AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Baek In Ho.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Mush
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Régénération rapide.
• AEA : Ver de terre.
RP en cours : wrong place, wrong time

Messages : 24
Inscrit le : 29/10/2012

MessageSujet: Baek In Ho.    Lun 29 Oct 2012 - 16:01



* BAEK IN HO


*nom – Baek.
*prénom – In Ho.
Spoiler:
 
*age – 18.
*né le – 22 mars.
?

Pouvoir
 Régénération cellulaire rapide. Un brin plus rapide, pas énormément, juste assez pour qu'une blessure qui devrait guérir en une semaine soit guérie en quatre jours. Le mal se fait alors moins présent, sa douleur devient moins vive que d'autres personnes. Ce pouvoir n'est pas très utile en soi, puisqu'il risque moins que dans son milieu habituel.

Alter Ego Astral
Un ver de terre, sans nom.

Passions
Le coréen était studieux à l'époque, il aimait apprendre quelques mots d'anglais, il voulait encore étudier, avant la guerre. Il n'a pas de passion à proprement parler, puisqu'il passait son temps à materner sa mère.

N'aime pas / Phobies
In Ho ne supporte plus les grands bruits, il ne soutient plus aucun choc à son oreille. Les coups de feu et les cris le terrifient. Traumatisé, et sensible à tout ce qui concerne son passé, il ne supporte plus être enfermé dans ce lieu. Il essaye de retourner chez lui, tente de se prendre à chaque occasion qui pourrait l'emmener hors d'ici. In Ho n'aime pas grand monde, il est de nature assez silencieux, et n'arrive pas à sociabiliser aussi bien qu'avant.




« Surrender every word, every thought every sound. »

Histoire

Wrong War, in the Wrong Place, at the Wrong Time, and with the Wrong Enemy – Omar N. Bradley

Guerre de Corée, 1950 – 1953.

15 AOUT 1945 :: Libération de la péninsule coréenne du Japon.
La Corée se divise en deux, à sa 38ème parallèle. Les Américains arrivent dans le Sud, les Russes dans le Nord.

25 JUIN 1950 :: La Corée du Nord attaque la Corée du Sud. En 3 jours, ils ont avancé jusqu'à Séoul. En 40 jours, ils sont parvenus à prendre quasiment toute la péninsule. Jusqu'à l'arrivée des troupes américaines.

Par manque de soldats, la Corée du Sud décide de recruter des millions de lycéen, voire de collégien. Ils ont alors un peu plus de 16 ans.

Alors est confié à un jeune garçon, nommé Oh Jung Bum, un régiment de 71 étudiants. Ils sont alors confiés, sans adultes, de protéger la fierté des Sud-Coréens. Ils sont 71, à attendre les troupes nord-coréennes, dans une école pour fille. Ils sont attaqués le 11 août 1950. Le but est de protéger la dernière ligne de défense, avant l'aide des troupes américaines.

Baek, In Ho.
Un jeune militaire parmi les 71. À peine sorti du lycée, à peine 18 ans. Ils étaient tous dans cette même tranche d'âge, encore trop enfants. Ils riaient, en attendant leur tour, ils étaient souriants, sûrement pour la dernière fois. Ils s'amusaient avant de dormir, en attendant le jour, ce jour précis. Baek In Ho faisait parti de ce régiment, et avant tout, il ne savait pas à quoi ressemblait la guerre. Il avait pour seul idée dans la tête qu'il fallait éradiquer les Communistes, en somme les Nord-Coréens. Il pensait que, ces êtres malfaisants, auraient le physique du diable. Il avait pour seule objectif, de tous les tuer. Sois-disant parce que les Nord-coréens étaient des connards et bâtards finis, et qu'avant tout, ils les avaient attaqués en premier. Ils n'y connaissaient pas grand chose, en réalité. Ils ne savaient pas vraiment qu'ils se retrouvaient impliqués dans une pauvre guerre officieusement civile, dans cette grosse merde. Et ils iront cracher sur le dos des deux puissances de l'époque qui les avaient divisé en deux. Tous les tuer, c'était une mentalité peut-être encore trop immature, mais elle dominait à peu près toutes les mentalités qui pouvaient co-exister lors de cette guerre. Pour cause de nationalisme profond, mais aussi parce qu'ils ne s'y connaissaient pas.

Même dans ces conditions absolument précaires et insoutenables, ils arrivaient à plaisanter.

Quelques jours avant que, « ils » viennent attaquer l'école, une petite troupe de 20 personnes à peine, mais une troupe de ces nord-coréens. Alors ils attendirent, derrière les fenêtres, derrière des buissons devant, le cœur battant. Ils étaient sûrement venus patrouiller, pour repérer les défenses. Ou peut-être étaient-ils des appâts pour faire bouger les petits coréens qui gardaient la dernière ligne de défense. Pour les affaiblir, bref. Et ça a marché, pour la première fois pour tous, ils tiraient sur des humains. Pour la première fois, ils pouvaient avoir la conscience de tuer. Au début, ça les a remonté. Au début, ils étaient fiers, quoiqu'un peu perdus, trop gamins pour se convaincre de ne pas culpabiliser sous prétexte d'être en guerre. Il faut dire, alors, que le monde dirigé par les enfants seraient peut-être meilleur. Un nord-coréen s'était échappé, et toute cette petite bande d'étudiants se mirent à le poursuivre.

C'était l'appât. Droit vers 15 ou 16 morts, une vingtaine de blessés. Une retraite et pas mal de morts dans l'autre camp. In Ho, plaqué contre le sol, tremblant avec son fusil entre les mains, il observait Jung Bum et le rebelle du groupe. Jung Bum venait de hurler de ne pas tuer le gamin, d'une dizaine d'année au mieux, tandis qu'il pointait son fusil dans la tête du gosse. « Il avait une arme ! », c'est ce qu'il a justifié quand il a explosé ce nord-coréen. Ils sont rentrés, désemparés. Après avoir enterré les corps de leurs amis, famille, ils s'endormirent.

Un général nord-coréen, armé d'un drapeau blanc, était venu les voir. Directement. Et puis il leur avait proposé de partir, avant qu'ils ne viennent les exterminer. Par fierté, par peur, Oh Jung Bum, responsable, refusa. Et comme c'était prévisible, une dispute éclata. Entre ceux qui ne voulaient pas crever dans un combat complètement déséquilibré, et ceux qui voulait soutenir la volonté des sud-coréens. Finalement, la dispute se régla par un coup de feu. Un coup de feu qui provenait d'un garçon, assis sur un morceau de bois dans le coin, son petit-frère gisant sur ses genoux. Il venait d'achever son propre frère, par qu'il souffrait, et parce qu'il n'en pouvait plus. En un silence, ils s'éparpillèrent. Certains pour pleurer, certains pour se lamenter, et certains pour écrire une dernière fois. Il ne restait que trois jours avant une mort définitive.

Baek In Ho, attendait. Il faisait parti de la ligne de défense planqué à l'intérieur. Avec des chaises empilées et une vitre éclatée de partout. Baek In Ho, il avait vraiment peur. Mais il ne pouvait se résoudre à fuir, parce qu'il ne restait pas déjà beaucoup de personnes, et parce que, par preuve de nationalisme, il ne pouvait abandonner ses amis, ni son pays. Alors il n'avait plus qu'à combattre, en pensant à sa mère, s'accrochant de toutes ses forces à son manche quitte à le déchirer lorsqu'il se faisait traîner par les soldats. Sa mère était sourde, sa mère était muette, et son père était déjà mort les premiers jours de la guerre. Alors elle ne pouvait que pleurer, elle ne pouvait qu'émettre des cris inaudibles, un hurlement en direction du ciel. Et avant tout, même s'il n'avait pas envie de la laisser seule, elle ne pouvait que l'être.

Je vais peut-être mourir, maman, ne m'attends pas.
Prends soin de toi. Je t'aime.

Ils arrivaient en masse. Et pas encore de signe des troupes sud-coréennes qu'ils avaient promis de nous envoyer, pour tenir tête un peu plus longtemps à ces monstres. Les jeunes soldats avaient prévu tout le nécessaire possible pour essayer de tenir jusqu'à l'arrivée des adultes. Baek In Ho, rongé par la peur, tremblait, couvert de sueur. Et son fusil en main, le cœur serré, il retenait les larmes qui prouvaient sa volonté de vivre. Il avait trop de regret, il ne voulait pas mourir. Il ne pouvait pas mourir, il ne pouvait pas se le permettre s'il pensait à sa mère. Au début, les jeunes, même In Ho pensait pouvoir gagner cette partie. Avant l'arrivée des tanks.

Les tympans déchirés par le bruit insoutenable, il courait, In Ho courait. Il avait déjà tué trop de gens, il avait déjà vu trop de ses amis tomber sous lui. Alors, peut-être inconsciemment, il essayait de fuir, vers le haut. Vers le toit, pour échapper aux explosions qui détruisaient leur nid, l'école. En panique, il se rendit dans une pièce vide, toute petite, pour recharger son fusil. Sous le stress, la nervosité et la panique, il avait énormément de mal. Et il criait sous l'explosion qui venait d'exploser ce stress accumulé. Couvert de sang, pas seulement du sien, il se remit à courir. Traversant des portes et des portes.

Maman...

La langue était la même chez les nord-coréens, alors il pouvait comprendre. Que ces putains de nord-coréens étaient quand même humains. Et que, exactement comme lui le ferait, pensait à leur mère quand il crevait.

Une dernière porte et c'est le toit, une dernière porte et il pouvait avoir une vue sur le ciel, une dernière porte et il pourrait crever sous les balles. Tiraillé, sa volonté de vivre et son envie de finir fièrement dans le milieu coinçaient. Et lorsqu'il traversa cette dernière porte, haletant, le fusil fermement en main, il s'arrêta net. La porte s'était automatiquement fermée sous le coup de la puissance avec laquelle il l'avait poussé. Trop fatigué de ce qu'il venait de vivre, pensant peut-être qu'il était mort, arriva dans le pensionnat interdit. Mais triste.




HRP. Mon histoire fait un peu amateur, j'en suis désolé ><


Caractère

In Ho est d'un naturel effacé. Il est silencieux, pas trop mauvais plaisantin, calme par caractère. Pouvant être qualifié de timide, même d'hésitant, il manque certainement d'assurance et d'audace. Craintif mais pas lâche, gêné mais pas complètement éteint – réservé. Pas non plus très déterminé de nature, de loin confiant, il n'est pas l'ami de la conviction. Il possède un terrible pouvoir de persuasion qui fait que personne ne change d'avis bien qu'il soit correct. In Ho possède une manière de penser peut-être trop sévère même pour lui même. Il ne conjecture pas, essaye d'aller au delà des préjugés, essaye d'écouter. On pourrait le dire attentif, et très à l'écoute, avec tout son cœur. En soi, In Ho est tellement banal qu'il ne faut pas grand chose pour qu'on puisse prédire ses actions prochaines, et sa manière de pensée s'imprègne assez vite. Il est du genre lassant, sans nouveauté, d'un calme plat. Un avantage comme un défaut à longue durée. In Ho fait des efforts, il tente toujours un peu plus, pas assez pour être justifié comme ambitieux, mais assez pour le montrer. Et assez pour que les autres puissent s'en rendre compte. In Ho, ne parle pas beaucoup, mais il sait sourire en temps voulu. Il sait rire, et puis avant tout, il sait comment ne pas s'ennuyer. Ceci dit, la guerre aura sûrement des effets secondaires sur son caractère. In Ho devient finalement si seul qu'il ne ressent plus le poids de la culpabilité le prendre de l'intérieur. Le mince vernis de frustration une fois gratté, apparaît le côté meurtri du pauvre jeune homme. Une boule de rage en fusion, et puis un brin parano, parce qu'il a toujours été victimisé par les balles qui pleuvaient en permanence ce jour là.

Physique

Visuellement aussi, In Ho n'a rien de spécial. Hormis le fait qu'il est asiatique car coréen, qu'il soit ni complètement affreux ni sublimement fabriqué. D'une taille moyenne voire même grande dans son époque, son mètre soixante-dix dépassé. In Ho reflète physiquement ce qu'il est moralement. Un air fatigué, un air toujours cool, jamais en panique. Un air calme. Ce qui n'est pas totalement vrai dans des situations critiques, mais soit. Les cheveux descendants presque jusque dans les yeux, cachant lesdits yeux étirés. Des cheveux bruns foncés, très fins, qui colle au crâne. Un corpulence mince, maigre même, témoignant son ivresse masculine à ne jamais avoir touché au sport. Des doigts fins, des lèvres fines, des petits yeux, une moyenne taille. Et voilà un asiatique digne de ce nom, comme on en voit fréquemment en son temps, partout. Aussi normal que l'est sa normalité. In Ho et son teint foncé d'avoir passé des heures entières sous un soleil mauvais. In Ho et ses yeux qui tombent. In Ho et son air toujours ennuyé alors qu'il ne l'est pas forcément. In Ho et son style vestimentaire de son époque. Et comme étant paysan, et comme n'ayant jamais eu droit aux beaux habits, et comme n'ayant jamais eu droit de penser ne serait qu'à ces habits, In Ho est très basique. Presque scandaleusement habillé, subtil mais pour lui suintant l'odeur de son chez-lui de base.





Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? code okay (by Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? topsite !
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? non °°
♦ ...Dans ce forum ? oui °°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Baek In Ho.    Jeu 1 Nov 2012 - 14:38

Salut ! Bienvenue et désolé de l'attente ...

Alors alors, eh bien je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est rien ! Le code est correct, l'histoire comme le caractère ou le physique sont aussi très clairs ! Donc pour moi, pas besoin de tergiverser, tu es validé !
Tu peux dès à présent commencer à RP ! N'hésite surtout pas à te présenter dans le Hors-jeu et à t'incruster dans une discussion de la CB ou du flood :)
Bon jeu parmi nous ! N'hésite surtout pas si tu as des questions.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Baek In Ho.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches acceptées-
Sauter vers: