AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Dim 3 Avr 2011 - 0:11

Personnage:

Nom : Mégamiam
Prénom : Pierre-Xavier Hubert Perceval Yvain
Age : 19 ans
Date de naissance : 18 août


Caractère :

On va faire court, simple, explicatif. Pierre-Xavier est de ceux que les adolescents qualifient la plupart du temps avec un reniflement méprisant de l'épithète peu aimable de « boulet ». Mieux ; il est la plus parfaite incarnation du terme que l'on puisse imaginer. Un poids immense que traînent à leur cheville les quelques personnes qu'il s'est mis en tête d'apprécier.

Pas qu'il soit méchant, pourtant. Bien au contraire, il passe le plus clair de son temps à s'excuser de choses sur lesquelles il n'a aucune prise – monstrueusement agaçant. S'excuser pour sa profonde stupidité. Il se trompe, il n'est pas plus bête qu'un autre. Simplement, il confond culture et intelligence. Et la culture de base, il ne la possède pas. Rien à faire, il n'a jamais été capable d'apprendre quoi que ce soit qui ne le touche pas directement. Et ce, depuis l'école primaire. Ce qui explique qu'il manque à ce point des plus élémentaires notions d'histoire, de géographie. Invention de l'imprimerie ? Quatre mille ans avant Jésus-Christ ! Capitale de la Pologne ? Bratislava ! Ce n'est même pas qu'il ne retienne rien, non. Sa mémoire est tout aussi bonne que celle d'un autre. Mais il mélange, confond tout, surtout en situation de stress. Évidemment qu'il sait que Moscou n'est pas en Australie ! Mais si on lui pose la question, il se mettra immédiatement à suer à grosses gouttes. Il se souviendra de toutes les gaffes qu'il a faites, de toutes les mauvaises réponses. Il aura cette déplorable image de lui-même vissée au fond du crâne : « Xav', tu es un crétin. » Il y croira. Donc fatalement, il se trompera. Aussi ne donne-t-il pas une très belle image de son intellect. Il lui arrive plus souvent qu'à son tour de prononcer des sentences manquant radicalement de sens commun : « Les lamas ? Ben ça mange des poissons, comme tous les autres prédateurs marins, non ? ». Lui-même a conscience de son ânerie immédiatement après avoir lâché la phrase fatidique. Mais c'est fait, il ne peut plus rien réparer, et son interlocuteur le prendra définitivement pour un crétin fini. Ce qu'il est. Quoique... On ne sait pas vraiment. Si le dialogue semble le terroriser, il reste néanmoins dans les situations d'urgence quelqu'un de doté d'un remarquable instinct de survie – et d'une belle intelligence. L'un des rares dans les fêtes à penser à ramener du café à la fille au bord du coma éthylique. L'un de ceux qui restent capables de logique quand les autres paniquent. Peut-être n'est-ce que le dialogue, le fait de devoir enchaîner les répliques sans temps mort qui le terrorise ? Ses professeurs l'ont souvent dit : « Oral piteux. Écrit brillant – pour ce qui est lisible. », résumait le prof de lettres.

Mais si Pierre-Xavier n'est pas éloquent, c'est parce qu'il est un rêveur, toujours dans la lune. Il ne prête pas trop attention aux contingences matérielles, trop absorbé par la contemplation d'un nuage ou d'un rayon de soleil. Distrait, étourdi. Capable de s'immerger totalement dans un roman et d'oublier le monde extérieur. Le jeune homme n'aime rien tant que se faire raconter des histoires. S'il sent qu'on lui ment, mais que c'est poétique, il laissera faire. On aime tous le conteur. Oui, il est naïf, maladroit, manque de sens commun. Parce que son monde lunaire est bien plus doux et joli que la réalité, qu'il peine à redescendre sur terre – mais percuter un mur le ramène à la réalité.

Il s'excuse, il s'excuse. De tout, de n'importe quoi. Il pourrait même s'excuser d'exister. Il manque désespérément de confiance en lui. Enfin, ça, on peut comprendre : comment ne pas douter de soi lorsqu'on est un aimant à malchances ? Que tout ce qu'on fait finit toujours mal ? Pierre-Xavier, Pierre-Xav' le maladroit. Celui qui ne peut garder quoique ce soit en main plus de quelques secondes avant que cela ne s'écrase par terre. Yoghourt, vase précieux, classeur de maths dans la flaque de boue. Car les circonstances prennent toujours un malin plaisir à en rajouter. Ce jeune homme est en fait une démonstration ambulante de la loi de Murphy : « If something can go bad, it will. » S'il a une seule chance de casser quoi que ce soit, cela cassera. Et avec circonstances aggravantes. Décidément, la Chance l'a pris en grippe. Il fera tomber son classeur dans la flaque de boue, éclaboussant ainsi le jeune coq qui règne sur la cour du collège. Il se cognera contre un mur et le vase Ming chutera de son étagère vers son crâne. Et cela parce qu'il aura eu le tort de vouloir marcher, manger, réviser. Imaginez lorsqu'il s'attaque à des actions plus compliquées, comme danser ou cuisiner ! Drame moderne. Curieusement, le jeune homme est fort agile à la verticale - lorsqu'il s'agit de grimper, il se laisse porter par l'instinct et cesse de se condamner en se répétant qu'il va rater, qu'il va chuter. Il en est même venu à croire qu'il n'est pas à sa place au sol, comme s'il se déplaçait dans un environnement qui n'est pas le sien. Il ne sait pas se repérer dans cet espace-là.

Il est maladroit, certes. Mais c'est dans l'adversité qu'on reconnaît les grandes qualités. PX en a donc une, et non des moindres : il ne se laisse jamais abattre. Il essaye encore de faire cuire des pâtes – même après le tragique incendie de la cuisine. Il essaye encore de marcher correctement, sans se cogner partout et sans faire tout tomber. Bon, ce n'est pas une réussite, mais il fait des progrès. Surtout, lorsqu'il a décidé de faire quelque chose, il pourra récolter autant de plaies et de bosses que l'on voudra, il pourra brûler la moitié du Pensionnat, mais il y arrivera. Ou alors il se fera assez peur pour ne pas qu'on l'y reprenne de sitôt.

Il ne faut pas croire : le pauvre garçon a beau ne pas avoir été très gâté sur ces deux tableaux, il reste néanmoins plein de qualités. Enfin, ce n'est pas lui qui le dit puisque, je vous le rappelle, il a une très piètre estime de soi. Mais dès qu'il cesse de s'apitoyer sur son sort d'éternel malchanceux, il se révèle plein d'entrain et d'optimisme. Le genre qui n'est pas rancunier avec la vie, quoi. Ou qui a choisi de la mordre à belles dents pour se venger, au choix. Alors Pierre-Xavier déborde d'énergie et de bonne volonté – il en faut pour prendre avec philosophie de tomber quatorze fois par heure. Ondes positives qui se communiquent par son sourire à ceux qui l'entourent. Le garçon est également très prompt à se moquer de lui-même mais il se refuserait à dire du mal de qui que ce soit. Foncièrement honnête, il sait que tout le monde ne fonctionne pas comme lui, mais à la rigueur il s'en fiche. Il préfère profiter de cinq minutes d'adresse que d'écouter ceux qui se moquent de ses gaffes. Et puis, il fait rire, c'est déjà ça.

Après tout, le ridicule ne tue pas.



Physique :

« Je ne me ressemble pas. »

Non, Pierre-Xavier n'a pas l'apparence sous laquelle on s'imagine ordinairement le maladroit dépourvu de culture générale et de confiance en lui. Il n'est pas le petit binoclard rondouillard qui s'essouffle après avoir couru vingt-cinq mètres, ou le grand boutonneux trop vite grandi. La nature est ainsi faite qu'elle ne voulait pas réaliser un cliché de plus. Le physique de PX ne reflète absolument pas sa malchance chronique - il planque ses hématomes et ses égratignures.

Grand. Premier qualificatif qui vient à l'esprit quand on voit le jeune homme. Il n'est ni basketteur, ni américain. Mais il est grand, perché plusieurs dizaines de centimètres au-dessus des autres. Un mètre quatre-vingt treize. Pour les maladroits, ça ne pardonne pas : il se prend les encadrements de portes, les étagères, les lampes. Il fait tomber le rayonnage du haut de la bibliothèque. Il renverse les verres et les bouteilles d'un coup de coude. Décidément, il est trop grand pour lui-même, désorienté depuis qu'il a fini sa croissance. Il est étranger à son propre corps, sa coordination est désastreuse. Dans son enfance, il était du genre petit trop bien nourri, mais il a grandi d'un coup. Il est alors compréhensible qu'il ait du mal à s'habituer à ses nouvelles dimensions, qu'il n'apprécie guère. Et lorsque les passants jettent des regards envieux sur sa taille de grue, lui en désespère. Il aurait pu être la grande armoire à glace dont tout le monde à peur, devant laquelle on libère le passage avec précipitation. Mais non, il est destiné à être le mât, le poteau télégraphique. Il ne sera jamais rectangulaire ; il ressemble plutôt à un Giacometti. Dommage, Pierre-Xavier. Il a beau manger pour dix, il ne parvient pas à prendre du poids. Enfin, même s'il est aussi épais qu'un fil de fer, il ne s'en sort pas trop mal de face : des épaules correctement taillées, un torse plutôt large. C'est de profil que ça se gâte. Pour plaisanter, il dit souvent qu'il est format A4. Mais une feuille A4 avec des muscles bien dessinés par l'escalade, sans être ceux d'un bodybuilder. Bah, il a des réflexes corrects, assez de force pour envoyer une bonne claque et une jolie résistance à la douleur - les bleus et bosses, il connaît. Comme il est de naturel relativement pacifiste, pas besoin non plus d'être taillé comme un champion de lutte gréco-romaine. Sur un mur, il fait plutôt araignée.

Caractéristique physique de taille - ahah - et largement sujette à moqueries. Que les adolescents sont cruels ! Comme si cela ne suffisait pas, le jeune homme souffre d'un autre trait qui a longtemps fait de lui la cible de tous les quolibets du collège et du lycée. Un roux, un vrai, pas un de ceux qui peuvent se dire blond vénitien ou auburn. Un avec la peau laiteuse, constellée de taches de rousseur, pivoine au moindre rayon de soleil. Vers l'âge de douze ans, n'en pouvant plus des critiques, il s'était juré de teindre cette chevelure trop flamboyante dès qu'il pouvait. Et puis, il s'est habitué. Il plaisante souvent sur cette couleur, maintenant, alors qu'auparavant il brûlait de rage. Il dit qu'il fait un peu feu de signalisation, perché à cette hauteur. Une seule chose dans son apparence le désole : sur cette peau si pâle, ecchymoses, cicatrices et brûlures se voient comme le nez au milieu de la figure. Nez qu'il porte retroussé, surmonté d'une paire de lunettes à montures noires. Non, la maladresse et les coups de soleil ne suffisaient pas, il fallait qu'il soit myope comme une taupe - cela explique peut-être certaines rencontres impromptues avec des murs ? Son regard est saisissant : des yeux d'un bleu-gris très clair, qui semblent toujours vaguement inquiets. Ils scrutent la pièce pour analyser tous les dangers potentiels qu'elle recèle, puis sourient - car PX a les yeux qui sourient et le coin de la lèvre toujours un peu retroussé. Il a du charme, même s'il n'en a pas conscience, avec cet air toujours rieur.

Il pourrait avoir l'air narquois et sûr de lui.
Il a juste l'air optimiste.



Pouvoir :
Si Pierre-Xavier embrasse quelqu'un, lui ou cette personne se transforme durant six minutes – et douze secondes, mais on va pas pinailler – en concombre. Fort joli concombre d'ailleurs, d'un vert très appétissant. Ce pouvoir fonctionne sur tout être doté d'une bouche – homme, femme, autre, AEA, calamar, etc... Lorsque les six minutes douze secondes sont écoulées, le concombre reprend instantanément sa forme habituelle, où qu'il soit et quelles que soient les circonstances. Même dans un estomac ou dans le bac à légumes du frigo. En cas de salade de concombre, les morceaux se recollent – et il se rematérialise dans le saladier, du coup. Si le concombre a été séparé en plusieurs lieux, il réapparaît là où se situe le plus gros bout.

Alter Ego Astral :
Un... sushi ? Oui, un sushi, constaterez-vous avec effroi en croisant cet AEA dans les couloirs du Pensionnat. Enfin, votre étonnement sera fort compréhensible : il mesure tout de même la taille d'un petit chien et rampe avec beaucoup d'aisance. Comme si ce n'était pas assez bizarre, il est en outre doté d'une paire d'yeux bleu pétard totalement disproportionnés. Il parle, en plus, et possède un répertoire d'insultes et de jurons assez impressionnants, ainsi qu'une mauvaise humeur à toute épreuve. Et beaucoup, beaucoup de souffle pour râler, protester, et lâcher des remarques sarcastiques à tout venant. Comme son aspect ne l'indique pas, cette charmante créature répond au doux nom de Médor. Ah, et il mord.

Passion(s) :
Pierre-Xavier est totalement inconscient du danger qu'il représente pour lui-même et les autres ; il se passionne donc pour la cuisine malgré tous les accidents qu'il a pu provoquer et provoquera. C'est sans doute le seul domaine dans lequel il s'entête à ce point et au mépris de tout instinct de survie. Il aime aussi l'escalade et voue une affection particulière aux lamas.
N'aime pas / Phobie(s) :
Les sushis – les trucs visqueux – les objets pointus, tranchants, contondants, lourds, fragiles.


Informations complémentaires :

Avez-vous bien lu les règles ? Tout cela est Code Okay (by Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? L'adresse était sur un cargo finlandais
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Je ne répondrai à cette question qu'en présence de mon avocat !
♦ ...Dans ce forum ? Et n'oubliez pas la vinaigrette.


Dernière édition par Pierre-Xavier Mégamiam le Mar 5 Juil 2011 - 10:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Avr 2011 - 15:52

Hoy !

Avant toute chose, permet moi de surnommé ton perso PH Lagaf’… ou peut être Neville Londubat….. Je plaisante ^^ mais je crois pouvoir te décerner la palme du perso le plus maladroit (pire que Zveltlana, c’est possible, la preuve ^^) malchanceux et poissard qu’on est eu jusque a présent sur ce forum. La description du caractère est tout simplement très bonne, j’hachette de suite ^^

Bon par contre il y a des choses à modifier ou à revoir sur le physique. Un e bonne partie quand tu décris son agilité a la grimpe devrait être plutôt placé dans « Caractère » en contrepoids avec toute la maladresse que tu y décris. Il faudrait aussi y détaillé son style et sa tenue vestimentaire.

Le pouvoir… alors comment dire… on a eu pas mal de pouvoir farfelus, mais alors celui la… encore une fois je crois que je vais te décerner une palme, mais je ne pense pas qu’on puisse l’accepter, par ce que c’est un peut trop… enfin c’est moins... comment dire C’est treeeesss spécial comme concept, et c’est pas très éthique.

Et…et… encore une palme pour l’AEA… un Sushi géant… ma fois pourquoi pas… mais y a de l’idée quand n’empêche, c’est encore une première, et apparemment il aime pas ca en plus XD
.
Bon il faudrait répondre clairement aux deux questions sur le form tout à la fin, c’est plus sympas pour nous de connaitre ta situation sur un forum rp. Et changer ton ava car il fait trop réel pour pouvoir être accepté.
Bon j’attends la partie histoire (pourquoi j’ai peur subitement ^^’) pour la débrief quand elle sera faite, préviens moi des que ce sera bon et pour les modifs aussi.

En tout cas le mot d'humour de la fin (c'est ironique faut pas le prendre mal hein^^) Entre le concombre, le Sushi et la Vinaigrette il y a pas de quoi en faire tout un plat XD

Bon courage !!

Ou alors c’est un beau poisson d’Avril de la part du Staff ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Avr 2011 - 20:18

Bon, j'avoue, c'est mon double-compte, flemme de déco-reco.

Merci en tout cas, j'avoue que cette fiche a vraiment été réalisée dans le but de faire rire, d'avoir un perso totalement débile - ça change des misanthropes.
Comme la fiche n'était pas finie, je pensais étoffer un peu le physique. Donc j'accepte le conseil de déplacer la grimpette.

Pour le pouvoir il n'y a vraiment pas moyen ? Je veux dire c'est une transformation assez courte quoi. C'est même pas dangereux, l'autre redevient comme avant. Pitié. Et puis, le pouvoir se retourne contre Xav' lorsque c'est lui qu'on embrasse. Sinon, on a qu'à dire que le concombre a un mécanisme l'empêchant d'être mangé ou un truc du genre. Ou alors PX est le seul à être transformé.

Enfin, si ce n'est vraiment pas possible, je demande celui de faire apparaître de la soupe au-dessus de la tête de ses interlocuteurs lorsqu'il est troublé. Na.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Avr 2011 - 20:51

Bah transformer un pensionnaire en concombre, ca pas terrible. Encore si c’est que PX encore, la oui ca peut aller. Le coup de la soupe j’aime bien aussi, mais au poireau alors j’aime pas l’oignon XD. Enfin je te laisse choisir en ces deux possibilités
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Avr 2011 - 23:02

[ Modifications apportées, avatar changé ]

Histoire :

« Aujourd'hui, dans toute ville de plus de 20.000 habitants, que ce soit en Europe, Amérique du Nord, Chine ou Japon, vous n'êtes jamais loin d'un restaurant de la célèbre chaîne MégamiamFood – marque déposée. Le concept fait fureur : bien loin de hamburgers, de pizzas ou autres représentants traditionnels de la malbouffe mondiale, la marque propose des plats à emporter sains, équilibrés, pratiques et faciles à manger, le tout servi avec le sourire et à petits prix. Que demander de plus ? MégamiamFood a peu à peu supplanté tous ses concurrents et règne aujourd'hui sans partage sur le monde de la nourriture à emporter. Retour sur le développement de cet empire. »
Un article de Jean-Dominique Aledo


L'adolescent feuilleta vaguement les pages qui suivaient. Numéro spécial d'un magazine économique, consacrant près de vingt pages archi-documentées sur la naissance et l'accroissement du tentaculaire empire MégamiamFood. La formidable success story du self-made man québécois Vincent Mégamiam. Quelques interviews de collaborateurs et d'employés, déclarant tous à quel point ils étaient ravis de travailler pour une firme aussi prestigieuse. Et, différenciant cet article des centaines d'autres qui fleurissaient, un entretien qu'avait gracieusement accordé le grand homme lui-même. Il s'en souvenait, le pigiste à lunettes avait eu un léger sourire méprisant lorsqu'il avait manqué de renverser les cafés. Parce qu'il se figurait sans doute que Vincent lui ouvrait son cœur et ses projets pour la firme ? Non, il devait juste déborder de satisfaction d'avoir approché de si près l'une des plus grandes fortunes mondiales. Et de faire gober à son journal qu'il leur rapportait des informations uniques. Le scénario de l'interview était toujours à peu près le même : Vincent et le journaliste échangeaient quelques paroles convenues pour se saluer, parlaient d'un air attendri de leurs familles respectives puis entraient dans le vif du sujet - après l'arrivée des cafés, donc. Vincent dictait ses conditions au malheureux journaliste, qui acceptait en se pourléchant les babines - il pensait à la prime substantielle que lui verserait la rédaction pour cette interview "exclusive".
Le résultat était là : vingt pages d'éloges dithyrambiques sur papier glacé.

- Putain de ramassis de conneries., souffla l'adolescent pour lui-même.

De colère, il jeta le magazine à travers la chambre, directement dans la corbeille. Panier. Tu vois, Pierre-Xavier, que tu peux être adroit. Cela lui arracha à peine un sourire. Il se leva du lit, furieux, et commença de tourner comme un lion en cage. Il ne pouvait pas y échapper ; les revues portant des articles semblables étaient réparties dans toute la demeure d'un air savamment négligé, faussement abandonnées sur les tables basses ou près des fauteuils. Ah, cet empire que Vincent avait bâti à la seule force du poignet ! Cette réussite impressionnante qu'ils encensaient tous !
Mais s'ils savaient, s'ils connaissaient toute l'histoire ? Pierre-Xavier eut un léger sourire, s'assit au bureau, s'empara d'un stylo-bille et d'une feuille blanche. Ah, s'ils connaissaient la vérité...
Il n'y a pas de contes de fées dans la restauration rapide.

*

Il était une fois...

Années quatre-vingt, Québec.

Personne n'aurait misé sur Vincent Mégamiam, et certainement pas Marie-Louise Delcaux. Tous les garçons de la ville lui tournaient autour. Elle avait vingt ans, la vie devant elle. La fortune de ses parents lui permettait si elle voulait de trouver un gentil mari - de la même classe sociale, cela va sans dire - et de ne jamais travailler. Mais Marie-Louise avait le temps. Marie-Louise s'amusait, Marie-Louise papillonnait, indépendante pour la première fois. Elle était venue à Québec étudier le droit, ses parents habitaient à deux heures de là. Alors Marie-Louise profitait de sa toute nouvelle liberté, sortait, riait, avec d'autres jeunes gens de bonne famille.
A vingt-cinq ans, Vincent enchaînait les petits boulots. Manque de qualifications, jamais fait d'études, il bossait pour l'instant au fast-food du coin. Il aurait pu continuer ainsi longtemps, entre odeur de graillon, soirées entre amis et fiche de paie symbolique. Mais il valait mieux que ça, il en était intimement persuadé - son entourage un peu moins. Il était ce qu'il faut appeler un ambitieux ; il savait qu'un jour il serait riche et puissant, les deux allant de pair. L'homme avait les dents longues à rayer le parquet.

Il y a toujours deux versions d'un même évènement.
Pour l'une, une catastrophe survint. Pour l'autre, ce fut la chance de sa vie.
Mais je me dois de ne raconter que les faits.

Marie-Louise fêtait ses partiels - réussis, comme de juste. Vincent buvait, trop, pour faire oublier à un ami une récente déception amoureuse. Dans un de ces bars comme on en voit des dizaines, ni miteux ni trop chic, se côtoyaient deux mondes différents. L'un rieur, insouciant : les examens étaient passés. L'autre taciturne et penché vers sa chope. Mais le destin eut l'idée de semer la pagaille : court-circuit, défaut de sécurité. Le bar flamba. C'est ainsi que firent connaissance Vincent et Marie-Louise : un peu trop éméchés sur le bord d'un trottoir en regardant les pompiers éteindre l'incendie. Ils se plurent, discutèrent longuement de banalités. Vincent raccompagna la demoiselle, lui laissa son numéro avec un sourire de gentleman. Elle s'y laissa prendre.

Vincent avait-il tout prévu ?
Ils se revirent plusieurs fois ; le ventre de Marie-Louise devint trop rond pour que ce soit honnête. Lors d'un repas de famille mémorable chez les Delcaux, le patriarche frôla l'arrêt cardiaque.
- Ce crétin ? Ma fille ? Ce n'est pas...
Il en fut quitte pour un évanouissement. "Il n'aura pas un sou !" s'exclama-t-il dès le réveil. Savoir distinguer ses priorités était une qualité fortement appréciée chez les Delcaux.
On les maria à la sauvette, dans une église de village. On voulait préserver un peu les apparences. Peine perdue : sous la robe blanche, les formes de la mariée était déjà nettement visibles. Même s'ils faisaient comme si de rien n'était, tous ses amis savaient. "Je te déteste, tu as détruit ma vie !" furent les premières paroles qu'elle prononça durant la nuit de noces - Vincent dormit sur le fauteuil.

Ils s'installèrent à Québec dans un deux-pièces miteux. Marie-Louise pleurait son avenir détruit, Vincent sentait toujours le graillon. Mais il ne doutait pas qu'un jour il serait riche, célèbre, adulé. Qu'il serait leur patron, à tous ! Il leur montrerait. A trop rêver ainsi, il fut licencié. Marie-Louise pesta : elle s'était vraiment mariée pour le pire ! Il aurait pu se laisser abattre. Plus de travail, une femme et bientôt un enfant à nourrir ! Il aurait pu sombrer dans l'alcool, la dépression, se trouver méprisable. Mais quelques visites à sa chère tante Berthe lui remirent les idées en place. Trois jours après, elle décédait dans des circonstances mystérieuses, laissant un joli pactole au couple. Heureuse coïncidence. Plutôt que d'amasser son magot, Vincent risqua tout : lassé des fast-foods, il ouvrit le premier MégamiamFood. Il proposa d'abord des salades, du léger et diététique. Le pari était risqué. Tous le traitèrent de fou. Marie-Louise s'arracha les cheveux. Il était fichu.

Contre toute attente, cela marcha. On diversifia l'offre, et la clientèle. De mauvaises langues disaient qu'ils ne tiendraient pas un an. Ils s'appuyaient sur des statistiques, des études de marché. Cela continua de marcher. Cela marcha même si bien que Vincent ouvrit un deuxième restaurant pour le premier anniversaire de Charles-Edouard ( nommé ainsi en l'honneur du père de Marie-Louise ). Trois ans plus tard, quand naquit Anne-Juliette, MégamiamFood avait conquis l'Amérique du Nord et s'attaquait à l'Europe. Encore quelques années passèrent. Le 18 août 1991, Vincent Mégamiam sabra le champagne avec ses associés pour plusieurs raisons. Ils s'étaient désormais implantés dans tous les pays du monde ! Sauf l'Antarctique - les manchots n'aiment pas la salade - et l'Angola - pour une raison inconnue. Les profits faramineux de l'année tenaient du record. Il pendait la crémaillère de son luxueux hôtel particulier. Mais il n'apprit que beaucoup plus tard dans la soirée, sans émotion particulière, qu'il était l'heureux papa, pour la troisième fois consécutive, d'un marmot braillard à prénom composé. Pierre-Xavier - encore une lubie de sa chère et tendre.


*

1991-2011, Paris

Ma vie n'a pas été très intéressante. J'ai vécu mon enfance dans l'univers douillet et factice des familles riches : un père absent, une mère qui parlait avec plus de tendresse à ses plantes qu'à sa progéniture. Nounou puis gouvernante, école primaire, collège et lycée privés catholiques - Maman était toujours très croyante. Avec uniforme, je vous prie, frais d'inscription exorbitants qui donnaient des crises d'apoplexie au banquier. Croix dans les salles de classe, prière entre chaque cours, voyages scolaires - dont un à Jérusalem - et catéchisme obligatoire. Évidemment. Du reste, nous ne manquions de rien. Nos parents, qui se sentaient vaguement coupables, satisfaisaient à nos moindres caprices et nous comblaient de cadeaux pour leur suppléer. Cela convenait très bien à Charles-Edouard et Anne-Juliette : ils compensaient cette absence par une vie sociale et associative intense : beaucoup d'amis, cours de danse, de piano, d'athlétisme, club d'échecs, des jeunes filles rangées, des jeunesses catholiques... De vrais enfants de chœur, tellement épanouis ! s'extasiaient les amies de ma mère à l'heure du thé. Moi, elles ne me voyaient pas. Je crois même que mes parents oubliaient parfois qu'ils avaient trois enfants. Sauf quand je tentais de faire la cuisine.

Contrairement à mon frère et ma sœur, je ne réussissais pas à l'école. Je restais en retrait, incapable de me faire des amis. Mais malheureusement pas invisible : ils se moquaient de moi, toujours. Roux, maladroit, stupide. Alors je m'enfermais dans ma chambre et je rêvais des heures durant à Médor, mon sushi géant qui les attaquerait, les dévorerait sans pitié. J'avais toujours trouvé aux sushis un air très menaçant, depuis une malheureuse intoxication alimentaire. Oui, j'étais un rêveur, je n'étais bon qu'à cela.

Mon enfance ne s'est pas bien passée. L'adolescence fut pire : moqueries devinrent brimades. Le rouquin binoclard, incapable de faire trois pas, rentrait à la maison tout égratigné - et se faisait encore gronder pour avoir renversé l'orchidée. J'oubliai Médor, comprenant que jamais un sushi géant n'apparaîtrait pour prendre ma défense. Et je me résignai à endurer ce quotidien - il faut bien des têtes de turc aux tyrans en herbe. Ma seule bouffée d'oxygène était l'escalade : je m'entrainai tant que je pouvais. Mon entraîneur me conseilla de courir, pour me renforcer : autre moyen de fuir ma réalité. Il ne se passa pas grand-chose de notable durant mes années lycée. Je grandis, beaucoup. J'alignai une fois l'un des petits tyrans - ils me fichèrent la paix. Je restais dans ma bulle, ne retirant mes écouteurs que pour de rares personnes. Et je grimpais, je grimpais. Départementales, régionales, nationales. Championnats du monde 2010, catégorie junior. Un népalais me devança. Complètement démoralisé, je laissai tout tomber. Dans la foulée, je ratai mon bac. J'aurais eu besoin d'un père.
La cuisine brûla six fois, cette année-là.

*

18 août 2011

Je l'ai eu, ce bac, papa. Mais je ne suivrai pas ta voie.
Je pars, tu t'en fiches je crois. Mais l'histoire fera jaser les tabloïds.


Visiter le toit du monde
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Juil 2011 - 1:46

Enfin, c'est fini !
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Juil 2011 - 9:52

Et bien voila, c’est parfait je vais pouvoir te valider.

Juste avant une petite question, pour ton pouvoir, tu garde ton concombre ? Finalement oui je suis okay pour l’accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Juil 2011 - 10:03

Tu acceptes juste qu'il se transforme ou qu'il transforme aussi les autres ? Enfin de toute façon ça donnera quelque chose de marrant.

Merci pour le reste de la fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Juil 2011 - 10:18

Moi perso je serais pour que ce soi juste lui, mais ca peut aussi être, les autres, sous condition de leur accord (moi par exemple je ne serais pas très enchanté de voir un de mes perso se retrouver en concombre ><) ca te va comme ca ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Juil 2011 - 10:21

Parfait ! Non parce que je tenais assez à ce pouvoir - je ne fais pas de fixation sur les concombres, je vous rassure - rien que pour les situations en rp. "Oh, un concombre." Donc on dit ça comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   Mar 5 Juil 2011 - 10:38

Très bien alors dans ce cas te voila enfin validé !
Tu connais la marche a suivre a présent ^^

Enjoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pierre-Xavier Mégamiam - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: