AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clarisse Izmenik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Clarisse Izmenik   Sam 22 Déc 2012 - 12:01

Egh... Pardon la présentation élaborée est vraiment trop sophistiquée pour mon pauvre cerveau simpliste Arial 12.

Personnage:

Nom : Izmenik
Prénom : Clarisse
Age : 15 ans
Date de naissance : 13 mai 1997

Histoire : Clarisse avait quinze ans quand ses parents ont commencé la procédure de divorce. Cela faisait plusieurs années que l'idée revenait sur le tapis régulièrement, alors, même si elle avait fini par croire que ce n'était qu'un projet que ni l'un ni l'autre de ses parents ne trouverait jamais le courage de mettre à exécution, quand une énième dispute donna lieu au premier rendez-vous chez le notaire, elle ne trouva pas cela bouleversant, particulièrement.

Mais aussi Clarisse ne fut-elle que moyennement décontenancée lorsqu'elle surprit, quelques mois plus tard, une conversation de sa mère avec une amie. Sa mère était en larmes (mais Clarisse avait l'habitude des crises de larmes de sa mère) et elle disait qu'elle ne voulait pas vraiment divorcer, mais qu'elle ne pouvait plus faire machine arrière depuis qu'elle avait appris que Charles (le père de Clarisse) avait commencé à fréquenter une nouvelle femme. Clarisse haussa alors un sourcil : ce n'était pas pas comme si elle n'avait pas pensé qu'une telle chose pût arriver, néanmoins elle avait espéré que son père lui en parlerait aussitôt qu'il aurait commencé à refaire un peu sa vie. Elle se sentait concernée tout de même. Il fallait croire qu'aux yeux de son père, pas tant que ça.

Ce qui embêtait Clarisse, surtout, dans ce divorce, c'était qu'elle ne voyait presque plus son père et qu'elle devait vivre seule avec sa mère, qui, pour juger modérément, était assez difficile à vivre. Elle avait commencé à consulter un psychologue depuis plusieurs années et depuis la séparation, encourageait sa fille à se faire suivre aussi, ce qui n'était pas du tout aux goûts de Clarisse. Pour Clarisse, aller chez le psy c'était pour les fous et oui, sa mère était folle, plus exactement : hystérique.

La situation de la maison empira le jour où le père de Clarisse se présenta sans prévenir, leur présenta une femme ayant d'une jeune trentaine d'année, et présenta officiellement à Clarisse son nouveau couple. La mère de Clarisse poussa un très long cri très aigu, jeta un vase par terre et le chien par la fenêtre (heureusement, ils étaient dans le salon au rez-de-chaussée). Le père et la femme invitèrent Clarisse à leur rendre visite prochainement et s'en allèrent très vite.

L'embarras de Clarisse, en fait, ne fut pas la transformation de sa mère capricieuse et lunatique comme toute personne normalement ennuyeuse peut l'être, en harpie haineuse et détestable. C'était une progression de son être que Clarisse avait observée depuis toujours et dont elle avait guetté l'aspect final avec autant de crainte que de curiosité. Non, l'embarras de Clarisse fut d'être mise devant les faits de sa propre personne : elle devait bien finir par l'accepter, elle était homosexuelle. Et cela, à la rigueur, elle s'en était doutée depuis un certain moment. Le plus grave était ceci qu'elle s'était rendue compte, depuis qu'elle avait effectivement rendu visite à son père, qu'elle était terriblement attirée par la femme d'une jeune trentaine d'années.

Le tableau de ses malheurs aurait pu s'arrêter là et Clarisse s'en serait remise assez simplement. Il y avait bien d'autres gays dans le monde, quand elle essayait de relativiser elle savait bien que l'adolescence était juste la mauvaise passe nécessaire pour les gens comme elle. Tomber amoureuse de sa belle-mère, ensuite... Ce n'était pas super mais ça passait encore. Un amour impossible à sens unique, c'était assez prévisible aussi. En revanche, elle ne voyait pas comment relativiser le fait que la femme d'une jeune trentaine d'années fût réceptive à son inclination.

Et réceptive, encore une fois, est un euphémisme, pour indiquer qu'elle avait franchi la barrière la plus bariolée de signes "DANGER" : un jour qu'elles discutaient toutes les deux sur la causeuse dans le salon, alors que son père faisait la vaisselle après dîner, Clarisse sentit que l'humeur était favorable et elle ne put s'empêcher d'embrasser la femme d'une jeune trentaine d'années. La femme lui rendit son baiser et elles couchèrent ensemble, sur le canapé, avec le père dans la pièce d'à côté qui frottait des assiettes en chantant à tue-tête Don't stop me now, c'était la première fois de Clarisse.

L'affaire faite, elle quitta l'appartement de son père avec précipitation, tapa du pied pendant tout le trajet de bus jusqu'à sa maison, et arrivée chez elle, elle partait pour se ruer dans son lit et pleurer toutes les larmes de son corps devant la confusion de son esprit et de son corps, quand sa mère l'arrêta pour pousser ses cris de harpie habituels ("t'étais encore chez ton père avec sa grosse pute", et autres délicatesses). Au bout d'une dizaine de minutes de tirade d'insultes, Clarisse prétexta un besoin urgent pour s'enfermer dans les toilettes.

Quand elle y fut restée assez longtemps à contempler ses doigts et ses genoux tremblants dans la pénombre de la salle d'eau pour se rappeler que ça faisait longtemps et que sa mère devait se poser des questions sur la santé de son système digestif, elle se leva promptement et ouvrit la porte, s'apprêtant à affronter de nouveau les agressions psychologiques de sa mère. Heureusement derrière la porte, ce n'était pas la mère hystérique de Clarisse, c'était le hall du Pensionnat Interdit.

Caractère : Quand on se contente de ne pas essayer de sonder les profondeurs de sa personnalité, on connaît Clarisse comme une personne joyeuse, vive et sociable. On peut observer en faisant attention qu'elle n'a pas une très grande volonté : lorsqu'elle rencontre un obstacle, elle abandonne très vite. Dans ce où elle n'est pas très bonne, elle ne fait pas d'efforts. Cela l'aide à penser que ce n'est pas parce qu'elle est nulle qu'elle obtient de mauvais résultats mais parce qu'elle ne travaille pas. En même temps, elle se sent très souvent coupable de ne pas essayer plus et de se voiler la face derrière ces excuses ; la culpabilité d'ailleurs est un trait de son caractère qui reste souvent invisible aux yeux des gens qui l'entourent. Elle la cache très bien parce qu'elle se sent très honteuse de ses fautes, au point de ne pas les assumer non plus et de supporter la culpabilité plus lourde encore de ne pas arriver à s'assumer. Elle n'assume pas encore non plus son homosexualité, quoiqu'elle l'ait acceptée. C'est pourquoi elle évite le sujet de l'amour dans les discussions.
Quand elle était dans les toilettes et qu'elle réfléchissait, elle a commencé à penser qu'elle était une sorte de perverse, sexuellement obsédée, ce qui est une des plus grandes craintes de sa vie : devenir une hystérique comme sa mère. Pourtant elle commence à s'en persuader et à développer une petite voix vicieuse dans sa tête qui lui rappelle quelque chose de près ou de loin lié au sexe à chaque fois qu'elle regarde quelqu'un, que ce soit sa bouche, son entrejambe, ses orteilles ou ses coudes.

Physique : Clarisse est petite, avec des hanches rondes et des jambes solides. Elle coupe ses cheveux assez courts et se maquille légèrement les yeux, des yeux qui sont bruns et tout ronds et devant lesquels elle met pour lire et regarder des écrans des lunettes en demi-lunes. Elle a bon teint, des pommettes hautes et saillantes, des fossettes aux joues quand elle sourit. Elle n'a jamais eu d'appareil dentaire et a du coup gardé les dents du bonheur. La façon dont elle s'habille n'est pas très conventionnelle quoique difficile à ranger dans un style particulier. Elle aime les vêtements larges et prend garde à ne jamais porter trop de couleurs sombres à la fois. Elle porte toujours des boucles d'oreilles et en a une collection impressionnante : elle se dit que cela lui sert à rendre plus attrayante sa tête coiffée de cheveux bêtement châtains et coupés sans élaboration.

Pouvoir : lorsqu'elle rencontre quelqu'un, elle provoque un flash dans l'esprit de cette personne, une image d'elle et de Clarisse ayant un rapport sexuel, sans nécessairement créer d'attirance ou de désir.

Alter Ego Astral : une méduse cubozoa dont le nom est Lacéda

Passion(s) : parler avec des inconnus sur des chat internet. Elle ne s'en sert pas pour se faire des amis mais pour se soulager de toutes les confidences qu'elle ne fait jamais à personne dans la vraie vie. Son pseudo est Hard Love.

N'aime pas / Phobie(s) : la personnalité de sa mère. Ce n'est pas qu'elle ne l'aime pas, mais elle a énormément peur de devenir comme elle et a tout fait jusqu'à ce jour pour ne pas se rapprocher de l'image qu'elle a d'elle. Il faut se souvenir qu'elle voit également sa mère à travers le prisme de sa crise d'adolescence.

Informations Hors-RP :

Avez-vous bien lu les règles ? Non, vraiment, j'ai vraiment cherché le code en mode ctrl+F mais j'ai vraiment pas trouvé le mot de passe, ARGH. Mais j'ai découvert en revanche que vraiment, vous utilisez vraiment souvent le mot vraiment dans le règlement.
Où avez vous trouvé ce forum ? Alors, c'était en 2006, sur le forum d'un site qui s'appelait La Cartoonerie. Les détails me font défaut.
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non. La première fois que j'ai été inscrite sur un tel forum c'était en 2004. Deux ans plus tard j'étais toujours autant un boulet du RP.
♦ ...Dans ce forum ? Non ! J'en ai déjà eu six, dont un qui est mort et une que j'ai supprimée. Là je refais une fille parce que mon équipe est un peu trop masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Clarisse Izmenik   Sam 22 Déc 2012 - 12:45

Coucou Aphie, ton pouvoir est trop bizarre 8D
Et je ne peux pas te valider sans le code, donc va le chercher, hop hop hop ! /brique/
Bon eh bien, étrangement, je vais te valider /o/ Amuse toi bien avec Clarisse ~ J'ai hâte de voir ton rush de RP avec elle \o/
(deux phrases paradoxales à la suite, hop)

J'aime le passage du chien qui passe par la fenêtre.
Et puis ton personnage me fait repenser à un webcomic que j'ai lu ... qui était terriblement louche .....



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Clarisse Izmenik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: