AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jack Lauwrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Jack Lauwrence   Dim 13 Nov 2011 - 19:33



* JACK LAUWRENCE


*nom – Lauwrence.
*prénom – Jack.
*age – Vingt-et-un ans.
*né(e) le – Vingt-cinq août 1990.


Pouvoir
  « Salive chimique ». Lui permet de produire certaines substances chimiques connues par le biais de sa salive, telles que l'acide ou autres stupéfiants peu licites.

Alter Ego Astral
 Arès. Un ours immense, au poil épais et noir, l’œil or et étincelant ; à l'image de l'ancien Patronus de Jack. Sa carrure massive, ses griffes et ses crocs, de tailles respectables, en terrifient plus d'un. Cependant non agressif, c'est une nature silencieuse et taciturne.

Passions
  Les poèmes, ceux dont les mots se lient ensemble, roulent sur sa langue, les chiffres sous toutes leurs formes, les mathématiques. Le violon – un violon entier, imitation de Stradivarius. Les rêves, les entremêlements de rêves, qu'elle se représente comme des colonnes de fumée opaque telle qu'elle en souffle par sa cigarette ; le Football et le Quidditch, où elle excelle respectivement en tant qu'attaquante et poursuiveuse ; puis l'adrénaline, le jeu, la mise en danger de sa propre vie.

N'aime pas / Phobies
  L'ennui. La sérénité. La maladie. Ingérer des substances dites alimentaires.



« Mourir en combattant, c'est la mort détruisant la mort. Mourir en tremblant, c'est payer servilement à la mort le tribut de sa vie. » [William Shakespeare] ;


Histoire

[Si grande incompréhension, se référer à la fiche d'Ekzael Ahnkïr complémentaire à la mienne, ce personnage a déjà eu une existence sur un autre forum]


Sydney, Australie, Océanie, Planète Bleue. C'est l'été ; nous sommes en 1990, maternité, chambre… Combien était-ce ? Premier étage. La fenêtre donne sur un espace réduit de verdure, à l'arrière du bâtiment, et les fragrances florales saisissent quiconque pénètre dans la chambre. Une jeune femme – moins de la vingtaine ! – est assise sur le rebord de la fenêtre, et entre ses bras berce un nourrisson. Elle ne se risque pas à chanter – Dieu, il fait si beau – mais lui murmure des secrets, ses secrets. Depuis maintenant six mois, elle s'appelle Alice Lauwrence.

– Ce n'est pas imprudent de la bercer dans le vide ? lance une infirmière en uniforme et d'âge mûr, passant la porte, les yeux néanmoins vissés sur sa tablette dont elle feuillette attentivement les pages.
– Le vide ! s'offusque Alice, la foudroyant du regard. Je ne suis pas aussi irresponsable !
– Non, mais vous en approchez, répond l'infirmière, flegmatique. L'opération est prévue pour quand ?
– Demain.

Alice embrasse les paupières closes de son enfant. Demain, tu ne seras plus mixte. Demain, tu seras une fille, une petite fille comme toutes les autres, malgré ton prénom. Des chuchotis leur parviennent, ils se glissent dans la masse de cheveux blonds d'Alice, baisent avec hypocrisie les joues rondes du nouveau-né, et ces phrases qui s'entremêlent, fusionnent, éclatent en des milliers de piques venimeuses :

Petit garçon point, petite fille non plus. Hermaphrodite, dit-on, n'est-ce pas affreux, oh, pauvres parents, que vont-ils faire, garder l'immondice, pauvre enfant, madame est-ce contagieux, quelle malchance, irresponsables, ils l'ont appelé Jack, nous ne pouvons pas garder cela pour nous, Le Héraut du Matin souhaiterait en faire un article, parlons-en anonymement, nous ne faisons pas de mal mais empêchons le mal de faire…

***

– Jack, mon amour, sors. Le… Si tu allais chercher le courrier ? Je t'appellerai pour le déjeuner. D'accord ?
Le mercredi matin, Jack sort. Elle a onze ans. Elle ferme la porte, descend les escaliers du perron, colle son nez au carreau de la fenêtre et observe son frère Ruby hurler. C'est une dame qui prend la place de Jack, le mercredi matin, une dame armée de seringues, d'antibiotiques et de mots réconfortants. Jack soupire, elle extirpe d'entre les plis de son manteau une cigarette froissée. Un paquet ne passe pas inaperçu, il lui faut les dissimuler dans ses poches deux à deux. Elle jète un oeil à droite, à gauche, puis assurée de l'absence de vie aux alentours, porte la cigarette à ses lèvres, l'englobe de ses mains et y concentre l'entièreté de ses pensées. Sensation de chaleur ; elle retire ses mains. La tige s'est allumée.



Elle ouvre la boîte aux lettres ; lettres, factures, cartes postales, catalogues publicitaires. Destinataires ; Mr et Mrs William Lauwrence. Une missive de l'hôpital voisin, au nom de Ruby, et puis cette enveloppe, épaisse, lourde dans sa paume, sertie d'un sceau, lui étant adressée ! Elle la décachète soigneusement.

« Ecole de sorcellerie Lewis Caroll, Australie. »

***

– Et voilà, ma grande. 38,25 centimètres, un beau morceau ! Sureau et crin de licorne, sombre, rigide et difficilement maniable. Le pommeau est très délicatement ouvragé. Fais-en bon usage.

***

Les années passent. Une, deux, trois, sept, huit, neuf. Sa scolarité à Lewis Caroll se déroule sans heurt, sans lien ; vide, amants, amantes, chiffres. Elle réussit ses ASPIC. Mention Optimal en Arithmancie, Astronomie, DCFM, Potions et Sortilèges. La vadrouille, le vide, l'année sabbatique, la première année d'études en France, « ratée », les réunions annuelles familiales des Simon, le cousin présenté, Alexandre, la ceinture de la jupe qui se défait et les cadavres de cigarettes dans l'étang.

Le vide.

Entrée à l'université d'Irlande. Entrée dans la Salle Commune. Entrée dans la vie.
Un jeune homme aux cheveux longs, une jeune femme aux yeux vairons, qui se renvoient tour à tour à la figure un mystérieux bracelet, un ancien couple, l'un Joueur, l'autre amnésique. Jack, son incapacité à nouer des amitiés, le parlé poli, les questions indiscrètes, les réparties.

Ekzael. Le jeu. La conscience d'être un pion, en abuser. Leurs défis, les provocations, les plans, les disputes, le Véritaserum versé à l'insu de tous, Jack et ses soudains accès de violence, Jack et ses baisers offerts à tout un chacun, Jack et ses propositions, Jack qui se lie, se fait materniser, confie, entre dans les confidences, perd les confiances, joue, boit, fait boire, se déshabille, enjôle, découvre le Miroir, se travestit, vit.

La perte du vide, Ekzael qui comble le vide.

L'artefact à dérober. Le départ de l'université. Les adieux, les souvenirs, les lettres.
L'artefact, sous la pulpe de leurs doigts.
Le pensionnat.

Caractère

Jack n'est qu'indifférence et désintérêt. Indifférence envers soi-même, envers les évènements, puissent-ils ou non ébranler le monde, envers les soucis dérisoires de ses congénères, envers la masse. Peu sociable, elle essaie pourtant de le paraître, mais ses tentatives s'avèrent maladroites ; particulièrement lorsque pour ce faire, elle cherche à forcer son intérêt.
A sa seconde entrée à l'université, elle découvrit le jeu. Les défis, le divertissement, à tous prix. Le goût du risque, oh, comme elle aimait l'adrénaline roulant dans ses veines, pulsant le cœur qu'elle croyait mort, les énigmes, les quiproquos, les comédies. Dès qu'une situation périlleuse se présentait, elle devait être la première à s'y lancer corps et âme, peu lui importait la douleur, peu lui importait la mort, peu lui importait la vie. Sa propre mise en danger l'égaillait et elle fut prête à se condamner sous un quelconque prétexte pseudo-héroïque, défendre la Veuve et l'Orphelin, le plus faible protégé par le mieux pourvu de hardiesse, uniquement à son compte.
Elle apprécie de dormir, la nuit, la nature, le silence, errer, assister à l'enchevêtrement confus de ses pensées échappées. Interagit-elle avec les autres seulement pour combler son ennui ? Elle le confirmerait sans détour, mais est-ce réel ?

Masculine. Elle omet sa vulnérabilité propre à la plupart des femmes, les risques encourus par sa nudité lorsqu'elle quitte l'étreinte aqueuse et oublie de se revêtir, inconsciente, ou trop consciente ; en proie au malheur, cible potentielle et victime idéale à tout crime, elle se pense pourtant intouchable ! Si grand est son tort.
Son malheur résulte de la décision de ses parents, il y a vingt-et-un ans de cela.
Avoir toujours désiré être homme, été femme.


Physique

Étendue de neige, étendue sur la neige.
Des pieds, nus, d'une pâleur maladive, des pieds neige, sur la neige, qu'on distingue avec effroi car il nous semble là voir les pieds d'un cadavre. Mais nos yeux se lèvent pour rencontrer les siens, clos, se rabaissent, se baissent sur des jambes maigres au mollet peu galbé, contrairement au sein, qu'habille une longue et large jupe sombre. Un corps de femme, femme étendue sur l'étendue de neige, dont la taille doit effleurer le mètre quatre-vingt, dont la poitrine se soulève imperceptiblement, dont le buste s'orne de menus objets de chair, dissimulés d'un chiffon à bretelles distendues. Ses bras blancs encadrent son visage de part et d'autre, un manteau noir, sans tiédeur, trop ample, elle de trop mince corpulence, l'affuble. C'est un menton pointu, un nez à l'arête fine et d'aspect fragile qu'une petite bosse dénote, une bouche embrouillée aux lèvres charnues et écarlates, bordeaux, l'inférieure gonflée. Ce n'est pas la beauté ; mais la disharmonie, symétrie imparfaite, asymétrie parfaite, le charisme avenant, répulsif, captivant, consternant. Ondulent, étalés sur la neige, bordant l'ovale de son visage, ses cheveux d'encre, boucles éparses et humides de glace et de froid. Sa gorge est offerte au vent, la figure tournée vers le ciel, les cils obscurs balaient les pommettes saillantes et ourlent des prunelles hagardes, aux paupières diaphanes et bleutées. Ah ! Oui, elle a ouvert ses yeux. Improbables, suscitant l'attention, ils s'abreuvent et se repaissent de l'éclat dans ceux des autres. Des iris de liqueur, la teinte whisky.
Expressifs dans leur dénuement d'expression.




Informations Hors-RP

Avez-vous bien lu les règles ? Ooookay ! [Mif]
Où avez vous trouvé ce forum ? Je m'étais inscrite, il y a très longtemps. Par l'Académie Keimoo il me semble. Heureuse de revenir ! [Je viens de me rendre compte en fait qu'il y a déjà un hermaphrodite sur le forum, mais sa situation diffère largement de celle de Jack si j'ai bien tout suivi, car Jack ne l'a été que petite, est désormais entièrement une femme et sa famille l'a en grande partie acceptée. Je suis vraiment désolée de la gêne occasionnée]
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non.
♦ ...Dans ce forum ? Pas vraiment, mais j'avais abandonné l'autre.

Revenir en haut Aller en bas
Miss Machiav(i)élique
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mif (Mistral)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Annuler celui des autres par sa présence.
• Petit(e) ami(e) : Disparu o/

RP en cours :
- Parce que se jeter du haut d'une tour, c'est romantique !... (Volke)
- Des camélias rouges (Alea Miller)
- Souvenirs indésirables (EVENT - Corpse Party)


Messages : 2200
Inscrit le : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Jack Lauwrence   Dim 13 Nov 2011 - 19:56

Bonsoir et bienvenue !

Alors, je ne trouve pas grand chose à redire a cette fiche... Elle est très bien écrite, on cerne le personnage, pas de problème. La seule question qui m'est venue en lisant concerne le début de l'histoire : pourquoi ses parents lui ont-ils donné le prénom d'un garçon s'ils comptaient lui faire subir une opération pour devenir une fille ? Et pas de problème pour le fait qu'il y ait déjà un hermaphrodite sur le forum, en vérité, si tu parles bien de Fay E. Flowright, c'est plutôt quelqu'un d'asexué si je me souviens bien de la description d'Aphie...

Je valide le code ! Et quel était le nom de ton ancien personnage sinon ? :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Jack Lauwrence   Dim 13 Nov 2011 - 20:04

Oh, j'ai oublié de le préciser, pardon. Aux échographies, on leur a dit que ce serait un garçon et ils ont choisi le prénom de Jack. A sa naissance, ils ont préféré procéder à l'ablation des attributs moins développés, ceux masculins, mais ont choisi de garder le prénom Jack comme pour dire que n'être pas tout à fait homme ni tout à fait femme n'est pas grave. Que ce n'est pas important si les deux sexes se confondent parfois, si une fille porte un prénom masculin et vice versa. Dit comme cela, c'est assez confus.

Hum. Mon ancien personnage n'a pas été très actif, et j'en ai presque un peu honte, maintenant. C'était Lizbeth Ravenpaper.
Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Miss Machiav(i)élique
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mif (Mistral)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Annuler celui des autres par sa présence.
• Petit(e) ami(e) : Disparu o/

RP en cours :
- Parce que se jeter du haut d'une tour, c'est romantique !... (Volke)
- Des camélias rouges (Alea Miller)
- Souvenirs indésirables (EVENT - Corpse Party)


Messages : 2200
Inscrit le : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Jack Lauwrence   Dim 13 Nov 2011 - 20:11

Pas de problème, je t'avoue que ce pseudo ne me dit rien... XD Ok ok je valide ! Tu peux désormais commencer le RP, en passant d'abord bien entendu par le Hall d'entrée. Je t'invite également à poster dans le Hors-RP, et en particulier dans la partie Présentation histoire que les autres joueurs puissent faire ta connaissance ! Bon jeuuu~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Jack Lauwrence   Dim 13 Nov 2011 - 20:35

Merci !

(Oui, je sais, elle ne dit rien à personne. Je suis restée moins d'un mois je crois !)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Jack Lauwrence   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jack Lauwrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: