AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Mer 29 Aoû 2012 - 15:24

    MAUDITE BOITE DE HARICOTS VERTS ! VOILA TROIS JOURS QUE PETRA A ÉTÉ MORDUE PAR CETTE BOITE DE CONSERVES QUI ERRE DANS LE PENSIONNAT, TROIS JOURS QU'ELLE N'A QU'ENVIE DE MANGER DES LÉGUMES, DES LÉGUMES PAR MILLIERS, TROIS JOURS OU ELLE N'A CESSE DE DÉVORER DES ARTICHAUTS, DES ASPERGES, DES PETITS POIS, DES SALADES, DES CAROTTES... CE N'EST ABSOLUMENT PAS SON RÉGIME ALIMENTAIRE HABITUEL, ET CE N'EST ABSOLUMENT PAS CELUI QUE L'IGUANE AIMERAIT QU'ELLE SUIVE.
    IL NE CESSE DE LA RAPPELER A L'ORDRE, DE LUI CLAMER SANS CESSE, A TOUTES LES HEURES DU JOUR ET DE LA NUIT, QUE SA PROPHÉTESSE DOIT, A SON IMAGE, SE NOURRIR EXCLUSIVEMENT DE PLANTES EXOTIQUES, D'INSECTES ET D’ARAIGNÉES, SANS QUOI JAMAIS LA PROPHÉTIE DE LA FIN DU MONDE APOCALYPTIQUE N'AURA LIEU. MAIS,
    DAMNIT, LES HARICOTS VERTS SONT TROP BONS.

    "JE SUIS MILLE FOIS DÉSOLÉE, O CRÉATEUR DE L'UNIVERS, TOI LE GRAND IGUANE STELLAIRE, MAIS JE NE PEUX ME PASSER DE CES LÉGUMES QU'ON TROUVE DANS LA CUISINE" LUI A-T-ELLE MÊME ANNONCE AU COURS D'UNE PRIÈRE DEPUIS LE TOIT DU MANOIR - OUI, PRIER DEPUIS LE TOIT DU MANOIR, C'EST SUPER EFFICACE, COMME UNE ATTAQUE FATAL-FOUDRE SUR UN CARAPUCE NIVEAU CINQ, TRUE STORY.

    ET PUIS LE DRAME EST ARRIVE : PETRA A FINI TOUS LES LÉGUMES DISPONIBLES DANS LA CUISINE. IL EST SEIZE HEURES, ELLE MEURT D'ENVIE DE MANGER DE LA VERDURE, ET IL N'Y A PLUS RIEN. ELLE A BEAU OUVRIR TOUS LES PLACARDS QU'ELLE CROYAIT TOUJOURS REMPLIS PAR UNE MYSTÉRIEUSE MAGIE, ELLE NE TROUVE RIEN A SE METTRE SOUS LA DENT. SERAIT-CE UNE PUNITION DE L'IGUANE STELLAIRE, DÉÇU DE SON COMPORTEMENT PROFANE ? KYAAAAH QUELLE HORREUR.


    "OH NON, OH NON, GRAND IGUANE STELLAIRE, TU NE PEUX PAS ME FAIRE CA, JE T'EN SUPPLIE, GRAND IGUANE" CHUCHOTTE-T-ELLE – OUI, CA REND SUPER BIEN, LES MURMURES QUAND ON ÉCRIT TOUT UN TEXTE EN MAJUSCULE – ENTRE DEUX SANGLOTS. L’IGUANE L’A PUNI, QUE VA-T-ELLE FAIRE ?

    SOIS MAUDITE, BOITE DE CONSERVE CROQUEUSE D’HOMMES, ET SOIS MAUDIT, VENIN QU’ELLE CONTIENT ET QUI REND SES VICTIMES LEGUMOMANES, NE CESSE DE SONGER UNE PETRA AGITÉE DE RAGE.

    ET C’EST ALORS QUE LUI VIENT UNE IDÉE : DEHORS, IL Y A UN PARC, UNE FORET, C’EST-A-DIRE DE LA NATURE. ET QUI DIT NATURE DIT VÉGÉTAUX, QUI DIT VÉGÉTAUX DIT… LÉGUMES ! OH JOIE OH ESPOIR OH PLANTATIONS AMIES !

    REVÊTUE D’UNE ROBE LONGUE NOIRE, SES CHEVEUX ROSES LÂCHÉS SUR SES ÉPAULES ET SON DOS, PETRA ACCOURT, PIEDS NUS, DANS LA FORET OU ELLE COMMENCE A ARRACHER LES FEUILLES DE CHÊNE ET LES FOUGÈRES EN VUE DE S’EN FAIRE UN REPAS. TOUT CE QUI EST VERT LUI FAIT TELLEMENT ENVIE. TANT PIS POUR L’IGUANE STELLAIRE ET SES PRESCRIPTIONS ALIMENTAIRES TROP COMPLEXES, ELLE SE FERA PARDONNER QUAND SA MALADIE SERA TERMINÉE : POUR L’INSTANT, ELLE SE PRÉPARE UN FESTIN A PARTIR DE FEUILLES D’ARBRE, TOUT EN MASTIQUANT UNE FEUILLE DE LIERRE. CE N'EST PAS EXACTEMENT UN LÉGUME, MAIS CA S'EN RAPPROCHE, NON ?

    LA VOILA APAISÉE, ET MEME EUPHORIQUE. ELLE DANSE AU MILIEU DES ARBRES ET DES ÉPAIS BUISSONS, COMME UN SPECTRE MENTALEMENT DÉFICIENT QUI SE RÉJOUIT DE VOIR LE LEVER DU JOUR DEPUIS SA TOMBE.

Ceci est bien entendu un pari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
(mangez-moi mangez-moaaa)
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 157
Inscrit le : 12/01/2011

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Ven 31 Aoû 2012 - 0:14

    C’est inacceptable, d’abord ! Inacceptable et injuste, ce sont là les seuls adjectifs appropriés pour qualifier la vie dans ce fichu manoir ! Claris sort en courant par la porte de l’infirmerie qu’elle claque dans son dos pour bien montrer son mécontentement comme le ferait toute adolescente en pleine crise digne de ce nom parce, mince à la fin, elle a quand même 13 ans ! Et tant pis si Marie-Colombe est trop loin pour l’entendre, vu qu’elle l’a plantée en bas de l’escalier, tant pis si dans l’emportement Claris a oublié d’enfiler des chaussures et que ses chaussettes vont être couvertes de terre, tant pis, ça n’a aucune importance !
    Déjà, ce serait bien de lui expliquer pourquoi elle ne peut pas prendre deux fois du gâteau au dessert, hein, parce qu’aucune loi n’a jamais été faite sur le sujet qu’elle sache, et puis elle n’a jamais eu de caries alors elle voit pas pourquoi ça commencerait maintenant, hein. C’est injuste qu’elle ne puisse pas se cacher dans le frigo en jouant à cache-cache, qu’elle soit obligée de bien se tenir à table ou de ne pas dormir toute la matinée. Elle en a assez de tous ces adultes qui sont toujours contre ce qu’elle veut faire, c’est juste de la tyrannie et voilà !
    Alors Claris s’en va. On viendra pas la chercher, hein, c’est pas comme au village où les adultes faisaient tout le temps attention aux enfants, ici c’est « ne fais pas ça c’est dangereux », et dès qu’on a besoin de quelqu’un pour jouer, plus personne ! Donc elle s’en va. Dans le parc, déjà, dans la forêt, ensuite, parce que dans sa petite tête de linotte elle a oublié que quoi qu’il en soit elle ne pouvait pas aller bien loin.
    De toute manière, personne ne l’aime dans ce château. Entre Kélian qui passe son temps à lui grogner dessus et Vinny qui la fuit dès qu’elle approche, c’est clair de toute façon ! Il n’y en aurait pas un qui accepterait de la défendre contre Heather non plus, hein, alors que cette vieille harpie passe son temps à la tyranniser de manière affreuse ; non, y en aurait pas un pour lever le petit doigt. Ce n’est qu’une bande de méchants, d’égoïstes !
    Et quand c’est pas les soi-disant amis qui la laissent en plan ou les adultes qui la grondent, ben y a toujours un idiot pour ramener sa fraise ! Genre l’autre finlandais, là qui exploite Vinny ; tous des esclavagistes dans cette maison !
    Finalement c’est bien mieux d’être toute seule, conclut Claris en ralentissant pour s’arrêter en plein milieu de la pelouse et shooter dans quelques cailloux. Voilà ce qu’elle va faire, vivre toute seule à partir d’aujourd’hui, comme ça il n’y aura plus de méchants pour l’embêter ou lui dire ce qu’elle doit faire. Elle va se faire une cabane dans les bois, et elle y vivra là toute seule, enfin tranquille et enfin libre ! Et tant pis pour les autres, ils seront bien embêtés quand elle aura disparu, hein. Qui est-ce qui mettra de l’ambiance dans les fêtes et qui remontera le moral de tout le monde ? Ah, ils auront plus de donuts, ça, c’est sûr, les donuts après tout ça remplace très bien les petites filles de…
    Hein ? Claris écarquille les yeux et les frotte plusieurs fois ; un instant, elle a cru voir un esprit de la forêt entre les arbres. Un… esprit ?!
    Sans la moindre discrétion, la fillette se précipite derrière le premier chêne venu, et, dissimulée, jette un œil à l’étrange apparition. Elle a l’air d’une femme. Une femme en noir aux cheveux roses.
    … Pas moyen pour qu’elle soit humaine. Quoi que, peut-être après tout… mais c’est vraiment trop bizarre.
    Claris l’observe avec circonspection pendant quelques minutes, bien cachée derrière son arbre. L’esprit tourne ; il semble danser, célébrer… quelque chose ? Tiens, elle a du vert au coin des lèvres, qu’est-ce qu’elle a bien pu manger ? De plus en plus étrange…
    Claris a vraiment envie d’adresser la parole à cette personne ; après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre un esprit des bois, un vrai. En plus, la femme n’a pas l’air méchant… Même si on ne sait jamais ; les apparences sont parfois trompeuses, alors elle va devoir se méfier.
    Méfiante, la fillette sort à moitié du couvert de l’arbre, son regard bleu vrillé sur l’étrange jeune femme.

    « … Dis, madame ? Tu fais quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Dim 2 Sep 2012 - 20:09

    Petra continue sa danse folle, pieds nus au coeur de la forêt, comme une druidesse en plein rituel sacré, au cœur de la Gaule antique, ou plutôt comme un pingouin dans la chambre à glace d’un fast-food de la chaîne Burger King – oh, que c’est romantique. Les feuilles qu’elle mâche sont une source de joie, comme l’alcool qui remplaçait autrefois le sang dans ses veines, comme une drogue issue de la mastication des plantes. Diantre, j’écris vraiment des choses délirantes. Et tant pis pour les pieuses paroles de l’Iguane Stellaire, songe-t-elle. Elle fera pénitence en brûlant en son honneur les rideaux de l’infirmerie – il lui a affirmé l’autre nuit, au cours d’un songe, que leur couleur beigeâtre le répugnait – puis en passant une journée entière à ne manger que les araignées qui traînent dans le grenier. Il passera peut-être l’éponge sur ses erreurs, et au passage, sur le vomi qu’a craché Sindy sur le sol de leur chambre cette nuit. Sindy est siiiiiiii hermétique aux paroles de l’Iguane, quelle perte, elle ne jure que par, comme le faisait aussi Petra quelques temps auparavant, Satandarklol.

    Il ne faudrait pas, d’ailleurs, que Petra soit surprise en train de manger des aliments si étranges : elle a déjà une réputation peu appréciable au sein du pensionnat, mieux vaut éviter d’en rajouter avec des histoires tordues où l’on raconte que « Petra la Poufiasse a un nouveau trip mystique, elle broute du gazon avec le spectre qui garde la forêt », elle en perdrait le peu de crédibilité qui lui reste. Ses anciennes connaissances la regardent déjà tellement de travers quand elle explique qu’elle s’est convertie à la sagesse transcendante de l’Iguane.

    C’est lorsqu’elle songe au drame que représenterait l’arrivée d’une personne inconnue dans la clairière où elle tournoie, oh, Petra entend une voix s’adresser à elle. Serait-ce le Créateur Galactique ? Mais non, il ne s’agit pas d’un ordre, et la jeune femme ne reconnait pas son timbre de voix ; au contraire, cette voix s’apparente plutôt à celle d’une adolescente ou d’un jeune garçon. Scheisse. La demoiselle aux cheveux roses cesse son mouvement dansant et cherche des yeux la personne qui a osé la troubler dans son délire alimentaire. C’est, comme son intuition lui disait, une jeune fille qui ne doit pas avoir plus de quinze ans, une blonde avec une bonne bouille, des yeux bleus – l’Iguane Stellaire apprécie les yeux bleus. Petra a déjà dû la croiser à une ou deux reprises, de loin, mais elle ne se souvient pas de lui avoir jamais adressé la parole. Aucune idée de son prénom.

    Embarassée, Petra hésite, s’approche de quelques petits pas vers la tête blonde, finit de manger sa feuille de lierre – on lui a toujours appris à ne pas parler la bouche pleine- avant de répondre à l’étonnement de cette étrangère :


    « Je… j’accomplis un rituel ! »

    Pas du tout, mais si elle laisse croire à cette douce enfant que, diantre, elle prêche quelque chose et agit autrement, désobéissant délibérément au Créateur Galactique pour assouvir une pulsion végétophage incontrôlable, elle n’aura aucunement la possibilité d’essayer de la convaincre des bienfaits de la doctrine iguano-stellairienne. Bref, il lui faut recourir à cet odieux subterfuge.

    « C’est pour mieux entendre les messages divins. Je mange de la végétation. »

    Elle s’approche un peu plus de Claris, en tentant de sourire au mieux pour cacher son malaise.

    « Et toi, que fais-tu ? Tu es si jeune… tu es perdue ? »

    Elle a un petit côté pedobear, je trouve.


J’ai arrêté d’écrire en majuscule, je m’en excuse : c’était vraiment trop dur.
Et Claris est une gamine grandiose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
(mangez-moi mangez-moaaa)
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 157
Inscrit le : 12/01/2011

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Mer 5 Sep 2012 - 23:12

    La nymphe – Claris vient de se rappeler comment son frère nommait ce genre de créature – s’arrête net dans sa danse folle, comme prise en faute par le regard de la fillette. Claris se demande en quoi il est mal pour une nymphe de danser ainsi dans la forêt. A moins qu’elle ne soit pas une nymphe ; et dans ce cas, cela signifierait qu’on lui aurait menti ?? Que cette personne ne serait pas un esprit des bois fantasque mais une banale adolescente un peu dérangée qui se teindrait les cheveux en rose papier toilette et mangerait des feuilles mortes, poussée par une obsession végétarienne incontrôlable ?
    La fillette plisse les yeux, détaille la fille de haut en bas. Son regard sceptique s’arrête sur ses pieds dépourvus de tout soulier, et soudain la lumière se fait : il est totalement inimaginable que quelqu’un aille se balader pieds nus dans la forêt. Se promener nu-pieds, c’est risquer de se déchirer la peau dans les ronces, la caillasse, de glisser sur les herbes humides, d’avoir des araignées entre les doigts de pieds ; c’est parfaitement ridicule et dépourvu de sens. La preuve, songe la petite blonde en jetant un regard à ses propres pieds, en est, qu’elle-même qui a oublié ses chaussures en s’enfuyant, est tout de même affublée de chaussettes – de deux couleurs différentes, certes, mais des chaussettes malgré tout. L’idée que cela ne puisse pas être le témoignage d’une vérité universelle ne lui effleurant manifestement pas l’esprit, la demoiselle en conclut donc qu’il est rigoureusement impossible qu’un être humain ne porte ni chaussettes ni chaussures dans un environnement pareil.
    Donc, c’est une nymphe aux cheveux roses, et Claris est parfaitement satisfaite de son raisonnement. Et il en faut peu pour être heureux.

    « Je… j’accomplis un rituel ! »
    Et la fillette d’acquiescer d’un air convaincu. Evidemment ; si c’est une nymphe donc un esprit des bois il est parfaitement normal qu’elle accomplisse de quelconques rites inconnus et secrets pour célébrer des choses inconnues et secrètes. C’est dans l’ordre des choses.

    « C’est pour mieux entendre les messages divins. Je mange de la végétation. »
    A ces mots, Claris écarquille encore plus ses grands yeux bleus, oscillant entre le couvert rassurant de l’arbre centenaire et cette clairière ouverte dans laquelle se tient cette folle créature surnaturelle aux paroles si déconcertantes. Mais après tout, songe Claris, c’est logique, pour une créature de la forêt, de prier ses dieux en mangeant de l’herbe. Pourquoi est-ce que cela ne le serait pas ? Après tout il est presque certain que toutes les nymphes sont végétariennes ; mais néanmoins, Claris n’a jamais entendu parler de communion avec un Dieu par l’intermédiaire de la végétation. Yoan aurait sans doute pu la renseigner sur le sujet. Yoan a toujours été le plus cultivé des deux ; il aurait certainement su quelles coutumes observer face à cette fascinante créature.
    Soudain, la fillette sursaute : pendant qu’elle réfléchissait, la nymphe en a profité pour s’avancer vers elle ; tirée de ses pensées, Claris pourrait croire qu’elle s’est téléportée ou a flotté jusqu’à elle – après tout il faut bien qu’il y ait quelque chose qui justifie son absence de chaussures.

    « Et toi, que fais-tu ? Tu es si jeune… tu es perdue ? »
    La fillette cligne des yeux, étourdie par la présence de ce mythe vivant face à elle, puis, prenant en compte les paroles de la femme aux cheveux roses, se redresse de toute sa hauteur – malheureusement assez négligeable.

    « Je ne suis pas jeune ! Tout le monde me dit que je suis trop petite mais c’est faux ! J’ai 13 ans, je suis presque adulte ! … Madame. » Termine-t-elle sur un remord, à l’idée d’avoir mal parlé à une si vénérable créature.
    Mais c’est vrai après tout, elle ne quitte le château où règnent les adultes intolérants pour retrouver une nymphe herbophage et rosophile qui s’apprête à la traiter comme un homme à la camionnette blanche distribuerait des bonbons à la sortie de l’école bébé ! Ça commence à bien faire, et Claris a bien l’intention de le faire comprendre. Quand bien même la nymphe aux pieds nus mériterait un minimum de respect.

    « Et je ne suis pas perdue, je me suis enfuie, » continue-t-elle du haut de son mètre cinquante et demi, « pour vivre seule, dans les bois. » Ajoute-t-elle, fière de son entreprise.
    Un froncement de sourcils vient froisser ce visage ébahi :

    « Mais comment les feuilles t’envoient des messages ? Et des messages de qui ? »
    Il faut toujours faire attention à bien expliquer les choses aux enfants ; sait-on jamais, ils pourraient comprendre la situation de travers…


HS ▬ (Et vivent les changements de style entre deux posts 8D) La nymphe Petra a intérêt à être à la hauteur de sa réputation, sinon c'est le bûcher ! Et Claris... fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a |D Mais je suis contente que quelqu'un la soutienne x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Lun 17 Déc 2012 - 17:42

    Comme elle est mignoooooonne ! L'Iguane Stellaire a bien raison, les jouvencelles aux yeux bleus sont les meilleures. Quand Petra aura réussi à imposer le message de son dieu reptile à travers le pensionnat - voire tout l'univers, soyons ambitieux, à défaut d'être sains d'esprit ! -, elle imposera à toutes les personnes aux yeux d'une autre couleur de se les crever. Ou alors de mettre des lunettes de soleil, ce sera moins sanglant ; rappelons que l'Iguane Stellaire est relativement pacifique. La jeune femme écoute les paroles de la petite Claris, au débit habituel des enfants de son âge : très rapide, donc. Mais choupignon. L'Iguane Stellaire se réjouirait de recevoir un tel sacrif... euh, une telle fidèle.
    C'est une enfant rebelle, une gamine qui a la rage contre son monde, contre l'ordre en place et contre sa trop grande jeunesse, sa jeunesse interminable qui l'empêche d'être écoutée, crue, prise au sérieux, comprise, puissante. Même dans l'anarchie du pensionnat, l'agora est réservée aux adultes. Sa jeunesse qui fait aussi d'elle une matière malléable, un bloc d'argile encore non façonné dans lequel on peut intégrer tant d'idées comme des joyaux multicolores. Sa jeunesse qui la déroute sans doute : n'a-t-on pas besoin d'un guide à cet âge-là ? Coupée de sa famille, elle risque d'être privée de rôle modèle stable : les gens sont tellement tarés ici - à part Petra elle-même, bien entendu. L'autre jour, elle a même vu dans le dortoir des filles une meuf déguisée en peluche géante jaune et violette avec des grandes dents, répondant au nom de Schlagvu, qui mangeait des alter ego astraux : ri-di-cule. Et puis quoi encore ? Bientôt, des pensionnaires prétendront entendre des voix qui leur dictent la route vers le salut de l'humanité. Pff.


    "Oh excuse-moi jolie princesse, tu as raison, tu es grande. Bientôt, tu seras encore plus grande que les plus grands, je le perçois." dit-elle, Pythie écervelée, tout en caressant les cheveux blonds de la petite chose.

    "Mais vivre dans les bois est si dangereux, mon enfant. Les bêtes sauvages qui rodent ici peuvent être pires que celles de tes livres d'enfants. Quand on s'enfonce entre les fourrés, on risque de croiser des loups aux dents acérés, un fantôme pervers qui observe les filles toutes nues qui copulent contre les chênes, ou piiiiiiiiiire encore : des fourmis !"

    L'Iguane Stellaire déteste les fourmis. So does Petra désormais.

    "Même moi, je ne reste jamais ici trop longtemps, malgré les boucliers psychiques qui me bercent. Mais soit, tu veux t'installer ici. Espérons que tout se passera bien et que les trolls de feu auront pitié de toi. Puisse la volonté de l'Iguane te protéger comme il me protège."

    Petit sourire plein de condescendance. Tu es grande, ma fille, mais tu ne seras pas assez vaillante pour rester ici plus d'une nuit. Petra se redresse et fait quelques pas dansants autour de la jeune fille.

    "Les feuilles me parlent. Tu ne les entends probablement pas, peu de personnes les entendent. D'ailleurs, je crois que je suis la seule ici à qui elles parlent. Et elles me rapportent des messages, en effet, des messages de, hm..."

    Elle aurait mieux fait de lui dire que c'était une nourriture rituelle, ça aurait été plus simple à expliquer. Si elle commençait à expliquer que l'Iguane Stellaire lui parle via les feuilles, comment justifier qu'elle l'entende aussi quand elle ne broute pas les arbres ? Diantre, en voulant se sauver la face, Petra risque de mettre à mal la légitimité de toutes ses pratiques. Et si on contournait le sujet pour parler tout de suite de quelque chose de plus intéressant ?

    "Disons que, hmmmm... Je vais te raconter une histoire, ma petite. Oh, pardon, ma grande, j'oubliais que tu es très grande. Je vais donc te raconter une histoire. Tu aimes les histoires ? Celle-ci parle d'iguanes. Tu aimes les iguanes ? Il ne s'agit pas, dans cette histoire, cependant, de n'importe quel iguane : c'est l'Iguane Stellaire, créateur du monde et des étoiles, de la vie et du temps, des palourdes et du bacon. Bref, notre créateur."

    Petra la connaît sur le bout des doigts, l'histoire de l'Iguane Stellaire. Elle ne risque pas de faire le moindre écart. Et puis si elle se fait suffisamment bonne conteuse, peut-être convaincra-t-elle la petite demoiselle de rejoindre son culte.

    "Mais quel est ton prénom, d'abord, lumineuse demoiselle aux yeux bleus ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
(mangez-moi mangez-moaaa)
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 157
Inscrit le : 12/01/2011

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Dim 30 Déc 2012 - 22:59

    Claris hoche la tête d'un air parfaitement convaincu en écoutant la nymphe accepter ses droits à la reconnaissance d'un âge mental non négligeable. Après tout, ce n'est que justice : ce n'est pas parce qu'on frôle le mètre soixante sans l'atteindre qu'on a pas les capacités nécessaires pour réussir ce qu'on veut ! Ce que les adultes ne comprennent pas, c'est que les jeunes ont un pouvoir bien plus grand que le leur. Des talents cachés, parfaitement, comme celui de voir et de comprendre les nymphes de la forêt ; ah ça, elle est sûre qu'ils ne l'auraient pas vue, la créature féerique aux cheveux roses, les autres qui passaient leur temps à la gronder ! Ou alors ils auraient été assez stupides pour la confondre avec une folle qui pense pouvoir parler aux pissenlits. Ils auraient eu tort, ça oui ! D'ailleurs la dame aux yeux d'un bleu magique - parce que puisque c'est une nymphe, il faut bien que la moitié des éléments qui la constituent soient surnaturels - ne fait qu'appuyer les réflexion de Claris, décrétant en outre grâce à ses pouvoirs de divination céleste qu'elle sera un jour plus puissante, plus intelligente et plus habile que tous ces idiots d'adultes qui n'arrêtent pas de lui donner des ordres, parce que le monde appartient aux opprimés et que dans son coeur elle cache la force rare la plus grande du monde que personne ne peut égaler. Tant de gloire dans une si courte phrase. Claris est hypnotisée.

    « Mais vivre dans les bois est si dangereux, mon enfant. Les bêtes sauvages qui rodent ici peuvent être pires que celles de tes livres d'enfants. Quand on s'enfonce entre les fourrés, on risque de croiser des loups aux dents acérés, un fantôme pervers qui observe les filles toutes nues qui copulent contre les chênes, ou piiiiiiiiiire encore : des fourmis ! Même moi, je ne reste jamais ici trop longtemps, malgré les boucliers psychiques qui me bercent. Mais soit, tu veux t'installer ici. Espérons que tout se passera bien et que les trolls de feu auront pitié de toi. Puisse la volonté de l'Iguane te protéger comme il me protège. »
    Quoi que la tirade de la nymphe soit sensiblement indigeste, Claris hoche lentement la tête, la bouche légèrement entrouverte, et les prunelles si écarquillées qu'elle se sent proche de se retrouver affublée d'un permanent strabisme. Lentement, parce qu'il faut le temps à son cerveau d'assimiler toutes les informations qu'on lui transmet. Elle a l'air un peu assommée, sur le coup - mais c'est juste le temps de se dire que finalement, ce n'est pas si important que ça de comprendre tout ce que dit la nymphe. Au fond, l'entité céleste est certainement au courant de grands secrets de la création que Claris, dans toute son humilité de simple humaine - quoi que très mature, hein, ce fait a déjà été discuté - ne peut, ou ne doit pas connaître.
    Tout ce qu'elle retient, c'est que vers la fin, la nymphe a parlé d'iguane.
    Avant de repartir sur la pelouse.

    « Les feuilles me parlent. Tu ne les entends probablement pas, peu de personnes les entendent. D'ailleurs, je crois que je suis la seule ici à qui elles parlent. Et elles me rapportent des messages, en effet, des messages de, hm... »
    Et Claris continue de hocher la tête, attendant patiemment que ses fonctions cérébrales se remettent en place. Mine de rien, c'est compliqué un cerveau. Plein de neurones, de matière grise, et tout ça.
    Celui de la nymphe doit l'être un peu aussi, parce que la fillette la voit soudain se figer la bouche ouverte, comme si elle réfléchissait, avant de repartir sur un thème complètement différent. Ce qui ne choque pas du tout Claris, occupée à contempler le merveilleux endroit où la créature divine lui a autorisé d'établir un campement comme bon lui semble. Reconnaissant ainsi, sans aucune ambiguïté, sa capacité à vivre seule et à se débrouiller par ses propres moyens dans une forêt sombre et menaçante.

    « Disons que, hmmmm... Je vais te raconter une histoire, ma petite. Oh, pardon, ma grande, j'oubliais que tu es très grande. Je vais donc te raconter une histoire. Tu aimes les histoires ? Celle-ci parle d'iguanes. Tu aimes les iguanes ? Il ne s'agit pas, dans cette histoire, cependant, de n'importe quel iguane : c'est l'Iguane Stellaire, créateur du monde et des étoiles, de la vie et du temps, des palourdes et du bacon. Bref, notre créateur. »
    L'apparition couronnée de rose s'interrompt, le temps de demander le nom de la petite fille. Laquelle, comme traversée par un courant électrique, fait un bond sur place et le crie à tue-tête avant de se précipiter vers le centre de la clairière, trépidante de joie, les bras ouverts comme des ailes.

    « Mais c'est génial ! Je peux rester alors, c'est super ! Il y a des iguanes, alors, ici ? Est-ce qu'ils sont roses comme tes cheveux ? Est-ce qu'il y a des poneys couverts de crème chantilly et des escargots qui chantent et des étoiles filantes ? Parce que vous avez un pays magique, pas vrai, vous les nymphes, c'est ça ? »
    Et bla bla bla, etc. Bye bye, petits neurones. Certaines personnes devraient mieux surveiller leurs enfants. Avant qu'ils prennent la clé des champs et se retrouvent face à des nymphes tartinées de jus de pelouse rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Dim 20 Jan 2013 - 23:33

    L’Iguane est un être parfois incompréhensible. Ses ordres sont incohérents, ses mots ne veulent rien dire ; la poésie surréaliste est sa langue de prédilection lors des nuits les plus glacées ou les plus bouillantes. Parfois, il vient lui parler, dans un accent bizarre, de riguedon et de ragamuche, d’olivine qu’on golpèze à l’aide de boue granuleuse. Et puis il y a des jours où c’est la vie elle-même qui est devenue surréaliste : il y a eu cet enfermement, ce pensionnat, cette boîte de conserve croqueuse d’hommes, ce Morga… bref, n’y pensons plus. La vie est surréaliste par moments. Aujourd’hui, c’est cette gamine qui l’est.
    Une pile électrique qui ne semble pas comprendre les affres de la vie, qui ne se méfie de rien. Petra se tient là devant elle, exubérante fée aux yeux fous, hystérique aliénée qui pourrait se retourner à tout moment ; et pourtant, la petite puce blonde lui fait confiance. Elle s’extasie devant tout, comme un gamin de cinq ans devant un paquet de dragibus Haribo recouverts de GHB. Petite Claris, fais attention, Petra pourrait se transformer en un Pedobear de la religion.
    Sauf que voilà, Fraülein Traümer ne parvient pas à prêcher sans éviter les interruptions électrisées de la petite. Alors que l’allumée aux cheveux roses lui pose une question, on la mitraille d’une série d’interrogations toutes plus barrées les unes que les autres, tandis que l’obus blond fonce vers le centre de la clairière les bras tendus comme un oiseau qui fonce vers son nid. Mais voilà qui embête notre prophète : elle veut répandre au plus vite le message sacré de l’Iguane Stellaire puis trouver un paquet d’olives à dévorer. Parce que les feuilles d’arbre ne soulagent pas aussi bien les morsures de conserve que les vrais aliments verts.
    Mais voilà. Quelqu’un est prêt à l’écouter. C’est rare dans ce pensionnat maudit. Souvent, on la raille, la petite Petra. Petra, ce n’est pas qu’une folle qui hurle des sermons étranges, c’est aussi tout une réputation qui la précède. Alors quand, enfin, quelqu’un est prêt à écouter ce qu’elle a à dire, à ne pas se moquer immédiatement des messages de salut qu’apporte, elle ne peut pas lâcher l’affaire. Le maître serait furieux. Si elle s’accrochait malgré son envie de croquer du haricot couleur pelouse, cependant, il serait sans nul doute touché par une telle attention, ému par son dévouement et remercierait cette superbe martyre de la cause. C’est pourquoi Petra s’accroche : il faut apporter réponse à cet enfant. Il faut le convaincre de nos belles paroles puis l’emporter avec nous dans nos croyances hallucinantes, l’amener vers la meilleure destinée possible : devenir une fidèle de l’Iguane Stellaire. C’est super cool d’appartenir à cette secte, en plus c’est trop un mouvement de hipster : pour l’instant, seule une personne ici-bas la rejointe – chut, il ne faut pas dire qu’il n’y a que Petra !
    Elle prend une grande inspiration et essaie de répondre le plus calmement à chacune des questions de la demoiselle.


    « Non, il n’y a pas d’iguanes dans cette clairière. Mais l’Iguane, avec un grand I, lui, est sur un nuage dans le ciel et nous observe en permanence. De là-haut, il peut nous cracher dessus s’il trouve que nous sommes mauvais : c’est de là que vient la pluie. Et il n’est pas rose. Enfin je ne sais pas exactement, je ne l’ai jamais vu exactement : il me parle mais jamais il ne s’est montré physiquement. J’imagine qu’il doit être vert comme tous les iguanes. Ou jaune à pois rouges, parce que c’est super cool. Cependant, je dois admettre que tu as raison au sujet des poneys couverts de chantilly et des étoiles filantes : il y en a sur le nuage de l’Iguane pour lui tenir compagnie. Mais je ne sais pas ce qu’il en est des escargots qui chantent : je lui demanderai la prochaine fois que je lui parlerai. »

    Elle s’apprête maintenant à reprendre l’histoire de l’Iguane qu’elle s’apprêtait à raconter quand la terre se mit à trembler sous elle. Les feuilles mortes recouvertes par le givre de janvier – PARCE QUE DAFUCK ON BOUSILLE LA CHRONO ET ON EST MAINTENANT EN JANVIER BWAHAHAHAHA – frémissent au son d’un tambour inconnu. Comme si quelque chose d’arrivait, quelque chose qui frappe violemment au sol. Un taureau. Ou plus gros encore. Petra ne comprend pas. Inquiète, elle regarde autour d’elle quand…

    « Par les dix-sept pattes de la Marmotte au Roquefort ! »

    Là, devant elle, qui court au milieu des allées de la forêt, piétinant violemment les arbres, un mammouth ! Dans un réflexe instinctif, Petra attrape Claris par le col de son haut et la tire hors de la route de l’animal. Bon sang, pourquoi y a-t-il un MAMMOUTH dans la forêt ? Les yeux écarquillés, pétrifiée de terreur, la demoiselle aux cheveux roses regarde cette bête courir là où elle et la blondinette se trouvaient un instant auparavant.
    CA, c'est du surréalisme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
(mangez-moi mangez-moaaa)
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 157
Inscrit le : 12/01/2011

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Lun 4 Mar 2013 - 1:27

    La nymphe continue son laïus sous les yeux émerveillés d'une gamine pas toujours attentive. Parfois y a un papillon qui passe, et c'est intéressant les papillons. Claris régressant très nettement sur l'échelle du QI humain au fil du temps, il devait être assez malaisé de lui faire un tel exposé sans s'agacer. Néanmoins, la nymphe fait preuve d'une remarquable pédagogie. Quelle bonté.

      « Non, il n’y a pas d’iguanes dans cette clairière. Mais l’Iguane, avec un grand I, lui, est sur un nuage dans le ciel et nous observe en permanence. De là-haut, il peut nous cracher dessus s’il trouve que nous sommes mauvais : c’est de là que vient la pluie. Et il n’est pas rose. Enfin je ne sais pas exactement, je ne l’ai jamais vu exactement : il me parle mais jamais il ne s’est montré physiquement. J’imagine qu’il doit être vert comme tous les iguanes. Ou jaune à pois rouges, parce que c’est super cool. Cependant, je dois admettre que tu as raison au sujet des poneys couverts de chantilly et des étoiles filantes : il y en a sur le nuage de l’Iguane pour lui tenir compagnie. Mais je ne sais pas ce qu’il en est des escargots qui chantent : je lui demanderai la prochaine fois que je lui parlerai. »

    Claris hoche toujours la tête avec une aussi idiote application. Quand bien même la moitié des phrases de la nymphe lui a traversé le cerveau sans rencontrer d'obstacle, parce que c'est un peu trop compliqué pour elle. Claris n'est pas le public des grandes théories, ou alors celui qui applaudit poliment à chaque pause ; et que la théorie en question porte sur la supériorité spirituelle d'un iguane divin ne change rien à la question. Claris, il lui faut des choses simples, ou son esprit va voir ailleurs. Des poneys et des arc-en-ciels, okay. Mais un iguane sur un nuage avec un grand I ça commence à remuer un peu ses petites cellules grises : après tout, pourquoi un grand I ? C'est un iguane avec un ego tellement sur-dimensionné qu'il ne supporte pas de se voir affublé d'un petit i ? Ou alors c'est en rapport avec la hauteur ? Mais dans ce cas il faudrait donc écrire Nuages et Ciel et Soleil ! Quelle découverte ; Claris en est tout ébahie.
    Tellement ébahie d'ailleurs qu'elle ne sent pas vraiment le sol trembler sous ses pieds, comme secoué par une colère divine. C'est peut-être l'Iguane qui est en colère, tiens. Ou alors il bâille, ou il s'étire, ça doit faire des dégâts un iguane géant qui s'étire. En marge de ces passionnantes réflexions, la fillette ne se réveille que lorsque la nymphe rose la tire brutalement par le col, manquant de l'étouffer.
    Son cri de protestation est recouvert par un élégant juron olympien.

      « Par les dix-sept pattes de la Marmotte au Roquefort ! »

    Elégant, oui, vraiment. Claris regarde l'énorme chose s'éloigner en courant, bouche bée. Elle abat arbres et buissons sur son passage comme un bulldozer fou. Puis elle saute sur place en essayant d'imiter la divine élocution de la nymphe :

      « Par, euh... par les trente-six oreilles de Henry la Courgette ! »

    Oui, Claris aime bien donner des noms aux choses à priori inanimées.

      « Poursuivons-le ! » Elle tire avec insistance sur la robe de la nymphe.« C'est un Manno... un Nanmou... un Mangrouth ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sectaire iguano-stellairienne
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Mooney
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Persuasion
• AEA : Marmotte la Marmotte
• Petit(e) ami(e) : EMRYS SULWYYYYYYN <3

RP en cours : LA VIE EN ROSE (Claris Linden)

Messages : 1647
Inscrit le : 09/11/2008

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Sam 15 Juin 2013 - 19:45

    L’animal gigantesque passe là où conversaient les deux allumées un instant plus tôt. Petra n’avait jamais vu d’animal pareil, si ce n’est dans les livres numériques de son enfance dédiés à la Préhistoire, cette époque hallucinante où, d’après les souvenirs confus de la demoiselle aux cheveux roses, il y avait des gros iguanes bipèdes avec de tous petits bras et des éléphants poilus qui piétinaient des hommes poilus. Que fait donc ici un animal venu de l’ère des dieux difformes et des êtres ignorant toute de l’épilation à la cire orientale ? Stupéfaite, pétrifiée, Petra regarde le mammouth passer à quelques mètres d’elle ; spectacle hallucinant auquel ne l’avait pas préparé l’Iguane Stellaire.
    Les yeux écarquillés, elle serre dans ses bras Claris un court moment puis la relâche une fois le danger légèrement écarté, tandis que l’enfant saute sur place en apostrophant les trente-six oreilles d’Henri la Courgette, divinité inconnue d’un panthéon étranger à celui de Petra ; décidément, il faudra refaire l’éducation religieuse de la petite blondinette.
    Et la voilà, cette petite étincelle de jeunesse qui veut poursuivre cette bête ancestrale. Ce serait drôle. Mais risqué aussi : le mammouth – ou mangrouth comme le nommait mignonnement Claris – est bien plus grand et plus fort qu’elles, il pourrait les tuer d’un coup de patte. Que faire Iguane Stellaire ? Alors que la gamine tire avec insistance sur sa robe pour commencer la chasse, Petra lève les yeux au ciel et prie son Idole Galactique.

    « Ô Grand Maître Couvert d’Ecailles, faut-il poursuivre cette créature chevelue ? »

    La réponse de l’Iguane ne se fait pas attendre et résonne dans la boîte crânienne vide de la pinkipute un caverneux :
    « Il ne fallait pas manger de légumes quand je t’ai ordonné de manger un pot de miel, prophétique patate. » Mais encore ? songea la prêtresse. Le dieu continua : « Lave l’affront en peignant en rose ses défenses. »
    MESSAGE RECU, Petra fera tout pour se faire pardonner de son erreur, la volonté de l’Iguane sera faite sur ter comme sur bis – était-ce bien cela, l’expression ? Hem. Voilà donc notre oracle psychopathe plus déterminée que jamais à attraper le mammouth, et tant mieux car cela répond aussi à la requête de Claris.


    « Ouiiiiiiiiiiiiiiii ! Par la langue fourchue de l’Iguane Stellaire, nous rendrons captif cet animal ! »

    Le plan est simple : on capture le grandmouth, on le ligote, on va chercher de la peinture rose et on peint les défenses en rose. Ça en fera un trucmouth super cool, avec des défenses roses ! Même qu’elles seront roses ses défenses ! Ce sera merveilleux, ce sera une merveilleuse promotion pour l’Iguane Stellaire – « waw t’as vu il y a un mammouth rose, prions l’Iguane Stellaire ! », tout fait sens. Sans parler de l’Iguane Stellaire lui-même qui sera ravi de la réussite de sa fidèle préférée. Reste juste à capturer ledit chlamouth.
    Petra prend la main de Claris et commence à trotter derrière le pachyderme velu.


    « On va l’attrapeeeeeeeeeeeer et on va lui donner des cupcakes pour en faire notre allié ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdunecookivore.blogspot.fr/
(mangez-moi mangez-moaaa)
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 157
Inscrit le : 12/01/2011

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   Jeu 25 Juil 2013 - 0:14

    Claris est comme un ressort serré à bloc et lâché sans précaution. La phase "lâchage", c'était le passage du mammouth. Le mastodonte dévaste tout sur son passage, à son approche les arbres s'enfuient en hurlant de terreur et la terre se sépare en immenses blocs de roche. Dans l'esprit de Claris, c'est un scène absolument épique - bien qu'en réalité il s'agisse plutôt de quelques arbres abattus et d'une grande tranchée creusée selon une grande ligne suivant la progression de l'animal. Pas de quoi en faire un plat.
    Claris, ça la détend d'un seul coup. Elle saute sur place comme une balle rebondissante lâchée dans la nature sans précautions, et les bras décharnés de la divinité couleur chewing-gum peinent à conserver ses deux pieds sur terres, fût-ce pour un bref instant. D'ailleurs, si une terrible réflexion intérieure n'avait pas occupé toute l'attention de la nymphe à cet instant précis, elle aurait pu se formaliser de ce que les soubresauts de la petite blonde lui cognent contre la mâchoire et risquant de teindre en bleu son teint d'albâtre parfait. Claris songe un instant à s'excuser, mais d'une part elle n'arrive pas à s'arrêter de pousser de petits cris d'excitations comme un oiseau sous LSD en montrant le mammouth du doigt, et d'autre part l'air spirituellement vaporeux de la nymphe la laisse béate d'admiration. Elle oscille un instant entre ces deux états, avant de se rappeler que montrer du doigt est impoli et de fait de se tourner vers la créature en robe noire, les yeux écarquillés et la bouche entrouverte, expression désormais courante pour recevoir les paroles de la nymphe.
    Soudain, la rosâtre divinité s'anime et se met à lancer des cris de guerre à son tour, comme portée par une inspiration venue d'un autre monde.

      « Ouiiiiiiiiiiiiiiii ! Par la langue fourchue de l’Iguane Stellaire, nous rendrons captif cet animal ! »

    Les doigts tachés de chlorophylle de la nymphe attrapent la main menue de la fillette comme une poignée de lianes et cette dernière manque de s'emmêler les les pieds en suivant le départ pressé de son nouveau maître spirituel. Les deux illuminées courent derrière le monstre venu tout droit des temps ancestraux sans même prendre la peine de se demander ce que diable il fiche là - et pourtant il y aurait de quoi. Claris ne pense qu'à attraper cette bête et à en faire un trophée de chasse. Elle va jusqu'à pousser quelques cris s'approchant de ceux du Sioux en chasse.

      « On va l’attrapeeeeeeeeeeeer et on va lui donner des cupcakes pour en faire notre allié ! »

    Claris manque de demander pourquoi c'est le mammouth qui va avoir droit aux cupcakes et pas elle. Pour le coup, elle se transformerait bien en mastodonte cryogénisé pour avoir droit à un tel privilège - d'autant plus que des cupcakes faits par une nymphe rose, ça ne devait pas être banal.
    Mais la voix de la raison la rattrape à temps pour la pousser dans le sens de l'internée qui trotte devant elle. Inspirée par la portée épique de leur chasse à courre sans chiens et sans chevaux, Claris se détache de la nymphe dès que, quelques mètres plus avant - il les avait semées, avec ses grosses pattes - la colline mouvante s'immobilise. Il doit s'arrêter pour manger, ou ourdir d'odieux complots. Qu'est-ce que ça mange, un mangrouth ?
    Claris répète la question à voix haute, puis file en avant et plonge dans les fourrés, s'écorche la main, chouine un peu, s'extirpe des épines et finit enfin par trouver, rampant sur les coudes et des feuilles plein les cheveux, un angle de vue confortable pour espionner le mammouth.

      « Allô, allô, ici Oeil de Lynx, demandons confirmation de l'ordre d'attaque ! » Crachote-t-elle dans son poing fermé tel un talkie-walkie de chair tachée de vert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]   

Revenir en haut Aller en bas
 

LA VIE EN ROSE [N'importe quel personnage de Sköll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Forêt de Gravesse-
Sauter vers: