AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Because Alice was a whore
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

MessageSujet: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Mer 6 Mar 2013 - 9:33

FLIP THE TABLE

(╯°□°)╯︵ ┻ ━┻.


    Cher journal, l’idée même de t’écrire ne perplexe, j’ai toujours cru idiot que de se confier à un livre, mais tu deviens désormais mon plus grand confident et sans aucun doute le plus sûr.Je mets beaucoup d’application et de temps sur les mots que je trace en ton sein. Mon but n’est point d’être lue ou reconnue. J’espère seulement que celui ou celle qui violera notre intimité, qui découvrira mes peurs, mes peines et mes vices me trouvera une plume attachante et compatira suffisamment à ma mefortune pour ne point dévoiler les secrets que toi seul devrais connaitre.
    Je contemple perplexe le vieux journal que j’avais au matin trouvé sur ma table de chevet. Je le reconnaissais certainement, l’ayant trainé sur moi étant plus jeune, bien avant que j’aie le bonheur de poser un pied dans le hall. C’était mon journal d’adolescence, celui dont j’avais commencé la rédaction vers l’âge de 12 ans…Ou pas. Pour celui-là je devais bien avoir seize ans, j’avais reçu le livre en cadeau ; un magnifique livre vierge à reliure et cuir et de métal où j’avais lors d’un moment d’inspiration, écrit cette première page destinée à celui, celle ou ceux qui pourraient le lire, ce avant de transcrire, corrigés et reformulés, certains passages importants dans mes anciens journaux. Je me souviens avoir toujours trouvé étrange l’idée de tenir un journal, pourtant je l’avais toujours fait d’instinct et je devine aujourd’hui, sachant qu’une bonne sorcière tient un grimoire, que c’est le réflexe d’une moi passée qui eut refait surface. Le journal n’était pas bien plein, à peine au quart, remplis de récits d’enfance juvénile, parfois percés de jolis passages que ma mémoire peinait à me confirmer que j’en étais bien l’auteur:

    Cher journal, je suis enfin à la maison. Nous étions allés visiter des oncles dans cet endroit lointain que je méprise tant. La route fut longue, le matin s’est écoulé en nuit sur la route grise et monotone, nous avions passé trois grandes villes, le reste n’avait été que forêts, pâturages et montagnes ; du haut de l’une de celles-ci, en observant les incomptables lumières d’un lointain village couché au pied d’un ciel noir, j’eus pensé que ce n’était pas naturel et la haine contenue envers mes semblables eut presque explosée de mon être alors que je conçus que leur avidité leur avait permis d’arracher les étoiles au ciel, de se les approprier , puis que les pauvres fous, dans leur aliénation les eut sacrifiées pour échapper à la noirceur à laquelle ils auraient dû être condamnés. […]

    Je crois me souvenir de la soirée, du trajet. Je revenais de chez l’oncle Guy (North Bay, Ontario), je me souviens avoir pensé à quelque chose à propos du ciel noir et de la ville…Mais d’avoir traduit cette idée en mots, ça, je n’en garde aucune trace. Ce qui me perplexe le plus c’est que ce journal ne faisait pas partie des livres que j’avais dans mon sac d’école lors de mon arrivée fortuite… En fait, je suis même positivement certaine qu’il était resté dans le coin supérieur gauche de mon tiroir à sous-vêtements. Je suppose que…éventuellement je pourrai le continuer. Quoi qu’il en fut, je le dépose avec méfiance où je l’avais trouvé, me doutant que je risquais fort de peut-être ne plus le revoir, ou bien de le trouver de temps en temps sans savoir où il était le reste du temps, ou bien encore de le trouver sans cesse dans des endroits étranges - les joies de vivre dans ce château - . Soit. Glissant hors du pyjama que je portais jusqu’à lors, j’enfilai une petite robe d’été blanche et noire ; nous étions en hiver, certes, mais je ne comptais pas sortir dehors, juste, ayant faim, aller me chercher quelque chose à manger avant de revenir ici. Pieds nus, je sortis de mon dortoir vide, il devait être 16h, peut-être plus tard et dehors il faisait déjà sombre. Je passe le couloir, l’escalier, le hall sans croiser quelqu’un que j’aurais pu connaitre, quelques étrangers seulement : une bête humanoïde poilue, puis surtout des filles, quelques garçon dont un plutôt mignon qu’il m’eut accordé un sourire auquel j’eus répondu.

    La cuisine était déserte. Paresseuse de me faire quelque chose de compliqué je dénichai une cane de soupe poulet et riz de marque St-Hubert – un restaurant québécois très populaire dont la soupe en boite est magique, au moins aussi magique que la chance que j’ai d’en trouver une boite ici alors que j’ai justement faim pour - quatre tours d’ouvre-boite plus tard, l’odeur salée de la soupe en train de chauffer dans une casserole propre - la seule qui restait. J’en ai de la chance – emplie la pièce. Bang. Je me retourne perplexe vers la porte au fond de la cuisine. Qu’es ? Je m’en approche, après avoir descendu le feu au plus doux. Cette porte allait vers la salle à manger, du moins c’est ce que, ne l’ayant jamais ouverte, j’ai toujours pensé. Je l’ouvre doucement, fais quelques pas vers l’intérieur… Je ne vois rien d’anormal, que des tables, des chaises et des napperons.



Dernière édition par Alea Miller le Mar 23 Avr 2013 - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(sauce BBQ ouais)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Expédier ad patres.
• AEA : Son paquet de clopes. Ou le chat mouillé avec des ailes, à voir.
• Petit(e) ami(e) : Hans. Leurs QI se répondent.

RP en cours : Turn left and then straight to the grave.

Messages : 653
Inscrit le : 08/08/2010

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Mer 13 Mar 2013 - 20:21

    Si le hurlement de fureur de Ralph mourut au fond de sa gorge, ce ne fut – ô surprise ! – que pour épargner les oreilles et la tranquillité des pensionnaires qui vivaient leur vie aux alentours sans rien demander à personne. Et à fortiori, sans demander à être dérangés.
    Mais. Ce. Monstre !
    Avec un grognement de rage qui n'aurait rien eu à envier à un ours souffrant d'une rage de dents, le jeune homme balança un monumental coup de pied dans l'espèce de chose grise et verte qui s'agrippait avec hargne à sa chaussure. La créature non identifiée effectua un superbe vol plané, ses grondements de rage se muant en un couinement de surprise lorsqu'elle disparut dans l'ombre d'une cage d'escalier. Bon débarras. Ralph baissa les yeux vers sa basket à moitié déchiquetée : c'était que cette merde avait des foutues dents !
    Et lui ne s'en était rendu compte qu'après l'avoir regardée s'attaquer à son pied d'un regard vide. Pendant deux bonnes minutes.
    Il allait. Assassiner son AEA.
    Le dépecer et le faire rôtir à petit feu. L'empaler sur une broche et le servir en entremet au monstre qui squattait la chambre de Courtney.
    Ça lui ferait un tas d'ennuis en moins d'un coup, tiens.

    Parce que traditionnellement, la plupart des problèmes de Ralph commençaient et finissaient par cette espèce de sac à puces que sa sale fortune lui avait collée sur le dos.
    En l'occurrence, Liam, sans doute poussé par ce jeune âge qui le rendait proprement insupportable, avait trouvé très drôle de le pousser tout droit entre les crocs de cette... Chose, qui avait failli lui bouffer un pied. La petite crapule.
    Il allait lui en faire bouffer, des haricots.
    Par un triste hasard de la génétique, Liam, en plus de n'être pas toujours très malin, était également terriblement curieux. Ralph n'eut pas à attendre cinq minutes pour le voir pointer le bout de son museau au coin du couloir, histoire de vérifier si son maître avait eu le bon goût de décéder sous les assauts de la boîte de conserve tueuse.
    C'était vraiment dommage pour sa sale petite tête. Et d'ailleurs, il s'en rendit manifestement compte car fit promptement demi-tour en apercevant la tête que tirait son créateur. Lequel se lança immédiatement à sa poursuite avec une très nette impression de déjà-vu-et-revu.

    Un bon paquet de minutes plus tard, le lynx se retrouva coincé dans le réfectoire par un Ralph tout sauf aimable. Se sachant au-delà de toute perspective de rédemption, le chaton eut une tentative désespérée pour se dissimuler entre les pieds des tables en miaulant d'un air pitoyable ; mais rien qui puisse apaiser le courroux du jeune homme.
    C'est sans doute la raison pour laquelle lorsque la porte s'ouvrit dans son dos, Ralph était en train de faire léviter les chaises et d'en bombarder sans pitié son emmerdeur d'AEA. Alors que, surpris, il jetait un oeil dans cette direction, Liam s'enfuit vers la sortie avec un cri de protestation, et une chaise percuta la porte ouvert à grand bruit, sans pour autant l'arrêter. Ralph poussa un grondement de rage lorsque la queue terminée par une touffe brune disparut à l'angle. Plutôt que de se lancer à sa poursuite une nouvelle fois, le jeune homme se retourna et foudroya du regard l'adolescente aux cheveux noirs qui venait d'entrer.

      « Qu'est-ce que tu fous là, toi ? » Balança-t-il dans un grognement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Because Alice was a whore
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Mer 27 Mar 2013 - 22:56


    Que des tables, des chaises et des napperons…Et des - un - lynx aillés, des chaises volantes et un garçon que je peine à comprendre comment je ne l’ai pas remarqué dès la première seconde où mes yeux ont pu voguer dans la pièce. Je mis un temps pour capter toutes les informations, pour comprendre qu’il y a avait quelqu’un alors que j’ai d’abord eu une vision parfaitement nette de la pièce étant vide. Je souffre souvent de ce genre de lapsus mental depuis quelques temps. J’ai d’abord cru que c’était ma peine d’amour. Maintenant je commence à me dire que c’est les substances que je prends depuis à peu près le même moment, ou plutôt…Que je ne prends pas, car je ne saurais dire si je souffrais des mêmes genres de blancs sous les effets de quelconque drogue ou si c’est plutôt le manque qui me bousille autant de cerveau.

    L’une des chaises volantes me manqua de près, craquant violemment près de mon oreille, manquant d’éclater contre la porte. J’avais tout juste eu le temps, mû, sans doute, d’un certain instinct de survie, de glisser ma main de l’endroit exact que la chaise percuta. What the fuck. Ma contemplation perplexe de la pièce se termina sur une basket déchiquetée et sur les orteils rougis, partiellement couverte du spectre de ce que dut avoir été une chaussette qu’elle abritait. Pied, genoux, taille, épaule, visage. « Qu'est-ce que tu fous là, toi ? » Le grognement sortant de sa gorge accrocha à peine mes oreilles sillantes. Mes yeux clignèrent, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, flashant sur ses yeux clairs et vitreux, ses cheveux cendrés, la peau blanche, son cou maigre. Puis retour au pied. « Pauvre truc, tu es mort d’une morsure d’haricot vénéneux du Madagascar, c’est ça? » Sa blancheur terne et les chaises gravitant autour de lui ne purent que m’entrainer vers la morbide conclusion que je me trouvais devant un fantôme. J’avais croisé deux fantômes avant lors ; un garçon, puis une fillette. Il me semble pourtant qu’ils avaient été plus flous, moins opaques, plus vagues, un peu comme des ombres colorées, avec des yeux ternes miroitants lorsqu’ils les posaient sur les vivants. Ah…En fait, il est sans doute bien vivant. Oh ben. Il me semble même l’avoir déjà vu, je ne sais plus où, par contre. Sans doute dans un couloir, sinon je parie pour un coin sombre et lugubre. L’envie de lui demander à quel jeu il jouait avec les chaises ma traversa l’esprit, je m’en sentis d’ailleurs toute drôle, toute perturbée parce que c’est le genre de réaction stupide que, hilare, j’aurais sortie en étant intoxiquée. Pourtant, je suis clean, je le jure : je ne consomme –presque- jamais sans Cheshire et je ne l’ai pas revu depuis près de deux semaines. « Hrrr. Non, sans blague. Puisqu’en fait tu n’es visiblement pas mort, j’étais en train de me faire de la soupe.» Silence. C’est un silence absolu dans ma tête, puis résonne enfin le simple mot"soupe". Pourquoi j’ai l’impression que tout ce que je dis est complément stupide et inutile depuis un moment ?

    C’est une impression vraiment désagréable.






Dernière édition par Alea Miller le Jeu 19 Déc 2013 - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(sauce BBQ ouais)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Expédier ad patres.
• AEA : Son paquet de clopes. Ou le chat mouillé avec des ailes, à voir.
• Petit(e) ami(e) : Hans. Leurs QI se répondent.

RP en cours : Turn left and then straight to the grave.

Messages : 653
Inscrit le : 08/08/2010

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Dim 7 Avr 2013 - 1:42

    Ralph s'assura d'un coup d'oeil que la fille n'avait pas perdu une main en se prenant par inadvertance la chaise originellement destinée à Liam. Ça aurait été con, quand même, de blesser une inconnue totalement innocente par la faute de ce sac à puces. Pas tant pour la santé de la fille, Ralph était de trop mauvaise humeur pour se soucier de ce détail, mais parce que les conséquences risquaient de lui retomber sur la tête après. Quelles conséquences, voilà qui restait à déterminer, mais dans l'inconscient de Ralph la gente féminine avait quelque chose d'à la fois très rancunier et très vicieux. Il ne tenait donc pas, pour accomplissement personnel, à s'attirer les foudres de l'une d'entre elle.
    Ceci dit, une fille s'était récemment faite écraser net sous ses yeux, et elle n'était pas revenue le hanter ; alors il supposait qu'une confrontation pouvait ne pas terminer de manière si dramatique que cela. Et puis, merde, la brune, ou n'importe quelle autre, n'avait qu'à pas se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment non plus, hein. C'était pas son problème tout ça, déjà qu'il devait gérer les caprices d'une boule de poils véreuses et mal intentionn...

      « Pauvre truc, tu es mort d’une morsure d’haricot vénéneux du Madagascar, c’est ça ? »

    Ralph haussa un sourcil perplexe. Fixa la fille. Se demanda à qui et de quoi elle parlait. Jeta un coup d'oeil autour de lui, n'aperçut ni macchabée ni haricot - monsieur a la mémoire courte - ni Madascarien, en conclut qu'elle ne devait pas avoir toute sa tête.
    En même temps, dans un environnement pareil, il admirait ceux qui parvenaient à conserver la totalité de leur raison.

      « Hrrr. Non, sans blague. Puisqu’en fait tu n’es visiblement pas mort, j’étais en train de me faire de la soupe. »

    Content qu'elle l'ait remarqué. Même s'il ne voyait pas le rapport. Et surtout pas le rapport avec la soupe.

      « Ah ouais. » Lâcha-t-il platement. « Je croyais que tu cherchais des feuilles. C'est le délire général, en ce moment. »

    En effet. Ralph avait fini par se mettre au courant des événements actuels, ce qui était en soi une bonne chose mais ne changeait absolument rien à son comportement. A part éventuellement que, au lieu d'aller shooter dans la chaise la plus proche pour passer ses nerfs, il la prit par le dossier et entrepris d'y jeter un coup d'oeil, ainsi qu'à ses consoeurs, pour montrer l'exemple ou quelque chose comme ça. Ou peut-être seulement pour occuper ses mains.
    Et ce fut d'un air remarquablement désintéressé que le jeune homme tira de son un coussin un morceau de papier brunâtre qu'il agita sans la regarder du côté de la brune, pour illustrer son propos. Oui, ça lui était parfaitement égal, tout à fait.

      « Genre... ça, ouais. »


Dernière édition par Ralph le Dim 7 Avr 2013 - 1:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Dim 7 Avr 2013 - 1:52




Ralph vérifie les chaises, et trouve :

« Une feuille cachée sous le coussin de l'une d'elles »

[ACTION 1/4]

10


Le XX/YY,

Les I sont très contents de moi, j’ai réussi à apprendre plusieurs formes de magies grâce à mon don. Mais les connaître ne suffit pas pour les appliquer, alors je continue de m’entraîner très dur. Je pense que cette nouvelle passion va finir par engloutir tout le peu de vie sociale que j’ai, mais c’est bien trop prenant pour que je m’arrête maintenant. En seulement quelques semaines, j’ai réussi à égaler certains élèves de ma classe qui étaient là depuis des mois, voire même à en surpasser. Je suis trop doué dans ce domaine pour laisser tomber.
Sur ce, j’y retourne !

--------------------------------------


Le XX/YY,

Je crois que Perrin m’aime bien. Oh, pardon - c'est le prénom de M. Irvine. Nous sommes devenus proches au point que je puisse l'appeler ainsi. Du moins, il semble s’être attaché à moi, bien que je ne comprenne pas trop pourquoi ; il y a beaucoup de personnalités plus attachantes dans ma classe, comme Nelly par exemple, qui s’attire la sympathique de tout le monde. Mais étrangement, il semble porter plus d’attention à mon travail qu’à celui des autres. J’en ai discuté avec Nelly, en passant, l’air de rien, et elle l’a pris très au sérieux et m’a dit qu’il comptait sans doute sur moi pour reprendre le flambeau. Je n’y avais pas pensé, mais elle a peut-être raison. Elle m’a dit que ce n’était pas la première fois qu’il surveillait de près un des étudiants, mais que c’était rarement arrivé jusqu’au bout, vite attiré par un esprit nouveau. Elle m’a aussi dit qu’ils s’attachaient souvent à ceux qui ne chahutaient pas en classe et les écoutaient beaucoup.

Je souris un peu en pensant qu'elle a du se faire ces réflexions en les observant beaucoup, et peut-être même, qui sait, en espérant que leur choix se porte sur elle un jour... Et j'aime me dire qu'elle me jalouse sans doute en secret, mais je ne voudrais pas trop m'avancer sur le sujet. J'ai beaucoup d'estime pour elle, et je me demande bien pourquoi ce n'est pas d'elle qu'ils ont fait leur protégée. Elle est intelligente, audacieuse mais raisonnable, travailleuse et pleine de volonté et pourtant joviale et avenante envers tout le monde. Sans compter qu'elle est plutôt jolie, mais je ne m'étendrai pas sur le sujet dans ce journal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Because Alice was a whore
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Lun 20 Mai 2013 - 8:17


    Rivée sur ses sourcils haussés et son regard perplexe, j’attends calmement le diagnostic de ma folie, un demi-sourire mal –à l’aise suspendu à mes lèvres crispées. Mais il n’en fut rien : soit il avait du tact, soit il était au moins aussi intoxiqué que moi. Ses paroles résonnèrent dans mon crâne : des pages. Je hausse les sourcils à mon tour. Pour une vague raison, je n’imaginais pas ce presque fantôme du genre à essayer de se trouver une échappatoire…C’est sans doute qu’il me semble beaucoup plus dans son élément dans un manoir lugubre que dans une rue ensoleillée. « Oh non. J’en ai déjà trouvé une par hasard, je n’ai pas la moindre envie d’en trouver d'autre. » Dis-je en l’observant farfouiller les chaises. Mes yeux s’arrondirent lorsqu’il en sortit tout bonnement une, le pire c’est qu’il n’avait même pas l’air surpris, comme s’il avait su qu’elle était là ou bien qu’il fut doté d’une confiance en lui extraordinaire.

    Beaucoup moins intéressée par ces feuilles que la grande majorité des résidents, j’étais tout de même curieuse de savoir ce qu’elles racomptaient, surtout lorsque celles-ci était brandies sous mon nez ; je dois dire que la seule façon de laquelle elles m’intéresseraient , ce serait pour en apprendre un peu plus sur l’histoire du château qui m'intéressait beaucoup depuis le tout début de mon séjour. Je m’approche à pas légers, bras serrés sur ma poitrine, frottant un peu mes bras couverts de frissons : c’est qu’il faisait drôlement plus froid ici que dans la cuisine qui elle avait l’atout d’un four allumé et chauffant. J’espère soudain qu’il n’ait pas mal pris ou mal interprété mon dernier ajout, qu’il ne me prenne pas pour une allée de nos détenteurs où pour une psychopathe désireuse de détruire un possible moyen d’évasion : on m’a déjà, par le passer, mentionnée que mon évidente non-envie de partir d’ici semblait un peu suspecte pour ceux dont c’était le seul but. Je m’éloigne un peu de lui que je venais pourtant d'approcher, en contournant une table, glissant une main dessus, sentant les niellures du bois sous mes doigts. « Sooo.. Pourquoi tu veux sortir, toi ? » Dis-je après un moment de silence, faisant un effort pour avoir l’air décontractée alors que je mimais d’observer la table. Papillonants mes deux mains jusque sous la bordure, tâtant, effleurant des doigts, des ongles, le bois, le métal. Faisant même l’effort de me contorsionner pour jeter un bon coup d’œil en dessous sans plier les genoux, me questionnent sur le pourquoi de mon comportement actuel : après ce que j’eut dit, faire semblant de chercher, c’est un peu contradictoire, quand même. C’était juste stupide. Mais bon. Il a peut-être la mémoire courte...ou un gros déficit d’attention, parcequ'il ne semble pas avoir remarqué s’être fait attaquer pour les haricots, en tout cas…D’ailleurs il devrait faire quelque chose pour ça avant que ça s’infecte, non?

Action Rudy ---- Vérifier les tables.

    Hep. Je me redresse rapidement, manquant de me cogner violemment la tête contre le rebord de la table alors qu’une douleur aigüe eut traversé mon doigt. La main intouchée était désormais entre ma nuque et mon crâne, l’autre, doigts épars devant mes yeux, se faisait scruter. Mes yeux captèrent la ligne brune entrée sous la peau de mon annulaire. Je tentai de l’en déloger avec mon pouce…Rien à faire. J’allais devoir me tremper la main dans de l’eau chaude toute la soirée. C’est bien ce qu’on gagne à faire des choses inutiles.




Ps : je vais ajouter quelques lignes une fois que j’aurai ma conséquence de mon action. Done


Dernière édition par Alea Miller le Jeu 19 Déc 2013 - 20:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Lun 20 Mai 2013 - 11:34




Alea vérifie les tables, et trouve :

« Elle se prend une écharde. »

[ACTION 1/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(sauce BBQ ouais)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Expédier ad patres.
• AEA : Son paquet de clopes. Ou le chat mouillé avec des ailes, à voir.
• Petit(e) ami(e) : Hans. Leurs QI se répondent.

RP en cours : Turn left and then straight to the grave.

Messages : 653
Inscrit le : 08/08/2010

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Dim 9 Juin 2013 - 22:30

    Ralph regarda la feuille. La feuille ne regarda pas Ralph, pour la simple et bonne raison qu’elle n’était pas pourvue d’yeux adaptés à cet effet. Par conséquent, le jeune homme se contenta de la poser à plat sur la table la plus proche. Qu’il l’ait trouvée ou pas, qu’il s’agisse d’une incroyable coïncidence, tout cela lui importait peu, pour la simple et bonne raison que les bouts de papiers que tous les pensionnaires recherchaient frénétiquement depuis des mois n’étaient pas plus intéressants à ses yeux. Qu’ils existent ou pas, cela ne changeait rien à sa vie ; à part que l’incessant bavardage de Courtney avait connu une variation notable, en raison de son soudain caractère destructeur. Lorsqu’elle s’était mise à parler de brûler des feuilles avec sa copine rousse, là, le jeune homme avait été jusqu’à sortir de son apathie pour lui demander de quoi il retournait. Parce que c’était inhabituel : et forcément, tout le monde se montait la tête avec cette histoire.
    Lui préférait de loin conserver son ordre quotidien. Déjà qu’il était fragile. Il laissait les autres se mettre à quatre pattes dans la poussière pour fouiller dans tous les coins, ce n’était pas pour lui.
    Cela dit, bouger les chaises, c’était à sa portée – la dépense d’énergie minime qu’imposait le geste ne lui faisait pas encore trop peur.

      « Sooo.. Pourquoi tu veux sortir, toi ? »

    Ah, il voulait sortir, lui ? Une fois de plus, Ralph considéra la question – un peu plus vite de d’habitude, puisque franchement ça le saoulait à l’heure actuelle. Il en conclut, encore une fois, que non, ce n’était pas son objectif à court terme. Rien à foutre, de dehors. Rien à foutre, d’ailleurs. Ailleurs, il n’y avait rien.
    Bizarrement, au lieu de s’en moquer, comme d’habitude, il en était agacé.
    Un couinement de douleur lui fit lever les yeux et tourner la tête. La fille avait été se coincer sous une table et s’était de toute évidence cognée. Ou autre, rectifia l’amnésique en voyant le regard qu’elle jetait à sa paume. Ralph haussa imperceptiblement les épaules. Elle n’avait qu’à pas se foutre là, si elle s’en fichait, des feuilles. Te contredis pas, crétine, tu vois le résultat ? En gros.
    Non, il ne se sentait pas d’humeur à compatir avec quiconque, ou même de faire semblant. Plutôt à mordre les importuns.
    C’est pourquoi il tourna les talons au lieu de se rapprocher pour quérir des nouvelles de la brune comme tout être humain un minimum civilisé n’aurait pas manqué de le faire. Il plongea une main dans sa poche et se dirigea vers les fenêtres, dont il écarta les lourdes tentures pourpres d’un geste énergique de la main gauche. La chaînette tinta contre le verre, et Ralph s’appuya d’une épaule contre la fenêtre, jetant un regard jaune à l’extérieur ; peut-être dans une tentative dérisoire pour se tranquilliser, ou juste pour ne pas rester planté devant la fille. Si ça se trouve, elle allait se tirer pour soigner sa main, aussi. Il serait tranquille.
    Machinalement, le jeune homme passa un doigt dans l’encadrement qui enserrait le verre, y coulant un regard paresseux. Un peu de ménage aurait été le bienvenu. Mais ça n’aurait pas été lui qui s’y serait collé.
    Un fragment d'un blanc jauni attira le regard du blond, coincé dans un des gonds de la fenêtre, et il cligna des yeux avec étonnement. Il se pencha vers l'encadrement pour y voir plus clair, et faillit laisser filer un grognement de désapprobation : franchement, à quoi bon organiser une chasse au trésor gigantesque si on tombait sur des bout de papiers à tous les coins de rue ? L'idée que personne pendant les décennies précédentes n'ait pu se rendre compte de leur présence lui parut soudain tout à fait ridicule. Cependant, réfléchir à de tels détails n'était pas dans ses intentions. D'un geste plus précautionneux que sa nature aurait pu en présager, il se contenta de saisir le morceau de papier entre deux doigts et de l'extirper de sa cachette, non sans en déchirer un coin au passage. Il y jeta un coup d'oeil excédé : pourquoi ce genre de trouvaille tombait-elle toujours sur ceux qui ne voulaient pas se tirer de cette vieille baraque ?
    C'était chiant. Il trouvait ça vraiment chiant. Avec un "Tss" agacé, le jeune homme froissa la feuille pour en faire un boule qu'il projeta ensuite dans la direction de la brune à côté de sa table. Sans la viser, évidemment, il n'en était pas non plus rendu à ce point-là.


Dernière édition par Ralph le Dim 9 Juin 2013 - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Dim 9 Juin 2013 - 23:33




Ralph regarde dans le contour des fenêtres, et trouve :

« Une feuille cachée dans une cavité. »

18


Le XX/YY,

Aujourd'hui, j'ai parlé à Perrin. Peut-être n'aurai-je pas dû.

Il semblerait que les grilles du pensionnat soit vraiment scellées. Des élèves se sont plaints, et n'ont trouvé à leurs réclamations qu'une oreille sourde des propriétaires. Même si je suis personnellement toujours alité, l'épidémie a été rapidement et remarquablement maîtrisée et la plupart du pensionnat va bien, ce qui devrait donc lever la mise en quarantaine de l'établissement. Seulement, pour une raison inconnue, les propriétaires refusent de redonner accès à l'extérieur. Pour les premiers jours, je comprends bien qu'ils n'aient voulu prendre aucun risque, mais après trois semaines il n'y a vraiment plus de raison d'être inquiet (je dois bien être l'un des seuls à être resté à l'infirmerie pendant un mois... Je me rends compte que mon corps est décidément trop fragile et je me suis juré de faire un peu plus de sport une fois sorti !)...

J'en ai donc glissé un mot à Perrin lorsqu'il est venu m'examiner. J'ai pourtant fait preuve de toutes mes ressources d'orateur, et pourtant il en est rapidement venu à s'emporter, je ne comprends toujours pas pourquoi. Tout à coup, cette idée m'est venue en tête et je ne parviens pas à m'en défaire... Il serait possible que nous soyons actuellement retenus prisonniers.

Au premier abord, c'est ridicule. Si je pouvais, je me rirai au nez. Mais les témoignages des camarades qui me rendent visite ne peuvent m'empêcher de confirmer peu à peu cette étrange conclusion : les cours ont repris mais à un rythme allégé, et des autres professeurs, seule Miss Jones est revenue pour se disputer avec Christian et Perrin, puis disparaitre. Les Irvine continuent de dispenser leurs cours normalement mais éludent toute question concernant les prochaines vacances (et donc la possibilité pour certains de rentrer chez eux). Tout cela est vraiment inquiétant...




[ACTION 4/4]

Plus d'actions pour cette salle ! Bien joué à vous. \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Because Alice was a whore
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Sam 24 Aoû 2013 - 2:06



    Il ne daigna tout simplement pas me répondre, ce détail irritant s’évada néanmoins de mon esprit alors que je m’affairais à minimiser les deux points de douleurs nouveaux, cadeaux de la table. Le presque fantôme était désormais plus loin, il fouinait, sans doute dans l’espoir de trouver une autre page ; l’idée d'en trouver deux de suite dans des endroits si évidents s’affichaient comme impossible et à la limite stupide, quoi qu’il en soit, alors qu’il s’occupait près des rideaux, je m’étais déplacée un peu en direction de la page qui était sagement étendue sur la surface de la table, étirant le cou pour lire les lignes soigneusement tracées sur le frêle morceau de papier. Le contenu général de la page était plutôt inintéressant, il n'y avait rien que les quelques autres brides d’écrits m’étant tombés sous la main ne m’avaient pas dit, tout sauf « Perrin Irvine ». Son nom avait sans doute figuré sur d’autres pages déjà découvertes, mais je n’avais pas lues toutes cesdites pages, ce nom était donc tout nouveau. Une révélation. Aussi futile et minimal fusse-ce détail, c’était, ma foi, libérateur d’enfin connaitre le nom derrières les mystérieuses initiales qui étaient sur toutes les lèvres. P.I. , O.I. , C.I. , L.I. . Les autres noms figuraient peut-être sur les autres pages, il faudrait que je pense à aller voir. Où étaient-elles, déjà, ces pages trouvées? Ah oui. Dans le café tellement décoré de choses mignonnes et colorées qu’il en devenait glauque… Je n’étais jamais même entrée dans ce lieu, ayant préféré aller dans un endroit plus calme et sobre sitôt que j’en eus aperçus l’émanation lumineuse par au travers de la porte, il me semble toutefois que Mahaut y allait parfois pour prendre des nouvelles du pays malgré qu'elle était partagée entre son envie de sortir d’ici et sa peur de retrouver le monde extérieur et de ne pas être capable de s’y réadapter - la balance tombant plutôt vers la deuxième option - je crois bien qu’elle doit tout de même se tenir au courant de ce genre de chose, ainsi peut-être pourrais-je querir des informations fiables auprès de sa personne.

    Je regardais pensivement la feuille désormais démystifier lorsque que la boule de papier atterrit, comme par magie, sur la même table, venant frôler ma main qui y était appuyée. Je l’observai avec surprise, les yeux arrondis par cette apparition inattendue. Je la dépliai délicatement, l’étendant près de l’autre, mais face à moi, cette fois, afin d’en faciliter le survol. Elle s’avéra être bien plus intéressante que la première. C’était le cœur du problème : le moment où la séquestration débuta. À cause d’une épidémie quelconque, semblerait-il.

    D’autre part, le fait que mon nouvel ami ait froissé et lancé cette page sans visiblement la lire répondait en quelque sorte à la question auquel il n’avait pas répondu : il n’avait pas nécessairement envie de sortir ou de trouver des pages. Il me semblait pourtant l’avoir entendu dire qu’il cherchait, mais a bien y repenser, il avait seulement mentionné que beaucoup de gens étaient en pleine recherche. Néanmoins, il était visiblement bel et bien en train de chercher quelque chose, mais peut-être n’était-ce pas des pages ? So… what now ?



Ou l'art de prendre mille ans à pondre un truc très nul.


Dernière édition par Alea Miller le Lun 25 Nov 2013 - 4:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(sauce BBQ ouais)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Expédier ad patres.
• AEA : Son paquet de clopes. Ou le chat mouillé avec des ailes, à voir.
• Petit(e) ami(e) : Hans. Leurs QI se répondent.

RP en cours : Turn left and then straight to the grave.

Messages : 653
Inscrit le : 08/08/2010

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Ven 20 Sep 2013 - 20:22

    Ce fut d'un air sombre voire même mauvais que Ralph regarda la fille aux cheveux noirs ramasser la feuille. Elle l'agaçait. À se soucier de ce bout de papier inutile quand elle prétendait ne pas spécialement vouloir partir d'ici. À avoir été sur son chemin quand il s'apprêtait à faire la peau à Liam. À être encore là d'ailleurs, à dire des choses qui ne prenaient pas de sens pour lui, et même à se taire. Sa simple présence lui mettait les nerfs à vif.
    Tout à coup, le crissement nerveux du papier qu'elle défroissait sans rien dire ripait sur ses nerfs comme une scie à os mal réglée. Même les brèves secousses sonores infligées par sa respiration aux tympans du jeune homme lui faisait trembler les doigts d'agacement.
    Tue-la.
    Pourquoi elle restait, déjà ? Quel besoin elle avait de rester dans son entourage, comme ça ? Il n'était pas sympathique. Il n'avait ouvertement pas envie de lui parler, de faire quoi que ce soit avec elle. Pourquoi elle partait pas, hein.
    Elle te bouffe ton air, elle envahit ton espace, elle est noire et blanche, tu la connais pas , tu l'aimes pas, tue-la.
    Kill, kill, kill, c'est un mot que tu connais. C'est le seul mot que tu connais. Tu connais ? Tu connais, tu la veux, tu le veux plus que ça encore. Ce qui coule dans ses veines et dans sa gorge, l'obscurcissement de ses yeux. Les battements de son coeur te rendent sourd, ils te coupent le souffle, tu oublies de respirer, tue-la.
    Tu vas être malade, Ralph. Tue-la.
    Le jeune homme se rendit compte que ses mains étaient agitées d'un tremblement irrépressible. Il tenta en vain de délasser ses épaules puis, en désespoir de cause, plongea la main dans sa veste et en sortit une cigarette et un briquet. Allumer cette saleté lui fit bien croire qu'il allait y laisser des doigts.
    Lorsque finalement la braise s'alluma, inspirer cette foutue fumée dans ses poumons lui procura un vide temporaire.
    Temporaire. La regarder l'agaçait toujours. Il se sentait l'envie de grogner sans raison, sans paroles, juste pour la faire dégager de là. Le besoin de faire quelque chose, de ne pas rester là, immobile. Mais s'enfuir, c'était hors de question. Il ne se sentait pas programmé pour.
    Finalement, le jeune homme souffla un filet de fumée entre ses lèvres blêmes et se dirigea vers la brune d'un pas souple, avant de poser sans délicatesse une main à plat sur la table, à côté de sa hanche, l'acculant à moitié contre le bois.
    T'approche pas. C'est dangereux. Va-t-en. T'écoutes pas, hein, Ralph ?

      « Ça t'intéresse quand même, hein ? Même si tu dis que tu t'en fous. » Sa voix avait les accents de l'insolence et de la moquerie, tout comme son oeil jaune. La cigarette revint à ses lèvres. « T'es pas qu'un peu hypocrite, comme nana. »

    Les mots n'avaient pas d'importance, il ne les écoutait même pas, il s'en foutait. Mais ses yeux voulaient sa gorge, la vie qui y pulsait régulièrement ou non, l'écoulement rapide de son sang et ses veines battantes. Tout pour cacher cette envie de lui ouvrir les artères, de les faire sauter d'un coup d'ongle. Si elle vivait pour mentir et se cacher derrière sa fierté, ses paroles en l'air, pourquoi garder cette pulsation dans sa poitrine ? Tue-la, Ralph. Tu sais que tu le veux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Because Alice was a whore
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Loeva
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Hocus Pocus - Disons que je peux faire un peu de tout.
• AEA : Petit chat noir supposé etre mort calciné en 1692 répondant au nom de Cheshire.
• Petit(e) ami(e) : Officiellement, Baek In Ho. Mais en fait, je suis amoureuse d'une ombre.

RP en cours :

- Des camélias[...] (Helen Machiaviel)
- FLIP THE TABLE (Ralph)
- La désobligeance[...] (Zack Fea)


Messages : 394
Inscrit le : 03/07/2011

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Jeu 19 Déc 2013 - 21:28



    Je relis, je note mentalement et dans ma tête se dessine lentement l’histoire du pensionnat, de ma maison. Connaitre l’histoire d’un endroit lui donne du charme, que ce soit une bonne, une mauvaise, une belle ou une sombre histoire, le simple fait de la savoir donne une impression d’appartenance : c’est agréable de passer dans une pièce et de savoir, par exemple, d’où vient unetelle mystérieuse entaille qui aurait été faite bien avant notre arrivée, encore plus agréable encore de pouvoir l’expliquer à quelqu’un qui se poserait justement des questions à son sujet.

    Le clic caractéristique d’un briquet résonne dans la pièce puis l’odeur de la fumée se repend dans l’air. Je n’ai jamais vraiment aimé la cigarette, j’ai souvent feint de m’en étouffer, toute jeune, pour signaler à mes parents que je n’appréciais pas qu’ils fument devant moi, surtout dans la maison, mais au fond, la fumée de ne me dérangeait pas tellement. Dans une toute petite pièce mal aérée, ça aurait pu être une autre histoire, mais à vrai dire, dans cette grande salle vide, j’irais jusqu’à dire que l’odeur distante et atténuée avait même quelque chose d’agréable, un peu comme ces mauvaises chansons que l’on supporte avec nostalgie parce qu’on les aura tant de fois écoutées jadis avec quelqu’un que l’on appréciait.

    « Ça t'intéresse quand même, hein ? Même si tu dis que tu t'en fous. » Sourcils haussés, je le regarde avec une stupeur calme. « Eh bien, oui. » Répondis-je calmement, incertaine d’où il voulait en venir : bien évidemment que l’histoire du manoir m’intéressait, certes pas au point d’aller me salir les mains à chercher des pages dans des coins douteux : je ne suis pas pressée et je sais, de toute façon, que quelqu’un de désespéré le fera et sans doute bien mieux que moi . . . Mais une fois l’histoire déterrée et étendue sous mes yeux, bien entendu que j’y jette un œil, si ce n’est que par simple avidité intellectuelle.

    Autrement, à sa proximité nouvelle, à son haleine de cigarette me vient l’idée de mentionner que son approche soudaine était fortement déplacée, mais oh et puis bien, ça arrive à tout le monde de manquer d’inhibition de temps à autre. C’est plutôt les spasmes nerveux, sa respiration forte et sa fixation sur mon cou qui commence à me rendre dubitative. « T'es pas qu'un peu hypocrite, comme nana. » Froncement de sourcil. Il a une drôle de voix, sarcastique, moqueuse, un peu tremblante comme mue par une sorte excitation. OH, HE’S THAT KIND OF GUY. La pensée retentit dans ma tête. J’ouvre la bouche pour parler, mais en fait je ne sais pas quoi dire. Je commence à avoir l’habitude avec ce genre de prédateur. Non, je ne suis pas hypocrite. J’entends déjà les claquements de langue que Chess m’aurait faits. Oui, je le suis, comme tout le monde. terriblement vrai, mais je doute que ce soit approprié. Je le contemple donc, souffle retenu pour quelques secondes, puis je soupire et je me détends. Je prends mon aise : mes coudes trouvent la table, son rebord mes reins.

    « So what now ? » Parce que l’anglais, dans ma tête, c’est cool et blasé, beaucoup plus que ce que j’aurais pu sortir avec mon accent québécois. Je suis un peu nerveuse pour la suite de la confrontation, mais je n’ai pas peur : j’ai confiance en mon pouvoir.



J’ai découvert, le 24 novembre, que tu avais répondu. Honte sur ma tête.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(sauce BBQ ouais)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Expédier ad patres.
• AEA : Son paquet de clopes. Ou le chat mouillé avec des ailes, à voir.
• Petit(e) ami(e) : Hans. Leurs QI se répondent.

RP en cours : Turn left and then straight to the grave.

Messages : 653
Inscrit le : 08/08/2010

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    Mer 25 Déc 2013 - 23:39

    En fait, Ralph n'aimait pas spécialement l'odeur de la cigarette. Ça lui agressait la gorge et l'odorat, lui brûlait les bronches - ça le tirait du brouillard. Mauvais plan. Est-ce que ça le calmait, à côté de ça ? Pas sûr. Sinon les chaises autour de lui n'auraient pas frissonné de cette façon. 
    Repoussant la voix lancinante qui grinçait dans sa tête, le jeune homme se redressa et souffla sa fumée gorgée de rejets d'asphalte ailleurs que dans la figure de sa charmante interlocutrice. Ce qui aurait pu passer pour un geste bienséant et civilisé n'eut été le manque d'amabilité dans le regard qu'il portait sur elle. Ce qui l'emmerdait le plus, c'était qu'il pouvait être aussi désagréable qu'il voulait, au contraire des gens qui battaient prudemment en retraite de d'habitude, il avait droit à une peste entêtée qui campait sur ses positions et refusait de bouger d'un millimètre. Sciemment ou non, rien à foutre. Tout ce qu'il voulait c'était qu'elle dégage au plus vite. Être seul, ne pas avoir à composer avec ces autres individualités qui l'encombraient et qu'il ne savait pas gérer. Il était clair qu'on ne pouvait pas lui attribuer le prix des relations humaines ; peut-être la fille était-elle assez bête, ou assez sûre d'elle - ce qui revenait à peu près au même - pour ignorer sa mauvaise humeur et la potentielle menace qui en découlait. 
    Eh bien si c'était comme ça, il n'allait pas la décevoir non plus. En plus il commençait à avoir mal au pied, ce qui n'arrangeait rien à son humeur. 

      « What now. Well... »

    Sans le moindre signe avant-coureur, une chaise voltigea à travers la pièce et s'écrasa contre le mur en frôlant la brune au passage. Ralph souffla la fumée de sa clope en regardant devant lui d'un air inspiré qui donnait à son visage un tout autre aspect. 

      « Well, so. T'as peut-être pas pigé mais tu me gênes, là. Donc je t'invite à prendre ces bouts de papier et à te tirer en vitesse. Avant que je m'énerve et que tes bobos à la main deviennent le cadet de tes soucis. »

    Pour appuyer ses propos, la table sur laquelle s'appuyait la jeune femme se mît à tressauter frénétiquement lorsqu'il tourna vers elles un regard empreint de menace. 
    Il en avait rien à foutre que ce soit soudain, coupure dans le trame ou le scénario, manquement à tous les usages de courtoisie élémentaire. Lui c'était maintenant, et tout de suite, qu'il existait. Elle pareil. La courtoisie, on s'en tape. 



T'inquiète |D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: [RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph    

Revenir en haut Aller en bas
 

[RUDY] FLIP THE TABLE || Ralph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Salle à Manger-
Sauter vers: