AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Mer 25 Mai 2011 - 17:49

Folle? Moi!? Jamais de la vie! T’es marrant le chaton, tu le sais? Moi, devenir folle…Hahahaha. Ah, et bien non… C’est possible. Fort peu probable, mais encore possible. D’accord, je suis intelligente, très à ce qu’on dit, mais il n’en demeure pas moins que je suis humaine. Et tout le monde sait à quel point l’être humain, laissé à lui-même, à des tendances marquées pour la mélomanie, l’auto mutilation émotionnelle et aux troubles psychologiques. Il ne me reste qu’à prier pour ne pas sombrer dans cet état de nature sauvage où je perdrais toutes notions de civisme. Là, c’est certain que je deviendrais folle. Bon qu’est-ce qu-…

Un arbre? Il a bien dit «arbre»? Woooo! Hors de questions que je… Ahhh! Lui, il dort dans les arbres! Que je suis bêtes… Effectivement, les arbres ne sont pas tout à fait conseillés aux être humain pour dormir. Quoi que… Okay, disons plutôt « pas tout à fait conseillés aux êtres humains de mon époque…», car si je me souviens bien… J’arrive pas à croire qu’il fut une époque où mes semblables dormaient des dans grottes ou dans des arbres. Il y a déjà eu un truc stupide qui…Hum? C’était une maison une pièce ou deux en toile que l’on construisait en forêt. Un tente! C’est cela. Pour faire du, du camping? Bah, qu’elle idée stupide…

-C’est une bonne idée en effet.

Est-ce que je viens de sourire? Mettons cela sur le compte de la politesse voulez-vous? Parfait. Chambre? J’aime ce mot! Il sonne un tant soit peu civilisé et rime pratiquement toujours avec lit. Si j’ai un lit, j’en serai déjà très heureuse! Est-ce que je viens de dire… Que je serai heureuse d’un minimum de ce genre? Wow. Je suis ici, dans cette époque préhistorique, depuis même pas un jour et je me contente déjà de peu. C’est horrible! Suis-je à ce point influençable pour qu’une simple date m’affecte? Impossible… Non, pitié. Ce doit être mon instinct de survie qui me pousse à m’adapter. Oui, c’est cela, m’adapter. Mon début de simplicité volontaire n’est dû qu’à mon instinct de survie, pour que je puisse survivre à ce nouvel environnement… Je crois?

Je secoue faiblement la tête pour chasser cette idée déplaisante de mon esprit. Je ne dois pas me tracasser avec des choses d’une telle banalité. J’ai autre chose à faire que de me remettre en question. Surtout que ça ne m’avancerait à rien. J’ai plutôt intérêt à écouter cette adorable chose qui ressemble à un énorme chat, mais qui se déplace sur deux pattes et qui sait parler.

Parlant de lui, il me tend encore la main. La patte? C’est tellement mélangeant! Quoi qu’il en soit, j’hésite encore à poser ma main dans la sienne. J’ai encore cette peur idiote qu’il me perfore le bras avec ses énormes griffes. Non pas que je sois convaincu qu’il le fasse, ou encore qu’il s’agisse de la seule idée qu’il ait en tête, mais… Vue notre rencontre et les premières minutes en sa compagnie… Si jamais ils venaient à se disputer à nouveau, qu’est-ce qui empêcherait cette adorable chose de me transpercer? Cependant, je me vois mal lui dire que garder ses pattes loin de moi… Il est sensé m’avoir sauvé la vie, alors je dois faire un effort. Et merde, pourquoi j’affiche encore ce sourire? Je vais finir par croire que je régresse! Un peu plus et je rejoins ces filles idiotes qui ne font que sourire et faire les yeux doux à tout ce qui bouge… J’ai pas l’habitude, moi, de sourire à tout le monde. J’ai pas l’habitude de converser non plus… C’est pas à ça que je devrais m’adapter pour commencer au lieu de cette stupide simplicité volontaire!?

Je soupire mentalement et finalement, oui, finalement, je m’approche de lui. Je ne le touche pas, navrée, mais je ne crois pas en être capable. J’espère que tu ne le prendras pas trop personnel… Quoi que, tu devrais avoir deviné que j’ai peur de me faire déchiqueter par tes armes naturelles. Je me demande si c’est la première fois qu’un humain à peur de te toucher…

-Je risque de partager ma chambre, n’est-ce pas?
Question stupide, oui merci, je sais. Qui disait qu’il n’y avait aucune question idiote, que des réponses idiotes? J’aimerais bien le rencontrer pour lui faire voir à quel point il se trompe. Même les plus brillants en arrivent un jour à poser une question d’une idiotie telle qu’elle en ferait damner le plus grand des sages. Bon, je ne me suis jamais encore rendu là, mais je suis certaine que ce n’est qu’une question de temps maintenant que je suis dans cet univers. Déjà qu’avec celle-là, je n’en suis plus très loin… Après tout, combien de temps cela se fait-il que cet endroit emprisonne n’importe qui? À la longue, les chambres doivent se remplirent, puisque cela m’étonnerait que vous soyez nombreux à dormir dans les arbres.

-Je me demande sur quel genre de colocataire je vais tomber… Tu crois que je vais tomber sur des humains au moins?

Nerveuse? Non, inquiète? Ça peut-être… En fait, je crois simplement que j’angoisse. Oui, c’est évident. Quoi de plus normale? Je débarde dans une prison soi-disant magique, à une époque archaïque et le premier être que je croise n’est même pas humain! D’abord il manque de me tuer, puis il me sauve, mais dans quoi je suis tombée… Encore moins de chance et je vivrai avec un robot, un extra-terrestre ou un fantôme. Là c’est évident que je vais perdre la tête…
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Jeu 26 Mai 2011 - 19:09

Apres une logue réflexion, elle fini par s'approcher de lui, seulement elle n'avait pas l'air disposée a lui prendre la main qu'il lui tendait. Il laissa retomber cette dernière le long de son corps. Allons bon elle lui en voulait encore ? Il devait déjà déployer des efforts incroyable pour se montrer gentil et prendre du temps pour lui expliquer les choses. Mai au bout d'un moment il risquait de ne plus y arriver. Oui bien était-ce par ce qu’au contraire elle n'osait pas trop l'approcher, quoi qu'il en soit il n'aurait certainement jamais la réponse.

-Je risque de partager ma chambre, n’est-ce pas?

Il la regarda quelques instants avant d'acquiescer d'un signe de la tête

"Yosh, y a de fortes chances pour que ce soit le cas."

Il n'avait pas clairement répondu « oui » par ce qu'il y avait aussi une probabilité qu'elle se retrouve dans une chambre vide, comme certains pensionnaires avaient mystérieusement disparut. Laissant des chambres inoccupées. Et a son grand avit il y avait fort à parier qu'elle préférait se retrouvée seule dans ses quartiers plutôt que de partager avec quelqu'un.

-Je me demande sur quel genre de colocataire je vais tomber… Tu crois que je vais tomber sur des humains au moins?

La il se contenta dans un premier temps d'in haussement d'épaules.

"Aucune idée. C'est vrai qu'il y en a en majorité donc tu a plus de chance de te retrouver avec. Sinon, il y a des succubes des elfes, des vampires aussi je crois bien... des gens plus ou moins psychopathes aussi... "

il lui jeta un rapide coup d'œil et en voyant son expression il s'empressa d'ajouter

"… mais il s sont tous très gentils, ile ne te ferons aucun mal si tu ne les embêtes pas. De toute façon tu devrais acquérir comme tous ici une sorte de pouvoir pour te défendre en cas de pépins dans peu de temps."

Il ne se doutait pas que ce dernier elle l'avait déjà car elle l'avait inconsciemment activé quand elle était coincée dans les tentacules du calamar, mais n'étant simple spectateur a ce moment la il ne s'était douté de rien. Il pivota les talons et lui fit signe de le suivre.

"Bien allez, le temps justement moins on en perdra mieux ca vaudra, priorité on te trouve une chambre et après je te fais tout voir ici. Ca prendra certainement plus d'une journée mais qu'importe j'ai du temps "

Il jeta un dernier coup d’œil en direction du lac et prit ensuite la direction de l’entrée du bâtiment qui n’était non loin d’eux. Il s’arrêta devant les grandes portes qui menaient à l’intérieur. Il les jugea du regard un instant.

"Tu dis que les portes son automatiques dan ton époque, c’est ca ? Je ne veux pas avoir l’air de te prendre pour un bille mais j’aimerai que tu m’ouvre celles la manuellement… je dis ca par ce que j’en ai connu, qui même malgré ce geste tout ce qui a de plus quotidien arrivaient a se la mettre dans la figure donc bon… je préfère m’assurer que tu t’exploseras pas le nez."

Et le pire c’était qu’il avait parlé sur un ton tout ce qu’il y avait de plus sérieux. Si elle n’était pas habituée à tirer sur les poignées autant commencer par la même si ca faisait tres stupide comme exercice.

"Fait juste gaffe avec celles la. Elles ont tendance à se bloquer et s’ouvrent d’un coup… oui je sais c’est archaïque."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Ven 27 Mai 2011 - 21:41

Majorité? Plus de chances? J’ai horreur des probabilités, certains les étudient jusqu’à en devenir obsédés alors que tout le monde sait qu’on ne peut pas prévoir ce qui nous arrivera. Mais pour une fois, je vais devoir faire comme si et espérer que je ne tomberai pas sur des…Quoi déjà? Oui, des «gens plus ou moins psychopathes», mais surtout moins. Oui, surtout moins…
Attend, tu as dit quoi?! Un quoi? Tu rigoles, hein? Dis-moi que tu essayes de te moquer. Une sorte de pouvoir tu dis. N’importe quoi… J’en rirais presque, mais je suis trop polie pour me mettre à rigoler de ce que tu viens de dire. Même si dans mes rêves les plus fous je suis entourée de super héros, ça m’étonnerais qu’un jour je me réveille avec une «capacité surnaturelle». Ou alors, si c’est le cas, ce serait un de ces rêves dans lesquels on rêve que l’on se réveille alors que l’on dort encore. Je me souviens en avoir fait un une fois et…
Ah tiens, des portes. Pourquoi il faut toujours que j’en revienne à une porte. J’ai horreur de ces choses archaïques qu’il faut absolument toucher pour qu’elles s’ouvrent. Non mais quoi, ceux qui ont conçu cet endroit atroce n’ont pas pensé à l’améliorer? Parce que personnellement je trouve cet endroit beaucoup trop vieillot. J’imagine déjà tous les efforts et les problèmes que je devrai subir avant de trouver un semblant de confort à ma situation. Mais pourquoi moi…
Pardon!?!? Tu veux que je quoi!? Hors de questions! Non! Jamais! Je ne veux pas! Maman… Tu veux que j’ouvre une porte? Pourquoi? Tu es fâché contre moi où t’a simplement zappé tout ce que je t’aie raconté? Et tu ne te souviens pas que je t’aie dis être passé par une fenêtre je suppose… Sauvez-moi quelqu’un. Aller, s’il te plait, remarque l’air désespéré que j’affiche! Non? Okay…
Je ne veux pas poser ma main sur ce truc! Je regarde mon sac et me demande si j’y ai mis quelque chose qui pourrait m’être utile. Non. Alors je…Ma serviette! J’en prends une extrémité et la pose sur la poignée que je ne veux jamais, JAMAIS, toucher directement. J’empoigne ensuite l’objet, ne touchant que la barrière trempée que je viens d’y poser et la tourne.
Oui, je sais comment ça fonctionne, merci. Je ne m’en suis peut-être jamais servi, mais je connais bien la partie théorique. Le côté pratique ne m’ayant jamais vraiment tenté, ça ne me gêne aucunement d’avouer que je risque probablement de me faire mal un de ces jours en effectuant ce geste banal et stupide…
-T’es vraiment certain de vouloir que je fasse ça? Je dis ça pour toi hein, il parait que je suis pas sympa quand je suis blessée…
Ton air me dit que oui, tu en es certain. Ahhh, mais pourquoi tant de cruauté! Je pousse malgré moi un soupire d’exaspération et prend bien le temps de regarder à quoi je vais m’attaquer. Eh bien, d’après la position des trucs que je n’aie vu qu’en livre et dont le nom m’échappe – ben quoi, quand un truc totalement désuet disparait de la circulation et que la seule fois où l’on en entend parler est lors du seul cours portant sur les portes ancienne à la petite école…- je suis censé tirer la porte vers moi. Tiens, pourquoi ça ne m’étonne pas? Mais non, ç’aurait été bien trop simple de me donner le modèle avec le moins de risque de me blesser! Bon, d’accord, une chose à la fois, tu peux le faire. Tu ne veux pas du tout, mais tu le peux! Je ferme les yeux, je préfère ne pas voir ce que je suis en train de toucher et je l’avoue, j’ai un peu peur de m’éclater cette porte sur le visage. Donc, je disais que je fermais les yeux et…Et bien je tourne la poignée et tire – trop doucement pour paraître naturelle , mais je vais être franche et dire que j’en ai absolument rien à faire de quoi j’ai l’air en ce moment- en effectuant un pas de recule pour être certaine de ne pas me heurter contre cette porte.
Rien, pas de douleur, pas de chute, tout va bien! J’ouvre donc les yeux et m’empresse de relâcher cette chose immonde et replace ma serviette sur mes épaules. Je me dépêche d’entrer pour ne plus avoir cette chose salle et dépasser dans mon champ de vision.
-C’était épouvantable!
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Lun 30 Mai 2011 - 0:29

C’était un exerce tout ce qu’il y avait de plus banal, et pourtant il lui semblait qu’elle avait prit tout son temps pour s’avancer jusqu’a la dite porte. Elle fit par farfouiller dans son sac a la recherche de je ne-sais quoi et fini par prendre la serviette qu’elle lui avait tendu un peu plutôt et l’appliqua sur la poignée avant de la saisir et de commencer à la tourner lentement puis de finalement s’arrêter. Il haussa un sourcil et croisa les bras. Qu4est ce qu’elle pouvait bien faire, pourquoi s’arrêtait t’elle ? Une crampe ? Nan quand même pas. La réponse ne se fit pas attendre

-T’es vraiment certain de vouloir que je fasse ça? Je dis ça pour toi hein, il parait que je suis pas sympa quand je suis blessée…

Il haussa les sourcils. Avant de les froncer de nouveau. Si c’était bien le cas la c’était sur qu’il allait vite perdre son sang froid et il allait bien vite calmer ses ardeur. Apres tout si il s’était proposer pour servir de prof ce n’était pas pour qu’il se retrouve avec une élève des plus désagréable, en y réfléchissant ce n’était pas pus dur que apprendre a un toushinshi ‘art de l’onmyodo. Il fallait beaucoup de patiente d’ailleurs pour ca si par exemple on prenait le cas de Riku qui n’y connaissait rien a rien. Mais la patience c’était une notion qui lui était incompatible. Mais dans sa grande bonté il était disposer à prendre sur lui… du moins si elle parvenait aussi à se montrer docile a son enseignement. Il évacua dans un souffle la bouffée d’énervement qui était vite montée en lui et tenta de lui répondre de la manière la plus calme possible mais tout en ayant un très légère pointe d’agacement.

"Tu veux dormir dans un lit oui ou non ? Si oui fait-le. Si non, je te montre l’arbre le plus confortable du foret."

Elle se re-concentra ensuite sur cette fameuse poignée, il n’avait pas besoin d’être grand devin pour deviner ce qu’elle pensait en ce moment même, bien sur que ou elle voulait dormir dans un lit. C’était marrant a qu’elle point il trouvait toujours les bon mots pour donner la motivation nécessaire. Elle ferma ensuite les yeux et commença à tirer très doucement la porte vers elle sous le regard atéré du Shikigami. Non mais c’était vraiment si dur que ca à ouvrir une porte ? Lui avait une manière bien radicale de le faire quand elle se dressait sur sa route et offrait une résistance. Un bon coup de pied/patte bien violent pour l’arracher de ses gond ou la briser en mille morceau… tout dépend du bois en fait. Elle fit un pas en arrière pour éviter la porte, remarque a la vitesse ou elle allait, elle ne risquait pas grand-chose. Il avait à ce moment la sensation que l’apprentissage allait être treeeeeeees long. Elle lâcha ensuite vivement la poignée pour rentrée à l’intérieur

-C’était épouvantable!

« Tu m’en diras tant » pensa t-il ironiquement. Il jeta un coup d’œil expressément incrédule à la porte ouverte avant d’entrer à son tour

"Sérieusement ? Par ce qu’il y en a encore deux comme ça, dont celle de la chambre… bizarrement je ne suis pas très pressé avarié a l’étape cuisine…."

Sur ce il lui fit signe de la tête pour l’invité à le suivre. Ils longèrent un long couloir parsemé de plusieurs portes, seul le son de leur pas étouffés par le tapis résonnait, ils arrivèrent devant une seconde porte. Il se stoppa quelques instant puis regarda son interlocutrice

"Je vais te montrer comment moi je m’y prend… "

Il fronça les sourcils prit une inspiration et donna un violent coup de pied/patte en plein milieu de la porte. Cette dernière se brisa en plusieurs morceau et tombèrent par terre tandis que d’autres pendouillaient tristement aux gonds resté accrocher sur l’encadrement.

"… mmm bois sec ça… probablement su sapin... avoue que c’est plus radical comme méthode Il redirigea ensuite son regard vers la demoiselle. Mais fait pas attention à ca, elle se remettra en place quand personne ne regardera, oui les pièces ici on tendance à reperdre leur aspect même après qu’on a tout détruit, et je sais de quoi je parle."

Il étaient à présent au pied d’un escalier qui montait.

"Exo 2 : monte-moi ca. Fait gaffe y en a deux qui son traitres, si ca peut te rassurer je serais derrière pour te rattrapé au cas où. Ca me dérangerais que tu te brise la nuque"

Et ce qui était vrai. Enfin il n’avait pas chercher a savoir si il y avait ou non des escalier a son époque sinon il aurait passé longtemps a dressé toute la liste au vu du travail qu’il y avait a accomplir et partait du fait de tout lui apprendre de 0 de A à Z… halala les époques trop assistées pas la technologie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Mar 31 Mai 2011 - 1:47

DEUX!?!?!?!?!Encore deux? Je vais devoir retoucher à ces choses encore deux fois!? Pourquoi tu parles de cuisine comme s’il s’agissait de la pire chose existant sur terre? Oh que j’aime pas ça…Pourquoi il a fallu que tu en parles ainsi, hein!? Ça y est, maintenant je m’inquiète! Je n’irais pas jusqu’à dire que j’aie peur…Quand même pas…Mais disons que j’aie presque autant envie de pénétrer dans la cuisine de cet endroit que de devoir me brosser les dents avec de l’eau insalubre.
Oups, je crois que j’en ai raté un bout. Attends-moi! Que crois avoir zappé l’épisode où tu me demandais gentiment de te suivre… Wow! C’est fou le nombre de porte qu’il peut y avoir dans cet endroit complètement primitif… Et à ce que je vois, tout le bon goût a été mis à l’entrée… Qu’est-ce que ça peut être laid! Ou alors ce n’est qu’une question d’époque, je suppose. Après tout, si en une seule année la mode peut changer du tout au tout à quatre reprises, je n’ose pas imaginer toutes les affreuses choses ayant pu être considérées comme «tendance» entre maintenant et mon époque. Espérons que la déco des chambres ne sera pas si…Décevante? Non, effarante. Ou alors cauchemardesque? Enfin bon, tant qu’elle ne me donne pas envie de me crever les yeux ça devrait aller. Je crois?
Ah! Tiens! Une porte… Encore. Elle est presque aussi dégoutante que l’autre. Presque. Mais bon, celle-ci ne donne pas sur l’extérieur, donc théoriquement, c’est censé être ainsi. Pourquoi tu t’arrêtes? Ah non! Tu ne vas pas me demander de l’ouvrir elle aussi! Pitié… Je ne veux pas toucher à toutes les choses qui croiseront ma route. S’il te plait!
Comment toi tu t’y prends? Ouais, vas-y, rire est bénéfique pour la santé il parait…
Non, mais t’es malade!?!???!
Cette exclamation m’a totalement échappée. J’étais pourtant convaincue de ne seulement l’avoir pensée… Ah si, je l’ai seulement pensé. Encore heureux! Tiens, je viens de me rendre compte que j’aie échappée ma serviette. Pourquoi? Ah, okay, monsieur la brute m’a fait peur et j’ai posé mes bras sur ma tête et devant mon visage en position défensive… Qu’est-ce que je peux me montrer primitive lorsque je le veux… Je soupire donc et ramasse mon bien avant de me mettre à te suivre. J’espère que tu as conscience que je n’écoute pas ton monologue complètement débile. Je sais, je dis débile, mais au fond je devrais utiliser le terme «inutile» puisque, je ne sais pas si tu t’en rends compte…JE NE COMPRENDS RIEN À CE QUE TU RACONTES!!!!
Géniale, nous voilà au pied d’un escalier maintenant. Pourquoi est-ce que je sens déjà un chat creux de ma gorge… Plus je fixe ces marches et plus ce chat grossit. Il est presque aussi gros que toi! Maintenant ce sont mes jambes qui s’y mettent. Je les sens déjà s’engourdirent légèrement. Non, je le sens pas…Ça ne va pas le faire…
Après le «montes-moi ça» je ne t’écoute plus. Je vois ta bouche remuer, mais je n’entends ni ne comprend rien. Mon regard dérive à nouveau sur les marches et j’ai l’étrange impression qu’une immense veine est apparue sur mon cou. Mais je sais que c’est impossible. Mon corps ne réagis jamais de la sorte. Donc je comprends que même si j’entends les battements de mon cœur résonner dans ma tête, aucune veine apparente ne permet d’en suivre le rythme.
Bon… Tu as l’air sérieux… Je me passe une main sur le visage et m’approche de la première marche. Je n’ai aucune envie de poser la main sur cette rampe. Aucune! Mais je n’ai pas non plus envie de prendre le risque de me blesser. Et cette fois, ma serviette ne me sera d’aucune utilité puisqu’elle empêcherait ma paume d’adhéré à la rampe et donc l’empêcherait de remplir sa fonction. Et bien soit. Je passe la serviette autour de mon corps et m’en fait une sorte de robe, comme lorsque je sors de la piscine… Je regarde ensuite la chose sur laquelle je vais devoir poser la main, ce que je fais après un regard exaspéré en direction du plafond.
-J’ai déjà monté un escalier dans ma vie, dis-je à titre purement informatif.
C’était la vérité. J’en ai déjà gravi plusieurs même! Mais pourquoi celui-là me semble-t-il aussi grand et interminable. À croire que la montée nous conduit au sommet de la bâtisse. Que je suis bête, c’est parce que le plus long escalier que je n’ai jamais eu à monter n’était constitué que de douze malheureuses marches. Tout naturel pour un escalier intérieur d’ailleurs. À quoi bon bâtir un escalier là où un ascenseur fait tout à fait l’affaire?
Cesse de rêvasseries, je m’y mets. Je commence dons mon ascension et je constate que cet escalier est des plus ordinaires. Bien que ridiculement long, il est tout ce qu’il y a de plus normale et archaïque. Qu’est-ce que je ne donnerais pas pour un ascenseur… Je dois en être à quoi...La moitié? Oui, c’est cela, à la moitié de cette chose, je sens un élancement dans mon genou droit. Je savais que ce serait lui qui me dérangerait en premier. Je ralentis donc la cadence, non pas parce que je suis épuisée, j’ai un excellent cardio, en raison d’activités aquatiques intensives régulières, mais contrairement à ce que je fais dans une piscine… Je ne peux pas adapter mon activité au fait que mon stupide genou me fais souffrir.
-Y en a beaucoup de comme ça?
J’ai bien le droit de m’informer, non? Super! Je vois le sommet de cet instrument de torture se rapprocher. À quelques marches de la fin, j’entends mon genou craquer. Pour ceux que ça intéresse : non, ça ne fait du bien et oui, c’est douloureux. Je fais la grimace que je fais à chaque fois que ça arrive, puis secoue la tête avant de gravir les deux dernières marches en une seule enjambée. J’en ai simplement marre.
Au sommet, je ne me laisse pas choir, parce que jamais je n’accepterais de me relever. Donc, je me contente seulement de me pencher vers l’avant en posant mes mains sur mes cuisses question d’avoir un quelconque appui, autre que quelque chose de sale. C’est décidé. Pour la descente, je glisse sur la rampe. Hors de questions que je donne la moindre occasion à mon stupide genou de craquer.
-Et maintenant? Demandais-je avec le plus de retenu qu’il m’est possible d’avoir tout en relevant la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Lun 6 Juin 2011 - 10:26

Elle avait encore une fois l’air de quelqu’un qui s’apprêtait à faire une chose qu’elle n’avait pas envie de faire. Ca allait promettre si jamais c’était comme à chaque fois qu’il lui demanderait quelque chose. Elle s’approcha de la rampe et s’apprêta à poser sa main dessus mais elle resta en suspension dans l’air. Allons bon pourquoi elle arrêtait son mouvement, ce n’était quand même pas si compliqué que ca quand même, y a juste a faire bouger les jambes.

-J’ai déjà monté un escalier dans ma vie

« Tant mieux je suis ravi de le savoir… » Pensa-t-il intérieurement, mais a vrai dire il se doutait quand même qu’elle avait du monter des marches, les escaliers avaient de tout temps existés et n’étaient pas près même dans un futur très éloigné de disparaitre, même encore après son ère à elle, les escaliers ne disparaitraient pas complètement aux profits des ascenseurs et autres escaliers mécaniques et tapis roulants.

"Bien alors ca ne devais pas être trop difficile."

Elle finit par se décider en entama son ascension, il la suivit. Il trouvait néanmoins que ca lui paraissait extrêmement lent. Il guettait voir en sachant que les deux marches traitres n’étaient pas loin d’eux, quand on le savait pas on avait tendance a passé le pied au travers, ce piège était sur la droite de l’escalier, mais sil constata avec soulagement qu’elle passait a leu niveau en longeant bien la gauche, un craquement sinistre se fit entendre mais rien de plus. Il passa ensuite à son tour mais lui en enjambait les marches, il était certainement plus lourd qu’elle, et même en passant par la gauche il serait passé au travers.

-Y en a beaucoup de comme ça?

Il ne sut pas tout de suite si elle parlait des marches de l’escalier qu’ils étaient en train de gravir, ou si elle parlait du nombre d’escalier dans le bâtiment… allez Am stram gram… on va dire les escaliers, puisque l’ascension du leur était presque terminée, donc il n’y avait pas lui de demander les marches.

"Oh oui, il y en a pas mal, des petit des grands, des en bois des en pierre… on passe son temps à monter et à descendre ici… D’ailleurs je te ferais visiter la véranda il y en a un pas banal avec une coupole en cristal au dessus.

Apres une ascension anormalement longue ils arrivèrent sur le fin de l’escalier quand un nouveau craquement se fit entendre, celui la il le connaissait très biens. C’était celui des articulations d’un être vivant. Comme ca ne venait pas de lui et qu’ils étaient tous seul dans le secteur, c’était elle qu’il l’avait fait.

" Woé, c’est douloureux ça."

Il connaissait bien ce que ca faisait, après certains combats plutôt acharnés, il le faisait aussi pour se remettre les articulations en place. Les combat de shikigamis étaient féroce et ca cognait dur, il n’était pas rare de déboiter une épaule ou un autre truc dans le genre à son adversaire. Elle se pencha vers l’avant une fois arrivée au sommet donnant l’impression d’une personne qui venait de courir un marathon. Il émit un soupir et ne préféra même pas relever, ca risquait de jeter encore un froid.

-Et maintenant?

"Et maintenant couloir de gauche, on tombe sur le dortoir des filles. Je t’attends la, j’ai quand même un minimum de respect de l’intimité des jeunes filles humaines."

Il s’adossa contre le mur et croisa les bras. En voyant le regard qu’elle lui lançait il ajouta à la suite :

"T’inquiète, y a rien la bas… juste une porte à ouvrir… si je me rappelle bien ce que m’a dit Selenda la N°11 est celle ou il y a le moins de personnes... mais c’est à toi de voir celle qui te conviens."

Il la regarda s’éloigner dans le couloir, il avait l’impression qu’elle lui avait jeté un regard de reproche avant d’y aller, mais il ne comprenant pas pourquoi. Bon alors ensuite par quoi il allait bien pouvoir continuer de lui apprendre ?. Tout ce qu’il y avait dans la chambre il allait bien falloir qu’elle se débrouille toute seule car il était résolu à ne pas aller dans le dortoir féminin, et comme lui il n’avait pas vraiment de chambre, il ne pouvait pas non plus le faire chez les les garçons. Donc il avait dit qu’il procéderait par ordre dans la journée. Donc le matin au levé : dans la chambre. Ca elle était en train de le découvrir. Ensuite les humains prenaient leur petit déjeu… oh non pas déjà la cuisine… eh ben si… pas le choix… ca va être fun tien… Il attendit plusieurs longues minutes son retour, se" préparant mentalement pour le futur apprentissage. Allons bon elle ne s’était quand même pas blessée avec un pauvre lit et une pauvre pomme de douche. Il eu un soupir de soulagement en la voyant revenir intacte sans bleus ni hématomes. Visiblement la mine maussade, il se risqua de demander ses impressions.

"Alors ? Quoique, attend ne dit rien laisse-moi deviner… … catastrophique ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Dim 19 Juin 2011 - 4:56

J’arrive pas à le croire… Jamais j’aurais cru avoir à gravir autant d’escaliers. On dirait que j’ai tout intérêt à devenir leur meilleure amie si je veux que tout se passe bien… Eh bien, à défaut de pouvoir aller faire trempette tous les jours, je ferai connaissance avec toutes les marches de cet endroit. Mince, je crois pas avoir les chaussures adéquates pour monter et descendre des escaliers toute la journée. Alors, on va où?
Tu quoi? Non! Tu vas pas me laisser y aller toute seule!!! Des plans pour que je me blesse ou pire, que je meurs! Non mais qu’est-ce que tu me racontes? C’est quoi c’est histoire de respect? T’en a d’autres des conneries comme ça? Je ne te demande pas de venir les espionner dans leur salle de bain ou dans un vestiaire. Ce n’est pas une atteinte à la pudeur que tu risques, mais une non-assistance à une personne en danger. Moi, pour être plus précis. Je suis pas de cette époque, je risque ma vie simplement en traversant un couloir et toi tu veux m’envoyer en expédition pour me trouver une chambre? Mais t’es pas bien!
Je suis littéralement exaspérée. Mais bon, c’est comme tu veux… Si tu préfères ramasser les dégâts de mon décès plutôt que de jouer les baby-sitters, je n’y vois pas d’inconvénients. Bon, c’est faux, mais je peux pas te forcer non plus.
Une porte? Merci, je m’en serais doutée, oui. Sinon, bonjour l’intimité! Une chambre sans porte… Onze? Okay, mais vous les marquez comment vos nombre ici? Je crois être dans le passé de mon monde, mais j’ignore quelle culture prédomine ici… Si c’est écrit en petit romain, passe encore, mais mon mandarin laisse à désirer. Autre chose à signaler? Non?
-D’accord…
Je regarde le couloir dans lequel je m’apprête à partir en expédition périlleuse, puis me passe une main sur le visage avant de fourrer sans délicatesse ma serviette dans mon sac. J’espère pour toi que je vais revenir en un seul morceau… Je te laisse donc derrière moi et m’aventure dans cette succession de portes. Je me rends rapidement compte que chacune d’elle est numérotée à l’aide d’un ou de plusieurs chiffres arabe. La méthode la plus répandue quoi. Encore heureux! Alors, alors… Un… Trois… Cinq…
Onze! M’y voilà. Bon, j’espère que ce n’est pas verrouillé, parce que je n’ai pas ce qu’il faut pour ouvrir une porte d’un aussi vieux modèle. Pourquoi faut-il toujours que je touche ce qui m’entoure? C’est dégoutant! Je grimace avant de poser la main sur la poignée et de tourner. Par chance(?) elle s’ouvre sans que j’aie à intervenir. J’aurais presque trouvé cela étrange si je n’étais pas habitué à des réactions semblables de la part des objets de mon époque.
Qu’est-ce que c’est affreux. Encore une fois, je constate que «la mode» a longuement eu le temps de changer et d’être réinventée entre maintenant et l’époque d’où je viens… Je pousse un soupir interminable et pénètre dans cet endroit qui serait – inévitablement et contre mon gré- ma chambre. Je m’adosse à la porte pour la refermer, puis fais quelques pas vers le centre de la pièce. Deux lits semblent avoir été défaits. Sur les deux autres, les draps sont tendus et le seul creux qu’on puisse voir sur chacun d’eux est créé par un petit objet en métal. Je m’approche du lit le plus loin de la porte et me penche vers le lit. J’ai déjà vu ce genre d’objet… Ça y est! C’est une clé, très vieille vu son apparence, mais une clé. J’hausse les épaules, l’attrape et passe mon doigt dans la sorte de loupe en corde accrochée à l’une des extrémités, tout en posant mon sac sur le lit. Je ne sais pas si je fais bien de faire confiance à des gens que je ne connais pas, mais vu ce que j’ai à faire, il est préférable de ne pas avoir tout ça dans les bras. Cet endroit me déplait, mais je vais survivre… Je fouille dans mon sac et attrape mon agenda personnel, je l’enfoui dans la poche de ma jupe. Ensuite, j’attrape ma chemise et la met, mon maillot est presque entièrement sec. Ah! Je mets la main sur mes lunettes et me les mains sur la tête. Enfin, je les mets, puis les remonte comme s’il s’agissait d’un bandeau. Les mains sur les hanches, je tourne lentement sur moi-même et observe la pièce. C’est quoi cette autre porte? Elle n’est pas complètement fermée, alors je m’approche. Comme je n’aurai pas à l’ouvrir, rien ne m’empêche d’aller y jeter un œil.
-Ahhhhhhh!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je m’écarte d’un bond et plaque ma main droite sur ma bouche. C’est…C’est… Non! Non, jamais! J- Hors de questions! Je refuse de faire ma toilette dans ce… Je n’ai même pas de mots assez forts pour qualifier cette chose à sa juste valeur! Je secoue farouchement la tête puis fait demi-tour. J’envoie la clé rejoindre mon agenda dans ma poche, puis me masse distraitement la nuque en regardant encore une fois le mobilier.
Je me rends subitement compte que je fais pitié, avec comme seule possession un petit sac que même un enfant peinerait à remplir avec son strict nécessaire. En gros, je ne possédais pas grand-chose. Chouette! Comment suis-je sensé me refaire une vie lorsque tout ce que je possède ne suffit même pas à me vêtir correctement?
Le seul avantage, qui est d’ailleurs pour les autres filles avec qui je partagerai cette chambre, est que je ne prendrai pas grand espace de rangement. Si je me fie à ce que je vois, on dirait que dans cet endroit, tous les tiroirs sont assemblés par petit groupe et ne sont même pas encastrés dans le mur… Un seul me suffira. Une source de conflit en moins avec mes colocataires…
Je replace mes cheveux d’un simple geste de la main, puis me diriges vers la sortie. Je préfère réduire le temps que je passerai ici. Dans le couloir, je regarde la porte un instant. J’hésite un moment. Est-ce que je dois verrouiller? Ce ne l’était pas lorsque je suis arrivée, mais… Je décide de laisser la porte déverrouillée, au cas où l’une des autres occupantes n’aurait pas sa clé.
Je chasse ces visions d’horreurs, ou du moins j’essaye, en rabaissant mes lunettes. J’aperçois mon guide au bout du couloir, je me dirige vers lui, essayant toujours d’oublier les horribles choses avec lesquelles je devrai vivre de retour dans ma chambre. À peine j’arrive à ta hauteur que tu me demande mes impressions. Dans la même phrase, tu tentes de répondre à ma place. Je suis à peine surprise de voir que tu t’approches de la vérité.
-Catastrophique? Non. C’était simplement hideux. Quoi que…
Je grimace de dégoût en me remémorant cette horrible vision…
-J’ai failli avoir une attaque lorsque j’ai découvert l’effroyable petite pièce adjacente à la chambre. Je crois qu’il s’agit d’un échantillon de feotus de salle de bain.
Échantillon ou pas, je me demande encore comment je vais faire… Oui, il y aura tout un processus d’adaptation à traverser avant de trouver normale l’utilisation de tout ce que cache cette autre porte…
-Maintenant que j’aie ma chambre… La prochaine étape, c’est quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Mar 21 Juin 2011 - 11:56

-Catastrophique? Non. C’était simplement hideux. Quoi que…

Rien qu’à voir la tête qu’elle faisait cela en disait long. Eh beh la pauvre c’était le moins pire que ce qu’elle allait voir par la suite. Il se demandait sérieusement s'il n’allait en fin de compte la surveiller de temps en temps d’un œil discret, il avait la drôle d’impression qu’elle allait finir par devenir marteau au bout d’un moment… décidément c’était plus fort que lui, fallait qu’il se porte protecteur des humains.

-J’ai failli avoir une attaque lorsque j’ai découvert l’effroyable petite pièce adjacente à la chambre. Je crois qu’il s’agit d’un échantillon de feotus de salle de bain.

Il haussa un sourcil. La salle de bain ? Elle espérait une baignoire en or aseptisée. Bah ce n’était pas le cas… bon c’était quand même propre bien que vétuste, mais visiblement ça n’avait pas l’air de lui convenir… ça sera drôle tien quand il lui parlera des toilettes.

-Maintenant que j’aie ma chambre… La prochaine étape, c’est quoi?*

"Un fois levés, vous allez manger si je me trompe pas, donc direction la cuisine. Autant te prépare psychologiquement maintenant, en te disant que rien n’est automatisé, faudra faire travailler tes petites mains. C’est en bas que ça se passe."

Il se tourna et reprit la direction de l’escalier. Au moins descendre ne lui poserait pas de problème… Il engagea sa descente sur la première marche quand il arrêta son mouvement.

"J’ai oublié de te dire… pour les envies pressante… les toilettes sont sur le palier…."

Dire « sur le palier » passerait certainement mieux que dire « communes », cela aurait été sadique de sa part. Il la regarda un instant, elle avait l’air sur le point d’exploser… elle devait penser qu’elle était tombé en enfer… la pauvre… il compatissait quelque peu. Il se détourna et entama la descente de l’escalier qui ne prit pas plus d’une minute. Il attendit qu’elle le rejoigne. Une fois en bas il lui montra du doit le couloir qu’ils allaient emprunter pour se rendre à la cuisine. Celui-ci était un peu plus sombre que le précédent. Ils marchèrent quelque peu et ils arrivèrent finalement devant un e autre grande porte, elle menait sur la salle à manger.

"Oui je sais, encore une porte."

San autre préambule il posa sa main sur la poignée et l’enclencha. Ils découvrirent (comme d’habitude) une vaste grande salle très longue avec des tables alignées drapées de nappes blanches a la manière des restaurants sur les murs de gauche et droite de la pièce se trouvaient de grandes baies vitrées encadrées de gros rideaux rouge en velours, dans la pièce flottait une odeur de graisse et cuisine froide. Par les vitres de droite l’on avait une belle vue sur le lac, de l’autre côté une vue sur le cimetière au loin. Il s’attendait à ce qu’elle fasse une remarque sur les lieux. Quand ce fut fait il se contenta de hausser les épaules et présenta la pièce d’un geste de la main

"La salle à manger. La suite se passe las bas."

Il lui montre du doigt le fond de la pièce qui emmenait vers les cuisines. Ils avancèrent entre les tables. Il continua de fixer le point de leur destination sa faire attention aux décors au travers des baies vitrées. Il poussa les portes battantes pour accéder à la cuisine et en retint une pour laisser passer la jeune fille. Il la prévint cependant.

"Celle-là sont traitres, elle ont tendance à te revenir dans la figure assez rapidement"

Ça aurait coulé de source pour n’importe qui de cette époque mais pas forcément pour elle. Ils contemplaient la cuisine (bien connue de Beast et Lana XD) avec des plans de travails des placards, des ustensiles accrochés, et l’ilot central.

"Faudra pas compter sur moi pour te monter comment cuisiner… je suis un esprit de combat, la cuisine ne fait pas partie de mes attributs."

Il se tourna face à elle et lui montra ses ongles-griffes.

"Et avec ça, les petits objets j’ai du mal à les utiliser."

De toute manière, la cuisine il n’y connaissait rien et ce n’était pas son souci, comme n’importe quelles autres taches ménagères.

"Ne fait pas cette tête l. y a des bouquins dans la bibliothèque qui relatent de la cuisine…"

En espérant que cela pouvait aider. Il pouvait lui monter pas mal de chose mais il avait été clair que tout ce qui relatait à la cuisine ce qui sous entendait les tâches ménagères ce n’était même pas la peine de lui demander. Déjà par ce d’une, il n’y connaissait rien, et de deux, qu’un shikigami n’est pas fait pour faire ça. Il la laissa explorer un peu le lieu, il y avait aussi une pièce annexe dédiée à la fabrication des pâtisseries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Jeu 7 Juil 2011 - 21:16

Eh bien, direction la cuisine! J’espère que leur système incendie est bien entretenue, parce que ça promet nous deux en cuisine… Je me demande s’il y aura un monstre comme pour le lac. Parce qu’on dirait que rien ne peut être de toute normalité ici. Eh! Mais pourquoi tu t’arrêtes!? T’as envie de te faire bousculer? Tu cherches une excuse pour me sauter dessus? Une chance que j’aie encore le contrôle de mes jambes, il s’en est fallu de peu!
Sur le palier? Attends…Tu veux dire que les petits coins sont public!?!??!Ça y est, je vais mourir! Je sens déjà plus mon pouls! J’ai un point au niveau de la poitrine et je jurerais avoir des engourdissements dans le bras gauche. Mon cœur va lâcher, j’en suis certaine! Bientôt je vais voir de petites taches me tourner autour, il va faire froid et je vais perdre connaissance. Avec un peu de chance, je découvrirai ce qu’il y a au bout de ce fameux tunnel… Tout ce que j’espère c’est que ce ne soit ni un train ni un bus. Ça y est! Je me sens partir et-.. Hey!!! Tu vas quand même pas me laisser mourir toute seule!
Pourquoi il faut toujours que tu fasses exactement le contraire de ce à quoi je pense? Maintenant, me voilà obligée de descendre ces escaliers pratiquement au pas de course pour te rattraper. La mort sera pour une autre fois on dirait…
J’ai à peine le temps de te rattraper que tu me sors une phrase que je déteste déjà, mais à laquelle je devrais sans doute m’habituer. Et oui, encore une porte. Je les hais! Lorsqu’elle s’ouvre et nous dévoile ce qu’elle cache, la seule pensée qui me vient est : Toujours et encore plus de laideur. Il y a vieillot et vieillot. Je vais finir par croire que le thème ayant inspiré les décorateurs est «Le merveilleux mondes est immondices de la mode et déco intérieur.» Quoi qu’il en soit, je préfère ne pas m’attarder à ce que je peux voir dans la salle. De plans pour que j’aie une migraine titanesque.
Comme d’habitude- comme si j’avais vraiment le choix- je te suis, essayant de ne pas accrocher tout ce qui passe à ma porter. Nous arrivons finalement à la cuisine. Je m’étonne de ta «galanterie», me doutant bien que cela cachait quelque chose, quelque chose qui m’échappait évidemment. Je fais quelques pas, découvrant davantage cette pièce où il est commun- à cette époque bien sûr- de faire à manger. J’ai juste le temps de regarder bizarrement une espèce de grosse boite en métal qui s’emble s’ouvrir comme les portes qui se trouvent sur les murs- Je me demande ce que c’est- que ta voix me rappelle à l’ordre.
Viens-tu vraiment de me dire que ces portes étaient dotées de personnalités? Je te regarde bizarrement et fronce les sourcils. Je cherche à comprendre comment de simple objet peuvent être traîtres… Je m’apprêtais même à te demander jusqu’à quel point tu pouvais être mentalement atteint pour attribuer des caractéristiques humaines à des objets inanimés quand tu abordas un sujet très important.
La cuisine? À oui, on était ici pour parler de ce concept qui consiste à faire à manger… Mais pourquoi ne pourrais-tu pas m’aider? Serais-tu aussi incompétent que moi avec les habitudes de ce siècle? En effet, tu t’empresses me le confirmer, en utilisant d’autres mots. Alors comme ça, chaque esprit n’est doué que dans un seul domaine… Pas très utile. Par contre, lorsque tu me montres l’un de tes attributs – par le plus grand des hasards il s’agit de celui qui m’incommode le plus- je comprends bien vite que même si tu le voulais, tu ne serais en effet pas d’une très grande aide. Alors comme ça, en dehors des combats tu es une sorte de gros boulet inadapté au monde dans lequel il a atterrit? Très amusant… Oups, non, ça c’était méchant… Encore heureux que je ne l’ai que pensé, j’aurais encore dû te présenter mes excuses… Je secoue la tête pour penser à autre chose.
"Ne fait pas cette tête. Il y a des bouquins dans la bibliothèque qui relatent de la cuisine…"
Des quoi? Rah! Et je ne fais pas la tête bon!
-Des bouquins? Tu veux me faire lire un livre, des livres!? En papier? Gémis-je en faisant une moue découragée.
Même si j’avais mon agenda, il me faudrait quand même tourner les pages pour les scanner. Ensuite, mon gadget d’amour ferait tout le travail de lecture à ma place et il me suffirait de le laisser me lire les instructions. Mais le travail avant la facilité serait néanmoins pénible. Non mais! Du papier! Ils ont idée des conséquences que cette industrie a causées!? Ah, oui…J’oubliais qu’ils n’en auront jamais conscience puisqu’ils seront morts avant de les connaître. Eh merde…
Mais j’ai pas envie de feuilleté un tas d’ouvrages culinaires! Je ne manipule pas cela, moi, du papier! Je suis certaine de me couper!
-Bon, comme tu ne peux pas m’aider pour cette partie de la visite, t’as qu’à me faire faire un petit tour vite fait de cet endroit et des trucs bizarres qui y sont. Puis, on ira ailleurs… Mais il va falloir passer voir ces bouquins à un moment où à un autre. Ça te va? Je suggère d’ailleurs de passer à ce qui ressemble le plus à un centre de soin avant. Je risque fortement de me faire mal avec ces toutes les feuilles de papier que j’aurais à manipuler, je le sens.
Ne me prend pas pour une folle ou une chochotte, je ne viens pas d’ici. Tu te rappelles!? Et je préfère ne pas prendre de chance avec toutes les choses malsaines qui doivent traîner par-ci par-là. J’espère ne rien attraper, je suis trop jeune pour mourir! Même si relativement parlant, je suis même pas encore née… Quelle horrib
le situation!
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Jeu 14 Juil 2011 - 9:24

-Des bouquins? Tu veux me faire lire un livre, des livres!? En papier?

« Non en métal, c’est bien connu ça… » Aurait-il été tenté de lui répondre. A cette époque très reculée de la sienne les livres numériques n’existaient pas encore, alors forcément bien évidement qu’ils étaient en papier. Il pu retenir un signe d’agacement en se plaquant la main sur le visage, mais ne relève pas verbalement. D’un coté voir la tête qu’elle faisait en en parlant c’était vraiment amusant. Quand même… traité de la sorte un objet aussi important, c’est, pour sa part montré un irrespect pour les informations qu’ils contiennent.

-Bon, comme tu ne peux pas m’aider pour cette partie de la visite, t’as qu’à me faire faire un petit tour vite fait de cet endroit et des trucs bizarres qui y sont. Puis, on ira ailleurs… Mais il va falloir passer voir ces bouquins à un moment où à un autre. Ça te va? Je suggère d’ailleurs de passer à ce qui ressemble le plus à un centre de soin avant. Je risque fortement de me faire mal avec ces toutes les feuilles de papier que j’aurais à manipuler, je le sens.

Il ouvrit grand les yeux de stupeur.

"Attend me dit pas que tu pense te couper avec… "

Il s’interrompit, en fait c’était encore pire que ce qu’il pensait de la situation. Il n’avait plus l’impression de se rendre compte de la quantité de travail qu’il allait devoir à faire, il allait exploser avant la fin ce n’était pas possible autrement.

"Très bien ne nous attardons pas alors. On va a l’infirmerie, c’est pas loin."

Endroit qu’il connaissait bien pour y avoir été une fois plongé dans un profond sommeil pendant trois jours. Suite à un combat épic avec une elfe tout aussi millénaire que lui. Tout deux avaient bien faillit frôler la mort de la main de l’autre. Et dire que c’était censé être un combat amical, qu’est-ce ce que ca aurait été si ca avait été pour de vrai... bon fallait dire que c’était en condition réelles car ils avaient utilisés leur armes l’un contre l’autre, entrainement grandeur nature qui avait momentanément détruit l’intégralité du salon…

Pour s’y rendre c’était simple, en sortant dans la salle à manger il suffisait de tourner a droite et marcher une dizaine de mètres et d’ouvrir la porte. Il lui fit signe de le suivre et franchirent de nouveau les portes battantes qui séparaient la cuisine de la salle à manger. Ils retraversèrent cette même pièce et ressortirent finalement dans le couloir. Comme prévu il bifurqua dans le couloir de droite, en passant devant les innombrables tableaux qui peuplaient les lieux et arrivent encore devant un nouvelle porte dont il se douta que ca n’allait pas encourager la jeune humaine, celle-ci les toute fois était différente des autres, elle était blanche avec une crois rouge dessus. Ce fut lui qui l’actionna pour éviter qu’elle se trouve de nouveau insupportée par le fait d’ouvrir cette dernière. A l’intérieur la pièce était aussi blanche que la porte en elle-même, le sol était recouvert de calage. Le rideau était tiré sur la fenêtre. A coté du mur se trouvait deux lit eux aussi recouvert de couverture blanche. Tout au fond de la pièce il y avait tout le matériel de soins. Ainsi qu’une armoire a pharmacie qui contenait divers produite des soins comestibles ou pas. Il lui fit signe de s’approcher de l’armoire et des accessoires.

"Tu dois, je pense, savoir a quoi ca sert tout ca. Enfin du moins j’espère… moi je ne saurais pas ire comment ca marche j’en ai pas besoin, me régénère tout seul."

Il ouvrit ensuite l’armoire à pharmacie au dessus. Cette dernière contenait des pansements, du sparadrap du contons des compresses, du sirop pour la toux, de l’alcool a 90° sa boisson forte préférée, oui pour les shikigamis de son niveau et de sa trempe, l’alcool traditionnelle était pour eux, du petit lait, oui, oui même le saké bien entendu. Il y avait aussi divers boites de médicaments.
Il prit une boite de pansements et un petit flacon de désinfectant et une boite de coton, et lui mit gentiment de les mains pour éviter de la griffer.


"Bon vu ce que j’ai compris, je pense que tu auras tout intérêt à garder ca en permanence sur toi. Au moins si tu as un petit pépin tu auras de quoi y remédier immédiatement "

Il posa sa min sur la porte de l’armoire et regarda longuement la bouteille d’alcool à 90°. Cédera ? Cédera pas ? Il était fortement tenté par ce petit remontant, mais la voix de la raison l’emporta, ce n’était pas vraiment le moment, il avait un apprentissage à assurer, sur quoi il referma la porte tandis que son reflet dans le miroir qui y était accroché le regardait. Il détourna le regard pour le replonger sur le jeune humaine, Il lui fit signe de la tête pour lui dire qu’il allait sortir, lui montrer le reste de ce qu'elle devait savoir.

"Bien maintenant que tu as de quoi te sauver si tu te blesse, on va aller voir les bouquins, comme ca se sera fait. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Ven 19 Aoû 2011 - 10:08

Non mais c’est quoi ce regard? Si je te dis qu’il y a des chances pour que je me blesse, c’est qu’il y en a! Mais qu’est-ce qu’il va falloir que je fasse pour que tu comprennes que d’où je viens les arbres on y fait attention. J’ai été gentille en plus, je t’ai épargné tout le bazar du pourquoi et du comment expliquant pourquoi la coupe de bois est devenue interdite. Je remercierai le ciel plus tard de ne pas t’avoir laissé aller plus loin dans les protestations. Il va falloir travailler sur notre communication… On verra plus tard pour la confiance…

Je te suis dans la salle à manger en me disant qu’il y avait de bonne raison pour que tu ne sois pas guide touristique, mais je ne m’en plaindrais pas puisque tu me taperais royalement sur les nerfs à me décrire telle ou telle pièce ou en me racontant telle ou telle histoire au sujet d’un objet. Oui, décidément. Ne change pas de ce côté-là. On finit par rejoindre le couloir, encore une fois je te suis sans poser de questions. À quoi ça servirait de toute façon?

Je me mis alors à regarder les tableaux qui défilaient. Non pas que l’arrière de ta tête sois pénible à contempler, en fait j’ai surtout très envie de la caresser tout comme tes oreilles – c’est de ta faute, t’as qu’à pas autant ressembler à un chat-, mais comme je me vois mal te toucher, autant m’occuper à autre chose. Alors je faisais le compte. Je dénombrais trois vieux messieurs à moustaches, deux des dames qui avaient l’air tout sauf sympathique, une dizaine de jeunes hommes à peine sortis de l’adolescence, presque autant de demoiselles du même âge, et peut-être huit filles et garçons pré pubères. Évidemment, je me demandais qui c’étaient – ou sont? Peut-être étaient-ils encore en vie?-, mais je n’eus pas le temps de m’attarder à savoir pourquoi leurs photos étaient accrochées à ce mur. Tu venais de t’arrêter devant une porte. Ce devait-être là. Je suppose…

Cette grande porte blanche détonnait tellement du lot. C’était censé être l’infirmerie, non? Alors pourquoi je me sentais toute drôle juste à l’idée que je devais y entrer? Et puis pourquoi il y avait une crois rouge? C’est pas pour vous décevoir les enfants, mais les pirates ne font pas leur croix sur les portes. Vous savez pourquoi? Parce que ça-n’-ex-is-te-pas! En plus c’est complètement débile sur une porte, comment tu veux creuser…
Lorsque tu ouvres cette porte- je te remercierai un autre jour- je sens mes genoux s’agiter. Mince. J’avais oublié à quel point j’avais horreur de tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un hôpital. Mais je fais un effort. Je prends sur moi et te suis à l’intérieur. La panique et le malaise n’eurent pas le temps de prendre possession de moi lorsque mes yeux balayèrent la pièce, mon cerveau fut trop occupé à se concentrer sur ce dont j’aurais besoin. J’ai à peine le temps de dresser une liste que je me rends compte que tu ne fais plus parti de mon champ de vision. Ça me fait tout drôle, mais je m’inquiète l’espace d’une seconde. Ben quoi, je me demande où tu es… Je te cherche donc du regard et pose mes yeux sur toi juste à temps pour percevoir le signe que tu me fais.

Comment ça tu te régénères tout seul? Ah, d’accord, encore un autre truc magique… Alors que j’arrive à ta hauteur, je ne peux m’empêcher de me demander si la douleur joue un rôle dans ta ‘’super guérison’’. Après tout, ce serait vraiment très injuste si non seulement tu te régénères tout seul, mais qu’en plus cela se fait sans douleur, non? Pour qu’il y est un semblant de justice, il faudrait que tu ressentes une douleur relative au temps que cela prend normalement à un corps pour guérir. Hum…Je ne crois pas que cette réflexion serait très bien vue si elle était dite à voix haute…

-Ça va aller, je me débrouillerai bien toute seule d’une façon ou d’une autre.

Ça ne doit pas être si difficile! En quelques sortes, tout ce que tu me fourres dans les mains, se trouvent à être l’ancêtre de ce que on utilise d’où je viens. Dans le pire des cas, j’ai mon merveilleux agenda.

Okay, si je suis pour trimballer ça avec moi tout le temps… Il vaudrait mieux pour moi que je trouve quelque chose de plus pratique pour transporter ce nécessaire à ma survie. Ou moins, quelque chose de plus efficaces que de tout traîner dans mes mains. Parce que là… Je jette un coup d’œil sur ce qui se trouve à ma portée. Là tout de suite, je ne vois rien qui puisse convenir. Je peux bien essayer de mettre quelques trucs dans mes poches, mais c’est évident que je me retrouverais quand même avec trop de choses dans les mains pour agir aisément. Et puis zut! Il me semblait bien avoir aperçue quelque chose ressemblant à des chiffons. Je crois qu’ils utilisent ça soit pour nettoyer une plaie ou encore rafraîchir les fronts fiévreux… J’en attrape et pose tout ce que je tiens au centre avant de nouer les extrémités. Oui, on a clairement déjà vu mieux, mais on fait avec les moyens du bord. Et de toute façon, il me sera certainement plus facile de faire ce que j’aie à faire en trimbalant ce baluchon de fortune qu’en essayant de tout garder dans mes mains. Bon…

Hey! Mais où tu vas!?

On repart déjà? Et bien d’accord. Je t’emboîte le pas aussi rapidement qu’il m’est possible de le faire et nous quittons cet endroit qui me donne l’impression d’être nauséeuse. Je me demande déjà qu’elle impression j’aurai en manipulant quelque chose d’aussi vieux qu’un livre en papier… C’est tellement désuet là d’où je viens qu’il n’est pas rare qu’un être humain passe une vie entière sans jamais en toucher un. Et moi qui dois en manipuler plusieurs! Est-ce une bonne chose? Je en suis pas convaincue que ça puisse être quelque chose de mauvais en soi, si ce n’est de la partie où je suis pratiquement certaine de ma blesser. Mais sinon..

-Et après les livres? Je ne sais pas combien de temps ça prendra, mais ça m’étonnerais que nous passions une éternité dans cette bibliothèque. Alors la prochaine étape ce sera quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Jeu 25 Aoû 2011 - 11:45

-Et après les livres? Je ne sais pas combien de temps ça prendra, mais ça m’étonnerais que nous passions une éternité dans cette bibliothèque. Alors la prochaine étape ce sera quoi?

Dans un premier temps il acquiesça d’un signe de la tête, ouvrir un livre et tourner une ou deux pages n’allait pas prendre 15 ans non plus, après n'y avait qu’à répéter le principe sur d’autres livres. Quoique vu la grandeur de la bibliothèque en faire tout le tour prendrait un certain temps. Voyons, voyons, il y avait quoi d’autre d’important ensuite… après y avait plus de super utilitaire sinon les salles spéciales et l’extérieur au-delà du parc

"Après ? Après c’est surtout pour trouver de quoi occuper tes journées, c’est pas d’utilité vitale."

Il attendit la jeune fille à la porte de l’infirmerie et sortit à sa suite. La bibliothèque se trouvait dans l’aile Est du manoir, il faudrait donc passer par le hall d’entrée pour accéder à cette autre partie du bâtiment. Une fois qu’elle l’eut dépassé il referma la porte à sa suite. Il pointa du doigt l’extrémité du couloir oui une source lumineuse brillait au bout. Ils commencèrent alors leur cheminement en traversant ce couloir similaire à tellement d’autres ici. Et débouchèrent sur le palier supérieur du hall surplombant l’escalier et la grande porte magique. Ils n’auraient pas besoin de descendre jusqu’en bas, ils devaient continuer out droit pour accéder à l’autre côté du palier. Ce qu’ils firent. Le shikigami se stoppa brusquement en plein milieu de l’escalier et tendit son bras devant la jeune fille pour qu’elle s’arrête. Il entendait quelque chose, quelque chose que l’ouïe des humains ne pouvait pas entendre. Il avança d’un pas et tendit l’oreille devant lui. Sa queue remua légèrement, comme les prédateurs à la traque silencieuse de leur proie. Le son en questions e rapprochait et venait vers eux… pas bon cç.

Il se tourna vers la jeune fille, et lui indiqua de ne pas faire de bruit en levant son index devant sa bouche, sur quoi il se retourna et commença à descendre l’escalier prudemment. Le son était tout près, il pouvait le reconnaitre distinctement maintenant. Des démons appelés youkaïs étaient en approche et allaient franchir la barrière dimensionnelle. Il se mit en posture de combat.
Quelques instants après les démons se matérialisèrent en bas de l’escalier et foncèrent dans leur direction. Il y en avait une petite trentaine Il prit son élan et sauta en direction de ses assaillants toutes griffes dehors. Il en détruisit quatre ou cinq d’un seul coup avant de retoucher terre. Heureusement que ceux la il suffisait de leur donner un coup de griffe ou un simple choc pour qu’ils se retrouvent coupés en deux pour disparaitre ensuite. Une partie de la horde changea de direction et revint vers le shikigami. Il se retourna et fit deux saltos arrière pour éviter la collision avec les monstres. Il prit appui sur le mur derrière lui pour pouvoir se propulser et les détruire d’un coup tournoyant. Il se réceptionna tandis qu’un nouvel assaut des adversaires lui arrivait de face. Il serra les poings et attendit qu’ils arrivent jusqu'à lui et les mitrailla de coup de poing les détruisant un par un.


"Alors quoi, c’est tout ? Allez, Vous m’avez habitué à mieux que ça"

Il avait l’impression d’en avoir vu plus que ça. Et pour cause. Le reste avait entouré la jeune fille et commençaient à se resserrer vers elle. En voyant cela il devin fou furieux, les youkaïs n’avaient pourtant pas l’habitude d’attaquer un être humain isolé. Il courut en remontant l’escalier. Il grimpa sur la rambarde pour sauter et atterrir juste à côté de la demoiselle dans le cercle de monstres qui les touchaient presque. Aussitôt Il la prit dans ses bras et prit son élan et sauta pour s’échapper dur cercle et se récptionèrent devant la porte qui était initialement leur but de l’autre côté su palier et reposa la demoiselle.

"Ca va ?"

Le cercle de youkaïs se dissipa pour revenir autour deux pour en former un autre. Décidément qu’est-ce que ça peut être bête et têtu ces créatures.

"Lâchez-la ! !"

Le cercle formé pas créature arrêta de se resserrer autour deux. Il dévisageait chacun youkais du regard en faisant un panoramique. Ces derniers s’éparpillèrent alors et prirent la fuite par le couloir d’où nos héros sont arrivés.

"Hey, revenez-ici immédiatement !"

poussa un soupir avant de se retourner.

"Quelles créatures lâches et stupides, je te jure ! Je m’en occuperais plus tard."

Il entreprit de reprendre leur chemin comme s’il ne s’était rien passé, il ouvrit la porte qui donnait accès à l’aile droite du bâtiment.

"C’était un aperçu de mon quotidien ça."

Il émit un soupir las et prit la tête de leur escapade pour lui guider du chemin. Le couloir était très similaire à celui qu’ils avaient emprunté un peu plus tôt. Un vrai labyrinthe pour s’y perdre. La porte qu’il cherchait était de loin visible car elle était très grande. Ils s’arrêtèrent devant.

"On y est."

Il poussa cette dernière et rentra tous deux la pièce. Elle était très grande avec de hautes étagères remplies de livres de toutes formes de toutes couleurs, plus ou moins anciens. Il y avait quelques tables par-ci par là pour se poser et lire son livre.

"Y a du choix non ?" ajouta-il ironiquement avant de reprendre "Bien au boulot"

Il s’avança vers l’étagère de gauche et prit le premier livre qui lui tomba sous la main. C’était un petit livre à la couleur violette avec intitulé sur sa couverture « Manuel Avancé de la préparation des potions »
De tous les livre qu’il y avait devant lui en voila un qui allait certainement la faire sauter au plafond… prafait, raison de plus pour faire un exercice constructif et lui donna l’ouvrage.


"Tiens, montre-moi comment tu t’y prendrais"

Ce qui en soi n’avait rien de compliqué mais on pouvait s’attendre à tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Lun 29 Aoû 2011 - 22:54

Occuper mes journées dis-tu…Hum. Je me demande bien ce que cet endroit pourrait m’apporter étant donné que le seul point d’eau que j’ai croisé n’est clairement pas propice à la baignade. Il me faut avouer que je n’aie pas de réel passe-temps non plus. Depuis déjà quelques années je ne fais que travailler, me nourrir, me baigner et dormir. Qu’est-ce que je pourrais bien faire de tout le temps libre dont je disposerais? Bon, au début il sera surtout constitué d’entraînement pour ce qui est de ma survie dans cette époque préhistorique, mais un de ces jours…

Ah, oui, on va ailleurs. Je te rejoins afin de quitter l’endroit, puis laisse mon corps te suivre tandis que mon esprit s’enfuit sans retenue, s’évadant je ne sais où pour penser et réfléchir librement. Je ne me souviens plus de tout ce qui me passa par la tête, tout ce dont je me rappelle c’est de m’être demandée comment cet endroit choisissait ceux qu’il prenait comme prisonnier. Je n’avais rien de très particulier, du moins, dans l’époque d’où je viens…

Soudain, je remarque que tu ralentis- et que donc moi aussi étant donné que je ne fais que te suivre- et mes yeux glissent le long de ton dos jusqu’à ce que leur attention soit entièrement attirée par ta queue. Sale tentatrice! Suppo de Satan! Un pure appel au pêcher. C’est injuste de créer une telle chose pour ensuite en interdire l’accès. Je ne suis pas idiote, je sais bien que même si j’en meurs d’envie, je ne peux pas la toucher. Mais c’est si tentant! Elle ondule, aussi vicieuse qu’un serpent en me suppliant de la toucher. «Attrapes-moi» Me répète-t-elle encore et encore. Ah…

Pourtant je sais bien que ça en appelle au suicide que de se laisser tenter, pourtant…

C,est plus fort que moi, je me penche légèrement vers l’avant et tend la mains. J’y suis presque! Mais sans raison aucune, tu te retournes vers moi. Tu m’aurais entendu? Non, impossible. Tu aurais senti ce que j’allais faire? Encore moins. Pitié! Ne te fâche pas! J’essayerais plus de te toucher, promis, mais ne me frappe pas!
J’attends. Un cri, un coup, quelque chose! Mais rien. Tu ne fais que me faire signe de me taire. Pas de problème. Si c’est tout ce qu’il faut pour que tu oublies ce que j’allais faire, je me tairais volontiers! Mais…hey! Où tu vas? C,est quoi cette manie de toujours me laisser là? Je te crierais bien dessus en te demandant c’est quoi ton problème, après je ne t’avais même pas encore touché….

Seulement, encore et toujours, je me fis couper l’herbe sous les pieds. Cette fois, ce fut l’apparition de créatures encore plus étranges que toi qui m’empêcha d’ouvrir la bouche. C’était quoi ces trucs!? Non, en fait…Tu sais quoi? Je ne veux rien savoir. Ils sont laids à faire peur et je doute qu’il soit aussi patient que toi. Avec un peu de chance, ils ne feraient que m’arracher un membre ou deux…

Durant l’espace d’une seconde, je me crus au cinéma. C’était complètement irréel. Des coups, des cascades et des grognements de colère ou de souffrance, aller savoir. J’ignore pourquoi, mais mon corps se crispa sans prévenir, comme s’il appréhendait la suite. Hors de question que je finisse comme après notre rencontre avec le monstre du lac. Non, pas question!

Mais ces choses étranges ne semblaient pas avoir les mêmes projets. Je ne les avais même pas vus venir. J’étais littéralement encerclée. Je n’étais peut-être pas l’exemple même du courage, mais je dû user de toutes mes forces pour ne pas prendre mes jambes à mon cou. Ce qui assurément n’aurait fait qu’empirer les choses… Malgré tout, mon corps n’attendit pas ma permission pour me faire fermer les yeux, comme s’il croyait qu’en ne voyant plus ce qui se passait, je me sentirais mieux. Mais c’était tout le contraire. Maintenant je ne pouvais qu’attendre que le malheur me frappe et c’était tout bonnement insupportable.

Je perdis la notion du temps, je ne fis que sentir de la fourrure contre ma peau, puis quelques mots et une sensation de froid lorsque la fourrure s’éloigna. Je devine bien qu’il s’agissait de la tienne, mais sur le coup, on aurait dit que j’avais tout bonnement cessé de penser. Je dû me sentir en sécurité, parce qu’enfin mon corps consentit à me laisser ouvrir les yeux. Il n’y avait plus aucunes traces de ces créatures inconnues, simplement toi et moi.

Tu me fais rire. La façon dont tu parles de ce qui vient de se passer et surtout l’hostilité dont tu fais preuve à l’égard de ces créatures me rappellent à quel point tu peux être imprévisible. Après tout, il est évident que tu dois extrêmement prendre sur toi pour ne pas t’emporter contre l’ignorante que je suis dans cet univers. J’en aurais presque souris lorsque je me rendis compte qu’il t’avait suffi d’ouvrir la bouche pour faire oublier au stupide corps que je possède qu’il avait eu peur.

On retourne donc à nos occupations et nous nous retrouvons bien vite à destination. Tu ouvres la porte, encore une fois je t’en remercie, et je me retrouve face aux rêves de tous les historiens, anthropologue et archéologue de mon époque. Mais bien sûr, il n’y a qu’une pensée qui me vient, moi simple demoiselle ordinaire : Quelle horreur!

Ton ironie me laisse indifférente, ou presque. Des fois, je me demande si c’est une habitude chez toi ou si tu travailles d’arrache-pied pour sortir de telles remarques. Non pas que ça me mette en colère ou que ça me déplaise, c’est juste que ça me rappelle à quel point j’étais couper du monde dans ma vie d’avant. Je n’avais pas vraiment le temps pour tisser des liens. Avec qui que ce soit. Alors je suppose que d’avoir une connaissance dans ton genre pour commencer, ce doit être un bon exercice. Non?

Mon regard se promène distraitement dans la pièce, cherchant à se faire une idée de ce que pourrait lui apporter le contenu de ces livres. Je me questionne sur l’emplacement des livres traitant de la cuisine lorsque –merci à ma vision périphérique des plus honorables- je te vois te retourner vers moi et me tendre une de ces choses cauchemardesque.

Tu te moques de moi? C’est ça? Eh bien non…

-D’accord, émis-je dans un soupire entre l’exaspération et le dégoût.

Je prends alors le livre et pose mon baluchon de fortune à mes pieds. En me redressant, j’ouvre soigneusement la page couverture. Autant pour ne pas l’abimer que pour en pas me blesser. Lorsque mes yeux se posent sur les lettres qui s’y trouvent, je fais la grimace. Puis te jète un rapide regard accusateur. Mais pour qui me prends-tu?

-Potions? Non mais tu m’as bien regardé? J’ai l’air d’une sorcière? Je ne me balade pas avec un balais et je n,ai pas de grosse verrue poilue sur le nez à ce que je sache. Je suis peut-être pas jolie, mais je suis loin de ressembler à ces bonnes femmes adeptes des chats noirs, de la bave de crapeau, des ailes de chauves-souris et des écailles de dieu seul sait quelle espèces que l’on retrouve dans les ouvrages de fictions. Je viens juste du futur, rien à voir!

Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite, mais un grognement de frustration m’avait échappé et j’avais très peu gentiment laissé tomber le livre au sol pour m’en écarter en croisant les bras. J’avais laissé mon baluchon contenant ma trousse de survie personnelle derrière-moi, mais je n’en avais pas besoin dans l’immédiat. Pour le moment, je voyais- et devais très certainement l’être tout autant- rouge et n’avait qu,une envie : trouver ces fichus livres de cuisines pour en finir au plus vite.

-Non, mais…Et puis quoi encore. Une sorcière!? Moi!?
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Ven 2 Sep 2011 - 14:48

La jeune demoiselle prit l’ouvrage, tandis qu’il alla s’adosser contre une étagère face à elle et de croiser les bras. Il l’a regarda ouvrir soigneusement l’ouvrage avant qu’elle ne grimace en se rendant compte du titre de l’ouvrage. La remarque ne se fit pas attendre.

-Potions? Non mais tu m’as bien regardé? J’ai l’air d’une sorcière? Je ne me balade pas avec un balais et je n,ai pas de grosse verrue poilue sur le nez à ce que je sache. Je suis peut-être pas jolie, mais je suis loin de ressembler à ces bonnes femmes adeptes des chats noirs, de la bave de crapeau, des ailes de chauves-souris et des écailles de dieu seul sait quelle espèces que l’on retrouve dans les ouvrages de fictions. Je viens juste du futur, rien à voir!"

" Si tu te vois comme ca…"

Il lui afficha un sourire amusé avant de lui répondre sur un ton tout à fait innocent. Tandit qu’elle avait laissé tomber son livre et était partie un peu plus a l’écart

-Non, mais…Et puis quoi encore. Une sorcière!? Moi!?

"Boude pas, moi je n’ai rien dit, rien pensé, je n’ai que prit le premier livre qui m’est venu sous la main et te l’ai tendu… je n’ai même pas fait gaffe au titre"

Et c’était vrai en plus, pour une fois il n’y avait pas d’arrière pensées. Il émit ensuite un soupir et regarda sur le côté avant de reprendre

"Donc tu penses qu’il y a des espèces que l’on retrouve que dans les ouvrages de fictions n’est-ce pas ? si seulement tu savais… enfin tu t’en rendra bien vite compte par toi-même que la réalité dépasse bien plus souvent la fiction qu’on ne le crois. "

Il décroisa les bras et s’approcha d’elle. Il se pencha pour ramasser le livre qu’elle avait fait tombé avant de l’ouvrir et de revenir à côté d’elle.

"Je sais que ça va encore te paraître dingue, car vous les gens du futur êtes très cartésiens, seulement tout ce que je te dis est la vérité. Et il va falloir t’y habituer très vite car ici c’est omniprésent alors ne réagis pas comme ça sinon tu risques de te faire que des ennemis. "

Il posa ensuite le livre sur la table juste à côté. Bon visiblement il fallait un autre stimulant. Que ce livre-là, mais bon chercher un livre qui convienne ici ça prendrait bien des semaines, après tout le but actuel était juste de l’ouvrir et de s’en servir, pas de le lire. Il émit un soupir de lassitude. De toute manière si elle ne voulait pas il ne la forcerait pas.

[désolé c’est super court mais j’ai pas été très inspiré]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Lun 5 Sep 2011 - 6:00

Bouder? Moi? Pfff n’importe quoi! Je suis pas une gamine J’ai dix-huit ans et a dix-huit ans on ne B-…Bon, d’accord. Peut-être que je boude un petit peu. Mais à qui la faute champion? Mon œil que t’as pas fait attention au titre. On est censé être ici pour des livres sur la cuisine! Alors à moins de connaitre chaque étagère sur le bout des griffes, il te fallait un minimum d’attention pour trouver un livre. Oh et ne vient pas me dire que tu avais oublié ou que tu espérais simplement tomber sur le bon livre par hasard, personne n’est aussi débile. PER-SON-NE!
De quoi des espèces que l’on ne trouve que dans les livres? Oh n’essayes pas de changer de sujet tu veux, ou tu rencontreras un mur! Tu y tiens vraiment? Comme bon te semble, parle, parles, je ne t’entends plus et crois-moi je suis douée pour ce qui est de n’entendre que ce dont j’ai envie. Et en ce moment…Je n’ai pas envie de t’écouter!

Bla bla, bla bla bla~

Bon, des livres de cuisines…Cui-sine… Cuisine~..De cuisine… Oui je sais que j’aurais l’air bête à chantonner se mot encore et encore en lisant les petites plaques catégorisant les différentes rangées de livres, c’est pour ça que je ne fais que le penser. Je me rends enfin compte que tu ne parles plus. Bien! Tu as fini avec cette histoire de bébêtes sorties de livres de fictions. J’ai dit ça comme ça, parce que j’étais énervée, pas la peine de revenir là-dessus… Je soupire. Je déteste déjà cette endroit, je ne m’y sens pas à ma place. Des livres, des livres et encore de bouquins. Du papier, toujours plus de papier et des tonnes de papier. Qu’est-ce que je ne ferais pas pour un ordinateur, mais un vieux dinosaure!

Mon ennui mortel permit à ma mémoire de me jouer un tour. Elle est douce. Elle se balance. Mais je ne peux pas la toucher… Je nous revois quelques instants plutôt, avant que ces hideuses créatures n’apparaissent. Ta queue se balance et me nargue. Je l’imagine avec exactitude, comme si je l’a vais devant moi. Mais quelle plaie cette fascination que je porte pour les animaux! C’est plus fort que moi, je me mets à sourire comme une idiote. Je m’imagine en train de te câliner, comme je le fais avec les chats que je vais voir au refuge. Ça me fait tout drôle de penser à ça. Moi. Te câliner. Toi. Tu ne donnes absolument pas l’impression d’être un être tactile. Dommage, si tu étais un peu plus gentil, j’adorerais tenter l’expérience.

Toujours ce sourire idiot. Je ne sais pas pourquoi, tu es tellement…Tellement… Toi! Mais malgré tout, l’idée de caresser ta fourrure me rend heureuse. L’idée de jouer avec le grelot qui pend gaiement à ta queue m’amuse. C’est insupportable d’avoir l’objet de ses désirs à quelques mètres et de ne même pas pouvoir y toucher.

Je soupire. Cela fait quelques minutes déjà que je me promène en longeant les rangées de livres. Je finis par cesser de bouger et m’appui contre le mur le plus proche. Je ferme les yeux et le souvenir revient me narguer. Encore ce souvenir et encore ce sourire. Je vais finir par me mettre une gifle si ça continue. C’est totalement insensé de vouloir te toucher. Déjà que la dernière fois où j’ai initié le contact, je me suis retrouvée dans le lac…

Non, décidément y a pas moyens. Je n’arrive pas à me défaire de ce stupide sourire et de ce sentiment de joie qui vient avec. Je dois me faire à l’idée.

Au moment même où j’accepte mon sort, je sens à nouveau cette sensation d’engourdissement générale.[ Et voilà le pouvoir qui s’en mêle!] La même que lorsque ce monstre géant s’était emparé de moi. C’est comme si j’étais ankylosée de partout. Cette sensation de torpeur n’arrive néanmoins pas à me faire peur. Elle ne fait que m’intriguer. Soudain, j’entende un cri de protestation. Rapidement suivit par le bruit d’une collision. Vue le lieu, je devine que quelqu’un a percuter une rangée de livre. Ce qu’il faut être maladroit! Une nouvelle collision. Cette fois, ce n’est pas normal. Je me sens de plus en plus engourdit.

Puis je te vois. Je ne savais pas que tu volais. Mais qu’est-ce que tu fais? Es-tu saoul? Pourquoi lévites-tu aussi mal? Tu ne sais pas piloter ton propre corps? Mais...Mais…Change de direction! Change de direction, tu vas me percuter!
Je peux penser tout ce que je veux, rien à faire. Il y a quelques secondes tu étais au bout de la rangée et maintenant… La collision et imminente. Je ferme les yeux. C’est idiot, je sais que ça n’amoindrit pas la douleur, mais je n’y peux rien. Ton corps percute le mien et nous tombons. Ou plutôt, tu m’es tombé dessus et maintenant tu m’écrases. Mais qu’est-ce qui t’a pris?!

-Kogenta! Tu m’-..M’écrase!!! Arrivais-je enfin à me plaindre sous ton poids.

Je me tortille dans tous les sens, désespérée.C'est bon maintenant, tu peux te relever! Tu as trouver un coussin d'atterrissage, maintenant repars! Plus j’essaye de te repousser, plus tu te colles à moi. Je sais que j’avais envie de te câliner, mais là… Dans d’autres circonstances, j’aurais pu apprécier le contact de ta fourrure contre ma peau, surtout que cette fois, elle est sèche. Mais le fait que je sois littéralement compressée entre toi et le sol ne m’aide pas vraiment à profiter de quoi que ce soit. C’est comme si j’étais un aimant et toi un simple objet de métal. Peu importe ce que je fais, tu te colles à moi.

-Tu m’é-craseeeees! Bou-ge de là!!!

Mais pourquoi tu ne fais rien? Tu dois bien te rendre compte de notre différence de poids, non? Alors pourquoi tu continues à m’écraser contre le sol. Si c’est pour me tuer, pitié, choisis quelque chose de plus rapide! L’efficacité, tu connais?

Je pousse un grognement fasse à mon impuissance, puis plaque mes mains sur tes épaules et pousse. Je pousse fort. Le plus fort qu’il m’est possible de le faire. J’arrive à t’éloigner un peu, mais à la seconde où je faiblis, tu fonds sur moi avec plus de force. Tu me fais mal, arrêtes.

-Kogentaaaa, dé-dégageeee!!!

J’essaye de garder les mains sur ton estomac et pousse faiblement. Je me dis qu’en faisant ça, je me garantis un minimum d’espace pour permettre à ma cage thoracique de s’élever librement. La douleur c’est une chose, mais faut pas oublier de respirer.

Mais qu’est-ce qui te prends!?!

-Tu me fais mal!!

Je sais bien que ça ne fais même pas une minute que nous sommes collés l’un à l’autre, ou plutôt que tu essayes de m’aplatir, mais j’ai l’impression de fuir l’asphyxie depuis une demi-heure. Mes yeux commencent à se remplir de larmes. Je n’ai pas envie de pleurer. Oui, j’ai mal, mais je ne ressens pas l’envie de pleurer. C’est simplement une réaction physique pour laquelle mon corps n’a pas besoin de mon avis. C’est comme si mon corps souffrait plus que je ne le pensais et qu’il essayait de se faire comprendre.

Mon buste se soulève de moins en moins souvent, mais de plus en plus longtemps. Comme si mon corps avait peur que chaque respiration soit la dernière. Essayait-il de me punir en étant irrationnel? Mais ce n’est pas de ma faute! Pitié Kogenta, relèves-toi, tu me fais mal.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Lun 5 Sep 2011 - 13:27

Son interlocutrice se mit à arpenter les ranger à la fin de ses explications sans ajouter un mot, visiblement ça n’avait pas l’air de l’intéresser. C’était vraiment agaçant. Ses griffes s’enfoncèrent dans le bois de la table, tellement ça le crispait, il attendit qu’elle soit éloignée et se parla à lui-même.

"Tssé ! Mais pourquoi fallait que je joue les profs… Je suis fait pour dégommer d’autres shikigami moi, pas pour faire les cours aux humains ! "

Mine de, faire des entailles profondes dans le bois de la table était sacrément défoulant, avec une touche de sadisme il imaginait la peau de son éternel rival. Son regard se posa ensuite sur le livre liste à côté, resté ouvert. Ni une ni deux il le referma d’un coup sec. Combien de temps allait-il encore tenir dans son rôle de prof sans exploser, ça il n’en avait aucune idée. Il ne savait pas s’il était plus blasé ou agacé. Il arrêta finalement de lacérer le bois de la table pensant que c’était suffisant pour se calmer pour l’instant. Il sentit ses main glisser de la table. Curieux ça, en effet en observant un peu mieux ce n’était pas que ses mains qui se décalaient vers l’arrière mais tout son corps. Comme si on le tire en arrière.

"Qu’est-ce que ?"

Cette sensation commençait à s’accélérer. Il se rapprocha de la table et planta ses griffes dedans espérant à arrêter de se faire aspirer de la sorte par on ne savaient quoi. Les livres ont un pouvoir de repousse maintenant . C’est nouveau ca. La sensation s’accentua de plus en plus bel, il finit par se retrouver à la parallèle au sol. Il avait l’impression d’être attiré par un aimant. Comme un changement de pesanteur plutôt.

"Mais il se passe quoi la ??"

La force qui le tirait était désormais t’elle que seul ses griffes ne suffisaient plus à le maintenir et finit par lâcher prise. Se voyait arriver à toute vitesse sur une étagère de livre et emplafonna impeccablement dedans

"Yark !"

La sensation continuait de le tirer vers le bord de l’étagère menant à une rangée. Dans cette rangée se trouvait la demoiselle qui elle ne semblait pas affectée pas la gravité… comment cela se faisait ça ?
Arrivé à l’extrémité il attrapa d’une main le rebord et tenta de s’y tenir. Il essaya d’aller contre la gravité mais il n’y a eu rien à faire ce qui le propulsa encore plus en arrière et se voyait arriver sur la jeune fille à toute allure. Instinctivement il croisa les bras devant son visage pour se protéger du choc frontal.
Ce dernier ne se fit pas attendre d’ailleurs et ils se retrouvèrent tous les deux par terre. Il ne comprit pas ce qui venait de se passer là, c’était la première fois qu’une bibliothèque faisait un coup comme ça.


-Kogenta! Tu m’-..M’écrase!!!

Sans blague, vu la manière dont il était affalé sur elle. Il tenta de se relever mais il sentait son corps étonnamment lourd et ne parvient pas à se hisser sur ses bras ni sur ses jambes, même sa queue il n’arrivait pas à la bouger. La jeune fille tentait de se dégager de son corps mais à chaque foi il retombait presque aussitôt sur elle.

-Tu m’é-craseeeees! Bou-ge de là!!!

" Sans blague ? J’arrive pas à me relever"

Il rassembla ses forces et poussa sur ses bras tandis qu’elle lui poussait les épaules à deux ils devraient bien arriver à se sortir de cette situation, mais presque instantanément ses forces lâchèrent et il lui retomba dessus une nouvelle fois.

-Kogentaaaa, dé-dégageeee!!!

"J’essaie figures-toi mais je peux plus bouger."

Et à devenait de plus en plus dur, il ne parvenait plus qu’à se décoller de quelques centimètres avant de retomber tout aussi lourdement. Là il ne voyait pas quoi faire, il ne comprenait pas ce qu’il se passait, et pourtant les situations étranges c’était son quotidien mais la…

-Tu me fais mal!!

"Ca je me doute, et crois moi bien que j’en suis vraiment désolé, mais je peux rien faire !"

Il essaya une nouvelle fois de se dégager mais c’était peine perdue il lui retomba aussi lourdement dessus qu’a l’habitude.

"Mais sérieux ! C’est quoi ce bordel ??? Ya rien à faire à chaque fois je reviens comme…"

Il eut un moment d’illumination. Ça y est il venait de comprendre ce qu’il se passait, mais pourquoi n’y a pas avait-il pas pansé tout de suite. Bon sang après tout ce qu’il avait vu entre Kyle et Selenda il aurait dû faire le rapprochement tout de suite.

" … un aimant, mais bien sur ! Laisse moi te dire ma grande que tu as la, un pouvoir particulièrement casse-pied !"

Au son de la respiration de la jeune fille elle commençait à suffoquer sous son poids. Il rassembla toutes ses forces et au prit d’un effort incommensurable il parvint à se hisser lentement sur ses coudes. Tout son corps tremblait au vu de l’effort qu’il devait fournir, une vive douleur s’installa dans tout son corps, ce qui pouvait laisser transparaitre la souffrance dans ses expressions faciales. Voilà ce qui arrive quand on lute corps et âme contre le courant.

"Fait…quelque….chose… …peux…. pas…. …faire…. plus…."

Les tremblements étaient de plus en plus violents, là il était tributaire de la jeune fille pour les sortir de la.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Jeu 8 Sep 2011 - 1:30

Comment ça «tu peux rien faire» !? C’est ton corps que je te demande de bouger, pas la lune ! Aller, arrêtes de faire semblant, lèves –toi ! Et voilà, tu me molestes encore une fois avec ton corps... Tu sais quoi ? Finalement je pense que je préfère que tu n’essayes pas de bouger… Je préfère être écrasée avec une certaine constance que d’avoir l’impression de me faire écraser par un cheval. J’ai l’impression que mes côtes vont littéralement explosées d’une seconde à l’autre. Jamais je ne me serais cru aussi fragile…

Un quoi ? Qu’est-ce qui est casse-pieds ? Ok…Je sais que je suis légèrement fanatique des super-héros, mais il y a des limites. Je ne suis pas folle au point de te crois lorsque tu me parles de pouvoirs. Enfin, d’un pouvoir que moi j’aurais, parce que toi…Disons que je t’ai vue à l’œuvre et que c’est amplement suffisant. Mais qu’est-ce que tu fais!?

Non! Arrête, ne bouge pas! Tu vas encore me tomber dessus…

Je ferme les yeux et pris pour que cette fois soi la dernière, mais je devine rapidement que non. Je le devine parce que ça fait trop longtemps que je ne sens plus ta chaleur contre moi, alors forcément, il doit y avoir quelque chose de différent. Lorsque j’ouvre les yeux, je suis terrifiée. Je sais, je sais, je m’excuse… Mais ce n’est pas de ma faute si l’horrible grimace qui orne ton visage me fait peur. Je sais bien qu’il s’agit là de tous les efforts que tu fais pour ne pas m’écraser de nouveau, mais j’ai peur quand même.

Ta voix vint finalement à la rescousse, me sommant de faire quelque chose. À celle-ci, je me fais une idée plus juste de tout ce que tu demandes à ton corps en ce moment. Du coup, le mien se met aussi tôt au travail
Je me tortille comme une anguille afin de ramener tous mes membres le long de mon corps, réveillant ma douleur par la même occasion, ce qui était au départ censé faciliter mon évasion. Puis, je m’empresse de ramper loin de toi. Je n’ai pas d’autre choix que d’entièrement défiler sous tes yeux puisque tes coudes me barrent le passage. Je me sers des miens pour me faire glisser sur le sol, ce n’est pas évident à faire sur le dos… C’est pour quoi, à la seconde où tout mon corps est passé entre tes coudes, je me hâte à me mettre sur le ventre pour le reste de la fuite.

Ne me demande pas pourquoi je ne m’arrête pas une fois loin de toi, mon corps refuse simplement de le faire. On dirait qu’il a peur que tout ce cirque ne recommence. Mais rapidement, sa volonté cède à son état et je m’écroule. Non seulement l’engourdissement général qui m’habite refuse de me quitter, mais s’ajoute désormais à cela l’impression d’avoir les côtés en bouillie. Même que mon poumon droit est douloureux lorsque je respire.

Mais pourquoi? Pourquoi?

Tout semble être redevenu normal… Ça doit bien faire une dizaine de seconde que la distance entre nous n’a pas changée et que plus rien ne semble bouger. J’ai cependant toujours la sensation d’être ankylosée de partout.
Si vraiment j’avais un pouvoir, pourquoi me mettrait-il en danger? C’est complètement absurde! Qu’est-ce qui aurait poussé mon pouvoir à faire en sorte que tu viennes m’écraser? Je n’avais pas envie que tu m’écrases! Pas du tout! Tout ce que je voulais c’était te… Que c’est bizarre de le penser comme ça…

Tout ce que je voulais, c’était te caresser bon. Comment un être aussi énervant peut autant donner envie d’être touché!? Oh-oh…

-Oh non! Pas encore!

Soudain, comme si un géant invisible venait de m’attraper par les chevilles, je me sentis et me vit traîner. Mon corps était tout simplement attiré vers le tiens. D’abord lentement, comme si l’attraction était faible, tant et si bien que je parvins à m’accrocher à l’une des étagères dans l’espoir que mon geste ait un impact quelconque. Mais ce fut un pauvre coup d’épée dans l’eau. La puissance de l’attraction atteint sa pleine puissance et mes pauvres côtes ne supportèrent pas toute la tension que nécessitait le fait que je demeure accrochée. Je lâchai donc rapidement prise et mon corps vint percuter le tien. D’abord mes pieds qui s’emmêlent dans les tiens et le reste qui s’entrechoquent.

Décidément, tu ne m’apportes que des blessures…

J’en aurais presque pleuré tant j’étais désespérée. Mais qu’est-ce qui clochait avec moi!? Pourquoi mon «pouvoir» te laissais me faire du mal comme ça!? Qu’est-ce qu’il veut à la fin!? J’ai pas envie de t’avoir coller contre moi comme ça, surtout pas de tout ton poids!!! Pourquoi?

-Ohhhh...

Ce petit m’échappe. Une petite lumière venait de s’allumer dans ma tête. Bien que je devais déjà l’être à cause de toute ce stresse, je me mis à rougir. Alors tout ça était vraiment de ma faute? Bon, d’accord, qu’à 80%. 10 pourcent étaient allouable à la stupidité de mon pouvoir de ne pas comprendre totalement ce que je veux et les 10 autres étaient entièrement la faute de ta physionomie. Oui, totalement. Un constat s’impose alors. Pour que tout ça prenne fin, j’allais devoir prendre sur moi et risquer ma vie.

-Kogenta… Pardon, m’excusais-je d’avance en passant mes bras autour de toi tout en allant cacher mon visage dans la fourrure de ton coup.

Si j’avais eu peur de la tête que tu faisais, ce n’était rien comparé à celle qui m’habitait présentement. Si seulement c’était suffisant… Que je sois maudite d’avoir des envies qui représentaient un danger pour ma vie! Après une grande inspiration qui me permit d’amasser une goutte de courage supplémentaire, je fis lentement monter l’une de mes mains, d’un geste tout sauf fluide, vers ta tête. Je ne me risque à effleurer l’une de tes oreilles qu’après une petite prière demandant la miséricorde aux créateurs de cet endroit déganté. Mes doigts la caresse à peine, comme s’ils espéraient que tu ne sentes pas leur présence. Je remerciais inconsciemment mon pouvoir, car grâce à lui tu ne pouvais pas te relever et me faire subir ta colère. Je préférais attendre d’avoir fini pour la punition…Puis, le moment fatidique arriva.

-Je…Pardon, répétais-je avant de poser le geste qui me couterait sûrement la vie.

Cette fois, c’est en tremblant que mes mains firent le chemin inverse… Elles descendirent. Encore… Et encore. Jusqu’à ce qu’elles rencontrent cette vicieuse et maléfique chose qui te sert de queue. Je ferme les yeux le plus fort qu’il m’est possible de le faire, comme si ça pouvait changer quoi que ce soit… Puis elles y vont. Elles longent cette démoniaque entité en tremblant. J’ai beau essayer de me contrôler, je n’y arrive pas. Je dois être franche envers moi-même. Je suis pathétique et indéniablement tétanisée par la réaction que tu aurais une fois tout ça fini…

La clochette. Cette immense clochette. Elle vient de tinter. Mes mains sont enfin arrivées à destination. Et ce simple son fut le coup d’envoi de ce qui serait mes derniers instants de vie.

Aussi soudainement qu’il était venu, l’engourdissement général disparu. Je retirai aussi tôt mes mains de sur toi, comme si je venais de me brûler et m’empresse de rouler sur le côté pour te fuir. Je sais que mon «pouvoir» est reparti et que donc nous pouvons nous éloigner sans être projeté l’un contre l’autre de nouveau. Heureusement, parce que ma peur vis-à-vis de toi est encore plus intense que jamais.

-J..Je..

Je cherche une façon de te demander de m’épargner, mais je n’y arrive pas. Je me contente donc de m’assoir à quelques pas de toi en évitant de te regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Ven 9 Sep 2011 - 23:47

Elle comprit bien vite le sens de ses paroles, il n’eut pas à lui redemander une seconde fois de faire quelque chose elle comprit le calvaire qu’il était en train de subir. Après plusieurs contorsions et quelques efforts elle parvint à se dégager et elle alla le plus loin possible. Bon maintenant finit de rire, il. n’allait pas rester éternellement soumis à cette pression. Il sera les poings et usa de la moindre parcelle d’énergie que refermait son corps pour lutter contre l’emprise de ce pouvoir… Si seulement ses mouvements avaient pu être plus fluide, il aurait dans un premier temps invoqué son épée, puis ensuite l'incantation du bouclier pour rompre ce champ d’attraction. Seulement déjà que bouger ne serait ce que le petit doigt se révélait d’une véritable prouesse alors faire de grands gestes aux 4 points cardinaux ça se révélait de l’impossibilité. De plus il n’était pas sûr que Kotetsu tienne bien longtemps dans ses mains. Il tendit avec une difficulté sans pareil vers l’étagère la plus proche, un bon appui à la verticale suffirait à l’aider à relever, c’est une main tremblante qui saisit l’étagère. Maintenant c’était l’autre main qui devait y arriver... c’était vraiment étrange tout a l’heure il était juste attiré par la jeune fille et voila que maintenant il se retrouvait à quasi-paralysé. Il se demandait encore combien de temps ça allait durer. Sa deuxième main parvint à son tour à agripper l’étagère, bon maintenant valait mieux pas que ça s’écroule, par ce qu’ensevelit sous des livres ça risquait de se compliquer encore plus, déjà que ce n’était pas simple… et puis il avait déjà eu l’occasion de tester ce que ça faisait avec Selenda… et il avait fini en forme spectrale hors de son corps. Ben maintenant il devait avoir un genou à terre et l’autre jambe fléchie… bon sang qu’est-ce que c’était difficile quand on a l’impression d’avoir un poids de je ne sais trop combien de kilos sur tout le corps. Vint la partie la plus difficile, se hisser. Il souffla et compta jusqu'à trois ; Ça n'avait pas l’air comme ça mais ça exigeait un effort incroyable. Au bout de plusieurs dizaines de secondes il était enfin debout, la sensation était nettement plus supportable comme ça. Mais il ne valait mieux pas bouger, sinon il se serait de nouveau retrouvé très facilement par terre.

-Oh non! Pas encore!

Il tourna la tête dans la direction de la demoiselle, l’ayant momentanément oubliée dans ses efforts. La vision aurait pu être comique si elle ne se dirigeait pas ver lui. On aurait dit qu’une force invisible la trainait par les pieds.

*Stop, stop, STOP !*

[i] Penser ça était bien tenté mais l’inévitable se produisit, elle lui percuta les jambes et il retomba une nouvelle fois lourdement réduisant tous ses efforts à néant, heureusement cette fois ce n’était pas sur elle. Là ca devenait vraiment énervant.


-Ohhhh...

“Oui c’est un point de vue que je partage !”


Une pointe d’agacement était nettement perceptive dans sa voix. Et c’était cette fois c’était même pire qu’avant, à bout de force de son précédent exercice il ne parvenait plus à bouger un seul muscle. Les voilà bien maintenant, il savait que les pouvoir avaient une durée limitée d’action mais pour combien de temps encore…

-Kogenta… Pardon

Il n’aurait jamais cru entendre ça. Et de tout ce qui allait suivre d’ailleurs. Elle passa ses bras autour de lui et plaqua sa tête contre lui, Whoé ! Elle fessait quoi là . C’est nouveau ca. Il la vit lever sa main vers le sommet de sa tête, ne me dites pas que… Il sentit qu’elle lui effleurait les oreilles du bout des doigts, une chose qu’il détestait. Personne. Personne n’avait encore jamais risqué à faire une chose pareille, mais qu’est-ce qui lui prenait à la fin ?

" Hey ! Tu fais quoi là ??"

Il n’obtint aucune réponse de la part de la jeune fille, et il ne pouvait toujours pas bouger. Il était à la merci de ce qu’elle était en train de faire


Je…Pardon

"P..p..p…pardon ????"


Répéta-il y consterné. Elle avait tout intérêt à s’excuser ! Et encore il doutait que cela suffise. Soit il était en train de délirer complet, soit c’était elle qui ne se rendait toujours pas compte qu’elle avait affaire à un esprit de combat et non pas à un chat particulièrement docile.
Il sentit la main e la jeune fille changer de direction et longea son dos. Il écarquilla les yeux de stupeur. Ne me dite pas qu'elle n’oserait jamais faire ça ! Il avait compris la destination finale de cette dernière. Rien que de le savoir ses poils s’hérissèrent.


" Arrête ça !"

Il entendit le grelot tinter. La sensation de compression s’évanouit alors. Il sentit le contact de l’humaine s’éloigner. Pourtant il ne se releva pas pour autant pour se ruer sur elle, cette dernière était partie se réfugier dans un coin de la pièce. Il était envahi par tout un mélange d’émotions, la rage, la hargne, mais aussi le désespoir et l’appréhension.
Il commença à se relever.


-J..Je..

“Toi...”


La manière dont il avait prononcé ce simple mot, avec un ton plus menaçant que celui qui lui était habituel. Il se remit entièrement debout. Il fixait le sol du regard, une bonne quantité de mèches lui cachaient le visage. Il resta un moment sans bouger avant de tendre le bras sur le côté. Dans sa main apparut son épée. Et il se mit à avancer très lentement en direction de la jeune humaine, de son pas se dégageait une aura menaçante inhabituelle. Arrivé au milieu du chemin il releva la tête en direction de la jeune fille. Ses yeux étaient devenus intégralement rouges incandescents et un grognement menaçant provenait de lui. Il finit par arriver juste devant la jeune fille. Ils restèrent un moment comme sa sans bouger, puis il finit par lever son épée.
Spoiler:
 

Il jeta cette dernière au pied de l’humaine. Avant qu’il ne prenne la parole


"En 1200 ans … l’esprit Byakko no Kogenta … vient d’être vaincu."

Et oui, il n’y a eu pas que par les coups que l’on pouvait avoir raison d’un Shikigami, la deuxième méthode consiste en effet à le soumettre à sa volonté et lui faire faire ce qu’il détestait le plus. Pour Kogenta, ne serait-ce
qu’avoir des gestes d’affection était l’extrême limite à sa tolérance, mais s'il y avait bien une chose qui le hantait plus que tout, qu’il redoutait plus que tout était exactement ce qu’il venait de se passer, c'est-à-dire qu’on lui touche la queue et son grelot (et je ne veux aucune allusion mal placée sur cette phrase XD) de cette manière.
Sa conscience venait de s’éteindre, maintenant c'étaient les instincts de soumission qui avaient pris possession de son corps.


"Ordonne et j’obéirais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Dim 11 Sep 2011 - 17:45

Oui, moi. Je sais que j’ai fait une horrible bêtise, que tu me hais du plus profond de ton être et que je ne suis pas mieux que morte. Je sais, oui, merci… Mais pourrais-tu, s’il te plait, à défauts de m’épargner… Abréger le suspense? À croire que les grands méchants, tout comme ceux des films, prennent un malin plaisir à torturer mentalement leurs victimes avant de s’en prendre physiquement à elles. J’attends. J’attends encore…
Puis je craque. Je ne tiens plus et je me décide à ouvrir les yeux puis redresser la tête. T-t-t-tu fais quoi avec ça!? Tu veux me décapiter avec ton épée? Mais t’es cinglé!! Je t’ai dit que je m’excusais en plus, tu pourrais au moins te contenter de me faire u mal sans en arriver au meurtre. Non?

Eh mince... Tu as vraiment l’air fou de rage. Dire que j’ai voyagé dans le temps pour en arriver là. Mais le pire… oui, le pire! Ce qui me dérange le plus, c’est qu’en ce moment, je suis bien trop effrayé et inquiète au sujet de ma vie pour apprécier à sa juste valeur le spectacle auquel j’assiste. Moi, la grande amatrice d’animaux et de super-héros, je devrais être folle de joie et pratiquement en totale admiration devant celui qui semble vouloir me tuer. J’ai l’impression d’assister à ces scènes où le héros sombre dans le mauvais côté de la force et qu’il devient un ‘’super-vilain’’. Eh oui, je le confirme, avoir été dans mon état normale, j’aurais probablement été subjuguée par tes yeux rouges… Mais comme la réalité est tout autre….

Pourquoi ai-je la tête inclinée vers l’arrière? Ah, oui, c’est parce que j’ai inconsciemment suivit ton approche du regard et vu la différence de hauteur entre nos têtes-évidemment, je suis encore au sol….- et la proximité finale, je n’ai pas eu d’autre choix que de pencher graduellement la tête vers l’arrière. Tu m’observes en silence et moi je fais mentalement le compte à rebours précédent le moment ou ta colère se déchaînera sur moi. Une pure torture! Tu ne pourrais pas être plus cruel!? Oublier ce que je viens de penser, je n’ai pas envie que tu le deviennes. Ah ça non!

Ça y est, c’est la fin, la main tenant l’épée se soulève et instinctivement, je détourne le regard et sens tout mon corps se contracter. Faites que ce ne sois pas douloureux… Pas trop.

La pression qui règne sur mon être est telle que le bruit que fit l’arme en atterrissant ne me fit pas seulement sursauter, mais aussi crier. Je n’ai pas pu m’empêcher de pousser un cri de surprise. Pas besoin de spécifier que la peur qui s’y lisait, c’était aussi évident que le nez au milieu du visage. J’ai donc ouvert les yeux pour la centième fois aujourd’hui et aussi tôt que mon regard informa mon cerveau que tu étais désarmé, je me mis à trembler. Ah non, je sanglotais. Non. Non, je refuse de sangloter que ces petites idiotes qui pleure à la moindre occasion. Pas questions!

Et que je n’en vois pas un qui vienne m’assurer que c’est normal comme émotion lorsque l’on croyait sa vie en danger. Et vous savez pourquoi? Parce que rien ne justifie de subir quelque chose d’aussi horrible! Oui, sangloter s’est horrible. On tremble, on pleurniche et on a beau tout essayer, on n’arrive pas à se retenir. Notre corps se laisse emporter par des secousses et n’écoute plus les ordres qu’on lui donne. Et pire! Si ça dure trop longtemps, on risque de se faire assassiner par son propre corps. On arrive plus à respirer, on s’étouffe et en plus de ça, on a l’air complètement ridicule. Alors non, je ne veux pas sangloter… Je sais que s’est trop tard pour dire ça, alors disons plutôt : Je veux cesser tout de suite de sangloter. Mais comment faire?

Heureusement(?), tu prends la parole. La première fois, je ne saisis rien. Je respire mal et je panique parce que je n’arrive pas à me contrôler, mais le simple fait de ne pas t’avoir compris me permet de retrouver un peu de calme. Comme si mon cerveau avait su retrouver assez de contrôle pour ordonner un minimum de silence à mon corps. Ainsi, la deuxième fois, j’arrive à te comprendre.

Quoi? C’est quoi ces conneries!? Te rends-tu seulement comptes à quel point ce que tu viens de dire et stupide? Non seulement personne ne pourrais te prendre au sérieux- avec le caractère que tu as, c’est déjà bien que j’aie survécu-, mais s’est tellement absurde que l’on a envie de te secouer dans tous les sens pour te rendre la raison. Parce que oui, présentement, on doute assez bien de ta santé mentale. Soit tu as pété un câble, soi tu as un trèèèès mauvais sens de l’humour. Dans un cas comme dans l’autre, tu mériterais de te faire interner. Parce que visiblement, tu as besoin d’aide.

-Arrêtes de te foutre de moi. S’est vraiment pas drôle!

Oups… Il me fallut entendre le son de ma voix pour comprendre que je n’avais pas seulement pensé ce commentaire… Je me racle aussi tôt la gorge et cherche à me lever, mais j’abandonne aussi tôt. Pour l’instant, je n’ai pas envie de me battre contre la douleur des côtes que tu m’as broyées. Je le ferai bien tôt ou tard et bien que ce ne soit pas dans mes habitudes, cette fois je choisis le tard. De plus, je suis trop obsédée par tes paroles pour me concentrer suffisamment sur mes gestes. «Ordonner» et «Obéir». Ces mots réunis me donne envie de vomir. On a souvent dit de moi que j’étais ridicule de penser ainsi, mais ce sont mes principes et je me répugne face à toute représentation d’esclavagisme. Évidemment, on exclut l’autorité parentale tant qu’elle demeure dans les normes- je ne crois pas que l’obéissance dont tu parles soit celle d’un enfant vis-à-vis ses parents….- ainsi que l’obéissance dans un cadre hiérarchique. Parce qu’on le veuille ou non, dans la vie nous sommes parfois contraint à ses plier aux ordres de représentants de l’autorité. Mais voilà, je ne suis ni un agent de la paix, ni une policière, je ne fais pas partie du gouvernement et je suis encore moins ton patron. Et comme je ne suis pas un de ces êtres primitif possédant des esclaves, je te prierais de te ressaisir!

Quoi qu’en y réfléchissant, je ne vois pas comment tu aurais pu perdre la tête en si peu de temps. Jamais je ne croirai que tout ça s’est à cause de mon pseudo pouvoir. J’ai bien vue aujourd’hui que tu avais l’habitude des choses sortant de l’ordinaire, alors je ne sais pas ce qui aurait pu causer ta perte.

-Mais qu’est-ce qui ne va pas avec toi? Un seconde tu sembles fou de rage, sur le point de me tuer, et la seconde d’après, tu…

Hum, comment dire ça sans réveiller la bête sauvage? Bon, pour commencer on évite tous commentaires faisant référence à un chien tout gentil et bien dressé…Parce que c’est claire que tu es tout sauf docile et donc ça ne te plairais pas que je te qualifie ainsi. Ensuite, bon, j’essayerai de ne pas parler de chat, on ne sait jamais…Déjà qu’avec la crise que tu m’as faite à notre rencontre parce que je n’avais pas remarqué que tu étais un tigre. Mais que dire alors? Je ne trouve rien qui rende justice à l’image que je me fais de toi en ce moment. Bon, j’avoue que je n’ai pas souvent eu l’occasion de me retrouver face à des êtres ayant de tel comportement… Ni avec des êtres tout court. Vive ma vie surchargée en travail. Quand même, j’aurais bien aimé trouver un propos qui illustrerait bien ma pensée. Mais…Non, je trouve rien du tout.,

-Et maintenant tu joues le parfait petit soldat. J’aimerais bien que tu m’expliques, parce que tu vas finir par me rendre folle!

Ah, d’accord, c’est pas mal ça. Une référence à l’armée… Mais d’où je sors ça moi? Je n’en sais rien, mais c’est à peu de chose près ce qui représente le mieux l’idée que j’aie de toi en ce moment. Je n’ai pas parlé de chien, de chat, ou de toutes autres choses qui pourrais trop te rabaisser. Alors tu ne devrais pas me sauter à la gorge… Quoi que… Reste à savoir à quel point l’image d’un simple soldat pourrait t’offenser.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Mar 13 Sep 2011 - 12:46

-Arrêtes de te foutre de moi. S’est vraiment pas drôle! -Mais qu’est-ce qui ne va pas avec toi? Un seconde tu sembles fou de rage, sur le point de me tuer, et la seconde d’après, tu…

Elle s’interrompit quelques instants visiblement à court de mot avant de reprendre.

Et maintenant tu joues le parfait petit soldat. J’aimerais bien que tu m’expliques, parce que tu vas finir par me rendre folle!

N’avait donc t-elle pas encore compris ? Visiblement non, pourtant les paroles que son corps avait prononcées ne pouvaient être plus claires. Ce n’était pas réellement lui qui lui parlait bien qu’il s’agisse toujours de sa voix, mais d’un psychique automatique en cas de défaite spirituelle. Son corps continuait de la regarder sans bouger d’un pouce. Son corps mit un genou à terre afin d’être à sa hauteur. Mais continua de garder son regard flamboyant dans le sien.

"N’as-tu donc pas comprit jeune humaine du futur ?"

Il s’assit à la manière japonaise

"Tu as réussi à atteindre la pire crainte de l’esprit Kogenta. C’est le le second moyen de vaincre un shikigami. Il s’agit d’une victoire psychique... cette victoire a plus d’impact qu’un terrassement ordinaire entrainant la disparition immédiate du shikigami en question. Actuellement la conscience de l’esprit Kogenta est endormie. Le vainqueur, en l'occurrence toi, jeune fille du futur, a choix de ce qu’il en adviendra. À son réveil soit il t’obéira au doigt et à L'oeil sans discuter et accomplira tout tes désirs. Soi si tu le décides il sera libre et reprendra la cour de sa vie normale. Mais je te mets en garde, si tu choisis la seconde option, il perdra tous ses souvenirs depuis votre rencontre."

Il marqua une pause. Et oui la vie de ses créatures était soumise à des conditions très rudes, il avait la possibilité de faire et d’accomplir des choses incroyables et de devenir même surpuissant, mais en contre partie ils étaient complètement à la merci des humains pour qu’il puisse l’atteindre. Ans contrat avec un humain impossible de faire tout cela. Et en cas de défaite spirituelle ils devenaient entièrement tributaires du souhait du vainqueur à leur égard et cela a leur insu. Et ajouter qu’à ça en temps normal les techniques de combat, ils étaient incapables de les réaliser tout seul.

"Il est maintenant temps qu’il se réveille, le choix est tien, que désires-tu ?"

Quoi qu’il arrivait, il était évident que le choix que ferait la jeune fille modifierait le relationnel qu’ils avaient pu entretenir jusqu'à maintenant, et que désormais leur lien ne serait plus le même. En avait-elle conscience ? Se rendait-elle compte de la décision qui lui incombait ? Il y avait forte chance que la réponse soit oui, de toute manière le shikigami n’en saurait jamais rien.

[Désolé c’est très court, mais je n’ai pas grande possibilité d’action. Comme on est plus vraiment au parc je te propose de clôturer ici et d’ouvrir un nouveau en réponse ailleurs, à toi de voir^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Dim 25 Sep 2011 - 1:36

[réponse à ta signature: Haha t'as perdu xD]

La pire crainte? Dis-le tout de suite que s’est monstrueux de sentir mes bras autour de soi! D’accord ce n’est pas l’amour fou entre nous, mais quand même…je ne suis pas un monstre! De nous deux, ce n’est pas moi la poilue…Pfff

En-endormi? Mais qu’est-ce que tu racontes? Tu me parles là. Tu sais parler en dormant toi? Et pourquoi tu parles de toi à la troisième personne…C’est très narcissique comme comportement tu sais.

Euh… Stop! Arrêt sur image, rembobine… Lecture.

M’obéir? Au doigt et à l’œil? Mes désirs? Je savais que tu étais une créature particulière, mais là… Tu essayes presque de me tuer et maintenant tu veux jouer les esclaves? Vouloir… Est-ce que tu veux vraiment faire ça? Non, ça ne colle pas du tout avec le personnage. Le cinglé qui m’a jetée dans le lac ne dirait jamais ça. Impossible. Alors qu’est-ce qui se passe? MAIS POURQUOI TU PARLES DE TOI EN DISANT IL!?!?!? Tu es en mode pilote automatique ou quoi? Libre? Ahhh, ça j’aime mieux ça. Ça te ressemble plus, tu ne trouves pas? Pendant un instant j’ai cru qu-

Oublier? Tu veux m’oublier? Pourquoi!? Qu’est-ce que je t’ai fait? Mais continu. Expliques-moi! Pourquoi tu te taies? Tu ne peux pas te taire comme ça! Pas après m’avoir dit un truc du genre « soi tu me prends en esclave, soi je fiche le camp et je t’oublis.» Ç’est quoi ce bordel!?

-Mais…Mais…

C’est sûr, tu n’es plus toi-même. Tu ne parles plus comme avant, oui je sais j’aurais dû le remarque plus tôt… Tu parles de toi au «il», je savais que tu étais imbu de ta personne, mais pas à ce point-là… Et tu dis des trucs complètement débiles! Tu me demandes de choisir entre te prendre comme esclave – chose que tu ne supporterais jamais, pas besoin d’être un génie pour le savoir- et de te laisser repartir libre, mais en ne gardant aucun souvenir de moi. Mais ce n’est pas juste! T’es sensé me servir de guide et m’aider à survivre dans cet endroit irréel. J’ai pas envie de me retrouver seule ici après… Soi je te retrouve par miracle et réussi à te convaincre à nouveau de me servir de tuteur, soi j’entreprends la recherche perdue d’avance pour me trouver un autre guide.

Bon, d’accord… J’admets aussi que ça me déplait l’idée que tu puisses m’oublier. On ne s’aime peut-être pas beaucoup, voire pas du tout, mais tu es tout ce que je connais ici et je refuse de perdre ça.


« Il est maintenant temps qu’il se réveille, le choix est tien, que désires-tu ?»

C’est quoi cette brusquerie? Tu ne te rends pas compte de la situation dans laquelle tu me mets ou quoi? T’imposer un truc insupportable ou accepter de devoir faire comme si je ne t’avais jamais marché dessus. C’est pas un choix facile tu sais! Rah…Aller, une réponse… Même si je sais que je pourrais juste te prendre comme esclave et rien te demander…. Ça me répugne! Mais je n’arrive pas à concevoir d’être complètement effacé de la mémoire de quelqu’un que j’ai rencontré… Bon aller. L’esclavage, l’oublie…L’esclavage… Être oubliée… L’esclavage…

-Pas question que tu m’oublies, je refuse que tes souvenirs me concernant soient effacés.

Oups. Non euh attends. Est-ce que ça compte comme une réponse ça? Dire que l’on refuse une option, c’est accepter la seconde? J’essaye de parler, mais on dirait que mon cerveau ne m’autorise qu’à penser. Je ne veux pas d’un esclave. Je ne veux pas d’un esclave…. Je ne veux pas d’un esclave!!! Mais pourquoi ces mots ne sortent pas de ma bouche!!! Je n’ai jamais eu d’esclave et je n’en veux pas! J’ai pas besoin de ça! Et j’en ai jamais eu besoin…Bon d’accord, la technologie faisait tout pour moi…Mais ce n’était que des machines, sans personnalité…Pas question de te contraindre en esclave. Tu vas détester ça de toute façon! Rah! Aller : JE –NE- VEUX-PAS-D’UN-ESCLAVES!!! Je n’en veux pas!!! Aller petite bouche dis-le!!! Je ne suis pas faite pour être maître!!!! Je n’ai même jamais vraiment eu d’animal à moi! Ça va être affreux!

Trop tard…Ma bouche fait la grève…


[si on quitte la bibli dans le prochain message (ou le deuxième) on changera de sujet, sinon faudrait juste faire comme pour beast et Lana et diviser le sujet en deux]
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Mar 27 Sep 2011 - 12:23

[pas eaxtement, y a aps eu de defi ^^]

-Pas question que tu m’oublies, je refuse que tes souvenirs me concernant soient effacés.

Quel Shikigami vaincu, n’aurait-il pas tout donné pour que son toujinshi ne perde ses souvenirs de leur rencontre ? La réponse est quasiment tous. Sauf que cette fois la donne était inversée, dans un sens il lui était accordé une chance qu’il était rare d’avoir dans l’art de l’Onmyodo. S’en rendait-elle compte ? C’était peur probable.
Le mode « autopilote » du shikigami continuait de fixer la jeune humaine pendant quelques instants sans bouger, Il finit par acquiescer d’un signe de la tête.

"Très bien si tel est ton choix."

Ses paupières se fermèrent. Et sa tête bascula en avant comme si il venait de s’endormir brusquement. Au bout de quelques secondes, ses paupières se rouvrirent lentement, le regard incandescent avant disparut, et son caractéristique regard rubis était revenu, il releva aussi lentement la tête en direction e la demoiselle, il était quelques peu paumé, son visage était inexpressif.

"Aarhyel ?..."

Il se sentait faible, et ne parvenait pas à se rappeler pourquoi il était dans cet état, il se souvenait qu’il avait tenté de lui apprendre un livre, elle s’était vexé en voyant la couverture et était partie un peu plus loin parmi les étagères et après… plus rien, le trou noir. Il regardait tout autour de lui, il n’était pas à la même place de l’endroit ou s’arrêtait ses souvenirs.

"Qu’est…qu’est-ce qu’il s’est passé ?"

Son regard se porta de nouveau sur la demoiselle… c’est que seulement qu’il constat qu’elle était recroquevillée en face de lui, elle paraissait transie de peur, Kotetsu par terre a ses pieds. Ses yeux s’ouvrirent de stupeur, s’il n’avait pas de souvenir de ses dernières actions, et si elle était dans cet état… il avait dû forcément prendre sa forme Daikoujin… mais comment était-ce possible. Il regarda de nouveau tout autour de lui quelque peu affolé, mais la pièce était toujours en bon état. aucune étagère n’avait été fracassée, il n’y avait pas de trou dans le plafond. Pas un livre avait quitté sa place, non il n’avait pas pu devenir Daikoujin, une créature de plus de 6 mètres de haut n’aurait pas laissé la pièce dans cet état impeccable, et la jeune fille ne serait pas vivante en face de lui… mais alors que s’était-il passé ?

" Est-ce que… est-ce que je t’ai fait du mal ?..."

Il n’osait pas la regarder et préférait fixer le sol, ses oreilles s’affaissèrent. Et s’a queue s’immobilisa presque instantanément… si il lui avait fait quelque chose même s’en en avoir conscience, il ne se le pardonnerait jamais… comment un shikigami de rang ultime pouvait perdre a ce se point le contrôle de lui-même… être de ce rang, c’est censé être le must du must… bon même avant il avait des lacunes de se coté la comme n’importe quel autre shikigami, mais il espérait que cela aurait été corrigé. Son regard se posa alors sur Kotetsu. Il n’avait aucune idée de ce qui avait bien pu se passer dans ces dernières minutes mais pour que son épée soit présente cela n’avait pas du être anodin. Il finit par relever lentement la tête vers elle. Il y avait une autre chose étrange, quand il la regardait. Il avait l’impression qu’il existait un certain lien entre, eux mais un lien très différent de celui qu’il entrainait habituellement avec ses toujinshi. La il avait la sensation de se retrouver enchainé. Mais pourquoi ? En tout cas ce qui était sur c’est qu’il était certain de ne plus être aussi libre de lui-même qu’avant. Une nouvelle forme de contrat toujin venait d’être créée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Lun 10 Oct 2011 - 21:56

Un choix, peut-être. Mais peut-on vraiment dire qu’il est mien? Parce que je le jure, j’aurais préféré faire un million d’autres choses que de me retrouver devant un automate me proposant deux options atroces. Oui, un automate…. Ah, tiens, le robot a manqué de piles. Fausse alerte. Tiens, tes yeux ont retrouvés leur couleur normale.

Oui, c’est comme ça que je m’appelle. Chouette! Il se souvient de moi! Mais…Il n’a pas l’air différent. Est-ce que j’ai rêvé? Non, impossible. SI ça avait été moi, je ne me serais pas mise face à un choix pareil. Et si c’était moi, il se souviendrait, lui… Mais non, il à l’air complètement perdu le pauvre… Mais qu’est-ce passe ici? D’accord il m’avait prévenu qu’il y avait des chances pour que ma santé mentale en prenne un coup, mais quand même. Jamais je n’aurais pensé que ça arriverait si vite! Mais je n’ai tout même pas rêvé tout ça?! Si?


« Est-ce que… est-ce que je t’ai fait du mal?...»

Mais quelle question idiote! Oui, tu ne te souviens pas de m’avoir écrasé à cause de mon soi-disant pouvoir? Mais une seconde? C’est quoi cet air déconfit? Tu peux être piteux toi? J’y crois pas une seconde! Quoi que…. Mais arrête de faire cette tête, je me sens mal de te voir ainsi… Rah!

Je secoue la tête devant ma bêtise et me lève enfin. J’enjambe précautionneusement et assez ridiculement –n’ayons pas peur des mots- ton arme et m’approche de toi. Je ne sais toujours pas qui de nous deux est bon à enfermer, mais ton petit air de chiot que l’on puni me fend le cœur.

-Tu ne te souviens pas? M’enquis-je en m’arrêtant près de toi et en penchant légèrement la tête de côté, cherchant à harponner ton regard. Tu as faillis m’écraser de tout ton poids au moins deux fois et j’ai bien cru que tu allais m’empaler avec ton épée pour me punir de nous avoir libéré de mon pouvoir en te faisant quelques…Euh.. Je te demande à nouveau pardon pour les câlins, m’excusais-je encore en me rappelant que tu ne te souvenais pas de mes premières tentatives.

Et comment je fais, moi, pour savoir qui de nous deux est complètement barge? Soi tu m’as réellement sorti le grand jeu et tenté de me faire peur avec ton histoire d’esclavage… Soi je commence déjà à perdre la tête et c’est moi qui ai tout inventé... Cette histoire me donne envie de m’arracher les cheveux, je les empoigne d’ailleurs fortement en faisant un pas de recule et en pivotant sur moi-même.

D’accord, je n’ai qu’a demander…Mais comment je demande ça moi? «Dis Kogenta, tu peux devenir l’esclave de quelqu’un?», « Comment on fait pour te soumettre?» ou encore «Tu sais que tu as un mode pilote automatique?». Je me passe une main sur le visage, désespérée, puis me retourne vers toi.

-Dis Kogenta… Supposons, l’espace d’une seconde…De façons tout à fait théorique, nous sommes d’accord, que… Que tu venais à être vaincu par quelqu’un… Tiens, pour rigoler, une fille… Je ne sais pas, qui t’aurait…Par exemple, contraint à faire quelque chose dont tu as horreur …Tentais-je de sous-entendre. Qu’arriverait-il?

Wow. Je n’ai jamais autant tourné autour du pot…. Jamais… Maintenant, il ne me reste qu’à espérer que tu me répondes : «Rien du tout. Je suis furieux et je veux une revanche, mais sinon… Pourquoi tu demandes ça? Ça ne risque pas d’arriver!» Oui, ça serait tout à fait ton genre. Mais qu’est-ce que je fais si tu me sort un truc du genre « mon avenir dépend du vainqueur, il doit choisir entre blablabla…». Pitié…Pitié, choisis la première option. Qui dois-je prier pour que l’on m’exhausse?
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Sam 22 Oct 2011 - 3:12

Elle ne lui répondit pas immédiatement à sa question, ce qui n'était pourtant pas dans ses habitudes, il ne savait pas exactement comment traduire ça, si ce n'est que ressentir un certain malaise. Il espérait de toutes ses forces ne pas avoir fait ce qu'il pensait. Elle se leva enfin et enjamba Kotetsu pour venir se placer en face de lui. Il, n'osait toujours pas la regarder.

-Tu ne te souviens pas Tu as faillis m’écraser de tout ton poids au moins deux fois et j’ai bien cru que tu allais m’empaler avec ton épée pour me punir de nous avoir libéré de mon pouvoir en te faisant quelques…Euh.. Je te demande à nouveau pardon pour les câlins,

Il fit "non" de la tête. Il n'avait aucun souvenir de ce qui avait bien pu se passer, et c'était la, le point regrettable. Il avait du mal à comprendre la tournure des événements. Il avait donc tenté de l'écraser ? s'il n'était pas devenu daikoujin il ne voyait pas comment c'était possible. Ensuite, il l'avait menacée avec Kotetsu ? Jamais il n'aurait pu menacer un humain directement, il avait bien trop d'honneur et de respect pour eux, même pour le pire des humains subir ne serait-ce qu'un coup d'un shikigami était un acte immonde. Comment lui avait-il pu en arriver à menacer Aarhyel avec Kotetsu ? Pour la punir disait elle ? de l'avoir libéré de son pouvoir ? là il avait du mal à saisir. Et malgré ça elle lui avait fait... des câlins ? ça sonnait de plus en plus bizarre. D'autant plus qu'il détestait les gestes d'affection par dessus tout, enfin ça c'est ce qu'il essayait de s'en persuader. par ce qu'en y réfléchissant il avait beau dire, mais le nombre de fois il avait accueilli Riku dans ses bras pour lui remonter le moral. Il avait du mal avec lui au début mais il avait appris à l'apprécier par la suite. le petit Toujinshi faible était devenu un grand maitre Toujin à leur séparation. Riku...
Il se cacha ensuite le visage dans ses mains.


"C'est moi qui te demande pardon... ce que j'ai fait... c'est impardonnable... et..."

Il avala sa salive avec difficulté.

"...et n'en ayant aucun souvenir c'est d'autant plus détestable..."

Il se maudissait lui-même, jamais il n'avait autant détesté sa nature. et pourtant c'était là sa principale fierté. Mais une fois de plus son plus grand point faible avait eu raison de lui. À croire que cet enfermement chronique commençait a li faire perdre tous ses esprits. Ce qui n'était pas bon signe, s'il continuait à agir ainsi il n'ahurît bientôt plus statut de shikigami mais de youkaÏ. Il devait se ressaisir et vite.

-Dis Kogenta… Supposons, l’espace d’une seconde…De façons tout à fait théorique, nous sommes d’accord, que… Que tu venais à être vaincu par quelqu’un… Tiens, pour rigoler, une fille… Je ne sais pas, qui t’aurait…Par exemple, contraint à faire quelque chose dont tu as horreur …. Qu’arriverait-il?

Il releva finalement la tête dans ses main et la regarda ave une expression d'incompréhension.

"Tu veux dire être vaincu autrement que par un coup mortel ?"

Il n'avait jamais vraiment compris ce principe, de mémoire ça n'était encore jamais arrivé à aucun shikigami, et ça tenait plus de la légende qu'autre chose. Il était rare que les Toujinshi adverses s'attaquent directement à la partie psychique de ces esprits, cela se relèverait d'un très haut exploit, d'une très longue étude. Cependant malgré tous les légendes.

"Je vois où tu veux en venir... parmi mes semblables, les shikigami, cela est une légende, ça n'est encore jamais arrivé à aucun d'entre nous et ce depuis la création de la planète... donc il est hautement peu probable que ça arrive..."

Il marqua un petit temps d'arrêt il fixa toujours le sol, eu fini quand même au bout d'un moment relever la tête et plonger son regard dans le sien avec une expression grave.

"Cependant il est dit dans les textes du début des temps, que la conséquence a ce genre de défaite, entrainerait une soumission immédiate au vainqueur, cela n'est applicable qu'avec les êtres humains. Après je ne connaît pas les détails. Comme je t'ai dit c'est jamais arrivé."

Il ferma les yeux et se laissa tomber en arrière contre le sol. Il venait de comprendre. en liant tous les éléments les aux aux autres.

"... fallait bien que ça arrive à un de nous un jour..."

Il émit alors un soupir. Il ne savait quel était la suite des événements. Voilà pourquoi il n'avait plus de souvenirs, voila pourquoi il avait l'impression d'avoir perdu cette flamme de liberté qui régnait en lui. Il avait du mal à voir comment il pourrait exécuter quelque chose qu'il ne souhaitait pas faire si on lui ordonnait. À moins que son corps ne le fasse systématiquement.

"... qu'on le veuille ou non tu es officiellement mon maitre, et je n'aurais pas d'autre choix que d'exécuter tes désirs, même si cela est contre ma volonté"

Il avait préféré employer le mot maitre plutôt que Toujinshi, la situation semblait beaucoup plus claire énoncée ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   Jeu 17 Nov 2011 - 17:12

«Autrement que par un coup mortel»? Ouais, d’accord, disons-le comme ça si tu préfères… Mais ça revient au même. Je crois? Tu me dis légende. Légende? Légende, comme pour les comptes pour enfant qui ne se fondent sur absolument rien? Comme cette histoire stupide d’une bande de bucherons ivrognes qui ont fait un pacte avec le diable pour voler dans un canot? Ou… Ou de ces légendes composées de un million de mensonges entourant une seule petite vérité? Parce que je veux savoir tu sais. S’il y a une chance, même minuscule que ce soit vrai, je veux savoir.

Jamais? Jamais, jamais, jamais? Jamais? C’est une vérité ou un mensonge narcissique pour donner encore plus l’image de dieux à ceux qui sont comme toi? Parce que tu peux me le dire tu sais. Je sais garder un secret et j’avoue que franchement, ça me soulagerais de savoir que vous n’êtes pas invincible. C’est peut-être pas très évident pour toi, mais côtoyer des être surnaturel dans ton genre… Ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple.

Tu réagis alors étrangement. Je n’arrive pas à décider si tu es désespéré, si tu as mal quelque part-vu nos récent contact ça ne serait pas surprenant- ou si tu viens de réaliser que…


"... fallait bien que ça arrive à un de nous un jour..."

Alors ce n’est pas une légende… Ça peut arriver et malheureusement, ça nous arrive à nous. C’est à mon tour de fermer les yeux. Je ne sais plus que attitude adopter pour cette situation, tout ce que je sais c’est que n’importe qui d’autre serait mieux placer que moi pour savoir quoi faire. N’importe qui… Je suis désolée pour toi, de te contraindre-involontairement- à perdre une part de ta liberté, j’ai également peur parce que je n’aie aucune idée de ce que je dois faire. Mais c’est parce que je sais tout ce que je ne veux pas faire que la colère tente de s’emparer de moi. Hors de questions, je ne veux pas, je peux passer le relais à quelqu’un d’autre?

Je soupire et me passe une main sur le visage, je ne peux pas faire ça. Peut-être que je n’aie aucune envie de le faire, mais il est hors de question que quelqu’un d’autre le fasse. Des chances pour que cette fois ça tombe sur un cinglé…


"... qu'on le veuille ou non tu es officiellement mon maitre, et je n'aurais pas d'autre choix que d'exécuter tes désirs, même si cela est contre ma volonté"

QUOI!??! J’ouvre soudainement les yeux et m’avance vers lui en serrant les poings. Mes côtes protestèrent, mais j’ignore royalement les plaintes de mon corps, il n’y a que ma tête qui arrive à se faire entendre pour le moment. Et ma tête, elle est complètement folle de rage.

-Je ne suis pas un maître…N’utilise jamais ce mot!!

Je ne voulais pas vraiment crier, mais je n’avais pas pu m’en empêcher…«Maître», quel mot exécrable. Juste le penser me fais serrer les dents. Jamais, je ne veux jamais plus l’entendre, de toi ou de qui que ce soit. Toute référence à la domination d’un être sur un autre me répugne et me met hors de moi. Je peux facilement sentir un frisson de dégoût me parcourir le dos.

Ho non…

-P-pardon, je ne voulais pas crier… Je… Enfin… Si tu veux l’utiliser, c’est comme tu veux… Je préfèrerais que tu ne l’utilise plus, mais si tu en as envie tu… Rah! Fais comme tu veux, parles comme bon te semble.

J’ai horreur de ça! J’ai l’impression que chacune de mes paroles sonnent comme un ordre, alors que tu ce que je veux c’est ne te contraindre à rien du tout… Mes pauvres cheveux vont se faire maltraiter, je le sens. Je soupire, d’exaspération, cette fois. Je me désespère, je me fais pitié. Je joue furieusement avec mes doigts et fais demi-tour. Je ne sais plus ou me mettre et encore moins quoi dire. Je me dirigeai au hasard, cherchant mon baluchon de fortune du regard. Il fallait que je quitte cette charmante bibliothèque et vite. La collecte d’information serait pour plus tard, tout ce que je voulais c’était sortir. En trouvant ce que je cherchais, je me penchai pour le ramasser, mais ce n’était pas une bonne idée. À peine mon corps fut-il incliné que mes côtes se firent à nouveau connaître, mais cette fois elles furent impossibles à ignorer. Je ne pus retenir une grimace, tout comme je ne pus retenir mon grognement de douleur lorsque je m’accroupis. Je me saisis sans douceurs de ce qui se trouvait à mes pieds puis me redressa en me tenant les côtes de la main droite.

-Je sais que tu as dit que ça ne s’était jamais produit avant, mais… Combien de temps ça dure cette «soumission», est-ce qu’elle a des limites ou une date d’expiration?

Je ne savais pas pour je ne demandais pas s’il existait un moyen de revenir en arrière ou une façon de me soustraire à ce rôle de «maitre». Devais-je croire que je m’étais résigné à jouer le jeu? Peu importe, je crois que je veux surtout savoir à quoi m’en tenir.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Bien & Le Mal [Pv Aarhyel] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Parc et Lac-
Sauter vers: