AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Akua Ruiha, fleur sauvage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Akua Ruiha, fleur sauvage   Dim 4 Mar 2012 - 0:58




Song Theme :
 

* Nom – Ruiha (lire "Rouiha")
* Prénom – Akua (lire "Akoua")
* Age – 18 ans
* Née – la nuit précédant la grande chasse au Torōk. La notion du temps ne se calcule pas de la même façon dans son monde, il est donc impossible de déterminer une date avec les unités terriennes.
?

Pouvoir
Akua influence involontairement le climat local par ses émotions. Plus les émotions ressenties sont fortes, plus le temps est influencé. Ainsi, les émotions négatives donneront un mauvais temps avec des températures basses, allant d’un simple vent à un orage, en passant par la pluie. Les émotions positives, au contraire, donneront un beau temps, avec des températures plus chaudes, un vent calme et du soleil.

Alter Ego Astral
Anahera, elle est l’incarnation (miniature) de la divinité vénérée par le peuple d’Akua, les Tuakan. (lire "Touakane")
Dans son monde d’origine, Anahera est la déesse mère, créatrice de toute vie. Son apparence se rapproche de celle d’une immense louve blanche, à ceci près qu’elle porte une paire de cornes comme les cervidés et une queue démesurément longue. Ses fins yeux verts sont prolongés par un long trait rouge, de la même couleur que le petit point qu’elle arbore au milieu du front. Elle est toujours suivie d’une longue trainée lumineuse, comme une aurore polaire aux nuances jaunes et vertes, dans laquelle on croit discerner diverses formes végétales. Des fleurs lumineuses semblent grandir sous chacun de ses pas, disparaissant aussitôt.
En réalité, l’AEA d’Akua n’a de cette divinité que l’apparence et le nom. Elle ne possède pas les pouvoirs de création de la véritable Anahera. Elle est aussi bien plus petite, mesurant environ 1m30 de hauteur la tête levée.


Passions
Chasseuse douée et expérimentée, Akua a le sens de la traque. Elle aime se fondre dans son environnement pour mieux surprendre sa proie. Elle ne connait que les armes faîtes de pierre et de bois, mais n’a pas besoin de plus pour être efficace. Comme tout Tuakan qui se respecte, elle sait fabriquer elle-même ses outils et est capable de survivre seule en pleine nature.
Elle apprécie le silence et a parfois besoin de s’isoler pour méditer, de préférence en hauteur.

N'aime pas / Phobies
Elle n’aime pas se sentir trop longtemps enfermée, elle a plutôt l’habitude des grands espaces et des forêts à perte de vue.
Les températures dans son monde sont assez constantes, variant entre 25 et 40 degrés. Elle ne supporte donc pas très bien le froid.
Elle tient beaucoup à son honneur, et ne supporterait pas de faire honte à son peuple ou son clan.



Monde oublié
Liberté perdue
Que de regrets
A cette vie révolue


Caractère

Enfant, elle avait un caractère rebelle et bravache, mais s’est un peu adoucie depuis. Jeune fille généralement calme, elle a beaucoup gagné en maturité. Vie en pleine nature oblige, elle reste toujours à l’affut du moindre danger. D’autre part, il faut savoir qu’Akua tient beaucoup à son indépendance. Elle ne refusera pas un peu d’aide ou de travail en équipe s’ils sont nécessaires, mais préférera généralement agir en solitaire. Audacieuse, aventureuse et courageuse, voilà des mots qui la décrivent bien. Elle aime les défis, mais déteste perdre. Cependant, elle n’usera jamais de tromperies pour arriver à ses fins. Son peuple n’a pas pour habitude de mentir. Et si la vérité ne doit pas être dévoilée, alors elle est tue, tout simplement. Tenace (certains diraient obstinée), elle donne son maximum dans tout ce qu’elle fait. Elle est curieuse et aime apprendre des autres, ce qui lui donne une certaine capacité d’adaptation. Voilà un atout dont elle aura particulièrement besoin dans son nouvel environnement...

Physique

Akua n’est pas humaine. Elle est Tuakan. La ressemblance entre ces deux espèces est pourtant saisissante, tant physiquement que physiologiquement. Mais les cornes courbées, les pupilles reptiliennes et les canines allongées des Tuakans marquent bien la différence. Ils présentent aussi une agilité, une rapidité et une endurance naturelle bien plus élevée que les humains. Leurs sens sont plus développés, enfin non, il serait plus juste de dire que ce sont les sens humains qui se sont atrophiés. Par ailleurs, les Tuakans sont exclusivement carnivores. Les végétaux n’entrent pas dans leur alimentation, sauf dans certains cas pour des raisons curatives.

Mais revenons-en à Akua. Cette jolie brune possède un corps fin et athlétique, habitué à l’exercice. Par chance, la vie sauvage n’a pas altéré la douceur de sa peau claire, ni ses longs cheveux soyeux. Il faut dire que la jeune fille prend soin d’elle. Les recettes ancestrales de beauté se transmettent de mère en fille, savants mélanges de végétaux divers et variés aux effets étonnamment satisfaisants. Son visage aux traits doux arbore la plupart du temps une expression sereine et angélique, mais peut tout aussi bien se parer d’un air de profonde sauvagerie, rehaussé par ses canines bestiales et ses pupilles verticales. Cela donne à ses colères un air démoniaque qui peut être assez terrifiant pour un humain non habitué... Ses beaux yeux verts sont toujours plein de vie, bordés de longs cils noirs qui mettent en valeur son regard. Sa bouche aux lèvres roses et bien dessinées laisse parfois apparaitre un sourire vampirique, effrayant pour certains, craquant pour d’autres. Elle parle avec un fort accent aux inflexions à la fois musicales et sauvages, roulant les "r" et insistant sur les voyelles, dans une intonation confiante et assurée.

Histoire


Song Theme :
 

En un autre temps, en un autre monde, existait une terre sans nom et sans souillure. Entourée de deux étoiles, la planète ne connaissait ni froid ni saisons, et le temps ne pouvait se compter qu’au rythme du jour et de la nuit. La vie y fleurissait, tout n’était que forêts denses et rivières pures. En cet Eden vivaient toutes sortes de créatures, à la fois similaires et différentes des nôtres. Elles marchaient, volaient ou nageaient ; elles pouvaient voir, entendre, toucher et respirer. Elles devaient se nourrir d’autres vies pour survivre, car tel était l’ordre des choses, et la cruauté pas plus que la pitié n’avaient de place dans cet acte.

Les Tuakans n’étaient pas les plus fortes de ces créatures, mais les plus intelligentes. Ils s’aidaient d’outils pour survivre, et construisaient des maisons de bois dans les arbres pour s’abriter. Ils ne savaient travailler que la pierre et le bois, mais compensaient la simplicité de leurs matériaux par une dextérité hors-norme. Leur langage était étonnamment complexe et développé pour une espèce aussi archaïque. Ils vénéraient Anahera, la grande déesse, en invoquant son nom à chaque repas et en dansant en son honneur avant les grandes chasses. Les Tuakans se regroupaient en clans familiaux, chacun dirigé par une matriarche. Car les femmes avaient un statut particulier dans cette société, elles étaient les héritières du pouvoir d’Anahera, les seules à pouvoir créer la vie. Les hommes n’étaient pas mis à l’écart, mais les décisions finales devaient revenir aux femmes. Les clans n’avaient pas de territoires définis, ils allaient et venaient sur les terres comme bon leur semblait, sans guerre ni querelle. Ainsi les clans pouvaient se mélanger pour donner de nouvelles naissances, et les tares consanguines étaient naturellement évitées. Les enfants prenaient invariablement le nom de leur clan maternel.

Parmi tous ces clans existait celui des Ruiha, dirigé par Moana. Unie à Caolun du clan Huhana (lire "Kaoloune Houhana"), elle avait donné naissance à cinq enfants, dont deux étaient morts. Ainsi la sélection naturelle opérait, laissant derrière elle les plus faibles. Heureusement, son unique fille, Akua, avait survécu. Elle l’avait mis au monde la veille de la grande chasse au Torōk, et c’était là un puissant présage, promettant force et vigueur pour l’enfant à naître. Moana plaçait de grands espoirs en elle. Elle était sa fierté, l’héritière de son savoir, et celle qui transmettrait son nom aux futures générations. Akua était vraiment prometteuse. Dès son plus jeune âge, elle manifestait un fort caractère, à la fois calme et tenace. Ce qu’elle voulait, elle l’obtenait. Elle témoignait d’une soif d’indépendance étonnante, et son audace lui attirait souvent les réprimandes de ses ainés. A 6 ans elle s’amusait à courir dans les arbres, sautant impétueusement de branches en branches, défiant ses frères à la course. A dix ans elle tenta (en vain) de chevaucher un Twanga (animal craintif et terriblement rapide dont l’apparence se rapproche de celle d’une antilope), opération qui se solda par la fuite de plusieurs troupeaux de gibier. On ne comptait même plus le nombre des bravades d’Akua tant elles étaient nombreuses. Néanmoins, malgré sa témérité parfois (souvent) irréfléchie, la petite fille était admirée par ses pairs, elle se dépassait sans cesse, repoussant toujours ses limites. A 12 ans, lorsqu’elle fut en âge de chasser, Akua révéla un don certain pour la traque. Elle chassait avec une rare habilité, se mouvant avec aisance dans la forêt. Elle pu danser le rituel de fécondité à 14 ans, lorsque son corps eu acquit le pouvoir de procréation d’Anahera. Akua grandissait, et la beauté s’épanouissait en elle. Ses cornes poussaient en prenant de belles courbures, son corps était vif et agile. Nombreux étaient ses prétendants.

Akua à 16 ans :
 
La grande chasse au Torōk approchait. Tous les cinq ans, ces immenses et dangereux rhinocéros cuirassés aux cornes tranchantes suivaient la piste de la Grande Vallée pour migrer vers leur lieu de reproduction. Pour la première fois, Akua était autorisée à participer à cette chasse épique. La veille du grand événement, soir de ses 18 ans, elle eu l’honneur d’interpréter le rôle d’Anahera dans la danse exécutée en l’honneur de la divinité. De nombreux clans s’étaient réunis, le lendemain ils iraient ensemble défier la puissance d’un Torōk. Les vainqueurs en ressortiraient grandis, et les vaincus seraient morts honorablement. Cependant, l’ambiance n’était pas encore à la chasse, mais bien à la fête. La musique rythmait les chants et incantations tribales, les futurs participants dansaient avec ardeur à la lumière du feu. Tous priaient pour la bénédiction de la grande déesse dans la chasse à venir. Akua, parée de bijoux en plumes et coquillages dorés, les yeux maquillés de rouge, portait un somptueux vêtement en tissu voilé. C’était la première fois qu’elle était autant vêtue, mais la toile était si légère qu’elle la sentait à peine. L’étoffe aux couleurs nacrées et aux arabesques argentées était si fine qu’elle laissait deviner son corps en transparence. Et elle dansa, magnifique et sauvage, accaparant les regards, honorant sa déesse et son clan.

Après un copieux repas et l’ébauche d’une planification de chasse, les convives grimpèrent dans hauteurs protectrices des arbres, se reposant pour une courte nuit. Akua ne les suivit pas, elle se sentait le besoin de calme et de détente, et n’avait pas envie de partager le voisinage de bruyants ronfleurs. Elle marcha donc en quête d’un lieu sûr et plus silencieux pour dormir. En chemin, elle aperçu une forme inconnue qui semblait émerger de la forêt en contrebas. Elle qui pensait bien connaître le terrain... En s’approchant, elle ressentit une étrange aura, attirante et terrifiante à la fois. Puis elle parvint devant l’édifice. De toute sa vie, elle n’avait jamais vu rien qui pu se rapprocher de ce qui lui faisait face. Tout en cette chose lui était inconnu. Pendant une éternité, Akua resta là, cachée et silencieuse, pétrifiée. Mais la chose ne bougeait pas. Un être raisonnable aurait fait demi-tour pour prévenir les autres, mais Akua n’avait jamais vraiment été raisonnable. Elle s’avança à pas silencieux, désorientée, indécise sur la conduite à tenir. Son esprit oscillait entre peur et curiosité. Elle se déplaçait comme une bête méfiante, les jambes fléchies, prête à détaler à la moindre alerte. Enfin, elle osa toucher la pierre inconnue du bout des doigts. Prenant un peu d’assurance, elle affermi le contact, puis longea le bâtiment. Elle s’arrêta devant ce qui semblait être du bois. Une porte ? Akua acquis la certitude que cette chose n’était pas naturelle, qu’elle avait été construite. Mais qui pouvait bien vouloir bâtir une monstruosité pareille ?! Elle poussa le pan de bois, qui s’ouvrit silencieusement et sans effort. Elle osa un regard, puis passa une tête à l’intérieur. Comme c’était étrange... Tout était si... Droit. C’était là une architecture qu’elle ignorait, et qui lui inspirait une certaine répulsion. Pourtant, la curiosité -l’ignorance !- la poussa à poursuivre son observation des lieux. Elle entra.


Pour les petites anecdotes, celles qui n’ont pas réussi à s’insérer autre part, mais qui participent à la cohérence globale du monde d’Akua :
- tous les noms féminins ainsi que les noms de clan finissent par un "a", en hommage à la déesse Anahera, la ressemblance des sonorités est là pour rappeler à tous qu’elle est leur génitrice originelle.
- dans ce monde, l’atmosphère est plus dense et plus humide, et la lumière prend des teintes jaunes/vertes en la traversant. Le climat est comparable à celui de nos forêts tropicales.
- les aurores "polaires" ne sont pas rares. Par tradition, il est dit qu’elles sont le signe du passage d’Anahera.

Ah et, pour ceux qui se demanderaient pourquoi j’ai mis une écriture bizarre pour le titre de la fiche, c’est un aperçu de l’alphabet utilisé par les Tuakans. Oui je sais, je vais un peu loin pour un monde que je n’utiliserais pas par la suite... X)




Informations Hors-RP

Avez-vous bien lu les règles ? Code Okay (by Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? Via l’annuaire de ForumActif
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non
♦ ...Dans ce forum ? Oui
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Akua Ruiha, fleur sauvage   Dim 4 Mar 2012 - 15:19

Hey ! Bienvenue a toi !

Bon je vais être très bref après avoir validé le code. Parce que devant une excellente fiche comme celle-là, il n'y a pas vraiment grand-chose à redire, surtout quand c'est lu avec une musique adéquate on se laisse vite prendre dedans, C'est très créatif en tout cas est-ce que tu as entièrement créé tout l'univers ? Ou tu t'es inspirée ?

Ah il y a peut-être quelque chose que je voudrais te préciser, surtout concernant le pouvoir. La majeure partie du pensionnat se passe en intérieur je ne sais pas si tu l'avais remarqué, en extérieur il n'y a que le parc, le lac le foret, le temple et le cimetière, donc comme son pouvoir semble jouer sur le temps, il ne sera vraiment actif que dans cette partie-là. C'est juste une petite précision, que je te fais pour que ça ne desserve pas ton jeu. Suite à cela si ça ne te conviens pas au final tu peux bien entendu trouver quelque chose qui te conviendrait le mieux,

Bon tu es validée, mais avant de boucler officiellement ta fiche dis-moi juste si ça ira pour le pouvoir ou si tu veux changer.

Tu peux dès à présent commencer à rp dans le Hall d'Entrée en créant ton sujet ou en répondant à un encore sans réponse.

N'oublie pas aussi de passer déclarer ton pouvoir dans la partie concernée, et par la même occasion si le cœur t'en dit, d'aller nous en dire un peu plus sur toi dans la partie Présentation de la section hors rp.

Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Akua Ruiha, fleur sauvage   Dim 4 Mar 2012 - 16:35

Merci ! ^^

Oui j'ai entièrement créé tout ce petit monde. Je me suis légèrement inspirée de la culture Maori, du film Avatar, et de la saga "L'assassin Royal" de Robin Hobb (notamment pour la notion de "clan matriarcal" des Tuakans). En fait je savais quel genre de personnage je voulais jouer, j'ai donc construit un univers qui pourrait me donner un tel personnage.

Pour ce qui est du pouvoir, je sais bien que ce sera un peu limité, mais je trouvais ça juste classe qu'il puisse y avoir un grondement de tonnerre quand elle se met en colère. x) Et puis vu qu'elle possède déjà un corps plus robuste que celui d'un humain, je ne voulais pas la rendre trop forte non plus.

Voilà voilà, je vais poster de ce pas dans les sujets adéquats. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Akua Ruiha, fleur sauvage   Dim 4 Mar 2012 - 20:26

très bien alors je verrouille ta fiche. bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Akua Ruiha, fleur sauvage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Akua Ruiha, fleur sauvage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: