AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Love me, hate Me [PV Aarhyel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Sam 29 Déc 2012 - 1:13

Ce soir était un soir particulier, il allait entrainer quelqu’une pour la première fois depuis très longtemps, depuis qu’il était entré ici en réalité. Et ce n’était pas une personne ordinaire, car il allait commencer à entrainer une humaine venue du futur, jamais encre un Shikigami n’avait encore pu faire un choc temporel et c’était lui qui allait avoir le privilège de pouvoir le faire. En plus il fallait l’avouer il l’aimait bien cette humaine en question, elle avait un fort caractère ce qui n’était pas pour lui déplaire, mais il l’avait prévenu, lors de cet entrainement elle allait devoir se plier à ce qu’il lui dirait, car s'il y avait un truc qu’il ne supportait pas plus que tout, c’était l’échec, et il était hors de question que la jeune fille en question n’arrive pas à attendre l’objectif de parvenir à contrôler son pouvoir. Le pouvoir en question était une sorte d’aimant émotionnel, au vu des récents événements entre eux il avait identifié tout de suite la nature de se pouvoir.

Ce qui s’était passé c’était qu’il s’était plusieurs fois retrouvé collé à elle involontairement à chaque fois qu’elle voulait partir et il ne savait plus pourquoi à un moment donné il s’était retrouvé projeté au travers des étagères de la bibliothèque. Elle ne parvenait pas encore à contrôler son pouvoir et c’était donc ça l’objectif de cet entrainement parvenir à le maitriser complètement, pour ça il allait devoir mettre le côté attirance et le côté de rejet de se pouvoir à rude contribution, plus il parviendrait à l’empêcher d’utiliser ces deux pouvoirs, plus elle parviendra à le contrôler. Pour cela il avait choisi non pas la salle Yume, la salle du pensionnat qui avait la particularité de prendre l'apparence désirée et avec la création d’objets qui pourraient être utile mais le cimetiere. Quoi de mieux qu'une ambiance bien sombre pour s'imprégner de la puissance des esprits ? En plus l’a présence de tombes allaient rajouter des obstacles en plus à éviter. Un simple entrainement sur un tatami dans la salle yume aurait été trop facile Il avait passé tout l’après-midi aux abords du lac pour construire un programme d’entrainement et il savait exactement ce qu’il allait faire à quelques détails près, la seule chose qu’il ne connaissait pas était l’issue de chaque exercice, si cela allait s’avérer positif ou négatif.

Il était malheureusement à peu près certain qu’une seule séance ne serait pas suffisante et qu’ils allaient avoir besoin de s’entrainer plusieurs fois pour arrivé a leurs objectifs. La difficulté avec Aarhyel, étant donné le fait qu’elle vienne du futur, la technologie et l’étroiture d’esprit avaient largement prit le pas sur les croyances et les techniques spirituelles. Et il était prêt à parier qu’elle allait certainement rechigner pour certaines choses, c’est bien pour ça qu’il lui avait donné un livre à étudier avant l’entrainement, la connaissance de l’art de l’Onmyodo et des pratiques spirituelles étaient indispensables pour dans un premier temps qu’elle puisse bien comprendre la nature de son pouvoir, et qu’elle ne se retrouve pas non plus désappointé quand elle sera confrontée à ses techniques d’entrainement auquel n’importe quel cartésien rigolerait si on les lui expliquait et pou une personne venant du futur c’était plus que recommandé, déjà qu’elle avait du mal avec l’environnement du manoir qui s’apparenta à un passé presque antique pour elle… Il espérait vraiment qu’elle avait étudié le livre comme il lui avait dit par ce que sinon, ça risquait de chauffer

Il lui avait donné rendez-vous au coucher du soleil et lui avait donné les instructions pour le retrouver, en l’attendant, il s’était assis en position de méditation les yeux fermés sur une sorte d'autel en surplomb du cimetière. Rien ne valait une bonne dose de concentration avant de s’entrainer, et moins il pourrait s’énerver plus ils avanceraient vite dans l’apprentissage. Le temps passait et elle ne venait toujours pas, on sang et la ponctualité alors ? Ce n’était vraiment pas en commençant comme ça qu’ils allaient arriver à un résultat rapide. Et puis au bout d’un moment il entendit des bruits de pas venir dans sa direction.


- J’ai bien faillit attendre.

Il avait dit ca sur un ton étonnamment calme sans bouger de sa position de méditation.

- Viens, Assis-toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Lun 21 Jan 2013 - 3:35

Le ciel était dominé par une immense lune bleutée qui pourtant ne semblait réfléchir ou répandre la moindre lumière. Tout qui se présentait devant moi était noyé dans une ombre angoissante. Je n’arrivais pas à discerner le moindre détail… Le ciel et l’horizon se confondaient, dressant devant moi une seule et même toile noire s’étendant à l’infinie… Le seul contraste sur ce fond ténébreux était l’astre bleuté me faisant me sentir oppressée. Un souffle polaire s’infiltrait lentement dans mes vêtements et je pouvais le sentir ravager mes cheveux. Ce ne fut que lorsque j’allais attraper ma chevelure pour empêcher celle-ci de s’emmêler que j’ai découvert que je pouvais voir mes mains. Comment était-ce possible ? Je ne pouvais même pas voir le bout de mon nez dans ce paysage d’une noirceur insondable, alors comment pouvais-je voir mes mains ? En les avançant devant moi, une ombre vint camoufler mes paumes, je compris alors qu’une source lumineuse devait se trouver derrière moi. Je me retournai alors en me protégeant de mes bras contre le froid qui caressait ma peau.

Mes yeux se fermèrent aussi tôt, agressés violement par une lumière incandescente. Que se passait-il ? Mes mains trouvèrent d’elles-mêmes le chemin vers mon front afin de créer une visière qui permettrait à mes yeux de ne pas brûler. Une chaleur cuisante se propageait déjà sur chacun des pores de ma peau lorsque je fus finalement prête à ouvrir les yeux. Que se passait-il ? Je ne vis d’abord que du rouge, comme si chaque goutte de sang circulant dans mes yeux s’étaient donné le mot pour m’obstruer la vue. Puis lentement des formes se mirent à se dessiner, d’abord vagues et informes, je pus rapide discerner un vaste horizon parsemé ici et là de ce que je supposais être des arbres… Le rouge fit lentement place a une lumière éblouissante et chaleureuse. Je me sentais baigner dans une aura de paix.

Où m’étais-je retrouvée encore ? Où avais-je bien put atterrir ? Comment une si vaste étendue pouvait être aussi nettement scindée ? Les deux astres complémentaire m’apparaissait au même moment… j’avais l’impression de flotter et d’être couvée par la douceur et la chaleur bienfaitrice du soleil tout en étant appelée par le souffle aventureux de la grandiose lune bleuté surveillant mes arrières. Devant moi, la sécurité pleine de promesse et derrière l’incertitude assurant des lendemains toujours plus mémorables que les précédents. Je n’arrivais pas à définir le sentiment qui m’embrassait, je me sentais sciée. Je ne me sentais pas entière… Voir ces deux mondes coexister dans se confondre… Le besoin de faire un choix creusait un vide et un mal être en moi.

Soudain, le sol se mit à trembler et avant même avoir put amorcer un mouvement, il se déroba sous mes pieds. Tout s’écroula et je commençais à chuter. Mes membres se débattaient dans le vide, comme si cela pouvait ralentir l’inévitable. Dans un espoir déraisonné, je cherchai à trouver quelque chose à quoi m’accrocher. Quelque chose pouvant m’éviter l’impact fatal qui m’attendait. Je sentis mon corps se retourner comme si, mut par un courage ou une folie que je ne me connaissais pas, il souhaitait faire face à la mort. Les yeux fermement clos, je sentis de violentes griffures sur mon visage. Un ennemi inconnu me mordait la peau et instinctivement mes mains se refermèrent sur mon assaillant. Mon corps fut sauvagement projeter contre un mur et l’élancement cruel dans mes bras me signala que je m’agrippai trop fortement à dieu sait quoi.

Un martèlement déchaîné s’empara de ma tête et je me sentis agressée par tous ces mots qui résonnaient encore et encore telle une litanie empoisonnée. Dualité….Engendrement…. Interdépendance… Opposition… Dualité….Engendrement…. Interdépendance… Opposition… Dualité….Engendrement…. Interdépendance… Opposition… Ma prise céda brusquement et une nouvelle chute débuta. Je pouvais voir le sol s’approcher et cette fois ce fut plus fort que moi… Je poussai un hurlement, un appel à la vie qui je le souhaitai repousserait ma fin.

J’ouvris les yeux et me retrouvai nez à nez avec le plancher de ma chambre. Un rêve ? Mais oui, évidement… J’aurais dû le savoir. Seulement, je ne me souvenais pas m’être endormie. Comment était-ce arrivé ? Je massai le côté droit de mon visage, particulièrement douloureux… Ce devait être celui-ci qui avait absorbé la chute… Je me redressai alors tant bien que mal en grognant puis chercha à grimper sur mon lit. Mon regard se posa alors sur un imposant bouquin et c’est alors que tout me revint, ou presque…


Yin et Yang, bla bla bla… Complémentarité, blab la bla… Subsiste dans chaque aspect de la vie, bla bla bla….Intégralité de l’univers, bla bla bla…

Je poussai un gémissement plaintif en me hissant sur le matelas, roulant lentement sur le dos et me saisi du livre. Je le tirai sur mon ventre puis soupirai. J’avais essayé… On ne pourrait pas dire que je n’avais pas essayé. Vraiment, j’avais vraiment essayé de m’imprégner de ce que contenait ce livre. J’avais voulu comprendre ce qu’il contenait de si important, mais j’avais visiblement échoué et lamentablement qui plus est. Je m’étais assoupie… Qu’allais-je dire à Ko-

-Kogenta!! M’exclamais-je en me redressant brusquement.

Je quittai mon lit en toute hâte et fourrait le bouquin dans mon sac avant de le balancer négligemment sur mon épaule et me ruer vers la porte. Non seulement je n’avais pas réussi à lire ce satané livre avec un intérêt digne de ce nom, mais en plus j’allais me mettre le félin à dos. Je n’avais aucune idée de quelle heure il pouvait être et j’espérais ne pas arriver trop en retard…
Je dévalai les escaliers et me précipitai vers la sortie, me dirigeant tant bien que mal. Je n’avais pas compris pourquoi il m’avait demandé de le retrouver dehors et encore moins dans ce genre d’endroit. Je n’arrivais même pas à prononcer ce mot… Ce n’était un problème de locution… Mais je n’avais pas la force de le faire. Je me refusais à le dire, je n’étais pas à l’aise avec l’idée de m’y rendre. Aller dans ce genre d’endroit me déplaisait, toutes ces générations passées gisant sous nos pieds…

J’y arrivai sans m’en apercevoir, perdue dans mes pensées. Ce ne fut que lorsque je me retrouvai face à une… Pierre tombale… Que je compris qu’il était trop tard pour faire marche arrière. J’inspirai longuement et m’enfonçai dans les profondeurs de ce territoire me semblant hostile.

Je discernai enfin sa silhouette et il s’empressa de me faire remarquer mon «retard»… Je soupirai discrètement et répondis à son «invitation» en allant m’asseoir en face de lui. Je posai mon sac à ma gauche et palpait mon visage qui devait avoir pris une couleur disgracieuse suite à ma chute.. Je frottai ensuite mes cuisses, défroissant mon short par la même occasion...

-Désolée, je…

N’ai pas vu l’heure…. J’étais concentré sur ma lecture… Je…

-Je me suis endormie, avouais-je en constatant qu’ouvrir la bouche m’étais douloureux- je devais m’être fait une belle ecchymose… Alors, par quoi on commence? Demandais-je en essayant d’oublier les restes humains qui nous entouraient.
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Lun 4 Fév 2013 - 11:31

Il ne s’était pas trompé sur les bruits, c’était bien elle qui arrivait vers lui et qui s’asseyait comme il avait demandé.

-Désolée, je… Je me suis endormie,

Pour toute réponse il se contenta d’afficher un sourire, à ça… combien de fois il l’avait entendu ? Et combien de fois ça avait été lui qui avait fait office de réveil. Le constat était rapide à faire en tout cas, même dans le futur les humaines n’avaient pas changé de ce côté-là. Bon bah faut croire que même le temps ne peut rien changer dans la nature de certaines espèces, alala si ce n’était pas malheureux ça…

"Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu ça tu sais…"

Ah Riku, ce cher Riku, mais comment parvenir à l’oublier ? Après toutes les aventures fortes qu’ils avaient vécues ensemble. Certes au début c’était très difficile car plus agaçant que lui on ne pouvait pas faire pire, mais au final c’était presque devenu fusionnel, comme si tous les deux ne formaient qu’une seule et même personne, et parmi toutes ces expériences, celle qu’il était en train de vivre en ce moment, lui rappelait beaucoup celle avec Riku, pour l’instant c’est très difficile entre eux deux, alors est-ce que le jour où ils se quitteront ils seront aussi l’un pour l’autre que comme cela avait été avec son précédent Toujinshi ? Ça, personne ne pouvait encore avoir la réponse.

- Alors, par quoi on commence?

Alors maintenant fallait entrer dans le vif du sujet. Il se leva et fit les 100 pas autours d’elle.

"Déjà j’espère que tu t’es bien imprégnée du livre que je t’ai confié hier, je ne vais pas te faire un questionnaire la dessus ça serait une perte de temps, alors on va passer directement à la pratique, de toute manière je le saurais si tu as bien retenu les valeurs qu’il contient"

Il arrêta de faire les cent pas et se hissa pour s’assoir sur une croix qui ornait une tombe aux alentour.

"Ce qu’il va falloir faire, c’est déjà t’ouvrir au passé, c’est pour ça que je t’ai amené ici, tu ne parviendras pas à maitriser ton pouvoir en un claquement de doigt, il va te falloir empruntée une force qui n’est pas tienne pour y arriver, ce que je te demande c’est de lier ton esprit avec tous ceux qui nous entoure et emprunter leur énergie spirituelle."

Ah ça il l’avait prévenu dès le départ, cet entrainement n’allait pas être facile, mais il n’avait pas précisé que la difficulté allait résider dans le mental et la concentration psychique, et pourtant ce qu’il lui demandait et la base de leur entrainement, c’était d’ailleurs le sujet du premier chapitre du livre qu’elle devait lire, et c’était maintenant qu’il allait savoir si elle avait bien fait son travail ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Mar 5 Fév 2013 - 1:40

Je du attendre un moment avant que monsieur l’entraineur ne prenne la parole. Il commença par faire les cents à m’en donner le tournis, il devait sans doute avoir besoin de se dégourdir les jambes… Mais dès qu’il eut ouvert la bouche, je le regrettai. Non. Non je ne m’étais pas « bien imprégnée », pas imprégné du tout en fait. Je ne me souviens même pas avoir lu un chapitre entier, à moins que ce ne soit le petit prologue qui sert de mise en bouche? Quoi qu’il en soit, je ne pus que m’estimer heureuse de ne pas avoir à subir une petite interro surprise, je l’aurais lamentablement échoué… Je remerciai le ciel lorsque le vautour cessa de m’étourdir et le suivit du regard jusqu’à ce qu’il grimpe sur son perchoir. Je fis brièvement la moue devant ce manque de respect pour une sépulture, mais me rassurai bien vite en me disant que Kogenta ne partageait pas ma culture… Et que ce n’était pas le mort que cela allait déranger…

Je me retins de justesse d’émettre un commentaire désobligeant en l’écoutant me parler des raisons pour lesquelles il avait décidé de m’amener dans cet horrible endroit. Il y avait mieux pour se « s’ouvrir au passé » que de venir faire mumuse parmi les cadavres, non? Toujours est-il que j’aurais aimé qu’il en connaisse un. N’ayant pas vraiment le choix, je choisis d’arborer la même position qu’avait le félin lorsque je suis arrivée. Je n’étais pas trop branchée yoga, mais je n’eus aucune difficulté à prendre la pose. Je ne faisais surement pas « le lotus » comme un adepte, mais je trouvais cela suffisant. Je n’allais pas en faire toute une histoire… Croiser les jambes, c’est croiser les jambes…
J’écoutai le coach me débiter ses attentes et retroussai le nez. Parfois, je me demandais vraiment où il avait la tête. Il s’imaginait qu’il suffisait de le vouloir et de claquer des doigts pour se connecter aux esprits? Je levai les yeux au ciel en me demandant s’il ne croyait pas que tout le monde était pourvu d’un canal 98.7 Ghost fm… Je n’avais jamais cru aux fantômes, aux pouvoirs… Ni même à la vie après la mort. Et me voilà maintenant assise dans un cimetière essayant bêtement de « connecter » avec des esprits pour leur emprunter leur énergie spirituelle. Je me serais réveillée dans ma chambre blanche que ça ne m’aurait pas surprise… Mais ce n’était pas un rêve, ni même une mauvaise blague…

Pour faire ma part des choses, j’inspirai longuement et fermai les yeux. Je ne savais pas quoi faire, pas du tout, et je me maudissais pour ne pas avoir su rester éveillée pour ma lecture. Il fallait bien commencer quelque part et la première chose qui me vint à l’esprit fut de me détendre. Forcément, avant de faire quoi que ce soit, il me fallait bien être calme et prompt à la collaboration. Mais comme je trouvais cela stupide… J’étais mal partie. Je posai les mains sur mes cuisses en gardant les yeux obstinément fermés. J’essayais de faire le vide dans ma tête, mais à cet instant, mon cerveau ne semblait absolument pas d’accord. Borné, il semblait bien décidé à me faire trouver particulièrement dérangeant le moindre son. J’en aurais voulu à un papillon de nuit de battre des ailes. C’est dire à quel point je n’arrivais pas à me détendre.

Plus j’essayais de me convaincre de persévérer que j’allais y arriver, plus on esprit émettait des commentaires. Je n’étais qu’une humaine, je ne pouvais pas « communiquer » avec les morts. Les compétences spirituelles étaient à des lieux d’être à ma portée… Je perdais mon temps… Ou encore… Je me montrais tellement incompétente que je m’attirais les foudres des défunts. Oui, c’est cela. Je devais être tellement empotée que les esprits avec lesquels je devais me « lier » étaient simplement outrés. Ils devaient être incroyablement indignés de voir une simple humaine dérangée venir les importuner… Mais quelle impertinente je devais faire!

Cette dernière pensée fit naître l’angoisse. Elle me tordait les entrailles et me esprit vogua instinctivement vers une source de réconfort. L’image d’une fourrure bleutée s’imposa d’elle-même et je sentis une vague d’engourdissement naître dans mes mains pour ensuite se propager dans mes bras. Ce n’était pas bon signe… Je commençais à connaitre cette sensation étrange et ça ne finissait pas toujours bien. Mes épaules commençaient à me démanger, il fallait que je fasse quelque chose avant que ça n’arrive… Si je ne prenais pas les devants, mon stupide pouvoir le ferait pour moi et ça ne serait pas joli.

« Je… je n’y arrive pas! » Lançais-je ne me levant maladroitement avant de me précipiter vers le perchoir du félin. Je n’osai pas le regarder, la tête qu’il devait faire… « Je ne suis pas comme toi, je suis juste une humaine, les esprits ce n’est pas mon truc… » Bafouillais-je en m’approchant du chat le plus qu’il m’était possible de le faire, sans le toucher puisqu’il n’aimait pas ça. J’espérais surtout que cela suffise à calmer mon stupide pouvoir. « C’est comme si tu demandais à un poisson de conduire une voiture… »
Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Mar 19 Mar 2013 - 2:54

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Elle s’exécuta pour faire ce qu’il lui avait demandé. Et pour se faire elle se mit en position du Lotus, ça c’était déjà un bon début, maintenant le tout était de se concentrer. Pour réussir cet exercice la clé était de vider intégralement son esprit et oublier ce qui nous entoure, alors certes pour les humains le contexte du cimetière n'est pas vraiment chose facile, mais personne n’avait dit que cet entrainement le serait, et d’ailleurs si elle parvenait à oublier complètement l’endroit oppressant qui l’entourait, ils seraient en bonne voie pour la suite des évènements. Il l’observait avec attention, presque’ d’un œil perçant. Il observait simultanément la moindre des membres de la jeune fille et de son visage, c’est comme ça qu’il parviendrait à déterminer si l’exercice est une réussite. Quelques minutes passèrent sans qu’aucun des deux ne prononce un mot. De ce qu’il pouvait observer pour le moment c’est qu’elle ne parvenait pas à se concentrer, à quoi le voyait-il ? Au léger tic qui lui faisait agiter inconsciemment le coin des paupières, et le fait que ses épaules remuent légèrement. Bon il ne fallait pas tirer de conclusions hâtives, ils venaient à peine de commencer la séance. Il y avait d’ailleurs fort longtemps qu’il n’avait pas pratiqué ce genre d’exercice, d’autant plus que le cimetière n’était pas le niveau le plus difficile, loin de là. Le plus dur était de chercher cette même concentration assit sous une cascade d’eau glacée provenant directement de la fonte des hauts glaciers des montagnes japonais. Dans ce genre d’exercice, il fallait non seulement oublier le froid de l’eau, mais aussi la douleur que provoquait la chute permanente.
Pour en revenir au moment présent cette tentative prit fin lorsqu’elle se leva brutalement et qu’elle s’approcha de lui sans le regarder


« Je… je n’y arrive pas ! Je ne suis pas comme toi, je suis juste une humaine, les esprits ce n’est pas mon truc… C’est comme si tu demandais à un poisson de conduire une voiture… »

« Je n’y arrive pas » c’était la chose qu’il insupportait d’entendre, évidemment qu’ils étaient différents tous les deux, mais au cas où elle l’aurait oublié, dans ce monde il était justement chargé de faire avec des humains ce qu’il faisait actuellement avec elle, et il comptait bien réussir. Il s’empara d’un vieux journal roulé qu’il avait amené avec lui et lui donna un coup sur la tête avec, heureusement pour elle qu’il n’était pas neuf sinon elle aurait eu mal. En théorie elle aurait juste dû sentir un petit choc sans douleur.

"Si il y a bien une chose que je ne supporte pas c’est que mes élèves me montre ouvertement un signe évident de faiblesse"

Il descendit de de la croix sur laquelle il était assis et de son indexe força la jeune fille à le regarder.

"Tu n’as toujours pas compris ma nature ? Si tu n’étais pas capable de te lier aux esprits tu ne serais ni en mesure de me voir, ni en mesure de me parler."

Il la regardait d’un air sévère, don regard rubis planté au fond de son regard vert émeraude.

"Je suis un Shikigami au cas où tu l’aurais oublié, et un Shikigami c’est précisément un esprit, bien qu’il soit destiné au combat."

Il relâcha le menton de la jeune fille et l’attrapa de manière délicate par le poignet la ramena vers l’endroit où elle était assise quelques instants auparavant

"Tu mériterais un coup supplémentaire pour ne pas avoir étudié le livre que je t’ai donné"

Il croisa les bras et attendit qu’elle ne se s’asseye de nouveau

"Si je croyais pas un minimum en ton potentiel en spiritisme, crois-moi je ne me donnerais pas la peine de t’aider."

Il retourna ensuite vers sa croix et de rassit dessus une nouvelle fois avant de croiser de nouveau les bras.

"On va essayer autre chose, peut-être qu’avec un support visuel tu croiras un peu plus en ce que tu dois faire"

Il se mit debout sur la croix leva la main et claqua des doigts. En cet instant précis de longs râles plaintif s’élevèrent du cimetière, et des formes lumineuses jaunâtres traversèrent les tombes et les portes des caveaux, ces formes prirent l’apparence d’humains à l'allure fatiguée, la peau émaciée, et les vêtements en lambeaux Ils restaient à côté de la tombe d’où ils étaient sortis et fixaient tous la jeune fille. Si elle ne croyait ni aux esprits ni aux fantômes elle allait devoir se faire une raison maintenant.

"Très chers esprit du royaume des morts, je vous ai réveillé de votre sommeil car cette jeune fille ici présente, a besoin de votre aide pour surmonter un don nouveau que lui cause quelques problèmes"

« Et à moi aussi » s’était-il retenu de dire. De sa vie, il n’avait presque encore jamais utilisé cette capacité à faire appel aux esprits des défunts et ça lui coutait énormément d’énergie pour le faire, il dut mette un genou sur la croix et tenir le sommet de cette dernière pour ne pas tomber.

"Elle va tenter d’entrer en communion avec vous pour que vous puissiez lui prêter votre force"

Un des esprits, celui qui ressemblait à une jeune mariée s’approcha d’elle et posa sa main fantomatique sur son épaule en lui adressant un grand sourire

« Ne t’en fait pas tout iras bien si tu y crois »

Le Shikigami regarda une nouvelle fois la jeune humaine et acquiesça d’un signe de la tête pour la rassurer et lui faire comprendre qu’elle essaie de faire ce que l’esprit lui demandait

"Si tu y parviens, ils disparaitront et retourneront à leur sommeil"

Voila de quoi lui donner une source de motivation supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Mer 1 Mai 2013 - 1:38

J’observais le chat s’emparer du journal et la première chose qui me vint à l’esprit fut l’image d’un mauvais maître essayant de dresser son animal. En voyant lever le bras, je fermai les deux et courbais les dos. Avoir eu des attributs animaliers, j’aurais fait peine à voir. Du moins, c’est ce que je ressentais… Aussi, je ne pus m’empêcher de gémir discrètement au contact du rouleau, bien que ce soit la symbolique qui m’atteigne bien davantage que l’acte lui-même. Je le sentis se déplacer près de moi, mais je me refusais à lever la tête. Je n’avais pas l’habitude de lire la déception dans le regard des autres et l’idée de la voir dans ceux du chat ne me plaisait pas… Mais quand je sentis ses immenses doigts sous mon visage, sa courte fourrure sur mon menton et la pointe de ses griffes contre ma peau… J’ouvris les yeux et damnais le ciel en sentant le félin me relever la tête. Je laissais malgré moi mon regard retrouver le sien et soupirai intérieurement en portant attention à ce qu’il me disait.

Il me parlait comme si ce que j’avais vu depuis mon arrivée était suffisant pour que je sois en osmose avec tout l’univers et ses secrets. Non. Non, je ne comprenais pas vraiment ce qu’il était. J’avais bien vu toutes ces choses étranges qui plus d’une fois auraient pu me couter la vie. Le souvenir de mon âme embrassant la mort était encore frais dans ma mémoire, tout comme les souvenirs qui habitaient ma chair suite à mon plongeon dans ce fameux lac. Je n’ai passé que très peu de temps ici, mais c’était suffisant pour que je comprenne que rien n’était normal. Tout était sans dessus-dessous, nous étions prisonniers de l’immense coffre à jouet d’un quelconque malin génie. Ce que j’avais vu me disait clairement que nous ne pouvions pas tous venir du même monde, pas simplement d’époques différentes, mais littéralement d’univers n’ayant rien en commun.

J’écoutais ce que le chat me disait, mais au plus profond de moi une petite voix ne cessait de me répéter qu’il avait tort… Je baissais la tête à l’instant où ses doigts ne me retenaient plus le visage et senti mes lèvres faire la moue lorsqu’il fit allusion à un second coup de journal tandis qu’il me remorquait. J’avais bien compris qu’il voulait que je m’asseye de nouveau et tente ma chance de nouveau, mais je le laissai attendre quelques secondes avant de lui obéir.

Je l’écoutais faire allusion à sa foi en mon « ô grand talent» en reprenant ma position. Je le sentis s’éloigner et de nouveau cette masse douloureuse réapparue dans mon estomac. Je l’imaginais très bien perché sur sa croix, bien trop loin de moi, et essayait de me concentrer. Mais une intense brûlure au niveau de mon cœur se fit sentir lorsque mon entraineur fit allusion à un support visuel. Mon cœur avait simplement cessé de fonctionner, quelle immondice ce chat pouvait-il bien avoir en tête?

Mes poings se serrent malgré moi, se contractant si fort que je pouvais sentir mon sang les quitter. La nouvelle brise
qui rôdait dans le cimetière ne me plaisait pas. Les murmures plaintifs parvenant à mes oreilles me faisaient trembler. J’avais encore et toujours ce sentiment de ne pas être à ma place, celui de ne pas faire partie de ce monde, de n’être qu’une nuisance. Un long frisson me parcourut et puis ce fut noir. Noir et froid. C’était comme si les couleurs n’existaient plus et que mon corps s’endormait lentement. Je ne comprenais pas. Pourquoi ne voyais-je rien? Je pouvais sentir mes yeux ouverts, j’arrivais presque à discerner de vagues nuances dans le voile noir m’entourant.
Je devais me calmer… Je me forçai à ouvrir les mains, à mettre un terme à cette tension inexplicable qui traversait mon corps. J’inspirai lentement, emplissant mes poumons d’un air bien plus léger que je ne l’aurais cru. Je calmai ma respiration en sentant le bout de mes doigts caresser mes genoux de manière circulaire. Soudain, une lueur m’apparut, puis une autre et encore une autre. Je reconnaissais vaguement des silhouettes. Ces lueurs n’étaient pas de simples rayons lumineux impurs, ils étaient bien plus que cela. Leur lumière n’était pas blanche, elle ne reflétait pas tout ce en quoi nous croyons savoir sur les esprits.

Plus elles s’approchaient de moi, plus les formes évasives prenaient apparence humaine. Ce changement était une véritable torture, je pouvais entendre mon cœur tambouriner dans ma poitrine et l’air me bruler la gorge à chaque respiration. Non, je ne pouvais pas vivre cela… Plus la situation se clarifiait dans mon esprit, plus je me rendais compte que je n’avais jamais voulu être là. Je n’avais jamais voulu que ces idioties fonctionnent… Mon regard passait d’une silhouette à une autre tandis que de vagues bourdonnements me signalaient que le chat prenait de nouveau la parole. En parfaite incapable, j’écoutais le chat parler en mon nom, demandant leur aide aux pauvres âmes qu’il avait dérangées.

Je pouvais sentir la nausée s’emparer de moi, plus le moment fatidique approchait, plus mes fonctions vitales se déréglaient. Je ne voulais pas, je refusais de voir. Cela ne pouvait être vrai… Je m’étais toujours crue indifférente au sujet du spiritisme, à la vie après la mort, mais plus les secondes s’écoulaient, plus je m’enfonçais dans le déni. Qu’avais-je fait… Oh, mais qu’avais-je fait?

Ces silhouettes… Leur présence ici, le fait que je puisse les voir… Un picotement se fit sentir au niveau de mes yeux et je serrais les dents pour me contenir. Je ne voulais pas, je ne voulais pas du tout entrer en contact avec eux. Si je le faisais, ce serait comme si j’acceptais leur existence et pire encore… Que j’acceptais l’éventualité que de pauvres êtres soient condamnés à errer dans un monde auquel ils n’appartiennent plus. Cette idée m’empêcha de respirer tandis que mon regard tremblant voyageait entre les différentes silhouettes.

L’une d’elles s’approcha et lorsqu’elle posa sa main sur moi, c’en fut fini. Je pouvais sentir les larmes lécher mes joues tandis que je luttais pour voir quelque chose derrière toute cette eau. Mes iris dévisageaient la jeune mariée et je me l’imaginais belle et heureuse lors du plus important jour de toute sa vie qui devait d’ailleurs, et cela me rendait malade, être le dernier. Je me l’imaginais débordante de joie et au bord de l’explosion tant le stress de l’accomplissement de mois de dur labeur devait être palpable.

Je vis ses lèvres bouger, essayant de me convaincre que je ne l’avais pas entendue. J’étais faible. Oui, c’était ce que j’étais. Faible. Je ne pouvais pas affronter la réalité qui se présentait à moi, j’étais incapable de vivre avec.

«Je.…»Tentais-je en secouant désespérément la tête. Alors je sentais une mélancolie à fendre l’âme se fondre en moi. Une délicieuse chaleur remonta le long de mon dos tandis qu’une humidité déconcertante se frayait un chemin jusqu’à mon cœur. Je pouvais sentir que quelque chose se passait, que quelqu’un essayait de communiquer avec moi, mais cette horrible sensation… Cet horrible sentiment qui cherchait à s’emparer de moi me faisait peur. Je ne pouvais même pas imaginer à quel point ce qu’avaient vécu ces âmes pouvait résonner si fortement en moi. Je me sentais étrange, comme si quelque chose essayait de se faire reconnaitre, comme si une présence m’implorait de l’accepter à part entière.

« Non, je ne…Peux pas.» Dis-je en sentant l’air s’enflammer dans ma gorge. J’avais l’impression que le monde disparaissait à mes pieds, que si je ne faisais rien, j’allais cesser d’exister, d’être moi. Ce que je percevais de ces esprits, ce qu’ils arrivaient à me faire ressentir était démesuré. J’avais l’impression que j’allais exploser si je les laissais continuer.

«Dé.. Désolée!» Hoquetais-je en cherchant à me lever, complètement rendue aveugle par les larmes traîtresses qui noyaient mon regard. Il fallait que je fasse quelque chose…Oui, il fallait que ça s’arrête avant que mon corps ne décide de m’abandonner. Je ressenti de nouveau se froid me ronger jusqu’à la moelle, l’un de ces esprits dégageait quelque chose de tellement…Tellement dur, tellement froid. Je ne savais pas lequel c’était…Mais je devais le fuir. Je devais fuit avant de me perdre dans cette expérience «Je peux pas faire ça!» M’exclamais-je ensuite lançant un regard terrifié aux silhouettes avant de m’élancer vers je ne sais où.

J’ignorais la direction que j’avais prise et franchement, je m’en fichais éperdument. Tout ce que je voulais c’était mettre le plus de distance entre moi et ce tourbillon malsain dans lequel mon esprit avait été piégé. D’un coup, je me retrouvais au sol, mes genoux et mes mains amortissant ma chute. La vue embrouillée par ces satanées larmes, je devinais toutefois où je me trouvais. Le sol ne me laissait pas place au doute : j’étais dans la forêt, perdue au milieu des arbres.

Complètement épuisée, abandonnée de toute énergie, je renonçais à me lever et me glissai simplement jusqu’à un tronc. Je relevai les bras, sentant tous les débris naturels quitter mes paumes avant de les porter à mon visage. Mais qu’était-il arrivé? Pourquoi étais-je si épuisée… Ne devais-je pas puiser dans leur énergie à la base? Alors pourquoi avais-je l’impression d’être complètement vidée? De ne plus rien ressentir? Pourquoi me sentais-je étrangère dans ma propre tête?

«Mais qu’est-ce que j’ai fait… Qu’est-ce que j’ai fait!?» Me lamentais-je en sentant mes larmes inonder les paumes qui me couvraient le visage.

Revenir en haut Aller en bas
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   Jeu 23 Mai 2013 - 0:35

Affaibli par l’invocation qu’il venait d’effectuer, il s’affaissa quelque peu sur la croix sur laquelle il était perché. Invoquer des esprits, ou plutôt dans ce cas des fantômes requiert d’un potentiel énergétique colossal, un esprit reste un esprit, que ce soit invoqué un démon d’entrainement ou un esprit de défunt, c’était du pareil au même… quoique voir peut-être plus compliquer pour ces derniers car contrairement aux démons qui sont mués par leurs instincts les esprits de défunt conservent leur personnalité et leur raison, en bref à part la regarder accomplir l’exercice, il n’y avait rien d’autre à faire pour le moment. Les esprits s’avancèrent de plus en plus près, la mariée elle n’avait pas bougé d’à coté d’elle.

«Je.…»

Il la regarda intensément, et porta toute son attention sur ses réactions, c’est maintenant que tout allait se jouer, il allait enfin découvrir son potentiel

« Non, je ne…Peux pas.»

Il fronça les sourcils, « comment ça, tu ne peux pas ?, comment ça, tu ne peux pas ? » c’est vraiment trop dur de se concentrer un tout petit peu ? Ce n’était pas le bout du monde qu’il lui demandait non plus

"Concentres-toi à la fin !'

Si maintenant c’était compliqué de faire ça, ils allaient dans le mur pour la suite… aurait-il… trouvé pire que Riku ? Avec lui il était parti de 0 mais en ce moment il avait plus l’impression de partir de -1. Allez, allez, un peu d’effort, « je crois en ton potentiel tu te souviens. Ne me donne pas tord »

«Dé.. Désolée!»

Il avait du mal à y croire, allait-elle abandonner ? « Non, pas désolée, tu’as intérêt à tenir bon ma grande sinon tu vas passer une salle quart d’heure je te le garantis »

«Je peux pas faire ça!»

Elle se leva et partit en courant, droit devant elle… comme… les lâches… il était complètement abasourdi par ce qu’il venait de voir qu’il resta facilement une bonne minute sans bouger et sans rien faire sur sa croix. Il venait de… d’échouer. 1200… 1200 ans d’entrainement des Toujinshis, 1200 ans de victoires… 1200 ans d’enseignements fructifiants… et après tout ça, il y avait eu Riku. Le plus bas Toujinshis auquel il avait eu à faire, jamais il n’aurait cru pouvoir trouver pire au point de vivre on premier échec avec un Toujinshis… et le pire dans tout ça, c’est que n’était même pas en combat qu’il avait échoué, mais dans son enseignement. Il baissa les épaules déconfit et soupira en regardant dans la direction où la jeune fille était partie

"Maintenant… je ne peux plus rien pour elle"

Elle n’avait pas compris l’essence de cet exercice. Tous les esprits qu’il avait invoqués, avaient majoritairement succombé à cause de leur incapacité à contrôler leur pouvoir et il avait volontairement choisi de ne pas lui révéler la nature de ces esprits car… d’ailleurs c’est ce qu’il venait de se passer, elle aurait pris peur et se serait enfuie… quoique l’ait-elle senti justement ? Dieu seul le sait. Maintenant pour lui leur chemin venait de se séparer, elle n’osera certainement pas revenir le voir après cet échec, et lui n’allait pas chercher à la retrouver car après un échec il faut passer à autre chose, Il espérait néanmoins qu’elle allait pouvoir survivre à ce dont dévastateur. Il se mit une nouvelle fois debout sur la croix et se prépara à claquer de nouveau des doigts

"Vous pouvez maintenant retourner à votre repos, esprits."

Il claqua une nouvelle fois des doigts et les éprit s’estompèrent, tout doucement jusqu'à ce qu’il n’y ait plus rien dans la zone. Il descendit de la croix et soupira. Bon maintenant il allait falloir trouver un nouveau challenge. Retourner percer le mystère des bouteilles de la cave peut être . Il prit alors la direction inverse de l’endroit où elle était partie. Il aurait pourtant juré avoir déniché du potentiel, enfin bref tant pis, il était maintenant tant de tourner la page. Il avait parcouru quelques mètres quand il s’arrêta net, dans son dos il sentit une présence négative. Il fronça les sourcils et se retourna.

"Quand je renvoie un esprit chez lui j’exige qu’il m’écoute est-ce clair ?"

Il eut pour toute réponse un rire qu’il connaissait bien. L’esprit en face de lui avait une couleur rougeâtre, et il avait une forme féline, plus grande que lui

"J’ai besoin de trouver un nouveau corps pour pouvoir te faire la misère jusqu'à la fin des temps… et la faiblesse de ta protégée sera ma porte d’entrée "

L’esprit rouge s’en alla à toute vitesse vers la direction ou était partie Aarhyel.

"Rangetsu..."

Il serra les poings. Comment son rival avait pu revenir une nouvelle fois ? Il avait pourtant chassé son esprit du pensionnat et malgré tout il était revenu et avec la ferme intention de récupérer un corps que s'il trouvait, non seulement il le posséderait mais à la longue finirait par le transformer pour qu’il redevienne à son image de Shikigami et apparemment son dévolu s’était jeté sur Aarhyel. Même s'il avait décidé de tourner la page avec elle il ne pouvait pas le laisser faire ça et devrait une nouvelle fois tout faire pour le renvoyer d’où il venait. Il se mit à courir dans la direction où était partie la jeune fille en espérant arriver à temps. Sur sa course il invoqua son épée dont il se tenait prêt à s’en servir contre son ennemi. Il arriva finalement auprès de la jeune fille qui était assise par terre

"Est-ce que ça va ? Ou est l’esprit qui cherche à te nuire ? Je vais le mettre en pièce"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Love me, hate Me [PV Aarhyel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love me, hate Me [PV Aarhyel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Cimetière-
Sauter vers: