AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Asphyxie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeJeu 25 Avr 2013 - 19:47

Le membre 'Kélian Ael' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 16594700

--------------------------------

#2 'Dé Dérobé' :
Asphyxie. - Page 3 70728842
Revenir en haut Aller en bas
(lol t'as pas du feu ?)
Selenda
Selenda

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Pouvoir : AHAHAAHAHAH
• AEA : The fumée de clope.
• Petit(e) ami(e) : Les caleçons emo de Kélian.

RP en cours : Checkmate.

Messages : 240
Inscrit le : 25/08/2010

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeJeu 25 Avr 2013 - 21:02

{ Souvenirs indésirables } ← Selenda.
    Mal.
    Les doigts maculés d'encre noire s'écorchèrent plusieurs fois à l'écorce de l'arbre avant de parvenir à en agripper une aspérité. L'elfe laissa aller son poids contre le tronc, le souffle court. Mal, mal. La palpitation rouge allait et venait sous ses paupières et enserrait son crâne dans un étau qui se resserrait à chaque pas. Elle sentait presque le choc de la prochaine pierre qui la ferait trébucher, et elle serait trop faible pour se relever. Trop faible, terrassée par la douleur.
    Ça fait trop longtemps que tu ne l'as pas sentie, pas vrai.
    Oui et non. Oui et non ; c'était courant, chez elle, ce genre d'exploits. Et le bras dans l'engrenage, ça lui avait fait quoi ? En couleurs, c'était atroce. Dans le monde où elle se trouvait à ce moment-là, elle avait mis des mois à s'en remettre.
    Mais à l'abri derrière la vitre teintée, esprit et corps ne souffraient pas. De toute façon, ses perceptions délavées avaient fini de la vider, d'aplanir la moindre étincelle de ressenti qui aurait pu l'atteindre. Alors au fond, ça n'était jamais grave. Les blessures infligées à ce corps jetable, de toute façon, ne dureraient pas ; même la mort n'existait que sur le moment. Rien de très important, dans tous les cas.
    Un élancement dans son orbite vide tira une plainte à Selenda, et ce faible son, que personne ne pouvait entendre et même ses oreilles à vif, il était comme marqueur coloré de l'actualisation.
    Ça fait mal, pas vrai ? Mal partout, mal à l'intérieur, à l'extérieur, et même en se réfugiant dans cette illusion d'objectivité, ça ne voulait pas s'en aller. Pourtant, en général, ça marchait, de se souvenir qu'au fond cette douleur n'avait rien de réel, que le réel était ailleurs.
    Ailleurs, vraiment ?
    Tu es bête, petite. La vitre, elle a volé en éclats, tu t'écorches sur les morceaux de verre, et ça saigne de partout. Pas moyen de s'échapper, de faire semblant, de quitter la scène. Ça fait mal ? Y a de quoi.
    Maintenant, ce serait bien de rendosser le rôle, juste pour la forme. Pour quelques pas et un doigt serrés sur la gâchette. L'elfe prit une inspiration laborieuse et, serrant une main dont chaque doigts la faisait souffrir sur la crosse froide de l'arme qu'elle tenait, prit appui sur l'arbre pour avancer.
    Par là. Elle ne savait pas si c'était la forêt qui le lui avait dit, ou si elle avançait au hasard. De toute façon, plus rien n'était à sa place, plus rien ne fonctionnait correctement. Il y avait un foutu grain de sable dans la machine, et tout se détraquait. Reprendre contenance était un peu trop difficile sur ce coup-là.
    Enfin. Elle connaissait le bout du chemin. C'était la vie qui s'échappait subrepticement, au goutte-à-goutte, de ses veines, qui le lui murmurait, au fond. Tu as déjà vécu l'existence du légume dans son lit d'hôpital ? Non ? Dommage, continue de chercher. Mais au bout, il y a tout de même le coup de feu. Selenda avait réfléchit, attrapé quelques branches, lâché son livre dans la mousse, et déduit avec un sourire qu'il n'y avait personne à sauver. Personne, finalement. C'était mieux comme ça : elle pourrait se contenter d'une vengeance inutile, une vengeance d'enfant, sur l'orgueil, quelque chose qu'il touchait au suicide.
    Qu'au moins ça serve à quelque chose. Et peut-être qu'ainsi, le monde se remettrait à l'endroit.
    Et la mort ? On s'en fout, de la mort. Voilà au moins un truc qui restait constant, c'était bien. L'image du néant était bien trop éloignée pour que l'elfe puisse l'imaginer fondre sur elle ; et de toute façon, c'était temporaire, non ? Toujours la routine, l'éternité dispersée, tout ça.

    Le vide lui agressa l'esprit et balaya ses pensée imbriquées. Selenda se laissa aller contre un arbre, grommela à voix basse contre la douleur battant dans ses tempes. Le temps de porter une main à sa joue. Le temps de jeter un coup d'oeil droit devant.
    C'est les arbres, qui te l'ont dit ? Va savoir. Quoi qu'il en soit, tu aurais dû t'enfuir un peu plus loin, ma chérie.
    C'est qu'elle était là, finalement. Avec le bout de la route.
    L'elfe passa d'un arbre à l'autre pour se rapprocher. Sa respiration sifflait ; pourtant, elle ne se rappelait pas d'autres blessures qu'au visage. Les côtes, les jambes, la poitrine ? Elle ne se souvenait pas bien ce qui s'était passé, le temps d'une roulade dans la poussière. Peut-être que le choc avait été plus violent qu'elle ne l'aurait cru. Ou alors les arbres. La chute. Autre chose.
    Selenda passa une main dans ses cheveux, puis jaugea la distance d'un regard ; son esprit s'éclaircissait soudainement, tout s'épurait. C'était plus simple comme ça ; penser le viseur et la cible, et c'est tout.
    Viens un peu par là, ma jolie. Qu'on en finisse.
    Un poignet en appui contre l'autre, même si elle n'avait pas la visions très claire, et c'est tout. Ou alors...
    Comme une bravade, Selenda lança un sifflement brutal qui transperça l'air, une seconde avant que le canon de son arme ne hurle à son tour.
    Évite-moi celle-là.


Dernière édition par Selenda le Ven 26 Avr 2013 - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 2:09

Heather sentit la balle lui traverser la peau : c’était d’abord froid comme du métal, puis chaud comme du sang. Il coulait le long de son épaule, éclaboussait en gerbes vermeilles sa joue droite. Les rubis incandescents tombaient en collier liquide sur ses clavicules sales. Son visage se durcit avant de s’adoucir brusquement –laisse tomber, ma jolie, il n’a fait que s’affaisser. La jolie blonde avait vu, quelque part dans la salle de réception, une vieille amie se servir au buffet. Elle l’avait perdue de vue depuis longtemps, cette vieille garce. Elle avait pensé ne plus jamais la revoir, elle n’y pensait plus seulement. Et pourtant, ces traits crevés, fatigués, éreintés, cette robe rapiécée ne laissaient aucune place au doute. Maystood ne comprenait pas comment une paria de ce genre était parvenue à se faire inviter dans une si somptueuse réception, mais aucun des gorilles ne lui sautait dessus pour la jeter dehors, qu’elle allât mendier un peu de vengeance sur le perron, sous la marquise, qu’en savait-elle, qu’avait-elle besoin d’en savoir.
Mais elle était rentrée et, du coin de l’œil, Heather l’observait sans se rendre compte que la vieille chienne l’observerait elle aussi, fixement. Sans ciller. Sans perdre de vue son objectif. La seconde où la grande araignée avait remarqué l’intruse, elle portait déjà son cadeau argent et vermillon. Un gémissement fila entre ses dents serrées et sa prise sur Kélian se relâcha. Merde, jura-t-elle avec un semblant de rictus toujours accroché aux lèvres. Comme sa peau sèche, il partait en lambeaux et tenait, fier quoiqu’inutile, ses positions. La belle invalide releva la tête, scruta l’horizon. Sa tête en avait pris, des coups.

Elle n’y voyait plus grand-chose.

Le sang gouttait le long de ses doigts aux ongles cassés et formait une flaque dans l’herbe. La terre le buvait, avide. Derrière les deux filles et le blessé, la surface miroitante du lac, à quelques mètres à peine. Si proche du but. Son bras cassé, les ecchymoses, les hématomes, le goût d’une bile amère et le parfum métallique du fer l’avaient laissée dans un sale état. Furieuse, elle tourna la tête vers Claris. Il ne fallait surtout pas qu’elle s’en aille. Une invitée de marque –en théorie. Kélian mourrait à coup sûr sans personne pour faire pression sur cette fichue blessure. Ce n’étaient pas ses affaires, le lac était bien assez proche à présent, et son sac, qui lui sciait toujours l’épaule, aurait tôt fait son office.

Mais d’abord, il ne fallait pas mourir. Son bras droit était à présent complètement inutile et l’engourdissement remontait progressivement le long de son corps et de sa poitrine. La colonie de fourmis rouges gagnait sa cage thoracique pour y creuser de merveilleux sillons où l’oxygène ne s’engouffrait qu’avec peine. La princesse griffue n’en avait plus pour très longtemps. Il y avait une arme à feu –pas un fusil, la détonation caractéristique n’avait pas marqué l’oreille de la chasseuse expérimentée. Un pistolet ? Non, oui, non, on s’en fiche, peut-être, tu ne pourrais même plus le tenir du bout du bras, ni le droit, même le gauche. Heather ne tenta rien pour arrêter le sang ; une autre paire de mains aurait été nécessaire pour un garrot, et elle était déjà couverte de blessure. La jeune fille se laissa plutôt tomber à genoux sans mot dire, avec juste un cri. Derrière Kélian. La balle est venue d’ici, de là ? Parfait, piailla une voix nasillarde mais atrocement froide. Elle ne tirera pas sur Kélian, elle ne tirera pas. Et si elle tire, ce sera sur lui.
Alors c’était gagnant. Une seconde en plus. Une âme plus clémente avec un sens plus pointu de la justice se fût laissée aller à songer que ce n’était que juste rétribution pour ces gens qu’elle avait tirés. Pas Heather, Emmalee, Andreia Maystood. Dieu non, pas elle. C’est avec une vulnérabilité tapissée d’assurance qu’elle lança sa carte : je suis. Tu te couches ? Tu doubles la mise ? Tu tires, tu te planques ?

« Kélian, Claris, attention ! »

L’ironie aurait pu être là ; Heather aurait pu se tromper, ç’aurait pu être n’importe qui d’autre qu’elle, n’importe qui. Selenda. Ses blessures le lui hurlaient à tout va.
Revenir en haut Aller en bas
Slow Motion Suicide
Kélian Ael
Kélian Ael

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 30
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 197
Inscrit le : 08/03/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 7:04

Claris se rapprocha, tira sur sa manche ; et il fut presque soulagé de la voir là, triste et tremblante mais bien en vie. Elle était encore en vie, encore en forme – fatiguée, sûrement, épuisée et perdue, mais pas blessée, pas trop. Pas suffisamment pour l'empêcher de courir. Puisqu'il n'y avait plus rien à faire pour lui, c'était bien le moment de se préoccuper des autres. Peut-être l'avait-il un peu trop brusqué. Il ne s'en soucia pas. Elle était bête, aussi, à n'écouter personne et à n'en faire qu'à sa tête. Avoir les jambes coupées et des remords à s'en étouffer, ce n'était pas une raison valable pour risquer bêtement sa vie.
Quelques années plus tôt, si un ami proche lui avait hurlé de se tirer, il l'aurait fait. Même en sachant que l'autre risquait de ne pas revenir, il l'aurait fait. Maintenant, c'était différent – mais Claris avait dû vivre une vie tranquille, une vie normale. Claris aurait dû s'enfuir et il lui en voulait pour ça.
Pas que ça ait vraiment d'importance dans son état.
Kélian l'écouta, fronça les sourcils ; déconnecta. Pour que ça ne saigne plus, hein... Peut-être aurait-il dû lui dire clairement que ça n'aurait servi à rien. Bandées ou pas, ses blessures allaient le clouer au sol à un moment ou à un autre. Il n'y avait pas d'hôpital, ici, pas de sortie de secours pour s'enfuir de ce jeu morbide. Il mourrait, point barre. Il s'y était plus ou moins résolu. Malgré l'effort instinctif que son corps mettait à le maintenir éveillé, malgré cette foutue volonté de survivre qui martelait son crâne d'ordres contraires, l'issue de ces exclamations et de ses doigts engourdis lui paraissait on ne peut plus claire. Je vais mourir ; c'est tout, c'est comme ça.
Et il avait si froid, si mal, qu'il ne parvint pas à s'en inquiéter. C'est comme ça, on va pas en faire des crises de nerfs. C'est comme ça.
La voix d'Heather le tira de sa léthargie ; il grimaça, électrisé, quand sa blessure fut touchée de nouveau. Un engourdissement bienvenu endormissait ses tissus abîmés, comme la chaleur trompeuse qui précède l'hypothermie : qu'on les laisse tranquilles, pitié. Qu'on l'abandonne là, en fait. Il oscillait entre le désir de s'accrocher à un bras quelconque et celui de rester au sol, incapable de se décider quant-à la marche à suivre. Le regard dans le vide, il avait l'air plus mort que vivant. Il aurait aimé vivre, pourtant.
Il était toujours trop tard pour les regrets.

« Kélian, on compte sur toi. Meurs pas. »

Il acquiesça, revint à lui-même. Écouta Heather parler, se mordit la langue, repoussa la main de Claris, réussit par on ne sait quel miracle à se hisser sur ses jambes. Ça tanguait, là-haut. Main sur sa blessure, il resta debout. Ni assez mort pour crever ni assez vivant pour s'en sortir ; ça faisait chier, comme situation. Un peu d'adrénaline se dilua dans ses veines, il avança. C'était même pire qu'insupportable. Il avait l'impression de suivre une seconde sur deux, de dormir le reste du temps – et pas un sommeil agréable, oh que non. Qu'on lui coupe le bras ou l'épaule, la tête, n'importe quoi : il n'en pouvait plus de se redresser, ça ne servait à rien et son corps, lui...

Un coup de feu retentit.

Il sursauta, abasourdi ; attendit, persuadé vu la force de la détonation que la balle avait été dirigée vers eux. Il n'avait pas plus mal qu'avant, pourtant – et Claris, comment allait-elle ? Une autre poussée d'adrénaline, plus violente, brouilla sa vue. Heather se laissa tomber à genoux et lui, impuissant, ne put que lui lancer un regard affolé. Elle était avec ou contre lui, elle, déjà ? Elle l'avait fait exprès ou pas ? Le sang qui coulait de son épaule le paniqua et il ne savait plus, ne savait pas.
N'avait jamais vraiment su, s'il devait la croire ou pas.
Mais c'était Heather ; Heather.

« Kélian, Claris, attention ! »

Qu'on ne lui demande pas de réfléchir, il n'était pas en état.

« Ça venait d'où ?! »

Il voyait mal ; l'obscurité jouait pourtant en sa faveur. Ils étaient désarmés, fatigués, blessés. Quel intérêt de leur tirer dessus ? Ils auraient tôt fait de tomber en mille morceaux sans l'aide de personne.
Alors pourquoi, hein ? Pourquoi ?

« Tirez pas, merde ! »

Paniqué, énervé, fatigué ; à quoi bon crier ? Tu crois qu'on va t'obéir ? Idiot.
Qu'on lui dise juste pourquoi.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Asphyxie. - Page 3 Bd8102dfb894f7071361ac929b7f8594
« Trees will speak before you listen ; oh my God - no one knows that
We can barely stand each other ; it's not right, no it's not fair.
Cause I'd wait anywhere for you.
Would you wait for me ?
Bleeding tears is the least of our problems here ;
We can moan our family's gone, blistered feelings -
All we have's diseased organs.
And I'd die anytime for you.
Would you die for me ? »

Girl, I should have told you :
 

Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 15:32

    Claris aurait presque pu croire, à grand renforts de naïveté, que les choses allaient s'arranger maintenant. Après tout, elle avait réussi à bouger, c'était une sacré victoire personnelle, non ? Et puis Heather était redevenue comme avant, balbutiante et tremblante, et même si Kélian était blessé, même si, même si... Pressée par l'espoir, la fillette ne mettait pas longtemps à occulter la gravité des blessures des deux jeunes gens. C'était pas tant que ça, pas vrai ? De toute façon personne ne pouvait mourir comme ça ; la mort, c'est quelque chose qui ne fait peur qu'à la télé et dans les livres, de toute façon. Kélian était juste fatiguée, Heather aussi, c'était pour ça qu'elle faisait n'importe quoi. Sentant malgré elle que ce mensonge ne tenait de toute façon pas la route, la fillette ne put rouvrir la bouche, et serra ses lèvres grelottantes en retenant de nouvelles larmes.
    Et puis Heather arriva, et avant qu'elle ait pu finir son mouvement de recul, attrapa la main de Claris en lui crachant des paroles corrosives comme du venin.

      « Dégage. Laisse les grands faire, d’accord, merde ! On peut pas mettre un bandage ici, faut pas être con non plus ! [...] Et t’appuies, c’est compris ? [...] Je vais aller chercher de l’aide, peut-être […] »

    Si la fillette avait été dans son état normal, elle n'aurait pas mis longtemps à répliquer que c'était la faute à qui, hein, tout ça ? Mais la violence des mots et des gestes lui fit rentrer la tête dans des épaules tremblantes et fermer sa bouche, tandis que ses oreilles épuisées n'enregistraient que la moitié des mots, comme si elles étaient remplies de coton. La sensation liquide sur ses doigts la fit frémir, mais elle n'osa pas retirer sa main ; de toute façon Heather avait raison, toute seule, elle ne savait pas quoi faire. Alors même si la vue du sang la fit déglutir et que sa chaleur lui donna envie de s'enfuir en courant, elle resta en place comme un pantin de bois bien bloqué bien docile. Parce que peut-être que comme ça tout irait bien - même si c'était Heather qui commendait, Heather qui avait voulu leur faire si mal.
    PAN.
    La détonation éclata entre les oreilles de Claris comme une explosion de flammes. Elle porta ses mains ensanglantées à ses oreilles, incapable de comprendre ce qui se passait, ou de se rappeler à quel moment Kélian s'était relevé et l'avait repoussée. Non, pitié, pas encore. Pourquoi il fallait que ça continue ?
    Bien sûr que tout n'allait pas s'arranger.
    Il faisait sombre. Claris sentit Heather s'effondrer à côté d'elle et entrevit la silhouette de Kélian ; elle entendit sa voix comme à l'autre bout d'un tunnel. C'était comme s'il faisait très noir, tout d'un coup, elle n'y voyait plus rien. ... Et regarde moi bien parce que là, je plaisante pas. De toute façon tu ne sers à rien, à rien, petite Claris. La fillette fit un pas en arrière tandis que son rythme cardiaque s'envolait. Ils allaient mourir. Mourir. Si quelqu'un s'en prend à nous, tu cours. Sans te retourner. Compris ?
    De toute façon tu ne peux rien faire. Une sensation étrangère s'empara de ses jambes, et cette fois, enfin, sa petite tête de linotte ne fit rien pour s'y opposer. Cours, Claris, cours. La fillette fit demi-tour et partit enfin en courant, avec la célérité dont une enfant de son âge pouvait faire preuve ; la tête vide, toute vide. Juste les jambes qui courent. Et plus loin, on sait pas ce qu'il y a.

Claris sort → ???
Revenir en haut Aller en bas
(lol t'as pas du feu ?)
Selenda
Selenda

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Pouvoir : AHAHAAHAHAH
• AEA : The fumée de clope.
• Petit(e) ami(e) : Les caleçons emo de Kélian.

RP en cours : Checkmate.

Messages : 240
Inscrit le : 25/08/2010

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 16:29

    Jour. Nuit. Selenda battit des paupières et son oeil mort lui renvoya un signal de protestation. Elle chancela, s'appuya plus fort à l'arbre. Il lui fallut un instant après la détonation pour pouvoir faire un compte-rendu de la situation, et cela l'agaça profondément. Si sa cible avait été ratée, si elle avait été plus vive, alors adieu Sally, bonjour la pelouse et tout ce qui va avec. Bizarrement, ça ne l’émouvait toujours pas plus que cela.
    Mais elle l'avait eu. Enfin. L'elfe cracha une giclée de sang noir dans l'herbe en se rendant compte qu'elle avait manqué la tête. La faute à ces mains trop faibles, à ces doigts qui tremblaient. Et maintenant ? La proie blessée à mort est toujours plus dangereuse dans les derniers instants, tu devrais le savoir. Tu veux vivre ou pas ?
    Une seconde. Le temps de reprendre son souffle. Heather pouvait bien faire ce qu'elle voulait de la vie qui lui restait pendant ce temps, mais Selenda, elle, avait besoin d'une seconde. Une seule et après on repart. Et on finit le boulot.
    Déjà, ne pas rester avachie sur cet arbre. Elle t'a vu de toute façon. L'elfe se redressa, ne gardant qu'un appui préventif sur le tronc de sa main libre. Ceci dit, ses jambes ne la soutiendraient pas longtemps. Elle avait déjà l'impression que son corps se faisait la malle.
    Juste un moment. Juste une balle, ça devrait suffire. Reportant son regard sur la scène, l'elfe distingua les silhouettes sur fond mat. Manque de relief à cause de l'oeil en moins. Mais la jolie poupée avait l'air de s'être trouvé un rempart. Selenda claqua de la langue, agacée, tout en appuyant à nouveau son arme contre son bras et en posant le doigt sur la gâchette. Ben voyons.
    Deux balles, alors. Et trois de rechange, ça devrait être bon.

      « Kélian, Claris, attention ! »

    ... La garce. Une fois que la voix d'Heather eut frayé son chemin jusqu'à ses oreilles, Selenda mit plusieurs secondes à comprendre. A intégrer. A la maudire un million de fois.
    Tremblement, hésitation. Le doigt qui s'éloigne de la détente. Non. Non, non, non, fais pas ça Sally. Fais pas quoi, d'abord ? Tire, tire pas ? Si ça se trouve, c'était qu'un coup de bluff. Si ça se trouve, c'était tapis.
    Et de toute façon, qu'est-ce que tu en as à faire, toi ? De toute façon pas grand-chose n'a d'importance, dans ta situation. Y a personne à sauver. Tu l'as dit toi-même.
    Tire, bon sang.

      « Ça venait d'où ?! Tirez pas, merde ! »

    Je tire si je veux, connard. Ferme-la, qu'au moins je puisse presser cette foutue détente sans remords. La jeune femme ferma les yeux, inspira ; et sur le coup elle lui en voulut plus à lui, d'être là au bon endroit et au bon moment, qu'au clown grimaçant qui se planquait dans ses jupes. Son cerveau voulut lui hurler l'adjectif "lâche" de dépit, mais elle le repoussa d'une chiquenaude agacée. Comme si ce genre de jugement de valeur s'appliquait au cas présent. Lâche, lâche. Oui, et après ?
    Allez, réfléchis. Tu en as dans ton répertoire, des situations de ce genre, pas vrai ?
    Le problème, c'est que cela ne résolvait jamais rien. Souviens-toi. Combien de fois tu as tiré ? Où est ton intérêt, à ton avis, hein ?
    L'elfe essaya vainement de réfléchir, le doigt suspendu par l'hésitation ; peine perdue, elle avait l'impression d'avoir de la gelée à la place du cerveau. A ce stade, la question n'était plus de savoir si elle voulait ou pas. Finalement, elle fit l'erreur de rouvrir l'oeil et de croiser le regard hagard, pas si loin que ça, du jeune homme à l'épaule ensanglantée.
    Merde, merde, merde. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas juste pas. Et toutes les excuses qui fourmillaient sous sa peau - il est blessé, il en a plus pour longtemps, c'est toi la méchante rappelle-toi c'est toi tu t'en fous c'est toi - ne parvenaient pas à la ramener à la raison.
    S'il te plaît, casse-toi.

      « Dans 5 secondes, je tire dans le tas. A ta place, je dégagerais vite fait de là. »

    Elle n'aurait pas cru pouvoir prononcer encore une phrase sans que sa voix se brise. Alors qu'elle porte, c'était un peu un miracle. Visiblement, l'entrainement payait. Un cliquetis nerveux rechargea l'arme. Cinq. Cinq balles, cinq tirs. Décide ou pas d'être dedans, mais bouge. Je vais pas t'attendre dix mille ans.
Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 20:20

[Je lance mon dé pour savoir si Heather gagne en attaquant Sallyve, et adapter l'attaque, yay. Vu qu'elle tire pas, j'ai le champ libre.
C'est toi contre moi, ma petite Sköll, et si j'étais toi je voudrais gagner parce que j'ai une sale idée en tête.8D~
DIEU DES DES BORDEL.]
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 20:20

Le membre 'Heather Maystood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 61847220

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
Asphyxie. - Page 3 26545564
Revenir en haut Aller en bas
($^ù*^*£¤:!,@µ)
Halloween
Halloween

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Pouvoir : Faire peur ou distribuer des bonbons, selon les jours.
• AEA : Un truc étrange à tête de chat ou de citrouille.
• Petit(e) ami(e) : ... ?

RP en cours : Eennie Meenie Miney Moe.

Messages : 80
Inscrit le : 23/10/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 20:24

Spoiler:
 


Dernière édition par Halloween le Ven 26 Avr 2013 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 20:24

Le membre 'Halloween' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 16594700

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
Asphyxie. - Page 3 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
Asphyxie. - Page 3 70728842
Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeSam 27 Avr 2013 - 0:13

La grande fille n’en avait pas espéré tant. Ses iris javellisés braqués sur Kélian, elle savoura le timbre délectable de sa voix qui s’éparpilla dans l’air, chevrotante. Prends donc ça, pauvre conne, voulut-elle lancer à l’imbécile cachée là. Derrière ce mur de chair improvisé, elle se sentait mieux, enfin plus sereine plus tranquille plus lucide ; ce n’était pas n’importe quelle muraille et un autre qu’elle, à voir cet amas sanguinolent, rafistolé, plus tremblant qu’une feuille d’automne, aurait ri. C’était d’un ridicule monstrueux que ce tas d’os avachi derrière un tronc maigrelet –mais il lui semblait bien pourtant que dame la Chance, depuis les profondeurs de son inexpugnable tanière, lui souriait dans son malheur. Laisser une proie courir les champs n’était pas son style ; casual chic mais pas trop décontracté, un aspect petit bourgeois très soigné à la déstructure parfaitement étudiée. L’elfe borgne et amochée relevait de la regrettable erreur. Le brun était la sacrosainte parade en dépit de ses mouvements hésitants. Il chancela avant de répondre, de mettre le tireur en garde.

Attention, si vous tirez par ici vous allez me tuer. Elle fut très fière de lui. Elle n’eut même pas vraiment envie de le tuer –vu leur état à tous les deux, à tous les trois, elle eût sans nul doute pu s’en abstenir. Faire acte de clémence aussi était une démonstration de puissance. Mais celui-ci, là, n’en avait plus pour très longtemps. Ne serait plus utile à rien. Chercher de l’aide pour quoi, pour qui ? C’était hors de question. Heather ne pouvait pas l’épargner parce que Selenda et elle exhibaient une marque identique et lui peut-être bien que non et malgré le sang qui s’écoulait de sa blessure sans qu’elle s’en rendît compte elle ne pensait pas un instant à mourir. Elle élaborait encore des stratégies, des statistiques. C’était son jeu, elle était née pour ça. Jusqu’ici, les adversaires n’avaient pas été aussi coriaces. La tentation fut forte d’emboîter le pas à la petite blonde frétillante qui prit ses jambes à son cou. Bon moment pour se barrer, bel instant pour tenir à sa vie plus qu’à celle des autres. Maystood sourit, à moins qu’elle montrât juste les dents. Avec ses jambes couvertes d’égratignures et sa vision brouillée, elle ne l’aurait jamais rattrapée.

On ne lâchait pas la proie pour l’ombre.
C’était bel et bien une ombre qui se glissait à la périphérie de son regard et lui cédait à chaque seconde plus de victoire. Le goût était très doux –en vérité ses forces abandonnaient cette coque vide et les remugles de sang avaient perdu saveur et odeur. Heather détestait qu’on la sous-estimât. Tu hésites ? Il va mourir de toute façon, statua-t-elle avec un détachement morbide. Elle ne se serait pas plus préoccupée de son propre cercueil ou du linceul dont on l’envelopperait. Ce mot n’était pas tangible, les autres n’étaient pas tangibles. Kélian ? Ashten ? Clarence ? Hailey ? Pete ? Autant de noms qu’elle connaissait trop bien pour vouloir les effacer de son répertoire. Dans l’urgence, couverts par le bourdonnement dans ses oreilles, ces syllabes n’avaient plus aucun charme et la lassaient. Tant pis, c’est comme ça, c’est la vie, conclut-elle bêtement.

Dans cinq secondes ? Le décompte s’enclencha dans son crâne cabossé. Kélian était un abruti. Il refusait de la tuer, pourquoi la laisser mourir ? Coup d’œil à droite, coup d’œil à gauche : le couteau trainait trop loin. Persuader le mur de se bouger ? Non. Sortir de ce couvert rassurant ? Suicidaire. Avancer jusqu’à cette chienne ? Pas envisageable. Utiliser son lance-pierre ? Son bras était cassé. Utiliser son lance-pierre ? Elle n’avait pas assez de force.
Il lui restait bien sa langue. De sa petite voix cassée et grave, sa petite voix qui ne chantait plus du tout à présent, elle déclara quelque chose. C’était épuisant, et puis elle n’était pas même certaine que ses cordes vocales allaient suivre. C’était épuisant, d’utiliser ça, c’était épuisant dans son état. Mais il ne lui restait pas autre chose. Le regard vissé, par-dessus Kélian, sur la forme floue, elle lâcha :

« T’as loupé ta cible, ma chérie. Les, les bras t’en tombent, pas vrai ? »

Elle ferma les yeux. Elle fut très fière.

« Kélian, Kélian s’il-te-plait, c’est… C’est pour toi, je, je veux qu’on s’en sorte tous les deux, elle allait tirer… »
Revenir en haut Aller en bas
(lol t'as pas du feu ?)
Selenda
Selenda

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Pouvoir : AHAHAAHAHAH
• AEA : The fumée de clope.
• Petit(e) ami(e) : Les caleçons emo de Kélian.

RP en cours : Checkmate.

Messages : 240
Inscrit le : 25/08/2010

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeSam 27 Avr 2013 - 1:18

    Non. Non, non. Selenda déglutit, sa main trembla. Puis retomba, inutile ; inutile, l'arme qu'elle tenait au poing, dans cette situation. Et maintenant, elle aurait mieux fait de s'enfuir - parce qu'elle était vulnérable, à présent. L'animal acculé est le plus dangereux, ne l'oublie pas. Va-t'en, si tu tiens à ta peau.
    Seulement voilà. C'était trop tard. Le bout de la route ; ses jambes n'iraient pas plus loin. Elles ne la porteraient pas en arrière non plus. Maintenant c'était tuer ou mourir.
    Et tu as raté ton coup. Il ne fallait qu'une seule balle. Une seule, Sally. Qu'est-ce qui t'a pris ?
    Un faible espoir lui fit resserrer les doigts sur la crosse. Une petite étincelle toute faible et fragile : elle était trop loin. Si Heather avait une arme capable de l'atteindre à cette distance, elle ne s'en serait pas privée. Elle ne se serait pas contentée de se cacher derrière le premier qui passait - s'agît-il de Kélian, d'ailleurs. Elle l'aurait abattue. L'elfe le savait.
    Alors peut-être qui lui restait une chance. Si seulement, si seulement sa ligne de mire se dégageait ; il lui suffirait d'une seule balle. Une seule...

      « T’as loupé ta cible, ma chérie. Les, les bras t’en tombent, pas vrai ? »

    Mauvaise pioche. Quinte flush royale. Fin de partie.
    Les yeux de Selenda s'écarquillèrent ; un souvenir fit son chemin jusqu'à son cerveau en même temps que les harpons cruels de ces mots asthmatiques. Les mots. Sa langue de vipère, sa langue qu'elle aurait dû lui arracher. Non. Le revolver atterrit dans l'herbe, inutile, et un mouvement de recul sans conséquence ramena l'elfe contre le tronc de l'arbre ; trop faible pour s'enfuir. Et de toute façon il était trop tard. Non, non, non. La froide détermination sur son visage céda la place à l'abasourdissement, puis à quelque chose qui ressemblait à de la peur.
    C'est quoi, la mort, dis-moi ? Un fantôme éphémère que tu chasses d'un mouvement désinvolte ? Un mauvais moment à passer, et puis à attendre la fois suivante ? Tu plaisantes. Elle est là ; tu peux la regarder dans les yeux, elle a des prunelles brûlées à l'eau de javel. Et elle te fait mal, mal. T'as loupé ta cible, ma jolie. T'as même pas réussi à faire ça.
    Et cette fois, tu ne peux pas t'enfuir.
    Pas maintenant. Pas comme ça.
    Échec total. C'est fou ce qu'on a le temps de penser en une seconde. Échec total. Selenda croisa le regard de Kélian et n'eut même pas l'idée de le maudire. Échec. Juste le temps de se repentir.
    La douleur vint enfin, alors même que l'arbre ne la soutenait plus et qu'elle reculait vers les ombres ; la douleur et la perte de sensation dans les doigts. La perte des sensation tout court. L'elfe laissa échapper un hurlement de souffrance qui s'étrangla dans sa gorge avec la chute. Le choc étouffé. Ses genoux dans l'herbe - plus de support, plus rien. Pas comme ça, non, pas comme ça. Et du sang, noir, noir comme jamais, qui ruisselait à flot. Partout. Le noir.
    C'était à ce moment-là que le flash-back était censé arriver, non ? Elle en aurait presque ri si sa conscience n'était pas en train de partir à vau-l'eau. Non, pas de souvenirs à emporter ici. Ou peut-être juste...
    Tu perds si tu meurs ou que tu t'enfuis.
    Laisse tomber. Ça fait longtemps qu'on a perdu toi et moi. Ou peut-être juste moi. Mais franchement, j'ai un doute.
    Et là, tu pourras pas rejouer une partie, ma petite. Ça te fait quoi ? Ça te fait quoi, dis ?
    ... Rien.
    Plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Slow Motion Suicide
Kélian Ael
Kélian Ael

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 30
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 197
Inscrit le : 08/03/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeSam 27 Avr 2013 - 16:37

Tap, fit le pas en arrière de Claris ; tap tap tap tap, la fuite vers un lieu plus sûr. Kélian jeta un bref coup d’œil par-delà son épaule, vit cette silhouette trop fragile devenir floue à mesure que son regard peinait à la suivre. C'est ça, oui. Fuis. Et elle avait intérêt à courir de toutes ses forces, à jouer à cache-cache comme jamais si elle voulait pouvoir s'en sortir vivante. Elle avait ses jambes et son âge pour elle ; attaquer une gamine n'était pas si simple que ça. Alors cours, cours, cours. On ne se reverra pas.
Dents serrée, vision brouillée – et c'est peut-être aussi bien comme ça. Toute cette histoire sentait la mort à plein nez.
Et il serait parti en courant, lui aussi, si seulement il en avait été capable.

« Dans 5 secondes, je tire dans le tas. A ta place, je dégagerais vite fait de là. »

Laissez moi crever, à la fin.
Son visage se figea sur une incompréhension sincère. Les accents douloureux de cette voix qu'il connaissait si bien – trop bien – auraient pu le faire rire : et il voulut tout balayer d'un geste de la main, lui dire « tu le feras pas », attendre qu'elle le fasse, s'attendre à ce que ça n'ait aucune conséquence. Tu le feras pas, alors tire. Mais le décompte était déjà enclenché, Heather avait une balle dans l'épaule. La sienne était en miettes. Ses jambes ne le porteraient pas beaucoup plus loin sans que ça ne lui soit fatal. Ce n'était ni le lieu ni le moment de jouer. Tic-tac, tic-tac ; dépêche toi, Kélian. Là, on rigole pas.
Un. Deux.
Figé sur place, comme coincé dans un mouvement qu'il ne parvenait pas à amorcer, le jeune homme eut l'impression d'étouffer. Dégage de là ? Comment aurait-il pu faire un truc pareil, au juste !
Trois.
Il ferma les yeux. Voulut répliquer quelque chose, trouver un compris – une solution, n'importe quoi qu'il puisse faire. Elle n'allait quand même pas lui tirer dessus, si ? Épaules affaissées, il se posa la question avec un sérieux qui n'avait rien de rassurant. En conclut sans plus d'espoir que ça n'avait aucune importance, puisqu'il ne passerait pas l'heure ; mais il ne pouvait pas, il ne pouvait pas. Heather était complètement démolie, à quoi bon aller jusque là pour l'achever ?
Et Selenda, dans tout ça ?
Quatre.
Me demande pas ça. Me demande pas ça, putain.
Qu'est-ce qu'ils avaient tous à vouloir jouer aux Dieux, hein ? S'il la laissait mourir, il ne pourrait plus jamais se regarder dans la glace. Me demande pas ça.
Je suis pas aussi fort que toi, moi.

« T’as loupé ta cible, ma chérie. Les, les bras t’en tombent, pas vrai ? »

Pardon ; pardon.
Excuse-moi, insulte moi, n'importe quoi – on s'en fiche tant que tu parles, pas vrai ?
Mais non. Il n'y eut rien qu'un noir profond, un vide total. Un instant, il crut que peut-être on lui avait tiré dessus, qu'il avait sombré dans l'inconscience sans s'en rendre compte ; pria pour que ce soit vraiment la fin, cette fois, et pas juste un coup de son esprit mal en point pour tenter de lui faire oublier. Il crut rester là pendant des heures. Entendit Heather, dans son dos ; ne comprit pas. Attendit, une seconde, deux, que le silence revienne tout à fait. Immobile, inutile.
Pourquoi ?
Il aurait suffit qu'Heather se taise. Qu'elle n'ait pas ce foutu truc inutile au bout de la langue, comme mille poignards qu'il avait négligé de prendre en compte. A ne pas vouloir choisir on finit toujours par le faire quand même – mais tu le savais, ça, n'est-ce pas ? C'est juste tellement plus facile de se terrer dans un coin et d'attendre que les cris cessent, espérer bêtement que les choses s'arrangeront d'elles-même. Se faire oublier. Disparaître.
Je veux qu'on s'en sorte tout les deux.
Il fit un pas en avant ; les paroles d'Heather se rappelèrent à lui. Les bras t'en tombent – et, main libre contre ses lèvres, il ne put se résigner à rejoindre la silhouette qu'il devinait là-bas. Ce fut comme une corde nouée autour de son cou qui le tirait en arrière, qui lui criait qu'il ne voulait voir personne, personne dans cet état. Pardon, pardon, pardon. Au moins je n'aurais pas à vivre avec ça, hein ? Cette fois.

« Tu – » Ses remontrances s'arrêtèrent sur un sanglot étouffé. « Elle est peut-être... »

Encore en vie ? Il se mordit la lèvre, ferma les yeux.
T'avais pas le droit de perdre ; et il la détesta presque autant qu'il se détestait.

« C'était... Mon amie. Heather. »

Il serra le poing. La regarda, perdu. Rends la moi, c'est plus drôle.
Mais elle aurait tiré sur Heather, ne se réveillerait pas. Et rien ne changerait ça.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Asphyxie. - Page 3 Bd8102dfb894f7071361ac929b7f8594
« Trees will speak before you listen ; oh my God - no one knows that
We can barely stand each other ; it's not right, no it's not fair.
Cause I'd wait anywhere for you.
Would you wait for me ?
Bleeding tears is the least of our problems here ;
We can moan our family's gone, blistered feelings -
All we have's diseased organs.
And I'd die anytime for you.
Would you die for me ? »

Girl, I should have told you :
 

Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeDim 28 Avr 2013 - 17:19

Elle était morte. A la seconde où les lèvres gercées de l’araignée avaient articulé ces paroles meurtrières, elle était morte. L’une comme l’autre le savaient. Kélian, abasourdi et à peine plus conscient qu’elles, ne bougea pas d’un pouce. Qu’il l’eût fait ou non à cet instant n’avait plus grande importance : cette salope aurait-elle tiré ? Aurait-elle emporté un joli souvenir couvert de rubis, d’améthystes ternes et de saphirs mouchetés dans la tombe qu’elle n’aurait pas ? Aucune importance. Aurait-elle appuyé sur la détente, le doigt pressé sur la gâchette et morte de peur à l’idée de manquer son coup ? Aucune importance. Heather balança par-dessus le bord de son cœur trop zélé un sourire innocent qui vint se plaquer sur son visage. Son coude cassé, le bourdon de printemps qui voletait dans ses oreilles, le flot continu de sang qui cascadait le long de son bras maigre, celui caillé à hauteur de sa tempe, la peau gonflée et rougie autour de ses plaies suintantes, tout ce mal n’avait de fin que cette seconde, cette ultime seconde où sa proie en avait eu fini de tituber, de ramper, de se traîner et de montrer les crocs. Cette seconde avant la mort où le monde entier résonnait des échos de sa victoire. Maystood était toute-puissante et extatique. Une fièvre qui n’était qu’à moitié due à ses blessures faisait perler des gouttes de sueur à son front brillant et sa main, qu’elle n’osait poser nulle part, tremblait dans l’air.

Une disparition, un cri de rage ou de désespoir ou de peur ou d’impuissance, le bruit mat d’une chute, puis d’une autre, enfin d’une dernière et à cet instant tout était déjà fini. Terminé. Une brûlante déception tordit l’estomac de la blonde. Quand lui serait-il donné de contempler à nouveau la vie s’en aller, à genoux devant elle, des yeux d’un autre ? Quand lui serait-il encore donné l’occasion de plonger ses doigts fins et écorchés dans un amas visqueux et de contrôler la peur des fourmis de cette terre ? Ce qui était le plus beau lui échappait encore, lui coulait entre les doigts comme de la graisse. Elle s’accrocha à un pli du pantalon de son ami, éperdue et sincèrement peut-être déçue de cette fin qui manquait cruellement de panache. Lui n’avait toujours pas bougé. Il tremblait un peu et ne parlait pas beaucoup –il n’allait tout de même pas pleurer ? Ni sollicitude ni miroir déformant dans ce regard de ciel un jour de neige. Aucun son ne se répercuta dans son cœur, muscle séché en tout point semblable au bras qui avait enfoncé ce couteau vers sa jugulaire. Trop fatiguée et hectique pour jouer une meilleure comédie que celle qui s’imposait, elle l’écouta :

« C'était... Mon amie. Heather. »

Elle répondit :

« Je, je suis ton amie aussi. Et elle allait, elle allait tirer, elle allait vraiment tirer, Kélian. J’ai mal. J’ai vraiment mal, mon épaule saigne beaucoup. Ça va aller, hein ? Je devais, devais le faire pour nous. »

Elle se redressa, chancela, promena des yeux hagards sur le parc, les arrêta à cet endroit si près des arbres. Tout le monde n’est pas aussi gentil que toi, mon ami, c’est un comble. Nous partirons tous. Je partirai aussi, je le sais à présent, récita-t-elle sans s’émouvoir. Mais si elle partait son souvenir hanterait les mémoires et elle ne partirait jamais vraiment. Toujours cette ombre qui plane au-dessus de vos têtes et qui parfois fait tomber la pluie. Elle était le cavalier blanc qui prêchait ses propres écritures, le rouge qui semait une discorde de la même teinte, le noir du manque et surtout la mort que l’enfer accompagnait. Elle se souvenait de ce qui se passait en Amérique, elle se souvenait de qui tirait.
Qui avait un flingue. Avec ça, on tire. Pan pan pan.

Elle avança péniblement jusqu’à l’elfe : Kélian était derrière, à attendre, et au fond elle n’avait le temps ni l’occasion de rien faire. Son travail, un peu bâclé, restait appréciable et elle resta immobile deux secondes à l’observer.
Spoiler:
 
Elle avança vers Kélian, rangea le flingue dans son sac, gémit lorsqu’il heurta son bras inerte et bizarrement tordu, dépassa son ami qui ne lui aurait, pour l’amour de dieu, jamais rien fait –elle le le jurait à présent.

Sans se retourner, d’un ton monocorde qui ne résumait guère plus qu’à un murmure, elle lâcha :

« On y va. Il faut y aller, maintenant. Il faut qu’on s’en sorte. Nous au moins. Je t’en supplie, on y va. Je, je -rais même heur-se que tu... Puisses... Me... ét-es-ter. On -ra en -vie, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Slow Motion Suicide
Kélian Ael
Kélian Ael

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 30
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 197
Inscrit le : 08/03/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 1:00

C'était mon amie ; c'était mon amie. Une grimace de douleur déforma son visage pâle comme la mort. Selenda était morte, morte – ni enterrée ni brûlée, mais bel et bien décédée. Les yeux dans le vague, incapable de faire ces foutus pas qui le séparaient d'elle, Kélian continua de comprimer sa plaie de son mieux. Claris était en vie, le type du cimetière aussi, sans doute. Heather était en vie. Il était en vie.
Le monde persistait à tourner, et c'était bien ça qu'il ne parvenait pas à supporter. Les marteaux dans la tête, le cœur qui tente désespérément de traverser les côtes ; l'odeur du sang, l'immobilité, les personnes allongées. L'irréparable. Ça n'avait aucun sens, s'il ne pouvait pas se faire pardonner. Alors elle allait se relever.
Elle était plus forte que ça.
Non ?

« Je, je suis ton amie aussi. » Il acquiesça, sourcils arqués, mains tremblantes. « Et elle allait, elle allait tirer, elle allait vraiment tirer, Kélian. J’ai mal. J’ai vraiment mal, mon épaule saigne beaucoup. Ça va aller, hein ? Je devais, devais le faire pour nous. »

Elle allait tirer ? Sûrement, oui. Elle aurait tué Heather, trop abîmée déjà pour survivre à une autre balle sous la peau – elle l'aurait tuée et il aurait eu l'exacte même réaction, perdu et frustré, le regard fixe et les mains moites. Il aurait agrippé le corps de son amie, aurait regardé son autre amie, sans comprendre, et il avait mal, et il n'était plus sûr de savoir qui lui avait voulu du bien, qui lui voulait du mal, qui avait agit correctement et qui avait été lâche. Son cœur battait toujours. Le goût du sang envahit sa bouche et il cessa de se mordre la langue, les yeux rivés sur une Heather qui peinait à avancer.
Qu'est-ce qu'elle fichait ? Il l'observa sans oser la suivre, l'estomac au bord des lèvres, les yeux voilés par la fatigue et la perte de sang. Combien de temps encore avant qu'il s'écroule ? Allez, qu'elle revienne ici – qu'est-ce qu'elle lui voulait, encore ? Il plissa le nez, incommodé soudain par l'odeur de mort qui les suivait depuis le cimetière. Ils ne pouvaient pas la laisser comme ça. Au moins l'enterrer, ou... Dans un soupir épuisé, il se rendit compte qu'il n'avait pas la moindre idée des rites mortuaires que pouvaient pratiquer les elfes : et puis elle n'était pas religieuse, des prières n'auraient eu aucun sens. Il n'avait ni pelle, ni quoi que ce soit pouvant l'aider à creuser un trou suffisant. Son corps n'aurait jamais supporté l'effort.
Heather revenait, une arme à feu en main et, la mort dans l'âme, il dût se convaincre que quelqu'un d'autre s'occuperait de sa dépouille plus tard.
Elle le dépassa, il l'écouta – à demi, comme à travers un brouillard – lui emboita le pas, ne réfléchissait presque plus. Qu'on s'en sorte ? Quelle triste blague. Il avait perdu trop de sang. Il pouvait marcher, rien que marcher. Dans l'urgence, peut-être pourrait-il se défendre vaguement. Et c'était tout, et elle le savait. On ne le sauverait pas.
Et elle le savait, elle le savait. Il était persuadé, intimement convaincu qu'elle n'y croyait pas, elle non plus. Ils allaient mourir. Et il la suivait, et ils allaient mourir.
Il ne savait simplement ni quand, ni tout à fait comment.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Asphyxie. - Page 3 Bd8102dfb894f7071361ac929b7f8594
« Trees will speak before you listen ; oh my God - no one knows that
We can barely stand each other ; it's not right, no it's not fair.
Cause I'd wait anywhere for you.
Would you wait for me ?
Bleeding tears is the least of our problems here ;
We can moan our family's gone, blistered feelings -
All we have's diseased organs.
And I'd die anytime for you.
Would you die for me ? »

Girl, I should have told you :
 

Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 1:10

GO GO GO LANCER DE DES MES PETITS GUEDINS DES PLAINES !
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 1:10

Le membre 'Heather Maystood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 16594700

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
Asphyxie. - Page 3 26545564

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
Asphyxie. - Page 3 70728842
Revenir en haut Aller en bas
Slow Motion Suicide
Kélian Ael
Kélian Ael

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 30
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 197
Inscrit le : 08/03/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 1:15

Spoiler:
 



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Asphyxie. - Page 3 Bd8102dfb894f7071361ac929b7f8594
« Trees will speak before you listen ; oh my God - no one knows that
We can barely stand each other ; it's not right, no it's not fair.
Cause I'd wait anywhere for you.
Would you wait for me ?
Bleeding tears is the least of our problems here ;
We can moan our family's gone, blistered feelings -
All we have's diseased organs.
And I'd die anytime for you.
Would you die for me ? »

Girl, I should have told you :
 

Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 1:15

Le membre 'Kélian Ael' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 16594700

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
Asphyxie. - Page 3 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
Asphyxie. - Page 3 70728842
Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 2:29

L’eau s’engouffra dans sa bouche, froide et claire. Elle lui rappela, un moment, sa vie à Los Angeles. Pas de polaroïds, pas de films vieillis, pas de flashs aux airs d’album photo de famille. Juste un goût dégueulasse dans la bouche. Elle sortit la tête de l’eau, ses cheveux plaqués sur le visage, et inspira une goulée d’air. Il y avait du sang dans sa gorge. Il y avait du sang dans l’eau. Il y avait du sang partout. Heather battit follement des jambes, brassa l’eau de ses bras tendus vers la surface et déchira le ciel d’un cri monstrueux. Son coude lui fit atrocement mal et des papillons d’encre voletèrent devant ses yeux. Je peux nager d’une seule main je peux nager d’une seule main je peux nager je peux nager, répéta-t-elle. Elle n’avait jamais pensé

La petite blonde plongeait souvent du haut des rochers, quand elle ne lézardait pas sur le sable blanc. Devan la regarda et frappa frénétiquement ses mains l’une contre l’autre tandis que ses doigts tranchaient les flots salés. Elle le vit, à travers le masque trouble de l’océan, courir vers elle, inquiet. Il n’était pas allé chercher ses parents. Sa tête perça les flots après plusieurs secondes délicieuses passées à l’écart de tout et un sourire fleurit sur son visage. Tu nages comme une sirène !

Se noyer. Mais elle ne pensa pas à son frère, le regard rivé sur la berge. La jolie jeune fille avait avancé un moment puis, arrivée à hauteur du lac, elle s’était arrêtée et avait contemplé un instant le miroir troublé et verdâtre. Kélian, près d’elle, n’avait toujours rien dit et elle n’avait toujours pas envie de le tuer ni de l’épargner et elle n’avait toujours pas vraiment le choix et elle savait toujours ce qu’elle devait faire et elle savait qu’elle gagnerait. Elle s’était tournée vers lui, jusqu’à le frôler presque, comme si elle avait voulu l’enlacer et le consoler. Doucement, elle avait balancé son poids sur sa jambe droite et avait pesé sur sa jambe. Maystood savait pertinemment que dans son état, son ami n’aurait pas été capable de s’en tirer –quitte à l’aider un petit peu. Elle avait laissé son sac glisser le long de son bras valide et s’était laissée tomber.
Mais Kélian ne s’était pas trouvé au bon endroit. Un centimètre, un ridicule moment, une vie qui s’écroule en même temps que le corps cabossé qui tombe à la flotte. Et c’est fini.

A quelques mètres, le rivage dont elle s’était écartée lors de sa chute. Pour sûr, elle avait tout d’une petite sirène. Harponnée et prise dans ses propres filets, toute proche de se transformer en écume de mer. Quelque part, elle sut que c’était fini. Mais elle n’eut pas peur, elle n’abandonna pas. Elle se débattit encore, aspirant chaque fois un peu plus d’eau –jusqu’à ce qu’elle se rendît compte que l’eau avait un goût métallique et qu’elle baignait dans un bain de rubis. Une vaguelette et elle fut submergée ; des fourmis dans les bras et elle remonta à la surface une dernière fois.

Clarence, triple buse, personne se laisse couler comme un homme tronc, on pense au moins à faire le petit chien ! Qu’est-ce que tu ferais sans moi pour t’apprendre les joies de la brasse, sincèrement !

« Par pitié... Kélian, Kélian ! Je suis ton amie aussi, par pi- »

Heather toussa, toussa, toussa. Heather vit Kélian, ou une forme qui lui ressemblait mais qui aurait pu être n’importe qui tant sa vision était brouillée. Il vivrait pour si peu de temps. Heather ne regretta rien, absolument rien alors que, flottant dans une eau aussi rouge que le ciel crépusculaire, ses yeux suivirent les nuages qui s’effilochaient à l’horizon. Comme les étoiles qui ne tarderaient pas y apparaître, elle brillait. Et comme elles elle s’éteindrait dans un souffle.
Heather toussa, toussa, toussa et sut qu’elle ne mourrait pas. Jamais. Jamais, jamais, jamais. Pas comme ça. Pas dans l’eau. Pas dans l’eau, alors qu’elle avait de si grands projets, de si belles

« Allez crever, s’étouffa-t-elle en basculant à nouveau dans l’eau et se débattant de plus belle, allez… Allez crever ! »

Ambitions. Ses cheveux clairs flottaient autour d’elle et son visage, lavé de cette terre et des sillons de sang caillé, avait un aspect nouveau –pas de fond de teint pas de fard pas de rouge-à-lèvres criard. Elle cracha de l’eau –toussa, toussa, toussa et sut que personne ne viendrait l’aider. Maman est trop occupée à regarder Ashten, maman surveille ma petite sœur, devina-t-elle, et papa aide Devan, Devan qui a de si bons résultats, et mes amis, où sont-ils ?
Comme les étoiles, se dit alors la noyée. Comme le soleil –saviez-vous que le soleil était une étoile, un simple petit point lumineux ?

« Il n’y a pas le feu au lac. »

Elle toussa, toussa, toussa. Sa tête perça la surface et ses yeux ne voyaient plus que les vaguelettes d’écume blanche et rouge et verte.

« Mais il faut faire… Feu de tout bois. »

Et la masse grouillante de la forêt et de la frondaison éparse des arbres inégaux cachés derrière.

« Le ciel… Finirait par vous tomber sur la tête… »

Et le temps dont elle venait et qui avait gardé son bras.

Heather n’avait jamais eu peur de se noyer. Tu nages comme une sirène. On y va, ma chérie ? Dis-moi que tu m’aimes. Mes amours, je ne vous aime pas. Elle n’avait jamais pensé à la noyade.

Il n’y eut aucun flash. La sensation aigre d’étouffer, l’eau qui prend feu dans les poumons, la cage thoracique vide, le souffle qui se bloque ; sentit-elle rien de tout cela ? Le sang qui sortait en cascatelle vermeille de son épaule la laissa-t-il s’endormir paisiblement ? Qu’aurait été la justice ? Cela avait-il la moindre importance ?

Autour d’elle, l’air sembla bouillir et un craquement sinistre se fit entendre au loin, suivi d’un nuage de poussière ; bientôt les arbres, les troncs noueux, l’écorce et les racines partirent en flammes, suivi d’un nuage de fumée. Et l’eau elle-même tenta de monter vers le ciel tandis que la blonde, une grimace atroce plaquée sur le visage, souriait à travers son masque de douleur.

Saviez-vous que le soleil était une simple étoile ?
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 2:29

Le membre 'Heather Maystood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 58768097

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
Asphyxie. - Page 3 26545564
Revenir en haut Aller en bas
Slow Motion Suicide
Kélian Ael
Kélian Ael

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 30
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 197
Inscrit le : 08/03/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 2:47

Spoiler:
 



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Asphyxie. - Page 3 Bd8102dfb894f7071361ac929b7f8594
« Trees will speak before you listen ; oh my God - no one knows that
We can barely stand each other ; it's not right, no it's not fair.
Cause I'd wait anywhere for you.
Would you wait for me ?
Bleeding tears is the least of our problems here ;
We can moan our family's gone, blistered feelings -
All we have's diseased organs.
And I'd die anytime for you.
Would you die for me ? »

Girl, I should have told you :
 

Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 2:47

Le membre 'Kélian Ael' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
Asphyxie. - Page 3 78426507

--------------------------------

#2 'Dé Dérobé' :
Asphyxie. - Page 3 70728842
Revenir en haut Aller en bas
Slow Motion Suicide
Kélian Ael
Kélian Ael

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
Asphyxie. - Page 3 Empty0 / 1000 / 100Asphyxie. - Page 3 Empty

• Age : 30
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 197
Inscrit le : 08/03/2011

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitimeLun 3 Juin 2013 - 3:13

« HEATHER ! »

Son cri étranglé, qui n'avait presque rien d'un cri, se perdit entre le ciel et la terre, pris au piège de l'eau trouble. Elle avait basculé ; à peine le temps de tendre le bras, de tenter de rattraper sa silhouette longiligne que déjà elle était engloutie dans le lac. Me laisse pas, merde, me laisse pas – et Selenda toujours derrière, et Claris perdue en pleine nature, et son bras, son épaule, son cou qui lui faisaient souffrir le martyr. Me laisse pas. Sa plainte ne reçut aucun écho. Juste celui de ses genoux douloureux qui heurtèrent le sol, de son bras blessé et de sa main, qu'il ne sentait presque plus, quand elle se crispa sur la terre humide. Juste lui, lui, lui et personne d'autre – parce qu'Heather, dont il distinguait à peine la silhouette à travers ses yeux fatigués, était en train de partir à la dérive sans lui.
Me laisse pas tout seul.
Gorge serrée sur un cri qui peina à se faire entendre, il tendit à nouveau le bras, essaya, se fit mal, regarda autour de lui en faisant tout, tout son possible pour ne pas l'écouter, ne pas l'entendre, ignorer son souffle et sa toux irritée, l'eau qui était en train de la noyer. Il ne voulait pas entendre ça, il ne voulait pas – et comme Claris quelques minutes plus tôt, il eut envie de plaquer ses mains sur ses oreilles, fermer les yeux, attendre que ça passe, que tout s'arrange, que quelqu'un vienne l'aider à se relever.
Seulement personne ne viendrait. Personne. Heather était hors de portée ; pas de vue. Heather se noyait et il était là, à la regarder, doigts tendus vers une main qu'il n’attraperait jamais : il était là, juste là – elle mourait et suffoquait et pourtant il était là, il était là. A un mètre, deux mètres, trois mètres. A la regarder se noyer. A l'entendre pleurer, supplier, maudire. Il était le seul sur qui elle puisse compter, le seul qui puisse la sauver. Réfléchis. Réfléchis, merde !
Le temps qu'il appelle à l'aide, si quelqu'un venait seulement, elle serait déjà morte : le temps qu'il trouve une branche, quelque chose, n'importe quoi, elle aurait d'ors et déjà sombré vers le fond. Elle était tellement blessée, et lui si fatigué, l'eau était si profonde passée quelques pas, si lourde, si épaisse – ça l'aurait tué d'y plonger. Un suicide pur et simple. Aussi confuses soient ses pensées, malgré le sang qui persistait à glisser entre ses doigts et son cou, malgré Selenda, malgré tout ce qui lui était arrivé, il ne parvenait pas à envisager l'idée. Sauter dans le lac, attraper Heather, essayer de la sortir de là : ça n'aurait rimé à rien. Je ne peux rien faire.
Il resta planté là, tétanisé. Je ne peux rien faire.
Il était là, pourtant. Elle n'était pas encore morte. Elle était à quelques mètres de lui.
Quelques mètres...
Et il ne faisait rien, rien. Rien du tout. Il la laissait mourir.

Sa tête allait exploser.

Un unique sanglot eut à peine le temps de se glisser entre ses lèvres pâles. Le ciel, comme pour annoncer une dernière aube avant la fin, s'était teint d'orange et de chaleur : son corps, absent et réticent, parvint difficilement à le projeter en arrière pour éviter d'être blessé. Debout sur ses jambes tremblantes, main appuyée contre son cou, il parvint tant bien que mal à conserver son équilibre – fit un pas en arrière, deux, trois ; tomba, le souffle court. Les flammes qui ravageaient le lac, presque irréelles, dansaient devant ses yeux à la façon d'une dernière étincelle lancée sur un monde à l'abandon. Du grand spectacle. Qu'elle devait être...
Fière de ses conneries, l'autre idiote.
Une larme roula le long de sa joue. Puis une autre, puis une autre. Il n'y avait personne. Plus personne. Personne pour s'accrocher à ses jambes, personne pour lui bousiller les ongles, personne pour être là, disparaître, personne pour l'insulter et personne pour lui sourire. Il n'y avait plus personne ; rien que des flammes qui ne parvenaient même pas à faire fondre ses larmes. Il n'eut pas la force de crier, de se plaindre, de s'excuser. Il n'eut même pas la force de faire deux pas en avant pour récupérer ce foutu flingue et mettre un point définitif à la douleur qui lui rongeait les os.
Maladroitement, chancelant, aveuglé par la lumière vive que dégageait le brasier, Kélian parvint à se redresser une fois de plus. Une dernière fois, se jura-t-il en appuyant sur sa blessure : la toute dernière fois. Si je tombe, je ne me relève pas. Ça ne risquait pas d'être une promesse en l'air, cette fois. Il savait parfaitement qu'il ne se relèverait pas.
Quand il serait épuisé, il s'écroulerait de lui-même. Un pas devant l'autre, il essuya machinalement ses yeux rougis. Il devait dire à quelqu'un qu'Heather était là-dessous, que Selenda était restée là-bas – dire quelque chose, n'importe quoi. Voir quelqu'un.

Dents serrées, il se mit à compter ses pas.

• { Squirrel Fray } quand il aura fait le tour, whe



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Asphyxie. - Page 3 Bd8102dfb894f7071361ac929b7f8594
« Trees will speak before you listen ; oh my God - no one knows that
We can barely stand each other ; it's not right, no it's not fair.
Cause I'd wait anywhere for you.
Would you wait for me ?
Bleeding tears is the least of our problems here ;
We can moan our family's gone, blistered feelings -
All we have's diseased organs.
And I'd die anytime for you.
Would you die for me ? »

Girl, I should have told you :
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

Asphyxie. - Page 3 _
MessageSujet: Re: Asphyxie.   Asphyxie. - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Asphyxie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Parc et Lac :: EVENT - Corpse party [ PARC & LAC ]-
Sauter vers: