AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: « L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]   Mar 20 Déc 2011 - 20:55

Dès l'instant où il poussa les lourdes portes de l'établissement, ces dernières ne tardèrent pas à se refermer dans son dos, dans un grincement désagréable. Mickaël était vêtu d'un ensemble jais, composé simplement d'un jean surmonté d'un ceinture, complété d'un pull agrémenté d'un léger col en V. Enfin, un petit sac noir en bandoulière était suspendu, arrivant juste à sa hanche gauche. Son regard glacé scruta le hall d'entrée, alors qu'il venait serrer ses mains entre elles près de ses lèvres de façon à réchauffer celles-ci, ses doigts doucement bleuis par le froid mordant de l'hiver.

L'endroit semblait étonnement grand et entretenu pour ce qu'il croyait être un bâtiment délabré. Un panneau d'affichage sur sa droite attira son attention brièvement, le faisant faire quelques pas vers l'avant. Ses pupilles survolèrent alors les lignes laissées par les résidents, un certain regret au cœur. Sa première réaction, fut le soupir las qui passa la barrière de ses lèvres, tandis qu'il faisait volte-face, foncièrement persuadé que tout ceci n'était qu'une puérile plaisanterie faite par quelques personnes bien décidées à faire une stupide boutade.

Inutile alors de décrire la mine déconfite qui prit la place de la neutralité au moment même où la poignée refusa d'ouvrir la porte d'entrée. Nouveau soupir, nouvelle tentative, vaine, forcément. Mickaël resta figé, pareil à une statue de pierre juste en face de cette porte qui lui jouait un bien odieux tour. Tentant de garder une respiration la plus calme possible, il désincrusta sa main de la poignée qu'il n'avait pas lâchée. Diverses questions virevoltèrent dans son esprit en ébullition; serait-il maudit? Méritait-il réellement d'être enfermé dans un pensionnat alors qu'il venait de s'enfuir de sa précédente prison? Avait-il offensé Dieu?

Résigné, il reporta ses yeux azurs sur les décorations de l'entrée, fixant une poignée de seconde le plafond, se saisissant de la croix qui pendait à son cou. Mickaël murmura quelques phrases, parfaitement inaudibles à plus d'un demi-mètre devant lui, tandis sa démarche lente et silencieuse progressait dans le couloir du hall. Lassé d'avancer sans savoir où aller, le grand brun s'arrêta et vint s'asseoir au sol, s'adossant au mur avant de sortir le nécessaire de survie, soit un carnet à dessin, un crayon et son portable équipé d'écouteurs. Par pur précaution, il ne mit qu'un seul des deux écouteurs, lançant la dernière playlist qu'il avait écoutée avant de plonger ses prunelles pâles sur la feuille blanche qui se dévoilait sous ses yeux. Cet endroit avait peut être quelques avantages finalement, comme celui de posséder un calme apaisant, où personne ne le menacerait à coup de médicaments censés 'l'aider' à aller mieux et soigner ses petits problèmes. Ici, il n'y avait que lui, son imagination et 'ses petits problèmes', plus de bonshommes en blouse blanche qui affichent leurs sourires hypocrites, horribles menteurs. De bien plus fous que lui en l'occurrence.
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Camembert, rebaptisée Bulbizarre
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Sensibilité extrême à la musique
• AEA : Une belette blanche
• Petit(e) ami(e) : Hein ?

Messages : 26
Inscrit le : 29/08/2011

MessageSujet: Re: « L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]   Mer 11 Jan 2012 - 3:20

Alicia avait pris pour habitude de venir hanter le hall d'entrée et ses alentours et ce, pour deux raisons assez simples. C'était d'abord ici que tout avait commencé pour elle, ici qu'elle avait poussé la porte et l'avait laissée se refermer derrière elle sans le moindre regret. Ici qu'elle était née, en un sens. La deuxième raison était un peu plus perverse, elle aimait voir les gens débarquer en ce lieu, lire l'incompréhension et le doute sur leur visage, elle s'en délectait.

Etait-elle en train de devenir un monstre ?

Elle n'eut pas le temps de répondre à cette question silencieuse que le grincement typique de l'ouverture de la large porte se fit entendre, brisant le calme qui régnait dans le Hall.

La jeune Alicia pencha lentement la tête à la manière du volatile dont elle portait à présent en permanence le sinistre masque : Celui du Seigneur des charognards. Le reste de sa tenue demeurait caché derrière son large manteau noir qui dévorait entièrement son corps jusqu'à ses mains dont on ne pouvait apercevoir la blancheur. Elle continua de surveiller le nouvel arrivant sans perdre une seule miette du spectacle. Il était perdu... Pourquoi était-ce si agréable à regarder ? Elle se surprit même à émettre un doux rire alors que le jeune garçon tentait d'ouvrir la porte, en vain, bien entendu. Finalement, le jeune homme finit par céder face à la résistance de la porte, il demeura un instant immobile, instant durant lequel Alicia s'empressa de balader son regard sur ce dernier, curieuse d'en apprendre plus sur cet être qui venait d'entrer dans son monde.

Il se retourna finalement et la jeune femme en profita pour se joindre à l'ombre, espérant passer inaperçue, chose plus que facilité par la noirceur nuit de sa tenue. Réussissant à déjouer la vigilance de l'inconnu, la jeune femme retira ses chaussures afin que le bruit qu'elle pourrait émettre ne puisse la trahir et elle se mit à suivre ce jeune homme dans le long couloir qui naissait dans le Hall. Dans un silence presque parfait, elle le hantait, à peine à quelques mètres de lui, son regard ne se détachait pas du jeune garçon, comme celui d'un prédateur ne se détacherait pas de sa proie. Il était son obsession.

Elle ne s'arrêta que quand lui-même marqua une pause pour se laisser tomber sur le sol, retenant sa respiration, les yeux grand ouverts mais cachés par son sinistre masque, elle ne put retenir le sourire qui vint naitre sur ses lèvres alors qu'elle découvrait deux qualités au jeune homme. Deux délicieuses qualités. Il aimait la musique et semblait faire preuve d'imagination. Elle resta debout, à moitié cachée dans l'ombre à l'admirer, décidément, elle avait bien fait de venir jusqu'au Hall aujourd'hui plutôt que d'arpenter les longs couloirs du pensionnat. Puis au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, l'admiration laissa place à la curiosité jusqu'à ce que cette dernière devienne impossible à contenir, alors la jeune femme avança à pas feutrés en direction du jeune garçon assis là. Par chance, il avait mis l'écouteur du bon côté, et ainsi elle pouvait l'approcher sans trop de risques d'être repérée

Elle cessa net de respirer quand elle arriva juste à sa gauche, elle ne demeura qu'un instant à ses côtés avant de s'écrouler de la même façon qu'il l'avait fait, son bec venant se placer juste devant le papier. Sa curiosité ayant été plus forte que tout, elle lui était presque tombée dessus et c'est, collée à lui qu'elle prit enfin la parole. Une voix douce, un tintement cristallin.

"A quoi penses-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Sujets de PI v.3-
Sauter vers: