elle détourna le regard, et observa le carnage qu’elle avait fait. Elle commençait d’ailleurs à s’en sentir mal, d’avoir fait ça. Elle avait beau être égoïste, elle reconnaissait que, dans ce cas, c’était plus à Nao qu’elle devrait en vouloir, pas à Garry. Enfin. Elle devrait s’en vouloir à elle-même, mais ça, c’était déjà fait et étouffé bien profond au milieu de rancœurs crées par-dessus pour faire passer la pilule plus facilement.


« T’as raison » marmonna-t-elle, le flacon dans les mains. « Désolée pour ta chambre. »

Elle lui tendit le flacon, lançant une œillade meurtrière à Nao au passage. Elle n’allait pas non plus sauter dans les bras de Garry, mais elle commençait à voir un peu plus clair.
Enfin, fallait l’espérer.


« Et sans commentaires, Blondie »
ajouta-t-elle, plus fort, à l’adresse de Nao.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Barbie (violeur de hérissons)


+
Masculin -
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• AEA : Chu
• Petit(e) ami(e) : \o/ \o/ \o/ \o/ \o/

Messages : 811
Inscrit le : 17/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 21:18

Il n’insista pas pour Garry et retira son bras, elle était énervante quand même, il était presque gentil et elle continuait à lui cracher dessus comme s’il manquait à tout instant de lui refiler la peste.
Heureusement, pour changer l’ambiance de ce moment chargé d’émotions, elle lui refila un coup…aie. Non sérieusement, il souffrait. Il n’osa rien dire, juste se recula brusquement appréciant vaguement sa douleur, quand Emily vint s’excuser, et là c’était trop. Il avait mal quoi.

« MAIS MERDE VOUS ETES CHIANTES. J’AVAIS PASSE UNE SOIREE PEINARDE (en compagnie de je sais plus qui) JE RENTRAIS DANS MA CHAMBRE PEINARD, JE TOMBE SUR UNE CONNE DECOLOREE QUI A SACCAGE MA CHAMBRE ON SAIT PAS POURQUOI, APRES ELLE FAIT LA GUEULE CAR SA COULEUR DE STARLETTE (et la tienne alors ?) PART EN VRAC, J’ESSAYE D’ETRE GENTIL JE TOMBE SUR UNE AUTRE DEBILE QUI PETE SA CRISE ON SAIT PAS POURQUOI NON PLUS, ET VOUS PETEZ A CRISE A DEUX COMME DEUX GAMINES , ET JME FAIS FRAPPER, MAIS MERDE JE SAIS PAS ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE UN PEU POUR VOUS DETENDRE. »


Sur ces paroles pleines de sagesse, il cogna le mur avec sa main, déambula en piétinant tout et n’importe quoi sur son passage de godzilla, et claqua avec véhémence la porte de la salle de bain derrière lui. Ah scrogneugneu, il ronchonna et alla s’asseoir sur le bord de la baignoire, en fait il se rendit compte un peu tard qu’il aurait été plus intelligent de s’en aller.
Son reflet lui apparut dans la glace, et c’est vrai que sa dégaine puait la sottise, il ôta son t-shirt et le balança par terre, de toute façon au point où il en était il aurait carrément pu prendre une douche, se servir des shampoings de Garry (les spécial cheveux dorés elle en aurait plus besoin) ou même se mastu…se faire l’amour en solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Dim 28 Fév 2010 - 22:03

Désolée pour ta chambre.
Les yeux écarquillés de rage, elle la fixa quelques temps, puis riva les yeux sur le flacon qu’elle arracha sèchement de ses mains ;

« Tu peux l’être ouais. »

Elle allait ajouter quelque chose –n’importe quoi, « va-t-en », «range moi tout ça alors» ; elle avait l’embarras du choix, en fin de compte- lorsque Nao se mit lui aussi à rugir ; et là, ça tournait au surréalisme. Elle désira le couper plusieurs fois, mais elle ne criait vraisemblablement pas assez fort pour ça ; puis lorsqu’il eut fini, elle n’avait plus le cœur à ajouter quoique ce soit.

En fait, elle avait juste envie d’aller dormir. Et manque de chance, son lit était couvert de vomissement. La porte claqua bruyamment derrière lui, et elle aurait presque eut envie d’éclater de rire : sauf que ça aurait été un peu malvenu.

Puis elle songea à ce qu’il y avait de l’autre côté de la porte, autrement dit, tout ce qui lui restait (non, Nao n’est pas inclus), et elle se précipita à sa suite, l’air effrayé.
Bon, ok, il n’avait encore rien fait -la confiance règne. Mais l’idée lui vint que ça ne serait que temporaire et elle eut donc ses regrettables paroles :


"Y'a de la pommade dans le tiroir. elle eut même le tact d'ajouter ; Je dis ça pour pas que tu vides mes shampooings."
Revenir en haut Aller en bas
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   Mar 2 Mar 2010 - 21:11

Emily sursauta quand Nao se mit à crier, et écouta toute sa tirade, surprise. Elle fronça les sourcils et eut un air boudeur lorsqu’il aborda son sujet, et grommela dans sa barbe dans mots comme « pas ma faute », « ouais mais bon », « Owen qui », entre autres. Elle croisa les bras, tandis qu’il s’enfermait comme une fille dans la salle de bains pour se protéger des deux autres, et que l’illuminée blonde tentait de sauver ses shampooings. Sans grand succès, pour Emily. Elle s’assit sur un des lits propres, et regarda Garry.

« HE MEC, C’EST LES MEUFS QUI SE REFUGIENT DANS LES SALLES DE BAINS ! » cria-t-elle, les coudes sur les genoux et le visage dans ses mains en coupes.

Elle laissa tomber un de ses bras, sa tête basculant sur l’autre, et fit la moue. Elle regarda ensuite le carnage de la chambre en silence, puis une idée lui vint. Elle tenta de visualiser à peu près la garde robe détruite, et se mit à rire lorsqu’elle entendit un bruit léger dans l’armoire que Garry n’avait sans doute pas perçu.


« Hinhin. Je me marre. »

Elle nargua Garry, jouant avec un des tubes de crème à 15€ les 10 cl, et se leva. Elle ouvrit la porte du placard, et en sortit une des robes qui étaient ETRANGEMENT apparues.


« Wouhou c’est pas trop stylé ça ? Dans le genre robe de pute à 250 euros… »


Elle exhiba une plus ou moins bonne copie des vêtements détruits précédemment, et regarda Garry.


« Me dis pas que tu le savais pas quand même ? »


Bon, d’accord, c’était peut-être pas la meilleure chose à faire que de narguer une blonde cinglée au bord de la crise de nerfs, mais c’était plus marrant que bouder et pleurnicher, finalement. Elle tapota sa joue, et eut un grand sourire émacié.


« Tintintin, et le retour de la magie débile de ce pensionnat chelou. »


C’est-y pas magnifique ?





J'ai honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: (n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]   

Revenir en haut Aller en bas
 

(n°11) Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir [Garry&Nao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Premier Étage ::. :: Dortoir féminin :: n°11 à n°15-
Sauter vers: