AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (n°1) Finalement arrivés aux dortoirs.. [Jason]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: (n°1) Finalement arrivés aux dortoirs.. [Jason]   Dim 18 Sep 2011 - 23:56

Trop obnubilée par tous ces sentiments contradictoires qui m’envahissaient et par mon choix qui occupait toute la place dans ma tête, je n’avais même pas songé que j’aurais pu être repoussée par Jason. Lorsque je vis que Jason ne semblait pas vouloir se tourner vers moi, le doute m’envahit. J’avais dut le blesser au plus profond de son être. Je l’ai tout de même pris pour un assassin – s’il n’en était pas un, car bien évidement je ne pouvais oublier ce sentiment de terreur – et cela n’avait pas dut être flatteur pour lui. C’était une accusation tellement grave, que j’avais porté contre lui, et trop préoccupée par ma mort et trop sûre de moi, je n’avais jamais pensé le blesser. J’ai été si crue dans mes parles, si cruelle, si accusatrice, et ce sans grande preuve, qu’une peur qui me prenait aux trippes. J’avais été bien injuste, je le savais, et je voulais tellement tout réparer, m’excuser.

Je ne sais même si ce qu’est l’amour, je ne l’ai que joué devant une caméra, jamais je ne l’ai expérimenté. Malgré toutes les descriptions que j’en ai lut, je ne suis pas capable de le reconnaitre. Alors, parler d’amour, c’est trop vite pour moi. Ce serait comme condamné tout de suite mon sentiment pour lui, alors que c’était peut-être seulement qu’un réflexe de survie, s’accrocher à une personne qui nourrit tes espoirs. Jason avait nourrit mes espoirs de ne pas être seule ici. Je ne suis définitivement pas seule ici, mais en aurait-ce été de même si c’aurait été quelqu’un d’autres qui m’avait accueillit alors que j’étais au bord du gouffre ? Je n’en sais rien, je refuse d’y penser tout de suite. Je veux suivre mes instincts, mon cœur.. Et il me dicte de ne pas le laisser filer, de le garder près de moi. Jamais plus il ne se débarrassera de moi, peu importe de quelle manière cela évoluera. Pour l’instant, j’ai besoin de lui pour faire briller ma petite étincelle d’espoir.

Jason semble vraiment en plein dilemme, comme je l’étais plus tôt, et je ne peux m’empêcher de le trouver attendrissant, là, à se demander ce qu’il fera de moi. C’est bizarre, car je devrais être blessée d’une telle hésitation, peut-être choquée, mais je le trouve attendrissant, les sourcils froncés, l’air perdu, le regard vague, témoin qu’il regarde sans vraiment voir. Puis il semble se décidé, attrapant ma main et avançant dans le couloir maintenant éclairé. Je me sens bien autant grâce à la lumière qu’à la main qui maintenant la mienne. J’ai l’impression de ne plus avancer seule, de faire partie de quelque chose, d’un groupe, que j’aurai du soutiens peu importe l’obstacle. Jason m’accompagne à ma chambre. Je suis si soulagée ! Mais en même temps.. Il me laissera là, je suppose..

---

Nous sommes arrivés au dortoir, je vois toutes ses portes avec des noms. Où vais-je dormir, moi qui n’ai pas de chambre ? Je viens à peine d’arriver, personne ne connais ma présence, où vais-je bien pouvoir dormir ? Je panique un peu et regarde Jason, les sourcils froncés. Nous n’avons pas parlé durant le trajet, je me contentais de le suivre dans les couloirs, les pensées occupées par ce sentiment d’avoir été trouvée, recueillie, qu’on s’occupera désormais de moi.

« Je n’ai pas de chambre ? »

Je demande d’une petite voix timide. Je n’ose pas trop le regarder, et encore moins cette main qui tiens la mienne. Puis, on arrive devant une porte où mon nom est écrit dessous le nom des autres occupants. Mes yeux s’agrandissent, mon désarroi aussi. Qui a été prévenu de mon arrivée ? Était-ce Jason qui avait fait ce miracle ? Je le regarde, les yeux grands ouverts de surprise, l’interrogeant du regard, un peu confuse.

« Je.. C’est toi qui as fait ça ? »

Je m’approche de la porte et effleure les lettres gravées sur la porte. Les lettres sont bien entaillées, le tout fait minutieusement, parfaitement, d’une calligraphie incorrigible. Il y avait encore bien des choses que je ne comprenais pas dans ce pensionnat..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°1) Finalement arrivés aux dortoirs.. [Jason]   Lun 19 Sep 2011 - 0:48

La soirée avait été compliquée, je n'avais pas remarqué mais, 2heures avaient défilés depuis ma rencontre avec Ella. Nous étions au début en total confiance, puis nous avions été séparé d'une façon brutale. Ensuite, retrouvailles mais, douloureuse. Nous nous étions mal compris dès le début. Elle me prenait pour un meurtrier, pour son futur assassin. Elle voulait que je termine un travail que je n'avais jamais commencé. Rapidement, les choses se sont arrangés et nous sommes parti du couloir nous ayant causé pas mal de blessures internes. Nous nous baladions, main dans la main, de loin, on aurait pu croire à un couple. Mais non, pas du tout. Cette relation de protecteur/protégée me plaisait beaucoup. En plus, elle pouvait beaucoup évoluer. Nous sommes enfin arrivé dans le couloir habitant les chambres. Euh... par où commencer ? Une chambre devait déjà être occupé par Ella. Enfin, si cela faisait comme avec moi, elle devait avoir sa chambre.

Personnellement, quand je suis arrivé dans le pensionnat et que j'ai voulu rejoindre ma chambre, elle était déjà la, prête à l'emploi. Elle me pose une question, je ne prends pas la peine de répondre, elle allait le découvrir par elle même de toute façon. Nous sommes maintenant devant la chambre Numéro 1, la première chambre donc. C'était un peu fait au pif pour trouver les chambres. Coup de chance, les mots : Ella Russel étaient gravés dans une plaque. C'était donc sa chambre. Heureux de l'apprendre, pas besoin de se casser le cul à chercher plus longtemps. J'allais peut être pouvoir dormir un peu plus tôt que prévu. Je tenais toujours sa main mais, quand elle à avancée pour toucher la plaque, j'ai lâché prise, attendant de voir ce qu'elle comptait faire. J'ai soupiré puis, j'ai écouté sa question. Elle voulait savoir si c'était grâce à moi. Je l'ai regardé en souriant et j'ai fait un signe de tête affirmant que non. Je comptais lui expliquer plus tard., mais maintenant, j'avais un peu mal à la gorge.

Alors, j'ai attrapé la poignet de la porte et j'ai poussé celle-ci. On pouvait maintenant avoir une vue sur la chambre. Ensuite, je me suis mis derrière elle et avec mes bras, j'ai entouré son corps, la collant contre moi. J'ai déposé ma tête sur la sienne et j'ai avancé, la forçant donc à avancer mais, en étant dans mes bras. La chambre semblait être habitée mais, il n'y avait personne ce soir. C'était parfait, elle allait pouvoir prendre ses repères et dormir tranquillement pour le moment. Nous étions maintenant en plein milieu de la chambre, il y avait plusieurs lits et une salle de bain, comme dans ma chambre. Par contre, la chambre faisait beaucoup plus fille que la mienne. Rien que l'odeur de la chambre en témoignait. Ici, on pouvait sentir le parfum, dans la mienne, on sentait l'homme viril. Bien sur, j'étais le principal occupant de ma chambre. J'avais beau avoir des colocataires, j'avais l'impression d'être le seul utile. Peut être Flavien aussi... Mais je m'imposais en tant que chef auprès des gens que je rencontrais.

Je n'avais pas de doute sur moi, je savais que j'inspirais la crainte, j'aimais bien faire cela, mais je ne voulais pas pousser trop loin, par exemple, être prit pour un monstre ou un assassin, je ne pouvais pas le supporter. Aussi, j'adorais jouer avec les femmes mais je les respectais. Enfin, peut importe, j'étais en présence de la magnifique Ella en ce moment. En effet, sa beauté m’envoûtait totalement. Quand j'étais avec elle, je n'étais pas le Jason de d'habitude. J'étais posé, calme, gentil et je pouvais prendre conscience du mal que je faisais. Cette fille me changeait totalement... Bref, peu importe, j'ai reculé un peu mon visage pour éviter de lui faire mal avec mon menton (oui il était posé sur sa tête) et j'ai chuchoté :

« Voici donc ta chambre. Non, je n'ai rien à voir avec le nom sur la plaque. Moi même quand je suis arrivé dans le pensionnat, ma chambre était prête. Le pensionnat cache bien des secrets... Bon, je suppose que tu veux être au calme maintenant. Bonne nuit Ella... »

J'ai séparé mon corps du sien, je me suis mis devant elle et j'ai déposé un baiser sur son front. J'ai lancé un petit sourire, je me suis retourné et j'ai avancé, m'approchant de plus en plus de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet:    Mar 20 Sep 2011 - 5:16

J’entre dans la chambre plongée dans l’obscurité. Elle est vide mais clairement occupée. Personne n’était arrivé ici avec des valises, mais au fil du temps les pensionnaires avaient imposé leurs droits sur des objets tout aussi banals les un que les autres. C’est, j’imagine, le représentation du besoin de l’homme de posséder quelque chose. Cela vient de la même source que la jalousie, j’imagine. Mon regard continu de se promener sur les lits défaits, les vêtements pèles-mêles un peu partout, les meubles chics. Deux lits à deux étages sont à l’opposé de la chambre, chacun collés contre un mur, et ceux du haut semblent occupés, et un autre du bas semble être dans le même état. Je m’approche du dernier, impeccablement fait, les couvertures tirées, les coussins parfaitement alignés à la tête du lit. Il n’attends que moi..

Je trouve Jason drôlement collé sur moi mais je le laisse faire. Le savoir proche me fait sentir en sécurité, légère, presque débarrassée de tous soucis.. Mais d’une autre part, je n’aime pas une telle proximité. J’ai l’habitude des convenances, de rester loin des gens, professionnelle, presque froide. Alors me sentir si intime avec quelqu’un n’est pas chose aisée pour moi, jamais personne n’avait entouré mon corps de ses bras depuis longtemps. Depuis mon enfance en fait, lorsque moi et mon père étions si proches, quand ma mère ne se comportait pas toujours comme un patron.

Jason me chuchote quelque chose comme des encouragements. Je me tourne vers lui, mon regard dardant ses yeux, et je laisse le silence envahir le moment, la pièce, puis le pensionnat au complet. Il y a une partie de moi qui voulait le retenir, le garder au près de moi, juste pour qu’il me regarde dormir et qu’il veille sur mon sommeil. L’autre partie parlait d’égoïsme. Jason doit vouloir dormir lui aussi, et je comprends ça alors que je sens la tension quitter tous mes muscles et la fatigue m’envahir. Mes yeux fouillent les siens minutieusement. Que pense-t-il ? Peu importe, c’est à moi de décider, c’est ma chambre, mon sommeil. J’ai besoin de e retrouvée seule, maintenant que j’étais certaine que je ne mourrai pas ce soir. Et puis j’étais à présent enfermée dans ce pensionnat, et Jason aussi, alors nous aurions le temps de nous revoir, de discuter. J’aurai le temps de faire patiner mon doigt sur sa peau dans les mois – ou même années, qui sait ! – qui viendront. Pour l’instant, j’ai besoin de retrouver la quiétude et la solitude, pour tout digérer et comprendre ce qui m’arrivera.

Je souris à Jason et hoche gentiment la tête.

« Oui ! »

Je me retourne, le lit m’attirant et m’invitant plus que tout. Je m’y rends, fébrile en observant mon nouveau chez moi pour l’avenir. Je pose une main sur le lit, comme pour sentir qu’il est bien réel, puis m’y assoie, jugeant de son degré de confort. Je regarde à nouveau Jason, une ombre dans l’embrassure de la porte, et lui souris à nouveau.

« On se reverra, hein? »

Je hoche la tête comme pour moi-même, pour m’en convaincre avec un air perplexe.

« Tu pourrais laisser la porte un peu ouverte en quittant pour que la lumière puisse un peu entrer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: (n°1) Finalement arrivés aux dortoirs.. [Jason]   Mar 20 Sep 2011 - 10:43

Je devais choisir entre mon envie de dormir et mon envie de rester auprès d'elle. Les deux me tentaient énormément. Je sais... Pourquoi ne pas faire les deux à la fois ? Hum... non. Elle devait prendre des repères autres que mon existence dans ce pensionnat maudit. Moi même, j'observais sa chambre. Elle n'était pas exactement comme la mienne, cela me paraissait étrange, mais bon, chacun ses goûts. Par exemple, je n'aurai pas vraiment apprécier dans un lit à deux étages. Voir quelqu'un dormir au dessus de moi, non merci. La belle et jeune Ella, elle, semblait un peu conquis par sa chambre, certes, elle était un peu bordélique, mais je pense qu'elle allait vouloir ranger un peu.

Quand j'ai lancé ma petite phrase et que je m'apprêtai à partir, je me posai une question. Allait-elle me demander de rester avec elle ou approuver le fait que je décide de partir. Elle s'était retournée vers moi et me regardait dans les yeux. Je pouvais lire dans son regard qu'elle était fatiguée mais, qu'elle hésitait. Elle était indécise, ne savant peut être pas quoi me dire. Moi, je lui lançai un petit sourire. Un simple sourire, je n'avais plus grand chose à dire maintenant, j'attendais seulement sa réponse. Au final, elle me répondit avec un petit hochement de tête ainsi qu'un petit oui. Bien, il était donc temps pour moi de partir. Ah... J'allais enfin retrouver mon lit, j'avais l'impression de l'entendre m'appeler. En plus, voir les lits des filles ne m'aidais pas à arranger la situation. J'ai commencé à reculer, pour m'approcher de la porte. J'ai déposé ma main sur celle-ci, je ne savais pas vraiment ce que faisais Ella derrière moi. J'entendais des bruits de tissus, sûrement qu'elle était prête à se coucher.

Une voix m'interpella, une nouvelle fois. C'était Ella qui me demandait si on allait se revoir un jour. Et bien, mon devoir était de la protéger, c'était la promesse que j'avais avec cette fille. Donc aucun doute la dessus, la prochaine rencontre allait se faire très prochainement. J'étais encore dos à elle, mais la tête légèrement tournée, me donnant une vue sur elle. Son hochement de tête me fit rire, elle me posait la question mais devait savoir elle même la réponse. Il est vrai qu'avec mon comportement, il était difficile de savoir mes pensées et cela, même quand on me connaissait bien. J'ai moi même hoché de la tête, pour lui certifier que oui, je comptai bien la revoir. De toute façon, je ne pouvais pas la laisser seule. J'ai tiré la porte pour me préparer à sortir, une nouvelle fois, Ella m'interpella. Je me suis cette fois-ci tourné vers elle en lui disant :
« Bien sur. Repose toi bien et à demain ! »

La couleur était annoncée, demain, j'allais lui rendre une petite visite. Après, je ne savais pas vraiment quand. Je compte dormir très longtemps, j'allais certainement me lever très tard. J'ai ouvert la porte complètement et je l'ai refermé derrière moi, faisant donc attention à la requête d'Ella, j'ai laissé la porte légèrement ouvert, pour laisser la lumière passer. J'étais désormais dans le couloir, prêt à retourner dans ma chambre. Hum, que devais-je faire ? Rentrer ou voir si Anna était la ? Bof, la flemme, mon lit m'appelait. En plus, traverser les couloirs du pensionnat ne me faisait pas tellement plaisir. J'ai soupiré une nouvelle fois et j'ai mis les mains dans les poches. Rapidement, j'ai commencé à disparaître dans l'obscurité des couloirs...



[HRP : Fin du topic ou pas ? Si oui, tu veux en refaire un ?]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: (n°1) Finalement arrivés aux dortoirs.. [Jason]   

Revenir en haut Aller en bas
 

(n°1) Finalement arrivés aux dortoirs.. [Jason]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Premier Étage ::. :: Dortoir féminin :: n°1 à n°5-
Sauter vers: