AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]   Ven 14 Mai 2010 - 20:00

    • Personnage:

    Nom : Johanson, adoptée Skye.
    Prénom : Emily
    Age : 17 ans
    Date de naissance : 10/09

    • Histoire :


    _____ * Une semaine et un jour.

    Il pleut.
    La journée avait commencée en étant grise, et à présent, de fines gouttes de pluie tombaient doucement, sans se presser ni se bousculer. Becky et Aiden étaient devant la fenêtre. La première frisait les 40 ans. Ses cheveux roux étaient attachés en un chignon relâché, et elle avait un bébé dans les mains, enveloppé dans une couverture blanche. Aiden était plus jeune, regardant avec curiosité la nouvelle venue dans l’Orphelinat de ses yeux verts.

    « Elle a l’air normale, non ?
    - Elle est un peu chaude, répondit Aiden.
    - Elle est plutôt silencieuse, pour un bébé, remarque.
    - Hm, aussi.
    - Elle te regarde ! s’exclama tout à coup Becky, souriante.
    - Mais non, mais non.
    - Jcrois que c’est toi qu’elle a choisit pour l’éleveeer !
    - Super, grommela-t-il. »

    Emily Johanson, née le 9 Septembre, petit bouton de chair recroquevillé qui observait le monde de ses yeux ambrés, et avec beaucoup plus d’insistance Aiden.

    « Comment on va faire ? fit Becky, hésitante.
    - Comment ça ?
    - On ne peut pas la mettre avec les autres, dit-elle sur un ton qui ne tolérait aucune réplique.
    - Mais si…
    - Non, tu le sais très bien !
    - Elle n’est pas dangereuse en étant bébé.
    - Et après, quand elle saura marcher ?!
    - On verra à ce moment là, la tempéra Aiden.
    - Et puis d’abord, pourquoi elle nous l’a laissée ?!
    - Je crois qu’elle s’est fait mordre en étant enceinte. Ca devait lui rappeler de mauvais souvenirs ? »

    Elle fit la moue, et tendit Emily à Aiden. Il la prit en souriant, et effleura le bout de son nez.

    « AIE !! » s’exclama-t-il, retirant son doigt.

    Elle l’avait mordu. Avec ses gencives. Becky sourit.

    « Tu disais ? railla-t-elle.
    - Euh, on va se débrouiller. Elle a le droit de vivre, comme tout le monde.
    - Mais elle n’est PAS tout le monde ! s’exclama-t-elle.
    - Je m’en fiche. »

    Becky soupira, et sortit de la pièce. Aiden emmaillota le bébé dans ses couvertures et le déposa dans un landau isolé des autres, et il effleura sa tête.

    « Bienvenue chez toi, souffla-t-il. »

    _____ * 3 ans, 57 jours.


    « Dorothy ! Dorothy !
    - Oui, monsieur Aiden ?
    - Va nourrir Emily, tu veux ?
    - Euh… Je suis obligée ?
    - DOROTHY !
    - … Bon, bon, j’y vais. »

    Dorothy prit avec un certain dégoût la glacière, et ouvrit la porte de la chambre d’Aiden – ou plutôt, de l’ancienne chambre d’Aiden, qui avait été réquisitionnée par la petite. Elle glissa la clef dans la serrure et déverrouilla la porte. La pièce était plutôt grande, et un lit double trônait au centre. Des peluches bon marché le peuplaient, et la petite s’y était fait une tanière.

    « Emily ?
    - Doty ?! s’exclama la petite, avec un grand sourire. »

    Elle avait l’air d’avoir environ deux ans. Elle avait des cheveux châtains qui tiraient sur le blond, et des grands yeux ouverts. Les volets étaient fermés, et elle jouait avec des peluches à la lumière d’une lampe de chevet. Elle se leva avec peine, et courut vers « Doty ». Elle s’écrasa contre elle avec force, la faisant reculer. Elle caressa machinalement la tête de la petite, et posa la glacière.

    « Allez, mange. »

    Elle sortit une assiette et un steak, ainsi qu’une compote de légumes.

    « Et mange tes légumes ! »

    Emily fit la moue, et déchira le steak cru à pleines dents, aspirant le sang et mâchant la viande avec précaution. Dorothy avait beau apprécier la petite, elle détestait la voir manger. C’était presque cannibale, presque un carnage. Et bien souvent, il fallait nettoyer après elle. Elle n’avait encore jamais rencontré les autres enfants et n’était pas totalement sociabilisée, par mesure de sécurité. Elle avait déjà tenté de mordre Becky deux fois sur un accès de colère, et elle ne devait son salut qu’à Aiden qui s’était interposée et l’avait calmée. Aiden passa sa tête par la porte, et fit signe à Dorothy de sortir.

    « Jte remplace. »

    Elle hocha la tête et se leva avec joie du lit, avant de sortir.

    « Emily, mange correctement ! » la réprimanda-t-il.

    Elle était recroquevillée et coupait son steak en petit morceaux avec ses mains, totalement vidé du sang, et les mâchonnaient avec précautions. Elle releva la tête, barbouillée de jus, et tendit un morceau de viande crue à Aiden dans le creux de sa main.

    « Mange ! » tonna-t-elle.

    Il sourit et prit la viande, et regarda Emily.

    « Je peux pas la manger, c’est cru. Il faut que je la fasse cuire !
    - Pourquoi ?
    - Parce que je n’aime pas trop la viande comme ça, tu te souviens ? »

    Elle tapa dans ses mains, et hocha la tête.

    « Ah oui oui oui !! s’exclama-t-elle. »

    Elle reprit la viande des doigts d’Aiden, et la mit à la bouche.

    « Je la mange ! précisa-t-elle.
    - Mange ta compote, aussi.
    - Pas bon.
    - Tu en as besoin. Allez, ouvre la bouche…
    - Aaaaaaaaah… »

    _____ * 5 ans, 201 jours.


    « Emily, tu viens ? demanda Aiden sur le pas de la porte.
    - Veux pas sortir.
    - Allez, s’il te plaît, sois gentille !
    - Jveux pas jveux pas jveux pas. »

    La petite se cachait depuis plusieurs minutes déjà dans le draps de son lit, recroquevillée, les bras enserrés autour de sa peluche préférée – un aigle noir.

    « Emily…
    - C’est nul dehors ! »

    Aiden avait décidé qu’elle était prête pour sortir dans le manoir. Il faisait gris, il n’y avait pas de soleil, et l’été touchait à sa fin déjà. Il s’avança et enleva les draps, avant de prendre Emily par les aisselles. Elle commença a se débattre.

    « ARRETE TOI ! fit Aion d’un ton sans réplique, visiblement en colère. »

    Elle était en chemise de nuit blanche, et il la posa au sol, gardant sa petite main dans la sienne.

    « Allez, tu viens maintenant ! »

    Elle se laissa entraîner de mauvaise grâce, et mit prudemment un pas hors de la chambre. Elle renifla l’air, et l’odeur de dizaines d’enfants lui emplit le nez. Elle porta les mains à son nez et toussa, s’agrippant à Aiden.

    « Ca sent pas bon ! s’exclama-t-elle, se cachant dans sa chemise. »

    Aiden soupira, et vit une tête blonde dévaler les escaliers à toute vitesse, manquant de s’étaler par terre comme une vulgaire crêpe.

    « ALLEN !! RALENTIS ! »

    Le garçon tourna la tête et allait répliquer quelque chose, quand il remarqua la petite fille.

    « C’est qui, m’sieur Aiden ?
    - Emily.
    - Elle est nouvelle ?
    - Non, mais elle n’aimait pas sortir. C’est la première fois qu’elle sort de sa chambre.
    - Ohh. »

    Elle releva les yeux de sa chemise, et elle se retrouva face à un garçon un peu plus âgé qu’elle. Il était plus grand, et ses yeux verts étaient partiellement dissimulés par les mèches de cheveux blond platine qui ne paraissaient pas avoir été coupée depuis des lustres. Elle se tortilla sur elle-même, et fit la moue.

    « Bonjour !! dit-il, tout sourire.
    - … Bjour murmura-t-elle, cachée derrière sa peluche.
    - Tu viens, on va jouer !! s’exclama-t-il, la tirant par le bras. »

    Emily se laissa entraîner, stupéfaite, et elle envoya un dernier regard à Aiden.

    « Sois sage, Emily, lui dit-il. »

    Elle hocha la tête, et suivit Allen.

    _____ * 11 ans.


    « Happy Birthdayyyy, Emily ! ♥ Tiens, ton cadeau. »

    Emily attrapa le poignet d’Allen et le força à se rasseoir. Il était en train de crier à tout le monde que c’était son anniversaire.

    « Abuse pas, vas-y !! Fais pas ça, ou j’t’écorche vif.
    - Tu parles. Tu préférerais me bouf… »

    Emily lui serra le poignet, et il se tut aussitôt.

    « Bon, on y va ? demanda-t-elle, furieuse. »

    Il hocha la tête avec un grand sourire, et ils se levèrent d’un même mouvement. Le réfectoire était de loin la plus grande pièce de l’Orphelinat. Trois longues tables étaient alignées, et des bancs permettaient aux orphelins de s’y asseoir. Les surveillants, le directeur Aiden et le personnel mangeaient au centre de la deuxième table afin d’avoir une vision globale des pensionnaires, bien qu’ils savaient lesquels étaient à surveiller. Emily Johanson et Allen Eardley en faisaient parti. Ils sortirent ensembles, et lorsqu’ils étaient surs d’être hors de vue des autres, Emily se mit à courir, entraînant Allen. Elle était loin d’être aussi rapide que ses congénères purs, mais se maintenait avec facilité à la vitesse de son compagnon. Ils tournèrent à l’angle du couloir et entrèrent dans la chambre isolée d’Emily.

    « Hé, jpensais à un truc…
    - Ouais ?
    - Je sais où on pourrait le faire !
    - Non, on ne peut pas, fit-elle d’un ton clair et net.
    - Allez, Mily… C’est ton anniversaire aujourd’hui, Aiden dira rien.
    - Il me fait confiance.
    - Mais j’ai trouvé l’endroit idéal ! Juste à côté de l’orphelinat ! »

    Elle sembla réfléchir, tripotant sa longue tresse de cheveux – sa croissance était considérablement ralentie, et pourtant ses cheveux poussaient à une vitesse prodigieuse.

    « Bon. T’es sur qu’ils auront la teinture qu’il me faut ?
    - Lors du dernier week end libre, j’ai vérifié le terrain. Ils l’ont, je te dis.
    - Et si jamais je mords quelqu’un, hein ?
    - Arrête, ça fait des années que tu fréquentes des gens et tu n’as jamais mordu personne.
    - Sauf toi.
    - Et après, t’es pas venimeuse !
    - Ouais, mais si Aiden n’était pas arrivé, je ne me serai pas arrêtée.
    - Maiiiis si t’as fait ça c’est parce que je m’étais étalé par terre et que je pissais le sang ! Allez, Mily, j’t’empêcherai de faire quoi que ce soit !
    - Bon, bon, okay. »

    Elle le regarda et ne fit pas de commentaires, bien qu’elle savait pertinemment que s’il paniquait, il n’arriverait pas à l’arrêter. Elle le fit sortir pendant qu’elle s’habillait, puis elle fit son sac. Il l’entraina ensuite dans sa chambre, et elle ouvrit la fenêtre.

    « Par là ? Mais t’es fou, et si jamais tu tombes ?!
    - Ben, tu me rattraperas !
    - Oui, sauf que j’aurais peut-être pas la force !
    - T’es une vampire ou non ?
    - Non, j’en suis une qu’à moitié, crétin.
    - Mh ! Passe devant, poulette.
    - Appelle-moi « poulette » encore une fois et jvais voir Aiden en lui disant que c’est toi qui a mis de la peinture dans la machine à café.
    - Sauf que t’y a participé.
    - Ah, mince. »

    Elle grommela et monta sur le rebord de la fenêtre avec facilité. Elle se tourna et commença à descendre, s’accrochant solidement au cadre. Elle coinça son pied dans un interstice assez large, et posa l’autre sur une excroissance de briques. Elle descendit avec précautions, Allen à sa suite, et arriva finalement par terre.

    « Bon, t’es prête ?
    - Oui, oui ! »

    Ils se mirent à courir dans le parc, Allen guidant Emily. Ils finirent par sortir de l’enceinte de l’Orphelinat par une brèche, et se dirigèrent tout droit vers le magasin.
    Allen entra, tirant Emily. Celle-ci se figea au bout de deux pas, crispée.

    « Ben alors ?
    - Ce me fait peur, murmura Emily. Je ne me sens pas bien.
    - Mais de quoi ?
    - La ville. C’est la première fois que je suis dehors. Ca me fait peur.
    - Mais non, t’es avec moi, t’inquiète pas !
    - Je veux pas y aller.
    - Mily…
    - Je veux pas !! s’énerva-t-elle, tandis qu’il tentait de la tirer.
    - D’accord, d’accord, l’apaisa-t-il. On s’en va. On retourne à la maison. »

    Il poussa la porte et Emily s’accrochait à lui, les lèvres serrées. Elle avait mal dans le dos, sans comprendre pourquoi. Ils retournent dans l’Orphelinat, et lorsqu’elle fut remontée, Allen cria.

    « Quoi ?
    - Emily… Ton dos !
    - Eh ben ? »

    Il souleva un peu plus le t-shirt, dévoilant de larges traces de brûlures qui commençaient déjà à s’effacer. En quelques secondes, il n’y avait plus rien.

    « On dirait que tu t’es pris un coup de soleil…
    - Mais… non, c’est pas possible. J’ai eu mal en rentrant dans le magasin, mais…
    - C’est ça, le magasin !!
    - Quoi ?
    - Tu te souviens pas ce que msieur Aiden a dit ? Les vampires ne peuvent pas entrer dans un endroit sans y être invité. Sinon, ils brûlent.
    - Ah !
    - Comme t’es qu’une demie, peut-être que c’est comme le soleil, ça s’arrête au stade de la brûlure ? »

    Elle frissonna, et sortit de la pièce, perturbée, son cadeau en main. C’était un collier. Le pendentif s’ouvrait. A l’intérieur, c’était une photo d’eux deux.
    A partir de ce jour là, c’était Allen qui sortait seul pour lui acheter ses teintures. Au mieux, elle l’accompagnait jusqu’à la limite du domaine de l’Orphelinat. Jamais plus loin.

    _____ * 11 ans, 124 jours.


    C’était le jour des adoptions.
    Emily et Allen étaient ensembles dans un coin de la pièce, et discutaient sans vraiment faire attention aux autres. Ils étaient heureux ici, et ne souhaitaient pas en partir – de plus, Emily considérait Aiden comme son propre père, et la réciproque était vraie.

    « Bonjour, vous deux ! » fit une voix douce.

    Ils se tournèrent d’un même mouvement. Une femme se tenait devant eux. Elle avait sans doute l’âge d’Aiden. Elle était en tailleur noir, ses cheveux blonds coupés au carré.

    « Comment vous vous appelez ?
    - Allen.
    - Emily.
    - Vous êtes frères et sœurs ?
    - Oui dirent-ils d’un même mouvement. »

    C’était faux, bien sur. Mais en général, ça dissuadait les gens de les adopter.

    « Vous avez quel âge ?
    - Moi j’en ai 11, et Allen en a 13. »

    Elle hocha la tête, et sourit.

    « Moi c’est Kenzie Skye. »

    Ils ne répondirent rien, et la regardèrent. Elle leur sourit, et se détourna, allant vers Aiden.

    « Ils sont gentils, Emily et Allen, non ? fit-elle d’un ton joyeux.
    - Euh, oui. Emily est assez difficile, mais Allen est très gentil, bien qu’avec une tendance marquée à faire des bêtises…
    - Comment ça, difficile ?
    - Elle ne sort jamais. Elle a peur de l’extérieur, et elle ne mange que ce qui lui plaît.
    - C’est pour ça qu’elle est si petite ?
    - Entre autres oui.
    - Elle est là depuis longtemps ?
    - Elle avait une semaine quand elle est arrivée.
    - Et Allen ?
    - Depuis qu’il a trois ans.
    - Ils sont vraiment frères et sœurs ?
    - Hm… non. Mais ils disent toujours ça pour ne pas être adoptés séparément. »

    Il déglutit, se remémorant le scandale qu’ils avaient fait quand une famille avait tenté d’adopter Allen. Deux jours après, ils l’avaient ramené. Il semblerait qu’il leur avait rendu la vie plus ou moins impossible, et qu’ils refusaient d’avoir affaire plus longtemps à lui.

    « Et si je les adopte tous les deux ?
    - Ce n’est pas à moi de le demander, mais à eux, assura-t-il.
    - Hm. Vous êtes très attaché à la petite, non ? »

    Aiden piqua un fard.

    « C’est moi qui l’ait élevée. C’est un peu ma fille.
    - Je vois. »


Dernière édition par Emily Johanson S. le Sam 28 Aoû 2010 - 15:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]   Ven 14 Mai 2010 - 20:01

    _____ * 11 ans, 186 jours.

    Deux mois, quinze crises de colère d’Emily et 56 débats houleux entre elle et son « père » plus tard, elle faisait sa valise avec hargne, tandis que celle d’Allen était déjà prête.

    « Je ne veux pas partir !! supplia Emily à Aiden, qui était sur le pas de la porte.
    - Emily, on en a déjà parlé des milliards de fois. Tu pourras toujours revenir si jamais ça ne colle pas, et tu le sais.
    - Sauf qu’elle a l’air géniale.
    - Ben alors, pourquoi tu veux pas partir ?
    - Parce que si elle est géniale, j’aurais aucune excuse pour revenir, marmonna-t-elle, boudeuse. »

    Il soupira, et la serra contre lui, frottant le haut de sa tête.

    « Allez, allez. J’en ai parlé avec elle, elle te laissera revenir tous les week-ends si tu le souhaite.
    - Ca sera pas la même chose.
    - Les choses changent.
    - Elles ne devraient pas ! s’exclama-t-elle, se détachant de l’étreinte. »

    Elle jeta un coup d’œil sur le fauteuil où était Allen. Il n’était plus là. Il devait être sorti.

    « Allez. C’est l’heure, Emily. »


    _____ * 11 ans, 198 jours.

    « Voici une nouvelle élève, Emily Johanson-Skye.
    - Seulement Emily Johanson, précisa-t-elle, l’air renfrognée.
    - Elle et son frère sont arrivés récemment dans la ville, alors…
    - Hééé ! Mais j’l’ai dja vue !! s’exclama un gamin de sa classe.
    - Comment ça ? fit-elle, mécontente.
    - Ben oui, t’es la fille du directeur de l’Orphelinat. »

    Emily ne répondit pas, mais le regarda avec insistance.

    « Non. »

    C’était mal barré.
    Elle ne resta pas bien longtemps à l’école. Elle n’arrivait pas à s’entendre avec eux, et en plus elle ne pouvait pas venir les jours de soleil. Les seules fois où elle posait un pied hors de sa nouvelle maison, à Bristol, c’était avec une ombrelle et des gants.
    Lorsqu’elle s’exposait au soleil, elle avait l’impression de brûler de l’intérieur, et devenait rouge. Alors, lorsqu’elle allait chercher Allen au collège, elle se tenait dans les coins d’ombre, son ombrelle à la main. L’explication officielle, c’est qu’elle était allergique à la lumière. Elle était scolarisée par sa nouvelle mère, chez elle. Sa mère, Kenzie, était une agent d’Interpol. Elle avait même rencontré la célèbre « S ». Mais, récemment, elle voulait se ranger, avoir une vraie vie, une vie plus simple, plus calme. Alors, elle avait demandé un emploi fixe pour pouvoir s’occuper de sa nouvelle famille. Bien qu’Allen s’en sorte très bien tout seul, Emily était plus difficile. Elle vivait totalement à ses dépends, incapable de se nourrir seule. Elle ne pouvait pas entrer dans les magasins sans brûler intérieurement, ne pouvait pas acheter sa nourriture et répugnait à l’idée de se nourrir d’humains. Elle vivait donc cloîtrée dans sa nouvelle maison, dans son nouveau foyer – comme avant, lorsqu’elle vivait dans sa chambre. Les seuls moments où elle sortait, c’était le vendredi soir, quand elle allait retrouver Allen pour partir ensemble à l’Orphelinat rendre visite au Directeur. Kenzie s’en était rendue compte bien vite, et avait proposé un compromis. Elle étudierait toute la journée à l’Orphelinat et, le soir, Kenzie et Allen iraient la chercher en voiture.

    Ce que, bien sur, elle avait accepté.

    _____ * 12 ans.


    « Joyeux anniversaire, Emi.
    - Merci p’pa. »

    Il la regarda, étonné, mais elle détourna les yeux. Il sourit, et lui tendit un paquet, le déposant dans ses mains. Elle était assise sur son ancien lit, dans son ancienne chambre. Il n’avait laissé personne y habiter. C’était celle qu’elle occupait à chaque fois qu’elle venait étudier, la semaine. Elle ouvrit délicatement le papier, évitant de le déchirer. Elle posa le cadeau sans le regarder sur son lit, et étala avec précaution l’emballage, l’étalant. Elle prit de la patafix et l’accrocha sur le mur, à côté des 11 autres. Elle se retourna, et reprit son cadeau, l’observant avec précautions cette fois. Elle le laissa glisser entre ses doigts, et l’effleurait avec étonnement.

    « Pourquoi une croix ? » murmura-t-elle, surprise.

    Elle laissa la chaîne glisser entre ses doigts, et releva la tête, regardant son père. Il sourit, et lui effleura la joue.

    « Parce que… je pense qu’il faut que tu t’acceptes, maintenant. Et que tu te réconcilie avec les opposés.
    - Avec Dieu ? fit-elle, ne pouvant réprimer une moue méprisante.
    - Non. Avec toi-même, et avec les humains. Ils ne sont pas si différents de toi que tu le penses.
    - J’en connais peu qui crament à la lumière du soleil… »

    Il soupira, lui prit la croix des mains.

    « Têtue. Comme toujours. Même bébé, tu étais têtue. »

    Il passa la croix autour du cou d’Emily, et l’attacha.

    « Sois gentille. Fais un effort avec Kenzie. Elle t’aime beaucoup, tu sais.
    - Moi aussi. Mais je ne veux pas qu’elle s’attache, marmonna-t-elle.
    - Pourquoi ?
    - Parce que… quand je partirai… elle sera triste. »

    Il soupira, et l’attira contre elle, lui frottant la tête.

    « Jure moi que tu feras des efforts.
    - Bon, d’accord, si tu insistes… »
    Ils restèrent ainsi quelques instants, écoutant la respiration de l’autre. Le silence était net, sans interruption, et Emily ferma les yeux. Retrouvant les sensations enfantines qui lui manquaient tant.

    « Allez, va voir Allen, maintenant. C’est l’heure. »

    Elle hocha la tête, et sortit de la chambre. Elle se retrouva nez à nez avec un blond surexcité, qui piaillait dans tous les sens.

    « JOOO-YEUUUX ANNIIIVERSAIIIRE !! s’exclama-t-il en français.
    - Meeerciii ! répondit Emily, en français également. »

    Il sourit, et la serra dans ses bras. Il dégagea ses mèches artificiellement rouges. Il finit par la relâcher, et lui tendit un écrin. Elle l’ouvrit avec méfiance, habituée aux blagues de mauvais goût de son frère – comme, par exemple, Dracula pour ses 10 ans. Elle ouvrit grand les yeux, battant des cils, et releva les ses prunelles.

    « Pourquoi… »

    Il l’arrêta d’un mouvement de menton, et prit le dit objet.

    « Sois ma moitié, ma sœur, ma femme, tout ce que tu veux, pour toute ta longue vie » déclara-t-il, la regardant droit dans les yeux. « Je veux qu’on soit liés à jamais l’un à l’autre. »

    Elle le regarda, stupéfaite. Il prit sa main gauche et passa la bague autour de son annulaire, la serrant entre les siennes, plus grandes.

    « D’accord ? »

    Elle prit une inspiration happée, volée au temps, et l’enserra de ses bras maigres, le serrant contre elle. Elle l’attrapait le plus fort qu’elle pouvait, pour le garder à elle, pour l’avoir en elle pour jamais.

    « D’accord, d’accord ! » dit-elle, sa voix brisée et entrecoupée de vagues.

    _____ * 12 ans, 105 jours.


    « Allez, Mily, viennnnns !
    - Non.
    - Kenzie a tout préparé !
    - J’men fiche, j’ai pas envie. »

    Allen tapa rageusement contre la porte de la chambre de sa sœur, et tenta de l’ouvrir. Verrouillée.

    « Emily, t’abuses… sois sympa, c’est Noël quoi, elle va être triste si tu viens pas.
    - Jveux voir mon père.
    - Tu le verras demain on a dit, on va le voir demain matin.
    - C’pas pareil.
    - Allez… S’il te plaît.
    - …
    - Emily, c’est notre premier vrai noël en famille. S’il te plaît… »

    Il entendit le CLAC de la serrure qu’on débloquait, et il se retira avec un sourire. Elle entrouvrit la porte, et fit une grimace.

    « Juste le temps de dire joyeux noël, après je remonte, asséna-t-elle. »

    Allen l’arrêta en lui prenant son poignet. Elle se retourna et le dégagea, le regardant.

    « Quoi ?! »

    Les coins de la bouche d’Allen se distordaient, et il plissa les yeux. Elle se recula instinctivement. Elle n’aimait pas cette expression. Il faisait toujours ça quand quelque chose le contrariait énormément. Et généralement, ce n’était pas bon pour elle.

    « Arrête d’être égoïste comme ça ! siffla-t-il. Jte signale que Kenzie te laisse aller chez ton père quand tu veux, qu’elle n’a jamais rien dit quand elle a su pourquoi tu ne sortais jamais, qu’elle t’achète tout le temps de la nourriture exprès pour toi ! Et toi, tu veux même pas aller lui dire merci le soir de Noël ?! tonna-t-il dans un murmure méprisant. »

    Emily détourna les yeux, et baissa la tête. Elle prit une grande inspiration et se détourna, dévalant les escaliers. Elle s’assit à la table, en face de Kenzie qui se mordait les ongles, et sourit.

    « Joyeux Noël. »

    Kenzie releva ses yeux rougis, et sourit.

    « Toi aussi. »

    Emily se retourna, et mit les mains autour de sa bouche.

    « HEY, ALLEN, RAMENE TA FRAISE ! »


    _____ * 12 ans, 116 jours.


    Emily courait vite. Elle avait ses longs cheveux rouges tressés, enroulés et cachés dans un bonnet, et une capuche, si bien qu’elle pouvait se le permettre. Elle haletait et avait le visage mangé par des lunettes de soleil. Elle dévalait les escaliers, les mains gantées glissant sur les rampes, et quittait les rues principales de Bristol. Au fur et à mesure qu’elle s’approchait de chez elle, elle ralentissait de plus en plus. Elle finit par ouvrir sa porte, et elle s’y engouffra, avant de monter le plus rapidement possible dans sa chambre pour qu’ils n’aient pas le temps de voir comment elle était habillée. Elle s’y enferma à double tours, et s’écroula dans son lit, retirant toutes ses couches. Elle attrapa sa chemise de nuit blanche et l’enfila rapidement, se recroquevillant sur elle-même.

    « … Mais qu’est-ce qui lui a pris ? fit Kenzie, sidérée.
    - Sais pas, dit Allen d’un ton surpris. »

    Il se releva et monta les escaliers. Il négligea la porte d’Emily, sachant qu’elle ne lui ouvrirait pas, et entra dans sa chambre. Il ouvrit la fenêtre et se mit sur le rebord. Il tendit sa jambe, accroché fermement, et entra par celle d’Emily qui était toujours ouverte malgré les rideaux permanents.

    « Mets toi sous ta couverture, Emi. »

    Il attendit quelques secondes et entrebâilla légèrement les rideaux rouges. Il se glissa dans la pièce, et les referma étroitement.

    « Bah alors, qu’est-ce que t’as ? »

    Il s’avança vers elle, pelotonnée dans les draps, et il les remonta un peu.

    « Emi… Pourquoi ton manteau, tes lunettes et tes gants sont entassés là ? T’es sortie ?
    - Non.
    - Menteuse. »

    Il lui enleva la couverture, et remonta sa chemise sans aucune gêne. Elle se recroquevilla, mais il vit clairement les marques de brûlures malgré la pénombre.

    « Où est-ce que t’es encore allée traîner ? soupira-t-il.
    - … Jsuis allée au magasin.
    - Mais t’es folle, tu sais très bien que…
    - Je savais pas où était la viande, gémit-elle, alors j’ai perdu du temps à la chercher. J’ai calculé, j’ai une quarantaine de secondes avant d’avoir vraiment mal…
    - Tu as du rester bien plus que 40 secondes, vu les marques que t’as…
    - …
    - Combien.
    - … Deux minutes, je crois.
    - MAIS CA VA PAS, T’ES MALADE ! explosa Allen. »

    Elle se recroquevilla, et prit son visage entre ses mains, refusant de le lui montrer. Il se leva et prit le tube de crème qui était toujours sur le rebord de sa commode, et se rassit.

    « Tourne toi ! » ordonna-t-il.

    Elle se débattit, mais il la plaqua avec force. Elle ne chercha pas à se défendre, vaincue intérieurement. Il pressa le tube, et la crème s’écoula sur le dos d’Emily. Elle frissonna de part cette fraîcheur soudaine, tandis qu’il l’étalait sur toute la largeur de son dos.

    « Pourquoi t’as fait ça ? grommela Allen.
    - …
    - Emi !
    - Parce que… je voulais faire comme tout le monde.
    - Tu n’es pas tout le monde.
    - Je veux l’être ! dit-elle, des sanglots dans la voix. »

    Il soupira, et regarda la croix et la bague qui reposaient, entremêlées, sur sa table de chevet.

    « Pourquoi tu ne les mets plus ?
    - Parce que j’en suis plus digne.
    - Pourquoi ?
    - A cause de Noël.
    - … »

    Il se releva, et rouvrit la porte, déverrouillant le loquet.

    « Tu l’es, maintenant. Alors porte les. »




Dernière édition par Emily Johanson S. le Mer 25 Aoû 2010 - 13:11, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]   Ven 14 Mai 2010 - 20:03

    _____ * 12 ans, 134 jours.


    C’était un vendredi soir.
    Il était 5h, et Emily attendait devant le collège de son frère. Il faisait gris, mais les éclaircies étaient fréquentes, aussi portait-elle son ombrelle. Elle était vêtue d’une robe blanche totalement opaque et des collants noirs. Appuyée contre un mur en face de l’entrée, elle patientait depuis plusieurs minutes déjà – il était en retard. Elle soupira, et tapota sur son sac contenant ses affaires pour le week-end, ainsi que celles de son frère, de sa main libre.

    « Tiens, c’est pas la frangine d’Allen ? intervint une voix grasse, qu’elle ignora.
    - Si. La gamine allergique à la lumière ! répondit une autre voix.
    - Tu l’attends ? Il risque de mettre longtemps à arriver tu sais… J’l’ai vu partir avec Belinda… »

    Emily ne répondit rien, et ne tiqua pas. Elle se contentait d’attendre. Son frère avait toujours été cavaleur, mais il ne l’aurait pas laissée attendre toute seule devant son collège pour rien.

    « Ca fait quoi si on t’enlève ton ombrelle ? reprit le garçon, apparemment plus âgé qu’il ne devrait l’être. »

    Il approcha sa main, et pour la première fois, Emily détourna ses prunelles de la porte principale et le foudroya.

    « T’y touches, t’as plus de doigts, dit-elle, la mâchoire serrée.
    - Hann mais c’est qu’elle s’énerve la petite ! »

    Il avança sa main et effleura sa joue. Emily attrapa immédiatement son poignet avec sa main droite, libre, et le lui broya. Elle le relâcha au bout de quelques secondes. Il se tenait le bras, retenant sa respiration, le visage déformé par la douleur.

    « Sale garce ! jeta le « chef », et les 2 autres garçons s’approchèrent d’elle. »

    Elle soupira, résignée, et déplaça légèrement son pied pour se garantir l’équilibre tandis qu’elle se préparait mentalement à casser d’autres os.

    « HEY HO, FOUTEZ LUI LA PAIX ! »

    Ils se tournèrent, et Emily vit les cheveux platine d’Allen. Alec et Sid, ses meilleurs amis, étaient là aussi.

    « Cassez vous ! rugit Allen, en colère. Le prochain qui s’approche de ma sœur sera heureux d’être JUSTE à l’hosto ! »

    Ils s’éloignèrent de mauvaise grâce, et Allen s’approcha de sa sœur, remerciant d’un mouvement de tête Alec et Sid.

    « Qu’est-ce que t’as encore fichu ?
    - Mais rien ! se défendit-elle. C’est eux. »

    Il sourit, et lui frotta la tête.

    « Bon, on y va ?
    - C’était qui ?
    - Des abrutis de 3e qui sont pas contents que la copine d’un d’eux l’ait largué pour venir avec moi.
    - T’es doué.
    - Je sais ! »

    _____ * 12 ans, 184 jours.


    « On va où ? demanda Emily dans la voiture.
    - Ben, comme il fait beau et qu’Allen est à sa compétition, jpensais qu’on pourrait sortir, répondit Kenzie.
    - Beau ? Tu rigoles, ça sent l’orage.
    - Beau pour toi, précisa-t-elle.
    - Oh ! »

    Elle sourit, et étira ses jambes.

    « On va où ? répéta-t-elle.
    - Tu veux aller où ?
    - J’aimerais bien voir le centre commercial… marmonna-t-elle.
    - Okay, ça marche !
    - Mais comment on va rentrer ? s’exclama-t-elle.
    - T’inquiète pas. Je gère. »

    Elle se gara dans le parking, et tira Emily hors de la voiture.

    « Allez, viens !
    - Mais je…
    - Allez, ça ira ! Si jamais tu as mal, on rentre, d’accord ?
    - … »

    Elle se leva, et posa timidement ses pieds sur le bitume. Elle serra la bouche, mais rien ne se passait. Bon. Ca ne voulait rien dire. Le parking n’était pas vraiment considéré comme « appartenant » au centre commercial. Elle se laissa entraîner par sa mère, qui s’arrêta à l’entrée.

    « Monsieur ? fit-elle au vigile.
    - Oui ?
    - Ma fille est allergique à la lumière. Elle peut quand même rentrer ?
    - Hm, il ne devrait pas y avoir de problèmes, vu le temps qu’il fait.
    - Elle peut aller partout ?
    - Oui, oui, c’est bon, elle peut rentrer. »

    Elle tira Emily et la fit rentrer. Celle-ci s’arrêta net, et regarda tout autour d’elle.

    « Je… J’ai pas mal ! s’exclama-t-elle, ravie. »

    Kenzie sourit, et la tira vers les magasins. Emily se mit à courir, regardant partout, les vitrines. Elle s’arrêta devant un magasin de vêtement, et le désigna à sa mère.

    « Regarde, regarde la robe ! »

    Elle sourit, et jeta un coup d’œil. Elle était assez courte. Noire sur le haut, des rayures noires et blanches s’y étendaient. Elle avait des roses sur le bas de la robe, et était sans manche.

    « Tu veux l’essayer ?
    - Je peux rentrer ?
    - Tu as entendu ce qu’a dit le vigile ? Tu peux aller partout. »

    Elle hocha la tête, et poussa la porte avec appréhension. Elle attendit quelques secondes, et fit un signe de la tête à sa mère. C’est bon. Elle se précipita vers la robe, et regarda sa mère.

    « On l’essaye, hein ? »

    Le soir, elle était repartie épuisée de sa journée, avec une nouvelle robe.

    _____ * 12 ans, 237 jours.


    « Tu vas chercher Allen ?
    - Oookay ! »

    Emily sortit de la voiture et couru vers le collège de son frère. Elle s’arrêta juste devant, et sourit. Elle tripota sa croix, et se tint juste devant la porte du collège, appuyée contre la barrière. 24 juin. Date des vacances scolaires. Elle allait passer 2 mois avec son frère rien que pour elle, dont une partie à l’Orphelinat – elle détestait l’été, en fait. Toutes les autres saisons, elle pouvait sortir avec une ombrelle. Là, elle était obligée de mettre des chemises noires à manches longues et des collants, si bien qu’elle ne devenait pas rouge à cause du soleil mais à cause de la chaleur. Elle faisait tournoyer machinalement son ombrelle, attendant avec impatience que ce blondin crétin sorte. Ca n’avait même pas encore sonné, et pourtant des abrutis étaient déjà dehors. Elle les regarda avec un haussement de sourcil, avant de les reconnaître – c’était les troisièmes qui lui avaient cherché des noises. Elle eut un léger sourire méprisant, tandis qu’ils se concertaient et semblaient vouloir venir vers elle. Elle élargit son sourire moqueur, et ça ne loupa pas.

    Ils arrivèrent tous les quatre devant elle, l’encerclant.

    « Salut, Emily ! fit le chef à qui elle avait broyé le poignet. Comment tu vas aujourd’hui ?
    - Ca va, et toi, ton poignet ?
    - J’ai eu un plâtre et de la rééducation, siffla-t-il.
    - Tu m’en vois navrée. »

    La main partit.

    Le coup de poing se dirigea vers Emily, direct, droit, puissant. Elle tourna légèrement ses hanches, l’évitant, se retrouvant beaucoup plus près de lui qu’il ne lui aurait fallu. Son bras maigre, mal nourri, s’élança une seule fois, et n’eut pas à recommencer. Il rencontra de plein fouet le nez de son assaillant. Elle s’écarta vivement tandis qu’il s’ébroua. Le sang commençait à perler de son nez, avant de couler de façon beaucoup plus appuyée. Elle écarquilla les yeux et porta la main à sa bouche, retenant sa respiration. Elle avait du mal à se contenir, et ne cessait de reculer le plus possible, maintenant son ombrelle avec difficulté. Elle finit par ne plus tenir, et prenait des respirations happées, à travers ses mains. Elle n’entendit même pas la sonnerie, et ne comprit même pas ce qu’il se passait quand on la maintint par les épaules, l’empêchant d’avancer. Elle se retrouva cintrée, et elle commença à se débattre quand la voix de son frère lui parvint.

    « Ca suffit, Emily ! » murmura-t-il, la bloquant.

    Flottement.
    Ses cils papillonèrent tandis qu’elle retrouvait ses esprits. Elle releva les yeux vers lui, qui réajustait son ombrelle.

    « On s’en va, okay ? »

    Elle hocha la tête, soulagée. Elle tenta de marcher, mais ses jambes ne la portaient plus et elle dut se raccrocher à Allen.

    « C’est malin… » soupira-t-il.

    Il la prit par les aisselles et la porta sur le chemin vers la voiture.

    « Alors, ta journée ? commença-t-elle.
    - Super, on s’est éclatés. Et toi ?
    - Ben jsuis allée à l’Orphelinat voir mon père. Il m’a montré pleins de vieilles photos, regarde ! »

    Elle chercha dans sa poche, et sortit son porte monnaie. A l’intérieur, une photo était pliée. Elle la déplia, et l’exhiba. Elle représentait Emily, Allen et le directeur ensembles.

    « C’est le premier jour où je suis sortie de ma chambre, tu te souviens ?
    - Ben ouais, t’avais l’air d’un fantôme anorexique.
    - Hééé !
    - Maintenant, t’as juste l’air d’une anorexique.
    - Enflure.
    - Moi aussi je t’aime.
    - …
    - Hm ?
    - Je t’aime, frangin.
    - Moi aussi, sale naine.
    - Fuck. »

    Il rit, et la déposa dans la voiture. Elle plia son ombrelle, et il s’assit à côté d’elle, bouclant sa ceinture. Elle fit de même, et Kenzie démarra.

    « Bon, jvous emmène à l’Orphelinat. On se revoit demain soir ?
    - Ha bon ? fit Allen.
    - Oui, on va manger tous ensembles !
    - Cooool ! intervint Emily, tapant dans ses mains. Où ça ?
    - On sait pas encore, on verra. Mais tu sais, ajouta-t-elle en la regardant dans le rétroviseur, à mon avis on ne va pas aller dans un cinq…
    - ATTENTION ! hurla brutalement Emily, se détachant d’un coup. »

    Kenzie sursauta, et la voiture eut un soubresaut. Elle dérapa sur le côté, mais elle ne réussit pas à éviter le camion.
    Emily hurla, et se jeta brutalement sur Allen, tentant de faire bouclier. Elle ferma les yeux, serrant son frère contre elle. Elle sentit le choc et les millions de débris. Elle sentit le verre des bouteilles pour son père éclater, le vin se répandre comme l’encre s’écouler, sa mère hurler. La voiture tomba dans le fossé et fit un tonneau brutalement. Elle maintint Allen dans le bon sens, tentant d’ignorer l’odeur de sang. Elle ne savait pas de qui il venait, mais elle était trop concentrée pour céder une seconde fois.

    Puis, le chaos s’arrêta. La galaxie stoppa sa déconstruction, restant éternellement incomplète.

    Emily rouvrit les yeux, et prit une longue inspiration. Elle avait arraché la moitié du siège en s’y cramponnant, et elle était blessée. Du sang s’écoulait de son dos, mais les plaies n’étaient pas trop graves. Elle se redressa, et sa tête cogna contre le toit défoncé. Le soleil ne filtrait pas, fort heureusement. Elle jeta un coup d’œil à l’avant ; sa mère était inconscience. Elle plongea la main dans sa poche et saisit son téléphone portable.

    « 999, quel est votre problème ?
    - On a eu un accident ! s’exclama Emily.
    - Vous êtes où ?
    - Juste à la périphérie de Bristol, à la sortie 5.
    - Il y a des blessés ?
    - Ma mère est inconsciente, moi ça va, et mon frère… »

    Elle jeta un regard à son frère, et retint un glapissement d’horreur. Il respirait difficilement, et sa jambe droite était coincée sous le siège de sa mère. Il était aussi labouré de plaies dues aux éclats de verre.

    « Il est très blessé ! s’exclama-t-elle. Dépêchez vous… »

    Tuut… Tuut… Clac.

    Plus de batterie.

    Emily jura, et jeta son téléphone sur le côté.

    « Allen ?! Allen ?! » s’exclama-t-elle, n’osant le secouer. « Allen !
    - Hmm… mmmhh…
    - Allen, réponds !
    - E-mi ?
    - Allen !! Allen, parle moi !
    - Tu vas… bien ?
    - Oui, et toi, comment ça va ? Tu vas bien ? Allen, Allen ! »

    Il souleva sa main gauche, et la passa le long de la joue d’Emily. Comme toujours.

    « Arrête, ça va aller, hacha-t-il.
    - Allen ! fit-elle. Allen, je t’en supplie ! »

    Le sourire d’Allen s’effaça, tandis que sa main retomba.

    « Courage, Emi. Courage. »

    Il se tut, et ses yeux se fermèrent. Emily commença à paniquer, mais elle sursauta.

    « Mademoiselle ? Vous allez bien ?
    - SORTEZ NOUS ! »

    _____ * 12 ans, 237 jours (et 5 heures plus tard).


    « Papa ?
    - Emily ? Pourquoi vous n’êtes pas déjà là ?!
    - On… on a eut un accident.
    - QUOI ?
    - En sortant de Bristol.
    - Qu’est-ce qu’il s’est passé ?!
    - Un camion est rentré dans la voiture de Kenzie, et on a fait des tonneaux.
    - Comment vous allez ?!
    - Moi ça va, ils m’ont retiré tout le verre que j’avais dans mes plaies et m’ont soigné mes brûlures.
    - A cause du soleil ?
    - Oui mais j’ai dit que c’était durant l’accident.
    - Et les autres ?
    - Ils m’ont bandé mes plaies, aussi, et tout désinfecté.
    - Emily, et les autres ?
    - Je suis à l’hôpital là, mais jpense que…
    - EMILY, LES AUTRES ?
    - Kenzie… est morte sur le coup, ils ont dit. L’airbag s’est pas déclenché.
    - Et Allen ?
    - …
    - Emily. Et Allen ?
    - Il… Il a survécu jusqu’à l’hôpital mais… mais il avait des organes détruits et il a fait une hémorragie interne et puis… Et puis…
    - …
    - Tu es où ?
    - Ne viens pas.
    - Pourquoi ?!
    - C’est de ma faute, j’ai pas pu protéger Allen. Si… si je n’avais pas existé, il serait parti avec Kenzie et ils n’auraient jamais eu à revenir à l’Orphelinat.
    - EMILY !
    - Désolée. Je t’aime, papa. »


    Elle raccrocha le téléphone public, et soupira. Elle se dirigea vers sa chambre d’hôpital, et mit la main sur la poignée. Elle poussa la porte, et entra.

    Sauf qu’elle n’était plus dans sa chambre d’hôpital.

    Elle écarquilla les yeux, et regarda autour d’elle. Elle était au milieu d’une forêt aux bosquets serrés. Elle se faufila entre eux et courut vers la lisière. Lorsqu’elle déboucha enfin, elle se retrouva confrontée à un immense manoir. La pluie ruisselait et, en chemise de nuit d’hôpital, elle commençait à frissonner. Elle se mit à courir vers le manoir, mais s’arrêta devant le portail.

    « Tu peux rentrer, tu sais ? »

    Elle tourna la tête. Une silhouette se tenait là, avec un chapeau haut-de-forme. Elle fronça les sourcils.

    « Vous êtes qui ?
    - J’ai dit : tu peux entrer, vampire.
    - Que… »

    Il n’était déjà plus qu’un songe, qu’un frémissement de rêve dans l’ondine glaciale. Elle se remit à courir, pieds nus, et ouvrit les grandes portes.

    « Ce n’est qu’un rêve. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Hybride rancunière.
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Angie
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Découvrir le passé des autres.
• Petit(e) ami(e) : Hahahaha. LOL.

Messages : 2932
Inscrit le : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]   Ven 14 Mai 2010 - 20:04

    • Caractère :

    Emily est très immature, telle une petite fille perdue, sans repères, alors elle cherche désespérément à s’en fabriquer, superficiels s’il le faut, mais concrets. Elle est désespérée à l’idée de se retrouver seule ou sans attache, comme cela s’est produit lors de l’accident. De nature très nostalgique, elle a une nette tendance à avoir des remords pour tout et n’importe quoi – ici, pour ne pas avoir laissé son père s’occuper d’elle. Elle a toujours considéré l’Orphelinat comme son unique foyer, et chercherait à tous prix à retrouver cette sensation de chaleur, de famille qu’elle a perdue.

    Très fière et hautaine, elle n’accepte pas qu’elle soit si différente des autres et qu’on la traite comme telle. Elle déteste qu’on sache ce qu’elle pense vraiment ou qu’on ait pitié d’elle, ce qui la fait se sentir inférieure. Très émotive et impulsive, elle a des coups d’émotions soudains, et perd très facilement le contrôle de ses actes, ce qui peut être dangereux – et une source inépuisable de regrets de sa part. Elle maudit profondément le fait d’être née et déteste sa nature de vampire. Elle aurait préféré mourir égoïstement en même temps que son frère et sa mère adoptive plutôt que de vivre sans eux. Agitée, elle serait prête à tout pour protéger ceux qu’elle aime, même si les autres doivent en souffrir. Sa protection passe également devant celle des autres, et elle serait capable d’agir de façon drastique pour empêcher un changement.

    Elle est assez intelligente, mais ses émotions l’aveuglent relativement rapidement, si bien qu’elle ne prend jamais le temps de réfléchir à ses actes et aux conséquences ou dommages collatéraux. La seule chose qui l’intéresse est qu’elle, elle parvienne à son but, quels qu’en soient les chemins. Particulièrement rancunière, elle possède une excellente mémoire et serait prête à tout pour rendre sa douleur à ceux qui l’ont causée pour ne plus la ressentir. Impertinente, elle ignore bien souvent l’avis des autres, sauf de ceux qui comptent particulièrement pour elle, si bien qu’elle paraît souvent très antipathique (ou assez méchante, étant donné que le sarcasme est une seconde nature chez elle).



    • Physique :

    Emily est une demi-vampire. Mais ça, vous le saviez.
    Hybride, elle a hérité des capacités des deux races en quantité égale ; plus résistante qu’un humain, moins qu’un vampire. Elle ne brûle pas totalement au soleil, juste de l’intérieur ou de façon superficielle, mais assez pour la faire souffrir un martyr. Elle peut avaler de la nourriture humaine, mais a besoin de sang. Elle peut entrer dans une maison sans y être invitée, mais cela lui cause les mêmes effets que le soleil. Les vampires sont censées être bloqués dans la tranche d’âge où ils ont été mordus ; elle, elle continue de grandir, mais considérablement moins vite que les humains. Elle a toujours l’air d’avoir environ un ou deux ans de moins que son âge réel, en moyenne.

    Emily Johanson ressemble beaucoup à sa mère, bien qu’elle l’ignore. Elle a le même visage un peu anguleux, les mêmes cheveux ondulés, épais et brillants. Ses grandes prunelles ambrées semblent disproportionnées, et son nez pointu lui donnerait presque l’air d’un lutin si elle n’avait pas cette expression de dédain quasi continuelle. Elle fait souvent la moue, et a une ride plus marquée du côté gauche de la commissure de ses lèvres. Pleines et rosées, elles contrastent un peu avec sa peau éternellement pâle à cause de son rejet du soleil, bien qu’elle ne soit pas particulièrement claire de nature. Sa tête est encadrée par des cheveux très longs, souvent teints en rouge, qui poussent très rapidement, en contraste avec son corps. Naturellement, ils sont d’un châtain qui tire sur le blond, d’une couleur assez semblable à celle de ses yeux par ailleurs.

    De part son régime totalement déséquilibré ainsi que son manque de soleil, elle prend beaucoup de complément vitaminés et est particulièrement mince – source de blagues de son frère, qui la traitait régulièrement d’anorexique. Petite et frêle, grande gueule, elle attire souvent les foudres des autres, mais elle a une excellente maîtrise de l’esquive et des points vitaux. Elle a l’apparence globale d’une enfant ; elle ne semble pas avoir atteint sa puberté, ni l’approcher de ne serait-ce quelques années. Elle préfère ne pas y penser, et fait avec.
    Côté accessoires, elle en porte très peu ; la croix que son père lui a offert qu’elle a pour habitude de dissimuler sous ses hauts, le pendentif et la bague de son frère. Rien d’autre.

    Elle affectionne particulièrement le blanc mais est assez diversifiée. Elle déteste l’orange, mais aime bien porter du vert bien que ça lui rappelle sans cesse son frère. Elle aime être pieds nus ou en ballerines, et déteste les grosses chaussures qu’elle juge disgracieuses.

    Pouvoir : Emily peut, d’un contact, entrevoir la totalité du passé de la personne visée lorsqu’elle le souhaite. Néanmoins, elle peut ne voir qu’une partie si l’esprit est trop fort ou préparé à cette attaque, ou au contraire partager son propre passé sans le vouloir.

    Alter Ego Astral : Mist, l’aigle noir.

    Passion(s) :
    Aucune en particulier. Mais elle aime bien foutre des trempes, vu qu’elle a un avantage.

    N'aime pas / Phobie(s) :
    La solitude, l’extérieur, le soleil, la douleur.

    Pour avoir le personnage :

    Avez-vous bien lu les règles ? ANARCHY
    Où avez vous trouvé ce forum ? IN
    Est ce votre premier perso...
    ___ ♦ ...Dans un forum RP ? THE
    ___ ♦ ...Dans ce forum ? UK


Dernière édition par Emily Johanson S. le Sam 15 Mai 2010 - 17:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memoriae.deviantart.com/
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]   Ven 14 Mai 2010 - 21:35

Ta fiche est nulle, il n'y a aucun sens logique dans ton histoire, j'ai vu beaucoup de fautes et tu n'as même pas le mot de passe quoi oO




















Mais bon, je te valide quand même.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Emily Johanson S. [ Fiche v3 ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches acceptées-
Sauter vers: