AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entrée Nocturne [post unique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Entrée Nocturne [post unique]   Lun 4 Fév 2013 - 15:59


Dieu soit loué !! Elle avait réussi à éviter les morceaux de roches qui s'étaient arrachés de la falaise en même tant qu'elle. Elle a bien cru que la mort était venue pour elle. La lumière de la surface était diffuse. Mais étrangement le sel ne lui piquait pas les yeux. Et lorsqu'elle eut un hoquet dû au manque d'air, elle ne sentit aucun sel dans sa bouche. Où suis-je ? Je délire ? se demanda-t-elle alors. Pris d'un courage soudain elle se déchira les poumons à retenir le peu d'air qu'il lui restait. Elle en laissa échapper une bouffée lorsqu'une ombre passa à toute vitesse près d'elle. Un requin ? Un monstre ? s'affola-t-elle. Elle en eut trente fois plus d'énergie pour sortir. La lumière grandissait et dans un ultime effort elle jaillit hors de l'eau. La bouché d'air que la rescapée prit lui déchira les poumons. Elle lutta pour ne pas sombrer dans sa panique. Puis retrouvant son calme elle put se frotter les yeux et vis les environs. Elle se trouvait au milieu d'un lac noir et froid. Les berges étaient d'un vert éclatant dû aux arbres vieux et hauts. En hauteur elle aperçut la silhouette d'un château, en contre-jour, au soleil couchant. Dans quelques minutes il fera nuit... Elle avait peur du noir... Elle nagea aussi vite qu'elle put vers la berge. Elle était glacée. Son blouson cours était lourd de toute l'eau qu'il avait absorbée. Elle s'assit désespéré et perdue sur la rive pour enlever le litre et demi se trouvant dans chacune de ses bottes. Se retournant vers la bâtisse. Elle se dit pour elle-même et pour remplir le silence glaçant :
« Peu importe où t'a atterri et peu importe comment... Mais il faut te sécher ou tu va crever de froid... »
Puis se relevant sa première pensée alla à Apple... Pourvu qu'il retrouve son chemin. La seconde fut pour ses parents. Qu'allaient-ils pensés en ne la voyant pas revenir?

La jeune fille se leva alors, regardant les alentours assombris en frissonnant... Elle avait une peur atroce du noir. Instinctivement elle serra le collier qu'elle portait autour du cous. Cette pierre phosphorescente qu'elle portait constamment émettait une jolie lumière bleue pâle qui la rassurait dans le noir... Puéril hein? Avoir peur du noir! À 16 ans... Mais elle l'assumait. Elle détestait ne rien y voir. C'est alors qu'elle fit un premier pas vers la bâtisse. Elle irait demander où elle se trouvait et peut-être de quoi se sécher et appeler... Enfin appeler. Les conditions d'arrivée sont tout de même très étranges. Eva ne savait quoi penser... Elle tombe dans la mer puis se retrouve dans un lac... À surement des milliers de kilomètres de sa chère Bretagne... Et encore! SI elle était dans la même dimension... Elle eut un sourire à cette pensée. Elle avait l'impression de délirer. Pourtant tout lui semblait vrai. Elle regardait autour d'elle, toutes ces ombres s'allongeant à la tombée de la nuit étaient bien là... Menaçantes et lugubres. Tout d'un coup elle sursauta. Elle venait de voir quelque chose de lumineux. Elle bondit de côté vers la créature surement prête à le dévorer. Et elle se retrouva à une dizaine de mètres d'un cerf. Un cerf incroyable! Il était grand, preux et fier. Sa tête tournée vers elle était douce et son regard calme et apaisant. Mais l'incroyable n'était pas là. L'animal... brillait! Il était comme fait d'un nuage de poussière d'étoile. Lumineux, bleu et brillant. À ses pieds l'herbe éclairée semblait prendre vie. Des ses naseaux sortait une brume étoilée. Sur le coup Eva crut qu'elle rêvait! Oui ce devait-être ça! La chute, le lac puis le cerf! Elle devait rêver! Puis l'incroyable animal s'ébroua et partit en galopant... s'évaporant dans l'air, laissant une trainé luminescente derrière lui. Se remettant de ses émotions, Eva s'approcha du lieu ou se tenait l'animal. L'herbe était maculée de poussière phosphorescente. Eva en pris un peu sur sa main. La poussière se dissout et disparut. Sur l'herbe le même phénomène se produisit et Eva se retrouva de nouveau seule dans le noir. Elle frissonna et se releva, raide comme un piquet. Elle reprit alors sa marche sans tarder. Et bien vite son seul repère de direction fut les lumières aux fenêtres du château.
Elle atteind la bâtisse au bout d'un quart d'heure de marche, coupée de sursaut et de crises de tétanies apeurées. Eva souffla en se retrouvant face à la porte. Des lanternes éclairaient l'extérieur. L'adolescente jeta un regard en arrière, vers le noir. Elle déglutit, mais était fier d'elle. Elle avait réussi à passer l'une des épreuves le plus dur de sa vie! Elle toqua à la grande porte de bois massif. Personne. Elle recommença. Toujours rien. Comme elle ne tenait vraiment pas à rester dehors elle enclencha la poignée, priant pour que les propriétaires n'aient pas fermé la porte à clé.
Hallelujah!, exultât-elle. Elle entra rapidement dans le hall, n'ouvrant que peu la porte, ayant peur que les gonds fassent un bruit horrible - comme tous les vieux gonds de chaque bon château qui se respectent - et accusent ainsi de son arrivée... Bien sûr elle ne comptait pas rester à la clandestine, mais autant se présenter convenablement aux propriétaires. N'osant pas s'avancer dans le hall, la jeune fille resta collée à la porte, les mains plaquées sur son bois brun. Elle observait l'intérieur avec de grands yeux ronds. Elle n'avait jamais vu de château aussi bien conservé de l'intérieur. C'était vieillot mais cela avait son charme... Un sacré charme! Elle avait l'impression de se trouver dans Poudlard de la célèbre série de films Harry Potter. Le premier avait déjà une bonne vingtaine d'années et le pauvre Daniel Radcliff avait pris pas mal de rides, mais elle adorait ces films! Les effets spéciaux étaient vraiment pas mal du tout pour l'époque et Même si la 3D manque un peu, le film garde quand même un charme mystique! Enfin passons! Le grand hall était vide et éclairé d'une douce lumière dorée, comme éclairé par des bougies. Un large escalier magnifiquement sculpté, un grand tapis persan au sol, couvrant la pierre grise. En haut de l'escalier d'où partait deux autres escaliers plus petit menant aux ailes du château - elle le supposait - Se trouvait un immense tableau. Un portrait de famille. Un homme d'âge mure et une magnifique femme se tenait l'un proche de l'autre. Deux jeunes gens bien plus jeunes - sans doute les enfants- étaient à leurs côtés: une jeune fille d'à peu près l'âge d'Eva, elle avait l'air douce et hystérique à la fois... une lueur malsaine brillait dans son regard. A son côté se trouvait un jeune homme, plus âgé. Il avait l'air lugubre, presque machiavélique. Vu leurs fringues ce ne sont surement pas les propriétaires actuels... Enfin j'espère. Il est vrai qu'Eva ne mourait pas d'envie de rencontrer les jeunes. Les "parents" semblaient fréquentables, mais les enfants faisaient presque peur!
Ne voulant pas rester plus longtemps contre cette porte ne la séparant que peu du cauchemar obscure qu'était la nuit, Eva respira un coup et appela, d'une voix mal assurée:
« Y a quelqu'un ??!! puis prenant de l'assurance en ne voyant personne répondre elle s'écria, Y'A QUELQU'UN ??!!»
Aucune réponse. Regardant les alentours, vers les couloirs et porte espérant qu'un hôte peu bavard, aurant préféré venir directement au lieu de crier, se présente. Personne. Néanmoins, son regard fut attiré par un tableau d'affichage. Le liège et le cadre basique juraient avec le côté de rustique de la pièce. Eva se décolla de la porte et s'en alla examiner de plus près les feuilles d'annonce. Elle eut un rire nerveux en entendant ses chaussures émettre un SPOUICH sonore... Ses bottes seront prêtes à être jetées... Dommage elles avaient coûtées une petite fortune tout de même. Quelques feuilles plus ou moins anciennes se trouvaient accrochés au liège avec des punaises colorées. Les écritures étaient manuscrites et certains venaient d'enfant vu la "qualité" des courbes. A la lecture de l'un d'entre elle en put s'empêcher d'avoir un coup au cœur...

«Si vous lisez ces lignes déposées sur ce misérable bout de papier, c'est que vous venez de commettre une grossière erreur, certainement la plus grosse de votre vie.

Je vous souhaite la bienvenue, en tant que pensionnaire, dans votre nouvelle et éternelle demeure. Ceci n’est nullement une farce de mauvais goût, je n’ai aucunement le temps de plaisanter, ni l’envie de rire. Vous allez bientôt vous rendre compte que cet endroit maudit vous retient prisonnier. Est-ce de la magie ? La réponse à cette question est oui. Si vous ne me croyez pas, tentez d’ouvrir la porte. N’hésitez pas ! J’ai, comme vous, déjà désespérément tenté de sortir des centaines de fois... en vain.

Alors ? Convaincu(e) ? Bien…

Pour vous éviter une perte de temps colossale, je vais vous retracer les grandes lignes de votre nouvelle existence. Sachez que ce pensionnat étant magique, il va falloir vous résoudre à croire à tout, même aux faits les plus invraisemblables. Ne paniquez pas si jamais vous faites vous-même des choses inexplicables : en entrant dans ce pensionnat, vous vous verrez doté(e) d’un pouvoir qui vous sera propre. De plus, vous allez retrouver dans l’enceinte de cette prison un ami que vous aurez oublié depuis quelques temps déjà... N’ayez donc aucune crainte si un animal vient à vous parler. Cela ne sera que votre Alter Ego Astral.

Je vous souhaite de rester en vie et de toujours garder espoir.

Cordialement,
Periple Skye.
»

C'était une blague hein?! La jeune adolescente en pouvait y croire! Ceci confirmait bel et bien son hypothèse de tout à l'heure: elle rêvait! Cependant ... une force? voix? sa conscience? Bref! Elle avait l'impression que tout ceci était bien vrai...
«Raaah! Tais-toi moi! Arrêtes de réfléchir toujours autant... Aller! Allons voir si quelqu'un se trouve dans ce château... Strange au possible!»
Et c'est ainsi que la jeune file se retrouvant à passer devant le portrait. Elle s'arrêta pour l'observer de plus près. Les détails étaient si minutieux et les coups de pinceaux si invisibles qu'on aurait pu croire à une photo. En croisant le regard du garçon elle eut un frisson! Elle aurait juré d'avoir vu passer une expression... meurtrière. Elle s'empressa alors de grimper le second escalier menant à l'aile... Est elle supposa. En chaussettes - ses bottes étaient tellement imbibées d'eaux qu'elle avait décidé de les laisser à l'entrée - aux arabesques improbables, culotte de cheval beige et blouson d'équitation, le tout trempé. Pas vraiment l'allure qu'elle aimait avoir... Vivement qu'elle trouve de quoi s'habiller au sec!
Revenir en haut Aller en bas
 

Entrée Nocturne [post unique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Hors-Jeu ::. :: Tiroirs scellés :: Archives :: Sujets de PI v.2-
Sauter vers: