AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coby Riggs - Le Barbu Etrange [ ENNND ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Zapii
-
0 / 1000 / 100

• AEA : MR.CHAT !
• Petit(e) ami(e) : Tout le monde ?

Messages : 51
Inscrit le : 11/03/2013

MessageSujet: Coby Riggs - Le Barbu Etrange [ ENNND ]   Lun 11 Mar 2013 - 18:09



*Coby Riggs


*nom – Riggs
*prénom – Coby
*âge – 18
*né le – 06/06/1994
?

Pouvoir
Contrôle de la pilosité faciale, chez lui et les autres. Il ne choisit pas toujours.

Alter Ego Astral
Sid. Sid il est étrange, bizarre. C'est une sorte de chat avec de la barbe qui se tient debout, il n'est pas particulièrement intelligent. Loin de là, il ne parle que rarement par rapport aux autre AEA. Les rares choses qu'il dit sont pourtant très intéressante. Il sait étrangement naviguer sur Internet. Fan de comics, de films geek ou encore du culture geek.

Passions
Coby aime bien le baskets, les filles. Il adore le folk,pop comme musique. A ce sujet, il sait jouer de la guitare. Coby adore la popularité ( Si, pour lui c'est une passion ).

N'aime pas / Phobies
Coby n'aime pas se faire insulter, ou même charrier. Il ne le supporte pas. Sinon il n'aime pas être seul aussi, c'est une de ces pire phobies.



« ESPACE LIBRE : CITATION, EXTRAIT DE CHANSON... OU A SUPPRIMER SI VOUS AVEZ PAS D'IDEE »

Histoire


RUN



1.Nous sommes en 1983. Un vieux dictaphone, une jeune femme affolé. Elle a le teint blafard, de long cheveux blonds mal coiffés et de grand yeux bleus affolés. Elle donne pitié, on voudrait l'aider. On ne peut pourtant rien faire. La jeune femme pose le dictaphone sur une commode, elle y met une cassette puis appuie sur un bouton. Elle jette un coup d'oeil aux alentours. Elle est dans une petite pièce, les murs blancs et sales. Il n y a qu'une chaise, un bureau, une commode, un lit qui grince et une grande armoire. Elle place la chaise devant la commode. Ses yeux fixent le dictaphone, elle a l'air d'y placer tant d'espoir. Ses phalanges se serrent sur ses fines cuisses. Encore un coup d'oeil ,elle ouvre la bouche. Des bruit de pas, silence. Puis enfin elle parle. Une voix douce mais à la fois élancée remplit la petite pièce.

« Je suis surveillée, je le sens. Ce n'est plus la même chose, la scientologie a bien changé. Je suis dans leur locaux, ce grand village. Le Foyer comme ils disent, mais je ne suis plus chez moi, ce n'est plus ma maison. Je n'ais plus vu Ben depuis si longtemps ... Certain disent qu'il est parti. Ils ne veulent pas que je l'appelle, ils ne veulent pas que j'aille sur l'ordinateur. Je n'ai pas le droit, ils ont peur. Ils ont peur que je découvre la vérité sur tout ce qui se passe, sur tout ce qu'on dit. J'ai un grade assez haut, ils ne peuvent pas se permettre de me perdre. Ben lui n'était qu'un prêcheur, il vendait tout ce qui se passait là, tout ces mensonges, toutes ces prières. »

Encore un coup d'oeil, elle respire bruyamment et a l'air affolée.

« Je ne sais pas à qui est destiné cette cassette, je ne sais pas son utilité mais j'espère qu'ils ne la trouveront pas. Je n'avais qu'une seule cassette, celle de ma musique préférée. J'ai du enregistrer dessus. Je ne sais pas si je dois partir. Si je pars je perds mes amis, les seuls que je connais et tout ce que j'ai fait avant et... Mon fils. Je vomis trop souvent ces derniers temps depuis 3 mois. Depuis que j'ai eu des rapports avec Ben, je prends du poids mais les autres me croient juste gourmande. Non, j'ai juste des chances d'être enceintes. Je vais acheter discrètement un test demain. »





2. Elle est en larme. Son état a empiré, elle est devenue maigre, fragile. Ses cheveux sont ternes, sa peau pâle et il y a ce ventre. Ce ventre rond qui porte la vie. Elle est en larme assise sur une petite chaise. Ceci n'est pas sa chambre. C'est un grand bureau, spacieux, large et magnifique contrairement à sa chambre les murs sont ornés d'un joli papier peint à motif chic, le bureau est en vrai bois et dessus orne un téléphone assez joli. Il y a une grande chaise roulette, un homme aux cheveux noirs, à la carrure imposante et plutôt jeune est assis dessus. Il sourit, il a ce genre de sourire qui ressemble à une lame de rasoir, il a des yeux pleins de malice. Il observe cette femme en face de lui, il apprécie cette femme en larme en face de lui, il jouit de sa tristesse. Tandis que la femme pleure sans cesse, il lui parle.

« Ce Ben est parti avec Barbara, votre meilleure amie. Je comprends votre déception, c'est tout à fait normal. Ben est un être immonde et immorale pour vous avoir ainsi engrosser. Vous êtes une jeune et intelligente femme et vous avez tout votre avenir. Vous ne devez pas garder cet enfant, il est la progéniture d'un être horrible. Seulement il est trop tard pour avorter et je ne peux pas faire grand chose, cet enfant est né avant un quelconque mariage. Et même moi, le directeur de votre section je suis assez inutile. Seulement, je vous aime bien depuis que je vous ai vue. Il y a au Foyer une vieille dame, une ancienne grande scientologue qui a déjà un enfant dans le même cas, âgé de 2 ans. Je pense que cette dame acceptera votre enfant si on lui épargne les détails. J'accepte de vous faire cette faveur à une seule condition. J'ai eu de la chance en ayant ce grade, chef d'une section entière du Foyer est un bon métier mais je n'ai pas de temps pour moi. Mais si sa ne vous dérangerait pas, comme je vous ai dis avant je vous aime bien voir plus que bien. J'aimerais que nous ayons une relations. Pour sa vous devez vous débarrasser de cet enfant. »

La jeune femme acquiesça, elle pleurait toujours. Ses mains tenaient fermement ce ventre, ce ventre qui portait la vie.




3. C'était un garçon, un jeune garçon. Le nourrisson était emmitouflés dans du linge fin. Dès la sortie de l'hôpital on l'arracha des bras de sa mère. Il ne la reverrait plus jamais. Il ne verrait plus jamais cet mère aux airs maladif, cet femme autrefois belle et insouciante. Un homme a la cinquantaine, le crane dégarnis pris l'enfant. Il l'emmena dans une veille cabriolet. L'enfant fut installé dans un siège et la voiture partit aussitôt. Un doux ronronnement en sortit. La voiture longeait les rues à toute vitesse. Elle ne s'arrêta pas au Foyer, la vieille dame etait justement trop vieille et la Scientologie n'avait plus besoin d'elle. La voiture continua jusqu'à une petite ville de campagne puis jusqu'à la rue résidentielle de Palm Street. Palm Street était une jolie rue résidentiel paisible et confortable où il faisait bon vivre. La cabriolet s'arrêta à une joli maison peinte en verte. Au pas de la porte il y avait une assez vieille dame qui devait avoir la soixantaine avec à ses pieds un enfant de deux ans. L'enfant ne cessait pas de tirer la jupe de la dame en la regardant d'un air curieux. L'homme sortit de sa voiture et sortit le bébé. Celui-ci fut déposé dans les bras frêles de la vieille dame. L'enfant sourit alors à la vue du nourisson et cessa d'embêter la dame. Celle-ci regarda le nouveau venu et annonça à voix haute :

« C'est un nouveau venu, on va l'appeler Coby. »


ME

4. Je n'avais que 2 ans et Westley en avait 4. Je me souviens de cet époque où rien ne nous dérangeait, où nous n'allions pratiquement jamais à la maternelle. La ville était entourée d'une grande forêt où nous partions tout le temps. Nous déjeunions les sandwichs de notre tante tout en sirotant le jus d'orange du fermer qui habitait non loin. Je le dis encore, je n'ai jamais goûter de jus d'orange aussi bon que celui-ci, ou peut-être était ce juste la situation qui le rendait merveilleux. Nous avions aussi découvert un petit lac où nous nous baignons pendant l'été et où nous pêchions des poissons à la main en automne. Parfois nous arrivions à en pêcher et nous les ramenions à notre tante. Celle-ci les cuisinait souvent pour nous faire plaisir même si la pêche était très maigre.

5. Un jour alors que nous devions respectivement être dans nos classes de maternelle, j'avais 3 ans et j'avais réussi à passer à l'année suivante tandis que Westley lui s'en était mal sorti et avait redoublé. Nous avions encore séché une journée et nous étions parties assez loin. Il y avait un petit courant et Westley pour rigoler est passer de l'autre côté. J'avais donc essayer de le rejoindre mais mon pied avait ripé contre une pierre lisse et je suis tombé, mon bras s'est casser et je crias à Westley de m'aider. J'ai eu du mal à me relever et j'ai failli descendre avec le courant. Je suis aller à l’hôpital et j'ai eu une raison de rater les cours. En revenant dans ma classe j'avais impressionné mes camarades et mon plâtre avait plein de petit dessin. Tandis que les filles trouvaient sa viril et je me suis mariée avec une dans le fond de la cour. Alors une autre m'a avoué son amour pendant la cérémonie et m'a donner un dessin. Déjà un grand séducteur dans l'âme.

6. C'était la dernière année de maternelle. Westley était passé en primaire et il était difficile de le voir et surtout pour lui de sécher les cours. Je restais donc en cour, je n'avais aucun problème et tout se passait bien. Peut-être était-ce les moments tranquilles de ma vie, ceux que je n'avais pas à regretter. J'étais heureux. J'étais assez populaire. Vu ma grande taille on me choisissait souvent aux baskets. Je n'ai pas grand chose à dire sur ces dernière années de maternelle.

7. Nous vivions dans une petite ville, ne comportant qu'une maternelle, qu'un lycée et qu'un primaire. Nous avions une seule classe par année du fait que la vile ne soit pas vraiment peuplée, c'était plus une résidence où vivaient les retraités et les pleins aux as travaillant chez eux. Nous étions donc toujours avec les mêmes personnes. Alors cette année là, quand une nouvelle fille venue dans notre classe au 1th grade nous étions vraiment heureux. C'était une fille Ella. Elle n'avait ni père, ni mère et vivait chez sa tante Moly. J'ai su plus tard la triste vérité. Je vous la raconterais au moment venue. Revenons en à Ella, sa tante avait emménager juste à côté de chez nous. Nous partions donc avec elle tout les matins et du à son côté garçon manqué elle s'est vite intégré au groupe. Westley l'aimait bien et moi aussi, nous l'emmenions avec nous pendant nos longues balades en forêt et parfois à la pêche

8. Nous étions petits ... Qu'est ce que je peux bien vous raconter ? C'est triste mais vrai, on ne fait rien petit. Je peux toujours vous raconter quelques bons souvenirs. Un jour, j'ai attrapé un super gros poisson. On l'a ramené à l'école et on l'a griller avec un feu aux bois et on y a chauffer des chamallows aussi. C'était super cool ! Sinon à la Saint Valentin, j'ai été le Valentin à un tas de fille ! Mais ma Valentine reste Ella pendant toutes ces années. Sinon ... Que dire ? Pendant le primaire, quelques voleurs, mafieux et brigands en tout genre se sont installés dans la ville. Tout simplement parce que il n'y avait qu'une route qui menait à la ville, sinon on était obligé de passer par la forêt. C'était donc assez pratique, on voyait souvent 2 ou 3 gars traîner sur la route. Westley, plus âgé que moi, m'avait raconté que c'était le gang de l'Horloger, un gang rival avec celui de Candle, un gang d'une grande ville. Je n'y comprenais pas grand chose mais Westley disait que c'était cool alors je faisais semblant de m'y intéresser.

9. J'avais désormais 15 ans. J'étais populaire, on m'aimait. J'étais le gars cool. J'étais celui qui rigolait avec les filles, qui les embêtait, qui les écoutait. J'étais le gars qui connaissait Westley, l'autre gars cool. J'étais celui qui jouait bien au basket, qui était grand et pas mal. On m'aimait et moi au final j'aimais être aimer. J'aimé me sentir aimer, j'aime me sentir désirer et jalouser. C'était peut-être puéril ... Je faisais moins attention à Ella, à Westley et surtout à ma mère adoptive, elle qui se faisait vieille. J'avais appris qu'Ella avait des parents et que un était toujours vivant. Sa mère est morte à ses 2 ans et son père, Rey, ne voulait pas d'elle car elle était issue d'une relation interdite. Elle l'avait appris il n y a pas longtemps et je n'ai pas été avec elle pour la soutenir. Westley non plus. L'un des membres de notre groupe se trouvait seule. Elle m'avait raconté qu'à ce moment là elle aurait aimé me voir au lieu d'être seule. Je n'ai compris que bien plus tard pourquoi elle voulait me voir moi.

10. J'avais et j'ai toujours un égoïsme surdimensionné. C'est assez horrible. La seule personne pour qui je pouvais faire n'importe quoi était Ella. Je le savais depuis la 1th, je l'aimais. Seulement, je ne lui ai jamais dis. J'avais toujours 15 ans et des rumeurs couraient. Westley aimait Ella, j'aimais Ella ou encore Ella ne savait pas qui choisir. Ses rumeurs étaient normales, c'est étrange de voir 2 gars rentrés avec 1 fille tout les soir et rigolaient ensemble. Cependant, elles restaient infondés. Westley n'aimait pas Ella, Westley était incapable d'aimer une fille. La seule femme qu'il ai aimé était notre mère, mère qui se faisait fragile. Westley est encore plus égoïste que moi, ce qui est épouvantable. Les rumeurs couraient donc et j'étais incapable de les arrêter.

11. C'était la fin de notre année, et pour fêter notre passage au lycée un gars avait organisé un fête avec quelques lycéens. J'avais été invité avec Ella et Westley. Il faisait chaud, cet été là, tout le monde s'était ramené en jean, en t-shirt, en short ou encore en robe. La fête avait commencé et un lycéen avait ramené de l'alcool. Pour se marrer on a tous bu. La vrai fête commença.

PARTY

12. J'étais soûl, je rigolais sans arrêt. Tout le monde disait n’importe quoi. Un tas de gobelets rouges partout, un dans ma main. Je le bois. Un lycéen arrive, me voit et me propose une pilule. De la bonne, qui disait. J'ai accepté. Elle était vraiment bonne parce que cette soirée a été du grand n’importe quoi. Il y avait UN BRUIT HORRIBLE dans mes oreilles. Tandis que tout le monde rit, j'essaye de me frayer un chemin. Je tombe, les genoux sur le sol. Je lève la tête, je vois Ella en train d'embrasser Westley et ils se dirigent vers une chambre. J'essaye de me relever, j'essaye de les rattraper mais il est trop tard. Westley rentre, Ella se prépare à rentrer. Elle m'aperçoit, défaitiste sur le sol, elle me lance un regard stupéfait et se retourne sans rien dire pour rejoindre Westley. Je me relève, j'essaye de me frayer un chemin dans ce couloir si étroit pour pouvoir accéder à la chambre mais il est trop tard. Je ne peux pas, je ne peux pas rattraper Ella. Alors je lui rendrais la pareille, je leur rendrai la pareille. Westley, Ella soit disant des amis. Juste des lâches, juste des lâches comme les autres.

13. Toujours à la fête. Je vois une fille, en train de rire. Robe courte, formes attirantes. Il y a des rumeurs qui disent qu'elle m'aime. Je la rejoins, on rigole. Elle aussi a pris une pilule. On dit n'importe quoi, la musique nous tambourine dans les oreilles. On se déhanche, on rit, on s'amuse. On s'embrasse, on se câline, on va dans une chambre. Moi aussi je fais ce que je veux, moi aussi je m'amuse.

14. Je me trimbale la fille, la soirée n'est pas finie. On sort de la chambre comme si de rien n'était. On peut toujours s'amuser. Je ris, ma main se pose sur fesses. Elle glousse. La musique est toujours aussi forte, des gens entre temps se sont ramenés. Une grosse fête, les lycéens sont là. Des cigarettes, quelques pilules, quelques drogues, de l'alcool, la plus grosse fête jamais faîtes. La fille me lâche, elle se dirige vers un lycéen. Il devait être minuit. Les gens se lâchaient, les gens faisaient n'importe quoi. Je rigole, j'aperçois Ella en larmes. Elle me voit, je la voit, je rigole. Salope. Westley est incapable d'aimer et tu le savais, alors pourquoi as-tu fais ça ? Je la pointe du doigt et je crie : La salope de service s'est fait lâché. Les autres rient et répètent la même phrase, ils se moquent. Ella en pleur s'en va en courant de la fête. Elle l'a mérité. Je me dirige vers une lycéenne, avec elle aussi on s'échangera nos salives.


AFTER THE PARTY

15. J'étais dans mon lit, c'était déjà un exploit. J'avais la gueule de bois, je suis descendue, il y avait une bouteille de lait. J'ai bu à la bouteille. Westley n'était pas là, heureusement. Je suis sortie en slip dehors, j'ai pris la bouteille de lait quotidienne et le journal quotidien. J'ai pu apercevoir Ella en pyjama, les joues remplies de maquillage coulé. Elle m'a lancé un regard noir, j'ai ri. Sa faisait mal pourtant.

16. « Pourquoi tu m'a fais sa Coby ?
- Faire quoi ? Tu m'avais vu non sur le sol ? Tu avais vu mon regard et tu avais compris ? Pourtant tu es bien rentré dans cette chambre avec Westley.
- Mais ...
- Non, y a rien à dire. Tu t'es retourné sans rien dire, tu es partie. C'est ta décision et sache que maintenant tu vas finir seule, seule.
»

17. Je suis rentré chez moi. Westley n'était pas là et ma mère était partie faire les courses habituelles. Je suis resté pour ma mère, je serais facilement parti de ce trou paumé sinon. J'observais toute ces photos. Westley et moi en train de pêcher. Ella, moi et Westley avec mon gros poisson. Moi avec mon plâtre et Westley qui rigole à côté. C'est alors que je compris que désormais moi aussi j'étais seul. La porte s'ouvrit, Westley entra et m'aperçut. Je me mis à crier, j'étais seul. Je me mis à courir vers lui, les larmes dans les yeux. Sans toi ni elle. Mes poings s'abattirent sur lui tel la punition finale. Je criais, je criais tandis que mes poings s'abattaient. J'étais seul, sans toi, ni elle, seul désormais car c'est vous que j'aime. Ce sont vous les êtres cruels de l'histoire. Lorsque mes poings se relevèrent, je vis le visage tuméfié de Westley et une larme qui coulait. Désolé Coby, désolé. Je me relevais, les mains tâchés de sang. J'ai crier, ce cri strident. Il s'est relevé aussi et m'a regardé. Coby, désolé. Je suis si désolé. Coby ? Pardonne moi s'il te plaît, répond moi. Je ne lui ai pas répondu, je suis sorti et je suis parti. Je suis allé au lac, au lac où nous allions si souvent et j'ai passé la nuit là-bas à la belle étoile.

ALONE

18. J'avais 16 ans, j'étais au lycée. Je vivais encore chez moi mais c'était pas pour longtemps. Westley et moi ne nous parlions plus, je ne le haïssais pas mais je ne le supportais pas non plus. Ella avait fini seule comme je l'avais dis, sans aucun ami. Moi je restais le gars populaire et que tout le monde aime. Désormais j'étais aussi le séducteur invétéré. Westley ramenait des filles à la maison, moi aussi. Mère n'était plus là, elle était à l’hôpital Westley et moi partions souvent la voir. Elle est morte quelques jours avant mon anniversaire. J'ai pris l'argent. Westley a gardé un peu d'argent et la maison. Notre mère avait beaucoup d'argent mais elle savait qu'elle nous quittera tôt vu son âge alors elle l'a mis sur un compte.

19. J'avais une voiture, une valise remplie d'affaire et je voulais partir, juste partir. Des gens sont venues me dire au revoir. Je les ais tous salué, ils sot partis, j'ai démarré la voiture et en partant j'ai pu voir Ella en train de pleurer dans mon rétroviseur. Je n'ai rien dis, j'ai continué sans m'arrêter. Une fois arrivé sur la route, les 2 ou 3 gars qui la surveillaient m'ont interpellés. Eh, toi, si tu veux y a toujours du boulot à la ville. T'a l'air d'un bon gars si sa t’intéresse appelle nous, on te donnera un rendez-vous avec notre chef. J'ai continué, j'ai mis le papier dans un tiroir de ma voiture et je me suis barré. J'ai toujours aimé la chaleur alors je suis partir au sud. Direction Los Angeles et ses pin-up.


AFTER THE SHADOWS, LIGHT

20. 17 ans. J'étais coincé. La chambre d'un hôtel de riche. Une femme nue sous la couette, moi debout fumant une cigarette. J'en pouvais plus, qu'est-ce que je foutais au juste ? Plus que 100$, obliger de dormir chez celle que j'avais séduite. Sans domicile fixe. Il faisait si chaud, j'étouffais. Plus je pensais au fait que j'étais seul et sans fric, lus j'étouffais. J'ai posé la cigarette sur le sol. Une fumée odieuse s'en dégageait. Depuis quand je fume déjà ? Ah oui, depuis mon arrivée. Vie de merde. On étouffe ici. J'en peux plus. Je recule, je prend de l'élan et je saute. Je brise la grande baie vitrée du quatrième étage sur mon passage. La fenêtre éclate. Je respire cet air frais, cet air de liberté. Je suis libre. Lentement je retombe, l'air me parcourant le visage, me fouettant les cheveux. Je tombe. Si je vais mourir ? J'en sais rien, je vole. Même si je retombe. Je m'approche du sol et alors je sens l'eau. Une piscine. Tout habillé je tombe dans la piscine. Mes habits flottent, mon pied touche le sol. J'essaye de remonter et alors je le sens, cet air frais de renouveau.

21. J'ai appelé le numéro du gars. A 3.00 AM, à un bar du coin. J'y suis allé, on m'a demander mon nom. Coby. Il m'a conduit à une grande arrière salle du bar . Quelques gens jouaient aux cartes, d'autres discutaient et la plupart fumaient. Une épaisse fumée noirâtre planait, si épaisse qu'on avait du mal à distinguer les formes aux alentours. Puis une personne vint me chercher, elle m'emmena à l'étage. Il y avait quelques personnes puis un grand fauteuil rouge. Il était là assis sur son siège, l'Horloger. La légende était vraie. C'était un mafieux assez connu pour des grosses arnaques en tout genre. Jamais incarcérée pour ces crimes sauf lors d'une fusillade entre son gang et celui de Candle. Il était là dans son costume classe, ses doigts pianotant sur le bureau en bois massif.. Assis-toi. Je m'assis donc sur la pauvre chaise en face du bureau.

22. « - Bonjour. Quelle est la raison de ta venue.
- Je cherche du fric rapidement.
- Un job ?
- Non, rapidement.
- Tu sais ce que tu veux toi ... Ok, je te le propose parce que t'a l'air bien. Un braquage de banque, t'en fais un facilement. Sa fait beaucoup de fric, on se fait pas toujours chopé. Faut juste ne pas en faire beaucoup.
- Ok.
- C'est bien, on t'apprendra à distinguer les billets, on te prête une bonne bécane et un pistolet puis tu nous donne 25% du butin. Rendez-vous demain pour te préparer. La semaine prochaine tu seras à la plage avec tout ton fric et meufs.
»

23. J'avais un pistolet dans mon sac à dos, ma bécane était juste en face de la porte. J'ai gueulé, j'ai eu le fric. C'était du vrai. La police est arrivé, j'avais un circuit à suivre sur ma moto mais j'avais pas envie de leur donner le fric. Alors je me suis rappeler que le gang de l'Horloger avait aucun droit dans le Mexique car la fusillade a eu lieu là-bas. J'ai coupé la police par la forêt. Les voitures ne pouvaient pas y aller et même si elle réussissaient, elle étaient incapable de me dépasser. Alors j'ai continué, rapidement. J'ai réussi à m'enfuir et je suis encore plus vers le Sud. Direction le Mexique.

FALSE

24. Une fausse femme qui travaille dans le club de striptease du coin. Moi j'avais 18 ans, j'avais encore plein de fric. On m'avait toujours pas chopé. J'avais une belle maison à Rio. Je roulais quelques joints avec des potes mexicains, je faisais la fête, je buvais et je couchais à tout va. Rio m'avait énerver et lasser, je voulais retourne en Amérique. J'ai pris ma bécane repeinte entre temps, je suis partie vers le Nord. Seulement une moto c'est pas pratique alors j'ai du demander l'hospitalité. Il y avait cette grand bâtisse, seulement pour une nuit.
Alors la grande porte s'ouvrit et je fus enfermé.


Caractère


Coby c'est un gars sympa, assez cool parfois ronchon. Il aime pratiquement tout le monde, il est vraiment sociable. Il adore avoir des amis et ne supporte pas vraiment la solitude. C'est aussi un séducteur qui ne supporte pas l'être. Il garde un respect envers les femmes qu'il a " séduites " et envers de nombreuses femme mais reste inapte à avoir une relation normale. Ce gars est aussi égoïste, vraiment égoïste. Il ne supporte pas qu'on lui dise ses défauts, qu'on l'insulte. Il est normal mais une fois vexé il peut devenir fou, incapable de rester calme. Dans ces cas là il use de ses poings.


Physique


Il est grand. Il doit atteindre les 1m90 ou 2m. Il a une barbe de quelques de jours. Sur sa tête il y a de beaux cheveux bruns mi-longs un peu bouclé. On pourrait limite lui faire des couettes. Coby est assez maigre, normal vu sa taille. Il a beau mangé toute sorte de nourriture horrible et pleine de calorie ( pour vous dire il a déjà mangé à Heart Attack Grill ). Il reste comme même assez musclé. Sinon ... Son visage est plutôt fin, malgré sa il a des joues un peux joufflue. Il a aussi des lèvres ni fines ni pulpeuses, un nez comme les autres et des yeux bleus parsemés de longs cils.
Ah, sinon il aime les jeans, les t-shirts les blousons, les sweats. Il est plutôt sobre.




Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ?code okay (by kog)
Où avez vous trouvé ce forum ? Dans mon paquet de céréale.
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? BWAH
♦ ...Dans ce forum ? BWAAAAAH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Zapii
-
0 / 1000 / 100

• AEA : MR.CHAT !
• Petit(e) ami(e) : Tout le monde ?

Messages : 51
Inscrit le : 11/03/2013

MessageSujet: Re: Coby Riggs - Le Barbu Etrange [ ENNND ]   Lun 29 Avr 2013 - 17:57

J'AI FINI ♥
Maintenant je peux prendre mon goûter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delicate Boy
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Nii' / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Ressentir les émotions des autres.
• AEA : Bilboquet. L'escargot. Le meilleur. Le plus rose.
• Petit(e) ami(e) : Iwa coeur coeur love ♥ (Mais il n'oublie pas Soren.)

RP en cours : Dysphorie en Euphorie.

Messages : 867
Inscrit le : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Coby Riggs - Le Barbu Etrange [ ENNND ]   Jeu 2 Mai 2013 - 14:18

Hey ~

Bon, j'ai tout lu et je ne crois pas avoir vu de point qui pose problème. Les descriptions sont courtes, mais suffisantes, donc ça passe. ♥

Il faudra juste que tu fasses attention aux sa/ça, er/é et tout ce qui s'ensuit. Comme tu le sais déjà et que ce n'est pas ton premier compte, de toute façon, je ne pense pas que ce soit un soucis énorme. Au cas où, je laisse ouvert.

Donc, le grand Coby barbu/moustachu est validé ! Tu connais la chanson, maintenant, doc hop :

Faire recenser ton pouvoir
Demander une chambre

Et amuse toi bien ! \o/



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« I'm in the basement, you're in the sky ;
I'm in the basement baby, drop on by.

Hold your breath and count to ten
And fall apart and start again -
Hold your breath and count to ten,
Start again, start again... »

Voilà mon cœur ; prudence en sortant :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Coby Riggs - Le Barbu Etrange [ ENNND ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Coby Riggs - Le Barbu Etrange [ ENNND ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches acceptées-
Sauter vers: