AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Atlance Person

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Atlance Person   Dim 6 Nov 2011 - 6:10



Atlance Person


*nom – PERSON
*prénom – Atlance
*age – 20 ans
*né(e) le – 27 Octobre 1991

Pouvoir
Vieillir son apparence d’une dizaine d’années

Alter Ego Astral
Un merle mâle, nommé Cosmo

Passions
La lecture, l’écriture, la compétition sous toutes ses formes

N'aime pas / Phobies
La lâcheté, le manque de ténacité



« Pour leurrer le monde, ressemble au monde, ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache. » William Shakespear


Here is my story

Je me nomme Atlance Person. Atlance, prénom que mon écrivain de mère a jugé bon de me donner. Et Person, le nom ridicule hérité de mon père. Person ce n’est ni personne, ni quelqu’un, c’est juste un entre deux vague et sans sens, désagréable en bouche.

Je suis née un matin d’Octobre, dans la fraîche lumière d’une journée d’automne, une de ces journées où l’air est lumineux, sec et froid.
Tout s’est passé bien normalement. Un accouchement normal pour une famille plutôt normale. Une mère écrivain en littérature fantastique de seconde zone avec peu de succès (et peu de talent, il faut l’avouer. Navrée de le dire mais c’est la vérité), et un père professeur en arts plastiques dans le petit collège de la ville où nous habitons.
________________________________________________________________________________________
Mon enfance s’est passée plus ou moins sans heurts, avec ses hauts et ses bas, comme pour tous les enfants…
Assez capricieuse en bas âge, j’ai menée la vie dure à mes parents, mais entrée dans ma 7ème année de vie, j’ai découvert la gratifiante jouissance de la réussite scolaire, et me suis donc plongée dans les études (pour autant qu’on puisse appeler études la classe préparatoire), me délectant de la guerre menée entre camarades pour obtenir diverses récompenses.
________________________________________________________________________________________
Entrée au collège, j’ai découvert que la réussite scolaire n’était pas ce qu’on pouvait appeler un facteur de popularité (et c’est un euphémisme). J’ai donc changé d’objectif de vie pour devenir la plus populaire (ça n’a pas beaucoup plus à mes parents). Réduisant mon niveau d’exceptionnel à commun, je continuais malgré tout à dévorer livres sur livres, et me cultiver de la manière dont je l’entendais. Ma quête de popularité ne resta pas vaine, car je savais m’entourer du type de filles qui me feraient paraître plus jolie que je ne l’étais en réalité. Mon intelligence, bien que je la cachais, me donnait un petit quelque chose en plus, l’aura charismatique que ne possédaient pas mes concurrentes. Officiellement élue plus belle fille du collège en 5ème selon la liste effectuée par des garçons, c’était pour moi une consécration.
________________________________________________________________________________________
C’est devenu compliqué quelques années plus tard, quand, à l’aube de mes 16 ans, j’ai commencé à m’inquiéter de conserver l’apparence d’une gamine de 10 ans, et de n’avoir toujours pas mes règles. Pas que cette particularité féminine me fasse particulièrement envie, mais j’étais toujours aussi plate qu’une planche à pain, et ne dépassais pas le mètre 40. J’imaginais donc que cet évènement déclencherait la poussée de tout le reste.
Je commençais à être gênée dans ma vie quotidienne par mon âge physique. Difficile en effet d’être prise au sérieux, et tous ces gens qui me parlaient en prenant une voix suraiguë comme si j’étais un mignon petit bébé me tapaient sur le système.

Après de nombreux tests médicaux qui durèrent près d’un an, le couperet tomba : j’étais atteinte du syndrome de Kallman. En bref, j’avais la garantie de conserver toute ma vie une apparence enfantine, sinon plus jeune que mon âge réel.
Cette charmante nouvelle expliqua aussi mon absence totale d’odorat (dont mes parents ne s’étaient jamais vraiment inquiétés, cela ne mettant pas ma vie en danger ni ne m’handicapait selon eux) , en réalité symptôme de cette affection rare.
________________________________________________________________________________________
Dès lors, je n’ai eu de cesse de lutter contre ce coup de destin. Je ne pouvais pas rester ainsi coincée dans ce corps d’enfant, moi qui étais promise à de si grandes choses !

J’essayais diverses méthodes : changements vestimentaires extrêmes, teinture capillaires, maquillage outrancier. Mes parents, s’imaginant que je devais réussir à m’adapter à ma façon à cette manière de vivre, n’intervinrent pas.
Je tentais divers styles : le grunge, le punk, la working lady, la lolita, la BCBG, … sans succès.
On me prenait juste pour une enfant excentrique aux parents trop laxistes.

J’étais incapable de trouver un petit ami. Les hommes normaux ne s’intéressent pas aux petites filles, et de mon côté je n’étais attirée ni par les délires bizarres des pédophiles, ni par les gamins de primaire.

Mais peu à peu, le temps aidant, je commençais à m’adapter à cette apparence éternelle, à en jouer. L’enfant à d’incroyables qualités persuasives. Je travaillais mon aura d’innocence, choisissais les tenues les plus mignonnes possibles.
Je me jouais des gens qui s’attendrissaient devant moi, les laissant m’admirer, me questionner, pour leur répondre avec la maturité de la jeune femme de 19 ans que j’étais en réalité. Je prenais un plaisir incommensurable à observer leurs visages charmés se décomposer en un masque d’effroi, devant la petite fille surdouée et cynique que je leur faisait découvrir.

Cependant, si je commençais à apprécier fortement ces avantages, ma relation avec mes parents se détériorait. Elle n’avait jamais été des plus chaleureuses, mais depuis peu ils « ne me comprenaient plus », avouant même que je « leur faisais peur ».
Peu m’importait en réalité. Bien sûr, il m’était agréable de me réconforter dans les bras de ma mère quand j’étais en mal de chaleur humaine, mais, ma foi, n’importe quel autre humain dont le contact n’eut pas été trop désagréable aurait pu faire l’affaire.
Mon père m’était totalement indifférent. J’avais depuis longtemps découvert son caractère lâche et fuyard, et n’avait plus que du mépris pour lui.
Ma mère n’était clairement pas l’écrivain le plus doué de sa génération, mais elle continuait d’essayer, ce qui me plaisait. Je décidais donc de rester en bons termes avec elle.
________________________________________________________________________________________
L’année de mes 20 ans, je prenais le décision de partir de chez mes parents. Grâce à ma beauté, et ma capacité à interpréter les instructions des adultes plus facilement qu'une "vraie" enfant, j’avais posé pour de nombreux magazines de mode enfantine locaux, et avait amassé un petit pécule. On m’avait proposé une offre dans la capitale, j’avais accepté, et après discussion avec mes parents que l’éloignement arrangeait, décidé d’y rester.

Le jour J, je voyageais donc un train de nuit, tandis que mes bagages étaient acheminés par des déménageurs.

Je somnolais, quand une secousse me réveilla. Nous nous étions arrêtés en milieu de voie. Après m’être renseignée auprès des autres passagers, j’appris qu’un homme avait mis fin à ses jours, se jetant sous le train.
Maudissant les dépressifs qui se tuaient n’importe où, je me dirigeais vers la sortie, ignorant l’annonce sonore invitant les passagers à ne pas sortir des wagons.
Quitte à devoir attendre plusieurs heures, je comptais bien ne pas le faire dans l’ennui… Il m’était de toute manière impossible de me rendormir à ce stade.

Je découvrais un bois, étonnamment proche des rails. J’y pénétrais, savourant le bruit de la nuit, à peine rompu par celui de mes pas.
Quelques minutes plus tard, je parvenais devant un portail, encadré de hauts murs qui paraissaient s’étendrent loin. Etonnée de trouver ce genre de choses en ce lieu, je m’en approchais, observant avec stupéfaction qu’il était en excellant état, comme s’il était entretenu régulièrement.

Taraudée par la curiosité, j’en poussais les portes puis…
Black out.
________________________________________________________________________________________
La lumière me perçant les paupières, j’ouvrais les yeux. Je jetais un rapide coup d’œil au soleil, pour découvrir une fenêtre qui m’était inconnue… tout comme le reste de la pièce.
C’est ainsi que je m’éveillais dans cet étrange endroit, en cette journée hors du commun.
Le reste, je l’ignore encore…



Voici ce que je suis…

Atlance est une jeune femme très volontaire, très charismatique. Elle est dotée d’une vive intelligence et d’une curiosité naturelle qui la poussent à toujours en savoir plus. Elle est prompte à la colère, mais garde généralement le contrôle de ses émotions, préférant insulter mentalement ses interlocuteurs tout en leur servant un grand sourire.

Compétitrice née, elle a peu de scrupules à écarter de sa route ennemis comme amis. Cependant, rien ne l’excite tant que de trouver un adversaire à sa mesure. Devant ceux qu’elle considère comme ses égaux ou ses supérieurs, elle est partagée entre un mélange de haine et d’admiration.

Si elle est égoïste, elle n’est pas égocentrique. Elle n’est pas non plus méchante. Elle n’est pas vicieuse, dans la mesure où elle préfère affronter les gens de face plutôt que d’agir en secret. Elle aime que sa victoire soit reconnue et avérée. Si elle supporte les échecs, ils la rendent plus acharnée encore. Elle n’abandonne quasiment jamais.

Manipulatrice, elle parvient généralement à ses fins via ses minauderies ou ses rebuffades, grâce à son apparence, bien qu’elle ne soit pas excellente actrice.
Elle est très sociable, et du moment qu’une personne ne met pas sa condition en danger, ou mieux encore, sert ses intérêts, elle aime la compagnie des autres et se lier avec eux.
En effet, est pourvue d’un sens de l’humour assez acide et d’une répartie correcte, et supporte plutôt bien que l’on se rit d’elle.

Enfin, elle est douée d’une bonne sensibilité artistique, de par son éducation, et apprécie de s’exercer elle même à diverses pratiques, principalement d’écriture, ainsi que de contempler ou de lire les œuvres d’autres. L’art et la création en général est l’un des seuls domaines dans lequel sa tendance à la compétition ne la titille pas.

Don’t judge a book on its cover

Atlance mesure 1m40 pile. Elle est menue, presque chétive. Sa peau est blanche de type caucasien, son grain de peau plutôt fin.
Elle porte les cheveux longs, jusqu’au bas du dos, avec une frange désordonnée. Ils sont d’une riche couleur auburn, qui apparaît plus nettement rousse au soleil.
Ses yeux sont bleu nuit, presque noir. Elle a de longs sourcils fins, un petit nez et une bouche aux lèvres fines.

Son apparence générale est celle d’une enfant de 10 ans, si l’on fait abstraction de sa manière de se tenir et de se mouvoir, qui est plutôt celle d'une adulte. Elle n’a aucune forme féminine marquée, si ce n’est un vague volume au niveau des hanches.

Pour ce qui est de son style vestimentaire, elle en change très souvent en fonction de ses activités et de ses buts, mais en ce moment, sa préférence se porte plutôt sur le style dandy masculin, qu'elle trouve à la fois confortable et distingué.




Informations Hors-RP

Avez-vous bien lu les règles ? Ouiii ! C’est à ce moment là que je dois chuchoter le mot de passe ? Code okay (By Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? Heu… En faisant ma grosse stalkeuse… ‘___’ Sur un autre forum, j’ai vu des dessins faits par Mistral en rapport avec des persos de RP, j’ai cherché un peu et… voilà…
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Nope !
♦ ...Dans ce forum ? Oui

Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Atlance Person   Mer 9 Nov 2011 - 2:18

Heu bienvenue a toi !

Bien alors en premier lieu j'ai validé le code qui est bon et dans un second, je te fait le débrief de ta fiche de ce pas ^^

Histoire:
Très originale et elle aura eu le mérite de m'apprendre quelque chose, car je n'avais jamais entendu parler de ce syndrome, mais la pauvre a quand même vraiment pas de chance cette maladie c'est 1/10 000 et 10 hommes pour une femme, ce n'est vraiment pas de chance, cela dit elle aura au moins le mérite de sa ire qu'elle est peu être unique.

Caractère:
Mais c'est quelle cache bien son jeu la demoiselle dite-moi. En général ce genre de personnage est très intéressant... surtout quand ils rencontrent d'autres comme eux. XD

Physique:
Bien, bien, bien ma petite... euh, je veux dire ma grande en fait. ^^

Pouvoir:
Ah si elle peut vieillir son apparence cela veut dire qu'elle peut avoir vraiment le physique de son âge ? pouvoir subtil je te recommande d'être prudente.

AEA
Oki Oki

Gouts:
On leur source dans l'histoire c'est très bien

Bon c'est du bon niveau que nous avons là, pour moi tout fonctionne bien dans ta fiche alors je te valide.
Bienvenue au PI

Tu peux des à présent commencer a rp dans le hall d'entrée en créant ton sujet ou en répondant à un encore sans réponse.

N'oublie pas non plus d'aller déclarer ton pouvoir dans la partie concernée et aussi si le coeur t'en dit, passe dans la section "Présentation" en Hors-Rp pour nous en dire un peu plus sur toi.

Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Atlance Person

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: