AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shikigami volant au coeur tendre
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Jeu 6 Déc 2012 - 17:10

Ce n’était qu’une rumeur après tout, il n’y avait pas de quoi s’extasier ni se précipiter… D’après un voisin de chambre, il y aurait un moyen de sortir du pensionnat. C’était ridicule à première vue, mais sa théorie paraissait cohérente. Fusanoshin et Kami se dirigeaient vers la salle Yume avec la ferme intention de parcourir cette pièce avec Alizée qui les accompagnait. Ils étaient venus trouver une page du journal de Rudy. Mais que les attendait-il là-bas ? Ils n’en savaient rien mais n’allaient pas tarder à le découvrir à leurs risques et périls.

C’était une nuit orageuse mais sans pluie, juste les éclairs et le tonnerre toujours proches l’un de l’autre, histoire de donner l’impression qu’ils font le tour du pensionnat en attendant le bon moment pour foudroyer le bâtiment. Fusanoshin était là, devant la fenêtre, bâillant à s’en décrocher la mâchoire, regardant les éclairs déchirer le ciel. Lui qui utilisait la foudre pour ses coups spéciaux, il n’était pas du tout impressionné et encore moins traumatisé par ces éclairs, quant au tonnerre n’en parlons même pas, il n’avait même pas plus de puissance qu’un Kog qui rugit. Il irait bien profiter de la compagnie de monsieur éclair et madame tonnerre, mais il était définitivement cloitré dans ce pensionnat. C’était désespérant, il n’avait rien à faire dans sa chambre, seul à discuter avec ses compagnons de chambre qui trouvaient un sujet de conversation toutes les heures. Kami, elle, dormait à poings fermés sur son lit, il fallait que le Shikigami s’en souvienne pour ne pas l’écraser quand il sautera dans son lit. Il avait parfois la mémoire qui défaillait, heureusement pas au point d’oublier des choses essentielles, mais était bien capable d’oublier son Alter-ego Astral. Non ce n’était pas volontaire, il avait juste la tête en l’air, et pas qu’un peu, heureusement que la plupart de ses oublis n’étaient que mineurs, comme mettre une patte devant l’autre, respirer ou encore prendre sa douche… Pour un humain, l’ironie sauterait directement aux yeux, mais ce n’était pas de l’ironie, il oubliait vraiment ce genre de choses. C’était un Shikigami ! Il planait hors de son Drive quand il n’était pas à l’intérieur en train de tuer le temps en lisant le journal du Shikigami, rien de bien physique. Pour lui, marcher était facile, mais voler l’était au moins dix fois plus, il marchait en général juste pour prendre son élan avant un envol et se concentrait là-dessus, idem pour respirer qu’il oubliait de temps en temps. Les Shikigami respirent certes, mais pas dans leur Drive car ce sont des esprits, respirer aussi longtemps d’affilée était presque difficile. Autant d’inattentions qui lui pourrissaient la vie, heureusement que ça n’arrivait pas tous les jours ! C’était uniquement en cas de grande fatigue qu’il trébuchait tout seul dans les couloirs ou dans les escaliers, ce qui était un peu plus douloureux.

Ses deux camarades venaient soudainement d’avoir un sujet de discussion ! Il était déjà passé une heure ? Cela passait vite heureusement ! Qu’avaient-t-ils à raconter ? Ils parlaient d’un certain Rudy, une connaissance, certainement, mais en s’y intéressant d’un peu plus près on pouvait savoir de quoi il s’agissait exactement…


-Oui, moi aussi…

-Tu vois, tout le monde veut trouver ces pages, c’est presque frénétique. Pourtant il n’y en a que très peu de découvertes pour un nombre incalculable de recherches…

-Ouais, c’est super louche, comme si le pensionnat les engloutissait !

-Eh de quelles pages vous parlez ?

-Tu connais pas le journal de Rudy ? Paraitrait qu’il y a un truc en rapport avec ce journal qui permettrait de sortir d’ici pour de bon, mais ce ne sont que des racontars. N’y vois rien de définitif hein ! Tu sais pas combien sont partis en combien sont revenus !

-Ouais, il a raison, je dis ça parce qu’en parlant de ça, on a souvent vu la personne partir en courant une fois notre phrase termi… … …née…

Emporté par la curiosité, il alla vers la chambre d’Alizée pour la réveiller et lui dire qu’il y avait un moyen de partir sans même laisser le temps au garçon de finir son dialogue. Au bout de quelques secondes, il s’arrêta net et fit demi-tour en quatrième vitesse, revenant aussi sec dans la chambre.

-Au fait, elles sont où ces pages ?

*Double frappe à la tête*-CRÉTIN !!

*Étendu sur le sol un œuf de pigeon fumant sur le crâne*- Mais je…

-En fait on n’en sait rien, on ne connait pas tous les endroits où il y a des pages du journal, alors il faudra chercher partout, même dans les endroits où tu es passé un million de fois…

-Merci pour l’info, je tâcherai de faire plus attention maintenant… 

Fusanoshin se releva alors, doucement mais sûrement, avant d’aller se jeter dans son lit en prenant soin d’esquiver Kami. Une boulette à la fois ! Après quelques minutes, il demanda aux deux compagnons de chambre si il y avait une pièce où peu de monde s’aventurait, lesquels citèrent la salle Yume, qui était une jungle immense où il y avait un fort taux de morts. Une jungle, oui, dans un pensionnat. Après tout il n’était pas entretenu, il se peut que cette pièce fut une ancienne serre que le concierge aurait laissé à l’abandon, laissant la flore croitre à sa guise, mais de là une jungle ! Il fallait plusieurs dizaines d’années pour en arriver à un stade aussi avancé ! Bref, Fusanoshin n’y pensa plus et réveilla Kami avant de partir dans la chambre d’Alizée qui dormait aussi. Après tout il n’y a pas d’heure pour l’aventure, même après deux heures du matin ! Une fois arrivé dans sa chambre, le Shikigami constata que la jeune fille dormait. Il devait employer un moyen efficace et radical pour la réveiller de façon permanente, du moins pour cette nuit. Kami voyait ce regard sournois dans les yeux du Shikigami et tenta de l’en dissuader, mais c’était peine perdue car il était déjà parti avant même qu’elle ait fini sa phrase. Dans ces moments-là, Kami se demandait pourquoi il était aussi impulsif alors qu’il était tout à fait capable de trouver une solution à chaque problème en réfléchissant, seulement il était motivé et ne réfléchissait jamais en cas d’ultime curiosité. Une ou deux minutes plus tard, le Shikigami revint avec un seau d’eau et se précipita sur Alizée qui dormait paisiblement, mais alors qu’il penchait le seau, cette dernière se releva en sursaut en colla un coup de poing dans le seau qui se renversa sur la tête de Fusanoshin, l’aspergeant du liquide froid. Kami ne put s’empêcher d’éclater de rire, mais se secoua énergiquement pour se sécher avant de revenir près d’Alizée qui avait le réveil difficile visiblement.

-Eh tu devineras jamais ce que j’ai découvert ! Parait qu’en récoltant des feuilles du journal de Rudy on peut sortir d’ici ! C’est pas génial ça ? On m’a dit qu’il y avait peu de gens qui avaient fouillé dans cette pièce du pensionnat, ça tombe bien car c’est là qu’on va ! Si on se grouille, on sera chez nous avant demain !

Prenant la pose du héros un pied sur son lit et le doigt pointé vers le mur contre son lit, il semblait plus motivé que jamais pour franchir cette pièce et la fouiller entièrement, même si il savait qu’elle était gigantesque. Avec elle, il pouvait tout faire ! Alizée avait beaucoup demandé à Fusanoshin ces derniers temps, donc pour lui c’était normal de lui demander deux-trois petits trucs. Kami, quant à elle, essayait de lui dire qu’il était trop tard au moyen de bâillements censés le faire bâiller à son tour, mais rien n’y fit. Il était bien réveillé maintenant, et Alizée aussi. Il n’attendait plus qu’un mot pour l’attraper par un bras en-dessous des rotules et un dans le dos afin de l’emmener dans la salle Yume, même si elle était en pyjama. Les yeux écarquillés, il regardait cette dernière se réveiller à son aise en espérant qu’elle soit tentée de l’accompagner, car c’était une aventure qui promettait d’être excitante et qu’il voulait absolument rentrer chez lui retrouver son Toujinshi bien-aimé.


Dernière édition par Ikazuchi no Fusanochin le Ven 19 Juil 2013 - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Ven 4 Jan 2013 - 18:34

Alizée était en train de courir, seule, au beau milieu d'un champ de fleurs. Un magnifique champ de fleurs dorées, pliant sous la force du petit vent frais du matin. Et elle en train de courir, cheveux aux vents, ne se souciant de rien d'autre que le vent dans ses cheveux. Comment était-elle arrivée ici? Pourquoi courait-elle ainsi? Elle n'en savais rien et elle s'en moquait. Elle se sentait bien et c'était le plus important pour le moment. Et puis un bruit dans son dos, une sorte de cri, de hurlement fou furieux. Après un bref regard en arrière, elle s'aperçut très vite que la provenance du bruit n'était autre qu'un homme d'environ une vingtaine d'années, et qui, comme son hurlement laissait supposer, ne semblait pas vouloir lui démontrer son affection de quelques manières que ce soit. Et il avait un flingue aussi... Raison de plus pour lui apprendre les bonnes manières à sa façon. Elle n'hésita pas une seule seconde et se jeta sur l'homme, et lui asséna un coup de poing violent, avant d'entendre un bruit de métal, la réveillant en sursaut. Et elle se rendit compte par la même occasion que toute cette histoire n'était qu'un rêve. Et qu'en réalité, personne n'avait jamais attenté à sa vie. Du moins, pas pour l'instant. A la place, elle était accueilli au pied du lit par un Fusanochin complètement trempé, un seau à la main, et visiblement assez surpris. Ce qui la rendit plus que perplexe. Néanmoins, elle ne posa aucune question, ou plutôt, elle n'en eut pas le temps, parce que à peine s'était-elle réveillée que Fusanochin se mit à parler, avant de prendre une sorte de pose et de pointer un endroit du mur, qu'Alizée ne put s'empêcher de fixer, croyant qu'il voulait lui montrer quelque chose. Avant de se rendre compte qu'il n'y avait strictement rien à cet endroit et de reporter son regard vers son interlocuteur et de se concentrer sur ce qu'il lui disait:

-Eh tu devineras jamais ce que j’ai découvert ! Parait qu’en récoltant des feuilles du journal de Rudy on peut sortir d’ici ! C’est pas génial ça ? On m’a dit qu’il y avait peu de gens qui avaient fouillé dans cette pièce du pensionnat, ça tombe bien car c’est là qu’on va ! Si on se grouille, on sera chez nous avant demain !

*Quoi? Houla, je devrais me recoucher moi...*
Et effectivement, tout ce qu'elle avait compris de cette histoire, c'était les mots "feuilles", "chez nous" et "pièce"... De ce fait, il s'écoula quelques secondes avant qu'elle ne comprenne enfin qu'il ne voulait pas faire pousser un arbre dans une pièce de sa maison, mais récupérer les pages d'un livre, dont l'auteur se nommait Rudy, qui lui permettrait de rentrer chez lui, et dont il voulait chercher les pages dans une pièce du Pensionnat. Et pourtant, la première option lui semblait aussi logique que la seconde. Elle l'aurait même trouvé plus intéressante. Un livre n'a franchement rien de très captivant, surtout lorsqu'on est incapable d'en déchiffrer le moindre mot. Et l'idée de sortir l'enchantait encore moins. Seulement... Elle était trop curieuse pour refuser de l'aider. Et puis qui sait? Il y avait une chance sur un million pour qu'ils retrouvent ces fameuses feuilles, le pensionnat était si grand, et peut-être qu'il changerait d'avis en route pour ne pas sortir. Et décider finalement de rester ici. Après tout, on est si bien ici, nourris et logés gratuitement. Et la mention "chez nous" dans son esprit qualifiait davantage le manoir en lui-même qu'un lieu situé à l'extérieur. Qu'aurait-elle pu qualifier de "chez moi" là d'où elle venait? Un parc? Un carton? Un refuge pour sans-abris? Une grotte? Non, elle n'avait jamais eu de chez elle, ou du moins elle n'en avait pas le souvenir. Et ce n'était pas le cas de tout le monde, la plupart des gens ici avaient une maison à l'extérieur. Et certains avaient aussi des gens à qui ils tenaient, et qui tenaient à eux. Et Fusanochin faisait surement parti du lot. Et pourtant, tout cela lui passait au-dessus de la tête. La seule chose à laquelle elle pensait à l'heure actuelle, c'était qu'elle allait sûrement bien s'amuser, qu'un livre ne pouvait pas avoir le pouvoir d'ouvrir la porte que, malgré tous leurs efforts, personne n'avait jamais réussi à ouvrir, et elle ne se préoccupait pas de connaître les réelles motivations de son ami. Elle aurait, de toutes manières, été trop bête pour le comprendre de toutes façons. Alors elle se contenta de sourire, de sauter hors de son lit et de déclarer joyeusement:

-Ben on attend quoi alors?! Vite, on y va, allez!

Elle se précipita vers la porte, ne tenant pas compte du fait qu'elle était en train de se promener pied nue, l'ouvrit violemment, s'attirant ainsi la colère de ses camarades de chambre, qui se mirent à crier vivement leur mécontentement, cris qu'elle ne prit pas en compte non plus, avant de se figer sur le pas de la porte et de se retourner vers Fusanochin, légèrement gênée.

-Euh... Dis, tu sais où elle est la pièce dont tu parles? Tu veux pas passer devant pour me montrer le chemin parce que t'as pas dit c'était quelle pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami volant au coeur tendre
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Dim 6 Jan 2013 - 16:44

La serre contre le bord du seau, Fusanoshin regardait Alizée avec un air d’envie. Après avoir repoussé le seau, il se mit face à elle, attendant quelle serait sa réaction, même si il s’attendait au mieux à se faire descendre en flammes par la jeune humaine. Kami, quant à elle, séchait ses larmes dues aux rires provoqués par le coup de poing dans le seau d’eau qui avait atterri sur Fusanoshin, le trempant jusqu’à la moelle comme un arroseur arrosé. Il remarquait le sol tout aussi mouillé et se demandait si Alizée serait l’aurait pris en compte, ne sachant pas vraiment si elle aura un contrecoup énervé ou alors sera-t-elle indifférente. Elle commençait tout doucement à se réveiller, frottant ses paupières, elle engageait une tentative de captage de mot dans l’entrée de Fusanoshin et se mit à réfléchir quelques secondes. Dans l’instant qui suivit, la jeune fille se leva en trombe en criant doucement sa joie de sortir de ce pensionnat, après quoi elle alla directement vers la porte qu’elle ouvrit brutalement. Ses voisins de chambre s’étaient réveillés avec le bruit et se mettaient à lui balancer des noms d’oiseau, ne se doutant pas de la compagnie d’un faucon qui méritait ces termes plus qu’autre chose vu qu’il l’avait réveillée. Kami et Fusanoshin ne purent qu’écarquiller les yeux en voyant qu’Alizée était quasi toute nue, sans autres vêtements qu'une culotte et un soutien-gorge.

-Euh… Dis, tu sais où elle est cette pièce dont tu parles ? Tu veux pas passer devant pour me montrer le chemin parce que t’as pas dit c’était quelle pièce…

-……….J’allais y venir si tu ne t’étais pas précipitée directement vers la porte… Et au fait, tu es presque toute nue, tu mets pas des habits, généralement ? Quoiqu’en réfléchissant, c’est plus facile de laver son corps que les vêtements qu’on porte, alors je devrais peut-être me mettre tout nu aussi, histoire de pas me sâlir…

-C’EST PAS LA BONNE RÉACTION ! Fusanoshin, tu n’espères quand même pas te déshabiller juste parce que tu as la flemme de laver tes vêtements ?

-Euh…bien sûr que non…j…je plaisantais en fait ! Alizée, tu mettrais pas tes habits ? Comme ça Kami est contente, sinon elle va nous faire la tête tout le long du trajet…

Kami n’arrivait pas à croire qu’un Shikigami comme lui réagisse ainsi, peut-être était-ce une façon d’exprimer son désir de mieux se mouvoir ; ou alors plaisantait-il vraiment… C’était vrai que Fusanoshin ne se déshabillait jamais, mais depuis qu’il était dans ce pensionnat, il s’était déjà déshabillé pour prendre une douche et se sentait vraiment très léger. Il ne pensait pas enlever ses habits à chaque fois et non-stop, mais juste occasionnellement, simplement quand il prendrait une douche. Il avait de la pudeur, pour un esprit qui avait pris forme humaine, ce qui ne devait pas être le cas de sa compagnonne. Alizée dormait nue, soit, mais apparemment elle ne devait vraiment pas être réveillée pour avoir ainsi surgi de son lit jusqu’à la porte sans s’apercevoir qu’il y avait comme un petit courant d’air sur tout le corps. Heureusement que Kami était là pour lui rappeler, sinon elle risquerait fort de s’attirer les regards indiscrets et les actes malveillants de la part des garçons. Ce n’était pas une obligation, mais c’était plus discret on va dire…

Fusanoshin et Kami se retournèrent alors pour laisser à Alizée le temps de s’habiller, ou pas. Une fois qu’elle eut terminé, la jeune fille fit une petite tape sur l’épaule du Shikigami pour dire qu’elle était prête, lequel se dirigea vers la salle qu’il précisa se nommer Yume. En marchant, il se demandait quelle (més)aventures l’attendaient là-bas, si il allait mettre la main sur une feuille du journal de Rudy et ainsi pouvoir espérer sortir de là. Il se mit soudainement penser à Souma, à l’inquiétude qu’il devait avoir à son égard ; après tout ça faisait des semaines qu’il n’était pas revenu de sa longue balade. Peut-être qu’il ne savait même pas qu’il était séquestré contre son gré, mais en tout cas il espérait que le temps se soit arrêté en-dehors du pensionnat, sinon son Toujinshi serait probablement mort d’anxiété, ne le voyant pas revenir. Il devait sortir de cet endroit coûte que coûte et retrouver son Toujinshi bien-aimé qu’il serrerait sans relâche dans ses bras pour exprimer sa joie de le retrouver. Pour ça, il fallait réunir les pages du journal de Rudy, et pour réunir les pages, il fallait les chercher, donc explorer le plus d’endroits possible dans leur intégralité.

Une après quelques secondes, le Shikigami aperçut une porte au bout du couloir, certain que le petit plan que ses voisins de chambre lui avaient décrit était exact. Il ouvrit alors la porte et découvrit une immense jungle, ce qui le mit définitivement sur la voie : c’était bien la salle Yume. Selon ses sources, elle était très dangereuse et s’y aventurer serait risquer sa vie, seulement, Fusanoshin vivait de risques, il aimait par-dessus tout vivre des aventures trépidantes qui -parfois- le blessaient ; mais au moins il en ressortait plus fort et plus résistant. Dans la salle en question, il s’y trouvait de nombreuses sortes de plantes et végétaux en tous genres comme des lianes, des fougères, des fleurs, du sable aussi, il y avait vraiment tout pour faire une vraie jungle. Le trio avança alors plus au cœur de la salle Yume et vit tout d’un coup une table et plusieurs chaises recouvertes de lierre et de mousse qui semblaient tenir solidement si on s’assoit dessus. C’était très étrange de trouver ce genre de meubles en pleine jungle, mais après tout ça appuyait la théorie de la serre qu’on avait laissé à l’abandon, même si ça paraissait surréaliste quand on y réfléchit. Le Shikigami fixa un long moment les lianes accrochées au plafond, se demandant comment elles pouvaient tenir aussi bien et si elles supporteraient leur poids. Un sourire aux lèvres, Fusanoshin regarda Kami et Alizée.


-Eh ça vous dirait de tester la solidité des lianes ? Vous avez jamais rêvé de vous y balancer ? Je vous propose d’essayer pour voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Dim 24 Fév 2013 - 17:08

Alizée n'avait effectivement pas remarqué qu'elle ne portait quasiment rien sur elle, surement pour la simple et excellente raison que ce n'était absolument et irrémédiablement pas dans ses habitudes. En effet, elle pouvait parfois manquer de pudeur et de bon sens, mais elle ne se serait jamais permise de dormir à moitié-nue dans une ruelle sombre et lugubre... Tout simplement parce que ses sous-vêtements à l'époque étaient blancs décorés de petites fraises ou de petits citrons, et qu'ils étaient trop petits... Du coup, maintenant qu'elle avait des sous-vêtements de la bonne taille, et une grosse couette pour avoir bien chaud, elle n'avait pas vu le problème, après tout Fusanochin n'était, au départ, pas censé entrer dans sa chambre en pleine nuit. D'ailleurs, les garçons avaient le droit de rentrer dans les dortoirs des filles, comme ça? Bon, de toutes manières elle s'en moquait comme de ses premières couches-culottes que les dortoirs soient mixtes ou pas, alors aborder le sujet est inutile. Elle eut tout de même la décence de rougir un peu, mais pas avant que Fusanochin n'est fini de se faire réprimander par son sage AEA, juste le temps pour elle d'émerger et de comprendre enfin l'origine du blâme de Kami, puis de rigoler un peu à cause de la situation cocasse. Elle enfila donc une robe légère de couleur jaune et, sans même prendre la peine d'enfiler autre chose pour ne pas attraper froid, elle prévint son compagnon qu'elle était fin prête d'une tape sur l'épaule, avant de le suivre dans les couloirs. Durant le trajet jusqu'à la salle, l'idée qu'ils puissent trouver une feuille lui traversa à peine l'esprit, idée qu'elle abandonna très vite: il ne fallait pas penser aux malheurs. Non, elle s'imagina plutôt à quoi pouvait bien ressembler cette fameuse salle "yume". Comment se faisait-il qu'elle ne l'avait pas encore visité? Pourtant, elle s'était donné pour objectif de connaître le manoir par coeur, quoi de plus logique pour une maison que d'en connaître les moindres recoins poussiéreux et oubliés? Peut-être est-ce que c'était une vieille pièce sombre, remplie de breloques en tous genres, qui ne demandaient qu'à être exposées partout dans le pensionnat? Ou peut-être bien qu'il s'agissait d'une autre cuisine! Ou, encore mieux, d'une salle de jeux pleine de flippers, avec un laser-game et tout plein de trucs intéressants! Ou alors, peut-être bien que c'était l’entrepôt à légumes... Qui sait! Elle songea de nouveau, une fois arrivés devant la porte, au but de leur venue. Non, elle préférait ne pas y penser. Rien que d'y songer, brr, elle en avait des frissons. A moins que ce ne soit sa robe qui était trop courte, et qu'elle aurait mieux fait de prendre des chaussettes. Mais peu importe la raison, cela ne devait pas advenir, personne ne devait sortir, jamais! Une fois Fusanochin rentré dans la pièce, elle resta un instant sur le pas de la porte pour se répéter, et pour mieux se convaincre, à voix suffisamment basse pour que son ami n'entende pas :

-On n'trouvera pas d'feuille, cette pièce doit être géante, comme la baraque, y'a une chance sur un million pour qu'on en trouve une, y'a pas à s'inquiéter...

Elle inspira un grand coup avant de le suivre, légèrement stressée par ce qui allait se produire une fois dans la pièce, et excitée par l'appel de l'inconnu. Au final, elle ne fut pas déçue. En effet, la pièce était splendide, et sa taille ainsi que sa composition lui firent totalement oublier, de nouveau, la raison pour laquelle elle était venue. Elle poussa un "WHOAW" d'étonnement en détaillant la pièce du regard, fouillant dans ses moindres recoins. Et contrairement à son compagnon, elle ne se posait aucune question sur l'origine de la végétation. C'était juste une forêt sur du sable, dans une pièce immense. Un jardin intérieur. Logique. C'était sûrement une sorte de caprice de riches, de se faire construire des forêts (oui, elle ignorait ce qu'était une jungle) dans des pièces, et de les nommer bizarrement. Oui, c'était sûrement ça.

-Eh ça vous dirait de tester la solidité des lianes ? Vous avez jamais rêvé de vous y balancer ? Je vous propose d’essayer pour voir !

Une petite étoile se mit à briller dans les yeux d'Alizée à ces mots, et elle laissa rapidement tomber la décoration de la pièce et ses réflexions (très intenses, il faut le dire) sur le pourquoi cette pièce existe, pour fixer les dites lianes. Même si elle ignorait ce qu'était une jungle, elle avait déjà vu des films (dans les magasins d'éléctroménager, sur les écrans allumés qui diffusent des programmes censés attirer la clientèle... Et bien oui, elle n'avait pas de télé!) des hommes habillés encore moins bien qu'elle se balancer sur des lianes. Si elle avait pu essayer, elle l'aurait d'ailleurs fait plus tôt, mais c'est assez rare les jungles en Allemagne. Alors maintenant que l'occasion se présentait à elle, il fallait absolument qu'elle essaie. Tout de suite. Maintenant. Go!

-Le dernier arrivé pue le chien mouillé!

A ces mots, elle se mit à courir vers l'arbre le plus proche, agrippa la première liane venue sans prendre la peine d'en tester la solidité, et s'élança dans les airs après avoir pris un bref élan.

Alizée s'accroche donc aux lianes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Dim 24 Fév 2013 - 17:45




Alizée s'accroche aux lianes, et trouve :

« Les lianes s'enroulent autour d'elle et l'emmènent jusqu'au sommet des arbres avec violence. Quand elles s'arrêtent, là, une feuille est accrochée.»


[ACTION 1/4]

9


Le XX/YY,

Au bout d'un mois, je pense avoir enfin compris mon don. Au début, je ne me rendais absolument pas compte de ce que je faisais, je lisais les livres de la bibliothèque et en retenait le plus possible pour pouvoir l'utiliser ou m'en rappeler plus tard, et chacun des mots restait gravé dans mon esprit sans que rien ne puisse l'en détacher. Je pensais simplement à un livre, que dans ma tête déjà il s'ouvrait à la page exacte de l'information dont j'avais besoin et je pouvais réciter tout ce qui y était écrit sans y jeter le moindre coup d’œil. Je pensais que tout le monde en était affecté, mais après un échange avec certains pensionnaires, je me suis rendu compte que non. J'ai tenté plusieurs expériences et ai lu des livres qui me sont hors de portée intellectuelle comme des traités avancés de physique quantique, pour vérifier que cette faculté n'était pas simplement liée au fait que j'aime ou non le sujet proposé. Et pourtant, sans comprendre ce que je récite, je me rappelle toujours qu'un espace de Hilbert est un espace de Banach dont la norme //-// découle d'un produit scalaire ou hermitien <•,•> par la formule ||x|| √. Ma capacité serait donc de retenir tout ce que je lis, ou par extension tout ce que je perçois.

Christian m'a expliqué, lorsque je lui ai fais part de ma découverte, que ce n'était que la capacité de base de chaque pensionnaire, dont les pouvoirs étaient décuplés par le lieu, et que l'on pouvait très largement élargir le champ d'action de ce que l'on pouvait faire en étudiant. Il ajouta que puisque j'avais découvert ma capacité première, je serais capable de suivre un peu plus activement les cours qu'il dispensait. Je suis donc depuis environ deux semaines enfin capable moi aussi de m'exercer pendant cette heure. Christian nous apprend d'abord comment maîtriser notre pouvoir, et je ressens enfin combien c'était difficile pour les autres ! Cela est tellement plus palpable lorsqu'on le vit. Il m'a aidé à anéantir les maux de tête énormes que me provoquaient la lecture ou même la vie de tous les jours avec les informations qui s'accumulaient dans mon crâne. Je commence depuis très peu de temps les exercices de magie à proprement parler. Des cours où nous apprenons à créer, détruire, transformer par un signe de main ou une volonté de l'esprit. Visiblement, nos capacités ne seraient liées qu'au pouvoir de départ, ce qui fait que mon champ d'action est très étendu bien qu'assez passif pour le moment. C'est tout bonnement fascinant... Serait-ce le bâtiment qui nous donne tant de choses, ou n'aide-t-il pas simplement à l'être humain à dégager ce qui est enfoui en lui ? Les pensionnaires seraient-ils attirés ici en fonction de leurs capacités, ou ne serait-ce que pur hasard ? Beaucoup de théories intéressantes me caressent l'esprit mais je préfère ne pas en faire part à Christian ou aux autres I, ou même aux autres pensionnaires... J'en ai un peu parlé à Nelly, elle réfléchit aussi beaucoup sur tout cela, mais j'espère bien trouver une réponse avant elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami volant au coeur tendre
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Dim 31 Mar 2013 - 15:23

Les mains se frottant l’une contre l’autre, Fusanoshin avait hâte de passer aux choses sérieuses, enfin…au sens figuré. Se balancer aux lianes, c’était quelque chose d’inconnu pour lui qui avait des plumes pour voler, donc ça attisait d’autant plus son intérêt. Certes il avait l’air d’un connaisseur, comme ça, mais en fait il ne connaissait que l’appellation, il ne prenait jamais le temps de faire ce genre d’aventures dans les endroits comme celui-ci. Après tout, ce pensionnat le retenait prisonnier, il n’avait pas vraiment d’autre choix que de prendre du bon temps, vu qu’il n’avait jamais mis les pieds dans ce type de bâtiment qu’est un pensionnat. C’était le genre d’établissement où on apprenait toutes sortes de choses aussi variées qu’instructives et où on dormait au lieu de son chez soi, mais lui savait déjà tout ce qu’il fallait savoir. Après tout, il avait quelques centaines d’années d’expérience derrière lui et estimait avoir appris assez pour être infaillible au combat.

Alizée avait l’air contente de sa proposition, preuve qu’elle semblait beaucoup apprécier ce passe-temps connu pour être le violon d’ingre de beaucoup de gens. Il n’avait jamais essayé de se balancer à des lianes, mais vu l’enthousiasme de cette humaine, il y avait de fortes chances pour qu’il prenne du plaisir à ça lui aussi. Après tout, il n’allait pas faire le rabat-joie, lui qui tenait tant à trouver une page du journal de Rudy, il avait là une belle occasion, en plus de haut les choses étaient toujours différentes, il avait tout à y gagner ! Devant lui se dressait une étendue de lianes toutes plus longues et vertes les unes que les autres, le tout était de savoir par où commencer ; cependant, Alizée ne semblait pas d’humeur à attendre et le mit tout de suite au défi d’arriver avant elle au bout de l’étendue, ne le laissant même pas réfléchir. Un petit sourire affiché au visage, il laissa quelques secondes d’avance à la jeune fille et s’appuya sur ses serres pour prendre son envol. Une fois au milieu approximatif de la longueur des lianes, il en empoigna une avec force et prit un peu d’élan afin d’atteindre d’autres lianes un peu plus loin. Celle qu’il avait en main avait l’air solide, pas de doute possible, et il comptait bien profiter de cette occasion pour dépasser Alizée qui commençait dangereusement à prendre de l’avance. Quelques mètres seulement les séparaient l’un de l’autre, ce qui donnait une chance pour le Shikigami de rattraper la demoiselle qui n’était pas à cours d’énergie pour enchainer les lianes.

Au moment d’arriver à son niveau, Fusanoshin entendit Alizée pousser un cri de surprise alors que la liane à laquelle elle était suspendue s’était enroulée autour d’elle sans crier gare. La jeune fille se mit à monter vers la cime des arbres, c’est alors que Fusanoshin lâcha sa liane et s’envola dans la direction de sa partenaire qui montait très rapidement. Une fois son trajet terminé, elle vit une feuille accrochée sur le haut la liane, qu’elle prit en main, l’air curieuse, alors que le Shikigami arrivait à sa portée. Elle avait trouvé une page du journal de Rudy, et du premier coup, quel duo exceptionnel ils faisaient ! Heureusement qu’il avait eu l’idée de se balancer aux lianes, sinon ils n’auraient probablement rien trouvé, ce qui aurait servi à peu de choses de réveiller Alizée en pleine nuit. Au moins ils pouvaient se vanter d’avoir eu des résultats pour leur recherche, ce qui n’était pas rien, puisque c’était exactement ça qu’ils cherchaient. Une fois la feuille prise, la liane lâche soudainement la jeune fille qui tomba vers le sol, ne s’attendant pas à ce qu’elle se fasse délester de la sorte. Heureusement, elle eut vite fait de s’accrocher de nouveau à une autre liane dans la direction où elle allait, tenant fermement la page au fond de sa poche. Fusanoshin agrippa aussi une liane avant de continuer à se balancer dans le vide au rythme des balancements.

Le Shikigami commençait à rattraper la jeune fille, et arriva à sa portée, après quoi il donna un coup de poignet dans la liane, le faisant aller plus vite, mais tous deux se talonnaient de si près que personne ne pouvait savoir qui arriverait au bout du champ de lianes. Allant toujours plus loin, toujours plus bas, les deux compagnons commençaient à apercevoir la fin de leur course, lesquels eurent le réflexe d’accélérer la cadence pour franchir le plus tôt possible la ligne d’arrivée. Fusanoshin, au moment de lâcher la dernière liane, plongea vers le sol sans prendre le temps de freiner, ce qui lui valut une belle chute par terre à plat ventre. Alizée arriva peu après lui, atterrissant en plein milieu de son corps, lui arrachant un cri de douleur et quelques halètements.


-Nya ha ha ! J’ai gagné ! T’as vu comment j’assure en balancement de lianes ! Faut absolument qu’on fasse la revanche sur le retour. En attendant, que dirais-tu de continuer notre parcours, vu qu’on est déjà bien partis avec la feuille qu’on a trouvée. Y a du sable là-bas, il y a peut-être une feuille enterrée dans un coffre, faut chercher un endroit où la sable est irrégulier, comme si quelqu’un avait rebouché un trou.

Le Shikigami se releva alors, non sans mal à cause du poids de la jeune fille additionnée à son élan qui donnait un poids bien plus conséquent. Après s’être frotté un peu le dos en essayant de se le remettre en place, il avança à travers l’étendue sableuse en regardant si Alizée le suivait, ce qu’il espérait, car après tout c’était sa partenaire de recherche ! Ils avaient déjà prouvé qu’ensemble ils pouvaient trouver une page du journal de Rudy, et Fusanoshin comptait bien mettre à profit ce talent qu’ils avaient en essayant de dénicher une deuxième page dans le même élan. Certes ça pouvait être un coup de chance, mais peu nombreux étaient les endroits visités, alors il y avait encore des tas d’endroits susceptibles de cacher une feuille de papier comme la leur, notamment si elle était enterrée !

[Action : Fusanoshin avance dans le sable]

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Dim 31 Mar 2013 - 20:32




Fusanoshin avance dans le sable, et trouve :

« AAAAAAAAH LE SABLE ESSAYE DE VOUS BOUFFER !!!!! FUYYEEEZZ !!! ... Ah non. Il ne se passe rien. »


[ACTION 2/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Mer 17 Juil 2013 - 16:01

Alizée s'étonnait parfois elle-même. En effet, elle ne s'était jamais vraiment balancée de lianes en lianes auparavant, il faut dire que les lianes sont rares en Allemagne, et pourtant elle se trouvait assez douée. Et c'était beaucoup plus amusant que de se balancer seulement sur des branches d'arbres. Elle allait même plus vite que son compagnon, qui lui était vraisemblablement plus costaud qu'elle, qui n'était encore qu'une jeune fille. Et alors qu'elle s'amusait comme une petite folle, comme il lui arrivait souvent de le faire ces derniers temps, elle oublia le pourquoi du comment, et rit aux éclats. Elle rit du vent qui frappait son visage avec force, de ses cheveux qui volaient en tout sens, devenant encore plus mal coiffés que d'ordinaire. Elle riait de cette sensation de liberté, cette liberté qu'elle avait perdu sans vraiment en éprouver de chagrin. À quoi bon la liberté dans un monde noir, triste et désolé, alors que l'on peut aisément la ressentir ici, entouré de ses amis et de ce qu'on aime? Et alors que son esprit se vidait, et que ses pensées s'échappaient avec le souffle du vent, elle sentit quelque chose lui enserrer la taille et la tirer brutalement vers le haut. Forcément, comme il convient dans une situation pareille, elle hurla de stupeur en se sentant grimper de plus en plus haut jusqu'à la cime des arbres, avant de s'arrêter aussi promptement qu'elle s'était, en quelque sorte, envolée lorsqu'elle atteint le sommet de l'un des arbres. Encore sous le choc, elle allait de nouveau se mettre à rire lorsqu'elle aperçut le bout de papier posé devant elle.
*Une feuille... En haut d'un arbre? Qu'est-ce que...*
Elle ne put pas aller au bout de sa pensée qu'elle comprit ce à quoi elle faisait face. Une feuille du journal de Rudy. Ce pourquoi, normalement, ils étaient venus ici. Du moins normalement, puisqu'Alizée  n'avait pas été tout à fait enthousiaste à cette idée. Et qu'ils trouvent une feuille n'était pas bon pour elle. Si il y avait une feuille ici, les autres ne devaient pas être loin, peut-être au sommet des autres arbres. Quoique, une feuille parmi des feuilles, c'était assez original et bien trouvé... Elle pouffa et se détendit. Bon, ce n'était qu'un bout de papier après tout, rien ne disait qu'il s'agissait du journal de Rudy. Et elle ne pouvait pas le vérifier maintenant puisqu'elle était illettrée. Alors autant rester calme et continuer à s'amuser tant qu'on ignorait tout de ce que pouvait bien dire ce fichu bout de papier. Et puis de toutes manières, ce ne serait pas ce fichu truc qui allait lui gâcher sa joie, non mais! Fichu bout de papier...
Elle prit cependant le fichu bout de papier en question, on ne savait jamais, qu'elle puisse s'en débarrasser plus tard ou quoi que ce soit -après tout, elle était quand même assez fière que ce soit elle qui ait réussi à le dénicher, surtout dans un endroit aussi improbable. Et elle eut à peine le temps de remarquer la présence de son ami près d'elle, et de penser que, mince, elle ne pourrait pas lui cacher sa découverte, que la liane la maintenant dans les airs la lâcha sans crier gare, lui arrachant un cri de stupeur, avant de s'enthousiasmer sur ses réflexes impressionnants qui lui avaient permis de se raccrocher à une liane dans sa chute. Se souvenant de la course qu'elle disputait avant cette brusque interruption, elle enfourna rapidement la feuille dans sa poche, dans l'espoir de l'oublier pendant un moment et essaya tant bien que mal de rester la plus rapide. Cependant, au terme de plusieurs minutes, et dès qu'ils arrivèrent à destination, Fusanochin accéléra brutalement, surprenant la jeune fille qui ne s'y attendait pas et pensait, au pire, arriver ex-æquo. Puis il atterrit de la manière la plus gracieuse et élégante qui soit -en s'étalant sur le sol de tout son long- en provoquant ainsi le fou rire de sa camarade. Qui ne tarda pas non plus à laisser tomber ses lianes dans le but de toucher terre. Le seul soucis, c'est que, le fou rire l'ayant pris, le peu de concentration qu'elle aurait pu avoir s'été évaporé, envolé avec ses rires, ne laissant place qu'à un fou rire peu propice aux atterrissages contrôlés. Du coup, elle calcula mal sa trajectoire, ou plutôt ne la calcula pas du tout, et atterrit, preuve qu'elle était chanceuse, sur quelque chose de relativement mou. Et alors qu'elle crut un instant avoir atterrit sur du sable ou un buisson, elle sursauta lorsqu'elle s'aperçut que ce qui lui avait servi de piste d'atterrissage hurlait et n'était nul autre que son compagnon. Inquiète et anxieuse à l'idée de l'avoir blessé, elle repartit cependant dans un nouveau fou rire en l'entendant parler tranquillement, comme si de rien n'était, et se réjouir de sa victoire, bien qu'il ait été violemment écrasé quelques secondes plus tôt et qu'il devait avoir le dos en compote:

« Nya ha ha ! J’ai gagné ! T’as vu comment j’assure en balancement de lianes ! Faut absolument qu’on fasse la revanche sur le retour. En attendant, que dirais-tu de continuer notre parcours, vu qu’on est déjà bien partis avec la feuille qu’on a trouvée. Y a du sable là-bas, il y a peut-être une feuille enterrée dans un coffre, faut chercher un endroit où la sable est irrégulier, comme si quelqu’un avait rebouché un trou.
- Ok, répondit Alizée en essuyant une larme qui coulait sur sa joue tant elle avait ri et en descendant de son piédestal à plumes, en tentant en vain de retenir son fou rire, histoire de pouvoir aligner deux mots correctement. Mais rêve pas trop. J'ai été gênée par la liane tout à l'heure. J'te battrai au retour, j'suis trop une mauvaise perdante! »

Elle lui tira la langue et lui fit un clin d’œil pour confirmer ses dires. Elle avait bien l'intention de ne pas perdre une seconde fois, et dieu sait qu'elle était têtue. Une mule elle-même en serait morte de jalousie.
Lorsque son ami se releva, non sans difficulté, ce qui était plausible, elle l'avait écrasé après tout – elle se demandait même comment il pouvait encore tenir debout, alors qu'il devait logiquement avoir plusieurs cotes cassées -, elle le suivit, non sans difficulté à cause du sable qui gênait son avancée. Néanmoins, la sensation du sable fin entre ses orteils et sur ses pieds nus n'était en rien désagréable. Fusanochin se retourna et elle sourit. Elle le suivit un moment, s'assurant qu'il ne se préoccupait plus d'elle et était trop occupé à fouiller le sable en quête d'une deuxième feuille, avant de s'éloigner petit à petit, jusqu'à arriver à un endroit de la salle totalement différent. De la plage de sable fin et au toucher agréable, elle atterrit rapidement dans une forêt remplie de fougères.
* Tiens, ça c'est une bonne idée! Et si... *
Et si elle cachait la feuille du journal de Rudy quelque part par là, dans les fougères? Personne ne les trouverait avant longtemps, et elle pourrait dire qu'elle s'était promené pour en trouver une autre, et qu'elle avait égaré la première en chemin. Une feuille parmi des feuilles, c'était pas si différent de la façon dont elle avait obtenu cette feuille. Il fallait juste trouver un bon endroit, bien caché, où personne ne la trouverait. Du moins avant un bon bout de temps. Et puis au moins, ça lui évitait d'utiliser une technique plus radicale et qui lui aurait fait de nombreux ennemis. Bon, ça l'obligerait à mentir, mais on a rien sans rien, et même si ça lui déplaisait au possible, mieux valait ça que de perdre ses amis. Elle sortit ladite feuille de sa poche, pleine d'espoir, et continua à avancer dans les fougères.

Alizée avance donc dans les fougères
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Mer 17 Juil 2013 - 23:25




Alizée avance dans les fougères, et trouve :

« Elle sent des petites pattes au niveau de ses pieds, mais rien ne se passe. »

[ACTION 3/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikigami volant au coeur tendre
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Bol
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Bris de sceaux afin de déclencher des attaques spéciales
• AEA : Kami, une aigle très maternelle
• Petit(e) ami(e) : Vous ne la connaissez pas ^^

Messages : 64
Inscrit le : 29/06/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Ven 23 Aoû 2013 - 20:05

Les serres trouant le sable, la tête penchée en avant, Fusanoshin avançait toujours plus loin dans cette immense salle Yume. Alizée et lui avaient déjà parcouru de nombreuses étendues avec les lianes, ces longues lanières végétales qui pendaient de ces arbres. Elle avait même trouvé une page du journal de Rudy, il avait eu une bonne idée en proposant de tester la solidité de ces lianes. Même si la belle frayeur qu'elle a eu ne valait pas ce simple bout de papier, la jeune fille semblait s'être drôlement bien remise. Quant à Fusanoshin, il était aussi très fier de cette trouvaille, lui qui avait à coeur de retrouver Souma et qui voulait trouver ces fameuses pages du journal de Rudy, il avançait enfin !

La façon d'atterrir sur le sol de la jeune fille semblait quelque peu inhabituelle. Non seulement elle visait très bien, mais avait trouvé le meilleur amortisseur qui soit : un dos duveteux de Shikigami. Certes il n'avait pas senti grand chose à cause de son faible poids d'être humain, c'était d'avantage son moral qui en prenait un coup. Se faire utiliser ainsi comme coussin amortisseur de chute, lui, un Shikigami, un esprit combattif de mille-cinq-cents ans. Heureusement c'était une bonne amie, et en plus elle n'était pas des plus lourdes, la recevoir sur son dos était devenu plus occasionnel et non habituel. Du moment qu'elle ne recommence pas, il n'y avait pas de quoi grommeller, sa patience avait des limites, quand même.

Le volatile se releva alors doucement pour ne pas éjecter sa passagère dans les airs, aussi légère soit-elle. Une fois relevé, il aida Alizée à se remettre sur ses pieds et avança dans le sable vers l'endroit où se trouvait les meubles verts de mousse. Il ne cherchait à aucun endroit en particulier, il espérait plutôt que l'un d'entre eux l'inspire et le pousse à chercher. Visiblement, rien ne semblait apparaitre de lui-même, il allait devoir chercher dans tout l'ensemble de cette salle Yume. Le volatile ne savait pas du tout depuis combien de temps il explorait l'endroit ni si le temps s'écoulait de la même manière dans toutes les pièces du pensionnat, mais il espérait bien rentrer dans sa chambre avant la tombée de la nuit suivante. Oui il faisait nuit depuis quelques heures, le jour menaçait de se lever d'une minute à l'autre, il voulait profiter de sa journée et ne pas devoir dormir.

Alizée, elle, avait pris le chemin des fougères, sans doute voulait-t-elle explorer cette partie précise pour une raison tout aussi précise. Quant au Shikigami, il avait une autre idée en tête : se venger de cette humaine qui avait fait exprès de lui tomber dessus. Une telle humiliation ne devait pas rester impunie, Fusanoshin avait un amour-propre tout de même. Heureusement la jeune fille l'avait perdu de vue et observait plutôt les fougères pour trouver une page du journal de Rudy.

Maintenant qu'il y pensait, Rudy était un prénom vraiment rebutant, il voyait plutôt un chien s'appeler comme ça, ça aurait pu au moins être un prénom plus reflètant. Le pensionnat était pas mal luxueux, Henri ou Edgard aurait fait l'affaire, mais Rudy...c'était comme appeler un noble Marcel ou Frank. Mais après tout il n'y pouvait rien, il devait faire avec ce prénom moisi si il voulait sortir de cet endroit. De toute façon le principal, c'était de revoir Souma, son cher petit Toujinshi qu'il se devait de protéger via son pacte.

La gamine s'éloignait de plus en plus de lui, mais se dirigeait toujours vers les meubles qu'on voyait au loin. C'était le moment idéal pour se venger de ce qu'elle avait fait, ce qui méritait un châtiment exemplaire. Le volatile chercha alors autour de lui quelque chose en particulier pour sa vengeance, et finit par tomber rapidement sur un substitut. Il arracha alors un bout de terre qui découvrit quelques insectes comme des cloportes ou encore des araignées et vers de terre qui sortaient de la catégorie. Après en avoir ramassé une bonne poignée, il poursuivit les recherches comme si de rien n'était, histoire de ne pas attirer l'attention. Il s'approchait petit à petit d'Alizée, en tenant fermement les petites bêtes dans sa serre, il faisait le moins de bruit possible mais ne restait pas silencieux pour ne pas donner l'impression qu'il a disparu. Au moment de se retrouver derrière elle, il glissa le bout de sa griffe de sa main libre sur le rebord de ce qu'elle portait en bas, jusqu'à apercevoir la raie des fesses. Une fois cela fait, il y glissa toutes les petites bêtes sans exception et relâcha d'un coup sec ses habits avant de tirer dessus vers le haut sans douceur, de telle manière à ce que les bestioles descendent le plus tard possible.


-Voilà qui t'apprendra à te servir de ton collègue comme coussin, jeune humaine, ha ha ! La prochaine fois, vise un buisson ou jette-toi dans le vide pour me laisser te rattraper.

[i]Un petit rire étouffé entre ses dents, il lui tourna le dos en marchant un peu plus loin, curieux de la voir se débattre comme une truite hors de l'eau. Pendant ce temps il analysait les racines des arbres, sans doute pour faire semblant qu'il ne s'est rien passé. Vu qu'elle semblait avoir un fort caractère à tendances taquines, elle devrait apprécier la qualité de cette farce, même si elle risquait d'être assea en colère sur le moment. Heureusement son effroyable compagnon n'était pas de la partie, il aurait certainement plombé l'ambiance avec ses paroles rabat-joie. Et puis il ne s'était pas vengé pour un tas de taquineries qu'elle lui avait faites, il avait quand même le droit de s'amuser aussi, quand même. Maintenant au moins elle réfléchirait à deux fois avant de retomber sur son compagnon comme si c'était un pouf. Il ne tenait pas vraiment à passer pour la bonne poire qui se fait marcher sur les pattes par tout pe monde, il savait aussi se venger, de temps en temps. Certes la vengeance n'était pas une bonne chose, mais quand il les exécutait, ce n'était pas bien méchant, et en plus elles faisaient réfléchir quasi autant qu'une vraie vengeance.

Après tout, les Shikigami aussi aiment bien s'amuser de temps en temps, certains ne le font pas souvent, et d'autres pimentent leur vie avec ça, comme Fusanoshin.

[Action : Fusanoshin fouille dans les racines d'arbres]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Ven 23 Aoû 2013 - 23:06




Fusanochin examine les racines des arbres, et trouve :

« Il est attaqué par des créatures qui lui volent ses chaussures. »

[ACTION 4/4]

Les recherches sont finies pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délinquante juvénile
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Freaky
-
0 / 1000 / 100

• Age : 18
• Pouvoir : Se régénérer, mais en contrepartie, au premier contact avec une personne, celle-ci veut la tuer.
• AEA : Sigmund, le corbeau que personne n'aime
• Petit(e) ami(e) : Le jour où elle trouvera un philtre d'amour a mettre dans ses gâteaux, peut-être...

RP en cours : * C'est pas qu'on pue, mais bon... (pv Ikazuchi no Fusanochin)
* EVENT RUDY Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh... (pv Ikazuchi no Fusanochin)

Messages : 172
Inscrit le : 10/07/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   Jeu 28 Aoû 2014 - 14:55

* Ah, voiiiiiilà ! Cet endroit s'ra super ! *
Alizée avait enfin repéré un petit coin dans les buissons qui pourrait convenir pour y cacher la feuille gênante : un coin sombre, lugubre, plein de terre humide et vraisemblablement plein d'insectes en tous genres à première vue. Soit l'endroit par excellence que toute personne sensée évitait. Elle, en tout cas l'aurait évité. Peut-être. Ok, en fait elle adorait ce genre d'endroit. Mais justement, les personnes qu'elle n'appréciait pas, et donc à qui elle ne voulait pas montrer cette feuille, l'éviteraient, elle en était sûre. Notamment les filles moches, qui se tartinent le visage de produits cosmétiques comme on tartine le pain de nutella au petit déjeuner (pourtant Dieu sait qu'elle adorait le nutella), qui portent des robes trop petites qui laissent entrevoir deux belles lunes (ou des tee-shirts avec rien en bas, elle ne savait pas très bien, elle ne s'y était jamais vraiment intéressé), et qui portent des chaussures montées sur ressort (ça par contre ça l'intéressait, elle aurait bien voulu essayer un jour, ce devait être amusant). Oui elles, elle en était bel et bien sûre, elle n'iraient jamais se balader par ici.
La jeune fille fut alors brutalement interrompue par une sensation désagréable dans ce qui lui servait d'arrière-train, sensation qui devint d'autant plus désagréable lorsqu'elle sentit que quelque chose bougeait. Elle sursauta en poussant un petit cri avant de mettre une main... à l'endroit de la gêne. Quand elle ramena sa main devant son visage, un magnifique lombric se tortillait entre ses doigts. Surprise, elle sursauta et secoua ladite main pour se débarrasser du ver. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle comprit qu'il n'y avait pas que lui dans les parages et, prise d'affolement, elle commença à se tortiller dans tous les sens. Et bien oui, il y avait de quoi s'affoler ! Et si un insecte lui rentrait dans le derrière, comment allait-elle faire ensuite pour l'en déloger ? Ce serait une catastrophe ! Dans la précipitation, et sans se poser de question, elle retira vivement sa culotte et essaya du mieux qu'elle pouvait de se débarrasser de ce qui "l'encombrait" (je vous laisse deviner comment). Elle allait se poser des questions sur comment tout ça s'était retrouvé ici alors qu'elle ne s'était même pas assisse par terre une seule fois lorsqu'elle entendit Fusanochin rigoler un peu plus loin et lui donner une explication :

« Voilà qui t'apprendra à te servir de ton collègue comme coussin, jeune humaine, ha ha ! La prochaine fois, vise un buisson ou jette-toi dans le vide pour me laisser te rattraper. »

Aaaah, c'était donc ça. Comme si elle avait choisi de lui tomber dessus, au départ ! Et voilà qu'il prenait un air innocent maintenant ! Heureusement, elle n'était absolument pas susceptible, du moins pas sur ce point là, et elle prenait très bien ce genre de farce. En plus les insectes ne lui faisaient pas réellement peur. Mais ce n'était certainement pas une raison pour se laisser faire ! Justement, une vengeance injustifiée (ben c'est vrai quoi, elle savait pas elle comment on faisait pour contrôler sa chute) en vaut bien une justifiée, et elle avait bien l'intention, elle-aussi, de prendre sa revanche. Elle s'arma donc de sa culotte, désormais inutilisable de toutes façons (heureusement qu'elle ne portait pas une robe trop courte), et, après l'avoir un peu remplie de terre, s'en servit comme fronde. La boule de terre atteint directement sa cible et Alizée poussa un cri de joie avant d'éclater de rire.

« Alors, c'est qui qui rigole maintenant, hein ! »

Trouvant ce jeu nettement plus amusant que la recherche de feuilles, qu'elle ne pouvait pas lire de toutes manières, elle lança une deuxième boulette de terre, puis une troisième, jusqu'à bombarder son adversaire, dans l'espoir de commencer une bataille qu'elle comptait bien remporter. Un événement imprévu rendit alors la "bataille" plus comique. De nouveaux farceurs s'invitèrent à la fête, plus petits ceux-là, et volèrent les chaussures de Fusa. Alizée en resta sans éberluée un moment, ce qui la fit cesser son bombardement, avant d'éclater de rire. Elle rit tellement fort que ses jambes ne purent plus la porter et elle se laissa lourdement tomber au sol, les bras autour de son ventre, qui lui faisait mal à force de rigoler, essuyant tant qu'elle pouvait les larmes qui coulaient sur ses joues. Elle ne se souvenait pas avoir tant ri depuis longtemps.

HRP: Il porte des chaussures, ton personnage au moins ? x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT RUDY] Dans la jungleuh, terribleuh jungleuh...[PV : Alizée Edelstein] 4/4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Deuxième Etage ::. :: Salle Yume-
Sauter vers: