AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anya Almarezida {Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

Anya Almarezida {Terminé _
MessageSujet: Anya Almarezida {Terminé   Anya Almarezida {Terminé Icon_minitimeDim 28 Nov 2010 - 18:56

Personnage:

Nom : Almarezida
Prénom : Anya
Age :17 ans
Date de naissance : 22 Décembre 1986

Histoire : Anya était une vagabonde. Avec son père gaga d’elle et de photographie, elle a certainement fait le tour du monde, si ce n’est plus. Car sa vie officieuse de mannequin la transportait loin, loin de cette quantité négligeable qu’était la Terre. Son père passait tout son temps derrière l’objectif, prenant tour à tour paysages sereins et villes animées, chaque prise entrecoupée de clichés de sa chère enfant en diverses robes de princesse. Anya affectionnait cette vie, et ses regards les plus langoureux furent toujours adressés à ce rond de verre qui la contemplait amoureusement, tentant de capter ses plus beaux gestes, ses plus belles courbes, cette petite étincelle dans le regard ou ce coin retroussé des lèvres qu’il ne retrouverait plus jamais. Malgré tout, sa curiosité l’emportait souvent et elle suppliait son père de la faire passer de l’autre côté du miroir « juste pour savoir, juste pour voir ce que tu vois » disait-elle. Il y consentit de rares fois puis, au bout d’un moment, le lui interdit totalement. « Tu es faite pour te retrouver sur la pellicule, et non le contraire », expliquait-il à une Anya dépitée.
Celle-ci ne cessa pour autant les offensives, sachant son monde incomplet tant que le mur séparant le visible de l’invisible serait en place. Anya continua donc de se contempler dans le miroir, rongée d'un désir ardent de le traverser.

De par ses déménagements successifs, Anya ne se fit jamais de réels amis. Lorsqu’elle allait à l’école, elle mettait simplement un point d’honneur à être parfaite, que ce fût au niveau de son apparence ou de ses notes, mais ne chercha pas à se lier aux autres. Elle souhaitait ressentir leur admiration, intercepter leurs regards subjugués, entendre leurs souffles retenus, leurs corps oscillant, n’osant l’approcher. Elle avait la démarche élégante et conquérante, un sourire presque impassible et des mains toujours parfaites. Des mains délicates et de douces lèvres, voilà ce qu'elle exhibait avec le plus de fierté. Les autres, apparemment, ne s’étaient pas arrêtés à n’aimer que ces deux éléments.
Une minorité, cependant, haïssait Anya au point de ne pouvoir songer à elle sans entrer dans une rage folle. Si la plupart restaient perplexes à la mention de son nom, eux ressentaient de violentes pulsions meurtrières. Car la poupée possède ce petit sourire en coin quand on lui parle, ce regard vaguement moqueur lorsque l’on essaye d’entrer dans son monde, qui porte toujours à son paroxysme l’humiliation. Ces gens-là, Anya ne les craignait pas.
Grossière erreur.

Ainsi, ce soir fatidique, lorsqu’elle rentra couverte de bleus et de bosses, les vêtements en lambeaux, les lèvres gonflées et les mains griffées, son père faillit avoir une attaque. Il porta immédiatement plainte à la police iranienne, pays dans lequel ils se trouvaient au moment de l'incident, mais la jeune fille n’avait pas reconnu ses agresseurs : ils étaient tous cagoulés et habillés de noir. Cependant, ces humiliations corporelles ne furent rien, comparées à ce que son père lui réservait : en larmes, ce soir-là, il ne cessa de se lamenter sur ce si beau corps meurtri, sur ces si belles mains déchirées, sur ces si douces lèvres rougies de sang. Et la tristesse qu’Anya lut dans ses yeux, elle le comprit, ne lui était pas destinée : elle était pour cette jolie fille de ses clichés, qui l’aimait tant et qu’il aimait tant, dans son monde en noir et blanc.
A partir de ce jour, elle ne retourna plus jamais à l’école, et prit des cours par correspondance ; sa perfection n'avait pas de prix aux yeux de son père.

Anya Almarezida.
Née le 22 Décembre 1986, en Russie.
Décédée le 22 Décembre 2003, en Russie.

C’est ce que doivent indiquer les registres terriens, en cette heure. Ils pensent tous, très certainement, que la jeune femme a rejoint sa défunte mère, elle-même décédée d’un stupide arrêt cardiaque. Au Pensionnat Interdit cependant, Anya est toute aussi vivante que les autres, c’est-à-dire plus proche de l’enfer aux odeurs de pourriture qu’autre chose. Mais elle est vivante puisque, logique imparable, elle respire. Ce château, elle l’a trouvé dans une campagne froide de Saint-Pétersbourg, alors qu’elle faisait mine de contempler la neige sous son manteau de cuir et le regard borgne de l’appareil. Puis, elle s’est éloignée, son père ayant le dos tourné. On peut dire qu’elle a fait une fugue, oui. Elle a fui son chez soi, cet endroit ambulant qui existe tant que l’amoureux transi y est. Elle a marché, encore et encore, dans ses bottines moyenâgeuse, croisant de petites maisonnettes abandonnées, et des hameaux dans lesquels s’entassaient des familles entières. Elle contemplait, sans réflexion particulière, et passait son chemin. Elle était telle une ombre éphémère sur le chemin, que personne ne reverrait certainement jamais.
Pour sûr.
Un beau château se dressait ; intriguée qu’un tel manoir puisse exister en ces landes pauvres, Anya s’approcha. Elle se prit à penser qu’elle était une héroïne de roman, qu’elle allait passer la nuit ici et rencontrer des fantômes.
En vérité, elle allait passer bien plus d’une nuit ici mais, assurément, elle y rencontrerait des fantômes. Non, mieux que cela : des vivants décédés. Elle toqua ; pas de réponse. La porte ne s’ouvrit pas dans un grincement, comme d’ordinaire dans les films à suspense. Alors, Anya décida de forcer le destin et poussa la lourde porte.
Si elle avait su.
Elle la referma derrière elle. Au son du battant se refermant dans un claquement sinistre, elle sut qu’il était trop tard.

Caractère : Anya n’a jamais réellement laissé transparaître ses sentiments. Elle se contentait de parler d’une voix neutre quand elle ne pouvait faire autrement et d’acquiescer de la tête – rarement réfuter. Aussi, les gens avaient bien du mal à saisir ses réelles pensées. D’ailleurs, ils n’y parvenaient pas.
Anya a toujours vécu comme une petite princesse fragile dont le père tenait comme à la prunelle de ses yeux – d’une certaine façon, l’une et l’autre étaient liées car la perte d'un de ces trésors était pour lui l'aveuglement total. Le passage à tabac qu’Anya connut en Iran ne la ramena pas sur terre pour autant ; au contraire, elle entra un peu plus dans le jeu de la poupée que l’on positionne et habille selon les désirs. Elle ne ressentait d’amour que pour cet objectif qui la couvait des yeux, mais qui voyait bien au-delà des apparences, elle le savait. Son caractère réservé avec les autres, ne l’empêchait pas de parler à son père comme elle l’entendait, et de se plaindre si elle le souhaitait. Elle ne supportait pas qu’une chose prévue ne se déroule pas comme elle l’entendait, ou qu’une chose qu’elle demandât ne se fasse pas dans l’instant. Elle réservait sa patience lors des prises, à cet amoureux pour lequel rien n’était trop beau, et surtout pas elle.
Anya était en réalité une enfant égocentrique – pléonasme me direz-vous, car un enfant croit toujours être le centre du monde. A 17 ans cependant, on eût pu croire qu’elle avait mûri mais, en réalité, elle n’était rien d’autre qu’une enfant gâtée qui ne supportait pas que l’on ne satisfasse ses moindres désirs.
Anya est orgueilleuse. Mais elle est belle, alors on le lui pardonne. Presque.

Physique : Anya a entretenu sa beauté. Celle-ci n’est pas magique, elle n’est pas magnifique, mais la jeune femme fait tout pour qu’on le croie. Des cheveux tantôt lisses, tantôt bouclés, tantôt ondulés, ou encore enroulés sur les pointes ; la jeune fille change de coiffure comme de chemise, si bien qu’elle pourrait sans étonnement avoir oublié sa véritable nature de cheveux. Ceux-ci, qu’ils soient courts ou longs, restent savamment coiffés, et en accord avec son maquillage, si bien appliqué, qu’on pourrait croire le tout naturel. Ses vêtements, classiques lorsqu’elle sort, se parent de mille rubans, dentelles, sont faits de soie ou de cashmere, brillent de tous leurs feux, sous le regard solitaire de l’appareil.
Anya n’est qu’une princesse pleine d’artifices, dont l’objectif est de faire croire toute sa vie durant que sa beauté est là depuis la nuit des temps et éternelle, telle la déesse qui exhibe sans honte ni arrière-pensée sa chevelure brune et soyeuse ; qui étrenne sa serviette de coton telle la robe royale. Le regard d’Anya, allongé et profond au premier abord, étincelle de moquerie lorsque l’on plonge trop profondément dans son éclat brun aux quelques reflets dorés. Une conversation avec elle, aussi courte soit-elle, revient à sans cesse s’abaisser, à moins de trouver une façon de retourner le piège contre l’assaillant.
Anya, malgré son caractère égocentrique des premières années, donne souvent l’impression d’avoir plus de dix-sept ans. Peut-être parce qu’elle cache ses gestes agacés sous des vêtements de soie, ou que ses caprices sont recouverts de mots savamment choisis et cruels ? Toujours est-il que son but semble de toujours paraître plus grande, de faire se tasser son interlocuteur, l’écrasant de sa hauteur ridicule d’un mètre soixante-sept. Cela marche souvent, mais pas tout le temps ; comme nous le prouva l’épisode iranien.
Anya ne jure que par le regard des autres et, si par malheur, celui-ci venait à disparaître, alors il est certain que la jeune fille ferait de même, sa raison de vivre évanouie parmi les couleurs futiles, pas même immortalisées sur la pellicule de l’appareil ; résolument seul car privé de son modèle.

Pouvoir : glace ce qu’elle embrasse dans un périmètre de dix centimètres.

Alter Ego Astral : son AEA est une chenille. Une chenille verte avec une petite voix nasillarde. Lorsqu’elle était petite, Anya passait son temps à l’insulter, mais pleurait dès que Liao – car c’était son nom – faisait mine de s’en aller.

Passion(s) : sa passion de toujours a été le « mannequinat » officieux, ce qu’elle appelle avec un petit sourire « Poupétisme ». Et puis, sa passion défendue qu’elle n’a que peu essayée, la photographie.
N'aime pas / Phobie(s) : n’aime pas qu’on tente de la tourner en ridicule ou qu’on la fasse attendre pour autre chose que la photographier. Aucune phobie particulière.

Pour avoir le personnage :

Avez-vous bien lu les règles ? code bon ! (by Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? Il y a pas mal de mois déjà, en naviguant de partenariats en partenariats… Je le pensais mort pour tout dire, donc je ne me suis pas inscrite. Puis un certain Ln. s’est inscrit sur SOS forum RPG (où je suis) pour demander des avis sur le forum pour le remonter ; comme j’avais quand même flashé sur le Pensionnat Interdit au départ, juste rebutée par l’activité, je me suis dit cette fois, pourquoi pas ? :3
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Pas du tout xD
♦ ...Dans ce forum ? Yep.

PS : je vais commander mon avatar dans la partie adéquate. Mon image sera la suivante :
Spoiler:
 
Il s'agit de June May, de Cloth Road.


Dernière édition par Anya Almarezida le Lun 29 Nov 2010 - 19:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
byakko no Kogenta
byakko no Kogenta

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
Anya Almarezida {Terminé Empty0 / 1000 / 100Anya Almarezida {Terminé Empty

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

Anya Almarezida {Terminé _
MessageSujet: Re: Anya Almarezida {Terminé   Anya Almarezida {Terminé Icon_minitimeLun 29 Nov 2010 - 12:47

Bonjour chère mademoiselle.

En lisant ta fiche cela ma fait pensé a la chanson « poupée de cire poupée de son » de France Gall. Sinon elle est très complète et bien détaillé, il y a juste un petit truc que je n’ai pas bien compris sur le « passage Iranien » tu ne dis pas exactement ce que c’est, ou alors c’est moi qui a pas bien comprit.
Concernant ton pouvoir qu’entends-tu par « embraser la glace ? »

Sinon ca nous fait plaisir que tu te sois finalement décidée à nous rejoindre. C’est vrai que les mois précédents il n’y avait pas beaucoup d’actifs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

Anya Almarezida {Terminé _
MessageSujet: Re: Anya Almarezida {Terminé   Anya Almarezida {Terminé Icon_minitimeLun 29 Nov 2010 - 15:27

Bonjour^^

Concernant le "passage iranien", tu as tout à fait raison de me le faire remarquer, c'est quelque chose que j'ai rajouté après coup en oubliant de faire de même plus haut X__x Il s'agit du moment où Anya se fait battre par ses camarades de classe, j'ai rajouté quelques mots au troisième paragraphe de l'histoire^^
Pour le pouvoir, ce n'est pas qu'elle "embrasse la glace" mais qu'elle "glace tout ce qu'elle embrasse" ; par exemple, si elle faisait un baiser sur la joue à Kogenta sans le contrôler, elle lui glacerait la joue dans un périmètre de 10cm ; voilà^^

Je n'avais pas du tout pensé à la chanson de France Gall en écrivant cette histoire xD En fait, je n'ai pas pensé du tout *zbaf*
Je suis aussi contente de m'être décidée à venir ici, l'ambiance a l'air sympa de ce que j'en vois ^_^

Anya
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
byakko no Kogenta
byakko no Kogenta

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
Anya Almarezida {Terminé Empty0 / 1000 / 100Anya Almarezida {Terminé Empty

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

Anya Almarezida {Terminé _
MessageSujet: Re: Anya Almarezida {Terminé   Anya Almarezida {Terminé Icon_minitimeLun 29 Nov 2010 - 19:54

Bon ben donc pour mois tout est okay, je peux donc te valider, et te souhaiter la bienvenue, tu peu commencer a rp des que tu le désire dans le hall ^^.
Oui vau mieux avoir une bonne ambiance, sinon ce n’est pas en dénigrant et en étant désagréable que les gens vont s’inscrire et même rester.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

Anya Almarezida {Terminé _
MessageSujet: Re: Anya Almarezida {Terminé   Anya Almarezida {Terminé Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Anya Almarezida {Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: