AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Karla Raspa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Karla Raspa   Jeu 21 Avr 2011 - 15:52

Personnage
Nom : Raspa
Prénom : Karla
Age : 23 ans
Date de naissance : 8 août

Histoire :
Vingt-trois ans seulement. Déjà une carrière prometteuse. Karla referma d’un coup l’écran de son ordinateur portable, un petit sourire supérieur aux lèvres. On venait de lui confier un dossier extrêmement dur à traiter et elle se sentait pleine d’assurance pour son avenir professionnel. Un petit cappuccino puis elle s’y mettrait sérieusement. Mais d’abord, pour le plaisir, se remaquiller et faire un petit tour dans un passé pas si prometteur que ça. Son sourire s’élargit tandis qu’elle y appliquait à nouveau une couche de gloss. Non seulement elle était arrivée jusqu’ici, mais en plus elle le méritait –personne ne le méritait mieux qu’elle. Etre New-Yorkaise et fille d’immigrants italiens, ça n’a rien de facile, surtout quand vos parents négligent la Petite Italie et s’installent en plein Manhattan. Dès sa naissance, on lui avait chanté la chanson du pays jeune et uni, diversifié et dynamique, prêt à accepter et reconnaître sa différence ; dans la Big Apple on trouvait de tout et on ne craignait rien, ni ridicule ni connerie (peut-être, un peu sur les bords, les terroristes) ni mêmes étrangers. Mais le refrain de la mélodie sonnait toujours plus faux et discordant au fur et à mesure qu’elle grandissait. On se moquait de l’accent qu’elle avait chopé à force d’écouter parler sa mère et de son nom aux sonorités italiennes. En dépit des efforts de Karla pour s’adapter, sa mode était celle de Milan et ses références celles de Rome : elle regardait les films italiens, mangeait la cuisine italienne et parlait couramment italien. Ni son père ni sa mère n’essayaient d’y changer quelque chose, en fait, ils la poussaient dans cette voie avec la fierté des origines. Elle vivait ici mais sa vie était là-bas, dans ce pays ensoleillé qu’elle n’avait jamais connu. A douze ans, au comble de son mal-être et de ses complexes, Karla se serait jetée du haut d’un pont pour être reconnue comme New-Yorkaise –sa dépendance au regard des autres commençait. Mais la ville qu’elle aurait voulu sienne la rejetait indéniablement. Elle n’avait rien d’autre pour se consoler qu’un ami imaginaire en forme de crapaud. Puis les Raspa décidèrent de pondre un nouveau Italiano-Américain et la maison s’avéra trop petite pour accueillir le petit Ramon. Aussitôt né aussitôt fait, la famille déménagea dans la cité des anges en l’espérant plus tolérante que la Grosse Pomme rongée par les vers. Catastrophe ? Soulagement ? Karla n’aurait su le dire. Quitter New York était une déchirure « dans l’idée » mais son quotidien devint beaucoup plus agréable dès qu’elle fut installée à Los Angeles. Elle s’adapta rapidement, se fit une foule d’amis et gagna le titre de fille la plus populaire du collège, puis du lycée. Son corps se forgea dans la puberté et sur les planches de surf, se moula en jupe et décolleté, se colla derrière les garçons sur les Vespa –parce que forza Italia– et s’assassina à coup de crèmes et de mascara, allant même jusqu’à se priver de chocolat. La bombe en devenir, loin d’être bête, réussit brillamment ses études et se paya des vacances de deux ans à Rome, bac en poche. Elle enchaîna très vite un diplôme de journalisme pour retourner s’établir à New York. Plus de petite Raspa rejetée mais une Karla rayonnante, qui arpentait les trottoirs avec assurance et assumait ses parfums de luxe payés par l’argent de quelques conquêtes éphémères autant que son accent ensoleillé. Bien dans sa peau et comment ne pas l’être ? Géniale sous tous les angles. Le bilan était satisfaisant.
Karla quitta son poudrier et sa tasse de café crémeux pour se plonger dans les documents dont elle disposait afin d’écrire un long article mêlant théâtre, terrorisme et culture de masse attirant les gens sous un concept branché. Merci patron. Toutefois, c’était un défi, et la jeune femme au sang chaud aimait les défis. Elle était bien déterminée à écraser d’éventuels rivaux –et surtout rivales. Personne ne lui volerait la place qu’elle avait eut temps de mal à avoir. Elle était comme ça, Karla : une combattante. Elle commença à plancher plus sérieusement et était plongée dans son travail depuis plus d’une demi-heure quand son portable sonna. C’était peut-être Jason, son collègue ; ou bien Steve qui voulait l’inviter au restaurant. Ou bien… Souriante, elle se tourna vers l’écran et eut une moue aussi surprise qu’agacée en voyant que ce n’était que sa mère. Tant pis. Elle laisserait sonner. Mais Julia Raspa laissa un message sur le répondeur, comme l’aurait fait n’importe qui ; sa voix pleine de détresse emplit soudain l’air et Karla se figea. Littéralement. Son sourire s’envola, ses mains lâchèrent son stylo, se mirent à trembler légèrement. Le message finit. Il n’y eut plus qu’un bip odieux dans l’air, puis le silence. C’était impossible. Choquée et incrédule, elle écouta à nouveau l’enregistrement, avec l’impression étrange de ne pas diriger ses gestes. De nouveau cet accent italien, voilé d’une angoisse atroce à entendre. Accident. Hôpital. Coma. Ramon. Ramon, son petit frère ! En cet instant, la belle Karla avait volé en éclats. Ne restait que la petite Raspa incomprise et malheureuse. Ramon, c’était Los Angeles ; Los Angeles, c’était sa renaissance à elle ; alors Ramon, c’était bel et bien un ange, son ange gardien. Les anges gardiens ne meurent pas. Il n’était pas mort, n’est-ce pas ? Seulement dans le coma. Il allait se réveiller. Il allait forcément se réveiller. Karla ferma les yeux, elle se sentait prête à mourir. Ramon, son petit Ramon n’avait que onze ans.

Un mois plus tard
Karla se regarda dans le miroir. Elle était pâle, amaigrie, elle avait les yeux cernés. Mais elle souriait pour la première fois depuis des semaines. Il s’en était sorti. Il s’était réveillé sans d’autres séquelles qu’une cicatrice à l’arcade sourcilière. Une blessure de guerre canon qui séduirait n’importe quelle fille. Le soleil rayonnait au-dessus de New York… Ou du moins dans sa tête, au diable les nuages gris. Elle était pâle, amaigrie, elle avait les yeux cernés mais elle était de retour, plus resplendissante que jamais. Parce qu’elle avait faillit tout perdre, elle gagnerait tout. C’était sa mentalité, non ? Karla la battante. Un rire sur ses lèvres fardées, dossier sous le bras, elle frappa trois coups et entra dans le bureau de son supérieur. La planète était à elle. Si elle prouvait qu’avec de pareilles difficultés personnelles, elle parvenait à faire un superbe travail, que pourrait-on lui refuser ? Elle prouverait qu’elle était une valeur sûre, impliquée dans le journalisme. Peut-être même qu’elle aurait une promotion. Si tôt, il ne fallait pas rêver. Et pourtant…
– J’ai fini le dossier que vous m’aviez demandé.
– Lequel ?
– Mais… Enfin…
L’hésitation de Karla fut brève et elle se reprit très vite.
– Le théâtre et le terrorisme, monsieur.
– Ah, ça !
Un vague geste de la main de la part de son supérieur.
– Une autre fille me l’a rendu depuis longtemps. C’était un travail excellent, d’ailleurs. Prévu pour le prochain numéro.
– Pour… Pardon ?
– Vous avez été longue. J’ai contacté quelqu’un d’autre.
– Longue ? Mais j’étais dans les délais !
– Vous apprendrez que dans notre métier, il faut toujours avoir un temps d’avance sur les délais.
Garder la tête haute était dure. Inhumain, même. Elle s’était tellement investie. Mais elle pouvait rebondir, pas vrai ? Elle…
– Ecoutez, mademoiselle Raspa, je suppose que vous l’avez deviné. Au cours du dernier mois, votre travail a été plus qu’insuffisant. Votre poste est convoité, et d’ailleurs votre nomination avait été sujet à des contestations. Par ailleurs…
– Je comprends, monsieur, je me reprendrai en main. Je…
– Vous n’avez pas compris. Vous êtes virée.
C’est une Karla désespérée qui sortit de son bureau. Une Karla effondrée qui se rendit compte qu’elle avait oublié les clés de sa voiture, et qu’il pleuvait. Une Karla anéantie qui poussa la porte du Pensionnat quelques instants plus tard, espérant s’abriter de la pluie dans cet hôtel à l’allure bizarre qui venait de fleurir en plein New York.

Caractère : Superficielle ? Sans doute. Karla est totalement dépendante du regard des autres et elle fait tout pour s’y conformer. Cela ne signifie pas qu’elle s’oublie ou se néglige, se transforme ou porte un masque… Mais voilà, elle n’a pas de réelle identité. Elle n’existe que pour les autres. La peur maladive de l’abandon la pousse dans l’idée de plaire, elle devient donc attentive au moindre détail qui lui permettra de se faire aimer tout en se hissant au-dessus des autres. Ses goûts, ses habitudes, son comportement sont purement ceux de la New-Yorkaise séductrice, celle que les hommes ont envie de voir, un peu peste pour les filles mais délicieusement compétitrice, belle et vive. C’en est presque cliché. Son intelligence est toute entière mise au service du charme, et son fort caractère ne fait qu’y rajouter du piment. C’est une battante mais jamais à son désavantage : elle gardera toujours son premier objectif, celui de plaire, en point de mire. Objectif qu’elle est prête à atteindre à n’importe quel prix. Karla n’est pas méchante, ou pas beaucoup. Elle considère simplement que dans cette lutte, tous les coups sont permis ; et ceux qui sont trop faibles pour les encaisser n’ont rien à faire là. Si elle s’estime trop en danger, elle peut parfois sortir de son rôle de manipulée (par la société, par la mode, par le regard des autres) pour devenir manipulatrice et faire des coups en douce. Elle sera alors sournoise, s’amusera à enfoncer le clou. Vous êtes prévenus. Son deuxième but dans la vie ? Réussir sur le plan professionnel. Karla a le travail dans le sang et la victoire dans l’esprit. Elle ne supporte pas qu’on lui marche sur les pieds, elle fait de la défaite et de l’échec des problèmes personnels et peut sombrer dans la dépression pour la critique justifiée d’un patron. Ses colères sont monumentales, ses chagrins aussi. Elle possède sous ses dessous de peste et de pouffiasse une grande sensibilité qui n’attend qu’un mot pour rejaillir. Mais une fois de plus, ce sera une battante suffisamment déterminée pour se relever dans les coups durs. Elle défend sa place bec et ongles quitte à appuyer sur la tête des autres pour gagner des galons. Son orgueil est bien trop grand pour qu’elle déclare forfait ; car elle en a, de la fierté, Karla ! Une fierté maladive qui en fait quelqu’un de très susceptible donc de facilement vexé. Capricieuse, gâtée, égoïste et attachée aux choses bassement matérielles, prête à bénir un paquet de cigarettes ou à pleurer sur un tube de rouge à lèvres vide. On pourrait citer bien d’autres défauts mais on oubliera toujours qu’elle rayonne et que par cela, sans même s’en rendre compte, elle éclaire les autres de sa lumière. Sa philosophie de plaire en donnant aux autres ce qu’ils veulent recevoir, et non en étant elle-même, en fait quelqu’un de généralement apprécié : même pour faire semblant, elle gagnera sa popularité avec une oreille attentive et des services attentionnés, des gentillesses par-ci par-là. Son image de peste, elle la revêt seulement en cachette, ne l’oubliez pas ! Donc, illusion ou pas, elle sait remonter le moral et fait beaucoup de bien aux autres… quoiqu’elle n’en pense pas un mot. Si c’est une amie sincère, alors l’avoir à côté de soi devient carrément formidable. Vous aurez juste intérêt à jouer franc-jeu avec elle ou bien elle ne pourra plus vous saquer. Et dans tous les cas, ne soyez pas de ses ennemis. Exclu de son plan de séduction-majoritaire, vous serez vite catalogué défouloir de méchanceté.

Physique : Karla ? Une bombe latine aux lèvres charnues et à la peau bronzée. La fierté du sud, la classe américaine et le franc-parler des deux nations ont forgé son maintien fier et sa démarche conquérante, mais distinguée. Entre poitrine ronde, taille marquée et joli minois, elle est d’une beauté dont elle a entièrement conscience. Elle aime jouer de ses grands yeux sombres derrière la frange des cils, faire rouler une mèche noire mi-longue autour d’un doigt serti d’une bague et mettre sa silhouette mince en valeur d’une pose aguicheuse. Son nez est très mince, son menton a une courbe gracieuse, son cou de cygne s’encadre d’épaules dorées. Ses mains aux ongles toujours manucurés et vernis ont connu quelques cours de piano et courent rapidement sur les touches d’un clavier d’ordinateur. Côté vestimentaire, elle prime l’élégance de tailleurs assortis à son fard à paupières et de talons hauts qui compensent sa petite taille –un mètre soixante-trois. Elle aime également les tops moulants mais confortables, ceux qui s’assortissent aux slims branchés. Vous la verrez rarement sans ses lunettes de soleil, cigarette au coin de lèvres. Et elle s’arrangera toujours pour laisser dans son sillage un parfum léger, agréable et fruité qui caresse agréablement la peau. Ne croyez pas que cela vienne tout seul : son adorable petit nez doit sa beauté à la chirurgie plastique, sa coiffure impeccable est le résultat de longues heures chez le coiffeur et vous n’oseriez imaginer à quelle heure elle doit se lever pour avoir le temps de choisir ses habits de marque. Sans oublier qu’elle surveille sa ligne à coup de régimes draconiens. Oui, la beauté a un prix –mais Karla n’hésite pas à le payer.

Pouvoir : Il suffit à Karla de regarder quelqu’un pour faire disparaître son ombre. Elle n’a pas encore trouvé l’utilité de ce pouvoir qu’elle contrôle extrêmement mal, mais elle se rendra compte qu’il peut durer jusqu’à une demi-heure.
Alter Ego Astral : Charmant, un nom tout à fait charmant pour un prince charmant. Quoique son crapaud pustuleux et verdâtre ne soit pas extrêmement charmant. Voir pas du tout charmant. Et en tout cas pas prince charmant.

Aime/Passions : C’est simple, Karla aime être aimée, se sentir populaire et admirée. Elle prend soin d’elle : de son corps dans les cures thalassos, de son look impeccable. Sa passion ? Ce sera la passion la plus à la mode du moment. Karla est un caméléon qui ne maîtrise rien de mieux que cela, l’art de s’adapter…
N’aime pas/Phobies : Ouh, les insectes. Les mouches, les larves, les araignées, toutes ces sales bêtes grouillantes, pouark pouark. Au moins, Charmant a l’avantage de les manger… Quel dommage qu’il soit pustuleux de partout.

Informations complémentaires :

Avez-vous bien lu les règles ? Oui chef bien chef. Enfin j’espère que le mot de passe n’a pas changé depuis mon dernier passage… A propos, la vie au Pensionnat est-elle toujours aussi Code Okay (By Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? J’y suis déjà \o/
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non.
♦ ...Dans ce forum ? Devinez qui je suis et vous gagnez le droit de revenir la semaine prochaine /SBAFF/


Dernière édition par Karla Raspa le Ven 22 Avr 2011 - 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Karla Raspa   Ven 22 Avr 2011 - 0:31

Hoy, re-bienvenue Mme la présidente! (Ok je sort -_-')
Bon je n’ai pas réussi à reconnaitre le style alors je vais poser la question directement, « C’est quiiiiii ? » ^^

Bon le débrief va juste être une simple formalité, puisque … j’ai rien à redire dessus… ah si ! (oui c’était trop beau pour être vrai, mais ce n’est que de petites choses rassure-toi ^^)

Comme tu t’en doute, tu dois déjà avoir une idée sur ce que je vais te demander. Mais je vais quand même le préciser. Tu comptais préciser l’épisode manquant dans ton post d’entrée, mais j’aime mieux, qu’il figure ici, rien ne t’empêchera de le répété la bas, mais ca fait un trop gros écart entre son renvoie et son arrivée au PI dans l’histoire, sans savoir ce qu’il se passe entre temps.

Dooooonnnc c’est sans surprise, que je vais te demander de détailler ici ce passage.

Sinon très bonne fiche dan l’ensemble, on cerne bien le perso tout de suite, tous les détails y son donc pas la peine de revenir dessus, attention peut être a la construction de l’histoire, j’ai du m’y reprendre a deux fois pour bien comprendre le sens.

Le dernier petit point, c’est le pouvoir qui est déjà en la possession de Zveltlana Alessandrino, Donc il faudrait que tu lui envoie un mp pour lui demander si ca la dérange pas que tu puisses avoir le même (a mon avis la connaissant y a pas de problèmes^^)

Donc voila j’attends ton retour sur ces deux petits points ^^

Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Karla Raspa   Ven 22 Avr 2011 - 18:03

C'est moiiii ^^ Je pensais que la surprise était à l'eau avec ma demande de kit, mais je suis contente si ça n'a pas été le cas.
Je me suis éclatée sur ce personnage donc la fiche est plus réussie que celle de Kaas, on est d'accord. Je rajouterais, sans surprise comme tu l'as dit, un passage plus détaillé à la fin de l'histoire.
Je suis nulle. Je n'avais pas vu pour le pouvoir. Ça me gêne un peu d'avoir le même que quelqu'un, même si cette personne accepte. Je vais le changer. Je fais ça dès que je peux, merci de ta lecture rapide !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Karla Raspa   Ven 22 Avr 2011 - 18:15

La flemme de changer de compte pour éditer mon message ~ C'est fait. Ce pouvoir-là, je crois que personne ne l'a (même si j'ai vu plusieurs choses liées aux ombres.)
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Karla Raspa   Lun 25 Avr 2011 - 17:06

Tout cela est donc très bien, je m’attendais certes a autre chose dans le passage a détaillé pour l’arrivé, mais bon je vais prendre ca.
Le pouvoir sous cette forme n’est pas prit. Il est donc tiens.
Bien ces fêtes de pâques passées je peux donc valider ta fiche.

Bon je ne vais pas te refaire le discours habituel, tu sais ce que tu as à faire maintenant ^^

Enjoy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Karla Raspa   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karla Raspa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: