AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mais qui voilà !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shikigami volant au coeur tendre


+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Mais qui voilà !   Ven 7 Sep 2012 - 13:11

Une fois bien reposés, les deux amis inséparables décidèrent de sortir un peu, même si ils ne savent pas si il y a un quelconque balcon ici. Ils avançaient petit à petit, content d’avoir pu récupérer leur énergie, et contemplaient la belle décoration des couloirs, qu’ils n’avaient pas remarquée à cause de la pénombre de la nuit. Chacun partageait à l’autre ses idées et ses pensées étranges, sans compter qu’ils se racontaient leur vie antérieure. Aussi bizarre que ça puisse paraitre, Kami n’était pas issue de l’imagination de Fusanoshin : les AEA vivent dans un monde parallèle et seulement certains voient le jour selon l’image formée par son créateur et prennent ainsi forme dans le pensionnat. Kami observait beaucoup de créatures depuis son monde et avait choisi Fusanoshin, pour une raison…mystérieuse. Ils se rapprochaient un peu plus chaque jour, se posant de plus en plus de questions plus étranges les unes que les autres. De temps en temps ils aimaient embêter les autres résidents en les tombant dessus par surprise par le plafond, ce qui marchait à tous les coups et les amusait beaucoup. Il fallait bien tuer le temps dans ce pensionnat, à défaut de tuer autre chose. Ils croisaient beaucoup de monde dans les couloirs, mais ne prenaient pas le temps de les saluer tellement ils passaient vite. Les deux amis avaient remarqué que pendant la journée, il y avait plus de monde dans les pièces que dans les couloirs alors que l’inverse se produisait pendant la nuit, sûrement dû à la perte d’orientation à cause de l’obscurité de la nuit. Eux avaient une très bonne vue donc ils ne faisaient pas vraiment la différence entre les deux moments de la journée, mais étaient d’accord sur le fait que la nuit était beaucoup plus effrayante que le jour. Ils continuaient toujours de placer des repaires sur les murs pour pouvoir s’y retrouver facilement : on ne change pas une habitude qui gagne ! En attendant de mémoriser chaque étage, ils comptaient procéder de cette façon, bien décidés à ne pas se perdre chaque jour et de devoir marcher durant toute la nuit pour retrouver le dortoir. Les mains derrière la tête, nonchalamment, Fusanoshin, marchait l’air guilleret, de plus en plus heureux de passer ces « vacances » dans ce pensionnat, vu qu’il savait qu’il commençait à trouver son chemin dans son immensité. Kami, quant à elle, était tout aussi contente et faisait des vrilles en avançant dans les airs. Tous deux exploraient, rencontrant toujours plus de résidents plus différents les uns que les autres, découvrant toujours plus de pièces intéressantes. Tout à coup, Fusanoshin eut une pensée pour Souma, son Toujinshi. Il se faisait peut-être du souci pour lui qui n’était pas rentré depuis plusieurs jours. En plus il avait donné son Drive à Fusanoshin donc il était sans défenses, ce qui l’inquiétait quand même beaucoup. Quand sortirait-il de cet endroit ? Est-ce que le temps est toujours identique en-dehors du pensionnat ? Ou s’est-il arrêté ? Aucune façon d’en être sûr, si ce n’est en sortant d’ici…mais dans le hall Kami lui a précisé qu’une magie très puissante avait scellé les portes, et que lui n’y pouvait rien. Refusant de gâcher cette superbe journée, il refoula temporairement cette pensée et continua d’avancer en souriant. Au bout de quelques minutes, il sentit une odeur étrangement inhabituelle.

-Toi aussi t’as senti ?

-Oui, c’est bizarre, on dirait le parfum de la chlorophylle, mais…c’est dehors qu’on est censé sentir ça.

-Pourtant nous sommes bien enfermés dans un pensionnat. Comment pouvons-nous parler d’arbre ou de plante ?

-Allons jeter un œil, il doit y avoir une serre ou quelque chose comme ça.

Kami était encore loin de la vérité, mais avait vu juste. Les deux compagnons se dirigèrent vers cette odeur caractéristique tout en essayant de s’imaginer ce qu’il se cache par là. Le parfum se faisait de plus en plus fort : ils n’étaient plus très loin. Réfléchissant une seconde, il devait bien y avoir des légumes dans ce pensionnat pour nourrir les résidents, et quoi de mieux qu’une serre pour approvisionner en légumes frais ? En effet, il y avait des légumes, mais ils n’étaient pas dans cet endroit. C’était un grand parc, avec tout ce qu’il faut pour ressembler à un vrai, comme ceux de dehors ! En même temps, il n’y avait pas l’air pur comme eux, mais on s’y sentait bien. Fusanoshin et Kami avançaient toujours plus loin, jusqu’à ce qu’ils aperçoivent une clarté différente de celle du couloir : ils venaient de trouver l’origine de cette senteur printanière. Après avoir franchi la porte, ils constatèrent qu’un immense parc se cachait là, sans que personne ne s’en doute. De dehors, le pensionnat paraissait si petit, mais à l’intérieur, on pouvait s’apercevoir que la magie avait bouleversé les principes-même de la notion de « volume » ou de « superficie » car rien que ce parc était la preuve qu’il ne fallait surtout pas se fier à notre visualisation du bâtiment. En effet, il y avait beaucoup plus de pièces que le volume d’un tel bâtiment puisse permettre, mais ce parc était situé à l’extérieur, pas du pensionnat, plutôt de l’enceinte. Bien entendu on ne pouvait pas sortir de ce parc car les grilles aussi étaient conçues pour résister aux évasions. Ce pensionnat fut-il une prison, dans un passé lointain ? Ou alors serait-il un projet particulier et expérimental ? Dans cet immense endroit se trouvaient de nombreux arbres, quelques bancs, et aussi un grand lac. La superficie de ce parc n’était pas visible de l’extérieur à cause de la flore sauvage qui obstruait la vue. La seule façon de le voir était donc de se laisser enfermer pour toujours… Une fois entrés, il virent que quelques personnes étaient en train de se détendre sur les bancs, dont une connaissance qu’ils venaient de rencontrer hier.

-Eh, t’as vu ? On dirait Alizée, là-bas.

-Je n’ai pas bien retenu son visage hier, il faisait nuit, mais il me semble que c’est elle, puisqu’elle a la même odeur.

-Elle a fini par trouver le dortoir des filles je suppose…

-Elle n’a pas l’air fatiguée, donc j’imagine que oui. Et si on allait la saluer ?

-Vous m’obligeriez si vous ne le faisiez pas, très chère…

-Mais après vous, très cher !

Après cette double invitation des plus polies, les deux inséparables amis s’avancèrent vers Alizée, qui en profitait pour prendre un bon Bol d’air en fermant les yeux. Visiblement plongée dans ses pensées, elle semblait ne pas faire attention au monde qui l’entourait. Assise sur le banc, elle avait les mains derrière la tête, qu’elle appuyait contre l’arbre juste derrière elle, replaçant de temps en temps une mèche rebelle derrière son oreille. Une fois arrivés près d’elle, Fusanoshin prit la parole.

-Salut, Alizée, comme on se retrouve ! Alors, t’as pu retrouver le dortoir des filles ? Ou alors t’as fini par abandonner et t’as préféré dormir chez les garçons…

-Bonjour, Alizée, tu vas bien ? Tu es ravissante aujourd’hui, si ce n’est pas indiscret. Excuse-le, il pose beaucoup de questions depuis ce matin…

-Oh l’autre eh !

Comme à son habitude, Fusanoshin ne remarquait pas les bonnes choses et ne se préoccupait pas de ce qu’il fallait. Il avait encore beaucoup à apprendre, et Kami ne se privait pas de le corriger quand il faisait quelque chose qu’il ne fallait pas ou quand il oubliait de faire une remarque importante. Il ne savait pas s’y prendre avec les humains, d’habitude il se contentait de les regarder ou de faire des remarques à son Toujinshi dans les combats. En réalité, il ne parlait pas avec les humains, il apparaissait sous la forme d’esprit et donc ne parlait qu’avec ses collègues Shikigami ou son Toujinshi, ce qui explique pourquoi il est aussi mauvais en relationnel avec eux. Sans compter que Souma l’avait invoqué plus longtemps que prévu et que du coup il devait improviser dans ce monde qu’il se contentait de regarder. Heureusement que Kami était dorénavant là pour palier cette faiblesse. Par exemple, il ne savait pas faire des compliments aussi facilement qu’un humain le ferait, et c’est le genre de chose qui influence énormément les relations entre les humains, une chose que Kami avait observé de nombreuses fois chez eux. Une simple remarque sur la personne quand on la voit après un long moment, un compliment occasionnel quand elle fait un gros effort, tant de choses qui paraissent peu importantes mais qui aura un impact bien plus puissant dans le futur. Même si il semblait ne pas y prêter attention, Fusanoshin n’était pas dupe : il voyait bien dans le petit jeu de Kami qu’elle essayait de lui apprendre quelque chose. Maintenant, Kami espérait qu’il l’applique dans le futur, ou dans le cas présent.

Après avoir entendu son nom, la jeune fille ouvrit les yeux…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile


+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Dim 23 Sep 2012 - 18:08

Voilà une nouvelle journée radieuse qui s'annonçait. Alizée, après ce qui fut l'une des plus belles, mais aussi des plus courtes, nuit de son existence toute entière, se réveilla en fleur, d'encore meilleure humeur que d'habitude. Pour une fois qu'elle dormait dans une chambre! Et dans un vrai lit! Aussi loin qu'elle s'en souvienne, la dernière fois où elle avait ainsi dormi dans un lit autre qu'un simple matelas ou un carton remontait à... Elle ne s'en souvenait même plus d'ailleurs. Sûrement cela remontait-il à ses 5 ans, puisque d'après son père (paix à son âme), c'était à ce moment-là qu'ils avaient commencé à errer et mendier sur les trottoirs. Mais qu'importe qu'elle ait eu une chambre à elle-seule ou non, de toutes manières, elle n'y avait pas dormi cette nuit-là. La raison? Elle est des plus simples. Elle avait finalement trouvé les dortoirs des filles mais, agacée par tous les prénoms écrits qu'elle ne pouvait déchiffrer seule, elle tenta de rentrer dans la première chambre apparement vide qu'elle trouva. Avant d'en resortir aussitôt après, effrayée. Cette chambre était entièrement rose! Rose, du sol au plafond. Les meubles, le lit, tout, TOUT!! Tout ce rose apeura tellement la jeune fille qu'elle ne put s'empêcher de fuir en direction des dortoirs masculins. Au moins elle était sûre qu'ici il n'y aurait pas de chambre rose bonbon. Non pas qu'elle n'aimait pas le rose, mais il ne fallait pas non plus exagérer... Surtout que le rose ne valait pas un magnifique jaune fluo. Bref, elle avait donc dormi dans un lit qui n'était en rien le sien, et pire, elle n'avait pas réussi à dormir plus de quelques heures, n'étant pas habituée à dormir dans un matelas et des draps aussi confortable. Ironique comme situation, puisqu'habituellement, une personne normalement constituée ayant dormi dix ans dans un carton passerait une bonne et longue nuit. Sa nuit à elle fut, au contraire, bonne mais très courte.
Par chance, à son réveil, le placard était plein de vêtements féminins qui, en plus, s'accordaient avec son style. Et mieux, en plus d'avoir changer de vêtements, ce qui était peu fréquent chez elle, elle avait également fait quelque chose d'incroyable, d'extraordinaire, d'impensable... Elle avait pris une douche! Sa première douche depuis bien longtemps... Seul point négatif, elle n'avait pas réussi à se servir du sèche-cheveux. Tant pis, elle resterait donc les cheveux mouillés. Après un repas plus que copieux, elle décida d'aller faire un petit tour dehors... A condition qu'il y ait un dehors, bien entendu. Et heureusement qu'il y en avait un, qu'elle trouva une bonne demi-heure plus tard. Ce n'était pas trop tot!
Légèrement fatiguée d'avoir autant parcouru les couloirs en quête d'un endroit à l'air libre, elle alla s'asseoir tranquillement sur un des bancs du parc en soufflant. Elle était épuisée. Peut-être qu'elle pourrait faire une petite sieste ici, l'endroit était idéal pour ça. Alors qu'elle s'apprêtait à s'endormir, les yeux fermés, elle entendit quelqu'un lui parler.

-Salut, Alizée, comme on se retrouve ! Alors, t’as pu retrouver le dortoir des filles ? Ou alors t’as fini par abandonner et t’as préféré dormir chez les garçons…

Tiens, elle reconnaissait cette voix... Oui, il s'appelait comment déjà... Fusa... Fusanochin, voilà! C'était assez compliqué à retenir, mais elle s'en était souvenue. Comment oublier quelqu'un avec une telle allure. C'était un drôle d'oiseau celui-là, si elle pouvait se permettre le terme. Mais aussitôt, elle entendit une autre voix.

-Bonjour, Alizée, tu vas bien ? Tu es ravissante aujourd’hui, si ce n’est pas indiscret. Excuse-le, il pose beaucoup de questions depuis ce matin…
-Oh l’autre eh !

Alizée ouvrit grand les yeux. Ça se voyait tant que ça qu'elle avait pris une douche? Elle sentait mauvais la veille? Ou alors ce n'était qu'un compliment. Dans le doute, elle préféra considérer la remarque comme un simple compliment sur son apparence du jour et sourit.

-C'est gentil, merci. Il faut dire que j'ai pris une douche et que ça m'arrive pas souvent, d'habitude. Vous deux aussi vous avez l'air en forme. Bien dormi?

Elle se décala sur le côté avant de tapoterl'espace à côté d'elle.

-Assis-toi que je te raconte! Alors tu vois, j'étais tranquillement en train de chercher ma chambre dans les dortoirs des quand j'en ai eu marre. Alors là, je suis rentrée dans une autre chambre et devine ce que j'ai vu!

Elle marqua une pause, lui laissant le temps de répondre, avant de poursuivre, en faisant de grands mouvements de bras pour illustrer ses propos:

-Une chambre toute rose! Tu te rends compte, toute rose! C'était horrible! Alors du coup, je suis repartie dormir chez les garçons, même si j'ai pas beaucoup dormi. Mais c'est pas grave, je dormirais mieux après!

Elle éclata d'un petit rire espiègle, se rendant compte qu'elle n'arrêtait pas de parler depuis tout à l'heure. C'était plus fort qu'elle, dès qu'elle commençait à prendre la parole, elle ne s'arrêtait plus. Le flot de parole sortait tout seul de sa bouche, sans qu'elle ne puisse plus l'arrêter. Si bien que parfois, certaines personnes la fuyaient pour ne pas avoir à supporter ses monologues interminables. Donc cette fois-ci, elle était bien décidée à le retenir.

-Et toi, t'as bien dormi? T'as pas trouvé les lits trop mous? T'as vu les douches, elles sont vachement grandes hein? Mais au fait, tu prends des douches toi? Parc'qu'avec des plumes, ça doit pas être fastoche! Et t'as mangé quoi ce matin?

Elle fit une pause avant de demander, légèrement inquiète:

-Et dis... Tu trouves que je parle trop?

Elle fit alors une pause pour reprendre son souffle, et optionnelement laisser son interlocuteur répondre à ses nombreuses questions, l'air légèrement anxieux, mais toujours souriante, ce qui donnait un mélange assez singulier.

[Désolé du retard énoooorme que j'ai pris seulement j'avais beaucoup de devoirs, pas d'inspi... bref, voilà, je te promets de répondre plus vite à l'avenir >< Pitié me frappe pas... En plus ce que j'ai fait c'est trop nul...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami volant au coeur tendre


+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Ven 28 Sep 2012 - 15:08

Je n’arrive pas à croire qu’il y a un parc dans un tel endroit, mais visiblement c’est possible car nous ne voyons rien depuis la rue. On croirait un vrai, c’est dingue. C’est vraiment étonnant de revoir Alizée ici, surtout que nous ne nous sommes pas vus ce matin, mais arrêtons de penser et profitons de sa présence tant qu’elle est là.

La jeune fille avait l’air heureuse dans cette étendue de verdure, et le fait que Fusanoshin et Kami ne fit qu’améliorer sa bonne humeur. Ils discutaient ensemble, l’air de rien, sans se priver de petites anecdotes personnelles.

-C’est gentil, merci. Il faut dire que j’ai pris une douche et que ça m’arrive pas souvent, d’habitude. Vous aussi vous avez l’air en pleine forme. Bien dormi ?

-Oui c’est vrai, une bonne nuit de sommeil c’est très requinquant. Hier nous étions perdus depuis de nombreuses heures et nous ne sentions plus notre corps, mais grâce à une certaine personne nous avons réussi à retrouver le dortoir, ha ha ha…

-C’est vrai, moi aussi j’ai très bien dormi, à croire que ces lits sont magiques !

Kami avait raison, Alizée aimait les compliments, elle s’était mise à sourire en plissant les yeux dès qu’elle entendit cette phrase. C’est qu’elle en connaissait un rayon ! Fusanoshin avait appris une bien bonne leçon sur la façon d’aborder la gente féminine, et ne pouvait qu’admirer ce don chez son Alter-Ego Astral, elle en avait même oublié son coup de poing sur celui d’Alizée qui l’avait envoyé valser contre le mur et qui lui a valu un beau sermon. La jeune fille avait l’air vraiment contente et ce sourire sur son visage illuminait son expression physionomique. C’était donc ça le secret ! Alizée continuait de poser des questions toujours plus nombreuses qui troublait Fusanoshin car il devait tout retenir en un temps record pour ne pas en oublier une car elle allait assez vite. Un peu trop peut-être, mais il avait une bonne mémoire heureusement. Soudain, une nouvelle salve de mots sortit de sa bouche alors qu’elle l’invitait à s’asseoir à côté d’elle.

-Assis-toi que je te raconte ! Alors tu vois, j’étais tranquillement en train de chercher ma chambre dans les dortoirs alors j’en ai eu marre. Alors là, je suis rentrée dans une autre chambre et devine ce que j’ai vu !

-D’accord, raconte-moi donc comment tu t’es débrouillée, je suis curieux de savoir le fin mot de tout ça.

Alors comme ça elle aussi elle cherchait les dortoirs et plus précisément sa future chambre. Nous nous n’avons même pas pu trouver l’endroit, alors quand nous sommes entrés, nous avons pris directement le premier lit qui n’était pas occupé. Kami n’avait pas l’air dérangée par la présence de tous ces humains, au contraire elle avait l’air toute joyeuse. Quoi qu’il en soit, ce pensionnat semble très vaste si il y a autant de chambres qu’elle ait dû chercher dans toute la pièce. La magie est vraiment extraordinaire, quand elle ne nous séquestre pas.

-Une chambre toute rose ! Tu te rends compte, toute rose ! C’était horrible ! Alors du coup, je suis repartie dormir chez les garçons, même si je n’ai pas bieaucoup dormi. Mais c’est pas grave, je dormirai mieux après !

-Ah, c’est donc pour ça que tu es venue chez les humains ! Tu n’aimais pas les chambres chez les humaines et tu as trouvé ton bonheur chez eux. Je comprends mieux maintenant. Moi c’est juste parce que je ne veux pas me séparer de Fusanoshin, et en plus je n’aime pas le rose non plus, surtout à si forte dose.

-Tout est clair, c’est juste que tu n’aimais pas leur décoration que tu es venue chez les humains. Moi je suis venu ici car je n’avais pas envie de faire mon capricieux à choisir la plus jolie, je voulais simplement dormir à tout prix. C’est fatiguant de chercher la bonne pièce dans un si grand pensionnat !

Alizée n’aimait pas qu’une couleur comme le rose soit utilisée comme seule et unique couleur dans une chambre, et ça se comprenait très bien. Fusanoshin l’avaient compris depuis la veille quand elle s’est énervée sur Fusanoshin après qu’il ait donné un coup de poing à son AEA si reprochant : Alizée avait un caractère trempé, comme les humains ! Et quelques rares exceptions parmi les filles. Pourtant elle n’avait pas l’air d’un garçon, mais aimait adopter ce genre de comportement violent et impulsif qui caractérise beaucoup d’entre eux. Fusanoshin et Kami aimaient la voir s’agiter dans tous les sens pour expliquer ses aventures, son visage très expressif les rendait très intéressants à écouter et surtout à voir. Ses bras étaient très actifs et arrivaient à faire s’imaginer plus facilement la scène qu’elle décrivait aux deux interlocuteurs qui étaient ravis de la voir tellement énergique malgré son manque de sommeil qui devrait au contraire l’épuiser. Elle avait même beaucoup d’énergie à revendre ! Alizée avait beau faire de grands gestes, elle n’était pas bruyante pour autant et parlait très normalement pour ne pas déranger les autres habitants qui venaient se relaxer dans ce parc. Alizée s’arrêta de parler, comme pour laisser aux autres le temps de parler d’eux, mais à la place elle posa une série de questions aussi rapides que nombreuses, à la grande surprise des deux inséparables.

-Et toi, t’as bien dormi ? T’as pas trouvé les lits trop mous ? T’as vu les douches, elles sont vachement grandes hein ? Mais au fait, tu prends des douches toi ? Parc’qu’avec des plumes, ça doit pas être fastoche ! Et t’as mangé quoi ce matin ?

-Tu trouves que je parle trop ?

-Oh mais non, pas du tout, c’est si agréable de voir ta si jolie tête et de te regarder exprimer tellement bien tes paroles avec de grands gestes ! C’est très divertissant !
Alors…euh…oui j’ai bien dormi, c’était très relaxant. Non, les lits étaient parfaits, même si j’ai pas l’habitude de dormir sur un matelas. Ou tout court en fait. Non j’ai pas vu les douches, mais d’après toi elles sont très grandes, ce qui est parfait ! Moi, prendre des douches ? Euh…je m’attendais pas à cette question…en fait…je faisais jamais attention à ce genre de choses auxquelles les humains pensent souvent. Tu vois, je suis un esprit et on m’invoque que pendant une courte période, pour combattre dans la plupart des cas, mais cette fois, mon toujinshi avait besoin de repos et m’a invoqué plus longtemps. J’ai aussi gardé son Drive. Donc pour répondre à ta question, non je ne prends pas de douche, mais je vais devoir, car maintenant je suis sous ma forme vivante de chair et d’os donc je suppose que je transpire aussi. C’est vrai qu’avec mes plumes ça va pas être facile, je vais certainement avoir besoin d’aide pour les premières fois. Et je n’ai encore rien mangé ce matin, et Kami non plus.

Elle en pose des questions ! Me laver ? Quand Souma m’invoquait, j’étais que très peu sous ma forme vivante, donc je ne transpirais pas autant que ça. Et si je demandais à Kami de m’aider ? Ou Alizée. C’est vrai que comme elle elle est presque à ma taille, elle pourra plus aisément atteindre les endroits difficiles à nettoyer comme le dos…

Fusanoshin était plongé dans ses pensées, sa question en souleva d’autres encore, mais il avait entendu celle d’Alizée et se contenta de lui sourire en plissant les yeux. Il devrait aussi se laver comme les humains ? Ses plumes sont-elles lavables ? Doit-il aussi se déshabiller pour nettoyer son corps ? Tant de questions qui le laissait perplexe, mais il ne comptait pas y réfléchir toute la journée et préféra demander directement aux deux interlocutrices.

-Dis, tu saurais pas nous guider jusqu’aux douches ? Que je puisse en prendre une et Kami aussi (si tu veux évidemment). Il me faudra peut-être de l’aide, ça te dérange pas de t’occuper un peu de moi pour les quelques premières fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile


+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Dim 21 Oct 2012 - 17:24

Une chose était certaine, Fusanochin était nettement plus agréable lorsqu'il avait dormi. Mais même si elle avait mal réagi au départ, et que leur rencontre avait été quelque peu... mouvementé, dira-t-on, elle n'avait jamais douté de ses bonnes intentions. Tout comme elle ne doutait jamais des bonnes intentions de tout le monde, ou alors très rarement. La dernière fois, il avait simplement perdu son sang-froid, rien de plus. La preuve en était que, au jour d'aujourd'hui, la jeune fille trouvait sa compagnie très agréable. Il la surprenait d'ailleurs, même si ce n'était pas un exploit en soit. Car habituellement, la majorité des personnes qu'elle interrogeait de la sorte réagissaient différemment... et la majorité du temps assez mal d'ailleurs. Et répliquaient souvent qu'elle ne cessait de les harceler de questions inutiles, et l'envoyaient parfois sur les roses. Ou alors, pour les plus gentils, répondaient à la dernière des questions en oubliant les premières. Mais là non! Lui, au contraire, avait eu le courage, et surtout la mémoire, de répondre à toutes ses questions, et dans l'ordre pour couronner le tout! Comment avait-il fait pour retenir toutes ses questions? Elle-même ne s'en souvenait plus. Et elle oublia également très vite les réponses, son esprit étant complètement focalisé sur un autre point du récit de son interlocuteur. Il était... un esprit?! Non! Sans blague? Remarque, maintenant qu'elle y repensait, il ne lui avait pas déjà dit la veille? Surement... Mais elle n'avait pas été attentive. Et puis, ça expliquait les plumes, et la façon étranges qu'il avait de qualifier les garçons d"humains", et les filles d"humaines". Et aussi la question très étrange qu'il lui posa ensuite. L'aider à prendre une douche? Euh... La question méritait l'oscar de la question la plus embarrassante de l'année, tellement qu'Alizée ne put s’empêcher de rougir. Mais en même temps, si elle disait non, ça pourrait le blesser...
*Bof, ça doit pas être plus différent que lorsque papa et moi, on se baignait dans les lacs... Sauf que là, c'est pas papa, et c'est sous une douche...*

-Euh... T'aider à prendre une douche... Euh, eh bien je...

Voilà qu'elle bégayait maintenant! Ce comportement, totalement inhabituel chez la jeune fille, démontrait bien que la question était bien plus que gênante. Finalement, après une courte réflexion, elle se souvint des personnes qui se baignaient à la mer ou dans les piscines municipales. Voilà, c'était ça la solution. Aussitôt la solution trouvée, elle retrouva son sourire.

-Bon d'accord, je veux bien, mais à une condition! Je veux bien t'aider à prendre une douche, mais uniquement si tu portes un maillot de bain! Et moi ben... J'aurais qu'à rester habillée... Ah oui, et aussi si tu m'expliques quelques choses... Quand tu dis que t'es un esprit... C'est que t'es un fantôme? Enfin, un mort quoi? Et c'est quoi un toujinshi? Et un Drive?

Elle se souvenait de quelque chose du genre... C'était pas... Une sorte de téléphone portable? Ces trucs bizarres que les gens mettent sur leurs oreilles pour parler dedans avec d'autres gens invisibles? *Ah non, ça c'est un Galaxy Drive je crois... Ou un truc du genre...* Avant d'obtenir la réponse, elle se leva brusquement avant de conclure gaiement:

-Ensuite, si tu veux, on aura qu'à manger un bout! Je te ferais des crêpes, je suis très forte en cuisine! Tu sais ce que c'est, des crêpes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami volant au coeur tendre


+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Lun 22 Oct 2012 - 14:50

Fusanoshin était content de parler un peu de lui à Alizée, il n’avait pas souvent l’occasion de vraiment discuter avec des gens. Tout le long de leur voyage dans le pensionnat, Kami et lui ne faisaient que chercher et chercher encore les salles pour s’en souvenir et n’avaient rencontré qu’Alizée comme pensionnaire. Certes il y avait beaucoup de monde une fois le jour levé et il pourrait très bien engager la conversation avec l’une de ces personnes, mais ce serait impoli de laisser tomber une si jolie fille et qui s’intéressait à lui en plus de ça ! Elle semblait vraiment fascinée par lui et posait beaucoup de questions au sujet de son corps et de ses origines et -contrairement à ce qu’elle pourrait penser- ça ne le dérangeait pas le moins du monde d’y répondre, même si il devait détailler d’avantage pour mieux se faire comprendre. Alizée avait commencé par demander si il avait bien dormi et si il trouvait les matelas confortables. Fusanoshin ne faisait pas vraiment attention à ce genre de chose, maintenant qu’il y réfléchissait, que la jeune fille avait remarqué ce genre de choses l’impressionnait en conséquence. Elle posait ensuite des questions sur comment il faisait pour prendre des douches. Il ne prenait jamais de douche auparavant, car étant plus un esprit qu’un volatile de chair et d’os, il n’avait pas les mêmes besoins qu’eux, il ne devait donc jamais prendre de douche puisqu’il était invoqué que pour les combats et était aussitôt frais et dispo pour ça. Il ne comprenait pas pourquoi ça l’intéressait à ce point ce genre de détails mais ça le faisait réfléchir sur lui-même, sur la vie que menait son Toujinshi et les humains en général. Souma prenait en effet des douches, mais pourquoi ? Les humains seraient-ils si imparfaits qu’ils dussent sans arrêt enlever leurs impuretés de leur corps ? Fusanoshin était un Shikigami, c’était un demi-dieu, il n’avait qu’une infime part d’impuretés dans son corps et ne devait jamais les évacuer car elles ne nuisaient pas à sa santé comme pour les humains. Pour eux, si ils ne se lavent pas régulièrement, ils se salissent très vite et voient leur condition chuter doucement, tandis que lui vivait avec ses imperfections comme une sorte de mal qui n’allait pas tarder à disparaitre après un petit temps. Dans la plupart des cas il était sous sa forme d’esprit à l’intérieur de son Drive, il n’avait aucunement besoin d’évacuer quoi que ce soit puisqu’il est immatériel sous cette forme et bénéficiait naturellement d’un corps solide et sans la moindre imperfection, comme si le faire revenir à sa forme d’esprit le soignait intégralement.

Maintenant qu’il était dans le monde des humains plus longtemps qu’il ne l’aurait imaginé, il n’allait pas tarder à avoir les mêmes symptômes que les humains, c’est pourquoi il devait se doucher ou prendre un bain comme un humain et comptait sur sa nouvelle compagnonne pour l’aider pour les premières fois. Alizée avait pris un petit moment pour réfléchir à sa proposition et donna finalement une réponse pourvue de certaines conditions…


-Bon d’accord, je veux bien, mais à une condition. Je veux t’aider à prendre une douche, mais uniquement si tu portes un maillot de bain ! Et moi ben… J’aurais qu’à rester habillée… Ah oui, et aussi si tu m’expliques quelques choses… Quand tu dis que t’es un esprit… C’est que t’es un fantôme ? Enfin, un mort quoi ? Et c’est quoi un Toujinshi ? Et un Drive ?

Un maillot de bain ? Je ne sais pas si c’est vraiment utile, mais si c’est ce qu’elle veut alors je le ferai, j’en mettrai un. La première chose à faire est d’en trouver un, mais je ne sais pas si elle en a ou alors juste un pour elle et aucun autre… Faut que je lui demande, tiens. Elle veut rester habillée ? Mais ses vêtement vont être très lourds, elle va en plus devoir les laver après, et les sécher… Elle pourrait aussi se déshabiller, ce ne serait pas aussi gênant et en plus elle pourrait avoir une meilleure aisance de mouvement sans ses bras qui doublent de masse à cause de vêtement.

-Ensuite, si tu veux, on aura qu’à manger un bout ! Je te ferais des crêpes, je suis très forte en cuisine ! Tu sais ce que c’est, des crêpes ?

-Woh, doucement, une chose à la fois ! Bon, tu voulais que je mette un maillot de bain pour la douche, si je me souviens bien. En temps normal, je trouverais ça absurde, puisque je n’ai pas les mêmes particularités que vous, mais après tout, si c’est ce que tu veux, j’enfilerai un maillot de bain. Tu disais aussi vouloir garder tes vêtements sous la douche, mais il y a comme un problème car c’est lourd des vêtements mouillés, tu seras vite fatiguée. Ce que je propose, c’est que tu te déshabilles aussi, tu enlèves tes vêtements secs et tu les mets dans ce qui te sert de casier. Tu pourrais aussi mettre un maillot de bain, comme ça ce sera tout pareil ! Je ne sais pas pourquoi tu veux que j’en mette un mais j’utilise le même argument pour toi, ha ha !

-…Fusanoshin, tu mériterais des baffes, toi, des fois. On n’est pas comme les humains ! Eux ont beaucoup de pudeur et veulent cacher certaines parties de leur corps pour ne pas gêner les autres ! Même si tu n’en as pas, tu peux au moins respecter son envie, surtout que c’est naturel chez eux de transmettre leur pudeur aux autres. Si elle veut que tu portes un maillot de bain, c’est qu’elle n’a pas l’intention de se mettre toute nue, tu comprends ? C’est dans les deux sens.

-Oui, je comprends, je ne chercherai pas à en savoir plus et mettrai un maillot de bain… Seulement, je n’en mets jamais car je n’ai pas encore pris de douche depuis mon arrivée. Oh, tu voulais aussi savoir ce que je suis en réalité, c’est bien ça ? Eh bien, tu as raison, les fantômes SONT des esprits, tout comme moi. Je peux prendre forme matérielle quand on m’invoque avec cet objet qu’on appelle un Drive. Par «on» j’entends dire que seul mon Toujinshi en est capable, personne d’autre que lui. Souma est en quelque sorte mon maître, celui à qui je dois une obéissance éternelle et pour qui je combats. En arrivant ici, il m’avait invoqué et depuis je suis resté enfermé ici sans qu’il ne puisse plus me faire revenir sous ma forme d’esprit. Pour tout te dire, seul lui peut me voir sous cette forme, ce qui est pratique pour rester discret ! En revanche, quand je suis invoqué, je suis fait comme les humains, de chair et d’os, donc je ressens aussi la douleur, à la différence près que comme je suis un demi-dieu, je ne la ressens pas autant que vous si je reçois un coup de la même intensité.

J’espère avoir assez éclairci la zone d’ombre qui t’obscurcissait la tête. Maintenant avant de te poser d’autres questions sur toi, je voudrais te demander si tu as un maillot de bain à me prêter, ou si tu sais où je peux en trouver…
Je vois que tu es vraiment jolie, avec ton visage resplendissant et ton sourire, mais je constate que tu as aussi de nombreux dons comme l’observation. Moi je ne fais jamais attention à la décoration d’une pièce ou encore à la moellosité des matelas, comment as-tu acquis ce genre de faculté ? C’est que tu es vraiment pas comme les autres… Tu me demandais si je connaissais les crêpes, j’ai eu l’occasion d’en manger à une occasion, c’est vraiment délicieux ! Si en plus tu sais en faire, je te suis où que tu ailles ! Tu sais faire autre chose dans la cuisine que ça ? Tu pourrais m’apprendre ?


Le Shikigami aimait beaucoup manger, ça le requinquait énormément, particulièrement la viande de toutes sortes, bien qu’il n’ait pas encore goûté à tout. Il avait beau raffoler de la viande dans toute sa globalité, il aimait aussi les choses sucrées comme les viennoiseries et autres, c’est un peu un carnivore mais qui fait quelques petits extras de temps en temps. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à attendre qu’Alizée réponde et ensemble ils fileraient directement à la douche puis vers la cuisine ! Evidemment il comptait obtenir le plus d’informations possible concernant cette jeune fille fougueuse et pleine de vie, c’était la moindre des choses de la part de lui qui avait tant parlé de lui sans même vraiment s’intéresser un tout petit peu à son interlocutrice. Avec tout ça, et vu à quel point elle parlait avec une facilité déconcertante rien qu’en rencontrant une autre personne, il aurait de quoi savoir sur elle, et pas qu’un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile


+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Dim 4 Nov 2012 - 18:03

Fusanochin était vraiment un être fascinant, du moins du point de vue d'Alizée. Le fait qu'il ne soit pas humain y était surement pour beaucoup. D'ailleurs, il ne devait y avoir qu'elle pour ne pas trouver là situation particulièrement singulière, improbable ou absurde. Voire dangereuse. Après tout, il avait dit lui-même qu'il était un combattant. Et il fallait bien avouer qu'il était plus que bien armé. N'importe qui d'autre aurait eu un semblant d'inquiétude pour sa vie. Mais pour être honnête, elle s'en moquait éperdument. Pire, elle n'avait même pas songé qu'il pouvait se révéler dangereux. Elle ne le songeait jamais. Ou en tout cas, jamais nuisibles pour elle, mais pour les autres. Et même si il n'était ni armé, ni dangereux, la situation n'en restait pas moins des plus surnaturelle: elle était tout de même en train de discuter tranquillement avec un esprit à l'apparence d'oiseau. Pourtant, si on lui demandait un jour comment elle trouvait là situation, elle répondrait certainement quelque chose du genre "Ben pourquoi? C'est mon ami, je vois pas ce qu'il y a de bizarre!". Même le fait qu'il n'ait jamais pris de douche de toute sa vie lui semblait tout à fait banal. Après tout, elle était dans le même cas que lui, elle non plus n'était pas du tout habituée à prendre des douches... Du moins, pas dans des douches, mais dans des lacs peu profonds, de petites rivières, ou alors la meilleure technique du monde selon la jeune blondinette: les systèmes d'arrosage automatique! Et les seules fois où elle avait pris une douche dans une vraie douche, c'était, si ses souvenirs étaient bon, lorsqu'elle se rendait dans des centres d'accueil pour SDF. Mais bon, maintenant qu'elle pouvait en prendre à volonté, elle se rendait compte qu'elle allait vraiment devenir accro. Et si en plus elle pouvait aider un ami et ne pas être seule, le moment de là douche allait vite faire partie de ses moments préférés de là journée avec le repas et le coucher. Seulement, une ombre vint soudain s'immiscer sournoisement dans le tableau.

-Woh, doucement, une chose à la fois ! Bon, tu voulais que je mette un maillot de bain pour la douche, si je me souviens bien. En temps normal, je trouverais ça absurde, puisque je n’ai pas les mêmes particularités que vous, mais après tout, si c’est ce que tu veux, j’enfilerai un maillot de bain. Tu disais aussi vouloir garder tes vêtements sous la douche, mais il y a comme un problème car c’est lourd des vêtements mouillés, tu seras vite fatiguée. Ce que je propose, c’est que tu te déshabilles aussi, tu enlèves tes vêtements secs et tu les mets dans ce qui te sert de casier. Tu pourrais aussi mettre un maillot de bain, comme ça ce sera tout pareil ! Je ne sais pas pourquoi tu veux que j’en mette un mais j’utilise le même argument pour toi, ha ha !

Alizée resta un instant incrédule face à cette réponse totalement inattendue, avant de se retenir d'éclater de rire. Il était drôle quand il voulait. Mais soit, il n'avait pas tort, si elle portait des vetements, elle finirait par se sentir lourde. Mais elle y était habituée. Après tout, elle avait passé sa vie sans aucun toit sur la tête et il pleuvait beaucoup en Allemagne, mine de rien. Les courses poursuites sous là pluie, elle les connaissait par coeur. Elle se souvenait encore de cette odeur affreuse de chien mouillé qu'elle dégageait et qui la suivait partout où qu'elle aille. Ça la faisait tellement rire, surtout les réprimandes de son père lorsqu'elle le retrouvait par la suite. Alors non, on ne pouvait pas dire que ce genre de chose la gênait plus que ça. Mais bon, puisqu'il insistait tant, certes, va pour le maillot de bain! Mais où diable allait-elle trouver un maillot de bain? C'était surtout parce qu'elle n'avait pas de maillot qu'elle avait proposé de rester habillée. Elle aurait bien répondu à la question, donc, mais elle n'en eut pas le temps, car l'alter-ego-astral de son interlocuteur avait déjà repris la parole, et elle n'eut pas l'occasion de placer une seule syllabe pendant un instant.
A la fin du dialogue entre Fusanochin et Kami, et après avoir rosi lorsqu'il la complimenta sur son apparence, la jeune fille ne put plus se contenir et éclata franchement de rire. Ils étaient si drôles tous les deux, ils formaient certainement le meilleur duo comique de la planète, voire de l'univers. Du point de vue d'une SDF à l'esprit tordu, du moins. C'est déjà un bon début, dira-t-on. Et elle se mit à rire tellement fort qu'elle en pleura quelques larmes, et il lui fallut quelques minutes pour reprendre son souffle, et ainsi pouvoir prendre la parole:

-Vous êtes vraiment trop drôles tous les deux... (Elle se tourna alors vers Kami et ajouta:) Tu sais, c'est pas si grave, c'est normal qu'il soit pas au courant si c'est un fanto... euh, un esprit. Et puis, on aura qu'à lui apprendre ce genre de choses toutes les deux!

Elle éclata de nouveau de rire, en faisant un clin d'oeil à Kami (sans même se douter que ce geste était fondamentalement stupide, puisque le principal intéressé était juste à côté, donc la conversation n'avait rien d'un secret...), avant de se retourner vers Fusanochin, comme si de rien n'était:

-Pour répondre à tes questions... Je n'ai aucune idée de pourquoi j'ai un bon sens de l'observation! Peut-être que c'est à force de fuir et d'échapper aux policiers, ou alors de vivre toute seule... Ou alors parce que je suis trop curieuse, qui sait? Disons que, pour la pièce et le matelas, c'est parce que... (Elle marqua une petite pause, légèrement embarrassée, avant de poursuivre:) Hm... Parce que j'ai jamais ni maison, ni matelas, alors ça me fait bizarre. D'ailleurs, ça ne te fait pas bizarre à toi? Et merci pour les compliments... Je crois bien que c'est la première fois qu'on m'en fait...

A part son père, bien sûr. Mais là, c'était différent, ce n'était pas un membre de sa famille. Et elle devait bien admettre que ça faisait plaisir à entendre. Maintenant, elle comprenait ces filles qui devenaient hystériques dans les ruelles parce que leur petit ami leur avait dit quelque chose de flatteur.

-Sinon, si je te disais que je préférais être habillée, c'est que je n'ai pas de maillot de bain, sinon je l'aurais proposé. Ni pour toi d'ailleurs, désolé. Mais je suis sûre que, si on demande gentiment à quelqu'un, il nous en prêtera. Les gens ont l'air sympa ici, la preuve, on est sympas tous les deux, non? C'était quoi ta dernière question déjà? ah oui, la cuisine! Eh bien pour ça, je peux toujours t'apprendre, oui, par contre, je garantis pas le résultat. Parce que en fait, je sais cuisiner, mais j'ai jamais essayé, pas les crêpes en tout cas. Mais toutes les fois où j'ai essayé autre chose pour la première fois, j'ai réussi, alors pourquoi ça planterait maintenant, hein? Mais je pourrais te donner mes recettes, si tu veux, je me souviens de toutes, et certaines, je ne les ai vu faire qu'une fois!

Oui, elle se vantait de son incroyable mémoire, et alors? On a bien le droit lorsqu'on se souvient d'une recette de cuisine alors que l'on ne l'a vu faire qu'une fois il y a longtemps, non? Un détail lui revenant, en mémoire, elle s'assit sur les genoux de Fusanochin afin de réfléchir (sans gêne... Il faut la comprendre, c'est fatigant de rester debout, et ça empêche la réflexion). Si c'était un demi-dieu, pourquoi obéissait-il à un être humain? Et pour l'éternité par-dessus le marché? C'était idiot, il n'avait rien à en retirer. Et puis, c'était mission impossible, elle qui n'avait jamais réussi à obéir ne serait-ce qu'un peu à son père lorsqu'il était encore en vie, alors pour l'éternité à un inconnu. Elle rit amèrement à cette pensée. Oui, peut-être qu'elle aurait du être plus obéissante lorsqu'elle le pouvait encore... Maintenant, il était trop tard, et elle ne pouvait même pas rejeter la faute sur le pensionnat. Après tout, cette "maison" était la meilleure chose qui soit jamais arrivé dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami volant au coeur tendre


+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Jeu 8 Nov 2012 - 18:45

Alizée était vraiment une humaine fascinante, du moins du point de vue de Fusanoshin. Elle était jolie, la mine gaie en permanence à faire redonner le sourire aux plus déprimés quand elle sourit, des réactions vraiment peu communes, sans compter son sens de l’observation. Elle avait déjà partagé avec Kami et lui ce qu’elle avait pensé des chambres dont la décoration la repoussait presque à tous les coups chez les filles alors que chez les garçons c’était bien mieux pour elle. Comment pouvait-elle trouver les chambres pour filles repoussantes ? Cette chose risquait de demeurer un mystère car même cette dernière ne semblait pas savoir pourquoi, mais ce n’était pas important et Fusanoshin n’avait pas l’intention de chercher absolument à savoir. Ce qui le fascinait surtout c’était ses réactions inattendues, comme le fait qu’elle se préoccupe de savoir si les gens ne la trouvent pas trop bavarde alors qu’en temps normal la remarque vient de l’interlocuteur ! Ou encore qu’elle avouait ne pas prendre souvent de douche, ce qui pouvait paraitre étrange au premier regard, mais pas plus étrange qu’un Shikigami vivant dans un Drive et qui ne se lave jamais. Il n’était pas le mieux placer pour critiquer son hygiène et respectait ses choix. Cette humaine n’était vraiment pas ordinaire, et il aimait bien ça, ce qui le changeait de tous ces camarades de classe que Souma côtoyait et qui ne changeaient jamais au fil des jours, autant positivement que négativement. Alizée, elle, lui avait tiré les excuses du nez en lui criant dessus parce qu’il avait envoyé son Alter-ego Astral contre le mur, et aujourd’hui elle était assise dans le parc, souriant, comme si on avait appuyé sur la touche «Reset» derrière sa tête. Ce genre de comportement troublait les deux compagnons, tellement qu’ils voulaient devenir amis avec cette humaine si particulièrement particulière. Certes Alizée était étrange, mais le Shikigami n’était pas mal dans le genre aussi, avec ses sautes d’humeur imprévisibles ainsi que son caractère soupe au lait qui le faisait s’excuser presque immédiatement après avoir commis une erreur. Deux être hors du commun, dans un pensionnat hors du commun, ils n’avaient pas trop à se plaindre de leur situation, surtout que dans ce bâtiment ils pouvaient enfin exposer leurs différences sans se faire rejeter par les simples d’esprit qui peuplent ce monde.

Alizée l’écoutait avec attention pendant qu’il répondait à ses questions, ce que les deux compagnons faisaient tout aussi bien avec elle. L’un en apprenait sur l’autre et tout le monde était content ! Fusanoshin trouvait l’idée du maillot de bain complètement absurde, pourquoi faire comme les humains ? Il était un Shikigami, il n’avait pas à cacher quoi que ce soit ! Elle en revanche était humaine et devait protéger certaines parties de son corps en permanence pour garder un minimum de pudeur, et la douche n’excusait en rien un manque de pudeur, c’est pourquoi ils mettaient ce genre d’accessoires. Certes c’était ridicule, mais elle avait un esprit humain, alors il se devait de faire comme elle. Autant par souci d’égalité, que par respect. Après tout le ridicule ne tuait pas, et même si certains mettaient un maillot de bain pour se rendre plus beau, il ne pouvait pas juger avant d’avoir essayé. Mener la vie d’un humain ne pouvait pas être si terrible et insurmontable, et le Shikigami n’allait pas laisser un petit ridicule lui barrer la route, surtout qu’il n’abandonnait jamais. Il avait accepté de mettre un maillot de bain et proposait même à Alizée d’en mettre un, histoire de ne pas crouler sous le poids de ses propres vêtements. Il avait besoin d’une grande aisance de la part de son assistante temporaire pour pouvoir l’aider comme il faut. Dans le moment, il ne savait pas quoi dire pour justifier le fait qu’il ne savait pas pourquoi elle voulait lui en faire mettre un, et se contenta de prévoir d’utiliser sa future et éventuelle réponse pour répondre lui-même à sa question. La jeune humaine ne put s’empêcher de rire en écoutant sa pseudo-réponse un peu vide. Kami lui expliquait qu’il devait respecter son choix, mais lui ne comprenait pas tout, alors il préféra utiliser sa future réponse comme argument de réponse, ce qui provoqua cet éclat de rire soudain. Alizée ne riait pas que pour cette réponse de plus imprévisibles et inattendues, mais surtout parce que le Shikigami avait un peu rougi face au compliment qu’elle lui avait fait sur son apparence. C’était presque comme si elle en remettait une couche pour rire d’avantage…


-Vous êtes vraiment trop drôles tous les deux…

-Non je rougis pas, j’ai juste……euh……un coup de chaud, voilà ! Un coup de chaud soudain et inexpliqué, c’est d…d’ailleurs très fréquent chez les Shikigami !

Fusanoshin n’était vraiment pas doué du tout pour mentir dans ce genre de cas, il ne dupait personne, ce qui provoqua évidemment un nouvel éclat de rire chez la jeune fille, le faisant rougir d’avantage. Le pauvre était tout gêné et ne savait pas quoi dire pour expliquer son visage qui virait au rouge tomate, ce qui faisait rire même Kami… Après avoir arrêté tout doucement de rigoler, Alizée se tourna vers Kami et prit la parole.

-Tu sais, c’est pas si grave, c’est normal qu’il soit pas au courant si c’est un fanto… euh, un esprit. Et puis on aura qu’à lui apprendre ce genre de choses toutes les deux !

Cette humaine était vraiment d’humeur joyeuse aujourd’hui, si bien qu’elle recommença à rire de plus belle ne repensant à cette histoire de maillot de bain et ne cachait vraiment pas sa phrase précédente, que Fusanoshin n’avait pu s’empêcher de faire remarquer qu’il avait tout entendu. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi elles rigolaient, et continuait de rougir sans s’en rendre compte en essayant de leur faire garder leur sérieux…

-Pour répondre à tes questions… Je n’ai aucune idée de pourquoi j’ai un bon sens de l’observation ! Peut-être que c’est à force de fuir et d’échapper aux policiers, ou alors de vivre toute seule… Ou alors parce que je suis trop curieuse, qui sait ? Disons que, pour la pièce et le matelas, c’est parce que…………….Mh… Parce que j’ai jamais ni maison, ni matelas, alors ça me fait bizarre. D’ailleurs ça ne te fait pas bizarre à toi ? Et merci pour le compliment… Je crois bien que c’est la première fois qu’on m’en fait…

-De rien, si c’est pour te voir joyeuse, c’est la moindre des choses ! En revanche je suis désolé pour toi, ça n’a pas dû être une partie de plaisir de vivre dans la rue, de se faire poursuivre par la police, surtout en hiver… Je me rends compte que si tu es si gaie aujourd’hui, c’est pour ne pas te laisser abattre par ton passé et faire en sorte de paraitre normale pour éviter de ressasser ce genre de choses. Je compatis entièrement, je sais que ce n’est pas facile du tout de vivre par ses propres moyens, moi-même je me suis retrouvé seul pendant des années. Avant, la mère de Souma, mon Toujinshi actuel, était elle-même Toujinshi, mais à sa naissance elle a arrêté de combattre le clan Jinryu qui nous mène la vie dure depuis ce jour. Elle ne voulait pas risquer de blesser son enfant avec son rôle de Toujinshi alors elle m’a laissé dans le tiroir de sa commode durant des années et des années sans jamais m’en refaire sortir. Ce n’est que récemment que Souma m’a découvert et qu’il a signé un pacte avec moi pour remplacer sa mère. Autrefois nous faisions partie du clan Jinryu mais au cours d’une altercation avec Yuma, son grand frère, il s’est fait bannir de ce clan qui lui apportait le confort et tout ce qu’il avait besoin. Depuis ce jour, nous avons vécu de sombres jours dans la rue, à manger ce qu’on trouvait et à se défendre contre le clan Tenryu, et le Jinryu qui avait pris cet affrontement entre les deux frères comme une trahison. C’est pourquoi je te comprends autant, j’ai vécu à peu près la même chose que toi et je tenais à t’en parler un peu.

Alizée enchaina avec une idée à elle, qui était de demander à quelqu’un d’autre gentiment pour le pousser à accepter un éventuel prêt car elle n’en avait pas un seul. Fusanoshin acquiesça devant son plan et lui proposa de demander dès la fin de leur conversation pour ne pas perdre de temps. Après avoir décidé ensemble de ce qu’ils allaient faire, Alizée lui parla de sa passion pour la cuisine qui l’avait réussi du premier coup dans tous les cas. Comment les deux compagnons pouvaient refuser ? Une douche suivie d’une bonne grosse pile de crêpes, c’était parfait ! Fusanoshin lui exprima son profond désir de la voir aux fourneaux et lui proposa d’enchainer ça juste après la douche. Cette humaine était vraiment exceptionnelle, savoir cuisiner aussi bien et être débordante de bonnes idées et d’amabilité ! Le Shikigami ne pouvait mieux rêver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile


+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   Mer 14 Nov 2012 - 18:19

Fusanochin était un bien piètre menteur. Cependant, Alizée le croyait aveuglément. Stupidité ou crédulité? Nul n'avait jamais pu le déterminer. A croire que son cerveau était d'une taille si infime que personne ne pouvait en percer les mystères. Elle croyait tout le monde aveuglément, sauf en de rare occasion et seulement si la personne était considérée comme son "ennemie", chose impensable, puisque pour elle, 99,99% de l'humanité, voire de l'univers, était bienveillante, et par conséquent digne de confiance. En clair, c'était une fervente partisane du fameux "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". M'enfin, tout le monde il est gentil, tant qu'ils frappent ceux qui sont gentils... Pourtant, si elle avait un peu réfléchi, elle aurait bien remarqué que l'explication du jeune homme était bidon. Mais après tout, qui était-elle pour mettre en doute ses paroles? Elle ne savait rien des esprits, alors le contredire, ce serait comme affirmer que les livres étaient nuls à lire: elle pouvait dire ce qu'elle voulait, elle n'en savait rien, alors elle ne pouvait que croire ce qu'on lui disait. Alors si Fusanochin disait que les esprits avaient de fréquents coups de chaud, ça ne pouvait être que vrai!
Après cette petite partie de franche rigolade (du moins en ce qui les concernaient elle et Kami, parce que le principal concerné n'avait pas l'air de trouver ça très amusant), et ses réponses quelques peu désordonnées, Fusanochin prit la parole:

-De rien, si c’est pour te voir joyeuse, c’est la moindre des choses ! En revanche je suis désolé pour toi, ça n’a pas dû être une partie de plaisir de vivre dans la rue, de se faire poursuivre par la police, surtout en hiver… Je me rends compte que si tu es si gaie aujourd’hui, c’est pour ne pas te laisser abattre par ton passé et faire en sorte de paraitre normale pour éviter de ressasser ce genre de choses. Je compatis entièrement, je sais que ce n’est pas facile du tout de vivre par ses propres moyens, moi-même je me suis retrouvé seul pendant des années. Avant, la mère de Souma, mon Toujinshi actuel, était elle-même Toujinshi, mais à sa naissance elle a arrêté de combattre le clan Jinryu qui nous mène la vie dure depuis ce jour. Elle ne voulait pas risquer de blesser son enfant avec son rôle de Toujinshi alors elle m’a laissé dans le tiroir de sa commode durant des années et des années sans jamais m’en refaire sortir. Ce n’est que récemment que Souma m’a découvert et qu’il a signé un pacte avec moi pour remplacer sa mère. Autrefois nous faisions partie du clan Jinryu mais au cours d’une altercation avec Yuma, son grand frère, il s’est fait bannir de ce clan qui lui apportait le confort et tout ce qu’il avait besoin. Depuis ce jour, nous avons vécu de sombres jours dans la rue, à manger ce qu’on trouvait et à se défendre contre le clan Tenryu, et le Jinryu qui avait pris cet affrontement entre les deux frères comme une trahison. C’est pourquoi je te comprends autant, j’ai vécu à peu près la même chose que toi et je tenais à t’en parler un peu.

Sa sollicitude la touchait, même si ce genre de chose ne la touchait pas spécialement. Oui, ça n'avait pas été une partie de plaisir, mais que pouvait-elle y faire? Se plaindre aurait été inutile, voire dangereux si quelqu'un informait la police, les services sociaux ou d'autres organismes du même acabit. Alors, elle avait appris à vivre avec, et à sourire, à rire de sa situation, aussi pénible ou inextricable soit elle. Et puis d'ailleurs, elle ne s'était jamais plainte de sa situation. Elle n'avait jamais eu aucune raison de le faire, c'est tout. Elle aimait sa petite vie trépidante, même si une vie tranquille ne lui aurait pas déplu. Elle n'avait simplement jamais songé avoir une vie différente de celle qu'elle avait, en quelque sorte, toujours eu. C'était sa vie, et elle ne l'avait jamais envisagé autrement. Seulement, maintenant qu'elle était enfermée ici, elle se rendait compte à quel point la vie à l'intérieur d'une maison était bien meilleure que la sienne, dans le froid et l'austérité du monde extérieur. Tout y était plus calme, plus abondant, plus accueillant... Finalement, être enfermé ici n'était en rien une malédiction comme certains pouvaient le dire. Oups, voilà qu'elle se remettait à penser à des choses tristes! Ça n'allait pas du tout! Il fallait vite qu'elle écarte ces pensées de sa petite tête de linotte.
Pour faire plaisir à Fusanochin, puisqu'il aimait tant la voir sourire d'après ses propres mots, elle sourit de nouveau avant de dire:

-Oh, tu sais, ce n'est pas si terrible au fond... Je m'amusais bien, et puis, j'ai toujours vécu comme ça. C'est plutôt moi qui devrait être désolée pour toi. Se retrouver seul au fond d'un tiroir de commode, Elle se demanda un instant ce que pouvait bien être une commode mais, de peur de paraître totalement idiote, elle préféra ne pas demander. Et d'ailleurs, tu as raison d'en parler, il faut s'entraider entre ancien SDF!

Mais d'ailleurs, comment avait-il pu tenir dans le fond d'un tiroir? Ce devait être une grande commode... Ou alors, une commode était un objet immense pour avoir des tiroirs pouvant contenir une personne de taille moyenne. Enfin bref, ce genre de réflexion lui donnait mal à la tête de toutes façons, alors autant ne pas y penser.
Brusquement, agacée par le fait de rester assise et inactive.

-Bon! Fini de bavarder! On a une douche à prendre et des crêpes à manger, et les crêpes n'attendent pas! Bon, je vais me débrouiller pour les maillots de bains, j'ai une petite idée... (Et lorsqu'elle avait une idée, ça n'avait rien de bon...) Alors on se retrouve devant les douches dans... hum... je sais pas, on verra, attends moi devant les douches, ok? Mais je te préviens, si tu n'y est pas, je mange les crêpes sans toi! A tout à l'heure.

Et aussitôt elle partit en courant en direction du manoir, sans même attendre la réponse du jeune homme, et sans un regard en arrière.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Mais qui voilà !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais qui voilà !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Parc et Lac-
Sauter vers: