AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 F*ck Yeah, Erwan Kaiss [Si quelqu'un veut s'amuser à répondre, libre à lui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: F*ck Yeah, Erwan Kaiss [Si quelqu'un veut s'amuser à répondre, libre à lui]   Dim 1 Juil 2012 - 17:32

    ____________ Erwan Kaiss arrive et c'est fini.
Quoi ? Huit lignes ? Bon.

La mystérieuse porte qui s'était dressée fièrement face à Erwan se referma aussitôt derrière lui dans un bruit sourd, pour se retrouver scellée à jamais. A cet instant, le jeune homme ne savait pas encore que pour la dernière fois de sa vie, il avait arpenté les ruelles malfamés à la recherche de distractions à se mettre sous le nez. C'était la dernière fois qu'il avait vu la lune sous cet angle, c'était C'ETAIT (et je peux continuer comme ça pendant huit lignes, ce n'est pas un problème). De ses yeux rendus écarlates, Erwan passa son regard sur chaque élément de la mystérieuse pièce qui s'offrait à lui. S'il était effrayé ? Non loin de là. C'était un endroit qu'il n'avait jamais vu et il en était certain : qui ne s'était jamais trouvé là auparavant. Cette expérience s'avérait donc excitante voir même exaltante voir... jouissive. Découvrir l'existence de quelque chose qu'il ignorait était pour Erwan la plus belle expérience qui puisse exister en ce bas monde. Un léger ricanement s'échappa de sa gorge et vint se répandre dans le vide qui l'entourait. Aveuglé par sa soif de découverte, il n'avait encore jeté aucun coup d'œil au panneau d'affichage qui se trouvait pourtant si proche de lui. Du bout de ses doigts, il titilla la chevalière qu'il portait à la main droite avant de faire quelques pas dans ce qui sera sa toute nouvelle prison dorée. Ignorant toujours ce foutu panneau d'affichage qui pourtant ne faisait rien pour se cacher. MAIS TU VAS LA TOURNER TA TETE ABRUTI ! Hum Hum. Je disais que le jeune homme fit quelques pas, quand deux petits yeux se dessinèrent dans la pénombre. Deux pupilles très distinctes et uniques qu'il ne connaissait que trop bien. Bleu pour l'une, rouge pour l'autre.

*Naka.*

Pensa Erwan avant que son regard ne s'assombrisse. Quoi ? Il ne saute pas de joie ? Alors qu'il vient de retrouver son ami spectral d'enfance ? Ha bin non. Cela faisait des années et des miiiiiiillions d'années que Naka, l'espèce de chat imaginaire qu'il s'était inventé, avait disparu de son esprit. Donc le revoir tout d'un coup, ainsi, évoquait deux hypothèses : soit il retombait soudainement en enfance (alors que, psychologiquement parlant, Erwan est loin d'en être sorti), soit il devenait complètement fou et il était grand temps de le faire interner - tu vois les hommes en blancs là-bas ? Ils sont là pour toi Manquerait plus que cette boule de poiles se mette à lui faire la causette. Ce serait le comble ça tient. C'est à ce moment là que le jeune homme comprit que quelque chose de pas forcément normal se passait ici. C'est ainsi qu'il se décida enfin à tourner la tête en direction de l'incontournable panneau d'affichage ; qu'il avait tant snobé jusqu'à présent. Alors qu'Erwan se dirigeait vers la tonne de petits papiers punaisés, son chat se précipita vers lui et se faufila entre ses jambes en ronronnant. Face à ces quelques bouts de feuilles, Erwan saisit l'ampleur du phénomène. Mais son esprit malade sembla fonctionner à l'envers. Au lieu de se sentir prit au piège pour l'éternité, il voyait en ce pensionnat un tout nouveau terrain de jeu qui pouvait s'avérer vraiment, vraiment Intéressant.
Un sourire étira ses lèvres (quand je vous disais que ce garçon était fou..).
Il baissa le regard vers Naka.
    "- C'est pour ça que t'es là toi."
Son compagnon se contenta de lui miauler à la figure. Quel manque flagrant d'éducation. J'vous jure, ces chats de nos jours... Tous des sales bêtes. Erwan le prit tout de même dans ses bras, lui caressant la tête. Le voir agir de cette manière faisait ressortir chez lui son côté enfantin. Autant pour d'autre le monde se serait effondré, autant pour Erwan, psychologiquement dérangé, cette nouvelle captivité à perpétuité n'était que le début d'une nouvelle ère où il comptait bien sûre être le maître du jeu.

    ____________ Et puis voilà, là c'est vraiment fini.
Kukukukuh ~
Revenir en haut Aller en bas
 

F*ck Yeah, Erwan Kaiss [Si quelqu'un veut s'amuser à répondre, libre à lui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Sujets de PI v.2-
Sauter vers: