AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeSam 10 Déc 2011 - 22:25

Les flocons dansaient. Les flocons l’entouraient. Les flocons l’apportaient. Elle fut transportée. Elle fut mise ailleurs. L’hiver disparut. Laissa place à une brise automnale. Tout était différent. Sa silhouette apparaissait alors entre la masse de flocons disparaissant, immobiles sur le sol. Ils retombaient pour ne laisser que ce grand fragment de glace. Son corps gelé. Cette position guerrière. Si loin, déjà. Elle semblait si loin. Et inanimée, elle ne pouvait se défaire, semblait mourir ensevelie de cette couche froide et translucide. Brisures. Déchirures. Soudain bruit de craquement. Le bruit du fracas. La glace qui s’effondre alors au sol. Et son corps inerte qui s’effondre sur l’herbe alors trempée.

Rien de plus. Elle gisait sans vie. Son cœur n’eut aucune réponse. Elle n’était qu’un pauvre corps désolé, éteint. Morte. Froide. Elle n’avait plus aucune vie. C’est ce qui semblait si évident. Et pourtant. Odin n’avait-il pas voulu la préserver ? N’avait-il pas voulu la sauver de ses misères si affreuses ? La mort était-elle la seule solution à ce malheur ? Le souffle froid sur son corps semblait se répandre. Il n’y avait que le froid. Un froid mordant. Mort. Un froid dévastateur. Qui brisait tout. De son corps jusqu’au plus profond de son âme. Il n’y avait que ce froid. Que cette sensation. Rien de plus. Gelée. Elle était gelée. Elle ne sentait rien d’autre. Que du noir profond. Noir. Ténèbres envahissantes. Glace prenante. Rien. Le vide. Plus aucune sensation. Le souffle de la mort. Elle renaissait douloureusement. Il y eut un battement. Un feint battement.

La mort n’était donc pas la solution à cette souffrance.

Mais ce noir était si profond. Il refermait ses mains sur elle. Brynja luttait. Elle luttait contre ce poids. Elle devait lutter. Ses narines se remplirent alors de l’air environnant, extirpant de ses poumons les derniers signes de glace. Sa gorge semblait si froide. Elle inspirait encore une fois, de ses poumons brisés et froids. L’air. Différente. Ses yeux ne s’ouvrirent qu’après plusieurs secondes à lutter contre elle-même. Les minutes dans lesquelles elle avait semblé morte avaient pu se prolonger. N’étaient-elles pas comptées par dix ? Vingt ? Trente ? Combien de temps ? La notion de celui-ci lui était perdue. Et même si ses yeux s’ouvraient, il faisait toujours noir. Si noir. La lune surplombait le ciel étoilé. La nuit. Sans aurore. Ses sœurs étaient parties. Pour de bon. Et que lui restait-il ? Rien.

Elle eut envie de pleurer. Pleurer tout ce qu’elle avait perdu. Pleurer alors que sa tête touchait l’herbe et que ses yeux ne voyaient rien que du noir. Elle tremblait. Tremblait de faiblesse. Pourrait-elle trouver la force de se relever ? Dans quelle forêt se trouvait-elle ? Elle ne semblait la connaître. Sa tête bourdonnait douloureusement… Et tout semblait si flou… Il n’y avait que cette ombre, au loin. Cette ombre qu’elle ne voyait à peine. L’ombre qui ne cessait de s’embrouiller, de revenir et de s’embrouiller encore, laissant son mal de tête cogner douloureusement contre ses tempes. Respirer faisait mal. Respirer faisait si mal. Pourquoi … Elle ne comprenait pas. Cette forme… Cette… Forme… Elle paraissait si imposante. Si importante. À ne rien comprendre. Et ses yeux se levaient alors. Tout devenait plus clair. Tout devenait tellement plus clair. Un éclair passa ses yeux.

Cette forme… Elle aurait pu la reconnaître n’importe où. Cette forme… !

Par Freyja ! Une Stavkirke ! Elle était sauvée ! Ses yeux bleutés se levaient sur l’édifice, gracieuse, majestueuse. Elle reflétait, brillait de sa splendeur, sous cette nuit où la lune ne montrait que sa silhouette argentée, où le brouillard cachait une grande partie. Ses yeux ne pouvaient la tromper. Le temple s’érigeait devant elle, imposant et splendide, d’où semblait émaner cette trace de divinité perdue. Et l’espoir renaissait en cette vestale déchue, au plus profond de ce cœur qui était glacé, s’enflammait pour fondre ce désespoir vain, y faire naître cette touche de confiance, cette confiance presque aveugle que les disciples montrent en faveur de leurs Dieux, remerciant leurs faveurs éternelles. Et elle les remerciait, elle les remerciait seulement, se mettant difficilement un genou à terre, posant solennellement une main sur sa cuirasse, baissant la tête et laissant une larme solitaire couler doucement, un vain sourire sur ses lèvres entre lesquelles s’échappait un nuage de brume blanche qu’elle n’avait peine à remarquer, qu’elle oubliait dans cette même tentation salvatrice. Sa main tremblante effleurait la lance qui ne l’avait alors jamais quittée et en serrait le bois. La Nordique se relevait, s’appuyant durement sur sa lance pour supporter ses muscles endoloris, son corps qui semblait résister aux appels désespérés de son esprit, trop lourd, trop faible. Comme si elle avait dormi pendant des millénaires. Cette glace éternelle et déchirante ne pouvait pourtant avoir cet aspect.

Un pas. Ça ne fut qu’un seul pas, aussitôt suivi d’un autre, avant qu’elle ne se sente chuter une nouvelle fois. Ses jambes refusaient de la porter vers ce lieu de culte, sacré. Mais elle devait. Au bout de ses forces, elle se relevait, encore s’appuyant sur sa lance, reprenait courage, ne perdait détermination. Elle vaincrait la faiblesse pour atteindre son but. Peut-être pourrait-elle alors retourner vers Valhalla. Mais que ferait-elle ? Perdue. Elle était perdue. Sans Eileifr, qu’allait-elle alors faire ? Il était son allié. Son seul ami parmi les traîtresses qu’elle avait toujours considéré comme ses sœurs. Un ami cher. Certainement pleurerait-elle cette mort injustement sanglante. Il était mort dans une fuite irréprochable, dans un combat tragique. La pauvre chose n’avait mérité ce châtiment. Ses mains se serrèrent sur la lance alors qu’elle se relevait une nouvelle fois, détermination forte fondant la faiblesse dans laquelle elle était emplie, l’aidant à avancer. Ses pas la menaient posément vers son but. Le sanctuaire devenait plus imposant plus elle allait, et toujours elle sentait en elle cette énergie qui semblait lui revenir, la ramenant à la vie. Elle triompherait de cette souffrance. Elle passerait au travers, quoiqu’il en coûte. Elle était une Valkyrie. Elle saurait vaincre ce moment d’incompréhension.

Elle était forte.

Les portes se dressaient devant elle comme un havre honorable. Les secondes passèrent, son regard regardant cette porte ornée de maintes gravures invisibles dans cette nuit noire, l’espoir vainement encré en elle, le vent faisant onduler ses cheveux outre son visage d’ange. Et sa main glacée approchait alors de cette porte, qu’elle poussait, d’où une lumière émanait – une lumière rassurante dans ce noir qu’elle connaissait pourtant si bien. Dans ce noir qui avait vu tant de morts et tant de combats – ce noir qui l’avait vu périr elle-même dans les ténèbres plus sombres. Elle mettait le pied dans ce qu’elle pensait être le Sanctuaire.

Pourtant…

Cet endroit… Cette lumière. Son œil glacé se posait sur ces chandelles, si lumineuses. Pourquoi ne vacillaient-elles pas ? Pourquoi leur feu ne semblait pas orangé et dansant ? Et les murs… Pourquoi son bois était-il peint de ce rouge sang ? Quels étaient ces motifs qui ornaient les murs ? Ce papier… Ce papier, il semblait si loin de la peau d’animal utilisée. Tout était différent. Rien n’était familier. Elle ne reconnaissait pas la pierre qui ornait le sol, lustré. N’y était-il pas censé être recouvert de bois ? Ses pieds étaient froids sur le sol marbré. Et malgré la froideur de la pierre, elle semblait déjà plus chaude que ses pieds, ses orteils. Et cette chaleur ne l’atteignait qu’à peine. Elle n’arrivait pas à la ressentir. Son regard remontait sur le plafond, sur les trous béants dans le mur. Un frisson lui parcourut le dos d’une manière désagréable. La Valkyrie semblait suffoquer sous sa surprise, semblait reperdre ses forces une nouvelle fois. Elle s’affaissait au sol, touchait de ses doigts froids la pierre, les murs. La porte était donc le seul élément en bois ? Son regard se retournait sur celle-ci, son visage ayant alors affiché une touche prononcée d’espoir teint d’une crainte qui se propageait rapidement. Où était-elle, réellement ?

Son cœur ne fit qu’un bond. Les portes firent animées d’une soudaine force mystique. Elle sursauta. Que se passait-il ? Qu’est-ce qui venait d’arriver ? Le cœur bondissant dans sa poitrine, battant, elle se releva et courut vers la porte. Fermée. Fermée… Elle n’arrivait pas à l’ouvrir ! Encore, le souffle lui coupa. Elle secouait la poignée, tirait sans cesse. Rien n’y faisait. Les portes restaient scellées. Qu’est-ce que les Dieux lui voulaient ? Cet endroit… Qu’est-ce que les Dieux voulaient signifier par cet endroit ? Les grandes portes résistaient. Elle n’y pouvait rien. Prise au piège. Elle était prisonnière. Prisonnière de cet endroit inconnu, de ces étranges murs ornés de trop de décoration, de cette atmosphère différente. Elle n’y comprenait rien. Rien du tout.

Une larme coula silencieusement sur sa joue, suivie de plusieurs autres. Brynja était désespérée. Elle se laissait abattre, glissait doucement jusqu’à ce que ses genoux retouchent le sol, que sa main repose sur le bois si lisse et que ses yeux se ferment durement, laissant s’échapper d’autres larmes amères. Elle venait de perdre tout espoir.


Dernière édition par Brynja le Mer 4 Juil 2012 - 18:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Surfeur Chimère
Dan Hovekat
Dan Hovekat

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 27
• Pouvoir : Attirance Féline
• Petit(e) ami(e) : Gonzesse (en priorité) ou mec peut importe ^^

Messages : 49
Inscrit le : 08/06/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeMer 4 Jan 2012 - 18:02

Même dans un endroit hors de l'espace et du temps l'hiver existait, et il était bien là. Saison de l'année qu'il détestait le plus, et qui assombrissait considérablement son humeur... Pourquoi ? Tout simplement par ce que ce froid l'empêchait de pratiquer sa passion, et ce à quoi il consacrait toute sa vie, le surf. Faire du surf en hiver même si les vagues étaient monstrueusement magnifiques ça relevait de la folie de l'exercer par un temps pareil. Bien sur pour les véritables pros il existait des combinaisons adaptées, l'ennui c'était que déjà ici il y en avait pas, mais du haut de ses 2,20m il était difficile d'en trouver une à sa taille. Et en plus la fourrure n'appréciait guère. Sa planche était resté dans sa chambre depuis plusieurs semaines déjà, le froid ici était vraiment intense, et quand on vit originairement à Hawaï, ce n'est pas terrible. Donc il, était coincé tous les jours a l'intérieur et cela allait durer jusqu'au mois de Mars à peu près. Ce jour-là pour occuper cette journée, et trouver une autre activité il avait embarqué" son mp4 écoutait ses titres préférées, comme à l'habitude il était passé au GGL pour prendre un soda à la fraise puis il était reparti. Il n'avait pas de destination précise juste se balader et écouter de la musique, dans ont répertoire on pouvait trouver de tout mais principalement du Lady Gaga.

- Ooo there ain't no other way Baby I was born this way, Baby I was born this way

Et oui c'était assez fréquent de l'entendre chantonner sur ses titres préférés.

Après avoir descendu deux étages il était finalement arrivé dans le hall d'entrée. Son regard se posa alors sur un canapé en contrebas non loin de la porte, formidable un endroit pour se poser. Il descendit les quelques marches. et gagnant sa cible, Il se jeta dessus et s'allongea de tout son long, croisant les bras derrière la tête et fermant les yeux. Trois ou quatre chasse défilèrent comme ça. Bon ce n'est pas tout ça mais après qu'allait-y faire de sa journée ?au bout d'un moment il se lasserait d'écouté juste de la musique


- ... You and me could write a bad ro...

Il s'était brusquement interrompu un grondement sourd avait perturbé la musique, un bruit sec. Il ouvrit les yeux et se redressa sur le fauteuil. Il chercha l'origine de ce bruit et découvrit une jeune fille à genoux aux pieds de la porte.

*Oh non pas encore...*

Et si, une nouvelle victime que venait de se faire prendre au piège. Et qui visiblement avait l'air complètement abattue. Il enleva son mp3 qu'il remit dans sa poche puis se leva et alla en direction de la jeune fille par terre. Il posa un genou à terre pour être à peu près à sa hauteur mais il dut quand même incliner la tête. Il posa sa main sur son épaule.

- Est que ça va ?

Son épaule était complètement glacée, elle avait passé combien de temps dehors comme ça?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeLun 9 Jan 2012 - 19:39

Le silence. Le silence pesait. Les mots n’étaient guères importants – il n’y avait que ce silence. Le silence qui entourait le tout sans que le tout ne soit complet. Il manquait quelque-chose. Quelque-chose n’allait pas. Comme si elle avait oublié un détail. Un détail primordial. Qui ne revenait pas. Qui ne reviendrait pas. Jamais. Une boule se forma dans sa gorge. Elle l’extirpait que par d’autres sanglots. Ses yeux étaient rougis. Ses yeux d’un bleu si pur étaient gonflés. Depuis combien de temps était-elle ici, à vivre ce sort, à se lamenter devant cette porte funeste ? Le temps existait-il encore ? La nuit resterait-elle comme un voile de frayeur au-dessus de sa tête, entre ces trous meublés de cette étrange glace ? La Lune, pour sa part, se ferait-elle plus douce, plus rassurante qu’en cette nuit de désespoir ?

Et ce froid. Ce froid, il lui transperçait l’âme. Il enlevait ce souffle de vie qui lui avait été redonné. L’usurpait de sa seule volonté de vivre. Elle tremblait de ce froid qui la guettait, le remarquait plus qu’elle ne le voulait dans ses seules lamentations si silencieuses. Comme une feuille d’automne survivant durement à l’hiver, tremblant par les brises, aussi vulnérable. Valhalla était si loin. Odin était si loin. Et que dire de tout ce qu’elle avait connu… Cette différence en elle-même déroutait la Valkyrie, qui restait sans dire mot, sa main se serrant en poing contre la porte de bois sculpté. Cet espoir était révolu. Et cette grande porte, aussi massive était-elle, érigée et tenue dans la plus grande des magies, se tenaient entre elle et sa liberté. Le Sanctuaire devenait le Sépulcre. Les ailes perdaient de leurs plumes blanches et soyeuses. Oiseau en cage. Elle était prise au piège, prisonnière de ce complot incompris.

Elle revoyait le Géant. Sa main empoignant son destrier. Le sang de celui-ci se répandant sur la neige immaculée. Rouge. Rouge. Cramoisi. Douleur, hargne, souffrance. Ce cri déchirant d’agonie. Et son cri. Son cri désespéré, faisant écho du sien si endolori. Sa dernière course. Et le noir. Le noir avant de revivre, de revenir. Pour ne plus se retrouver. Pour quitter la neige et revenir en arrière – ou en avant ? Comment pouvait-elle savoir ce qu’était que cette étrange contrée ? Tout s’écroulait pour ne laisser qu’une vulgaire trace de ce qu’aurait pu être la Gloire de tout ce qu’elle avait connu. Et ainsi abandonnée, vers qui pouvait-elle se tourner ? Il n’y avait plus personne. Personne. Elle se sentait si seule face à cette nouvelle destinée. Les Dieux, pourtant, en avaient voulu ainsi. Qui était-elle pour même décider de son destin face à eux ? Face à celui qui avait été depuis si longtemps son Maître ? Qui avait dicté tous ses pas ? Elle n’était rien. Elle était faible. Ses jambes ne seraient capables de la supporter plus longtemps. Au pire de sa détresse, comment pouvait-elle-même penser à se battre ? Sa lance restait à ses côtés, aussi inanimée que tout, son arme devenant plus rien. Que ces chandelles qui n’émettaient aucune vibration, une lumière qui agressait plutôt que soulageait, malgré l’effet tamisé. La lumière semblait si… Si fausse.

Sa tête venait s’accoter sur la porte alors que ses sanglots secouaient de plus belle son corps, qui semblait si fragile, frêle, froid. Elle souffrait de ce mal au plus profond de son cœur, qui venait serrer ses entrailles et qui entourait toute parcelle d’elle-même. Les pas. Elle ne les entendit qu’à peine. Comme s’ils étaient lointains. Comme si elle, elle était trop loin. Rien n’était plus fragrant que cette douleur déchirante – cette douleur qui croulait dans sa poitrine autant que ses larmes ruisselant en plusieurs passages humides sur son visage blanc. Elles semblaient sur le point de geler. Larmes qui devenaient cristaux de glace, reflétant la lumière sur son visage dans l’ombre. Il n’y avait aucun mot pour décrire. Aucun mot qui serait assez fort. Aucun mot qu’elle ne pourrait verbaliser, au plus clair d’elle-même. Rien. Plus rien. Rien qu’un souvenir flou qui ne reviendrait que dans ses rêves les plus clairs – ou plus obscurs.

Le marbre sous elle semblait si chaud. Pourquoi cette chaleur ne l’atteignait-elle pas ? Pourquoi restait-elle si froide ? Elle tremblait. Brynja tremblait comme elle n’avait jamais tremblé, elle, si invulnérable à ce froid qui la mordait alors. Tout semblait si contradictoire à ce que ça avait été. Contradictoire, inconnu. Cet inconnu qui l’effrayait tant. Dans le monde qui pourtant avait été si stable… Elle tentait d’implorer Odin. Pour qu’il lui vienne en aide, pour qu’il ne la sorte de cette impasse profonde dans laquelle elle s’enfonçait. Cette impasse si profonde, dure. Les pas approchaient. Ils étaient plus près. Si lents qu’ils pouvaient appartenir à une âme errant sans but. Si silencieux qu’ils n’étaient qu’un murmure. Un murmure diffus et inaudible. Comme si rien n’avait pu alors la sortir de ses pires chimères, de ses pensées beaucoup trop profondes.

Il y eut cependant ce contact. Ce contact chaud brûlant presque sa peau si froide. Il y eut ce frisson. Cette fraction de seconde dans laquelle un cri surpris aurait dû déchirer l’atmosphère, où rien n’était venu qu’une suffocation de sa part, tandis qu’instinctivement, ses deux mains empoignaient solidement sa lance et qu’elle se retournait, les yeux grands ouverts, les sens aux aguets, la pointe devant cette silhouette qui parlait de ce dialecte qu’elle ne comprenait pas, d’une voix alors inconnue. Ses yeux bleutés semblaient déconcertés, mouillés de larmes, mais méfiants. Quelle ne fut pas sa surprise, en voyant ces traits félins devant ses yeux, cette fourrure ! Un homme transformé en bête. Un homme aux allures animales! Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Jamais n’avait-elle vu un animal arborant une telle fourrure – seulement les traits ressemblants à un lointain félin… Comme les chats tirant le char de Freyja. Annonçait-il la paix, l’amour ? La Valkyrie serrait sa lance d’une manière tremblante, vacillante. Pourtant, les larmes revenaient ; elle souffrait tellement. Il y a pour elle seulement quelques minutes, elle venait de tout perdre – sa famille, son destrier. Odin l’avait abandonné. Abandonnée des Dieux et de ses sœurs, au prix d’un Géant. Les créateurs de ce monde, à la magie puissante, de leur hargne contre les Dieux. Quelque-chose de plus fort que sa peur se prit d’elle. Une de ses mains se détachait alors de sa lance ; elle se jeta incompréhensiblement sur l’homme-félin, pleurant toujours, sanglots silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Surfeur Chimère
Dan Hovekat
Dan Hovekat

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 27
• Pouvoir : Attirance Féline
• Petit(e) ami(e) : Gonzesse (en priorité) ou mec peut importe ^^

Messages : 49
Inscrit le : 08/06/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeJeu 19 Jan 2012 - 23:10

Elle arrêta de sangloter brièvement et commença à se retourner face à lui, la première chose qu'il vit c'était la pointe d'une lame perchée sur un bâton, une lance, la jeune fille était en train de pointer une lance sur lui, oh, oh. Il ôta sa main de l'épaule de la demoiselle dans la seconde qui suit, et il put croiser son regard. Ses yeux bleus étaient parsemé de larme dont les traînés étaient apparentes sur ses joues. Avait-elle compris la situation ? Il n'y avait aucun doute possible le dessus. Ils se regardèrent, un court instant, et puis sans aucune réponse de sa part, elle se jeta sur lui se remettant à pleurer de plus belle. Dans un premier temps il fut surpris, il ne s'attendait vraiment pas à cette réaction, mais il préférait largement ça plutôt que de se faire empaler sur la lance.

À son contact il constata qu'elle était vraiment gelée ce qui lui provoqua un frisson. Il posa doucement sa main derrière la tête de la jeune fille en geste rassurant. En la détaillant du regard il constata qu'elle était très peu vêtue, et abordait un style... mmh comment ça s'appelait déjà ? Ah oui Viking, Tu m'étonnes qu'elle était complètement frigorifiée. En creusant un peu plus elle était peu être en début d'hypothermie aussi, ce n'était pas impossible non plus, en tout cas il ne valait mieux pas trainer dans sa Hall d'entrée, son état pouvait s'aggraver, il était plus qu'urgent de lui trouver de quoi se réchauffer.



- Ne t'inquiète pas ca va aller, je t'emmène te réchauffer


Sur ce il prit la jeune femme dans ses bras et se releva. Il s'assura qu'elle tenait toujours sa lance dans une de ses mains pour qu'il n'ait pas à la ramasser. Alors maintenant il fallait trouver un endroit ou il pouvait y avoir une source de chaleur... avec une cheminée dans l'idéal et pour ça il ne voyait qu'une seule solution : le Salon qui se trouvait à cet étage.

Il prit la direction de ladite pièce, en traversant le long couloir sombre et lugubre du rez-de-chaussée. La porter jusqu'à là-bas ne lui posait aucun problème, vu sa taille, porter une personne de taille humaine moyenne n'était pas contraignant. Au mur il y avait des tableaux aux portraits affichant des mines maussades, au moins l'endroit où il l'emmenait était très accueillant.

Ils finirent par atteindre la pièce, il poussa la porte de son pied pour pouvoir entrer, la pièce était plongée dans la pénombre et la cheminée était éteinte mais des buches y étaient déjà prestes à se faire embraser. Il déposa la demoiselle sur un canapé le plus proche et l'allongea dessus et déposa sa lance sur le sol juste à côté. Il se retourna et alla chercher une couverture qui servait de décoration sur le fauteuil le plus proche. Il alla la déposer sur la jeune fille, prenant garde que tous ses membres soient bien enveloppés par la couverture. Il se releva ensuite et alla en direction de la cheminée. Une boite d'allumette à l'ancienne était posée juste à côté... maintenant il manquait plus qu'un combustible pour embraser le tout. Il parcourut la pièce du regard et vit dans un des coins une étagère dans laquelle se trouvait des bouteilles d'alcool. Il s'en approcha et jugea des étiquettes du regard, voyons, pour allumer un feu de bois quoi de mieux que... du cognac. Oui il y en avait une bouteille et ça, ça brulait drôlement bien. Il débouche la bouteille et retourna devant la cheminée. Il en versa l'équivalent d'un verre sur les buches avant de prendre une allumette, de la craquée, et de la jeter dans l'âtre. Aussitôt, une lumière chaude et dorée envahit la pièce. Le feu crépitait joyeusement. Il s'en retourna ensuite vers la jeune fille. Il sortit de sa poche sa bouteille de soda à la fraise et la déboucha pour lui tendre ensuite.

- Tiens, boit ca. Tu te sentira un peu mieux après.

Ne jamais sous-estimer le pouvoir du sucre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeSam 21 Jan 2012 - 8:49

La réaction avait été complètement incompréhensible. Comment pouvait-elle, après son appréhension, se lancer dans ses bras de cette manière ? Cette attirance étrange ressentie s’était évaporée, mais elle continue tout de même de pleurer toutes les larmes de son corps ; elle a si mal. Elle ressent tant de douleur face à cette situation inexplicable, cet endroit étrange. Face à cette porte refusant de la laisser sortir. Sa présence ne se faisait pas hostile ; seulement rassurante. Rassurante dans un certain sens. Elle en oublie presque sa peur quant à sa surprise, pleure une peur beaucoup plus profonde ; celle de l’inconnu. Peut-être est-ce une certitude vaine, mais elle sent que jamais plus elle ne reverra ce monde qui était jadis le sien. Les Dieux étaient-ils si cruels d’abandonner une de leur plus dévouée guerrière aux bras glacials de l’inconnu, de la mort ? Il émanait de lui une chaleur qu’elle n’aurait plus jamais. Une chaleur rassurante, mais volatile. La Valkyrie déchue ressentait tout de même ce froid glacial et profond, encré en elle. Ce froid qui, elle ne le sait pas encore, serait permanent, étouffant. Une présence rassurante n’était pas de trop dans ce moment de détresse, aussi étrange puisse paraître cette rencontre fortuite.

Mais ce froid…

Ce froid prenant, les dents acérées d’un prédateur s’enfonçant dans sa chair, paralysant ses mouvements. Elle se sent faible, incapable de mouvement, incapable même de se relever tellement elle ne peut bouger. Même le mouvement de ses bras autour du cou de l’homme-chat font mal, engourdis, morts. Sa lance reste pourtant bien serrée dans sa main gauche, peut-être le seul fragment d’un passé pourtant si rapproché. Les sanglots silencieux restent. Sa mélancolie s’accentue. Sa peur grandit. Où pouvait-elle bien être tombée ? La voix de l’anthropomorphe résonne dans la salle silencieuse, faisant écho sur les murs, revenant à elle. Dialecte toujours aussi incompréhensible. Pourtant, elle ne bronche pas, jusqu’au moment où il bouge, la soulève, la porte. Elle fige. Un bref moment, son regard d’azur se perd dans le sien, pourtant si doux, le sien si terrorisé, intensément perdu. Que fait-il ? Où l’apporte-t-il ? Elle reste muette, prise de terreur, serrant sa lance qu’elle ne peut pourtant soulever, qu’elle peine à garder entre ses doigts gelés. Toute tentative de se débattre n’eurent aucun effet. Aucun. La vestale ne peut se défendre autre que par sa main se posant sur son torse, poussant faiblement. Il ne lâche pas prise.

Une pièce. Noire. Sombre. Sans repère, elle panique. Et pourtant, il la dépose, tout aussi délicatement. Il la couche, presque comme une mère bordant son enfant, la laisse là, lui prend sa lance, qu’elle tente impuissamment de garder avec elle, la dépose à côté. Non, il ne veut rien lui faire. Dans le cas présent n’aurait-il osé lui tourner le dos, se mettre vulnérable face à elle. Mais qu’était-elle ? Une âme perdue ayant perdu toute sa témérité, pleurant encore ; ses larmes gelaient sur ses joues pâles. Elle ne peut faire aucun mouvement – le félin revient avec une couverture et l’enveloppe. Chaleur vaine. Elle ne fait que repartir aussi rapidement que l’étincelle de feu jaillit dans la cheminée. Enfin quelque-chose qu’elle connaît. Ses yeux se perdent sur les flammes. Les flammes dansent, hypnotisent, envoûtent. Elles lui rappellent tant Valhalla et ses festins continus. Les soldats fiers d’être recrutés festoyant. Le feu des cheminées crépitant dans les cheminées. Les nuits longues et les jours remplis d’entraînement.

Si seulement elle pouvait se relier à ces flammes, les regarder encore, se perdre dans ses souvenirs et ne pas revenir à la réalité. Brynja tente de se relever – pose une main sur l’accotoir, pousse, n’arrive qu’à relever la tête. Elle tourne la tête pour apercevoir un cylindre étrange. Un cylindre légèrement plus petit à l’extrémité, dans lequel bouge un liquide coloré avec des bulles. L’homme-félin le lui tend, un sourire rassurant aux lèvres. Et elle, elle regarde, comme hébété, sans savoir trop quoi faire. Elle tend la main, prend dans sa main le cylindre à la matière étrange et invisible. N’était-ce pas du verre ? Sa consistance était beaucoup trop étrange pour que ce soit le cas. Elle expire alors, tournant le truc plusieurs fois entre ses mains, hésitant avant de le tourner à l’envers. Le liquide se répand alors sur le sol d'une manière rapide, et elle, remarquant son erreur, ouvre grand les yeux et remet la bouteille en place. Bon, réaction totalement enfantine. C'était rien de pareil aux urnes ou aux chopes. Elle regarde l’homme-chat, lui tend la bouteille, verbalisant alors un ‘Qu’est-ce que c’est?’

Ses lèvres bougent. Un souffle glacial s’échappe de celles-ci, mélangé à une brume blanchâtre. Mais aucun son. Aucun. Ses yeux s’écarquillent. Une de ses mains se plaque alors sur sa bouche. Une peur irrationnelle l’atteint. Et elle reste là, immobile, à regarder l’homme de son air terrorisé, une nouvelle fois.

Pourquoi ? Pourquoi…
Revenir en haut Aller en bas
Because Alice was a whore
Alea Miller
Alea Miller

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeLun 13 Fév 2012 - 4:15

C’était une magnifique nuit, douce malgré l’hiver, j’étais allée dehors, dans la forêt malgré tous les avertissements que j’avais reçus et qui me priait de ne jamais y mettre les pieds pendant la saison froide. J’y allais souvent, chaque fois je ressentais le danger, lorsque j’y mettais les pieds, mon cœur commençait à battre et à venir cogner jusque dans mes tempes tel un messager frénétique qui cognait à ma porte pour me délivrer se message : cours, va-t’en ! Il me semblait vraiment l’entendre lorsque la brise hivernale se levait et venait balayer mon vissage.
Moi qui avais tant aimé venir ici d’été ! Je ressentais se trouble inquiétant qu’en regardant les bois ; je n’avais plus de doute, cette forêt, d’hivers, était maudite.

D’été elle l’était déjà sur un certain territoire et je n’arrivais point à dire si elle était doublement maudite ou si le sort s’entendait simplement avec le givre.

Pourquoi j’y allais alors que je connaissais les risques? Premièrement parce que j’avais eu l’étourdissement de formé mon cercle magique, lors de mon premier rituel j’ignorais que je devais de référence toujours garder le même : plus il était utilisé, plus il devenait puissant et facilitait les transes ! Aussi, un cercle s’imprègne de la magie protège ceux qui le foule des périls invisibles, ainsi, malgré le mauvais sort qui plane sur la forêt, les quelques mètres que formait mon cercle était douillet et vierge de tout danger.

Mais ce n’était pas pour la magie que j’allais en forêt aujourd’hui, non, j’y étais déjà allée pour ça hier, j’avais désormais une nouvelle bague qui contenait un sortilège d’annulation neutre.

Non, si j’y allais aujourd’hui….Je ne sais pas, parce que j’en avais envie. J’aimais cette impression de danger et surtout, surtout, j’espérais le voir, Lui, car je savais qu’Il avait accès à la forêt sans danger, même l’hiver, je ne savais pas s’Il y venait souvent…Mais j’espérais le voir. C’est de la folie, j’en étais bien consciente.

Et après une petite balade où malgré la menace du gardien des bois, je ne rencontrai personne, j’étais rentrée au manoir.

Je fus surprise de trouver le hall d’entrée trempé, comme si quelqu’un d’autre était entré si tard…Un nouvel arrivant, peut-être.

Quoi qu’il en soit, je suis montée à mon dortoir pour me changer et prendre quelques bouquins. Mahaut dormait paisiblement dans son lit, j’ai bien fait attention à faire le moins de bruit possible.

Je suis redescendue avec mes bouquins de magie, prête à passer une nouvelle nuit blanche à la bibliothèque, à étudier les arts anciens.

Mais a mis chemin, quelque chose me fit changer d’avis. Quoi au juste, je l’ignore ; je fus seulement prise d’une irrésistible envie d’aller jouer du Piano ! Même si j’y avais déjà passé ma soirée (avant d’aller dans les bois). Je vois de moins en moins souvent Mika, mon professeur de piano improvisé, mais ça ne m’empêchait pas de me pratiquer souvent et d’apprendre de nouveau morceaux.

Ainsi je marchais calmement vers le salon, mes grimoires sous un bras, jamais je n’aurais cru trouver d’autres gens à une heure pareille. Avant même d’entrer, j’avais remarqué que la porte était entre-ouverte et j’entendais de tout petits bruits qui indiquaient une présence vivante.

Mon cœur manqua un battement, pourrais-se être..? J’ouvris doucement la porte du salon.

Non, ce n’était pas Lui. Je pousse, un petit soupire. Et le salon est occupé, donc pas question d’aller jouer du piano…Mais ces gens attirent mon attention…

Il y avait une petite blonde emmitouflée dans des couvertures, prise de sanglot et un grand homme-chat avec un air désespéré. Je ne pus m’empêcher d’observer le curieux couple, la fille semblait perdue, d’ ailleurs, lorsque l’anthropomorphe lui tenu une gourde, celle-ci la reversa et une odeur fruitée se rependit dans la pièce. Tous deux semblaient si… inconfortables ; je compris alors que la blonde était nouvelle, et probablement que c’est elle qui a rependu de l’eau dans l’entrée et elle a froid. Si elle semble si perdue et sur le point de fondre en larme, c’est qu’elle commence à comprendre quelle est piégée ! Et lui, il a dû la trouver et essayer de l’intégrer! (non, qu’il soit poilu et qu’il ait des oreilles de chat ne me surprend pas, il y avait des cas bien plus louches, ici.) Voilà, c’est simple. Bon, il peut bien s’en occuper seul, des nouveaux, il y en a chaque jour !

Néanmoins, je continu d’observer la scène, le garçon-chat lui parle, elle semble vouloir répondre, mais n’y arrive pas…

Je les observe encore un instant…Oh, je comprends… la blonde, elle ne peut pas parler : elle est muette, comme Émile. Elle ne semble pas avoir des carnets, elle, par contre. Mais moi j’ en ai un. J’hésite …Je pourrais simplement aller à la bibliothèque et passer une belle petite soirée tranquille à découvrir l’univers palpitant des runes et des sortilèges. Seulement j’ai un pincement au cœur, un attendrissement face à cette pauvre chose, peut-être à cause de la proximité avec l’autre muet du manoir.

Je cogne doucement sur la porte déjà ouverte, pour annoncer ma présence.

-Bonsoir…
Dis-je timidement. Elle est nouvelle?

Demandais-je au garçon félin, que je classifiais déjà comme un ancien du manoir et qui semblait désemparé par cette silencieuse nouvelle.

[Bon bon , voilà! Maintenant, juste avec mon arrivée et le fait de pouvoir m’expliquer la situation devrait te permettre de finir ton post ! ♥ ]
Revenir en haut Aller en bas
Surfeur Chimère
Dan Hovekat
Dan Hovekat

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 27
• Pouvoir : Attirance Féline
• Petit(e) ami(e) : Gonzesse (en priorité) ou mec peut importe ^^

Messages : 49
Inscrit le : 08/06/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeMar 14 Fév 2012 - 14:28

La jeune fille prit la bouteille qu'il lui tendit. Elle la dévisagea dur regard et l tourna dans tous les sens avant de la retourner complètement au-dessus du sol. Le soda se répandit sur la moquette au sol. Les vilaines taches que ça allait faire elle la retourna dans le bon sens ensuite avant de lui rendre. Il la regarde incrédule. Il restait une bonne moitié à l'intérieur de la bouteille. Elle n'avait pas dû comprendre qu'il fallait en boire le contenu. Ça semblait si étrange que ça ? Pourtant sans jeu de mots ça coulait de source. Donc il y avait plusieurs hypothèses possibles. A la vue de sa tenue soit elle venait bel et bien d'une époque très différente soit, solution la moins probable elle se payait sa tête, et il était quasi certain que ce n'était pas le cas. Et le fait qu'il lui est dit de boire elle n'avait pas eu l'air d'avoir compris non plus. Etonnant, c'était bien la première fois qu'il était confronté à une difficulté linguistique, le traducteur automatique du pensionnat serait-il défaillant pour une fois ? Il espérait avoir la réponse au moment où elle remua les lèvres pour prendre la parole seulement aucun son n'en sortit et ce n'était pas non plus des ultrasons car il pouvait les entendre. Non elle n'avait tout simplement plus de voix. A quoi il le vit . Au fait qu'elle porta sa main à sa bouche... elle le regarda à nouveau l'air complètement tétanisé. Il haussa les sourcils.

- Tu... as perdu ta voix?

Ah oui problème, c'est vrai qu'elle ne semblait pas comprendre ce qu'il disait... aie aie,, comment arriver à communiquer ? Et même pas la peine de compter sur le langage des signes, pour aider, il ne connaissait pas. A vrai dire il ne savait pas vraiment quoi faire. Même pour être rassurant il n'avait trouvé d'autre que de lui poser la main sur la tête et de lui adresser un sourire compatissant. Ans quelle galère il venait encore de s'embarquer ?

Quelques coups résonnèrent derrière lui Il se retourna pour voir la source du bruit. Quelqu'un venait d'arriver dans la pièce. C'était une jeune fille aux longs cheveux noirs

-Bonsoir… Elle est nouvelle ?

Il lui répondit d'un sourire et hocha la tête

- Ca se voit tant que ca ?

Il se releva et fit quelques pas et arrière et croisa les bras. Tout en gardant son regard porté sur la jeune fille allongée et couverte sur le lit de fortune.

- Je viens de la trouver dans le Hall. La pauvre elle était complètement gelée, j'ai eu peur qu'elle ne tombe en hypothermie...

Il s'interrompit quelques instants et il s'approcha finalement de la nouvelle venue. Il se pencha vers elle pour qu'il puisse lui parler un peu plus bas,

- Et et c'est pas le seul problème... elle est aphone... en plus j'ai l'impression qu'elle ne me comprend pas... tu veux bien m'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeJeu 16 Fév 2012 - 1:48

Ses mains recouvrent a bouche, sa respiration se trouble, un nuage de brume continue de virevolter à chaque expiration, chaque petite expiration rapide qu’elle fait. Sa vision se trouble, se trouble de larmes nombreuses et abondantes ; la panique s’empare d’elle de plus belle. L’adrénaline éprend son faible corps et lui fait oublier sa faiblesse, cette faiblesse qui l’empêchait de bouger, de faire ne serait-ce qu’un mouvement. Elle semble briser de la couche de glace, briser et se réveiller enfin de ce cauchemar. Ce souffle au plus profond de sa gorge s’était envolé et avait apporté avec lui sa voix. Sa voix. Elle se remet à trembler, trembler d’une peur si dense qu’elle ne peut se contrôler. Et pourtant, elle reste figée. La Valkyrie déchue reste figée sur ce siège. L’homme-félin parle, balbutie seulement quelques mots toujours aussi incompréhensibles. Son cœur s’emporte dangereusement dans sa poitrine. Que peut-elle faire ? Elle ne peut communiquer, ne peut comprendre. Elle panique, pleure, désespère. Le petit moment de détente s’était totalement dissipé. Dire qu’elle avait pu presque se sentir quelque peu apaisée. Tout cela n’était plus que de l’histoire ancienne, un passé si près et pourtant si loin.

Un bruit. Une autre voix. Son cœur saute un battement. Elle sursaute violemment et ouvre grand les yeux, suffoquant dans ce qui aurait pu être un cri, pourtant inaudible. Si inaudible que ça en faisait mal. Elle porte sa main vers sa lance, qu’elle empoigne alors qu’une jeune femme entre, timide.

Il y avait donc d’autres personnes ? D’autres personnes dans cet endroit étrange, épouvantant ? Ses mains tremblent, elle se délaisse malgré le froid de sa couverture. Celle-ci devait être aussi froide que son corps. Rien n’y changerait qu’une simple couverture à la malédiction lancée sur elle. Cette pauvre chose resterait à jamais froide. Son cœur même figeait dans une glace profonde et incassable. L’homme-chat s’était entre temps levé, et il s’était mis à parler avec l’autre demoiselle. L'un semble un brin désemparé. L'autre, seulement timide, incertaine. Les intonations de leur voix étaient si différentes. Comme s'ils ne parlaient pas la même langue. Mais alors.... Comment arrivaient-ils à se comprendre ? Et elle, comment arrivait-elle à ne pas les comprendre, dans un tel cas qu'ils pouvaient se comprendre malgré tout ? Le principe de la tour de Babel n'était alors pas présent ? Une discussion s’amorçait. La vestale des cieux toise longuement la jeune fille qui vient d’entrer, son regard désespéré, paniqué, une main toujours planquée sur sa bouche.

Sa voix. Disparue, évanouie avec le cri, le dernier cri qu’elle eut poussé. Ce cri de rage résonne dans son esprit, résonne dans sa tête et elle entend toute la souffrance, tout le mal causé par la perte de son ami. Son seul et unique ami parmi ces sœurs ingrates qui l’ont laissé ainsi mourir.

Mourir ?

La mort. Elle l’avait senti. Brynja avait senti ce souffle froid l’entourer. Ce souffle froid qui ne l’avait pas encore quitté. Ce froid mordant qu’elle n’avait jamais alors ressenti. Un froid de cadavre, un froid d’hiver Scandinave, un froid blanc, aveuglant, étouffant. Pourquoi alors était-elle encore en vie ? Odin avait tenté de la sauver. Oui. Sa présence s’était fait ressentir alors que son corps devenait glace. Alors que le Géant s’apprêtait à donner le coup de grâce. Rouge sur blanc. Chaud contre froid.

Ses yeux s’embuent une nouvelle fois de larmes amères et désespérées. Elle s’effondre une nouvelle fois en sanglots silencieux. Qu’allait-elle bien pouvoir faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Because Alice was a whore
Alea Miller
Alea Miller

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeLun 19 Mar 2012 - 20:30

- Ça se voit tant que ça ?


Je jette un regard sur la jeune blonde toute recroquevillée et au bord des larmes.


-Ça ou elle vient de faire une mauvaise rencontre (il reparle…Moment de réflexion), Mais quoi qu`il en soit le problème reste le même : elle ne nous comprend pas …


Ou serait-elle sourde ? Cette hypothèse n`est pas à écarter. J`observe encore un moment de garçon félin tout en combattant cette irrépressible envie que j`avais de le serrer dans mes bras et de le flatter ; c`était étrange comme envie, étrange, mais tellement irrésistiblement tentant ! Gardant du mieux que je pouvais le contrôle de moi-même (et de mon expression facile qui se traduisait pour l`instant en « Bad Poker face ») je m`approche de la blondinette avec douceur. Je m`agenouille devant elle, le plus doucement possible, je pose mes mains de chaque côté de son visage.

-M`entends-tu ? Dis-je lentement tout en désignant mes lèvres puis son oreille. Do you hear me? ¿me oyes? Te audire me? Kuuletko minua? Je contenu ainsi, elle semble réagir au son, elle n`est probablement pas sourde, probablement juste muette, comme Émile.

De parler en plusieurs langues à quelques choses d`étrange ; bien qu`en étant certaine de bien parler plus d`une langue, à mes oreilles, cela semblait brouillé et flou: Les mots qui résonnait de ma gorge, je les entendais bien en Anglais, en espagnol, en latin ou en finnois, mais dans la seconde où ils sortaient de ma bouche, je les réentendais, comme un écho, dans une autre langue que j`identifiais à mon français natal , mais encore…Il me semblait que…Que même dans le français que je parlais et entendait il y avait….Enfin, passons, de toute façon, je ne saurai expliquer cette chose que je ne suis même pas certaine de ressentir.

Revenons-en à la jeune blonde…À oui, je me disais qu`elle était muette, comme mon cher ami Émile ( « cher ami » est poussé, je l`accorde, disons donc comme cette connaissance sympathique qu`est Émile)…Alors comme lui, probablement pourrait-elle écrire ! D`entre mon grimoire et mon necronomicon, je sors un petit calepin où je note toutes les formes d`écritures que je connais, mais riens à faire, aucune de ses calligraphies ne semble lui faire quoi que ce soit…

L`expérience nous force à apprendre que le manoir regroupe toute sorte de gens venant de beaucoup d`endroit, peut-être ne connaissait-elle aucune langue venant de nos univers respectifs (à moi et au garçon chat). Je l`observe donc, essayant de trouver un indice de sa provenance.

-Dis-moi, commençais-je en me retournant vers le garçon-chat , elle portait bien ses vêtements lorsqu`elle est arrivée ? De nouveau, en le regardant, j`eus l`irrésistible envie de simplement me lever et de m`assoir sur lui puis de lui caresser le derrière des oreilles ; je chasse donc cette idée saugrenue en me forçant à me concentrer sur la blondinette et sur ses vêtements. Et cette lance est bien à elle? Continuais-je en évitant soigneusement de le regarder.

La jeune fille me semblait effectivement étrangement vêtue ; une armure et de la fourrure et des plumes, le tout accompagné d`une lance ! L`ensemble me faisait penser à une chasseresse primitive d`une quelconque espèce…Le blond de ses cheveux et la coiffe de plumes me faisaient davantage penser aux Vikings et aux peuples du Nord.

Mais mes compétences en vieux dialecte nordique étaient loin d`être au point…

-Valhalla ?

Parce que c`était a peut près le seul mot que je pouvais rattacher aux vikings, ça et peut-être quelques noms de divinités, mais j`ignorais si les noms avaient été transformés avec l’âge…

Sinon….Les runes ! Mais…Oui bon, je connais les runes pour avoir étudié leurs propriétés dans de vieux grimoires de la bibliothèque. Mais ça vaut quand même la peine pour voir si elle les reconnait ; je tourne donc une nouvelle page de mon bloc-notes et commence à inscrire celle que je connais : Fe, Ass, Ur, Thurs, Kaun , Iss , ect.
Revenir en haut Aller en bas
Surfeur Chimère
Dan Hovekat
Dan Hovekat

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 27
• Pouvoir : Attirance Féline
• Petit(e) ami(e) : Gonzesse (en priorité) ou mec peut importe ^^

Messages : 49
Inscrit le : 08/06/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeSam 31 Mar 2012 - 2:59

-Ça ou elle vient de faire une mauvaise rencontre

Euh, il espérait que ce n'était pas de lui qu'elle était en train de parler et a vrais ire il n'avait pas pansé à cette hypothèse mais gelée et trempée comme elle était quand il l'avait trouvé c'était fort peu probable. Intérieurement, il croisait les doigts pour que la nouvelle arrivée puisse lui venir en aide. Car il avait un gros problème sur les bras, avec cette jeune fille complètement paniquée par la situation qu'elle était en train de vivre, et le problème de compréhension, il était évident que lui tout seul il n'arriverait pas à faire grand-chose.

Mais quoi qu`il en soit le problème reste le même : elle ne nous comprend pas …

Il acquiesça par un soupir d'approbation en se passant la main dans les cheveux. La nouvelle venue se dirigea alors vers l'autre jeune fille et s'agenouilla à ses côtés. Il l rejoint presque instantanément et observa ce qu'elle allait tenter.

-M`entends-tu ? Do you hear me? ¿me oyes? Te audire me? Kuuletko minua?

Tout en parlant elle montrait du doigt la bouche et l'oreille chose étonnant, il avait compris qu'elle avait parlé plusieurs langues mais va savoir pourquoi il avait tout entendu dans sa langue maternelle à savoir l'Irlandais. Au moins ça par contre il était déjà fixé, il savait qu'elle entendait car elle avait réagi bizarrement quand il s'était mis à lui parler un peu plus tôt. Olala pourquoi Shalimar n'était-elle pas là dans un tel moment ? Elle aurait tout de suite su quoi faire.

- Heu... je crois qu'elle arrive à entendre...

La jeune fille sortit ensuite un bloc-notes, si on pouvait appeler ça de cette manière. Il vit furtivement sur les pages des écritures, il n'avait jamais vu les trois quarts de celles qu'elle montrait à la demoiselle blonde. Était-il étonné ? Pas du tout. Sa plus proche amie, Shalimar elle venait d'eau autre monde que le sien, avec une culture quelque peu différente de la sienne. Il ne l'avait jamais vu écrire mais il était prêt à parier que ce qu'il y verrait serait inédit. Donc si la jeune fille habillée de sombre avait plein d'écritures différentes sur ses pages cela laissait-il entendre qu'elle avait visité d'autres mondes ? D'ailleurs elle s'adressa de nouveau à lui.

-Dis-moi, elle portait bien ses vêtements lorsqu`elle est arrivée ? Et cette lance est bien à elle?

Il acquiesça d'un signe de la tête

- Yes. Oui elle était bien habillée comme ça, et si tu veux mon avis, je ne suis pas convaincu que ce soit pour une soirée costumée

Il s'agenouilla ensuite auprès de la jeune fille en noir pour être à sa hauteur. Enfin "à sa hauteur" car même à genoux en général il dépassait toujours tout le monde.

-Valhalla ?

Il tourna vit la tête dans sa direction, avec une expression de stupeur.

- Valhalla ? Le Avalon nordique, carrément ?

Par "Avalon nordique" il voulait en faire dire paradis nordique, mais automatiquement il avait fait la comparaison avec la référence la plus connue et le mythe du roi Arthur. Et oui il avait as l'air comme ça mais il en savait quelque peu sur ce qui était histoire et mythologie, mais très loin d'être son domaine de prédilection.

- Moi j'ai pensé tout de suite viking c'est sur, mais pas à ce niveau la.

Elle tourna ensuite les pages de son bloc-notes et commença à écrire... ou non plutôt à dessiner quelque chose, encore une fois il n'avait jamais vu ce genre de symbole et n'avait aucune idée de ce à quoi ça pouvait corresponde.

-Euh... pardonne mon ignorance mais... qu'est-ce que c'est ?

Après mure réflexion, Shal n'aurait peut-être pas réussi à trouver des solutions aussi profondes que celles-ci et aurait certainement comme lui été paumé plus qu'autre chose. Il approcha un peu plus de la jeune fille en noir pour mieux observer les formes qu'elle était en train de dessiner sur le papier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 23:01

Les larmes sont irrépressibles. Elles sont un torrent indomptable qui s’écoule de ses joues constamment et sans stop. Elle repense – repense à tout ce qui s’est passé jusqu’à maintenant, à l’endroit dans lequel elle est plongée sans pouvoir y faire quoi que ce soit. Elle repense à son arrivée, à la glace, au froid, oh, ce froid qui frissonne et qui lui serre la gorge autant que la peur. Le désespoir. Ce désespoir qui envahit comme un voile noir et impénétrable, indomptable. Elle a beau se débattre, mais rien n’y fera. Elle le sait, comme une fatalité. Cette même fatalité qui continue de la hanter depuis le début. Fatalité d’un Aurore déchu. C’est tout ce qu’elle est. Une pauvre vestale qui n’a plus sa place dans le Ciel où elle appartient. Odin en avait-il réellement voulu ainsi ? Odin, pourquoi ? Pourquoi devait-elle tout perdre de ce qu’elle avait ? Pourquoi… pourquoi n’y avait-il jamais de réponse même quand on s’époumone à les chercher, à chercher une issue, une quelconque fin à un martyr incertain ? Non. Rien de tout cela n’allait aider. Rien ne serait possible. Plus maintenant. Jamais Brynja, Valkyrie déchue, en retrouverait l’envie même de sourire, de faire exploser sa joie, de retrouver une petite lueur. Pas dans cet état.

Elle n’ose presque pas entendre ce qui se passe. Elle n’ose pas croire. Et alors qu’ils parlent, elle et l’homme-félin, sa confusion s’étend plus loin encore. Pourquoi se comprennent-ils alors que leur langage semble totalement différent ? Comment font-ils ? Pourquoi ne peut-elle pas faire de même ? Le désespoir la pousse à ne pas essayer de vaincre ses larmes. Ces larmes qui s’accumulent et gèlent presque sur son visage déjà froid. Si froid. Et la silhouette de jeune femme, cette silhouette douce et gracieuse, s’approche, doucement, lui prend le visage et lui murmure des choses qu’elle ne comprend pas. Des choses qu’elle ne comprend pas, des intonations inconnues, jusqu’à la dernière phrase. Quelque-chose semble s’illuminer dans les yeux de la Valkyrie. Mais rien qui ne soit concret. Que des intonations semblables à ce qu’elle comprend. Rien de plus. Ses yeux d’azur se plantent dans les siens, émeraude, et elle la regarde.

De l’incompréhension naît une certaine forme de curiosité. Ses yeux oublient momentanément la tristesse et le désespoir pour se concentrer sur elle, elle, qui semble avoir une solution. Elle qui pourrait peut-être la sortir de son mal. Une nouvelle chance dans le néant. Ses mains chaudes se dérobent de son visage et viennent prendre un livre. Ce qui semble en être un. Mais un livre si petit, aux pages si blanches… Et quel est cet instrument qu’elle tient dans ses mains ? Cet instrument cylindrique, long, petit ? Ses yeux restent sur cette drôle de manifestation un moment, avant que la jeune femme ne commence à tourner les pages devant ses yeux humides, mais rien que des symboles étranges qu’elle ne reconnaît pas. Des symboles bien étranges.

Et elle se retourne. Brynja garde son attention sur ce qui se passe et sur les deux êtres complètement différents l’un de l’autre – et d’elle, par la même occasion. Ils parlent une nouvelle fois. Et la femme pointe de sa main gracieuse la lance, ses vêtements, et l’homme-tigre lui répond, une longue phrase qui pour elle ne veut rien dire du tout…

Et puis…

Ce mot. Ce simple mot, prononcé d’un accent différent. Ce mot qui résonne dans son esprit telle une cloche d’espoir aux intonations douce. Ce mot qui signifie tant aux yeux de la Nordique. Venait-elle de découvrir sa provenance ? Venait-elle de découvrir comment lui venir en aide ? Les yeux de la Valkyrie s’illuminent. Toute cette faiblesse sombre, la quitte pur laisser place à une grande adrénaline. Elle saute de son lit de fortune, laissant par la même occasion tomber la couverture qui l’avait enveloppée sans changement. Ses lèvres prononcent ce même mot qu’elle aurait voulu crier ; VALHALLA. Valhalla ! L’endroit où elle habite. L’endroit qu’elle n’avait pu rejoindre. Où toutes ses sœurs étaient. Valhalla, Valhalla…

Toujours de ce même bond, elle s’approche d’elle, désespoir mais joie coulant de ses yeux céruléens. Ses lèvres prononcent des mots qui ne peuvent briser leur barrière. Ils restent inaudibles même si elle tente en vain de communiquer ; je veux rentrer chez moi, je sais où elles sont, j’ai perdu mon cheval, un géant a attaqué, et… et…

Non, elle ne peut parler. Elle ne peut rien dire. Et elle remarque que la jeune femme, face à sa réaction, écrivit. Elle savait écrire ! Elle … Oui ! Sa langue, sa langue sur ce papier, avec ce drôle d’instrument qui semblait servir justement à ça ! Mais qu’écrivait-elle ? Elles étaient placées pêle-mêle. Des runes qui voulaient chacune dire quelque-chose. Des significations. Mais rien de concret. Son regard capte celui de la jeune femme, avant que ses mains glacées ne prennent le calepin, tournent une page pour en retrouver une vide. Elle prend par la suite le crayon, ce petit truc incompréhensible, le tourne de tous les sens pour finalement se souvenir qu’elle l’avait mis dans une certaine position… Une position quelconque… Voilà ! Elle se met à écrire, à écrire qu’elle est loin, qu’Odin l’a amenée ici, qu’elle ne sait pas où elle est, qu’elle a perdu la voix… N’importe quoi pour se faire comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Because Alice was a whore
Alea Miller
Alea Miller

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeVen 20 Avr 2012 - 1:30

- Valhalla ? L’Avallon nordique, carrément ?

-Carrément, oui, je crois qu`on vient d`hériter d`une valkyrie déchue…ça expliquerait pourquoi elle semble si…Hum, si peu encline à comprendre notre technologie. Dis-je en référant à la gourde de jus dont elle n`avait pas su faire usage…Parce que malgré l`air sceptique du garçon, la blonde elle semblait finalement contente, heureuse, pleine d`espoir et ce depuis qu`elle avait entendu le nom du fameux ci-haut cité Avallon nordique.

-Euh... pardonne mon ignorance, mais... qu'est-ce que c'est ?

-oh…he...Commençais-je, interloqué, ce sont des runes, l’écriture des vikings, quoi. Elles sont encore utilisées aujourd`hui dans plusieurs cultes celtes …Mais seulement comme symbole et plus comme écriture…Je...hum, ne comprends pas leurs sens écrits encore non plus…Je voulais simplement voir sa réaction…
Dis-je un peu inconfortable par la proximité du garçon chat, puis attrister par l`espoir qui luisant désormais dans le regard de la blonde inconnue.

Le garçon s`était approché, ça proximité me troublait et alors que je me fondais dans mes pensées pour essayer de trouver une solution miracle à cette pour la moins problématique confusion, je me surpris à mettre mise à lui caresser le coté de la jambe…un espèce de gros choc électrique m`était passé dans tout le corps et j`avis aussitôt repris ma main. Ce n`avait rien de charnel ou de rétif, ça avait été un réflexe tel celui tout bête de caresser Cheshire, mon Aea, alors qu`il venait se lover près de moi.

En parlant de Aea, elle en a pas un, elle ? Sauf s`il est aussi muet qu`elle (ou que mon propre Aea) il aurait pu nous être bien utile, son Aea !

Je surpris- et arrêta à temps- une autre pulsion de caresse vers le garçon…

Mais qu`es qui m`arrive ? C`est quoi mon problème ? Certes il ressemble à un chat, mais il me semble que même un vrai chat, aussi mignon soit-il, je peux facilement m`empêcher de le caresser si je le souhaite ! Rahh, quelle situation étrange et inconfortable !

-Et maintenant c`est à elle que je dois l`expliquer. Continuais-je après un moment de silence. Alors, comment allais-je faire ça ? Comment lui faire comprendre que je n`avais pas la moindre idée de ce que signifiaient les runes qu`elle avait dessinées…. Surtout que maintenant toute son attention était dirigée vers le calepin…et elle utilisait même des runes que je n`avais jamais vues.

-Excuse-moi…Est-ce que je pourrais te demander de t`éloigner un peu? Commençais-je par dire au garçon, sans oser le regarder, les joues rapidement devenues rouges alors que je lui demandais…Non, mais pourquoi suis-je autant troublée !?

Sa attendre sa réponse, je reporte mon attention sur la muette : -Hum…Mademoiselle ? Commençais-je, j`agitais aussi une main devant ses yeux pour mieux attirer son attention. Une fois gagnée, pour lui faire comprendre que j`essayais de me faire comprendre, je mis ma main gauche sur sa joue, comme lorsque plutôt je lui défilais des mots en d`autres langues.

Je déglutis logement en la regardant dans les yeux- ses grands yeux pleins de peur et d`espoir, ignorant encore exactement comment j`allais faire pour lui faire comprendre.
Je soupire puis commence…

-Tu m`entends ! Dis-je en faisant une vas et viens entre ma bouche et son oreille. Mais ! Je passe cette même main rapidement entre nos deux visages….Mais tu ne comprends pas ! Finis-je en allant de son oreille puis en touchant le côté de sa tête en hochant négativement la tête.

-Moi ! Recommençais-je alors en tapotant ma gorge. Je connais les runes ! Dis-je en pointant mes yeux puis les runes. Mais je ne les comprends pas! Fis-je en repointant ma tête, tout en la hochant à nouveau négativement.

Je n`étais pas certaine qu`elle comprendrait. Pour moi les signes semblaient à peu près clairs, mais c`était surtout parce que je savais ce que je voulais dire. Je recommence l`explication dite et mimée quelques fois, dans l`espoir d`apercevoir de la compréhension dans son regard ; l`avantage était que si j`arrivais à me faire comprendre pour ça, il y avait un espoir de lui apprendre un langage non verbal simple dans le futur.



Kog….Ta nouvelle bannière me trouble owo` ( XD)
Revenir en haut Aller en bas
Surfeur Chimère
Dan Hovekat
Dan Hovekat

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 27
• Pouvoir : Attirance Féline
• Petit(e) ami(e) : Gonzesse (en priorité) ou mec peut importe ^^

Messages : 49
Inscrit le : 08/06/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeMar 8 Mai 2012 - 15:39

Alors, ça serait ça... ils avaient un Valkyrie déchu. curieux, il était loin d'imaginer de se retrouver un jour en présence d'un être céleste. Eh ben, eh ben, effectivement il n'y avait pas de quoi s'ennuyer. Il était aussi d'accord sur le fait que la demoiselle avait quelques soucis avec le modernisme, rien qu'à voir comment elle avait retourné la bouteille de soda alors qu'il n'y avait qu'a la boire... La prochaine fois il faudra le servir dans des cranes, au moins elle comprendrait peut-être mieux.
Son attention se porta ensuite vers le livre et les symboles étranges qu'il portait.


-oh…he..., ce sont des runes, l’écriture des vikings, quoi. Elles sont encore utilisées aujourd`hui dans plusieurs cultes celtes …Mais seulement comme symbole et plus comme écriture…Je...hum, ne comprends pas leurs sens écrits encore non plus…Je voulais simplement voir sa réaction…

Il la regarda presque interloqué, au moins il y avait quelque chose qu'il avait compris.

- Celtes ? Ah ça aussi je connais un peu, je suis Irlandais d'origine... mais j'y ai jamais vécu, j'ai passé toute mon existence sur l'ile d'Hawaii.

Aaahh l'Irlande... la terre de ses ancêtres, là où il avait toujours rêvé de poser les pieds. Ils avaient encore de la famille là-bas mais il ne les avait jamais rencontrés. Ses parents eux passaient les voir de temps en temps lors de leurs voyages d'affaires. Son regard vint ensuite par-dessus l'épaule de la jeune fille en noire, tout, ces symboles se ressemblaient, mais étaient à quelques détails près si différents à la fois... il était curieux de voir comment elle allait essayer d'établir un contact via ces runes. Écriture dont il avait toujours cru que c'était une légende et apparemment d'après les dires de la jeune fille, elle n'avait pas l'air de très bien les maitriser non plus. IL sentit ensuite quelque chose lui gratter le côté du jean, en y baisant les yeux, il constata que c'était la main de la jeune fille en noir qui le faisait. Et comme si cette dernière avait pressenti son regard, elle s'arrêta aussi nette.

-Et maintenant c`est à elle que je dois l`expliquer.

Il acquiesça d'un signe de la tête et sans un mot regarda l'échange qu'elle était en train de tenter.
De son coté la valkyrie avait eu l'aire de comprendre les mots qui était propre à son ethnie. Et elle le manifestait. Elle sauta du canapé et en essaya de parler mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il plissa les yeux comme s'il essayait de lire quelque chose. Il n'était pas vraiment doué pour lire sur les lèvres et un coup il ne comprit strictement rien. Décidément il se sentait vraiment nul. La jeune fille à son tour prit le papier et le crayon et après quelques efforts pour comprendre le fonctionnement du principe, se mit à écrire.


-Excuse-moi…Est-ce que je pourrais te demander de t`éloigner un peu?

Il regarda la seconde jeune fille avec qui il conversait depuis tout a l'heure, l'air interloqué mais celle-ci ne le regardait pas et restait concentré sur les runes que l'autre jeune fille écrivait

-Ah... bon...

Il finit par se lever, et dirigea vers le mur à coté de la porte de la pièce, les oreilles quelque peu basses. Et s'adossa contre ce dernier et croisa les bras. En fait il n'avait pas que l'impression de se sentir inutile, il ne pouvait rien faire. Ni lire sur les lèvres ni même communiqué par les écrits, donc il ne dut se résoudre à regarder la scène.

-Hum…Mademoiselle ?

Elle agita sa main devant elle dans un premier temps, devant elle pour attirer son attention puis posa cette dernière sur la joue de la jeune fille en accrochant leurs deux regards. À ce moment la commença un véritable jeu de mime de la part de la demoiselle en noir, ponctués de quelques phrases décrivant ce qu'elle représentait. Ah oui moins ça avait plutôt l'air efficace. Elle répéta l'action plusieurs fois de suite. Il finit par poser ses yeux sur le sol, e sachant pas top quoi faire, pour faire quelque chose.

-Désolé... je ne suis pas vraiment d'une grande aide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeMar 15 Mai 2012 - 15:28

Brynja écrit. Elle écrit toujours. Sans rien voir autour d’elle, tenter de faire comprendre des runes, même si elle les écrit d’une manière rapide et un peu incompréhensible dans cette goutte d’espoir. Ce crayon n’était pas très confortable, non plus. La pauvre ne savait pas réellement comment s’en servir. Dès qu’elle pesait trop fort, il y avait des écoulements. Et trop légèrement, c’était totalement illisible. Elle oscillait. Après un moment, elle comprit comment s’en servir. Mais à ce moment-là, une main, puis une voix, vinrent à son attention. Elle relève la tête. Une main se place sur sa joue, comme la dernière fois, quand elle avait tenté de communiquer dans des langues étranges. Mais cette fois, tout semble encore plus étrange. Cela se transforme en une partie de mime étrange.

Elle écoute, elle regarde, attentivement, tous les gestes. Et au fil de ceux-ci, ses yeux s’humidifient.

Comment ? Comment redonner de l’espoir, quand après vous deviez le briser par la suite ? Les yeux de la Valkyrie déchue s’étaient remplis de larmes amères, encore une fois. Elle ne comprenait pas les runes. Elle ne les comprenait pas. Mais les connaissait. C’est ce qu’elle osait comprendre de ses gestes, suivis de ses paroles dont des mots revenaient. Comment communiquer, alors ? Comment trouver un moyen de dire, de parler, quand rien ne pourrait sortir, et rien ne pourrait un jour oser se faire comprendre ? Elle baisse la tête, la hoche, comme pour faire comprendre à quel point cette dure réalité la frappe, à quel point elle a compris et à quel point ça lui fait mal d’avoir compris, d’avoir effacé sa simple petite goutte d’espoir.

Jamais ne retournerait-elle chez elle. Jamais. Dans ce monde, elle allait avoir tant de mal, tant de mal à s’adapter, à comprendre seulement comment les gens peuvent se comprendre sans parler la même langue. Comment cela semble si facile pour eux alors que pour elle, cela reste un mystère ? Elle relève la tête et esquisse un petit sourire. Elle pose une main sur l’épaule de la jeune femme, avec ce sourire aux yeux amers, ruisselants, et hoche la tête. Elle comprend, elle apprécie le geste. Merci. C’est tout ce que cela signifie. Merci de bien vouloir m’aider, merci de me comprendre, d’avoir essayé. Je comprends.

Elle reste dans ce profond sentiment vu dans ses yeux pendant encore un long moment avant de l’enlacer. Une accolade froide, mais pourtant chaleureuse, avec d’autres larmes qui coulent, mais un petit sourire. Dans sa compréhension, elle comprend aussi qu’elle pourrait trouver de l’aide, que malgré tout, elle n’était pas seule, malgré ce vide. Ce vide que créait déjà son monde qui lui manquait, et son cheval, Eileifr, ensanglanté dans la neige. Elle finit par la lâcher, la regarder et esquisser un nouveau sourire, essuyant une larme de sa joue du dos de sa main blême et froide, et se lève.

Brynja regarde un moment l’homme-chat qui ne fait que rester là, sans bouger, sans trop comprendre, avant d’être prise d’un frisson désagréable.

Le froid. Le froid revient et continue de lui lacérer la peau de l’intérieur. Brynja se remet à trembler, alors qu’elle regarde le cahier rempli de Runes. La buée sortant de sa bouche se fait plus constante, comme si seulement en se rappelant, le froid s’intensifiait. Le feu de la cheminée. Elle le regarde intensément pendant un moment. Elle a si froid. Elle ne voudrait que se fondre dans les flammes, retrouver les forges des nains. La chaleur de Valhalla. Un endroit propice à la chaleur. Et pourtant, rien de plus que ce monde gelé, que ce manoir dans un monde complètement figé. Dans un temps inconnu, dan un Univers inconnu et étrange, incompréhensible pour elle. La cheminée reste la seule chose qui l’anime, car le feu brûlant de cette manière lui est connu, tellement connu. Elle approche, tend les mains vers ce feu, sans en ressentir sa chaleur. Pourquoi ?

Elle reste perplexe. Son air ne change pas, ses yeux azurés fixent les flammes dansantes sans comprendre. Elle fronce les sourcils, rapproche ses mains des flammes, pour en ressentir une petite chaleur. Infime. À cette distance, pourtant, ne devrait-elle pas brûler ? Elle frissonne. Rien ne brûle. Il n’y a que ça. Que cette chaleur inexistante qui continue de rôder. Elle se retourne vers l’homme-chat, dans son coin, les oreilles baissées et un air de dépit au visage. Pourquoi se sent-il ainsi ? Lui aussi, il a mal d’être ici, de rester dans un monde totalement différent ? Elle ne peut savoir à quel point tous les gens de ce monde souffrent, sont prisonniers. Si seulement elle aurait pu décrypter quoi que ce soit d’autre. Se prenant les bras de ses mains, elle se penche pour être plus près des flammes ; sans en ressentir la chaleur réconfortante qu’elle aurait voulu. Elle ferme les yeux. Nouvelle déception.
Revenir en haut Aller en bas
Because Alice was a whore
Alea Miller
Alea Miller

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeLun 11 Juin 2012 - 3:23

C’est vraiment triste à voir, vraiment, elle avait eu l’aire si heureuse en voyant les runes, si excitée en en les écrivant…si désolée en comprenant que nous ne pouvions la comprendre. Elle semblait déprimée, résignée ; c’était une vue à vous briser le cœur.

Et ensuite elle m’enlace, la pauvre est si froide, glacée, mais pas comme quelqu’un qui à froid ou qui revient de dehors, elle n’y a même pas cette faible chaleur douloureuse qui vient revivifier les membres : après tout ce temps, elle aurait du commencé…. Elle était glacée comme si elle était morte.

Elle l’était peut-être, en fait, car au manoir, les morts n’ont pas le luxe du repos. Si, comme je le croyais, elle était bien une valkyrie, elle devait être déchue. Qui sait à quoi ça ressemble, la déchéance d’une valkyrie ? Je répondis donc à son câlin…chaudement.

-Désolé... je ne suis pas vraiment d'une grande aide…

De l’autre côté il y avait lui, tout tristounet aussi, pour une raison qui m’échappait, avec les oreilles basses tel un chat déprimé. C’était comme de regarder un chaton pris en bas d’un escalier, qui vous regarde, qui miaule tout doucement en vous fixant avec des yeux suppliants, qui vous prie de l’aider à monter. Ici il n’y avait pas d’escalier, certes, mais… Y a-t-il quelques choses de plus difficiles que d’ignorer un chaton ? Il n’était pas exactement un chaton non plus, quand même, il était plus grand que moi, avec une forme humanoïde…Et son pelage était plutôt celui d’un tigre ; mais l’horrible envie d’aller le prendre dans mes bras et je le réconforter en lui grattant le derrière des oreilles était quand même très présente…Et dérangeante.

Et pis encore, là, le garçon chat, il semblait se sentir couple de je ne sais quel crime.

Et là c’est moi qui me sens coupable : coupable d’avoir pu donner de l’espoir à la blonde puis de le lui avoir enlevé, et coupable d’avoir mis l’homme félin mal à son aise. Et la seule solution qui me venait en tête en le regardant lui c’était un câlin de groupe !

Je lève sur le garçon un regard un peu désespéré, je me redresse et m’approche de lui avec l’intention de discuter une solution. Mais une fois près de lui, c’en fut trop : je ne pus m’empêcher de lui donner un gros câlin, comme j’étais vraiment petite et maigrichonne, on aurait plutôt dit que je m’étais blottie contre un énorme tigre. Mais là c’est pour mon esprit que ça en fut trop et je m’écartai rapidement, rouge comme une fleur de pavot, honteuse de mon manque de retenue.

Sans oser le regarder, d’une voix plus aigüe que d’ordinaire.

-On pourrait essaye de trouver sa chambre…Elle aurait un repaire et on aura son prénom…

Dis-je en me retournant vers la jeune blonde. Maintenant c’était de trouver un moyen de lui expliquer que nous devions monter avec elle à l’étage afin de regarder chaque porte, prononcer chaque nom- ou du moins ceux qui sonnaient nordiques- pour lui trouver sa chambre. J’imagine que nous ne pouvions pas et qu’elle comprendrait d’elle-même lorsque l’ont prononcerait son nom. Ensuite nous aurions à lui faire comprendre que sa chambre était…bha sa chambre et qu’elle pourrait s’y installer, mais on verra pour ça rendu là.




On fait quoi, on garde la suite dans le meme topic ou on change pour le couloir? L’un ou l’autre ça ne change pas grand-chose XD

Et désolé si c’est court, j’ai vraiment bloqué sur ce post...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeJeu 14 Juin 2012 - 5:36

Ses mains se tendent vers les flammes ; ses doigts blêmes et tremblants sont si près. Et pourtant, elle ne ressent rien. Rien, aucune chaleur, que du vide. Rien de ce qu’elle aurait pu espérer. Et ses yeux fixent les flammes dansantes dans le foyer sans rien voir de plus qu’un vide. Elle a froid. Elle a toujours froid. Ses yeux sont toujours plus humides. Elle n’a jamais eu froid. Et maintenant, ce froid, elle ne peut l’endurer. Elle tremble de tous ses membres, ne voudrait que de la chaleur – une chaleur réconfortante. Quelque-chose à se mettre sur le dos. Mais rien ne fiat. Même les flammes, la chaleur, les forges des Nains ne pourraient aider. Cet enchantement est irréparable, tout simplement. Ce Géant pensait la tuer – mais ne fit qu’empirer une douleur éternelle – et à quel point celle-ci serait éternelle. Elle ne porte plus attention à ce qui se passe autour. Elle ne fait que regarder les flammes, son esprit tentant de tout recoller, de ressasser ce qu’elle a manqué. Eileifr. Le sang rouge sur la neige blanche. Le vide et le froid. Ce manoir qu’elle prenait pour la Stavkirke. Mais rien de plus. Rien de plus que cet endroit dans lequel elle serait à jamais prisonnière.

Elle comprend, certes, elle comprend que jamais elle ne verrait les gens. Mais elle veut tant comprendre ce qui se passe, pourquoi elle est ainsi prisonnière. Pourquoi ces gens ne semblent pas venir de Midgard, pourquoi ils sont si différents. Pourquoi un homme est mêlé avec un tigre quand jamais auparavant elle n’a vu de telle créature. Elle ne comprend rien, mais voudrait tellement, tellement comprendre tout ce qui se passe autour. Elle sent que sa seule aide est cette jeune femme ; celle qui connaît les Runes. Qui peut comprendre, peut-être juste un peu, ce qu’elle veut lui dire. Ce que ses dessins signifient. Un moyen de communiquer. Elle voudrait tant avoir un moyen de communiquer. Elle s’enlace, place ses mains sur ses bras, croisés, fermant les yeux et pleurant en silence. Car le silence est tout ce qu’elle connaîtra dorénavant. Une autre déception. Une autre. Une voix perdue au milieu de l’Abîme.

Elle soupire, laisse passer sanglots se mêlant à cette fine brume blanche. Vestale déchue de son monde. Déchue d’Asgard et de Valhalla. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Une ombre qui ne va jamais redevenir normale. Une silhouette qui déambule sans but dans un grand manoir qui jamais ne serait le sien.

Elle entend leur voix au loin, à ces deux gens, mais ne comprend pas ce qu’ils disent, et, pour une fois, ne tente pas de comprendre, et rouvre les yeux pour se reperdre à nouveau sur les flammes. Ces flammes qui rappellent un peu son chez-soi. Mais qui, malheureusement, n’aura jamais assez de ressemblance pour qu’elle se sente vraiment chez elle. Une Valkyrie déchue ne dort pas – une semi-Déesse n’a pas besoin de sommeil. Mais que fait une Valkyrie dans un monde si étrange ? Odin, dans sa grande générosité, ne l’avait pas sauvé. Il l’avait condamné. À jamais rôderait-elle sans but. Prisonnière du sol, quand, comme un oiseau, on voudrait s’envoler pour finalement quitter ce monde, ce monde qui jamais ne pourrait sortir des pensées troublées de la belle blonde.



J'imagine qu'on peut changer pour les couloirs, maintenant. Kog, tu t'en charges ?
Revenir en haut Aller en bas
Surfeur Chimère
Dan Hovekat
Dan Hovekat

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 27
• Pouvoir : Attirance Féline
• Petit(e) ami(e) : Gonzesse (en priorité) ou mec peut importe ^^

Messages : 49
Inscrit le : 08/06/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeMer 4 Juil 2012 - 0:33

Vous connaissez ces situations ou vous ne savez pas vraiment quoi faire et où vous regardez le sol en tentant de vous divertir avec les lignes du su plancher et ou carrelage mais sans succès ? Et bien c'était précisément ce qu'il était en train de faire, il avait lâché son attention sur les tentatives de compréhension entre les deux jeunes femmes, de toute manière il ne voyait pas ce qu'il pouvait faire de plus. Presque aussi utile qu'une pare de gant pour un manchot. Il devrait peut-être les laisser toutes les deux ? La situation était déjà assez désespérée comme ça inutile qu'elles trainent un poids mort supplémentaire. Il sentit une présence proche de lui, lorsqu'il releva la tête il croisa le regard de la jeune fille brune, et soudain ni une ni deux, elle le serra dans ses bras avant de se retirer presque aussi vite. Il fut étonné de cette réaction si spontanée et si brève qui la rendit rouge betterave.

-On pourrait essaye de trouver sa chambre…Elle aurait un repaire et on aura son prénom…

Il cligna des yeux plusieurs fois pour tenter de comprendre

- Euh... euh... Okay...

Il regarda la valkyrie auprès du feu, encore et toujours en train d'essayer de se réchauffer. Son regard se porta sur le cahier et le crayon qui étaient restés posé en plan. Dommage que cela n'avait pas marché il avait tout misé sur cette solution. Faut croire que l'art de dessiner des symboles étranges n'était pas le même chez tous.

Dessiner... mais voila la solution ! Si les mots et si l'écriture n'avait pas fonctionné il leur restait ce tout dernier recours. Un sourire se dessina sur ses lèvres et toutes traces de déprime avaient disparu.


- J'ai peu être une idée pour qu'on puisse se faire comprendre, je t'empreinte ton bloc note.

Il s'avança près de l'endroit où était assise la jeune blonde et s'installa auprès d'elle. Là il prit le cahier et le crayon et commença à dessiner. Il était moyennement doué pour le dessin, mais l'on reconnaissait très bien ce que ça représentait. Sur la page il avait dessiné un lit avec quelqu'un en train de dormir dedans. Pour bien faire comprendre qu'il s'agissait de quelqu'un en train de dormir il avait dessiné des "Z" au-dessus de la tête du personnage. En dessous il avait grossièrement dessiné eux trois, la jeune fille aux cheveux bruns tenait la main de la valkyrie et lui-même ouvrait la marche juste devant tout au-dessus il avait dessiné un toit. Il montra ensuite le dessin terminé. D'un geste du doigt il lui désigna le plafond, puis il plaqua ses paumes l'une contre l'autre et posa la tête dessus, pour faire comprendre qu'ils allaient lui trouver un endroit où elle pourrait se reposer. Il se releva et attrapa doucement la jeune fille blonde et la porta sur son dos. Il revint ensuite vers la seconde jeune fille dont il ne connaissait toujours pas le nom.

- Je pense qu'elle a comprit, en route trouvons lui une chambre.

Il a dressa un sourire a la jeune fille brune et ouvra la marche en sortant de la pièce

Tout a fait, voila qui cloture celui-ci, Loeva tu peux commencer dans le couloir ^^
Revenir en haut Aller en bas
Because Alice was a whore
Alea Miller
Alea Miller

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty0 / 1000 / 100L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitimeLun 9 Juil 2012 - 11:20

Suite ♥




Au final je l’ai fait dans les chambres ! puisque les couloirs sont pas même pas au même étage XD

Quoi qu’il en soit ~


[RP TÉRMINÉ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] _
MessageSujet: Re: L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]   L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'écroulement de l'Aurore | Dan & Alea ♥ [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Sujets de PI v.3-
Sauter vers: