AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeDim 17 Fév 2013 - 11:54

« Et c'est ainsi que la jeune file se retrouvant à passer devant le portrait. Elle s'arrêta pour l'observer de plus près. Les détails étaient si minutieux et les coups de pinceaux si invisibles qu'on aurait pu croire à une photo. En croisant le regard du garçon elle eut un frisson! Elle aurait juré d'avoir vu passer une expression... meurtrière. Elle s'empressa alors de grimper le second escalier menant à l'aile... Est elle supposa. En chaussettes - ses bottes étaient tellement imbibées d'eaux qu'elle avait décidé de les laisser à l'entrée - aux arabesques improbables, culotte de cheval beige et blouson d'équitation, le tout trempé. Pas vraiment l'allure qu'elle aimait avoir... Vivement qu'elle trouve de quoi s'habiller au sec! »

Cela faisait une demi-heure que la jeune fille marchait dans les couloirs, n'osant seulement poser une oreille sur les portes, histoire de déceler une quelconque vie dans les pièces. Elle avait dû changer tellement souvent de couloirs, d'escaliers et d'ailes qu'elle ne savait absolument pas où elle se trouvait. Elle aurait pu être sur la lune qu'elle ne s'en étonnerait pas. Ses chaussettes avaient déjà séchées, mais le ménage ne semblait pas être souvent fait dans ce château - bien plus grand que prévu d'ailleurs. Ses chaussettes commençaient à prendre une drôle de couleur grise marronné... Eva commençait réellement à déprimer. Et puis il n'y avait réellement personne dans cet endroit!!!! Encore heureux que ce soit bien chauffé cet endroit -d'ailleurs étrange pour un si grand bâtiment - parce qu'hormis ses chaussettes, rien n'avait réellement séché. Son blouson était encore lourd de l'eau absorbée et son pantalon lui collait affreusement aux fesses.
«Han.... Je vais jamais m'en sortir!» exulta-elle en tombant sur les marches d'un grand escalier.
Eva s'affala en arrière, posant sa tête sur les marches. L'escalier en colimaçon semblait monter extrêmement haut. Étonnée la jeune fille leva un sourcil sceptique... La tour n'avait pas l'air si haute pourtant! La tour..., La tour! Eva se releva d'un bon, pleine d'espoir. Réfléchissons.... La tour est juste au-dessus de la porte, donc l'escalier du hall - et le portrait flippant à mort - se trouvait à... tout droit gauche gauche! Enfin à travers mur mais ça c'est qu'un détail hein! Regonflée d'énergie l'adolescente parti d'un pas décidé vers la droite... en fait la gauche!

Finalement, elle n'arriva jamais au hall. Elle se retrouva dans un long couloir qui semblait sans fin. Sur les portes était écrit des noms. Si toutes ces personnes étaient vraiment dans le pensionnat il devait être rudement grand, elle n'avait toujours rencontré personne! Et si toutes ces personnes étaient enfermées dans le pensionnat aussi... Non! C'est pas possible! Pff!. Eva eut un rire nerveux à sa réaction. Comme si on pouvait être enfermé dans un château... On peut pas hein? Son sourire se rétréci quelque peu...
L'adolescente commençait à se sentir mal. Elle avait des frissons et avait un peu la migraine... Elle ne savait pas exactement si c'était le stress qui commençait à se faire pesant à force d'être seule ou si elle avait pas attrapé froid à force d'errer dans les couloirs. Elle se frictionna les bras et eut un éternuement violent. Au moment de la convulsion elle percuta quelque chose. Prise qu'une peur bleue elle hurla et tomba à la renverse!


Dernière édition par Eva-Sophie Viergil le Lun 18 Mar 2013 - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
Kimy Androux
Kimy Androux

+
Féminin -
(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty0 / 1000 / 100(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty

• Age : 22
• Pouvoir : Transformation de son scoubidou en baton ou grappin Z
• AEA : Lencelot, Léopard des neiges blanc et aillé et accessoirement extrêmement con ...
RP en cours : Et si ... non rien (Pv Quentin Nanford)

- Un histoire de cerveau ? (PV Eva-Sophie Viergil)

Messages : 59
Inscrit le : 13/04/2012

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeLun 25 Fév 2013 - 18:17

Spoiler:
 
Les couloirs du pensionnat sont interminable. Dès que la claustrophobe atteignait enfin la porte du fond un nouveau couloir s'offrait à elle. Et elle se remettait à courir, sans jamais refermer la porte. Parfois elle croisait des gens, mais elle n'osait pas demander son chemin. Elle n'osait pas non plus s'attarder sur eux, et passait son chemin comme un coup de vent, sans se retourner en entendant leurs exclamations. Au bout d'un certain temps elle s'arrêta. La nuit était désormais tombée sur cet étrange endroit. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle avais passé une journée dans ce rêve-réel. Maintenant les vitres lui renvoyaient son reflet, elle ne s'attarda pas sur son image et ouvris la fenêtre d'un geste sec. Puis elle inspira enfin l'air frais de l'extérieur. Au deuxième étage elle avait une vue sur le parc et le lac. Elle resta un instant à observer ce paysage nocturne en respirant avec délice.

Puis aussi naturellement que l'on passe une porte Kimy passa par la fenêtre. Un pied sur le rebord et l'autre dans le vide elle s'agrippa à un détail du mur extérieur, et se hissa au dehors. En quelques secondes elle avait déjà parcourue 5 mètres en hauteur en s'accrochants au moindre relief du mur. Kimy ne semblait pas grimper, mais plutôt nager verticalement. Silencieuse et discrète comme une ombre elle atteint le toit du pensionnat en moins de temps qu'il faut pour le dire, et se hissa dessus sans le moindre problème. Cette surface en pente la rassurait, elle lui était bien plus familière que celle du dédale qu'elle venait de quitter. Se repérant grâce à la tour elle atteignit le niveau du dortoir en se concentrant pour faire le moins de bruits possible. Il y avais tout de même des gens en dessous. Elle repéra sa chambre grâce à son animal qui avais laissé dépasser un bout de son aile blanche par la fenêtre. La jeune fille descendit avec autant de facilité qu'elle était montée, en se tenant d'une main au châssis de la fenêtre et par un mouvement de balancier elle s'engouffra dans sa chambre en passant, les jambes repliées, au dessus de son fauve blanc qui dormais sur son lit.

***

D'un geste rageur Kimy referma son ordinateur. Cela faisait trois fois qu'il plantait au moment où elle allait envoyer un mail à son père. Son Iphone s'éteignait quand elle essayait de joindre qui que ce soit. A croire que le réseau fonctionnait dans un sens et pas dans l'autre. Le temps se passais à la même vitesse dans son monde que dans celui ci. Ce n'était pas un rêve. Elle était bel et bien enfermée dans cet endroit.
Reposant ses appareils électroniques sur son sac Kimy s'assit en tailleur sur le lit qu'elle s'était attribuée elle même, près de la fenêtre et sur lequel était toujours roulé en boule son AEA. Par reflex elle avais sortie son scoubidoux pour oublier sa claustrophobie et penser à autre chose, elle avais d'ailleurs grandement avancée dans son travail, maintenant, plié en deux, son ouvrage faisait la taille de son avent bras. Bon il fallait qu'elle se fasse le résumé de sa situation. Jusqu'ici elle avais cru à un rêve partagé comme dans "Inception" le film, mais ce qui ne collait pas c'était le déroulement du temps dans le monde extérieur et le fait que l'on ne pouvais pas créer ce que l'on voulait ...

Des pas se firent entendre dans le couloir. Curieuse, Kimy se leva silencieusement glissa son scoubidou dans la poche de son jeans en laissant pendre le long de sa jambe, et sortit de sa chambre sans vraiment regarder autour d'elle. Un éternuement sonore résonna tout près d'elle puis la personne qui marchait dans le couloir lui rentra dedans. La claustrophobe fut quelque peu surprise, mais à part écarquiller les yeux son corps ne le montra pas, elle savait qu'il y avais quelqu'un, contrairement à celle qui avais éternué. Kimy, par réflexe, s'était tourner vers elle et l'avait doucement et timidement repoussée au niveau des épaules. Son meneau était trempé de chez trempé c'était à se demander si elle n'avait pas pris une douche tout habillée. Cette dernière poussa un hurlement de frayeur et tomba en arrière. Kimy ne put se retenir de monter ses mains au niveau de ses joues et de crisper ses épaules en la voyant tomber. Le comique de la situation repris le dessus dans son esprit une fois que cette inconnue eut atterrie avec "légèreté" sur son arrière train. En plaçant sa main sur sa bouche pour dissimuler son sourire rieur, elle lui tendit son autre main pour l'aider à se relever.

- Désolé ...

Elle se remémora la façon dont elle avait crié et ses yeux pétillèrent au rire retenus qu'elle cachait derrière sa main gauche. Elle pria intérieurement pour que cette inconnue ait le sens de l'humour, tout ce qu'elle avait besoin c'était d'un bon fou rire pour se détendre. Observant la nouvelle venue de son regard gentiment rieur, Kimy remarqua qu'elle était vêtu d'une culotte de cheval, toute aussi trempée que son manteau. Une douche à cheval en chaussettes ? Elle devais sûrement être frigorifiée. C'était pas vraiment le moment, il y avais mieux à faire que de glousser comme une crétine.

- Heu ... ça va ?

Kimy avais repris son sérieux, et se demandait si cette jeune fille était nouvelle ou si elle était là depuis plus longtemps. Elle n'hésita pas à lui demander. Si elle ne connaissait pas l'endroit il faudrait la guider jusqu'à sa chambre pour qu'elle puisse se changer, vu son état elle allait pas tarder à choper une maladie. Et, même si elle connaissais la fenêtre de l'infirmerie maintenant elle n'avais aucune envie d'y retourner.

- Tu viens d'arriver ?

Comme un effet de déjà vu. Un peu plus tôt elle avait prononcée exactement la même phrase. Elle était presque sure d'avoir raison, quelqu'un qui connaît l'endroit et sait qu'il possède une chambre et une armoire remplie ne se promènerait pas en chaussette. Remarque elle était bien pied nu elle ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeMer 27 Fév 2013 - 23:04

[tu crois que se pendre c’est irréversible? J'avais finis d'écrire mon truc, je fait prévisualiser et là.... Firefox plante..... °_____° Du coup désolé pour la longueur, mais j'avais plus l'énergie de refaire aussi long ^^']

Eva frôla la crise cardiaque. Un jeune fille rousse d’environ son age avait ouvert une grande porte et l'avait percuté en se retournant. Eva, qui ne s’attendait plus à rencontrer la moindre personne, eu une peur bleue. Cela faisait une bonne heure - ou peu être deux qui sais- qu’elle vagabondait dans l'immense château, trop grand pour son apparence extérieur. Elle n'avait pas croisé de vie autre que celle d'araignées ou cloportes en tous genre, depuis qu’elle avait passé le pas de la porte. Et elle qui détestait être seule, autant physiquement que mentalement, elle commençait réellement à se sentir mal.... Mal accentué par le rhume qu’elle était entrain d’attraper. Encore quelques minutes dans ses vêtements froids et elle allait finir comme après u bain de minuit en plein hiver. C’est d’ailleurs pourquoi elel tremblait. Non pas de peur, bien que la surprise fut totale, mais bien de froid. La jeune rousse s'excusa puis s'enquit de son cas.
Elle retenait manifestement un rire. Il faut dire qu'Eva aussi aurait bien ri dans son cas. Se retrouver à pousser, par réflexe, une parfaite inconnue en culotte de cheval collante, chaussettes bariolés et sales et en blouson absolument trempé, surement mal peigné et au nez rouge à force de renifler - son mouchoirs ne valait plus grand chose après son bain express dans la Manche s'étant transformé en lac... Un look absolument génial! A cette pensé la jeune fille eu un rire nerveux. Sa tensions accumulée et pesante s'évacuait et elle s’apprêta à se lever quand l'autre fille lui pose la question fatale. Celle ci coupa Eva dans son élan, le regard fixé au sol, les yeux grand ouvert, encore en appuie sur ses bras.
« Tu viens d'arriver ? »
Alors... Ce n'était pas une blague? Quelque part Eva commençait à s'en douter, trop d'éléments coïncidaient. Ou alors c'était que la blague était poussée trop loin. La question de celle qu'elle prenait pour la fille du propriétaire ou d'une domestique coïncidait avec les messages du panneau à l’entrée. Le nombre incroyable de noms sur les portes - sois disant ceux des enfermés -, le château bien trop grand... Et déjà le plus étrange de tout: son entrée. Il ne faut pas oublier qu'elle est tombé d'un falaise et était censé se retrouver noyée par les vague de la mer, grise et mouvante. Pourtant elle s'était éveillée dans un lac au milieu d'un domaine ne ressemblant absolument pas au côtes bretonne. Et puis l'apparition du drôle de cerf dans la nuit. Elle avait pensé un temps qu'il ne s'agissait que d'un mauvais rêve... Mais là seule une personne bien bornée aurait continué à nier. Seul détail: Eva-Sophie est une enfant têtue, très têtue.
«C'est pas drôle. dit-elle sans relever le regard, un ton froid et la voix tremblante, Vous avez vraiment un drôle d’humour. Mais j'y crois pas une seconde...»
Mensonge. Même elel sentait de plus en plus qu’elle y croyait. Et dans la force du désespoir elle leva un regard à la fois dur et implorant, la voix brisé par les pleurs montant dans sa gorge, cumul de toutes ces dernière émotions.
«C’est une blague... Hein?»
Elle n'osa quitter des yeux la rousse. Elle avait mal au cœur, comme si une force dans l'endroit l'obligeait à y croire et faisait rentrer l'information de force dans son cerveau. Mais elle ne voulait pas y croire. Elle ne voulait pas croire qu'elle soit enfermé dans cet endroit, loin de ses parents, loin de son haras, loin de ses cheveux, de ses amis et loin de sa vie. Elle ne voulait pas y croire. Et c'était comme-ci toute cette fatalité refoulé s'échappait par ses yeux, des larmes lourdes et dures.


Dernière édition par Eva-Sophie Viergil le Lun 18 Mar 2013 - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
Kimy Androux
Kimy Androux

+
Féminin -
(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty0 / 1000 / 100(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty

• Age : 22
• Pouvoir : Transformation de son scoubidou en baton ou grappin Z
• AEA : Lencelot, Léopard des neiges blanc et aillé et accessoirement extrêmement con ...
RP en cours : Et si ... non rien (Pv Quentin Nanford)

- Un histoire de cerveau ? (PV Eva-Sophie Viergil)

Messages : 59
Inscrit le : 13/04/2012

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeSam 2 Mar 2013 - 21:03



La jeune inconnue ne répondit pas à sa question. Elle laissa échapper un petit rire, pas très franc mais qui permis à Kimy de laisser éclater le sien. Pendant que la fana de scoubidoux se tenait le ventre. La cavalière releva toute seule. Elle tremblais, et vu la façon dont elle frictionnait ses bras elle devait mourir de froid. Et répondit à la deuxième question de Kimy avec un air indigné au début. Puis après le silence de Kimy elle continua cette fois avec un ton à demis suppliant et plein de faux espoirs.
- C'est pas drôle.Vous avez vraiment un drôle d’humour. Mais j'y crois pas une seconde...
C’est une blague... Hein?


Kimy resta un instant muette, ses yeux exprimaient une espèce de pitié et de tristesse, en comprenant que la nouvelle n'acceptait pas son sort. Elle non plus elle ne l'avait pas accepter. Toute cette histoire ... Ça aurait pût être un rêve, une blague, n'importe quoi mais pas la vérité, surtout pas la vérité. Désormais il fallait être fort et se rendre à l'évidence. Ils étaient enfermés, et ils étaient nombreux, il y avais un espoir, mais il était trop maigre pour espérer. Kimy n'acceptait pas encore tout à fait cette nouvelle vie, elle faisait un peu semblant pour paraître plus forte qu'elle ne l'était réellement, et plus tard, oui plus tard elle s'apitoierait sur sa nouvelle condition.
Pour le moment ça ressemblait plutôt à une énorme colonie de vacance sans animateurs. Cool, et en même temps pas très rassurant, il fallait mieux pas croiser certaines personnes. Pour l'heure Kimy se contenta de rendre à l'évidence avec le plus de tact qu'elle pouvais, la nouvelle arrivante. Gentiment elle lui remémora son entrée.
-Tu l'a vu toi même, la porte ne s'ouvre pas. Et les fenêtres donnant sur cette partie du pensionnat non plus.

Puis elle changea de sujet, ne préférant pas s'éterniser sur la question. Surtout que ça devais vraiment pas être agréable d'être mouillé comme ça.
-Mais tu est trempé, il faut que tu trouve ta chambre, tu pourra prendre une douche et te changer, les armoires sont remplies. Regarde, ma chambre c'est la numéro 20, moi c'est Kimy, tu veut que je t'aide à trouver la tienne ?
Tout en parlant la jeune fille avais tirer la porte vers elle sans pour autant la fermer, et lui montra son nom du doigt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeVen 15 Mar 2013 - 18:53

[pour Eva tu restera rousse! Elle aime embêter avec des détail et puis c’est plus simple pour écrire! xD Et désolé pour les fautes potentielles, je corrigerai ]

« Tu l'a vu toi même, la porte ne s'ouvre pas. Et les fenêtres donnant sur cette partie du pensionnat non plus. »
Un point pour la rousse. De plus, en elle ne flamboyait aucune malice ni bêtise quelque ce soit. Elle semblait sincèrement embêtée par cette révélation et semblait avoir un peu pitié d'Eva. Il est vrai qu'il y a plus noble comme posture. Et mouillée, les vêtements tendus d'eaux, les cheveux décoiffés et gonflés, en chaussette et le regard vidé de tout autre sentiment que la panique, ce n'en faisait pas parti.
Eva cédait réellement à la panique. Elle avait atterri où pour se retrouver enfermer dans un château décidément infiniment grand, au milieu de centaines de gens et où des animaux de nuages/poussières/étoiles fluorescent et bleus s'envolaient/dissipaient/évaporaient comme on se serrait la main? Tout ça n'avait vraiment aucun sens et par soucis de garder son esprit saint, le cerveaux d'Eva se déconnecta momentanément de la logique et casa ses questions formidablement sans réponses dans un coin reculé de son inconscient où sa peur ne pourrait les suivre. La jeune adolescente pris une grande respiration et ferma les yeux, reprenant peu à peu possession de ses moyens physiques et mentales.
Bon! Tout ceci à beau être bizarre à souhait, t'y est et le plus important et de se mettre au chaud. Les... Les questions attendront. se convainc Eva, sentant une migraine furieuse toquer à la porte de son crâne.
«Mais tu est trempé, il faut que tu trouve ta chambre, tu pourra prendre une douche et te changer, les armoires sont remplies. Regarde, ma chambre c'est la numéro 20, moi c'est Kimy, tu veut que je t'aide à trouver la tienne ?»
La déclaration de la jeune fille, ainsi nommée Kimy, finis de sortir Eva de ses tergiversions. Alors comme ça je vais pouvoir avoir une chambre? Euh... Question stupide, je vais pas dormir sur le pallier. Quoique je sais plus àq uoi m'attendre moi maintenant... Roh! Mais tais-toi nervosité incapable! P't-être que je pourrait la choisir? Si oui, laquelle? Au final, la question ne se posait pas. Alors qu’elle se relevait enfin, elle loucha sur la plaque que désignait le doigt fin de l'autre jeune fille, soulignant un nom. Au dessus du sien, était gravé "Katixa Faylins". Des chambres communes?, se demanda la désormais curieuse jeune fille. Puis ses yeux s’agrandirent comme deux énormes boules de billards vertes. Sous le nom de Kimy était inscrit tout bonnement "Eva-Sophie Viergil". Celle-ci fit un pas de recul, le coeur battant de surprise. Son cerveaux se remit en surchauffe et on aurait cru que de la fumé allait s'évader au dessus de sa tête tellement elle semblait hors-service de tous raisonnement.
«Que...Q-Que... Pourquoi mon nom est là? Comment qu'on sait que je suis entré? J-J'ai croisé personne. Et p-personne connait mon nom.»
La jeune fille ne cessait de fixer avec de gros yeux globuleux son nom qui n'aurait pas dut se trouver là. Alors là c'était de plus en plus bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
Kimy Androux
Kimy Androux

+
Féminin -
(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty0 / 1000 / 100(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty

• Age : 22
• Pouvoir : Transformation de son scoubidou en baton ou grappin Z
• AEA : Lencelot, Léopard des neiges blanc et aillé et accessoirement extrêmement con ...
RP en cours : Et si ... non rien (Pv Quentin Nanford)

- Un histoire de cerveau ? (PV Eva-Sophie Viergil)

Messages : 59
Inscrit le : 13/04/2012

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeVen 22 Mar 2013 - 23:54

Kimy, qui tentait de rassurer la nouvelle avec son sourire le plus gentil et amical possible, sans passer pour une folle non plus, attendait la réponse de la fille aux yeux verts le doigt sur la porte et les yeux sur son visage sale et mouillé. Des paroles s'entre choquaient dans sa tête, des question aussi, elle se disait que si elle réussissait à rassurer cette pauvre naufragé du cheval des mers ça lui éclaircirait aussi un peu les idées sur cet endroit. "Qui apprend à, apprend de" c'était classe ça ! Puis Kimy remarqua l'étrange attitude de la nouvelle face à l'écriteau de sa porte. Elle tourna donc par réflexe la tête vers sa main qui désignais toujours son nom. Un bref instant elle cru que le pouvoir de l'une d'entres elles avait fait des siennes. Et elle retira son doigt de l'écriteau comme si il brulait. Mais non, tout allait bien... Alors quoi ? Kimy retourna vivement la tête vers son interlocutrice qui ouvrait toujours de grands yeux et qui fixaient toujours l'écriteau. Le sourire de la claustrophobe fit place à une expression interrogatrice lorsque ses yeux bleu refirent l'aller retour entre le visage de la nouvelle et la porte. Elle tourna sa main dans un geste pour traduire sa question. *Hé bah quoi on sait pas lire ? Le fantôme des cabinet est apparu ? La porte t'a fait un clin d'oeil ?* En se moquant gentiment de l'expression de la cavalière des eau et en pensant des conneries, elle se remis à sourire, amusée, et attendit patiemment la traduction verbale de l'expression si singulière qui planais sur le visage de son interlocutrice. Tout en se disant au passage qu'elle était vraiment une crétine et une gamine.

-Que...Q-Que... Pourquoi mon nom est là? Comment qu'on sait que je suis entré? J-J'ai croisé personne. Et p-personne connait mon nom.

Kimy arrêta de sourire un seconde. *Ah merde ... va falloir tout lui rééxpliquer depuis le début*. Mais elle était pas stupide sa question. Kimy avait une capacité d'adaptation à toute épreuve. Après un jour elle avais réussit à se rentrer dans la tête qu'ici, il ne fallait pas chercher la logique, c'était n'importe quoi. En tout cas de son point de vue. Oui j'ai ouvert une porte, je ne peut pas sortir, la neige tombe à l'intérieur les léopard ailés et les vampires qui parlent existent les armoires te sortent des fringues sur-mesure et les portes connaissent ton nom. Après une telle affirmation la majorité des humains du monde de Kimy aurait dit "Oui, oui, tu a raison, tu a raison, mais tu à fumé quoi ce matin ?". Sauf que malheureusement elle ne se souvenais pas d'avoir pris une quelconque substance illicite de toute sa vie. Au début elle pensait seulement que c'était un rêve vachement réaliste, c'est pour ça qu'elle l'avait intégré en douceur. Et puis en fait elle ne l'avais pas du tout intégré. C'était pour frimer qu'elle pensait ça, au fond elle était capable de pleurer simplement en arrêtant de se l'empêcher.
Kimy passa outre les explication qu'elles n'avait pas et lança une phrase d'accueil d'un ton enjoué, enthousiaste et ironique sans répondre aux questions de la jeune fille.

- Aaah tu est ma nouvelle cloloc ! Hey ! Bienvenue ! Mais entre donc ! Entre heu ...

Son ton traduisait clairement qu'elle n'en savait absolument rien et qu'elle évitait le sujet. C'était fait exprès. Kimy jeta un rapide coup d'oeil à la porte, *Ah ouais quand même, le nom ...*, c'est vrais quoi ! Sois tu t'apelle Eva soit tu t'apèle Sophie mais Eva-Sophe ... nan, pas trop nan ... elle ne se posa pas plus de question, ne fit aucune remarque, et lit ce patronyme d'un trait avec un geste pour que son interlocutrice la suive. Si elle venait d'arriver et que l'on considérais que les noms apparaissaient au fur et à mesure que les gens entraient, vu que c'était une chambre de quatre et qu'il n'y avais que trois noms, alors Kimy ne se trompait pas.

- Eva-Sophie Viergil !

Kimy poussa donc la porte et entra dans la chambre puis se tourna vers Eva-Sophie et enchaina ses paroles de mimiques ironiques et ridicules. C'était sa façon à elle de montrer que cet endroit n'avais aucune logique à leurs yeux et qu'elles en faisaient partie maintenant. Et puis comme d'habitude elle cherchait le rire pour détendre l'atmosphère, du moins la sienne. Car elle n'en menait pas large non plus. Elle se mis sur le côté pour laisser passer sa nouvelle compagne de chambre, lui tenir la porte, et l'inciter à entrer en faisant des courbettes ironiques, et en écartant les bras pour présenter la pièce comme un endroit magnifique, alors que ce n'était qu'un chambre de quatre banale. Kimy avait décider de prendre le lit devant la fenêtre, pour ses crises nocturnes. Elle n'avait pas déballer tout son bazar mais son AEA roulé en une énorme boule de poils et de plumes blanche prenais presque toute la place sur son lit. Ses vieilles baskets dépassaient de la poubelle, et son manteau trainais par terre à côté de son sac de montagne.
Kimy continua dans sa lancée en lui désignant la salle de bain. Là ou elle pourrais se changer et se doucher sans manquer de pudeur, son but était de détendre la nouvelle arrivante au nom faramineux. Et aussi de l'inciter à prendre une douche pour se réchauffer, elle devait vraiment en avoir besoin.

- Regarde, là c'est la salle de bain elle est iiiincroyablement graaaaande tu va voir, et si tu veut des vêtement secs ils sont dans ton armoire ... choisit ...Fit-elle en faisant des gestes exagérés et ridicules pour désigner ce d'ont elle parlait.

En effet Kimy, ayant grandit dans un immense manoir de 3 étages, elle avait été habituée à des salles de bain où la baignoire était plus une piscine intérieur qu'une simple baignoire. Ici il n'y avait qu'une douche, alors forcément elle ironisait. Elle ne donna pas plus de précision au niveau de l'armoire. Il y en avais deux de libre, quand la claustrophobe avait choisit son meuble des vêtement à sa taille y étaient déjà. Ça aussi il fallait pas s'étonner. Kimy arrêta son cinéma et repris son sérieux. Elle regarda la nouvelle arrivante dans les yeux. Et répondit enfin d'un ton un peu bourru, aux questions de sa compagne de chambre.

- Mais plus sérieusement, si tu veut survivre ici, il va falloir que tu accepte l'inacceptable.

Dit comme ça, ça paraissait un peu con. Et surtout la fille "qui se la pète grave" mais tant pis, c'était dit c'était dit. Elle repris son expression rieuse en attendant que la jeune fille réponde ou bien qu'elle fasse ce qu'elle avait à faire ...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeJeu 11 Avr 2013 - 0:51

«Ah ! Tu est ma nouvelle coloc ! Hey ! Bienvenue ! Mais entre donc ! Entre heu ... Eva-Sophie Viergil ! »

Comme beaucoup de gens elle avait eu besoin de rejeter un regard à son nom avant de le dire. Le jour de la rentrée c'était souvent comme ça aussi. ''Machin Truc ?!'' ''Présent !'' ''Eva-S... Hum. Eva-Sophie Viergil?'', disaient les professeurs en séparant bien les syllabes, comme pour montrer à quel point son nom était étrange. ''Oui. Juste Eva, ça suffit.'' répondait Eva en général. Elle préférait Eva. Bien plus court. Bien plus adapté à son entourage. En 2029, les gens ont des noms courts comme Mo ou An. Les noms de notes aussi sont à la mode. Sa meilleure amie s'appelait Sol. C'est jolie sol. Ça ressemble à soleil. Et c'était une note. Eva trouvait que tout chez Sol faisait penser à une chanson estivale. Ses longs cheveux d'ors lisses et légers. Son grand sourire lumineux et son insouciance constante. Son rire éclatant, ses dents blanches. Ses pétillants yeux noisettes. Sa peau dorée... De nombreux garçons étaient à ses pieds. Elle était si belle, si fraîche. Si positive et impulsive aussi. Eva aurait aimé l'avoir à ses côtés à ce moment, plus que tout. Pour la rassurer. Pour lui prendre la main, l’entraîner dans les couloirs avec la curiosité d'un poulain lâché pour la première fois dans un pré verdoyant. Sol aurait tout bien pris ou presque. Elle aurait avancé, ne se serait pas arrêté sur un nom gravé comme par magie sur une plaque. Pas comme Eva. Eva était impulsive, mais elle était aussi bien plus fragile. Un trop plein d'émotion et ça y était, son cerveaux grillait. Ses neurones et sa raison était à plats. Alors, elle faisait un blocage sur tout. Comme cette porte. Cette porte qu'elle continuait à fixer alors que Kimy entrait dans sa chambre. Elle se mit à parler. Des paroles plus ou moins futiles qu'Eva ne retint pas.
Elle finit par détourner son regard de la porte et se tourner vers l'intérieur de la pièce. Se donnant du courage, elle pris une grande respiration, se détendant tant bien que mal. Tandis qu'elle fit quelques pas dans la chambre elle lança un regard méfiant à la porte. Comme si celle-ci allait lui sauter dessus et la dévorer. Pour se jouer des ses peurs, à peine Eva eut-elle passé ses battants que la grande porte de bois se referma dans craquement digne des pires films d'épouvantes. Bravo pour cet effet tout à fait réussis porte ! Eva se raidit et pressa ses bras le longs de ses flancs. On aurait presque pu voir ses cheveux se dresser su sa tête. La mâchoire serrée et le regard fixé sur les gestes exagérés et aller-retours de Kimy, elle évitait de regarder l'horrible porte. Calme Eva, Calme. Ce n'est qu'une porte dans un trèèès vieux château avec de trèèès étranges événements qui semblent ''normaux'' pour elle, pensa-t-elle pour se rassurer.
«Regarde, là c'est la salle de bain elle est iiiincroyablement graaaande tu va voir, et si tu veut des vêtement secs ils sont dans ton armoire ... choisit ... »
Eva tourna les yeux vers la porte de la salle de bain, bien moins effrayantes que la sadiques portes d'entrée fanatique des effets horrifiques. Elle ne faisait pas vraiment attention aux gestes et mimiques de sa nouvelle compagne, trop concentrée sur sa respiration.
«Mais plus sérieusement, si tu veut survivre ici, il va falloir que tu accepte l'inacceptable.»
La jeune fille avait repris son sérieux et regardait Eva avec des yeux compatissants mais stricts. Si Eva avait été dans un état de choc moins importants elle aurait sûrement répondu ''Oui maman'' sur un ton des plus sarcastiques. Mais là elle se contenta d'un hochement de tête et d'un regard éteint. Puis elle s'avança vers une armoire. Dedans elle y trouva de nombreuses affaires, dont un bas de pyjama en fin coton bleu pâle à petit poids blancs et au jolie nœud vieux roses en soie. Exactement le genre de choses qu'elle portait. Trop exactement pour que se soit le hasards. Eva appliqua le conseil avisé de la rouquine et n'en fit pas cause d'état.. Elle le pris, ainsi qu'un débardeur blanc aux bretelles et décolleté de fines dentelles. Elle se dirigea ensuite sans un mot vers la salle de bain. On aurait pu la prendre pour un zombie ou un légume sans difficulté. Une sacrement jolie aubergine.

La salle de bain était moyennement spacieuse, mais suffisamment pour être agréable. Elle était charmante, simple, impersonnelle, mais charmante et décorée avec goût. Une douche des plus basiques siégeait dans un coin. Au sol se trouvait un mignon tapis de bain semblant des plus moelleux. Les toilettes se trouvaient là aussi. Le meuble sur lequel se trouvait le lavabo était de bois clairs et devait contenir tout le nécessaire à la beauté de jeunes filles, tout comme son armoire. Au-dessus, Eva resta fixée sur son reflet. Il lui renvoyait une image peu agréable. Elle avait les cheveux sales, la frange toute plate. Sa peau était encore plus blanche que d'habitude ce qui tranchait avec les épaisses cernes soulignant ses yeux vert aussi éteints qu'apeurés. Son visage semblait creusé par la fatigue et le dépassement des événements.
En soupirant, la jeune fille posa ses affaires sur le bois à côté du lavabo blanc. Avec des mouvements lents elle entrepris de se déshabiller. En autant son t-shirt le miroir lui renvoya une nouvelle image plombant encore plus son moral aussi bas que les profondeur de la mer qui l'avait amené dans cette endroit. D'atroces bleus parcouraient son dos. Noirs, violacés, maronnasses. Des couleurs peu ragoutantes pour une vue tout aussi horrible. La jeune fille, peu habitué à voir son corps mutilé de la sorte, détourna le regard et entrepris de dénuder ses jambes qui lui rappelèrent bien vite ce qu'elle avait évité de voir.
Une fois nue elle se dirigea lentement et en grimaçant. La découverte de ses blessures l'avait fait se rendre compte de la douleur. Elle alluma l'eau et laissa couler l'eau chaude sur ses épaules glacées. Son regard vide observait les produits de bains. Elle ne pensait pas. Tout sentiments étaient annihilés par le choc. Elle avait un migraine atroces et l'eau trop chaude commençait à la faire se sentir mal. Elle leva la main en tremblant. Faible. Tétanisée. Elle tourna le robinet d'eau froide d'un mouvement lourd. Alors, de même sorte que l'eau tiède s'écoulait maintenant sur elle, les larmes salées se mêlaient aux gerbes pures. La douches la libéra tout ses blocages, comme des souillures à laver. Alors elle s'assit dans un coin de la douche. Ses jambes tout contre elle. Ses bras l'enlaçant comme l'aurait fait une mère, dés à présent et pour toujours absente. Elle se laissa allée, chassant toutes ses horreurs broyant son esprit tourmenté.

~.~.~

La porte claqua. Eva se tenait appuyée dessus. Habillée de son charmant pyjama. Seuls ses cheveux mouillés rappelait la fille qui était entrée dans cette salle de bain. Et encore, cette fois ils étaient coiffés. Ses beaux yeux parfaitement verts luisaient de nouveau, les cernes disparus. Ses joues étaient colorées de rose et sa peau étaient moins pâle. Sa personne elle même respirait enfin la tranquillité. Presque tranquillité. Eva avait pris une décision. Désormais, elle était là et elle ne pouvait rien y faire. La fatalité de cet enfermement c'était enfin imposé à son esprit et il ne l'avait peut-être pas accepté, mais il le tolérait au moins. Son état de choc passé et ses larmes longuement écoulées, elle avait enfin pu réfléchir et se raisonner. Elle avait maintenant des questions intelligibles pour Kimy.
La jeune fille lança un petit sourire désolé pour sa compagne qui avait du trouver son comportement bien étrange. Elle l'aurait troué, elle, en tout cas. D'un pas rapide la jeune fille alla vers sa grande armoire ancienne et y pris le premier gilet se présentant sous sa main et l'enfila. En passant une main dans ses cheveux elle demanda d'une voix se voulant sûr d'elle – effort vain car sa voix tremblotait tout les quatre mots -  :
«C'est lequel mon lit? En avisa la literie la plus proche de son armoire, dans l'angle opposé à celui de Kimy, elle le pointa du doigt. Celui-ci?»
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
Kimy Androux
Kimy Androux

+
Féminin -
(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty0 / 1000 / 100(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Empty

• Age : 22
• Pouvoir : Transformation de son scoubidou en baton ou grappin Z
• AEA : Lencelot, Léopard des neiges blanc et aillé et accessoirement extrêmement con ...
RP en cours : Et si ... non rien (Pv Quentin Nanford)

- Un histoire de cerveau ? (PV Eva-Sophie Viergil)

Messages : 59
Inscrit le : 13/04/2012

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitimeDim 19 Mai 2013 - 0:17

Kimy souriait gentiment, mais on ne lui rendit pas son sourire, il devint donc crispé. Sa "nouvelle coloc" comme elle l'appelait acquiesça les yeux vides de toute expression, puis elle tourna les talons et ouvrit une des deux armoire que Kimy lui avait proposé. Le sourire de cette dernière glissa de son visage quand ces yeux verts d’automate l'eurent quitté, elle mordilla sa lèvre inférieure et repris son scoubidoux les yeux toujours sur cette Eva ....heu .... machin .... Celle ci sans lui jeter un regard de plus se dirigea vers la salle de bain, quelques vêtements dans les mains et s'y enferma.
Restée seule, Kimy baissa la tête un peu dépité vers ses doigts qui avait l'air de bouger tout seuls. Elle tourna es talons et regarda attendrie son gros chat blanc. La tête sur ses quatre pattes et les ailes en couverture, il était trop meugnon. Kimy lui fit une caresse sur la tête, il poussa un petit ronronnement et ouvrit ses yeux bleus, comme ceux de sa maitresse pour la regarder. Un instant elle se dit que cette créature pouvait la tuer d'un bon coup de patte bien placé, un frisson glacial lui parcourus le dos, avant que le léopard s'enroule une nouvelle fois sur le lit les pattes sur les yeux. Elle alla s'assoir sur le rebord de la fenêtre avec un soupir, le dos appuyée contre l'épaisseur du mur. Le vent lui soufflait sur le visage, le ciel sans nuages était recouvert d'étoiles mais il n'y avait pas de lune. La jeune fille une jambe dans le vide continuait d'entremêler ses fils. Elle laissa courir ses pensées au loin, et ses question aussi.
On commençait à entendre le bruit de l'eau de la douche qui rappelait à la jeune fille qu'elle n'était pas seule dans cet endroit. Ici il lui fallait des alliés, et ses colocataires devaient absolument en faire partie, peu être pas en faire des amies mais au moins être en bon terme avec elles. Est-ce-qu'elle s'était raté pour ce coup ? Elle avait pourtant fait de son mieux ... Sans s'en rendre compte Kimy relevait doucement le menton et laissait tomber sa tête en arrière contre le mur, épuisée, elle s'endormait. Sa bouche était légèrement entrouverte, ses main immobiles dans un mouvement figé pour serrer le noeud des quate fils rouges et violets qui luisaient entre ses doigts, et le vent sur le visage.

***

Une porte qui claque. Kimy se redressa violemment, elle sortait d'un sommeil aux rêves perdus qui lui laissait seulement une vague sensation d'horreur. Puis elle promena son regard sur la pièce et remarqua la fille ... d'ont elle avait évidement encore oublié le nom, appuyée sur la porte de la salle de bain. Apparemment elle allait un peu mieux, et elle souriait, cela détendit Kimy qui s'appuya une nouvelle fois contre l'épaisseur du mur. Sa colocataire avait troqué ses vêtements trempés contre une tenue pyjama, un débardeur blanc et un pantalon à poids.

-C'est lequel mon lit? Celui-ci ?

*Oh ça rime !* Kimy redressa mollement la tête pour jeter un coup d'oeil au lit que la fille aux yeux verts lui désignais du doigt. Puis elle haussa les épaules et répondit avec un sourire rieur :

- Sérieux, tu fait comme tu veut ! Mais à part ça, ça va mieux ? En fait qu'est-ce qui t'est arrivé ?

Kimy avait toujours un forte tendance d'orienter la conversation vers les autres elle aimait les écouter parler, et elle se demandait aussi si ils allaient lui poser une question comme elle le faisait. Et quand ce n'était pas le cas c'était la preuve qu'elle n'était pas très intéressante. Et d'ailleurs elle avait des tas de question à poser à la cavalière des eaux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux _
MessageSujet: Re: (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux   (n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

(n°20) Le cervaux quand ça grille ça sent pas bon! ~ Kimy Androux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Premier Étage ::. :: Dortoir féminin :: n°16 à n°20-
Sauter vers: