AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mary-Lou Sue ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Mary-Lou Sue ~    Mer 16 Jan 2013 - 23:41



* Mary-Lou Sue


*nom – Sue
*prénom – Mary-Lou
*age – 18 années
*né(e) le – Le 20 juillet 1994
?

Pouvoir
Je n’étais pas prédestinée à entrer dans cette académie, encore moins d’avoir un pouvoir spécial, comme ceux que l’on voit dans les meilleurs films fantastiques. Non, quant à moi, Dieu a voulu m’enlever ce privilège, ou cette malédiction, de pouvoir contrôle, produire ou manipuler quoique ce soi. Bien au contraire, mon étrange anti-pouvoir s’avère être l’annulation complète du ou des pouvoirs d’autrui lorsqu’ils sont près de moi. À proximité, ces gens se retrouveront sans pouvoir, sans moyen de lire dans mes pensées, voir mes rêves ou me cracher du feu au visage. J’ignore pourquoi je fais cet effet. Peut-être est-ce parce que mon aura était tellement noire que nulle autre chose, mis-à-part moi-même, ne peut m’approcher. Qui sait et qui ne le saura jamais?

Alter Ego Astral
Un corbeau, petit, discret, mais le plus intriguant des oiseaux.

Passions
Je n’ai pas beaucoup de passions dans la vie. À vrai dire, c’est presque plus difficile de faire l’allégorie des choses que je n’aime pas au lieu des choses que j’aime. Cependant, étant bien élevée, répondre à une question devrait m’être naturel. Je suis très axée sur la politesse, le savoir vivre, la délicatesse et la beauté des mots. Ayant une âme poétique, il m’arrive d’être bien trop souvent dans mon petit monde d’artiste. D’en oublier la réalité, d’en oublier mon existence toute entière. Me promener, seule, écouter les mélodies classiques et lire des romans en quantité industrielle font parties de mes hobbies, si elle ne devienne pas, un jour, des passions.

N'aime pas / Phobies
Je n’ai aucune réelle phobie, si ne n’est des petites peurs. Après tout, chaque être humain a besoin d’une peur par jour. Je n’aime pas particulièrement les endroits où il m’est possible de tomber. La sensation de vide m’incommode au plus haut point. J’ai, de plus, la peur d’un jour voir le ciel devenir noir, comme si un éternel orage était pour s’abattre avec une violence inexplicable et incontrôlable. À part, je ne suis pas une excellente nageuse et donc j’ai pris habitude d’éviter les points d’eau trop profondes. Cependant, je m’approche avec aise des petits marais.



« And my soul, from out that shadow, that lies floating on the floor, shall be lifted – Nevermore. »

Histoire

Une porte. Qu’est-ce qu’une porte? Visiblement, ce n’est qu’une partie de mur qui s’ouvre grâce à un système de pentures. Cependant, peu de personnes ne se sont réellement demandé la réelle fonction d’une porte. Mais qu’est-ce qu’un porte, finalement? Est-ce simplement un passage d’une pièce à une autre ou une transition complexe entre notre univers, pathétique et morne, vers un endroit encore plus isolé, mystérieux, voir dangereux? Je ne saurais dire ce qui m’a poussé à visiter l’intérieur de cette pièce, mais le regret, la peine et le désarroi ne changeront rien à mon futile destin.

~~~

Cette nuit-là, je l’avais passée à regarder le plafond. Analysant chaque petite fissure, chaque marque, chaque détail dans la plus plate indifférence. Ce n’était qu’un plafond. Qu’une simple partie de chambre, une partie de maison. Le support de la demeure restaient les murs, alors pourquoi installer un toit? Après tout, nulles personne n’a envie de regarder longuement et platement le plafond des pièces. Bien au contraire, les gens, d’ordinaire, aiment mieux se promener, sortir. Explorer ne faisait cependant pas partie de mes passe-temps favoris. De plus, en cette triste journée de semaine, le ciel était foncé, rempli de nuages à l’allure mauvaise. Je n’aimais pas ce genre de température. Dans ces moments-là, je veux simplement rester ainsi, à regarder le plafond. Réfléchir à ma pathétique existence. Penser à ma vie, aussi misérable soit-elle. Non pas que plusieurs malheurs me soient arrivés, c’est simplement ainsi. Certaines choses sont tout simplement inexplicables ou, du moins, une preuve d’explication n’est pas nécessaire.

Quoiqu’il en soit, les rires faux des adolescentes de mon école résonnaient dans ma tête. Les remarques cupides et incohérentes des garçons bêtes étaient telles des échos cassants. Cette journée, je la maudissais. Étonnant comment une seule petite chose peut casser notre humeur. Bien entendu, ce n’était pas tous les jours ainsi, mais assez souvent pour que je veuille m’en plaindre. Cependant, j’ignorais à qui parler. Mes parents étaient des personnes trop joyeuses pour m’entendre parler de mes affres. Du coup, je me retrouvais seule contre moi-même, comme à mon habitude.

J’ignore encore pourquoi j’ai poussée cette porte, au fond du couloir. Cette porte noire, qui n’avait rien d’attirant, mais qui, pourtant, m’intriguait inconsciemment. J’ai tournée la poignée, sans rien dire à personne. Sans m’informer au préalable, j’avais approchée la porte sans crainte, sans honte. Je ne ressentais aucun frisson, aucun malaise. La poignée était froide, trop froide. Je la tournais lentement, fixant le bois devant moi, l’air indifférent. Cette porte, je ne l’avais jamais vue, elle était apparue. Je connaissais ma maison comme la paume de ma main, je me serais souvenu avoir vu une porte comme celle-ci, don le bois était décrépi, don la poignée en cuivre était ébréchée. Sans regret, oui. Je poussais la porte, entrant dans ce monde qui m’était inconnu. Toutefois, devant l’inconnue, je ne ressentais que ce sentiment de commun, d’habituel. Sans le savoir, je disais au revoir à mon ancienne vie pour entrer dans celle-ci. Celle que je ne connaissais pas, mais qui m’était familière.

~~~~

Vous voulez savoir mon histoire? Et bien, elle n'est sans queue ni tête. Après tout, le temps continu toujours d'avancer, jamais il ne peut reculer, changer ou figer. L'histoire de ma vie est telle un mauvais drame qui nous hâte d'oublier, une parcelle d'existence qui ne mérite pas d'être contée. Naturellement, il m'est inutile de réciter les premières années de ma pitoyable vie, car ce n'est qu'à mes 16 ans que mon destin commençait a se tracer. Mon père était un militaire. Une homme de foi, de parole. Fiable comme 10. Toutefois, il avait toujours cette détestable manie de demander la même rigueur aux autres qu'il s'en demandait à lui-même. Il n'était pas particulièrement égoïste, mais plutôt vorace d'attention. Toujours celui avec la grosse voix, sortant des termes que nul autre ne comprenait. Récitant ses poèmes de guerre, ses aventures pittoresques parmi les marais, les désert et les villes en ruines. Il en avait vu des choses, mais il n'avais jamais vu que je me foutais complètement et indubitablement de ses histoires. Ça m'importait peu de savoir s'il était marin, soldat ou pilote. Je voulais simplement qu'il cesse de me briser les oreilles avec ses contes à dormir debout. La guerre n'est pas une chose joyeuse et je l'ai souvent lu au travers de poèmes, de livres et d'encyclopédie. D'ailleurs, depuis mon plus jeune âge, mon paternel avait prit cette habitude de me faire lire des recueils extrêmement complexe, et ce à chaque soirs. J'ignorais et j'ignore toujours pourquoi il fait ça. Peut-être, en me faisant lire, il voulait a la fois me cultiver, sans pour autant en être capable par lui-même.

Ma mère, quant à elle, n'était pas exactement comme mon père. Cependant, il y avait certainement une raison pour laquelle ces deux-là ont un jour trouvés l'amour en l'un l'autre. Quoiqu'il en soit, ma mère n'est certainement pas comme mon père. Étant presque son alter-ego, elle est plutôt silencieuse, passant la plupart de son temps dans la cuisine. Elle n'était certes pas mère au foyer. Bien au contraire, elle bougeait beaucoup avec son travail de journaliste. C'est dans les moments qu'elle s'absentait qu'on réalisait encore plus le vide qui planait dans la maison, sous les yeux morbides des crucifix de Jésus qui ornait chaque dessus de porte. Quand elle revenait, ce n'était pas la chaleur qui l'accompagnait, mais bien la fatigue, la déprime. Elle aimait son job, mais quand elle revenait de périple, elle ne désirait que le silence. Ça explique pourquoi, dans ma maison, toute forme de bruit déplacé n'était que très rarement accepté. Je n'osais déranger personne, alors je restais dans ma chambre, lisant mes livres et profitant de cette paix pour réfléchir, comprendre, me plaindre et, enfin, dormir.

Même si mon chez moi n'était pas réellement un endroit agréable où vivre, l'école ne l'était pas plus. Elle était cruelle, remplie d'élèves que je qualifierais d'oiseaux. Oui, cette immense volière remplie d'oiseaux nervosité, sur-excités et manipulateurs. La plus grande manipulatrice était certainement ce vautour, ce rapace toujours en recherche de proies et qui répondait au non de Brittany. Elle était jolie, sensible, mignonne, plaisante, gênée par moment, sociale et merveilleuse... Aux yeux des autres. Car quand on apprenait a connaître ma soi disant meilleure amie, on comprenait que son petit jeu n'était qu'une immense farce teintée d'hypocrisie. Cette fille, cette garce, était mon amie, car elle l'avait décidée ainsi. Sous sa preuve d'attention médiocre, je restais avec elle, ne disant traître mot sur ses paroles fausses, encore moins quand elle me récitait en privé les insultes qu'elle pensait d'eux. Je restais de glace, indifférente à ce qu'elle pouvait bien penser, faire ou dire.

Toutefois, chaque vautour tombe sur un os et fini par s'étouffer avec lui. Brittany n'avait pas encore trouvée cet os, mais, en contrepartie, elle ne me donnait que les carcasses, s'empiffrant des meilleurs morceaux. Je n'étais qu'un simple corbeau à ses yeux, un oiseau solitaire qui, bizarrement, cherchait du réconfort en étant en sa compagnie. Cependant, même si elle volait haut, elle avait repérée la même charogne que moi. Joseph qu'il s'appelait. Il n'était pas particulièrement beau, mais, vous savez, un vautour n'a aucun intérêt pour la beauté d'une chose, il veut simplement tout posséder. Tout vouloir est un vilain défaut qu'hélas Brittany n'avait pas comprit. Lui laissant, avec regret, la voix ouverte, elle n'avait pas pris plus d'une soirée pour lui sauter dessus. Elle avait une réputation que je ne pouvais contredire. Personne ne pouvait d'ailleurs. Vautour charognard, tu resteras vautour charognard, finissant les restes des autres.

Inutile de dire que, bien vite, la vie de ma meilleure amie avait sombrer. Ce n'était pas la débauche ni ses abus qui la conduisirent sur le bord de ce pont, mais bien la colère et la rage qu'elle avait contre elle-même. Brittany n'avait jamais été gentille avec moi. Brittany n'était qu'une sale garce égoïste. Brittany n'aimait qu'elle-même, ne ressentant jamais quoique ce soit pour les autres. C'était quelques-une des raisons pour laquelle je ne faisais rien, la regardant monter sur les rambardes du pont, la regardant, en silence, fixer en bas. Le brouillard avait rempli cette rivière, rendant ainsi invisible l'énorme ruisseau qui coulait des centaines de mètres plus bas. Oui, elle allait sauter. Et moi, je ne disais traître mots. Elle avait voulue cela, elle avait choisie cela, elle était responsable. Elle jeta un dernier regard vers moi et clama, enragée contre sa personne « La vie mérite-t-elle ma présence?! ». J'avais réfléchie longuement a cette question qui ne démontrait qu'encore plus son égoïsme. Bien entendu, la vie ne mérite la présence de personne. Elle vaut bien mieux de continuer d'exister seule que d'être remplie d'être cupides et sans esprit.

Brittany avait sautée. Ou du moins, elle n'était plus là. Sa présence avait disparue, comme une ombre. Elle avait sautée, sans hésiter. J'imagine toutefois qu'elle avait du penser à sa décision multiple fois avant de la réaliser. Elle avait mal calculer puisque, malheureusement, elle était rendue un vautour aux ailes coupées. Ce qui l'attend, c'est l'eau, le ruisseau qui, lui, ne s'arrêterait pas, jamais. Comme le disait Héraclite, nous ne pouvons marcher deux fois dans le même ruisseau. Brittany, qui se trouvait dans celui-ci, ne serait qu'une phase, un mouvement de plus dans cette eau déjà bien agitée. Et, plus tard, elle ne sera plus, car l'eau continue sa route.

J'étais rentrée chez moi ce soir là, je m'étais endormie. Le lendemain, il y avait un vautour de moins sur le perchoir de l'école. Les regards étaient braqués sur moi, la seule suspect, la seule coupable. Car, si, je me considère comme coupable de ne pas l'avoir empêchée de sauter. Cependant, je respectais son choix, sa destinée. Les rumeurs ne m'importait que très peu, même si elles gagnaient en ampleur a chaque jours. J'étais harcelée, harcelée pour rien. Mais les gens sont bêtes comme ça. Ils jugent sans savoir et ils croient savoir sans comprendre. Chaque jours était le même, une éternel réplétion du jour la marmotte. Épuisée de cette semaine vanne et triste, je m'enfermais dans ma chambre ce soir là, fixant le plafond...


Caractère

« La vie mérite-t-elle un sourire de ma part ? »

Mary-Lou a toujours le même air. Cette expression coincée entre le dubitatif et l’indifférence. Après tout, la demoiselle n’a que très peu d’intérêt envers les choses qui ne la concerne pas, elle ne voit donc pas le besoin de sourire tout le temps. La température peut être joyeuse, les oiseaux peuvent chanter, mais la demoiselle restera de glace.

« Parler, c’est la manière des gens non-artistiques de s’exprimer »

L’adolescente à un énorme penchant je-m’en-foutisme qui la rend assez désagréable à côtoyer. Ça explique pourquoi, avec ses apparences froides, elle a plus tendance à repousser les gens que les attirer vers elle. Quoiqu’il en soit, elle aime bien la solitude, la paix, le silence, ce pourquoi cette situation sociale lui convient parfaitement. Toujours coincées dans ses livres, de poésie, surtout, elle n’est pas très sociale ou bavarde. Cependant, elle est très intéressée à discuter si le sujet l’intéresse.

« Six pieds sous terre, j’y ait enterré ma vrai personnalité »

Mary-Lou est, comme qui dirait, l’équivalent d’un iceberg terrestre. Sous ses apparences froides, blasées, ennuyées et antipathique, elle a une personnalité cachée en secret. Son cœur s’est noirci avec le temps, à cause de son manque d’espoir envers l’humanité. Toutefois, elle cherche toujours à trouver des raisons pour laquelle elle devrait aimer la vie. C’est lorsqu’elle en trouve qu’on découvre la vraie Mary-Lou Sue, l’adolescente fascinée et intéressante.

Autre :

- Elle adore la musique classique, adore en écouter, mais ne sait pas en jouer.
- Ses fleurs préférées sont les violettes.

Physique

Pour se démarquer, la demoiselle ne fait rien. Elle veut tellement se fondre dans la foule qu’elle essaie le moins possible d’en sortir de manière originale. Sa grande taille (1 mètre 78) la rende, bien entendu, remarquable, mais comme elle est majoritairement habillée de noir, elle se tapi dans l’ombre. Ses grands yeux bleus marins sont trop souvent maquillés d’un épais maquillage ombragé qui couvre ses paupières et souvent le dessous de ses yeux, lui donnant une apparence assez fantomatique. Bien que sa peau ne soit pas particulièrement claire, elle reste pâle, ayant néanmoins un petit teint basanée.

Si on regarde dans l’ensemble, Mary est une jeune femme élancée (55 kilogrammes), n’ayant pas beaucoup de forme, mais restant quand même féminine. Ses grandes jambes sont minces et elle est, la plupart du temps, chaussée de talons-hauts. Généralement, elle a un style vestimentaire qui passe inaperçu, restant quand même stylisé, toutefois, sans aller dans le goth, quand même! Le tout s’harmonise avec sa longue chevelure d’un noir corbeau qui lui descend jusqu’au milieu du dos. Usuellement plats, ses cheveux peuvent toutefois onduler un peu, leur donnant ainsi beaucoup de volume. Elle déteste d’ailleurs brosser ses cheveux, mais se force à le faire, par principe.

Détail :

- Elle ne croise presque jamais les bras, les laissant balancer de chaque côté de son corps.
- Son sourire est magnifique, dut aux broches qu’elle a portées. C’est dommage qu’elle ne sourie presque jamais.
- Elle n’attache ses cheveux que lorsqu’elle se concentre ou fait du sport (chose qu’elle déteste faire, de toute manière)
- Ne portant jamais de rouge à lèvre, il est très rare de la voir maquillée du bas du visage. Toutefois, si l’envie lui vient d’en mettre, ça sera du rouge frappant, presque couleur sang.




Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? [Ok ~ DD]
Où avez vous trouvé ce forum ? Ah… Hum… Bonne question
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non non
♦ ...Dans ce forum ? Oui oui


Dernière édition par Mary-Lou Sue le Sam 19 Jan 2013 - 16:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Baka Purple
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Periple
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Pâte à modeler
• AEA : Un balbuzard pêcheur nommé Aï
• Petit(e) ami(e) : Diantre! Quelle question embarrassante!

Messages : 2325
Inscrit le : 24/01/2007

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Jeu 17 Jan 2013 - 15:20

Bonjour et soyez la bienvenue sur le pensionnat interdit!

Vous avez un style très agréable à lire et si votre fiche me convient, je vais vous demander deux choses avant de vous valider

Votre histoire doit être comme les racines de votre personnage, elle doit se déployer pour mieux lui permettre l’élévation.
Pourriez vous développer celle de Mary Lou Sue? A moins que vous ne souhaitiez ne conter qu'une journée de son existence, celle de son entrée au pensionnat? Vous pourriez peindre son rapport au monde plus longuement.

Le code que vous nous avez fourni n'est pas correct, veuillez relire le règlement pour trouver celui qui est attendu.

En vous souhaitant bon courage pour les modifications, je vous invite à poster à ma suite une fois cela fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireenmarchant.canalblog.com/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Jeu 17 Jan 2013 - 23:34

En fait, j'avais, en effet, envie de démontrer une seule journée de la vie de mon personnage. Car elle n'a jamais rien eu d'extraordinaire dans sa vie, du coup, raconter une vie banale me semblait assez déplaisant. M'enfin, pour ce point, j'aimerais développer son histoire, expliquer certains morceaux de sa vie, au travers de mes RP. Comprendre pourquoi elle est ainsi, etc.

Pour ce qui est du code, ce petit pépin est arrangé.

Au plaisir, Mary.
Revenir en haut Aller en bas
Baka Purple
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Periple
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Pâte à modeler
• AEA : Un balbuzard pêcheur nommé Aï
• Petit(e) ami(e) : Diantre! Quelle question embarrassante!

Messages : 2325
Inscrit le : 24/01/2007

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Ven 18 Jan 2013 - 8:57

Entendu! Merci DD pour la validation du code.

Nous vous invitons dès à présent à aller déclarer le pouvoir de votre personnage puis à vous diriger vers l'entrée.
En espérant que vous vous plairez parmi nous!
Periple





Dernière édition par Periple Skye le Sam 19 Jan 2013 - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireenmarchant.canalblog.com/
Shikigami
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Kog
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Incantations de combat
• Petit(e) ami(e) : C'est quoi ?

Messages : 702
Inscrit le : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Sam 19 Jan 2013 - 1:05

Hey !

Je me permets de rouvrir la fiche car pour moi l’histoire fait vraiment défaut ; là, le contenu tient plus du caractère que d’une histoire. Certes tu veux le développer l’histoire en rp mais - désolé Périple - il faut quand même en savoir un peu sur la vie du personnage : pourquoi elle est dans cet état d’esprit, que fait-elle dans la vie etc... Bref, nous raconter un minimum son passé car à mon sens, cela manque cruellement d’information sur le personnage.

Je soutiens Kog sur ce coup-là. Même si la description de son état d'esprit est intéressante et qu'il ne faut pas la supprimer, ce serait sympa d'avoir quand même quelques informations de base et ne pas découvrir tout en RP. Je n'exige pas forcément une histoire super détaillée, mais juste trois quatre lignes nous informant au moins du milieu social, de la famille et de l'allure globale qu'a eu son enfance, ce serait mieux pour que les autres joueurs se fassent une idée du personnage.


+1 ! (pas pour te sentir harcelée et accablée, hein, surtout pas, c'est pour montrer à Kog que je ne suis pas toujours en total désaccord avec son avis, ce qu'il me reproche souvent o/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baka Purple
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Periple
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Pâte à modeler
• AEA : Un balbuzard pêcheur nommé Aï
• Petit(e) ami(e) : Diantre! Quelle question embarrassante!

Messages : 2325
Inscrit le : 24/01/2007

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Sam 19 Jan 2013 - 10:15

A. Ahah. D'accord.
Navrée petite, je te prie de bien vouloir me pardonner, il est nécessaire que tu prennes en compte l'avis de Kogenta et Mooney en vue de modifier ta fiche.
PARAPARAPAPA EH!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireenmarchant.canalblog.com/
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Sam 19 Jan 2013 - 16:40

J'ai arrangée mon histoire /o/

Je cite :

« Bonjour ! Ça ne me dérange absolument pas qu'elles aient le même pouvoir (je ne suis pas du genre à vouloir égoïstement garder le mien unique haha), au contraire j'ai également trouvé ça intéressant quand j'ai lu ta fiche ! Ta proposition est assez sympa, personnellement, j'avais imaginé plutôt que comme elles annuleraient le pouvoir l'une de l'autre, au final dès qu'elles seraient à proximité, les autres pensionnaires aux alentours pourraient de nouveau utiliser leurs pouvoirs.

Bref, on pourra en rediscuter plus tard je pense, mais en tout cas, il n'y a aucun souci à ce sujet. \o/ »

-Helen Machiavel

Au plaisir, Mary
Revenir en haut Aller en bas
Baka Purple
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Periple
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Pâte à modeler
• AEA : Un balbuzard pêcheur nommé Aï
• Petit(e) ami(e) : Diantre! Quelle question embarrassante!

Messages : 2325
Inscrit le : 24/01/2007

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    Sam 19 Jan 2013 - 17:12

Hahaha, la prochaine fois prenez les petits biscuits, nous prendrons le thé autour d'une autre fiche!

La fiche a été relue, JE LA VALIDE parce que c'est vraiment très bien détaillé par la suite, les gars, ça c'est du pavé comme vous l'aimez, héhé. Faites attention quand même, ça n'aurait pas été moi, le tiers aurait pu se sentir harcelé, en effet.

Un conseil faites attention à vos participes, pour vous aider, n'hésitez pas à utiliser un correcteur orthographique.

Merci d'avoir eu la délicatesse de prévenir Mistral au sujet du pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireenmarchant.canalblog.com/
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Mary-Lou Sue ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Mary-Lou Sue ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: