AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quintell Terrance Buttons « Frozen stare and hanging arms. » [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nouveau/Nouvelle
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : ?
-
0 / 1000 / 100

Messages : 6
Inscrit le : 05/03/2013

MessageSujet: Quintell Terrance Buttons « Frozen stare and hanging arms. » [En cours]   Mar 5 Mar 2013 - 16:00



* Quintell T. Buttons


*nom – Buttons
*prénom – Quintell Terrance
*age – 62 ans, bien que son âge fut figé à 20.
*né(e) le – 3 Novembre 1808

Pouvoir
Le pouvoir de Terrance consiste à entraîner un vieillissement physique à l’endroit de gens qui entrent en contact avec lui. Ce pouvoir est arbitraire, son activation dépend principalement des émotions ou des intentions de Quintell et instaure une apparence vieillie chez autrui pour une durée de quelques heures. On entend par ‘vieillissement physique’, la perte ou le gain des capacités motrices du corps et les changements corporels se manifestant en fonction de l’âge. ‘Vieillir’ ne signifie par nécessairement devenir un vieux rabougris à l’article de la mort, Quintell pourrait faire atteindre à un enfant l’âge adulte ou la quarantaine, tout comme il pourrait faire du même enfant un vieux croulant. Là aussi, c’est arbitraire et changeant. Toutefois, dans tous les cas confondus, ce pouvoir ne peut pas entraîner la mort par le vieillissement, après, si vous vous cassez tous les os de votre corps fragiliser dans une chute, c’est une autre histoire.

Alter Ego Astral
Un mille-pattes enjoué du nom de Bartholomey avec qui Quinn adorait jouer au détective lorsqu’il était enfant.

Passions
BLABLA BLABLA BLABLA BLABLA BLABLA BLABLA

N'aime pas / Phobies
BLABLA BLABLA BLABLA BLABLA BLABLA BLABLA



« I shall forever atone for this curiosity of mine, head hanging low, without a smile. But you didn’t have to do this to her, she was just a kid, just a fragile child. »


Caractère

Ce qui fut autrefois un garçon intrépide, bourré d’une curiosité rampante et sans limite, ainsi que d’une incapacité flagrante à se croire dans l’erreur, s'est détérioré. Il ne reste maintenant que quelques filaments de cette ancienne intensité d’être, des fragments qui peuvent être réappris, mais qui ont été oublié, encastré dans un corps de bois vernis.

Maintenant, Quintell Terrance n’est plus grand-chose. À vrai dire, il a oublié comment on ‘est’.



Physique

Sans le jugement mitigé d’Ambrose, il n’aurait certainement pas eu l’apparence qu’il entretient maintenant. Des cheveux plus courts se seraient dressés sur sa tête, des muscles plus proéminents auraient précisés sa silhouette et un teint embrasé par le soleil aurait coloré son épiderme.

Si Ambrose n’avait pas croisé son chemin dans les bois ce Dimanche là. Si Quintell n’avait pas fait le sourd d’oreille à l’appel de Dieu. « Mais Dieu n’existe pas ! C’est Monsieur Ambrose qui me l’a dit ! » Il n’aurait pas ressemblé à ça.






Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? Code Okay (By Kogenta) MÊME SI CUIR CUIR MOUSTACHEUH GÈRE TELLEMENT PLUS.
Où avez vous trouvé ce forum ? Bah, je ne me rappelle plus trop. Ou en fait je me rappelle exactement. Mais ce n’est pas important, il traine dans mes favoris depuis bientôt trois ans. ._.
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? OUAIS MADAME.
♦ ...Dans ce forum ? Fuck no.


Dernière édition par Quintell T. Buttons le Jeu 2 Mai 2013 - 2:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau/Nouvelle
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : ?
-
0 / 1000 / 100

Messages : 6
Inscrit le : 05/03/2013

MessageSujet: Re: Quintell Terrance Buttons « Frozen stare and hanging arms. » [En cours]   Sam 27 Avr 2013 - 0:17

PARCE QUE JE VAIS ÊTRE PRÉVOYANTE.


Histoire

#B22222.
* Enfant d’agriculteur aux rêves de grandeur.
* Se fait vendre par sa famille, pour son bien, c’était consentant, à un mage ambulant et devient donc son apprenti. « Je voulais voir le monde, sentir son odeur et goûter son parfum. »
* Se fait transformer en pantin par son mentor à suite d’une rencontre trop intime avec un pendentif qui faisait tic tac. (1828 )
* Passe un bon nombre d’années enfermé dans le vieux manoir où le sorcier à élu domicile.
* Se fait vendre aux enchères et est acheté par une noble vétérane française. ( 1841 )
* La vieille femme transmet son bien à sa fille.
* Qui ensuite le confie elle-même à sa fille.
* Émilie est rangé dans un placard avec le pantin ce qui les mène au pensionnat.

I ─ Little Carrie got lost in the woods.

LITTLE CARRIE GOT LOST IN THE WOODS,
WANDERED AWAY IN HER LITTLE HOOD.
THE WOLF ATE HER, TOOK HER AS ITS FOOD.
AND HER MOTHER’S TEARS ARE STILL KNOWN TO FLOOD.


Tous les enfants du village connaissaient l’histoire de la Petite Carrie, tous les enfants du village savaient qu’il ne fallait, sous aucun prétexte, s’aventurer dans les bois sous peine de finir comme elle. Digérés par les viscères d’un loup. Pourtant, c’était devenu un rituel, tous les Dimanche, des garnements fuyaient les évangiles, abandonnant leurs parents à la sainteté de l’Église, pour aller s’aventurer à l’orée des arbres, aux abords de ce regroupement de végétation immense qui les séparait du reste du monde. Accoutrés de bottes en cuir et de foulards de tissu pour retenir leurs cheveux, ils lorgnaient tous, comme un même un homme arpentant le début d’une grande aventure du regard, les hauts chênes qui émoustillaient leur curiosité.

Chaque semaine le groupe d’aventuriers qui aurait le luxe de pénétrer la forêt changeait de visage. En effet, ces Dimanche qui auraient dû être religieux revêtaient les couleurs de danger et de courage intrépides pour ces jeunes enfants aux âmes assoiffées. Ne pouvant quitter le village, trop peu instruits, trop peu fortunés, ils pouvaient au moins s’offrir le luxe de désobéir, de braver la forêt. Avec le temps, c’était devenu un jeu. Un jeu qui s’approfondissait chaque semaine et qui consistait à s’enfoncer de plus en plus loin dans les bois. La première lanière de cuir avait été attachée à une branche du premier arbre bordant la forêt, la seconde à celui se trouvant juste derrière. À mesure que le temps passait, les lanières augmentaient en nombre et le chemin qu’elles traçaient s’allongeait. Les jeunes bravaient les profondeurs du couvert des feuilles avec plus d’intensité, semelles laissant des brindilles craquer sous leur poids.

Ce Dimanche là, deux garçonnets, à peine assez vieux pour se promener seuls, avait réclamé leur tour d’aventure, carrant leurs frêles épaules et redressant leur menton, duo où s’entremêlait une tête blonde roussie et une autre châtain noisette. Le plus grand des deux portant une fronde à la hanche, rudimentairement taillé dans un bout de bois à la forme propice, ils se sentaient prêts à braver n’importe quels vice. Angelots des bois, ingénues petites belettes.

Et on chanterait, à l’orée de la forêt, lorsqu’ils ne reviendraient pas.

Petite Carrie s’est perdue dans les bois.

-

« Nous sommes perdus. »

Un silence vert sous le couvert des branches.

« J’ai raison, n’est-ce pas, Quintell ? »

« Non ! On doit suivre . . . »

. . . les étoiles, la mousse rampant au bas des arbres, le courant de la rivière qu’il trouverait assurément d’une autre manière. Bon, d’accord peut-être ne se rappelait-il plus trop ce qu’il fallait suivre, mais c’était déjà bien de savoir qu’il fallait effectivement suivre quelque chose, non ? Si simplement, il arrivait à mettre le doigt sur ce qu’était cette chose . . . Ses yeux verts se promenaient sur la cime des arbres, appréciaient les formes variées des feuilles baignées de lune. En fait, qu’ils soient perdus ou non n’importait pas vraiment, le garçon appréciait la quiétude presque religieuses des bois, s’enivrait de cette atmosphère qu’on lui interdisait habituellement d’office. La nuit ne l’indisposait pas, au contraire, elle l’enchantait même. Il s’imaginait les fées et les nymphes venir à sa rencontre pour l’emmener dans leurs prés verdoyants où les festivals ne mourraient jamais.

Samson, son compagnon et ami, ne semblait pas partager son engouement pour cet extérieur inconnu qu’ils foulaient pour la première fois. À vrai dire, à partir du moment où ils avaient attaché leur lanière de cuir autour du prochain arbre, continua de tracer le chemin que la jeunesse avait tracé dans le bois, le jeune villageois avait perdu tout engouement à la tâche. Lorsque Quintell lui avait proposé de tenter de trouver la rivière pour boire un peu, ou d’observer les plantes, car tu sais maman m’a parlé des effets de la fleur Rosemary, ce serait bien si je pouvais lui en ramener un peu, il s’était montré plein de réticences, agréant plus par orgueil, après que Quintell ait insinué que c’était la crainte qui l’empêchait de bouger, que par réelle motivation.

« Les indications de Bartholomey, c’est ça ? », lâcha-t-il cinglant, venant confirmer les observations du blondinet. Non, Samson n’était plus content de se trouver avec les arbres. Quintell se retourna, considérant qu’il ouvrait la marche, lèvres retroussés, un grognement guttural s’extirpant des tréfonds de sa gorge. On n’insultait pas Bartholomey ! Il était prêt à parier que cette excursion aurait nettement plus chouette ça avait été son mille-patte et non son gringalet de meilleur ami qui l’avait accompagné. Barthy savait apprécier une bonne aventure lui, Barthy comprenait qu’il fallait apprendre tout un tas de choses pour pouvoir se mesurer aux détectives de Londres.

Samson manquait simplement de . . . culture. Oui, ce mot là.



II ─ There was no Prince hiding behind the frog.

THERE WAS NO PRINCE HIDING BEHIND THE FROG.
THUS WHEN IT GOT KISSED BY A PRETTY ROGUE
NOTHING WAS EARNED FROM THE NASTY SNOG
BUT A DEAD BODY SOUNDLY COLLAPSING ON A LOG.


III ─ Alphonse made a rope out of Velvet.

ALPHONSE MADE A ROPE OUT OF VELVET
SO HE COULD FEEL RICH FOR HIS LAST SUN SET
ALPHONSE IS DANCING LIKE A MANNEQUIN
AS HIS FEET SWAY SOFTLY OVER HIS KIN



IV ─ She was a temptress dressed in Innocence.

SHE WAS A TEMPTRESS DRESSED IN INNOCENCE
RUBY LIPS WHISPERING PROMISES OF DOMINATION
THE DISEASE SHE SPREAD SOFTLY WAS SILENCE
SO SHE COULD REIGN OVER A REALM CORRUPTION



V ─ Sweet Emily was a Martyr.

SWEET EMILY WAS A MARTYR
HER WHITE CASTLE WAS SET AFLAME
BY SOME DISGUSTING RAVENOUS SATYRS
WHO BENT HER OVER BLOODSTAINED SAPPHIRES


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quintell Terrance Buttons « Frozen stare and hanging arms. » [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre-
Sauter vers: