AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 WEATHERELL Vinny [Terminé!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« wow vonny such muscles »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 19
• Pouvoir : Le pouvoir de te faire parler comme une star.
• AEA : Calixte, futur sac à main de son état.
• Petit(e) ami(e) : Son livre sacré, fidèle, dévoué, et qui le comprend.

RP en cours : Vinny donne une messe par là.


Messages : 86
Inscrit le : 31/03/2011

MessageSujet: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   Sam 2 Avr 2011 - 18:51



* Vinny Weatherell


*nom – Weatherell
*prénom – Vikenti
*surnom – Vinny
*age – 13 ans
*né(e) le – Ce qui pour nous équivaudrait à un 27 Décembre, de l'année 1301 de son calendrier religieux.

Pouvoir
Vinny a la capacité de faire s'exprimer, s'il prononce le nom de son interlocuteur à voix haute, ce dernier à la troisième personne du singulier. C'est à dire: Une fois qu'il aura dit votre nom, vous ne pourrez plus parler qu'en utilisant votre prénom pour vous désigner, ou 'il', 'elle'.

Alter Ego Astral
Calixte, un serpent noir aux yeux dorés de 183 centimètres (suite de chiffres sensée porter malheur chez lui). Ce serpent, franchement malsain et méchant, comme il le dit lui-même 'existe pour apporter le vice aux hommes'. Vinny le déteste, en a peur, et Calixte lui rend bien en s'obstinant à le suivre. Plus qu'un ami imaginaire, il a été, il y a quelques années pour Vinny, un moyen de canaliser en une seule chose tout ce qui lui faisait peur et ce qu'il n'aimait pas, expliquant le caractère fort particulier de ce serpent.

Passions
Vinny n'a pas vraiment de passion, sinon celle de suivre scrupuleusement les enseignements de Dieu tout au long de sa vie. Sinon, le jeune garçon aime énormément lire, et écrire aussi; Pas des textes de lui, mais recopier des textes. Il aime beaucoup ça.

N'aime pas / Phobies
Si Vinny a une phobie, c'est bien celle des femmes. Dans sa religion, elles étaient assimilées à des créatures maléfiques bannies de la terre, des monstres, et il n'en a encore jamais vu. Egalement, il n'aime pas les reptiles, ou les insectes. Il a peur du noir, et ne sort jamais la nuit: Et il ne supporte pas les histoires de fantômes.



« Dear God, the only thing I ask of you is to hold him when I'm not around »


Histoire

'C'est un monde malade, on ne le dira jamais assez. Par la faute des femmes vous êtes ici, à vivre écrasé sous le poids d'une faute qui n'est pas la vôtre. Mais ne vous en faites pas si; Si vous priez Dieu et êtes bon tout au long de votre vie, vous retournerez au jardin d'Éden à votre mort, car c'est là qu'est votre place. Dieu ne vous fera pas disparaître comme elles, car vous êtes innocents. Alors priez, mes enfants, et nous aventurez pas sur la voie du péché: Là est la clé du Salut.'

« Ce que je peux détester la prière du matin. Je suis jamais bien réveillé, et je me trompe dans mes mots. Quelle galère.

-Moi ça va. J'aime bien regarder le soleil se lever, c'est beau.

-Peut-être, mais je préférerais dormir quand même. »

Deux enfants de neuf et sept ans, marchant tranquillement sur un sentier de terre battue, discutaient après la prière du matin. Le Printemps s'était d'ores et déjà installé, et le jardin regorgeait de fleurs aux couleurs toutes plus éclatantes les unes que les autres. Un décor de paradis, qui devenait forêt grise en hiver malheureusement; Tant que les beaux jours étaient là, il fallait en profiter.

« Vinny, t'es sûr que t'as pas mal à l'épaule?

-Hein? Non, ça va!

-Tu penches. Il est trop lourd pour toi, ce livre. Donne moi ce sac.

-Dimitri, non, c'est pas la peine, je peux le porter, je t'assures! »

Malgré les protestations du petit garçon aux cheveux blancs, son ami s'empara du sac dans lequel se trouvait le livre sacré, le passant par dessus son épaule. Ébouriffant les cheveux de Vinny, qui à présent faisait la moue, Dimitri lui adressa un sourire.

« C'est pas grave si t'es trop petit pour porter ça, tu sais. Je suis là pour porter la moitié de tes ennuis si c'est trop lourd.

-Je resterais pas petit toute ma vie, rétorqua Vinny en jetant un regard de reproche à son ami, Plus tard je serais grand, et je pourrais tout porter tout seul.

-Ah, j'en doute pas. Mais en attendant, c'est moi le plus grand, alors c'est moi qui te protèges. Compris?

-Laisse mes cheveux! »

Vinny aussi aurait aimé être aussi grand et fort que Dimitri. A quoi ça servait d'être petit, si on ne pouvait pas même protéger ceux que l'on aimait? Le garçon aux yeux violets se plaisait à penser que quand il serait plus grand, il pourrait à son tour décharger Dimitri de quelques uns de ses ennuis, comme il le faisait si souvent pour lui. Quand il serait plus grand, il pourrait aussi protéger Dimitri. Oui, c'est ce qu'il se plaisait à penser alors.

Quand je serais plus grand, c'est moi qui te mettrais à l'abri du besoin, j'en fais la promesse.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Quelques années plus tard, nord du pays, Orphelinat de Rozkeler.

« ...Mais poussée par une malsaine curiosité, la femme prit le fruit du savoir entre ses mains blanches, et le croqua. C'est à ce moment-là que le serpent aux écailles vives reparu, sa langue fendue, dardant sur cette traitresse ses yeux dorés. La terre s'ébranla et l'homme, qui n'était pas à ses côtés pour observer le pêché commit en son absence, fut bien malheureux de voir les cieux s'obscurcir de lourds nuages noirs, venant de la gauche, annonciateurs de...

-...D'un méga orage qui allait tous les emporter dans leur tombe.

-Dimitri...! »

Le garçon aux cheveux foncés se mit à rire, sous le regard choqué de son compagnon qui, assis sur son lit, en face de lui, avait posé l'énorme livre sacré sur ses genoux. Lorsque son fou rire se mua au bout de quelques minutes en irrépressibles hoquets amusés, Vinny le foudroya du regard. Ça ne faisait jamais que la troisième fois qu'il réinventait les Saintes écritures selon son bon plaisir, chose que Vinny ne se serait jamais permis de faire, pour sa part; Elles étaient les piliers fondateurs de leur histoire et de leur vie, c'eut été un blasphème que d'y ajouter ou d'y transformer quoi que ce soit, comme Dimitri s'amusait à le faire. Et même si c'était pour s'amuser, le jeune garçon aux cheveux blancs n'aimait pas ça, pas du tout.

« Dimitri, tu pourrais arrêter de dire des bêtises cinq secondes, oui? Comment je suis sensé apprendre ce texte par cœur, si tu m'interrompt sans arrêt?

-Oh...J'y peux rien si t'as aucune mémoire. Ça fait pas trois jours que t'essayes de l'apprendre? Tu devrais déjà le savoir par cœur. »

Pour toute réponse, Vinny lui adressa une moue vexée, repartant dans la contemplation silencieuse des lignes serrées de son manuscrit. Il vit bien les grands gestes que Dimitri faisait pour attirer son attention, mais l'ignora volontairement, ayant décidé que trop, c'était trop, et que son camarade aux yeux bruns ne méritait pas la plus petite once de son attention. Et certainement aurait-il continué à l'ignorer si Dimitri, visiblement déterminé à ruiner pour de bon ses révisions, ne s'était pas jeté sur le lit à côté de lui, lui ôtant le livre des genoux, pour négligemment le jeter sur un bureau de bois se trouvant non loin de lui. Vinny poussa un cri, lançant un regard courroucé à Dimitri, qui lui répondit par un grand sourire. Comme Vinny détestait quand il l'embêtait de la sorte; Il ne trouvait jamais rien à répliquer et n'arrivait pas à complètement se fâcher. Résultat, Dimitri prenait plus cela comme un jeu qu'autre chose. Peut-être cela l'était-il, au fond?

« Tu t'en fiches de ces textes, ça fait des années qu'on les lit, ils ont pas changés. Tant que tu as la foi, ça te sers à rien de les apprendre par cœur.

-Mais siii, gémit Vinny, cachant sa tête dans son oreiller qu'il serrait contre lui, sijenelefaispas, ledirecteurvamedisputer...

-Hein? Enlève cet oreiller de ta tête, je comprend rien à ce que tu dis! »

Pour toute réponse, Dimitri se prit l'oreiller en question dans la tête, partant d'un nouvel éclat de rire alors qu'il saisissait le livre sacré pour se protéger des assauts de son ami aux yeux violets.

A l'orphelinat de Rozkeler, comme dans tous les autres orphelinats entourant jusqu'à la plus petite des villes du pays, étaient élevés des jeunes garçons de leur naissance jusqu'à leur majorité, jour où ils pouvaient enfin intégrer la ville et commencer leur vie en société selon la stricte morale apprise dans leur enfance. Situé près d'une grande ville aux milles lumières, celui de Rozkeler ne faisait pas exception à la règle, et dans les austères murs de cette énorme bâtisse, l'on apprenait aux jeunes garçons à croire aux écritures sacrées et en la parole de Dieu, qui promettait à chaque homme doté de la foi le retour au jardin d'Éden, d'où ces derniers avaient été bannis depuis fort longtemps par la faute de la femme, qui ayant croqué le fruit défendu du savoir, avait entrainé la déchéance de l'homme. Vinny Weatherell et Dimitri Volya étaient deux pensionnaires de l'orphelinat de Rozkeler, deux amis d'enfance qui suivaient avec un grand sérieux et un moins grand sérieux l'éducation dispensée dans cet endroit où chaque pièce était imprégnée de l'essence de Dieu. Comme tous leurs autres camarades, ils n'avaient aucune idée de ce à quoi la ville ressemblait de l'intérieur; C'était le privilège des adultes. Eux se contentaient de regarder les lumières danser au loin, comme un Paradis inaccessible, rêvant de ce que serait leur vie une fois qu'ils auraient fêtés leurs dix-huit ans.

« Hey, Vinny, fit Dimitri, observant son ami aux cheveux clairs enlever avec soin toutes les plumes qui s'étaient par mégarde répandues sur lui suite au 'décès accidentel' de l'oreiller qui lui avait servit de projectile, tu t'es déjà demandé ce que ça serait si on avait jamais été chassés du jardin d'Éden?

-Oui, parfois,
répondit Vinny après un petit silence, mais pas souvent. Tu sais, si on est sages, Dieu nous laissera y retourner à notre mort. Il ne faut pas trop songer au passé.

-Mais notre mort, c'est genre super loin. J'ai tout le temps de me poser des questions entre temps. Oh, j'avais jamais remarqué ce que ça te donnais l'air fin, les plumes dans les cheveux!

-Tais toi! (il enleva d'un geste sec les dernières plumes qui avaient trouvées refuge sur sa tête) C'est ta faute, tu n'avais pas qu'à te protéger avec le livre sacré, et il n'aurait pas percé l'oreiller.

-Diantre, cet objet est drôlement pointu! Ça ferait une bonne arme.
Et avec cette intelligente remarque, Dimitri le mit à l'horizontal, faisant sembler de viser Vinny avec. En garde, sir!

-Arrête de blasphémer! Toi, c'est sûr, tu n'iras jamais au Paradis! »

Puis ils se remirent à rire, parlant jusqu'à ce que la cloche du dîner ne les force à sortir et se rendre dans le grand réfectoire de l'orphelinat. Vinny ne connaissait rien du monde extérieur, et sa vie se résumait à l'orphelinat, les jardins et potagers l'entourant, ainsi que la mer, qui se trouvait non loin de Rozkeler, et à laquelle ils se rendaient parfois quand le temps leur permettait. Personne ici ne savait, à part les adultes qui s'occupaient d'eux, ce à quoi ressemblerait leur vie une fois qu'ils seraient partis d'ici. Vinny n'osait jamais le dire à Dimitri, qui semblait si impatient de quitter cet endroit, mais il ne se sentait pas prêt à le découvrir. Il ne pensait pas se sentir prêt un jour. N'auraient-ils pas mieux fait de rester ici, à Rozkeler, plutôt que s'en aller, une fois qu'ils auraient eu dix-huit ans? C'est la pensée qui hantait son esprit depuis bien longtemps déjà.

« Her, mais c'est bientôt ton anniversaire, non? »

Exclamation de Dimitri, petit hochement de tête de sa part. Honnêtement, il aurait préféré que non. Treize ans...Ce n'était pas le nombre de ses années qu'il fêtait à chaque anniversaire, mais le nombre d'années qui le séparaient de la sortie. Quatorze, quinze, seize, dix-sept, dix-huit...Encore cinq ans. Maudit compte à rebours. Dimitri n'avait plus que trois ans à y passer, lui. Qu'allait-il faire lorsqu'il serait parti? C'est sur ces fort peu brillantes pensées que Vinny et son ami s'installèrent à table, entamant la prière qui le précédait toujours.

'Si je pouvais demander une faveur à Dieu, alors...'

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

C'était quelques temps après le diner, Vinny était attablé à une immense table de bois, dans la bibliothèque de l'orphelinat. L'hiver avait d'ores et déjà jeté son froid voile sur le petit pays, et la neige avait couvert les alentours de son immaculé manteau scintillant. Les enfants ne travaillaient plus dehors ni dans les jardins, passant leur temps, théoriquement du moins, à recopier les Saintes écritures. Traçant de son écriture calligraphiée quelques mots sur la page blanche, le jeune garçon aux cheveux blancs s'arrêta, sa plume en mains. Dimitri aurait du le rejoindre depuis un quart d'heure déjà, mais sans doute son entretien avec le Directeur s'éternisait-il. Ça n'aurait guère été étonnant: Quelle idée que de se pendre à une des poutres du hall d'entrée à l'aide d'une écharpe! Un jour, il allait se tuer. Fermant le livre qui se trouvait à ses côtés, il hésita, avant de se lever, puis se diriger vers une des immenses étagères qui tapissaient de leur imposante présence la salle. Il trouva rapidement l'ouvrage qu'il cherchait, se félicitant de ne pas avoir à prendre une échelle pour pouvoir l'attraper. Si seulement il avait été plus grand! Vinny retourna s'asseoir à sa table, posant l'ouvrage sur la surface polie. Il était remplit de poussière, à un tel point qu'il se mit à tousser en l'ouvrant un peu trop brusquement. Les pages étaient jaunies, anciennes; Personne ne devait l'avoir lu depuis un long moment. Vinny aimait beaucoup lire, mais ce n'était pas pour le plaisir de lire qu'il avait prit ce livre là, mais pour trouver des réponses. Trouver des réponses à ce cauchemar qui l'empêchait de dormir certaines nuits. Personne n'était au courant, à part Dimitri, vers qui il allait automatiquement lorsque tout ceci devenait insupportable. Et il ne comptait pas le dire à qui que ce soit d'autre, sûrement pas! Ils seraient moqués de lui, l'auraient traité de fou. Lui-même pensait l'être parfois, honnêtement. Mais Dimitri lui avait dit que s'il l'avait été, il l'aurait remarqué, et qu'il était certain que ce n'était pas le cas. Dimitri était toujours si gentil avec lui. Sans lui, il ne savait pas ce qu'il aurait fait.

Parcourant rapidement, habitué, les lignes serrées de l'ouvrage, il poussa un soupir. Dieu, qui avait crée toutes choses en ce monde, avait crée cet endroit en piège pour l'homme. Logique, quand on savait que cette terre avait été créée spécialement pour les punir. Mais comment discerner le vrai du faux, quand personne ne s'accordait sur une seule version de chaque fait? Vinny détestait ces histoires de revenants que l'on racontait le soir pour se faire peur, ces âmes perdues qui hantent les vivants pour se venger d'être coincées entre deux ciels. Il tremblait comme une feuille chaque fois que quelqu'un en racontait une, maudissant son manque de courage. Des âmes d'hommes pécheurs, qui parcouraient les rues en ombres silencieuses que l'on voit une fois la nuit tombée. Vinny, pour sa part, n'en avait jamais vu de ses propres yeux, se contentant de 'témoignages' rapportés par certains de ses camarades qui, voulant se faire peur, étaient sortis de leur chambre la nuit. Le jeune homme ne donnait pas beaucoup de crédit à ces racontars, qui étaient tout sauf crédibles. Mais il ne pouvait s'empêcher de penser que ces ombres existaient malgré tout. Parce que des fois, la nuit...Il ne voyait rien, mais il entendait. Toujours la même voix, qui racontait toujours la même chose. Des murmures incompréhensibles, litanies inintelligibles, mais dans lesquelles il percevait comme un appel au secours. Parfois cette voix était calme et douce, parfois elle avait cette intonation colérique qui lui serrait douloureusement le cœur. Elle était tellement ténue, mais bien présente, juste là, contre son oreille. Était-il fou? Il se le demandait. Son attention fut attirée par une phrase prise au hasard des nombreuses lignes du texte, phrase anodine mais qui le fit s'arrêter dessus sans qu'il sache trop pourquoi:

'Parfois, l'âme se coupe en deux et, un morceau dans chaque corps, elle lie et ne fait battre la vie qu'à moitié dans chaque être. C'est ce qu'on appelle la double naissance.'

Il pencha sa tête sur le côté. La double naissance, hein? Refermant le livre, il le glissa dans son sac, aux côtés du livre sacré, qu'il emmenait partout où il allait. Son épaule protesta vivement contre la lourde charge qui se trouvait dans son sac, mais il se refusa à alléger ce dernier. Ce n'était pas comme s'il y avait mille kilomètres entre la bibliothèque et sa chambre, elle tiendrait le coup. Passant la lourde porte de bois, il se souvint soudain de quelque chose. Dans deux jours, c'était son anniversaire.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

« Joyeux anniversaiiiiiire...~

-Ça fait deux semaines que tu chantes ça...C'est bon, j'ai treize ans, j'ai compris. »

Vinny regarda Dimitri passer d'un rocher à un autre, sautillant au risque de tomber, et jeta un œil au groupe derrière lui. Le directeur les avait emmenés à la plage aujourd'hui, car bien qu'il faisait froid, il n'était pas aussi mordant que de coutume, et ils avaient besoin de bouger. Pendant que certains préféraient s'asseoir et profiter de ce temps de repos, d'autre s'amusaient à faire la course avec les vagues, ou faire des châteaux de sable, pour les plus petits. Empêchant son couvre-chef de s'envoler, Vinny se demanda combien de pas allait encore faire Dimitri avant de s'écrouler dans l'eau. Il fallait dire que les rochers étaient glissants, et que ce dernier s'amusant à sauter dessus pieds joints, ça ne l'aurait guère étonné qu'il finisse trempé avant la fin de la journée.

« Désolé, je pensais juste pas que tu allais encore fondre en larmes cette année. Tu sais, faudrait que t'arrêtes, tu nous fais le coup à chaque fois, on a l'impression d'être des monstres, à force!

-C'est votre faute,
répliqua Vinny en rougissant légèrement, à chaque fois je vous dit qu'il ne faut pas chanter, et tout le monde se met à chanter quand même...

-Oui mais un anniversaire sans chants, c'est plus un anniversaire.

-Si. Moi, ça me conviendrait. »

Grimpant sur un rocher à la suite de son ami aux cheveux bruns, Vinny tourna son regard violet vers la mer, grise en cette saison, et les oiseaux qui s'ébattaient joyeusement à la surface de l'eau gelée. Il aimait beaucoup la mer. Elle était belle et reposante, et ce quelle que soit la saison. La nature ne perdait jamais de sa beauté, pas même en hiver, bien que certains arbres soient entièrement nus. Sursautant lorsque Dimitri vint se tenir près de lui, il lui lança un regard interrogateur lorsqu'il lui mit un énorme coquillage sous le nez.

« Quoi?

-Tiens, c'est pour toi, pour te faire un nouveau chapeau. Non, je plaisante. C'est un truc que j'ai lu dans un livre dont je me rappelle plus le titre...Mais bon, on s'en fout, alors c'est pas grave.

-Un truc que tu as lu dans un livre?
Répéta Vinny sans comprendre, prenant le coquillage qui ressemblait à un soleil entre ses mains gantées.

-Oui. Ça, tu vois...(Il appuya son doigt sur le coquillage) C'est sensé éloigner les mauvais rêves. Ça m'étonnerait que ça marche, mais tu peux toujours essayer, toi qui a tant de mal à dormir, parfois. »

Vinny ouvrit grand son œil en entendant ceci, dardant sur Dimitri un regard surpris. Puis un immense sourire étira ses lèvres, alors qu'il serrait un peu plus le coquillage entre ses mains. Dimitri et lui se connaissaient depuis toujours, et il ne se rappelait pas une seule journée sans que son ami aux yeux bruns ait été près de lui. Il s'occupait sans cesse de lui, le rassurant et le motivant quand son morale était au plus bas. Et même si Dimitri ne cessait de faire des bêtises et se faire remarquer dans le pire sens du terme qui soit, il n'aurait jamais pu se passer de lui. Ils se connaissaient depuis toujours, alors...Songeant aux deux années qu'il allait devoir passer sans lui à l'orphelinat, il se fit violence afin de maintenir ce sourire sur son visage. Il ne savait pas comment il allait faire, mais il aurait tout le temps d'y penser après. Ce coquillage, déjà mouillé du sel de la mer, n'avait pas à l'être de celui de ses larmes.

« Merci beaucoup, Dimitri.

-C'est rien. Tu sais bien que si je prend pas soin de toi, tu mourrais, t'es tellement peu dégourdi!

-Hey! »

Dimitri venait de sauter dans une flaque d'eau salée, arrosant son camarde au passage, qui enlevant ses gants, lui balança du sable à la figure en compensation. La bataille aurait certainement continuée si le Directeur, de loin, ne leur avait pas fait signe de se calmer sur le champ. Essuyant ses mains humides sur son pantalon, il regarda Dimitri maudire ses chaussures de prendre aussi facilement l'eau. Forcément, s'il sautait dedans comme ça, aussi...

« Tsss...On a même plus le droit de s'amuser, ici. Quelle prison.

-N'exagère pas...Il n'a juste pas envie qu'on attrape froid. »

Ou qu'on salisse le sol en rentrant. Mais ça, Vinny se garda bien de le dire à voix haute, toutefois. Regardant l'éther parsemé de nuages gris, Vinny se prit à regretter la neige qui était tombée en abondance il y avait quelques semaines, ayant à présent laissé place aux pluies diluviennes qui inonderaient bientôt les environs. Quand il pleuvait, ils avaient interdiction de sortir, et le garçon aux cheveux blancs se languissait du jardin rempli de fleurs en été. Plongé dans la contemplation du ciel, il fit, soudainement, sans trop savoir pourquoi:

« Dis, Dimitri, c'est quoi une double naissance? »

Dimitri, enlevant de devant ses yeux une mèche de ses cheveux foncés, lui lança un regard interloqué.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Vinny plaqua ses mains contre ses oreilles, ne supportant plus cet incessant murmure qui sifflait contre son oreille, l'empêchant de fermer l'œil. La nuit avait étalé au dehors son dôme titanesque d'étoiles, mais même leur vision n'arrivait pas à empêcher le garçon aux yeux violets de trembler comme une feuille. Il avait la désagréable impression que s'il s'endormait, cette voix reviendrait le visiter dans ses rêves, les transformant en horribles cauchemars. Dans le lit, en face, Dimitri dormait paisiblement, et Dieu savait combien Vinny aurait voulu l'imiter! D'ordinaire, il allait le réveiller et s'endormir contre lui pour se rassurer, mais il n'avait pas envie d'encore le déranger. Tendant son bras, qui se posa sur le livre sacré posé sur sa table de chevet, il chercha quelque chose dans l'obscurité, tâtonnant un moment avant de pouvoir saisir le coquillage, qu'il fut obligé de prendre à deux mains pour ne pas le laisser tomber. Le serrant nerveusement contre lui, il expira longuement. Il voulait dormir, mais pas que ses songes soient peuplés de créatures effrayantes. Sentant une larme rouler le long de sa joue, il l'essuya immédiatement. Il voulait être fort, ne plus pleurer pour rien. Finalement, au bout d'une longue demi-heure qui sembla une éternité aux yeux de Vinny, la voix cessa de chuchoter à son oreille, et il pu glisser, le coquillage toujours serré dans ses mains, dans un sommeil fragile.

'Une double naissance? Bha...C'est quand Dieu, au lieu de mettre une âme dans un seul corps, la sépare en deux et en met une dans un corps chacun. C'est comme Pascal et Tylus, tu vois? Ils sont issus d'une double naissance, c'est pour ça qu'ils se ressemblent tellement et qu'ils peuvent pas vivre séparés l'un de l'autre. C'est la même âme, mais dans deux êtres, coupée en deux.

-Ah bon...'

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Décidément, cette nouvelle année semblait placée sous le signe des questions et des interrogations. A peine Vinny était-il rentré du cours de chants qu'on dispensait à lui et trois autres de ses camarades (sous prétexte qu'ils ne chantaient pas assez fort ni assez juste), Dimitri, qui était affalé sur son lit, lui demanda:

« C'est quoi, la famille et l'amour, pour toi? »

Vinny resta dos à la porte, appuyé contre cette dernière, son livre sacré serré entre ses bras, les sourcils froncés. La famille et...l'amour? Pourquoi Dimitri lui demandait-il ça, d'un coup? Essayant de se rappeler s'il était question de ces deux notions dans le livre qu'il tenait contre lui, il laissa s'échapper un petit 'hmm', qui fit se redresser Dimitri, qui le foudroya du regard.

« Non, je t'ai demandé ce que toi t'en pensais, pas ce que les saintes écritures peuvent en dire.

-Mais je ne sais pas, moi,
se défendit Vinny, affichant une petite moue attristée sans s'en rendre compte, c'est...Peut-être un nom de prière?

-Ça pourrait. Mais faudrait qu'on sache ce que c'est, avant de faire une prière dessus, non? »

Vinny ne pu qu'acquiescer devant la logique imparable de son ami, se dirigeant vers son propre lit pour y poser son livre. Il ne savait pas pourquoi Dimitri lui posait cette question; Peut-être avait-il de nouveau volé un des livres du Directeur, ça n'aurait pas été étonnant. Quand il serait surprendre, peut-être arrêterait-il, et encore, Vinny n'en était pas sûr du tout. Plus les adultes le disputaient, plus il semble s'amuser de ses bêtises. C'était, il devait l'avouer, quelque chose que Vinny ne comprenait pas bien. Quand on le disputait, lui, il avait juste envie de pleurer, pour sa part.

« On ne peut pas expliquer quelque chose qu'on ne connaît pas, si? D'ailleurs, je me demande où tu as entendu parler de ça, fit Vinny, s'asseyant sur le rebord de son lit, tu as encore volé des livres?

-On s'en fiche, d'où j'ai entendu parler de ça. Et puis, je suis pas d'accord avec toi. Comment tu peux savoir que tu ne connais pas ça, si tu ne sais pas le définition de ces mots?

-Euh... »

Vinny se tu, ne sachant que répliquer. Ce silence sembla curieusement satisfaire Dimitri.

« Tu es incapable de réfléchir, c'est exactement ce qu'ils veulent.

-Pardon? »

Vinny lui lança un regard interloqué, les sourcils froncés. Que voulait-il dire par là? Dimitri cependant ne lui répondit rien, détournant la conversation, et Vinny le suivit, n'osant guère lui rappeler qu'il avait omit, volontairement, de lui répondre.

Vinny et Dimitri n'étaient que des enfants, ignorants de l'extérieur, et qui cherchaient chacun de leur côté des réponses à leurs interrogations. Seulement, il est des choses qui gagnent à être tues et à ne jamais être vues. Dans un monde clos, dirigé par les adultes et la religion, penser de notre propre chef n'est jamais bien vu. Les enfants restent enfermés jusqu'à l'âge adulte, puis on les lâche dans des villes dont ils ne connaissent rien, afin d'y vivre une existence toute tracée par la conduite apprise par cœur dans les orphelinats. La vie des ces enfants est du par cœur, ils sont les martyrs de leur génération, ceux qui doivent rester aveugles, muets et sourds à tout ce que les adultes ne leur apprennent pas. Ça ne dérange pas Vinny d'être aveugle, muet et sourd. Il pense encore qu'en fermant les yeux, les monstres dans le noir disparaissent pour de bon. Mais les murs s'imprègnent des atrocités qu'on commet en leur sein, et répercutent les cris qu'ils ont entendu résonner dans le silence à l'infini. Les hommes peuvent oublier, mais les murs n'oublient jamais.

'Pécheurs, l'heure de votre jugement est venue. Ceux qui asservissent et tuent seront frappés un jour ou l'autre par l'éclair divin. Ainsi que Dieu l'a dit, les hommes doivent vivre en harmonie et se créer un nouveau paradis; C'est une épreuve de force. Ceux quoi choisissent la voie de la facilité seront punis pour leurs crimes trop nombreux.'

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Une pièce sombre, faiblement éclairée par les rayons artificiels d'une lampe. Si sombre qu'il ne parvenait pas à en distinguer les contours, ni tout ce qui pouvait bien s'y trouver.

« Où suis-je? » Se demanda-t-il, et il eut l'impression que sa question se perdit en résonnant dans l'obscurité de la pièce. Il resta là un long moment, immobile, à tenter de voir ce qui l'entourait. Au bout d'un moment, il pu réussir à distinguer des silhouettes courbées, et des bruits de chaînes. Des gémissements plaintifs.

Cet endroit n'est pas seulement la maison de Dieu, c'est aussi l'antre du Diable.

Quand des bruits de pas se rapprochèrent, il releva la tête, fixant intensément ce qui se trouvait devant lui, tremblant. Il s'attendait à voir apparaître dans son champ de vision un monstre aux yeux rouges, mais il n'en fut rien; Ce fut bien pire. Une silhouette menue, maigre, enroulée négligemment dans des vêtements trop grands pour elle, se présenta à lui. Un peu plus petite que lui, cette silhouette possédait de longs cheveux châtains qui touchaient presque terre, et deux grands yeux violets qui le fixaient avec la même intensité. Ce regard le troubla; Il lui semblait l'avoir déjà vu quelque part.

« Ça fait longtemps que je t'attends, et cette voix le fit frissonner, car c'était celle qu'il entendait durant ses nuits d'insomnie lui murmurer à l'oreille, très longtemps.

-Qui es-tu...? »

A sa question, seulement un petit rire. Un rire cassé, brisé, mais terriblement clair. Un timbre de voix qu'il n'avait jamais entendu jusque là.

« Je suis le démon qui murmure à ton oreille. Je suis celle qui ne te quittes jamais. Je suis ton pire cauchemar. »

Celle...?

« Je suis ce que tu devines mais que tu n'oses pas dire. Je suis la moitié de toi.

-La moitié de moi?

-C'est triste qu'on ai été séparés comme ça. On a toutes perdu quelqu'un ici. On a été séparées de la lumière de force. J'ai longtemps attendu que tu viennes ici, ma lumière. Je me demande si ce soleil dont on parle éclaire autant dans les rêves. »

Il regardait cette apparition sans rien dire. Celle, toutes? Il fit un pas en arrière, effrayé. Cette personne était...Ces personnes qui l'entouraient, en gémissant, elles étaient toutes...

« Où vas-tu? Tu ne devrais pas partir. En haut, c'est le mensonge. Ici, c'est la vérité. Tu ne veux pas savoir la vérité? »

Non, il ne le voulait pas. Il se complaisait à merveille dans son petit monde, ne voulait pas que cela change un jour. Si les choses changeaient, s'il creusait afin de trouver ce que l'on avait enfouit si profondément...Il y perdrait la vie. Il n'est pas de révélations sans sacrifices. Il ne voulait pas sacrifier son âme à une vérité dont il se passait. Aveugle il était, aveugle il resterait. C'était ce qu'il désirait, du plus profond de son cœur.

« Quelqu'un le fera pour toi si tu ne le fais pas. Ne sens-tu pas les battements du cœur de cette personne que tu aimes plus que tout? Tu perdra tout.

-Je ne comprend rien...

-Ne t'en fais pas, tu comprendras assez vite. C'est vrai que tu ne peux pas voir sans tes deux yeux. »

Le sourire de la silhouette s'agrandit, et il en eut peur. Ce sourire lui faisait peur. Cette personne lui faisait peur. Il voulait s'en aller. Mais comment retrouver son chemin, dans cette obscurité?

« On ne fête pas l'anniversaire des créatures de l'ombre. Le Diable n'a pas de date de naissance. Mais j'ai quelque chose qui t'appartiens, tu sais? »

La silhouette tendit le bras, le faisant sursauter. Elle ouvrit lentement sa main, et il vit ce qu'elle avait posé à plat sur sa paume. Un œil de la couleur de l'améthyste. De la même couleur que ses yeux à elle. De la même couleur que ses yeux à lui.

Il se mit à hurler.

Se redressant dans son lit en criant, il fut surpris de trouver Dimitri juste à côté de lui. S'accrochant à lui dans un mouvement désespéré, il fondit immédiatement en larmes. Quel horrible cauchemar, tout lui avait paru si vrai...!

« Ne t'en fais pas, Vinny, fit Dimitri en le serrant contre lui, je trouverais le moyen de faire cesser tes cauchemars. Tu verras, je te le promet. »

Et Vinny savait qu'il disait vrai. Parce que Dimitri ne brisait jamais ses promesses, jamais. Dans son oreille, comme un dernier souffle, la petite voix murmura, une dernière fois:

'Joyeux anniversaire, Vikenti.'

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Vinny regarda la place voisine à la sienne, l'air embêté. Ce matin-là, après le petit-déjeuner, Dimitri lui avait dit de partir devant, qu'il le retrouverait au déjeuner. Seulement, la prière était passée, la moitié du déjeuner entamé, et toujours aucune trace de Dimitri. Où avait-il bien pu passer?

« Il va se faire disputer, s'il arrive en retard...songea Vinny, redressant soudainement la tête lorsque quelqu'un s'arrêta juste devant lui. Uh?

-Vikenti Weatherell? Sais-tu où se trouves ton camarade, Dimitri Volya? »

Au dessus de lui, la figure allongé du Directeur de Rozkeler se profilait. Vinny baissa les yeux sur son assiette, confus.

« Je ne sais pas, Monsieur.

-Tu ne sais pas? Ne partagez vous pas la même chambre?

-Si, Monsieur. Mais je ne l'ai plus revu depuis le petit-déjeuner. Il m'a dit qu'il avait quelque chose à faire, et s'en est allé. Je ne l'ai pas revu depuis.

-Bien. Si tu le vois, dis lui que je l'attend dans mon bureau.

-Bien, Monsieur. »

Vinny regarda le Directeur s'éloigner, son grand manteau noir flottant derrière lui. Oh non, qu'avait donc encore fait Dimitri? S'il ne revenait pas vite, il allait avoir de sérieux ennuis. Se mordant a la lèvre inférieure, il ne toucha plus à sa soupe. Dimitri avait réussi à le rendre inquiet, maintenant!

« Her, pst! »

Vinny tourna sa tête vers Pascal, jeune homme de seize ans aux cheveux roux et vers Tylus, qui partageaient les sièges à sa gauche.

« Il va avoir de gros ennuis, Dimitri. Qu'est-ce qu'il fait?

-Si seulement je le savais. »

Le jeune garçon aux cheveux blancs poussa un long soupir. Il lui semblait que cette fois-ci, Dimitri allait être gravement sanctionné pour sa bêtise. Jetant un regard au portrait de Dieu accroché au mur en face de lui, il ferma les yeux, priant pour que son ami aille bien, et qu'il revienne le plus vite possible. Ses prières furent entendues le soir-même, mais pas comme il l'aurait espéré.

'Si je pouvais demander une faveur à Dieu, alors je lui demanderais que l'on puisse...'

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Vinny était assis sur son lit, récitant un passage du livre sacré qu'il devait apprendre par cœur pour le lendemain. Mais sa mémoire jouant les gruyères, comme d'habitude, il n'avait réussi à en mémoriser parfaitement que deux lignes. L'absence de Dimitri l'inquiétait plus qu'il ne l'aurait cru possible, et il jetait sans cesse des coups d'œil anxieux vers la porte, et vers le lit de son ami aux yeux bruns, désespérément vide. Sans Dimitri, rien n'était plus pareil. La chambre ne résonnait pas de joyeux rires, le silence pesant douloureusement sur le cœur de Vinny. Les adultes étaient tous partis à la recherche de Dimitri dans l'après-midi, mais il restait introuvable. Personne ne savait où il était allé, mais il était certain qu'il n'avait pas pu sortir du bâtiment, alors les recherches se poursuivaient. Il était onze heures du soir à présent, et Vinny attendait toujours. Il attendait car il savait que Dimitri ne le laisserait jamais tomber, n'est-ce pas? Il le lui avait promit. Et Dimitri...Il ne brisait jamais ses promesses.

Profond soupir, suivit de deux coups discrets tapés contre le bois de la porte. Vinny se redressa sur ses deux pieds, l'œil grand ouvert, plein d'espoir. Peut-être était-ce Dimitri qui revenait? Mais les adultes ne l'auraient-ils pas prévenu au préalable qu'on avait retrouvé sa trace? Vinny se dirigea vers la porte sans plus se poser de questions, et l'ouvrit. Cette dernière grinça légèrement sur ses gonds, et une silhouette bondit vivement dans la pièce, manquant de faire pousser au garçon aux cheveux de neige un petit cri.

« Chut! Ne crie pas, surtout, ne crie pas!

-Dimitri...? »

C'était bien lui, mais son visage avait une expression que Vinny ne lui connaissait pas. Ses traits semblaient tirés par la fatigue et l'angoisse, et il était essoufflé, comme s'il avait couru sur des kilomètres et des kilomètres. S'approchant de lui, il vit également que sur son front s'étalait une blessure dont le sang avait séché, mais qui restait profonde. Le regard violet de Vinny se fit inquiet.

« Dimitri, où tu étais passé? Tout le monde te cherche partout! J'étais si inquiet pour toi!

-Chut, ne parles pas si fort...Je t'expliquerais, mais avant, il faut partir.

-...Partir? Comment ça, partir? Tu en as parlé aux adultes? Attends, est-ce qu'ils savent au moins que tu es ici? »

Le silence de son ami parla pour lui.

« Dimitri...!

-Vinny, il ne faut pas rester là. Absolument pas. Cet endroit est malsain. Aux sous-sols, ils...On ne doit pas rester là. »

Devant le regard mortellement sérieux du jeune homme aux cheveux bruns, Vinny ne su plus quoi dire. Partir? Mais pourquoi? Il ne voulait pas partir. Ici, c'était sa maison. C'était sa...Sa...

« Tu te souviens quand les adultes nous disaient que la femme était une abomination, qu'elle avait causé la déchéance des hommes, et que c'était pour cette raison que Dieu l'avait bannie de notre Terre? L'avait effacée? Tout ce qu'on nous raconte depuis toujours...C'est des mensonges.

-Pardon? La religion, un mensonge?

-Non, pas la religion, ça j'en sais rien. Cet endroit, ce n'est pas la maison de Dieu, c'est l'antre du Diable, crois moi. Si on part pas d'ici, on deviendra comme eux. J'avais des doutes depuis un moment déjà, mais là, c'est fondé.

-Je ne comprend rien...Pourquoi...?

-Ne me force pas à te le dire, Vinny. Si tu ne veux pas partir, je ne peux pas t'obliger, mais...Il faut partir. C'est mal de rester là. »

Vinny considéra un instant son ami, et baissa la tête, l'air complètement perdu, tentant vainement de faire la part des choses. Partir, il fallait partir. Il entendait bien l'empressement et l'angoisse dans la voix de son ami de toujours, et il savait qu'il n'aurait jamais pu pousser une plaisanterie aussi loin. Qu'est-ce qui pouvait bien lui faire peur à ce point? Ici, ce n'est pas la Maison de Dieu, c'est l'antre du Diable. Repensant à son cauchemar, un frisson lui secoua le corps, et il du réprimer ses larmes, qui menaçaient de rouler le long de ses joues. Partir, il fallait partir. Il ne savait pas pourquoi, mais si Dimitri le disait, ça devait être vrai, il n'était pas le genre de personne à avoir peur pour rien, contrairement à lui.

« Vinny?

-...Si tu pars, alors je pars. Je ne veux pas rester ici sans toi. Où que tu ailles, je te suivrais. Parce que je sais que tu nous mettras à l'abri. »

Devant le regard violet de son ami qui avait prit un éclat déterminé, Dimitri ne pu que sourire. A l'abri...Oui, il le mettrait à l'abri, coûte que coûte.

« Prends quelques affaires. Fais le plus vite possible. On s'en va maintenant. »

Vinny acquiesça, se dirigeant vers son bureau, de sous lequel il sorti son sac noir. Il y mit quelques vêtements, quelques effets personnels, des photos, surtout. Puis le livre sacré, car il se refusait à l'abandonner. Il avait besoin, maintenant plus que jamais, de l'aide de Dieu, de son soutien. Il avait besoin de quelque chose en lequel croire. Puis, s'en souvenant au dernier moment, il prit sur sa table de chevet le coquillage que Dimitri lui avait offert, celui qui ressemblait à un soleil, celui qui éloignait les cauchemars. Il le mit dans son sac, et lorsque ce fut chose faite, il se tourna vers l'autre jeune homme, qui avait également finit de faire son sac. Ils échangèrent un regard entendu, plein de doutes et de peur, mais déterminé. Sortir. Vinny savait qu'au fond, il n'en avait pas envie. Cet endroit était sa maison, et il répugnait à le quitter.

Mais au fond, il commençait à se demander si ce n'était pas plutôt Dimitri, sa maison, son refuge. Sans lui, il aurait été si perdu, seul dans cette immense bâtisse aux murs gris...

« On y va. »

Doucement, ils se dirigèrent vers la porte, qu'ils poussèrent en faisant le moins de bruit possible. Vinny avait laissé sa chandelle allumée, afin que les adultes pensent qu'il veillait encore à l'intérieur de sa chambre. Leurs pas ne résonnaient que peu sur le sol dallé, Dimitri lui ayant intimé silencieusement l'ordre de ne faire aucun bruit. Vinny ne comprenait pas pourquoi ils devaient fuir, mais si Dimitri lui disait que c'était nécessaire, alors ça l'était, obligatoirement, il connaissait assez son ami pour avancer ce genre d'hypothèse. Il ne comprenait pas bien ce qu'il lui avait dit à propos des sous-sols, ni des femmes ou de la religion. Les adultes leur mentaient, depuis le début? S'il n'y avait que des hommes sur terre, c'est que la femme, pour avoir trahie la confiance de Dieu, avait été effacée, bannie de la terre. Eux devaient bien se comporter et prier Dieu afin de pouvoir regagner le jardin d'Éden, leur lieu d'origine. Les femmes étaient des démons, des monstres, elles avaient apportées le malheur aux hommes...Il était tout à fait normal qu'elles soient punies de la sorte, c'était marqué dans le livre sacré, il l'avait vu. Tout ceci ne pouvait être un mensonge, c'était impossible, pas les saintes écritures. Il se refusait ne serait-ce même qu'à y penser. Alors qu'est-ce que...?

« Dimitri, qu'est-ce que... »

Un coup de feu le stoppa net. Dimitri le poussa violemment vers la gauche, en évitant un nouveau. Sur le coup, il en avait même oublié de crier. On leur...Tirait dessus?

« Et merde. Ils plaisantent pas, à ce que je vois.

-Dimitri, ils nous tirent dessus?!

-Je pense pas que ce soient des vraies balles. Mais te fais pas toucher: Sinon, on pourra pas sortir d'ici. »

Plus facile à dire qu'à faire. Vinny et Dimitri continuèrent leur chemin, devinant les adultes juste derrière eux. Heureusement pour eux, ils étaient rapides, et réussirent à mettre de la distance entre eux et ces derniers une fois arrivés aux escaliers, qu'ils dégringolèrent sans penser au sol froid et dur qui les réceptionneraient violemment en bas en cas de chute. La course jusqu'à la sortie semblait interminable à Vinny qui, essoufflé, se sentait de plus en plus perdu. Mais sentant la main de Dimitri dans la sienne, il se rassura, se disant que de toute manière, où qu'ils aillent, si Dimitri était là, alors tout irait bien. C'était une pensée naïve, mais il avait besoin d'y croire. Son monde s'était toujours résumé à Rozkeler et ses environs, et rien d'autre. S'il devait basculer dans l'inconnu, une vie dont-il ne connaissait rien, alors il fallait au moins qu'il ait Dimitri avec lui. Sinon, il...Il ne s'en sortirait pas, il le savait. Arrivé devant la grande porte d'entrée, Vinny se stoppa, comme frappé par la foudre. Le réel de leur situation venait de lui sauter à la figure; Il ne voulait pas.

« Vinny...

-Non, je ne peux pas! Je...Je ne peux pas. Je ne peux pas.

-Tu ne te rends pas compte. Tu ne peux plus reculer, maintenant, c'est trop tard!

-Je ne veux pas... »

Et il restait là, à serrer son sac contre lui, les larmes menaçant de couler sur ses joues. Des exclamations provenant des couloirs lui indiqua que les adultes se rapprochaient de plus en plus. Il ne leur restait que peu de temps, et il restait là, à gâcher ce précieux temps à hésiter, comme un petit enfant en proie aux cauchemars. N'était-ce pas ce qu'il avait toujours été, au fond? Un enfant qui pleurait pour un oui ou un non, hanté par des voix que personne à part lui n'entendait. Il était si inutile. Entendant Dimitri s'approcher de lui, il s'attendit à une gifle, à ce qu'il le secoue, lui crie dessus, il le méritait. Il s'attendait à tout, sauf à ce qu'il le serre dans ses bras.

Uh...?

« T'es vraiment con. Stupide. Débile, peureux, pleurnichard. Mais je t'aime quand même. C'est un joli concept, l'amour, si tu savais. C'est dommage qu'on nous l'ait jamais apprit.

-Dimitri?

-Je te mettrais à l'abri, je te l'ai promis. J'ai promis de te protéger. Tu te rend compte? Tu serais mort mille fois sans moi. Tu peux rien faire sans moi. T'es trop nul.

-Je sais... »

Doucement Dimitri le lâcha, s'écartant de lui. Vinny sanglotait doucement. Quelque part, au plus profond de son cœur, il se rendait compte que les paroles de Dimitri étaient des Adieux. Il détestait les Adieux, pour ne les avoir jamais réellement connu. Il ne savait pas ce que cela faisait, que de perdre quelqu'un, et ne voulait pas le savoir. Il était certain que ça faisait mal, et il ne voulait pas avoir mal. Il ne voulait pas quitter Dimitri. Relevant son regard vers ce dernier, il vit qu'il avait ouvert la porte, et lui faisait signe d'approcher. La démarche hésitante, son sac toujours serré contre lui, son épaule douloureuse, il se mit à côté de son ami aux yeux bruns, qui lui adressa un petit sourire.

« C'est l'heure de partir. Tu te sens prêt? »

Vinny hocha la tête, incertain, mais que pouvait-il faire d'autre? Il attendait que Dimitri passe le premier. Mais au lieu de franchir le seuil, il passa derrière lui, et le poussa vers la sortie. Vinny passa le seuil sans le vouloir, avec une exclamation surprise. Se retournant vivement vers son ami, il le questionna du regard. Il voulu faire un mouvement dans sa direction, mais Dimitri l'arrêta, posant un doigt sur ses lèvres.

« Non. C'est toi qui cours, et c'est moi qui reste. Je suis vraiment désolé, Vinny. Mais je sais pas pourquoi...J'ai l'impression que tu seras en sécurité, de l'autre côté. Tu comprend? Je ne veux pas qu'ils t'attrapent, tu n'as rien fait, c'est ma faute. C'est juste ma faute, c'est moi qui sait, pas toi.

-Dimitri!

-Peut-être qu'on se reverra, qui sait? Si tu prie assez fort, on pourra se retrouver au Jardin d'Éden. »

Vinny eu juste le temps d'apercevoir une dernière fois le sourire de Dimitri, les adultes descendant les escaliers dans leur direction, avant que la porte ne se referme dans un terrible grincement. Puis l'obscurité. Une terrible obscurité. Il fixa la porte un moment, sans bouger, ayant même oublié de respirer. Les larmes coulaient sur sa joue, en silence, sans dire mot. Dimitri...Il avait envie de crier, de hurler, de saisir la poignée de cette porte, de la rouvrir, de rentrer dans l'orphelinat, n'importe où, pourvu que Dimitri y soit lui aussi. Que pouvait-il faire dehors, sans lui? D'ailleurs, en parlant d'extérieur...Pivotant lentement sur lui même, Vinny ouvrit grand son œil lorsque son regard embrassa la vision d'un magnifique hall d'entrée, richement décoré. Ce n'était pas celui de Rozkeler, qu'il venait de quitter, bien plus sobre et gris en tous les cas. Il aurait du se trouver dans les jardins, alors que faisait-il ici? La peur s'empara de lui, et de nouvelles larmes coulèrent, alors qu'il restait debout, sans savoir quoi faire d'autre.

'Si je pouvais demander une faveur à Dieu, alors je lui demanderais que l'on puisse rester pour toujours ensemble.'


Caractère

Dieu n'a pas créée les hommes à son image, et il ne les a pas non plus fait égaux entre eux. Certains sont beaux, d'autres non; De la même façon, certains sont intelligents, et illuminent le monde de leur savoir, alors qu'à l'opposé sont ceux qui peinent à suivre le plus simple des raisonnements. Vinny ne fait malheureusement pas parti de la première classe de personnes, ni même d'une classe qui se situerait entre ces deux extrêmes. Sans pour autant être dans le fond du panier, il ne dispose pas d'une place de choix, disons, dans ce fameux panier. Mais fort heureusement pour lui, Vinny possède des qualités pour palier ce désavantage conséquent qu'il a de ne pas souvent tout comprendre du premier coup.

Vous l'aurez compris, intelligent, Vinny ne l'est pas, et le sait pertinemment. Il assume parfaitement cette lacune toutefois, car s'il est ainsi, c'est que Dieu l'a voulu, et jamais il ne se permettrait de remettre la volonté de Dieu en doute ou de la contrer d'une quelconque façon. Le jeune garçon ne possède tout d'abord pas une mémoire à toute épreuve, et il aura beau se forcer à apprendre par cœur certaines notions, elles finiront toujours par lui échapper, et il en va de même pour les noms des gens. Avant qu'il ne réussisse à retenir tous les noms de ceux qu'il rencontrera, il faudra du temps, alors ne soyez pas vexé s'il ne se souvient plus du votre, il fait de son mieux. Également, un raisonnement complexe lui sera difficile à suivre. Pour lui expliquer, il faut aller étape par étape, sinon vous êtes assuré de le perdre en cours de route. Ces deux points sont ceux que Vinny considère comme étant les plus embêtants, car ils sont souvent la cause des réprimandes de la part de ses amis. Il est vrai qu'il peut être agaçant de devoir lui répéter trois fois de suite quelque chose pour qu'il le comprenne, et fort heureusement que le jeune garçon aux cheveux blancs n'est pas susceptible! Sinon, il aurait passé sa vie à faire la tête. Gentil et doué d'une grande morale, il ne faut pas oublier que Vinny a été élevé dans un orphelinat, selon des principes strictes et cadrés sur la religion. Très croyant et respectueux des codes moraux, il applique avec justesse ces principes suivants: Tu ne mentiras point, tu ne voleras point, tu ne tueras point, tu ne désireras point ce que possède ton voisin. Effectivement, Vinny ne ment jamais, strictement jamais. Il s'agirait à ses yeux d'un péché, et persuadé de se rendre directement en Enfer s'il pèche, il dit toujours la vérité, même si elle est susceptible de lui apporter des ennuis. Mieux vaut quelques ennuis maintenant qu'une souffrance éternelle plus tard. Voler non plus, il ne le fait pas, pas plus que tuer ou envier. Il n'oserait jamais lever la main sur quelqu'un, alors tuer lui semble bien impossible. Quand à l'envie, il a apprit à se satisfaire de ce qu'il avait, et trouve ce qu'il a largement suffisant. Une trop grande opulence le fait se sentir mal à l'aise, lui qui a passé toute sa vie dans un bâtiment et un environnement très sobre. Garçon simple et qui se contente de peu, il ne fait jamais de caprices. Ce qu'il a possède lui semble nécessaire, le strict minimum lui convient, il ne demande jamais rien d'autre.

Se plaindre, ce n'est pas en effet dans la nature de Vinny. Il assume avec une admirable volonté tout ce qui lui est assigné ou lui tombe dessus. Les épreuves sont envoyées par Dieu, et il se doit de les endurer sans un mot, pour montrer son courage et mériter sa place au Paradis, voilà ce qu'il pourrait vous dire. Courageux, sans doute l'est-il, dans le fond, mais d'une certaine manière seulement. Il ne se plaint pas, et fait preuve de détermination dans tout ce qu'il entreprend, n'abandonnant jamais un projet. Mais dès qu'il s'agira de sortir seul la nuit, d'affronter le noir et ce qu'on ne peut pas voir mais qui vous voit très bien, il n'y a plus personne. Il tremble devant les fantômes ou toutes ces ombres qui se mouvent seules, craint un nombre impressionnant de choses. En cela on peut le prendre pour un peureux, une poule mouillée. Seulement, Vinny est aussi terriblement inconscient. Il a peur de choses ridicules bien souvent, mais ne voit pas le danger là où il est présent, même si ce dernier est évident comme le nez au milieu de la figure. En général, il finit par s'apercevoir de ce dernier, mais bien tard, quand courir ne nous laisse que peu de chances de nous échapper. Ce trait de personnalité en fait quelqu'un d'extrêmement imprudent, qu'il faut secouer et regarder droit dans les yeux en lui faisant part du danger pour lui éviter de marcher sur une dalle piégée de son propre chef. Et quand il s'agit de personnes auxquelles il tient qui sont potentiellement en danger, même lui expliquer de A à Z la situation périlleuse dans laquelle il risque de se mettre en faisant telle ou telle chose ne l'arrêtera pas. Les amis sont la chose la plus importante aux yeux de Vinny, et si quelqu'un qu'il considère ne serait-ce que comme son ami est en danger, il fera tout pour lui venir en aide, lui tendant la main même si ce dernier refuse son aide. Vinny est peut-être un garçon qui pleure souvent et pour un rien, mais il est avant tout extrêmement gentil et prévenant. Il ne laisserait personne dans le besoin, car il est marqué dans la bible 'tu aideras toujours ton prochain'.

On peut très aisément manipuler Vinny, c'est une chose qui est tout sauf compliquée, lui pensant que personne ne peut, ou presque, être en mesure d'avoir de bien mauvaises arrières pensées. Il est très influençable, mais campe presque ridiculement et fermement sur ses positions lorsque vous critiquez sa manière d'agir ou de faire. Le garçon aux yeux violets est une personne qui s'est toujours reposé sur la Bible, prenant les texte sacrés au mot. Chacun de ses actes, chacun de ses mots, est animé par cette conviction qu'en agissant comme Dieu nous a dit de le faire dans le livre sacré, il pourra en mourant gagner le Jardin d'Éden. Comme dit plus haut, Vinny possède une grande morale. Il semble littéralement dénué de tous mauvais sentiments, ce qui est, aussi étonnant que cela puisse paraitre, presque le cas. Bien entendu, il peut ressentir la colère, la haine...Mais très rarement. Il est bon à l'extrême, toujours présent pour les autres, optimiste, souriant, généreux, tout ce qu'un homme veut que Dieu soit, en clair. Arrivé au pensionnat, il se retrouvera complètement perdu, et pourra sans doute au début pleurer en ne faisant rien d'autre. Prenant rapidement cependant pour acquis que c'est une autre épreuve envoyée par Dieu, et qu'il devra la surmonter, il retrouvera son caractère enjoué et ingénu.

Oh, dernière petite précision: Pour des raisons du à son histoire, il est ignorant de beaucoup de choses que les autres trouvent évidentes. Les notions de famille et amour, par exemple, n'ont aucun sens à ses yeux. Père et mère sont des mots qui n'existent littéralement pas dans son vocabulaire. Également, et même si ça peut sembler ridicule, il ne sait pas comment les enfants son faits. Et vous pourrez vous tuez à lui expliquer que quand un homme et une femme s'aiment, ils ont un enfant, il ne vous croira pas, vous prenant pour un fou, et n'hésitant pas à vous le faire remarquer: Parce que tout d'abord, la notion d'amour est inconnue pour lui, et que les femmes sont des monstres, à cause desquelles les hommes ont été bannis du jardin d'Éden. Il n'en a jamais vu, sinon des représentations peu flatteuses dans sa Bible, qui maintient qu'elles sont maléfiques, maudites, et ont apporté la déchéance à l'homme. Dans ces conditions, comprenez bien que, pour un enfant à qui l'on a toujours répété que la chasteté, c'est sacré, et que les femmes sont des entités maléfiques, la seule pensée qu'un homme puisse avoir un rapport avec l'une d'elle est profondément ridicule et hors de tout bon sens. Ce serait comme dire qu'un éléphant parle, est rose, porte des costards et fume la pipe en parlant affaires; Complètement impossible et ridicule.


Physique

Vinny n'est certainement pas quelqu'un que l'on pourrait qualifier d'imposant. Et il ne faut pas se faire d'illusions, il ne le sera assurément jamais. Là où la nature vous a fait frêle, elle ne vous fera pas puissant et immense quelques années seulement plus tard. Cependant, sa petite taille, son visage rond, Vinny s'en est accommodé, comme il s'accommode de beaucoup de choses en ce monde. Tout d'abord, son allure en général. Si dans son monde, il passait inaperçu, se fondant dans la masse des garçons de son âge, on ne peut pas dire que les critères de la 'normalité' soient les mêmes pour toutes les cultures. Ses cheveux sont blancs, d'un blanc qui paraît gris dans l'obscurité, éblouissants au soleil. Teinte peu répandue dans son monde d'origine, mais existante, assez du moins pour que l'on se retourne pas sur son passage, curieux. Ses yeux, ou son œil plutôt, est violet, d'un joli violet améthyste, dont il aime la couleur qui chez lui était très commune. Moins certainement dans d'autres endroits, mais ça, il n'est pas sensé le savoir, et grand bien lui en fasse; Dieu sait combien Vinny déteste attirer l'attention sur lui, la mèche recouvrant son œil gauche étant témoin de cette peur presque maladive que l'on s'arrête sur son visage plus de quelques secondes. Le jeune garçon ne sait ni comment ni pourquoi, mais il lui a toujours manqué son œil gauche, aussi loin qu'il s'en souvienne. Il a bien demandé aux adultes pourquoi, mais ces derniers n'ont jamais voulu lui répondre précisément, prétextant chaque fois une chute, un accident, quelque chose de ce goût là. Cela ne dérange guère Vinny de ne pas savoir, de toute façon, alors il n'a jamais réellement insisté. Ce qui le dérange, en revanche, c'est qu'on le regarde de travers à cause de l'œil de verre que l'on a posé à la place de son œil manquant, à la teinte bien plus fade que celle de son voisin de droite. Alors, pour que personne ne soit en mesure de le voir, il le cache à l'aide de sa mèche, qu'il ne couperait pour rien au monde.

Le visage du jeune garçon est rond, lui donnant un air jeune, l'air d'un petit garçon. Il faut dire que du haut de son petit mètre cinquante cinq, Vinny a toujours été en dessous de la moyenne des enfants de son âge. A moins cependant de lui faire des remarques désobligeantes sur sa taille, ou bien que ce dernier se retrouve confronté à la classique situation du 'oups le livre est trop haut pour moi je n'arrive pas à l'attraper', il ne s'en plaindra pas. Il a apprit à vivre avec. Très mince, il ne pèse qu'aux alentours de 40 kilos, parfois moins, mais jamais guère plus. En plus de n'avoir à la base pas un physique imposant ou particulièrement développé, Vinny mange très peu, et il faut bien souvent le forcer à finir son assiette, sans cela il en laisse en général au moins la moitié. Petit et mince, il ne fait pas bien peur, vous l'auriez deviné. Et son physique laisse bien imaginer le reste; Il ne sait pas se défendre, absolument pas. Mettez lui un couteau dans les mains, il se coupera avec. Mettez lui un pistolet dans les mains, il parviendra à se tirer avec dans l'épaule. Armé, il se ferait plus mal à lui-même qu'à son adversaire. Par contre, comme pour compenser cette profonde lacune, il court diablement vite, et est relativement agile et souple; Le privilège des petits gabarits, dira-t-on. Il n'a pas de notion au corps à corps, cependant, et un coup de poing de sa part ne ferait pas le moindre mal. Disons que s'il est face à un quelconque danger, il prendra l'option 'fuite'. Il tient à sa vie, et n'est pas assez idiot pour se jeter dans la gueule du loup, quoi que l'on pourrait se poser la question parfois. Mais ça, c'est une autre histoire.

Au niveau de ses vêtements, Vinny n'avait guère le choix; Il portait le plus souvent l'uniforme de son orphelinat, une veste noire sur un chemisier blanc, avec le blason de son pays cousu au fil doré. Un pantalon de couleur foncé et des bottes venaient compléter cet uniforme sommaire, avec parfois un manteau bleu foncé, quand les enfants devaient sortir par temps de pluie ou de neige. Quand il ne le portait pas, les vêtements de Vinny restaient extrêmement simples, classiques et sobres. Pas de couleurs vives, simplement des couleurs pâles, beige, blanc, noir, marron, bleu foncé, olive, à la limite. Le jeune garçon adore les écharpes et les gants, et en possède une collection assez impressionnante, tous les comme chapeaux, qu'il affectionne particulièrement. Et comme tous ses vêtements, ceux-ci sont, sauf pour les gants, trois fois trop grands pour lui. Vinny déteste être serré dans ses habits, ça lui donne l'impression d'étouffer, et c'est pour cette raison que tout ce qu'il porte semble toujours trois fois trop grand pour lui. Lui trouve cela très bien; Vous n'arriverez jamais à le faire changer d'avis sur ce point là. Des vêtements serrés, il n'en mettra jamais, jamais.



Informations Hors-RP

Avez-vous bien lu les règles ? Oui, si elles n'ont pas changées entre temps, Code Okay (By Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? ... .___.
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? ...*Fou rire incontrôlable* Ah ah, non, du tout !
♦ ...Dans ce forum ? Non. Mais je pense que ma signature ou mon avatar vont me trahir directement. C'est pas comme si je cherchais à me cacher, de toute façon...


Dernière édition par Vinny Weatherell le Mar 14 Mai 2013 - 22:48, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   Mar 5 Avr 2011 - 15:07

Hoy !
Bon pour la troisième fois je vais m’occuper de ton cas XD.
Mais Dit Never, tu n’avais pas dit dans ta dernière fiche, celle de Clarence, je cite :

Clarence a écrit:


...Dans ce forum ? Non plus. Mais vous inquiétez pas, c'est vraiment un de mes derniers.
Alors c’est quoi ca ?? XD !!

Je plaisante bien sur; Bon comme la dernière fois même si ce n’est pas encore fini vais te faire mon compte rendu de ce premier jet.

Il est amusant de constaté le contraste avec ton précédent perso, Clarence qui est quasiment le strict opposé d’après ce que j’ai pu comprendre du caractère, d’ailleurs Winry me fait bizarrement penser au dessin animé « Princesse Sarah » y a pas mal de similitudes avec elle. Dans la construction j’ n’ai rien à dire en particulier. Question physique (j’ai remarqué que tu aimais bien les cheveux entre les teintes grises et blanches^^) pareil je n’ai rien à dire, bien pensé le coup de l’œil de verre, vu le caractère de ton perso et son environnement, on est loin de penser qu’il en ait un.

Le pouvoir. Alors je veux être sur de bien comprendre, j’aimerais que tu me fasses un exemple par ce que ca parait assez flou.
Ce qui est bien pensé aussi c’est le serpent qui est tout l’inverse du perso bon contraste. Je crois que c’est une première qu’un perso déteste a ce point son AEA.

Bien il ne te reste plus qu’a rédiger les gouts et l’histoire. Attention j’en attends beaucoup, car j’ai été vraiment très prit et captivé avec celle de Clarence, alors j’attends cette même qualité pour celui-là. Je compte sur toi.

Bon Courage !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« wow vonny such muscles »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 19
• Pouvoir : Le pouvoir de te faire parler comme une star.
• AEA : Calixte, futur sac à main de son état.
• Petit(e) ami(e) : Son livre sacré, fidèle, dévoué, et qui le comprend.

RP en cours : Vinny donne une messe par là.


Messages : 86
Inscrit le : 31/03/2011

MessageSujet: Re: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   Sam 9 Avr 2011 - 18:16

Ah ah! Tu es surpris, n'est-ce pas? Un de me derniers comptes, ça ne veut pas dire le dernier. Ceux qui me connaissent savent bien je suis, disons...Incontrôlable à ce niveau là. Et encore, je me contrôle, maintenant.u_u

C'est bien la première fois qu'on me dit qu'un de mes personnages fait penser à Princesse Sarah. Je crois que je vais aller me pendre! Non, plus sérieusement...Je voulais voir ce que je pouvais faire avec un personnage comme ça. On verra bien. Hum, donc...Le pouvoir, c'est ça? C'est parti pour un exemple, alors!

Disons que Vinny rencontre un certain Robert au pensionnat. Ce dernier lui dit son prénom, et Vinny le répète à voix haute, pour être sûr d'avoir bien compris, ce qu'il fait souvent. A partir de ce moment là, et pour une durée oscillant entre 5 et 12 minutes, le dit Robert ne pourra plus s'exprimer que de la manière suivante: 'Robert voudrait manger', ou 'Robert t'aimes bien', ou tout simplement 'Il t'aimes bien'. A la troisième personne, quoi, histoire d'avoir l'impression d'être bien narcissique. Au début ce sera involontaire, mais il arrivera à le maîtriser, son pouvoir, heureusement.XD

Bon, tout ça pour dire que, mes amis, j'ai fini! Merci de m'avoir mit la pression, Kogenta...Comme son histoire est moins triste que celle de Clarence, ça ne risque pas de faire pleurer qui que ce soit, mais j'estime m'en être sortie à peu près bien. Je m'attend a des questions, of course, je me rend bien compte que c'est flou, alors je répondrais à (presque) tout ce que tu me demanderas dessus.u__û

Voilà.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   Lun 11 Avr 2011 - 0:15

Hoy.

Le pouvoir, on va commencer par la puisque c’est la ou on s’est arrêté. Je lui dis ok, car ton exemple est très clair, j’ai comprit le concept.

L’histoire !

Excellent comment d’habitude, je suis satisfait des attentes que j’ai placé en toi, je savais que tu me décevrais pas ^^. Oui bon effectivement c’est un peu moins palpitant que Clarence bien entendu, mais ca a son lot très intéressant quand même (et c’est marrant car j’ai bu un jus de pomme en lisant ta fiche XD). Et comme tu t’en doute, j’ai des questions et des précisions à demander, et a mon avis sur les points que tu te doutes. ^^

Bon alors le premier concernant l’œil de Winry, comme tu seras peut être en en discuter avec certain pensionnaire, il serait peut être intéressant de connaitre ca fameux accident. Sur tout pour un enfant u ne semble pas trop être du genre à prendre des risques.

Le second est de savoir ce que Dimitri a découvert, car j’avoue être sur ma faim en ne comprenant pas la raison de cette fuite.

Et la c’est moi qui vait te surprendre je pense, mais je te demanderais pas d’explication sur le fameux rêve, car je pense avoir comprit la signification ^^.
Bon, si je peux me permettre un conseil, tu devrais te mettre à faire des fans fic, ca tu t’es fait un adorateur de tes histoire la. (A moins que a ne soit déjà le ca).

Sur ce J’attends tes précision ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« wow vonny such muscles »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 19
• Pouvoir : Le pouvoir de te faire parler comme une star.
• AEA : Calixte, futur sac à main de son état.
• Petit(e) ami(e) : Son livre sacré, fidèle, dévoué, et qui le comprend.

RP en cours : Vinny donne une messe par là.


Messages : 86
Inscrit le : 31/03/2011

MessageSujet: Re: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   Jeu 14 Avr 2011 - 20:52

Alors, ces fameuses précisions! Je suis contente qu'il n'y en ai pas beaucoup à faire, j'avais vraiment l'impression d'avoir été floue. Quel soulagement.XD

Alors, hum, l'oeil de Vinny...Disons que, comme je l'ai dit, premièrement, il ne sait pas comment il a perdu son oeil. Comment expliquer cet accident qui n'en était pas vraiment un...On va dire que sa mère, en le mettant au monde, était bien remontée contre les hommes-normal quand on sait ce qu'il leur faisaient. Elle a volontairement tenté de lui arracher l'oeil après sa naissance, pour se venger. Elle n'a pas réussi, mais elle était quand même parvenue à l'amocher. Alors pour éviter une grosse infection, ils ont retirés l'oeil par la suite. Et donc...Tadam! Il n'en a plus qu'un. Evidemment, ça, les adultes ne lui ont jamais dit. Ils se sont bornés à dire que c'était un accident, sans plus de précisions.

Quant à Dimitri...Je suis obligée d'expliquer, vu que Vinny ne saura jamais? Bon. Là aussi, disons que...Dimitri a vu dans les sous-sols quelque chose qu'il n'était pas censé voir, raison pour laquelle les adultes l'ont poursuivit. On leur a soutenu toute leur vie que les femmes avaient été bannies de la terre, n'y étaient plus donc, et qu'elles étaient des monstres, le diable, des entités maléfiques, qui n'apportaient que le mal. Hors, on sait tous d'où viennent les enfants, n'est-ce pas? Evidemment que les femmes n'ont pas disparues. Mais ça, seuls les adultes dans les orphelinats, pas n'importe qui en somme, le savent. Je te laisse imaginer ce que Dimitri a vu aux sous-sols. Et pourquoi il a voulu fuir, pourquoi il a été poursuivit. C'est comme si d'un seul coup, tu découvrais que des monstres vivaient dans ta cave.XD

Voilà. J'espère que c'est assez clair?~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   Jeu 14 Avr 2011 - 21:43

Oui effectivement j’avais un doute sur ce qu’il y avait a la cave, mais j’ai préféré é mais avant de me dire que j’ai des idées bizarre je voulais savoir ce a quoi tu pensais ^^

Bien bah écoute que te demander de plus ? Si ce n’est qu’un nouveau perso pour que je prenne plaisir à lire ^^

Sur ce je valide ton perso,

Tu sais ce que t doit faire maintenant pas besoin de te le redire une troisième fois ^^

Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: WEATHERELL Vinny [Terminé!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

WEATHERELL Vinny [Terminé!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches en cours de réécriture-
Sauter vers: