AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plumes et Aventure. { Libre }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Plumes et Aventure. { Libre }    Lun 22 Avr 2013 - 19:14

Il y avait à peine quelques secondes, Lukas était tout nerveux sur le lit de Maely ... à présent, il était tout nerveux dans une large prairie. Lorsque l’appareil s’était mis en marche, avant qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit, son esprit sombra dans les ténèbres. Il n’avait pas eu mal, le jeune homme se sentait d’ailleurs plutôt bien … De ses neurones ne se dégageait pas une odeur de viande grillée, c’était déjà un bon signe.
Lorsque le voile sombre se leva sur la scène, Lukas resta immobile quelques instants. Une douce brise caressait son visage et les mèches pâles de sa frange lui chatouillaient le front. Instinctivement, il se demanda à haute voix où il avait atterri … pour se rendre compte que sa voix avait changé. Plus féminine. Sa main qui s’approcha de sa bouche était, elle aussi, plus fine que d’habitude. Bien entendu, le jeune homme savait à l’avance que ça allait arriver … mais il ne pouvait absolument pas s’empêcher d’être surpris. Pendant au moins une quinzaine de minutes, il s’inspecta des pieds à la tête en passant par les ailes, jouant avec les hauteurs de sa voix cristalline. L’usage de ses nouveaux membres semblait tellement naturel ! Comme s’il avait toujours eu ces grands machins lui sortant des fesses. Lukas s’amusait à les ouvrir et les fermer ; ce aussi facilement que n’importe quel gamin ouvrant et fermant son poing.

Après s’être découvert, la Walkyrie se rappela les paroles de sa sœur. Elle lui avait expliqué certaines choses sur des soit disant Péhainejie, un certain système de quête, les quelques lieux qu’il allait sans aucun doute trouver sur son chemin, les commandes et, surtout, le menu …
Commençons par là. Lukas se concentra et lança « Menu ! », faisant alors apparaître une interface semi transparente dans le vide où des chiffres et divers onglets se baladaient. C’était là qu’il pourrait, après sa balade, demander à sortir du jeu en appuyant sur "Quitter". Entre autre, il avait accès à des statistiques, son inventaire … Cependant, c’était vraiment trop compliqué. Il ne tenta même pas de lire. Au hasard, le jeune homme tenta quelque chose en appuyant sur un carré qui clignotait … ce qui matérialisa une lance. Certainement l’arme dont Maely avait parlé … Afin d’éviter de faire d’autre bêtise qu’il, de toute façon, ne pourrait pas remettre en place, Lukas ferma prestement le menu et se décida à s’intéresser à ce nouveau monde qui l’entourait.
Qui aurait pu dire, en voyant tout ça, que c’était virtuel ? Les odeurs, la lumière, les sensations de chaleurs et de vent … Tout semblait tellement réel. Autour de la Walkyrie s’étendaient de larges plaines où es hautes herbes se balançaient tranquillement. Des silhouettes de forêt pouvaient tout de même être discernées au loin et des montagnes coupaient le ciel bleu. Pas de village en vue ou d’autre signe de vie. Le jeune homme se dit alors qu’il serait peut-être temps de commencer le baptême du ciel … Sa sœur lui avait dit que pour produire des techniques de combat ou autre, il fallait d’abord avoir les parchemins correspondant (ou quelque chose comme ça) et ne plus avoir qu’à y penser pour que ça se fasse naturellement. Encore une fois, il était sceptique, mais qu’importe. Bref, normalement elle avait le parchemin de vol. Comme tout à l’heure, Lukas ouvrit ses ailes en grand, mais à présent dans l’optique de prendre son envol !
Il n’eut pas le temps de faire ouf que ses puissants membres à plumes l’amenèrent à quelques mètres du sol. Incroyable. Juste incroyable. Les débuts furent maladroits, mais assez vite Lukas réussit à dompter le vent et à se déplacer tranquillement. Sa destination ? Il ne le savait pas encore. Mais ça n’allait pas tarder.

C’était vraiment étrange tout de même, que Lukas n’ait croisé personne. Il se serait attendu à des villages, des créatures bizarres de type licorne ou il ne savait pas trop quoi … Ne serait-ce qu’un lac, en fait. Rien de rien. Son Oncle n’avait quand même pas mis en place de grands espaces verts pour faire plus normal et faire marcher les joueurs ? Comme une simulation de randonnée ? Bon, après il y a peut-être des gens qui aiment ça, justement …
Le temps passait et la forêt se faisait de plus en plus proche. Contre toute attente, l’ombre d’une bâtisse commençait à se détacher du décor. Enfin quelque chose ! La Walkyrie chercha un endroit propice à l’atterrissage et l’orchestra le plus élégamment possible. Lukas était fier de ses talents sans penser que c’était sans doute le parchemin qui les lui donnait, justement. Bref, curieux, il s’approcha de ce qui semblait être un manoir de livre d’horreur. Il ne manquait plus que les hurlements de loup, la pluie et l’orage. Faute d’autre endroit intéressant à avoir croisé, le jeune homme passa la porte. De toute façon, pourquoi s’inquiéter ? Ce n’était qu’un jeu.

Les talons d’acier de la Walkyrie firent craquer le bois sous leur poids. La porte se ferma dans un discret grincement alors que des yeux bleus se baladaient. L’ambiance, tout comme l’atmosphère, était différente à l’intérieur. En fin de compte, la bâtisse ne faisait plus tellement château hanté. Les décorations auraient pu être traitées d’élégante à une époque, le tapis rouge avait été témoin de nombreux déplacements et la cire des bougies semblait avoir commencé à fondre depuis peu. Cependant un point noir se présentait à ce décor … un étrange tableau en liège ou quelques documents étaient punaisées. Sans plus de suspens, Lukas commença à lire les messages à voix haute et pour lui-même.
Hm. Le jeune homme se dit que toutes ces informations étaient présentées de manière un peu floue. Il supposa qu’il venait de commencer une sorte de quête annexe, ou quelque chose de ce genre … Maely n’allait pas être contente, elle aurait sûrement préféré la faire elle-même. Le grand frère en lui espérait qu’elle pourrait recommencer sans problème … Ou alors il la commence un peu et laissera la main à sa petite sœur. Mine de rien, il était curieux de rencontrer un peu de vie ! Enfin, il voyait autre chose que de l’herbe. Alors, que faire pour commencer ?



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mar 23 Avr 2013 - 3:15

▬ Dans l'épisode précédent: Soyez heureux, mangez des haricots



A moitié accrochée au bras de son nouvel ami, Nikoleta jetait sans cesse des regards inquiets par dessus son épaule, et avait déjà manqué de trébucher sur l'épais tapis rouge à plusieurs reprises. Depuis qu'elle savait que la meilleure solution pour arriver à bout de cette boite de haricots maléfique résidait dans les chandeliers qui décoraient le hall d'entrée, elle avait suivit sans broncher Jacques et allongé le pas pour soutenir une cadence rapide et nerveuse.
Elle ne réfléchissait pas beaucoup quand le stress et la peur lui nouaient l'estomac, Nikoleta; a peine s'était-elle demandé si c'était logique d'arracher les chandeliers des murs (et si c'était permis, aussi) qu'elle s'était convaincue que c'était la meilleure solution et avait occupé son esprit durant la marche à penser aux diverses façon de tenir un chandelier dans ses mains, de l'abattre sur le couvercle d'une boite pourvue de dents... Maintenant qu'elle y pensait, et ça lui avait arraché un indésirable sursaut d'angoisse, elle n'était plus sure de savoir ce qu'était un chandelier exactement. Peut-être confondait-elle avec autre chose... En l'occurrence, la jeune femme tendait vers un mélange bien étrange de lampadaire et de bougeoir, et l'image qu'elle en avait tenait plus d'un candélabre croisé avec un porte manteau qu'autre chose. Raison pour laquelle les chandeliers du hall ne trouvèrent guère d'écho dans son pauvre esprit embrouillé par les évènements de la matinée. Avec de petits soupirs réguliers, elle ignorait les battements effrénés de son cœur et jetait des regards en biais à Jacques, toujours occupé à mâcher sa mixture avec application.

De près, son petit déjeuner avait l'air encore moins ragoutant; Nikoleta du se retenir de demander s'il avait renversé le sirop exprès sur les céréales ou s'il avait eu un petit accident et qu'il n'avait pas voulu gâcher son bol. Ça avait l'air bizarre, avait une consistance bizarre, une odeur bizarre, et même les mélanges douteux de son frère n'égalaient pas la grimace perplexe que ce truc là avait réussi à lui tirer. Non, en fait, elle fronçait les sourcils dès qu'elle avait le malheur de poser les yeux dessus, et si le jeune homme en noir ne l'avait pas remarqué, alors il était plus aveugle qu'un aveugle. Tout au plus n'avait-il pas jugé bon de faire de commentaire là-dessus; et on l'en remerciait. Avec toutes ces histoires de chandelier en tête, pas sur que les conseils diététiques de Nikoleta puissent encore vouloir dire grand chose.

Quand la porte menant au hall d'entrée se profila enfin à l'horizon et que la jeune femme la reconnue, elle serra le bras de Jacques entre ses fines mains et déclara d'une voix à la fois émue et effrayée:

« Oh, on arrive, je crois ! »

Sinon, ce n'était qu'une porte, Nikoleta. Pas de quoi en faire un drame de cinéma.
Revigorée à l'idée de ne plus se promener sans défense dans les couloirs (au cas où, elle avait tout de même gardé sa cuillère en bois dans la poche de sa jupe), elle poussa la porte sans penser qu'un monstre ou un zombie assoiffé de sang puisse se trouver derrière, la gueule grande ouverte et prêt à la dévorer toute crue. Quelle chance, aucune dents à l'horizon quand elle déboucha dans la grande pièce. Par contre, il y avait une jeune femme avec des plumes à la taille, des jambières en fer et un bâton dans les mains qui regardait autour d'elle. Nikoleta ouvrit grands ses yeux verts et recula immédiatement pour venir se placer légèrement derrière Jacques, réflexe idiot et spontané qui lui donnait l'air d'une enfant que le chien du voisin aurait effrayée.

« C'est... qui ? » Demanda-t-elle en faisant voyager son regard de Jacques à la femme et de la femme à Jacques, perplexe. Avec un accoutrement pareil, elle ne l'aurait jamais oubliée si elle l'avait croisée dans un couloir, c'était sur. Mais comme son compagnon avait l'air de penser que des psychopathes se cachaient dans le cave (ou alors des fantômes... Oh, elle ne savait plus) et que d'autres se promenaient la nuit, elle avait pu la rater si leurs horaires ne concordaient pas. Autre option, il s'agissait d'une nouvelle et dans ce cas, il aurait été bien en mal de lui décliner l'identité de la guerrière à plumes.
Dans le doute, elle préférait poser la question. Et ses yeux, ronds comme des billes, semblaient s'être accrochés à l'apparition improbable pour ne plus la quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Dim 28 Avr 2013 - 5:38

La jeune femme, à demi accrochée à son bras, jetait des regards inquiets autour d'eux. Kélian, serein, plongeait de temps à autre sa cuiller dans le liquide pâteux et légèrement mauve où baignaient ses céréales ; loin de partager son trouble, il ne prêta pas même attention à l'endroit où il mettait les pieds. Les fantômes et psychopathes en tout genre traînaient rarement dans les couloirs au petit matin, encore moins pour agresser des personnes passant tranquillement avec leur petit-déjeuner. Ou en tout cas, ça ne lui était jamais arrivé. Pas qu'il mange souvent en marchant, cela dit. Songeant vaguement aux possibilités et probabilités de se faire tabasser au beau milieu de tout par un inconnu assoiffé de sang, il faillit renverser son bol. Avancer avec une fille effrayée à quelques centimètres de soi était plus compliqué que prévu, surtout s'il ne regardait pas devant lui. Heureusement que Kélian marchait droit.
Enfin Jacques. Jacques marchait exceptionnellement droit.
Muets et concentrés, les deux jeunes gens avançaient au gré des pas du premier. Froncement de sourcil ennuyé, regard sur le côté ; Kélian se maudit d'avoir choisi un nom aux consonances si peu familières. Encore plus étrange que Sarah – et pourtant, il s'était longtemps dit que c'était un de prénom les moins classiques qu'il ait entendu. Aujourd'hui encore, au milieu des Marie-Colombe, Iwasara et autres Clarence, il continuait de le penser. Mais Jacques ? Sûrement avait-il attrapé ça dans un livre quelconque. Dans un effort de mémoire aussi vain qu'inutile, il tenta de replacer ce brave Jacques en contexte. Se rappela très abstraitement de campagne et d'une histoire d'amour quelconque – rien qui mérite d'être retenu plus qu'autre chose. Le titre lui échappait.
Jacques, Jacques, Jacques. C'était le problème des mensonges, innocents ou pernicieux : après, il fallait s'y tenir. S'il ne répondait pas, il aurait l'air fin.

Mais quoi qu'il en soit...

Amusé plus qu'insupporté par les regards intrigué que coulait Nikoleta à son petit-déjeuner, il songea plusieurs fois à lui proposer de goûter ; finalement, il eut pitié d'elle et ne la força pas à se rendre malade. Son estomac ne supportait pas exactement les mêmes choses que ceux des humains lambda. Raison pour laquelle alcool et cigarettes bousillaient son organisme d'une façon différente – mais pas moins pertinente, semblait-il. Chacun son poison. Un regard à droite, un regard devant. Presque un coup d’œil pressé en arrière : à force de se tenir sur ses gardes, cette fichue demoiselle allait le rendre paranoïaque à son tour. Mieux valait éviter. Parce que lui, s'il abattait violemment un ustensile en bois sur le crâne d'un imprudent au détour d'un couloir, ça ferait sérieusement plus mal que le léger coup que la jeune femme lui avait porté à la tête. Tant qu'à faire, autant conserver un élément rationnel dans l'équipe.
Ah, la porte.
Et son bras pris en otage. Le contenu du bol tangua.

« Oh, on arrive, je crois ! »

Ah non, vraiment ? Son sarcasme dû se taire et, la bouche pleine, il se contenta d'acquiescer avec application. Jacques est un homme si gentil et patient, dites-moi. Et s'il répétait une fois encore ce prénom en parlant de lui-même il allait finir par se dissocier de sa personne. Foutus mensonges et foutu ennui.
Jacques – enfin, Kélian – fut reconnaissant à Nikoleta de s'occuper de la porte, puisque ses mains étaient prises. Il la suivit sans lever le nez de sa mixture, referma le battant derrière eux d'un habile coup de talon. Il faudrait bien qu'il lâche son truc pour arracher le chandelier, tiens. Eh bien elle n'aurait qu'à tenir le bol, ça ne la tuerait pas. Problème réglé.
Un pas en avant, deux ; bug. La jeune femme, en plus de s'être arrêtée nette, était passée dans son dos. Il haussa un sourcil intrigué et, enfin, remarqua la seconde personne présente sur les lieux du crime. Alibi, motif ? Et pourquoi associait-il ce prénom à un roman policier, s'il l'avait vu dans une histoire d'amour champêtre ? Stupide pseudonyme.

« C'est... qui ? »

'Une fille' fut la première réponse qu'il pensa lui offrir. Lâchant sa cuiller dans le bol pour libérer sa main gauche, il détailla la nouvelle arrivante : drôle de tenue, jolies plumes. Déguisée ou pas humaine. Dans tout les cas, nota-t-il pour lui-même, ne pas s'approcher de ses jambes.
Sans plus de cérémonie, il passa son bras libre dans le dos de Nikoleta, la fit revenir à ses côtés – et, en bon gentleman, la poussa en avant. Vers l'inconnue qui, sans le moindre doute, avait besoin d'une présence toute féminine pour apaiser ses craintes.

« Sais pas, mais elle a pas l'air bien effrayante. » Parler des autres en leur présence n'était pas très poli, mais soit. « T'as qu'à demander à l'oisillon si elle compte nous manger. »

D'un pas nonchalant, abandonnant sa nouvelle amie à son triste sort, il fit quelques pas en direction du mur. Et en arracha un chandelier, parce que c'était bien pour ça qu'ils étaient venus là, après tout.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Dim 28 Avr 2013 - 17:31

Lorsqu’il entendit comme des bruits de pas, la tête de Lukas se tourna vers une porte close. Il ne fallut pas attendre longtemps avant qu’elle s’ouvre, laissant apparaître deux personnes. Les yeux bleus de la Walkyrie les fixaient, curieux. La personne qui ouvrait la marche était une fille … plutôt normale comparée au jeune homme qui l’accompagnait. Si Maely avait été là, très certainement qu’elle aurait pu sortir la classe et l’espèce des individus en une fraction de seconde ! Lukas, quant à lui, n’y connaissait absolument rien au bestiaire du jeu. Une autre question s’imposa d’ailleurs à son esprit : Joueurs ou Péhainjies ? Pas facile à deviner … et comment s’adresser à eux selon s’ils étaient une Intelligence Artificielle ou non ? Est-ce qu’une boîte de dialogue allait apparaître au-dessus de leur tête ou quelque chose comme ça ? Des options de réponses seront-elles proposées à Lukas ou pourra-t-il raconter ce qu’il voudrait ? Hmmm …

« C'est... qui ? »

Ce genre de question semblait plutôt naturel, d’après Lukas. C’était peut-être un joueur, alors ? Ou justement, l’IA était tellement bien développée qu’elle se comportait comme un joueur ? Que de complications. Et si le jeune homme lui demandait si elle était un Péhainjies, lui répondrait-elle sincèrement ? Les IA savent-ils que ce sont des IA, en fait ? L’inconnue s’était cachée derrière l’autre, action qui la rendit encore plus mignonne qu’elle ne l’était déjà, d’après le jeune homme ! Il estimait son âge à celui de Maely … (Ou un peu plus, sans doute ?) Mais l’adolescente, elle, était plus du genre à rentrer dans les gens qu’à se cacher dans le dos de son frère.
D’ailleurs, l’autre personnage avait le physique d’un jeune homme lambda. Plus jeune que lui en tout cas. Bon, son teint pâle et quelques détails de son visage criaient qu’il n’était pas si normal que ça, mais tout de même. La Guerrière Walkyrie sortaient vraiment du lot si on ne s’en tenait qu’au trio.


« Sais pas, mais elle a pas l'air bien effrayante. T'as qu'à demander à l'oisillon si elle compte nous manger. »

La tête de Lukas s’inclina sur le côté … Il ne savait vraiment pas quoi faire, pour le coup. Devait-il parler ? De plus, l’action qu’entreprit l’inconnu par la suite se révéla … étrange. Pourquoi venait-il d’arracher ce chandelier ? Hm. Etait-ce ce que les gens appellent … un bogue ?
L’un des sourcils de la Walkyrie se souleva imperceptiblement alors que ses yeux croisèrent le vert de l’autre IA (ou pas IA, mais qui savait ?). Elle semblait vraiment effrayée … L’instinct fraternel de Lukas lui ordonnait de l’enlacer et lui faire un câlin bien chaud … Mais il n’en fit rien, esquissant juste un sourire qui se voulait réconfortant.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Jeu 2 Mai 2013 - 18:35

...

Malgré le sourire chaleureux de la jeune femme, Nikoleta resta pétrifiée là, sans savoir quoi dire ou faire. Du coin de l'œil, elle vit Jacques s'approcher d'un mur et en décrocher un chandelier sans la moindre gêne; l'incongruité de la scène aurait pu lui tirer une mine amusée si elle lui avait semblé incongrue et qu'elle n'avait pas été statufiée de la sorte. Certes, il n'y avait pas de monstres à dents pointues. Certes, il n'y avait pas de boite de haricots maléfiques. Certes, tout irait bien maintenant qu'ils avaient un chandelier. Ce qui ne l'empêchait pas de se demander si cette apparition soudaine et inexpliquée (enfin, inexpliquée, elle avait simplement dû passer par la porte d'entrée, comme tous les nouveaux pensionnaire) n'allait pas fondre sur elle et l'attaquer avec les grosses armures qu'elle portait aux jambes. Elle n'avait pas l'air méchante mais savait-on jamais... L'habit ne fait pas le moine, comme disait le dicton.

Ou quelque chose dans ce goût là.

« Euh... »

Cette interjection d'une utilité discutable la fit grimacer. Elle lança un regard de coté à Jacques, qui ne semblait absolument pas prêt à l'aider, quand bien même c'était lui qui portait le chandelier. Tout à coup, la jeune femme se sentit transportée dix ans en arrière, quand elle devait faire un exposé oral devant sa classe et que ses joues rougissaient et que ses mains tremblaient. C'était la même désagréable impression, la même gêne, et le même sentiment de n'avoir que des regards moqueurs braqués dans sa direction. En l'occurrence, elle ne craignait pas les rires mais le danger. Le pensionnat, ce n'était pas comme le lycée; moins vicieux mais plus dangereux. Nikoleta ne s'habituerait jamais à devoir se cacher dans un placard chaque fois qu'un potentiel psychopathe menaçait de croiser sa route.
Des gens comme ça, on devrait les enfermer, pensa-t-elle en se mordant la lèvre inférieure. Pas les laisser en liberté parmi les autres. C'était une question de bon sens, de morale. De bonne vie en société. Car le pensionnat était une mini société à lui seul, n'est-ce pas ?

Dans son moment de panique et de questionnement, elle ne pensa pas que la jeune femme qui lui faisait face puisse penser se trouver autre part qu'au pensionnat interdit. Pas qu'elle puisse penser logique qu'on accepte et comprenne immédiatement où on se trouvait une fois passée la porte; après tout, elle avait refusé la vérité un moment avant de s'y abandonner. Pas le choix.

Non, Nikoleta ne pensait simplement pas. C'était tout bête. Bientôt, elle se traiterait d'idiote pour ne pas l'avoir fait: c'était une routine quotidienne. Que des pensées parasites, rarement des pensées utiles.
On s'y faisait.

Elle prit une inspiration, songeant que rester là immobile n'allait pas la faire paraître bien intelligente et moins paumée.

« Bonjour ! Je m'appelle Nikoleta et lui c'est Jacques. (ce prénom aux résonances étrangères buta un peu au bout de ses lèvres mais elle reprit, le plus tranquillement possible) J'imagine que tu es nouvelle ici ? »

Éventuellement, si elle avait su dans quel endroit la fille aux jolies plumes pensait être, elle aurait choisit une autre formulation. Seulement voilà, elle ne savait pas, et les mots s'étaient d'ores et déjà échappés de sa bouche.
Nikoleta souriait, maintenant, mais son sourire était un brin trop tendu et elle tordait légèrement ses mains devant sa jupe. Bon, pour avoir l'air à l'aise et accueillante, on repassera.
Jacques n'avait qu'à l'aider un peu, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Jeu 9 Mai 2013 - 18:14

Sans se préoccuper de la gêne presque palpable de Nikoleta, Kélian – enfin Jacques – tourna le chandelier entre ses mains blanches. Celui qu'il avait arraché la dernière fois semblait avoir retrouvé sa place, quoi qu'il en soit ; impossible de dire si c'était le même ou un nouveau, mais vu l'état dans lequel il l'avait abandonné il penchait plutôt pour la seconde option. Peut-être que s'il était resté fixer le trou et les craquelures du mur nuit et jour, les lieux seraient restés en l'état ? C'était le genre de tour de passe-passe qui n'arrivait jamais tant que quelqu'un avait les yeux rivés sur l'artiste. A s'en demander comment ça marchait au juste ; ce n'était pas comme si les tours de magie n'étaient pas monnaie courante, ici.
Par peur de blesser qui que ce soit, il souffla les bougies dans un soupir. C'était bien beau, tout ça, mais le but n'était pas non plus que la jeune femme finisse avec des brûlures au troisième degré. Ou qu'elle aveugle quelqu'un. Pas qu'elle semblât avoir beaucoup de force, mais, malgré tout : dans la panique, rares étaient ceux qui n'avaient pas des réflexes malheureux. Tant qu'elle n'assommait pas la fille-oiseau, il n'y avait aucune raison pour que ça tourne mal. Tant que le contraire ne se produisait pas non plus, d'ailleurs – parce qu'avec les trucs qu'elle avait aux jambes, cette fille aurait sûrement pu leur faire sacrément mal.
Bol dans une main, chandelier dans l'autre, Kélian s'approcha des deux jeunes femmes à pas mesurés. Nikoleta avait commencé à faire les présentations, mais l'autre était jusque là restée parfaitement silencieuse : pas exactement le genre d'attitude qu'on pouvait attendre de quelqu'un venant tout juste d'apprendre que la sortie était définitivement, irrémédiablement, complètement bloquée et ce pour les vingt prochains millénaires. Donc soit elle n'avait absolument rien compris, soit elle avait des nerfs d'aciers, soit elle était attardée. Par ordre de probabilité.
Son pseudonyme lui heurta douloureusement les tympans ; quel mensonge abruti. Si tout le monde finissait par l’appeler Jacques, il n'aurait aucun droit de se plaindre.
Ce qui ne l'empêcherait pas de le faire malgré tout. Il se connaissait.

« J'imagine que tu es nouvelle ici ? »

Sur cette supposition plus que sensée, Kélian poussa le chandelier contre Nikoleta pour la forcer à le prendre. De un, c'était son arme ; de deux, il ne pouvait pas manger avec une seule main ; de trois, mâcher lui éviterait de dire n'importe quoi. Il avait envie de lui demander d'où elle venait, ou du moins si elle était terrienne – quelle langue elle parlait, quoi que ce soit qui puisse leur indiquer ce qu'elle était exactement. Il ne connaissait strictement aucune espèce qui se promène avec ce genre d'ailes.
Jugeant que ce n'était pas exactement le moment, il s'abstint. Chaque chose en son temps. Chaque chose en son temps.

« T'es quoi, au juste ? Un oiseau mutant ? »

La volonté de Kélian s'écroula sur ces paroles pleines de sens. Ce n'était pas comme si être spécialement courtois allait rendre son enfermement moins réel : elle était enfermée, en prison, en cage, peu importe le terme tant que la définition correspondait. Pas de retour possible.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Jeu 9 Mai 2013 - 22:07

Sans se rendre compte du malaise intérieur de l'inconnue en face de lui (oui, c'était une IA après tout), il continuait de la fixer sans retenue. Le fait qu'elle prenne du temps à trouver ses mots et que l'autre homme se soit mis à tout casser faisait de plus en plus dire à Lukas que quelque chose n'allait pas. Il se souvenait de cette fois où il avait utilisé un ordinateur ... Soudainement l'écran était devenu plus clair et rien ne voulait bouger ! Ah, ces technologies. Elles ont le cran d'être avancées, mais ne sont pourtant pas si fiables. Son sourire se transforma en légère moue inquiète alors que le silence prenait place ... Heureusement, plus vite qu'il ne l'aurait espéré, la fille reprit :

« Bonjour ! Je m'appelle Nikoleta et lui c'est Jacques. J'imagine que tu es nouvelle ici ? »

Ah. Nikoleta et Jacques. Le premier prénom était plutôt original ! Le deuxième faisait bucolique. Lukas, pendant un court instant, se demanda si ces appellations avaient été choisies aléatoirement ... En effet, pour la fille ça allait plus ou moins, mais pour l'autre ... Non. Franchement, il n'avait pas une tête de Jacques. Enfin, il était vrai que même dans la vraie vie ça arrivait que les prénoms n'aillent pas avec la tête de leur propriétaire ... mais ce fait était rare, tout de même.
La question de Nikoleta, donc, ne surprit pas tellement le jeune homme. Oui, certainement qu'elle allait à présent lui faire quelques démonstrations et/ou lui ouvrir un tutoriel ... Quelque chose dans ce goût-là.


« T'es quoi, au juste ? Un oiseau mutant ?
- En gros, je crois bien. »

Haha, un peu d'humour. Intérieurement, Lukas avait effectivement pensé légèrement que les Walkyries étaient des espèces d'oiseaux mutants. Pour donner de tels personnages, est-ce qu'un humain se serait ... Non. Non. Enfin. Pourquoi avoir choisi de mettre les ailes au niveau des hanches plutôt que des omoplates, comme les anges ? Pour un peu plus d'originalité ? Peut-être que le vol était plus facile ainsi ? Lukas n'en savait rien. Cependant, il espérait que la question avait été sérieusement pensée lors de la conception du jeu. Sinon, il était tout de même étrange que ce Jacques ne sache pas qu'il soit une Walkyrie ... Ou pas. Très vite l'esprit de Lukas se construisit une explication : les gens de cette espèce vivant exclusivement dans le ciel, des gens de la terre pouvaient ne pas en avoir entendu parler. En plus, ce manoir était censé être une prison, ou quelque chose comme ça, s'il avait bien compris ? Tout pouvait s'expliquer avec tant d'aisance ...

« Je m’appelle Lu … Euh. Lylirose … je suppose »

Il aurait été idiot qu’il donne son véritable prénom. Il ne savait pas pourquoi, mais sans doute que cela aurait été idiot. Ce pseudonyme était … tellement Maely.
Les présentations finies, Lukas se dit que c’était à présent son tour de faire bouger les choses. Même s’il aurait sans doute l’air d’un … "noub" comme dirait sa sœur. Réflexion faite, c’est ce qu’il était de toute façon. D’une voix assurée, la Walkyrie reprit donc la parole :


« Et … Vous êtes bien des … heu … Péhainjies ? »

Il espérait avoir bien prononcé le mot afin d’assurer sa compréhension … Plus tôt, Le jeune homme s’était déjà fait à l’idée que s’il posait ce genre de question, l’IA ne pourrait répondre convenablement. Oui, certes, mais étant donné que pour elle, tout ce qui se passe est réel, elle ne dira pas non plus qu’elle est un joueur ! Et dans tous les cas, l’information voulue aura bien été récupérée. Le crime parfait.

Enfin, c’est ce qu’il pensait.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mar 14 Mai 2013 - 0:32

...

« T'es quoi, au juste ? Un oiseau mutant ? »

Le chandelier entre les mains, Nikoleta jeta un regard scandalisé à Jacques, le rouge aux joues. Elle qui s'était creusé les méninges pour faire une présentation correcte et polie, voilà qu'il ruinait tous ses efforts avec ses paroles brutales et manquant cruellement de tact ! Soucieuse comme toujours, Nikoleta eut peur que la jeune femme se fâche, les apostrophe durement ou ne tourne les talons. Techniquement, elle n'aurait pas dû se préoccuper de ce qu'une parfaite inconnue pouvait penser d'elle, mais c'était plus fort qu'elle et sa (faible) volonté; si elle ne faisait pas bonne impression dès les premières minutes, elle était persuadée de rester misérable aux yeux de sa nouvelle connaissance. Là tout de suite, elle était certaine que la question de Jacques avait saccagé leurs chances de créer un quelconque lien positif avec la jeune femme ailée.

Quelle ne fut pas sa surprise en l'entendant répliquer immédiatement, et sans animosité dans la voix:

-En gros, je crois bien. »

Nikoleta cligna des yeux, étonnée, puis laissa son corps se détendre. Seuls ses doigts, enroulés autour du chandelier, trahissaient la tension qui faisait de temps en temps passer son regard le long des murs et par dessus les coins d'ombre avec anxiété. Tout va bien, Nikoleta, tout va bien, se persuada-t-elle comme une enfant; ton interlocutrice n'est pas vexée et à même l'air d'avoir bien pris la remarque de Jacques. Elle se sentit d'ailleurs coupable à cette pensée d'avoir pu en vouloir à son compagnon de route. Il devait faire de son mieux pour donner une bonne image de lui, et ce n'était pas parce que sa méthode était plus directe qu'elle était mauvaise. Elle s'inquiétait de choses bien trop futiles, de détails que personne d'autre ne voyait. Un jour, ça la tuerait.
Pour l'heure, elle portait l'espoir d'arriver à mener une conversation normale et sans anicroches. Ce n'était pas comme si tout au pensionnat était bizarre: ça devait pouvoir se faire. Ce n'était pas parce que la fille qui leur faisait face portait des plumes aux hanches qu'elle était bizarre.

Elle pouvait tout simplement aimer se déguiser. Honnêtement, elle préférait cette hypothèse à celle de l'extraterrestre: elle avait encore trop de mal à considérer sérieusement le fait que certains pensionnaires n'étaient pas nés sur Terre.

« Je m’appelle Lu … Euh. Lylirose … je suppose … »

Lylirose ? Nikoleta hocha très légèrement la tête pour montrer qu'elle avait enregistré le nom, et détailla discrètement l'inconnue. Lylirose... Elle n'avait pas l'air très sûre d'avoir donné correctement son nom, mais Nikoleta ne s'en préoccupa pas. Elle était peut-être stressée, comme elle, et ça lui était déjà arrivé (à son plus grand embarras) de bafouiller son prénom, au point que son professeur avait dû lui demander de répéter pour être sûr d'avoir bien entendu. Par compassion pour l'enfant affreusement gênée, elle ne fit pas de commentaire. Par contre...

La tenue de l'étrangère, sans lui être familière pour autant, éveillait certains souvenirs en elle. Mince, mais qu'est-ce que c'était, déjà... Occupée à fouiller son esprit de fond en comble pour retrouver la pensée parasite, elle ne réagit pas immédiatement à la question de Lylirose. Quand elle se rendit compte qu'elle avait parlé, elle pencha la tête sur le côté. Quoi ?

« Des... Des quoi ? »

Toute son incrédulité filait par sa voix. Elle allait encore être à la ramasse, mais cette fois, elle se jugeait dans son bon droit. Ses yeux verts paillonnèrent jusqu'au visage de Jacques, avant de se reposer sur celui de Lylirose. Elle n'avait pas l'air de se moquer d'eux, ni de penser que sa question méritait clarification. Plutôt que tout ça coulait de source, en fait.
Et elle, elle ne savait pas quoi dire.

Au lieu de se taire, elle opta pour une réponse pas moins obscure que l'interrogation de la guerrière dans leur situation:

« On est, des... hmm, pensionnaires. »

En tout cas, elle pensait que c'était comme ça qu'ils se désignaient. Pensionnaires, pensionnat... Rien de plus logique. Il y avait comme une embrouille à régler, là. Le temps que Nikoleta s'en aperçoive, ils en avaient encore pour longtemps.

Une main saisit le bras de Jacques, le serra doucement. On dit quoi, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Dim 19 Mai 2013 - 10:59

« En gros, je crois bien. »

Les lèvres de Kélian s'étirèrent sur un sourire sarcastique. Le « je crois » le fit tiquer, mais il le relégua aussi rapidement au rang des bizarreries linguistiques et autres manque de précision : si on lui avait demandé « est-ce que tu es un alien ? », il aurait probablement répondu quelque chose du même ordre. Dans cet endroit, se définir par rapport aux autres était infiniment complexe puisque tout le monde était pour ainsi dire l'alien de son voisin. Il semblait que, implicitement, chacun se soit ramené au repère humain pour parler de ce genre de choses ; alors s'ils s'en referaient à la jeune femme aux cheveux bruns fermement agrippée à son chandelier, oui, cette fille était une sorte d'oiseau mutant. Ça tenait parfaitement la route.
Quoi qu'il n'avait qu'une vague idée de ce à quoi pouvait renvoyer le mot « oiseau » chez les êtres humains. Tant que ça avait des ailes et des sortes de plumes pour voler, hein, ils n'allaient pas chipoter sur des détails ridicules de taille ou de couleur. Même combat.

« Je m’appelle Lu … Euh. Lylirose … je suppose … »

Le jeune homme, cette fois, fronça les sourcils sur un regard perplexe. Comment ça, elle supposait ? S'il y avait bien une chose dont elle aurait dû être sûre, justement, c'était bien de son prénom ! A moins que son peuple-oiseau n'ait de drôles de coutumes au niveau de l'appellation, qu'elle ne savait pas comment se présenter à eux puisqu'elle ne connaissait ni ceci ni cela à leur sujet – et c'était ridicule, vraiment, mais aussi suffisamment plausible pour qu'il en tienne sa langue. Ça ne lui plaisait pas spécialement qu'on le regarde de travers à cause de sa marque. Or stigmatiser les autres n'était pas la meilleure façon de faire comprendre que stigmatiser était mal, n'est-ce pas. Loin de là. D'autant plus qu'après avoir été présenté sous un pseudonyme difficilement crédible, Jacques n'avait plus son mot à dire sur ce sujet : et Nikoleta aurait peut-être implosé sous l'effet du stress, s'il s'était montré moins poli qu'il ne l'était déjà. Tant de bonnes raisons de ranger sa langue dans sa poche, hein ?
Tant de foutues bonnes questions qu'il mourait d'envie de poser, pourtant. Pas par curiosité. Par soucis de compréhension. Avoir l'impression de rester en équilibre sur un malentendu le mettait mal-à-l'aise – or il était mal-à-l'aise, là. Être au clair avec les autres était tellement moins prise de tête. Alors quand son cerveau enregistra – difficilement – le mot barbare qu'on venait de lui cracher à la figure comme une insulte sans queue ni tête, la franche surprise imprimée sur son visage ne réussit que partiellement à cacher son agacement grandissant. Ils n'étaient pas sur la même dimension, là. Ou sur le même plan de réalité, peu importe en fait : ils ne se comprenaient absolument pas. Le pire, c'était qu'il n'avait pas la moindre idée de la raison pour laquelle leur conversation semblait coincer sur des quiproquo à deux sens.
En revanche il était sûr de ne pas être un Péhainechose, quoi que ça puisse... Vouloir dire. Rassuré de constater que Nikoleta n'était pas plus avancée que lui, il fit passer sa frustration avec une bouchée de céréales imbibés de lait. « Des des quoi », exactement. Qu'elle leur explique, Lilyrosejesuppose, parce qu'il n'avait pas la plus petite idée de ce qui se passait au juste dans sa tête d'oiseau.

« On est, des... hmm, pensionnaires. »

Kélian avala. Sans même s'en rendre compte, il leva les yeux au plafond à cette remarque ; ils n'allaient pas avancer très loin s'ils disaient « nous sommes des pensionnaires » et « je suis un oiseau-mutant » parce que, à l'évidence, ils ne comprenaient absolument pas de quoi l'autre parlait. Après une excuse muette envers sa compagne de discussion – le mensonge commençait à le faire culpabiliser, enfin – et une prière silencieuse à la divinité des incompris, il reprit la parole.
Une sale impression lui rongea l'estomac. La ferme, je t'entends pas.

« Comme toi et comme toutes les personnes qui entreront par cette jolie porte, juste-là, enchaîna-t-il rapidement en désignant les lourds battants du menton. Ça veut dire que t'es enfermée ici à vie, que non c'est pas un rêve, non on est pas des... Péhaitruc, et oui ça craint. Mais vas falloir faire avec. »

Persuadé d'avoir été on ne peut plus clair, le jeune homme s'accorda un répit bien mérité pour manger. Il comptait bien venir à bout de son petit-déjeuner avant d'avoir la crise de nerfs de l'une ou l'autre des jeunes femmes sur les bras.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Dim 19 Mai 2013 - 12:47

Sa simple question avait eu comme l'effet d'une bombe. La surprise pouvait facilement se lire dans les yeux de ses interlocuteurs virtuels. Oui, car à présent il ne faisait plus aucun doute dans l'esprit de Lukas qu'il avait affaire à des intelligences artificielles. Son petit stratagème avait marché ... Ou en tout cas, il le croyait. Cependant, il ne s'était pas attendu à ce que le mot qu'il avait choisi pour les désigner les rende si mal à l'aise ... soudainement le jeune homme douta de sa prononciation. Non, tout de même, si ? Nikoleta désigna les siens comme des « pensionnaires » ... Ah, oui, ce mot il semblait l'avoir lu sur le panneau d'affichage. Le Jacques enchaîna :

« Comme toi et comme toutes les personnes qui entreront par cette jolie porte, juste-là. Ça veut dire que t'es enfermée ici à vie, que non c'est pas un rêve, non on est pas des... Péhaitruc, et oui ça craint. Mais vas falloir faire avec. »

La Walkyrie fit la moue. Mais pas en signe d'incompréhension. Elle attendit quelques minutes, imposant le silence dans le grand Hall. Mais pas pour mieux avaler le flot d'information. Lukas s'attendait à ce qu'autre chose soit dit ... quelque chose de nouveau si possible. Voyant bien que ses deux hôtes n'allaient rien ajouter, il lâcha :

« … Et donc ? »

Le terrible quiproquo. Tout ce que ces Péhainjies venaient de dire, c'était exactement les positions que prenaient les lettres près de la porte d'entrée. S'ils n'avaient rien d'autre à dire, à quoi servait-il ? Ou alors c'était lui qui s'y prenait totalement mal ? Sa question aurait-elle bousillé quelque chose ? Sans nul doute. Le jeune homme embrouillé laissa échapper un soupir ... Sa patience l'aurait normalement fait tenir plus longtemps mais, étrangement, quelque chose au fond de son ventre lui disait le contraire. L'effet ras-le-bol se faisait sentir ?

« Bon. Peu importe. Je vais juste ... »

Pourquoi il disait tout ça ? C'était des intelligences artificielles après tout ... Tout semblait pourtant tellement réel que Lukas se sentit obligé de se retourner, leur offrant son dos, avant de dire avec une voix ferme :

« Menu. »

Rien ne se passa. Hm. N'avait-il pas été assez concentré ? La Walkyrie prit une longue inspiration et ferma les yeux tout en rejetant l'air de ses poumons. Le vide. Se concentrer. Visualiser.

« Menu ! »

Toujours rien. Et voilà ! C'était quoi le problème à présent ? La troisième fois serait la bonne ? Avant ça, le jeune homme s'accorda quelques préliminaires où il se répéta doucement à lui-même à quel point il était calme.

« Faut pas être impatient. Calme, c'est ce que je suis. »

Tout à fait. Alors qu'il criait pour la troisième fois, il ne s'était pas rendu compte qu'instinctivement son pied s'était levé et avait frappé le sol ... ça aurait très bien pu passer inaperçu, d'ailleurs ... si sa jambe avait été normale. Un craquement sinistre se fit entendre alors que le talon de métal fit littéralement exploser le plancher. Déséquilibré, la Walkyrie eut un petit cri de surprise.

« Eu-waaahaa ... Bon sang, mais pour-quoi ... »

Lukas aurait sans aucun doute pu facilement se dégager de ce guêpier, en temps normal ... Mais le calme ne semblait pas vouloir revenir dans son esprit ... et ne pas comprendre pourquoi rien n'allait comme il le devrait le stressait encore plus. Tout en tentant d'extirper sa jambe coincée, tel un oiseau nerveux et prisonnier, ses ailes s'ouvrirent contre son gré et se mirent à battre l'air, affolées.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mer 5 Juin 2013 - 15:10

...

Nikoleta aurait pu remercier Jacques pour ses explications plus claires que ses réponses bafouillées, parce que sur l'instant, elle n'était pas plus utile qu'un bigorneau sur une sable de plage fin; fermement accrochée au bras de son compagnon, comme si le lâcher pouvait la tuer d'une façon ou d'une autre, elle attendit que la jeune femme aux plumes daigne réagir à leur réponse. Néanmoins, aucune surprise ne se lut sur son visage. Pas d'incrédulité, pas de froncement de sourcils interrogateur, juste une moue légèrement contrariée. Nikoleta battit des paupières pour chasser le malaise qui lui tenaillait l'estomac, en vain. Elle n'avait jamais accueilli de nouveaux, puisqu'elle s'attardait rarement dans ce hall qui lui rappelait de mauvais souvenirs, mais elle était assez futée pour se rendre compte que quelque chose clochait. Ce n'était pas comme ça qu'on était sensé réagir quand on rentrait dans une prison à vie, non ? Elle aurait dû être étonnée, crier, pleurer, quelque chose...
Mais elle avait juste l'air agacée.

« … Et donc ? »

Le sourire tendu de Nikoleta disparut complètement. Perdue, elle questionna la porte, la tapisserie, les tableaux et Jaques du regard, en quête d'une réponse. Et donc ? Eh bien... Elle était enfermée à vie, elle ne pourrait plus jamais sortir, plus jamais voir ses proches. Ça ne la rendait pas triste ? Son soupir l'embrouilla un peu plus. Qu'est-ce qui se passait, à la fin ?

« Bon. Peu importe. Je vais juste ... »

La jeune femme leur tourna le dos à ces mots, laissant Nikoleta pétrifiée. Les deux 'menu' qu'elle lança dans le vide achevèrent de l'inquiéter définitivement. Menu comme le menu d'un restaurant, comme le menu d'un jeu ? La Grecque pensait souvent que si elle avait été plus intelligente, tout ne lui serait pas passé sous les yeux sans qu'elle puisse s'en saisir. Là tout de suite, une étrange impression de déjà-vu lui tordait l'estomac, histoire de lui faire comprendre qu'elle avait une pièce dans les mains, et que cette pièce aurait pu contribuer à former une figure distincte sur ce puzzle défiguré. Seulement voilà; rien à faire, elle avait mal à la tête, et impossible de réfléchir correctement.

Elle tremblait un peu, aussi, sans trop savoir pourquoi.

« Faut pas être impatient. Calme, c'est ce que je suis. »

Au moins, ça lui crevait les yeux que la jeune femme n'était pas vraiment partie pour se calmer. Nikoleta s'apprêtait à faire un pas dans sa direction, sa timidité et son appréhension jetés aux orties, quand le talon de la guerrière frappa le plancher, éclatant violemment les lattes de bois au passage. Le bruit fit reculer Nikoleta avec un hurlement sonore, et elle laissa tomber le chandelier à terre. Elle se cacha vivement derrière Jacques, n'osant même pas jeter un œil en direction du raffut que créait leur nouvelle amie avec ses ailes qui battaient désespérément l'air.
Pire que si Lylirose s'était soudainement transformée en monstre aux dents pointues (ou en boite de haricots dévoreuse d'hommes, souvenez vous, cette boite était maléfique), la jeune femme aux longs cheveux se mit à couiner comme une souris affolée face à un chat.

« Jacques, fais quelque chose s'il te plaît, fais quelque chose... »

Le tout noyé de quelques phrases inintelligibles entrecoupées de 'au secours' quant à eux très clairs. Enfin, comme elle s'était agrippée à lui, il allait avoir du mal à bouger pour faire quoi que ce soit, le Jacques en question.
Nikoleta, qui n'était d'ordinaire pas si peu hardie, n'eut pas le temps de se maudire tant le désordre régnait dans sa petite tête. C'est vraiment pas mon jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mar 11 Juin 2013 - 18:04

Tandis que ses dents s'affairaient à broyer sagement les céréales, ses yeux eux ne quittaient pas la femme-oiseau ; le silence s'allongea. S'allongea. S'allongea. Les secondes sont faciles à compter, quand on attend – or si Kélian ne comptait pas stricto-sensu le temps qui passait à la manière d'un métronome, il était suffisamment habitué à se taire pour savoir que ce silence-là était plus gênant que réflexif. Elle attendait quelque chose. Ils attendaient quelque chose. Tout le monde attendait et ça, ce n'était définitivement pas normal ; pas dans leur situation. Elle aurait dû s'énerver ou demander de plus amples explications, clamer que c'était une blague, quelque chose comme ça. Pas rester là à ne rien faire.
Pas répondre froidement.

« … Et donc ? »

S'il n'avait pas eu la bouche pleine, sans doute Kélian aurait-il ajouté un « et donc ça craint » fort à propos. Parce que ça craignait, ça craignait sérieusement même – c'était pire que la pire des choses qu'on puisse t’annoncer de but en blanc après que tu sois rentré dans un bâtiment inconnu. Ça craignait même tellement que peu y croyaient tout de suite. Seulement pour elle, ça semblait normal. Dérouté, perplexe, le jeune homme haussa un sourcil. Elle réagissait totalement à côté de la plaque, la demoiselle : il voulait bien que certains aient un point de vue particulier sur la question de l'enfermement, et il n'avait pas la plus petite idée de ce qui se passait dans sa tête de moineau, mais...
Se retourner vers la porte et dire « menu » n'était définitivement pas la réaction appropriée.
Observant Lylirose comme il aurait regardé un documentaire animalier sur une bestiole au comportement déroutant, il en oublia de manger. Quoi qu'elle essaie de faire – et il n'avait pas la plus petite idée de ce qu'elle essayait de faire, honnêtement – ça ne fonctionnait visiblement pas. Elle se répéta une deuxième fois ; la tension monta. Peuuuut-être qu'éventuellement, ils pourraient l'arrêter pour lui expliquer que la technologie marchait moyen, ici ? Lui-même avait été extrêmement perturbé de devoir poser ses mains sur les portes pour les ouvrir. C'était peut-être dans le même genre, qui sa-

Contre ses propres invectives pour rester calme, Lylirose perça violemment le plancher de son talon.

Le plancher brisé fit trembler les lattes environnantes sous le choc ; les mots affolés de la jeune femme se perdirent derrière les cris de Nikoleta et, en un quart de seconde, la situation lui échappa totalement. Les ailes de la nouvelle arrivante battaient l'air en mouvements erratiques, la petite brune s'était cachée derrière lui – et impossible de s'y retrouver dans ce boucan, merde ! C'était pas possible de paniquer à la chaîne comme ça, filles incapables de...

« Jacques, fais quelque chose s'il te plaît, fais quelque chose... »

Oh mais bien sûr Jacques, fais quelque chose Jacques – si elle avait pu le lâcher et souffler un bon coup, pour commencer, Jacques aurait apprécié. Lorsqu'il avait l'impression d'être le seul encore capable de raisonner calmement dans une pièce, le sentiment de culpabilité se faisait plus fort. Ça pouvait être de sa faute. Il espéra que non.
Main droite fermement serré sur son bol pour ne rien lâcher – un chandelier à terre et un pied sous le plancher, ça suffirait – il grinça des dents ; garda son bras devant son visage, de peur qu'à s'agiter elle ne finisse par envoyer de larges échardes dans leur direction. Il fallait qu'elle se calme, parce que si elle démolissait un truc chaque fois qu'elle piquait une petite colère...

« Her, du calme ! s'exclama-t-il en tentant au mieux de se calmer lui-même. Ça sert à rien de s'agiter, merde – tu lui fais peur ! On peut pas t'aider si t'agites tes machins comme ça ! »

Avec ses ailes qui battaient dans son dos, il craignait de s'approcher ; c'était sûrement fragile, ces machins-là. Soit il risquait de se prendre un coup, soit c'était lui qui risquait de les déchirer en voulant faire cesser leurs battements incessants : il n'y avait pas moyen.
A la limite, pousser Nikoleta sur elle pourrait peut-être...



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mer 19 Juin 2013 - 13:09

De fines larmes vinrent mouiller les paupières inférieures de la guerrière ailée. Sous l’effort vain qu’était la tentative dépourvue d’élégance d’ôter sa jambe du piège à ours improvisé, ses yeux s’étaient fermés et ses sourcils froncés au maximum. Les appendices duveteux céruléens continuaient leur danse folle, fouettant le vide, animés par l’énergie du désespoir. Si le manège continuait ainsi, quelqu’un allait sans doute être blessé ! Que ce soit le garçon, la fille ou le poussin mutant lui-même. C’était pourtant lui l’invocateur de tout ce chaos. Malheureusement, il ne pouvait rien y faire. Son cerveau en ébullition semblait vouloir percer un trou dans sa boîte crânienne afin de s’en échapper. Etrangement, Lukas n’était pas du genre à perdre son calme de façon aussi spectaculaire … déjà que l’expression n’était pas souvent d’usage chez le jeune homme.
Cette incohérence le faisait se poser des questions, augmentant son stress ; avoir cette jambe piégée embuait tout autant son esprit de stress : son incapacité à cesser d’être aussi énervé renforçait aussi son stress. Stress. Stress. Stress. Les circonstances étaient contre lui, rien ne semblait vouloir apaiser sa rage intérieure qui se faisait volcanique. Enfin, sauf les pauvres spectateurs qui s’étaient embarqués dans cette galère à leur insu (si l’on ne sait pas que l’un d’eux était la cause de l’état présent de la situation) … Embrouillé, la dame oiseau n’entendit ni les cris ni les paroles des deux personnes à l’arrière.
Non, c’était la voix de la déraison qui s’imposait sans ménagement. La jambe gauche rejoignit sa sœur dans un déchirement sinistre de lattes de plancher. L’une se vit soulevée par ce trop-plein de force brute en acier trempé et atteindre avec fourberie la fine mâchoire crispée. Le choc étourdissant fit choir l’hybride volatile, le faisant embrasser le sol dans un lit de plumes, les jambes enfin libérées du bois carnivore. N’importe qui aurait eu sans doute des blessures plus sévères … Heureusement, la Walkyrie n’étant pas n’importe qui, elle s’en tira avec juste quelques bosses, bleus et un goût prononcé de fer dans la bouche.
Surpris par cela, les doigts fins passèrent sur ses lèvres où filait un trait carmin. Du sang !? Du vrai sang ?

Lukas était loin d’avoir les idées claires, et la vue de l’hémoglobine ne l’aidait nullement. Ses douleurs étaient trop importantes, trop réelles. Quelque chose n’allait pas.

Il n’aimait décidément pas les nouvelles technologies.


Spoiler:
 



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mar 25 Juin 2013 - 19:52

...

Nikoleta voulait juste que ça s'arrête – que tout s'arrête. Le bruit, le vacarme, la panique, que le monde arrête de trembler et la laisse se reposer quelques minutes. Incapable de lâcher Jacques, comme si une fois de plus sa vie en dépendait, ses paupières fermement closes n'osaient pas imaginer ce qui pouvait se passer devant elle en ce moment-même. Est-ce que cette guerrière tout droit sortie d'un jeu vidéo allait les tuer, les réduire en charpie à l'aide de ses talons de fer ? Est-ce qu'elle allait les laisser pour mort sur ce parquet qu'elle venait d'éclater sans la moindre pitié ? Affolée par une angoisse qui n'avait pourtant pas lieu d'être (pas aussi forte), elle continuait de supplier tout bas Jacques de faire quelque chose. C'était lui qui savait comment tuer les boîtes de conserves maléfique, alors il devait savoir comment arrêter les hybrides d'oiseau coincés dans le plancher !
Persuadée qu'elle pouvait très bien finir sa vie dans le hall d'entrée sans jamais plus revoir sa chambre ou sa famille, elle s'accrocha un peu plus fort au jeune homme. Il pouvait les sauver, elle le savait.

« Her, du calme ! Ça sert à rien de s'agiter, merde – tu lui fais peur ! On peut pas t'aider si t'agites tes machins comme ça ! »

Au fond, si elle devait mourir, autant savoir de quoi elle allait mourir.
Pas le temps de disputer Jacques et lui faire un long monologue sur la politesse. Se penchant sur le côté, Nikoleta risqua un regard apeuré dans la direction de la nouvelle venue, qui battait frénétiquement l'air avec ses ailes blanches. Comme un animal pris au piège, elle se débattait sans comprendre, et la jeune femme eut peur qu'elle ne se blesse avec les lattes déchirées. Pour autant, impossible d'aller l'aider; si elle laissait sa peur de côté, et comme l'avait mentionné Jacques, ses ailes empêchaient tout contact. Si seulement elle avait daigné les replier pour leur faciliter la tâche... Au lieu de ça, un nouveau grincement fit fermer les yeux à Nikoleta et après une cacophonie confuse, il n'y eut plus aucun bruit.
Curieuse et surprise quoique toujours terrorisée, elle vit la jeune femme étalée à terre, les jambes libérées mais apparemment étourdie. La Grecque ouvrit la bouche et la referma, incapable de trouver une réplique ou une réflexion utile à faire. Elle préféra se taire, dessinant les contours de l'inconnue de ses yeux verts, lâchant prudemment Jacques. Elle resta néanmoins derrière lui par précaution, ne sachant pas si Lylirose allait se remettre à battre des ailes ou s'énerver. Nikoleta ne voulait que très moyennement se prendre un coup d'aile en pleine figure. Si c'était pour finir par terre comme elle, sûrement pas: un blessé suffisait.

Habituée à être en retrait et à ne pas prendre de décisions, elle recula d'un pas. Peut-être qu'elle pouvait aller chercher de l'aide, ou... Mille propositions défilèrent dans sa tête, sans qu'une seule ne trouve le chemin de ses lèvres ou de ses jambes. Le vide dans ses mains lui rappela qu'elle avait fait tomber le chandelier sous le coup de la surprise, et elle l'avisa par terre, tout près de là. Elle aurait très bien pu se baisser pour le ramasser, mais une force invisible lui clouait les jambes au sol. Elle n'osait rien faire, rien dire, c'était à peine si le souffle de sa respiration ne lui semblait pas de trop.

Elle avait envie de pleurer, et pourtant elle n'aurait pas dû. Ce n'était pas elle qui s'était pris un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Lun 1 Juil 2013 - 21:14

Tant qu'elle ne se calmait pas, impossible de se rapprocher pour l'aider ; s'ils ne pouvaient pas l'approcher, impossible de la calmer de force. En clair, elle allait devoir se débrouiller toute seule pour soigner ses nerfs à vif. L'air battu par ses ailes donnait l'impression que le Hall était parcouru d'un vent désagréable et, un bras devant son visage, l'autre pris par le bol qu'il tenait toujours contre lui, Kélian n'avait pas la plus petite idée de quoi faire. Il envisagea l'idée de casser le sol à son tour pour élargir la brèche et lui permettre de se dégager, mais la perspective de s'empaler le pied dans le bois n'avait franchement rien d'attirant – à supposer qu'il soit seulement capable de le faire. Non, non. La seule façon de se tirer de là était que cette fille se calme et enlève doucement son pied des lattes brisées sans se faire trop mal ; il ne voyait que ça.
A priori, c'était plutôt mal parti.
Aussi cohérente que tout animal pris au piège, Lylirose répondit à la peur par l'agitation. Ce n'était pas qu'il tienne particulièrement à chaque nouveau pensionnaire, non, mais s'ils pouvaient éviter de s'écharper les jambes devant lui c'était d'autant mieux. Ne rien pouvoir faire l'énervait ; sentir Nikoleta appuyée sur lui l'énervait. Quel pensionnat de malades. Ça lui apprendrait à apeurer une parano chasseuse de haricots au lieu de manger son petit-déjeuner tranquillement, tiens – à ce stade, il était même prêt à considérer que tout ça n'était qu'une sombre machination divine à son encontre. Comme quoi la paranoïa devait avoir un côté contagieux. En attendant et peu importe leur bonne volonté, si elle continuait à s'agiter elle allait –
Tout casser.
Dans un craquement sourd, Kélian vit d'un œil une latte frapper l'oisillon à la mâchoire : son visage se crispa. Ben tiens, il manquait plus que ça. Plus concentré sur le mouvement de ses ailes du plus resplendissant des bleus que de ses jambes en ferraille, le jeune homme la vit chuter avant de comprendre qu'elle avait purement et simplement démoli une nouvelle partie du sol. Avec tout ce boucan, ce serait un miracle si ça ne leur retombait pas dessus plus tard ; beaucoup de pensionnaires préféraient éviter de s'attarder dans le Hall pour s'épargner les explications et les pleurs à n'en plus finir, mais le passage y était tout de même régulier. L'entrée de Lylirose ne passerait pas inaperçu. Heureusement que le Pensionnat aimait à se réparer tout seul, parce que...

Nikoleta recula tandis que l'Erynien, prudent, attendait deux ou trois secondes avant de ne s'approcher de la forme étendue au sol. Tout en prenant bien soin d'enjamber les lattes brisées qui jonchaient le plancher d'ordinaire impeccable, il vint se placer à ses côtés ; ni trop près ni trop loin, à proximité de ses ailes étendues. Étant donné qu'il y avait moins de risque de se faire casser la jambe par des plumes que par une jambière, c'était plus sage. Au premier abord, elle n'avait pas l'air blessée. Ou pas gravement, se corrigea-t-il en jetant un coup d’œil à son visage. Restait à prier pour qu'elle ne décide pas de les occire sur le champ.

« T'es en vie ? » Sans trop réfléchir, il se pencha vaguement au-dessus d'elle. « Tu devrais peut-être rester par terre, au cas où tu... »

Résigné, visage impassible, Kélian redressa le bol qui s'était penché en même temps que lui. Espérant machinalement qu'elle n'avait rien contre la confiture rougeâtre et les céréales dont il avait malencontreusement tâché ses plumes, il se baissa pour poser ce qu'il restait de son petit-déjeuner derrière lui. D'un bref mouvement du pied, il éloigna ensuite le bol de la scène du crime ; posa sur Lylirose un regard parfaitement stoïque.
Non, rien ne s'était passé.

« … Aurais encore envie de casser des trucs, poursuivit-il. Tu te crois où, là ? »

Craignant que revenir sur le sujet ne provoque d'autres catastrophe, il jeta un regard en biais à Nikoleta. Elle avait toujours un chandelier à proximité, après tout ; si la mutante s'énervait, en dernier recours, il comptait bien l'assommer et l'amener dans la chambre à son nom. Ce serait nettement plus pratique et radical.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Lun 1 Juil 2013 - 23:43

Sonné, la Walkyrie laissa mollement tomber sa main aux doigts tachés de rouge le long de son corps. Levant le nez au plafond, ses pupilles rétrécirent, éblouies par la lumière du lustre au plafond. L’objet tanguait légèrement, certainement à cause des coups et fracas qu’avaient engendré les nerfs à vif de Lukas. Ou alors ce n’était juste que son esprit malade qui lui jouait des tours. Ses paupières s’abattirent dans un soupire pour se protéger des rayons d’un jaune sale. Un léger bourdonnement prenait sa tête en otage, mais le garçon pouvait sentir que l’un des Péhainjies s’était approché. Ils ne pouvaient pas juste disparaître ? Ces personnes ne lui semblait pas être d’un secours certains … Ils ne savaient même pas ce qu’ils étaient ! Alors pour lui expliquer comment rentrer, le jeune homme n’y pensait même pas.
Les yeux toujours clos, ne sentant plus sa lèvre inférieure certainement gonflée et violacée, Lukas n’accorda que peu d’attention à cette voix qui lui conseillait de rester allongée. Celle de Jacques, sans doute. De toute façon, il ne comptait pas se lever.


« … Tu te crois où, là ? »

La guerrière rouvrit un œil bleu en direction de celui qui venait de parler. Dans cette position malheureusement, toujours légèrement secoué et ébloui, il ne put voir que la découpe de la silhouette sombre du personnage. L’effort raviva sa douleur à la mâchoire et, plus largement, au crâne. Ceci lui fit instinctivement porter ses mains au niveau de ses tempes, plaquant ses paumes sur ses joues en même temps. Lukas prit une grande inspiration par le nez avant d’évacuer l’air entre ses dents … puis se murmura alors à lui-même :

« C’est à ça que les jeunes aiment jouer de nos jours ? »

Ce genre de phrase avait le don de le vieillir. Il n’avait pourtant que la vingtaine. Maely aurait tout de suite fait une blague à propos de la retraite qui approchait pour son frère … Si elle avait été là. L’aîné des Robin ne pensait qu’à la cadette en cet instant. Il n’avait pas noté la souillure sucrée sur ses … les ailes de son avatar. Il ne voulait plus ouvrir les yeux s’il se savait encore dans ce foutu hall pixelisé.
Définitivement, quand il rentrerait (car oui, il rentrerait), le jeune homme balancerait le jeu à son oncle. C’était beaucoup trop et réel et dangereux et violent pour les enfants ! Avant d’aller chercher des cobayes, avaient-ils testé leur produit sur eux-mêmes ? Shaun allait l’entendre.


« Maely, je ne comprends rien. Réveille-moi maintenant, s’il te plaît … »

Lukas ravala sa salive et un peu de sang en même temps. Ce goût était affreux. L’idée qu’il soit enfermé pour de vrai dans ce pensionnat ne lui effleura pas l’esprit. C’était tout bonnement impossible. Il allait se réveiller, Maely lui sauterait au cou pour lui demander comment ça s’est passé, il lui dirait que c’était la pire expérience de toute sa vie, lui interdirait purement d’y rejouer et irait préparer une charlotte aux framboises. C’était la saison.

Pourtant …



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Sam 6 Juil 2013 - 15:54

...

L'urgence forçait certains à réagir vite et bien; Nikoleta, elle, se laissait submerger par l'affolement et n'arrivait plus à penser ou agir de façon concrète. Quand Jacques s'approcha de Lylirose, elle faillit bien le retenir par la manche pour l'en empêcher. Et quand il se pencha vers elle, elle serra les poings, la peur que la jeune femme lui mette un coup clairement peinte sur ses traits. Il fallait prendre des précautions, cette fille ressemblait un peu à un animal pris au piège. Et Nikoleta le savait – pas d'expérience, heureusement, les animaux qui avaient peur étaient les plus dangereux. Clouée sur place, elle glissait son regard sur ce qui l'entourait, revenant régulièrement sur les deux silhouettes qui se découpaient contre le plancher et les murs. Sa respiration revenue à la normale menaçait néanmoins de la faire souffrir à nouveau. Quelle idée, mais quelle idée... ce serait un miracle, pensa-t-elle, si l'état du hall et tout ce boucan ne leur retombaient pas dessus. Songeant à cela, elle reporta son attention sur le sol éventré, une nouvelle inquiétude aux lèvres. Le pensionnat se réparait tout seul, n'est-ce pas ? Parce qu'elle était franchement nulle en bricolage. Juste bonne à se mettre des coups de marteau sur le pouce, et encore !

Plus calme, Nikoleta se décida à se baisser pour ramasser le chandelier, le serrant entre ses doigts dont elle n'arrivait pas encore à chasser les tremblements. Puis, décidant que laisser Jacques seul face au danger n'aurait pas été très gentil de sa part (il l'avait quand même aidée), elle se rapprocha elle aussi de la femme oiseau échouée à terre. Celle-ci murmura d'ailleurs quelque chose qu'elle ne comprit pas; cela incita Nikoleta à se rapprocher encore. Elle n'avait pas l'air d'aller bien, ils auraient peut-être dû l'amener à l'infirmerie... Juste au cas où.

« Maely, je ne comprends rien. Réveille-moi maintenant, s’il te plaît … »

Décidément pas dégourdie, Nikoleta manqua de buter contre le bol que Jacques avait envoyé promener sans qu'elle s'en aperçoive. Lylirose n'avait pas l'air de savoir où elle était, et encore moins de les avoir cru. Nikoleta détestait annoncer de mauvaises nouvelles, et lui assurer qu'elle ne pourrait jamais sortir et allait devoir rester là toute sa vie... ce n'était pas exactement ce qu'on pouvait appeler une bonne nouvelle, hein ? En fait, c'était même une des pires qu'on puisse recevoir avec celle plus vraisemblable de la mort d'un proche. Ils étaient enfermés ici à vie, sans moyens de communication, incapables de dire à leurs proches s'ils allaient bien ou pas. Tournant et retournant le chandelier entre ses mains, la jeune femme cherchait quoi dire pour apaiser la nouvelle venue, mais ne trouvait rien. Son truc à elle, c'était plutôt d'être maladroite.

Alors tant pis. De toute façon, elle en avait marre de garder la bouche close. Elle avait la désagréable impression d'être la personne la plus inutile et incapable de la planète – ou au moins du pensionnat.

« Le problème, c'est que tu ne rêves pas. »

Pas un rêve, pas un cauchemar, elle était bel et bien réveillée. Elle avait poussé la mauvaise porte, déchiqueté une bonne partie du parquet, et la douleur n'était pas non plus artificielle. Elle savait que c'était dur à accepter au début, et si elle avait pu considérer les conditions d'entrée de Lylirose, elle aurait mieux compris sa confusion. Mais ignorante et effrayée à l'idée d'empirer les choses, Nikoleta pouvait juste la regarder, cachée derrière son chandelier comme s'il s'était agit d'un bouclier magique. Qu'ils forcent la réalité ou non, elle reviendrait frapper la guerrière de plein fouet un jour ou l'autre. Alors qu'est-ce qu'il valait mieux faire ?

A part se raccrocher aux paroles de Jacques, elle n'en avait pas la moindre idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Lun 15 Juil 2013 - 19:51

Elle ne comprenait rien. Ça crevait les yeux. C'était à s'en demander si elle écoutait seulement ; et très franchement, il n'était pas sûr de pouvoir le lui reprocher. Si elle était logique, si elle était entrée dans un endroit inconnu, alors la situation devait lui paraître plausible. Pourquoi ça ne se serait pas ouvert, hein ? Pourquoi tout se serait subitement mis à ne plus fonctionner ? Ils ne pouvaient pas lui expliquer l'illogique avec des arguments clairs, ça ne marcherait pas. S'occuper des crises de nerfs de nouveaux arrivants perdus, ce n'était pas son truc. Il n'était doué ni pour rassurer, ni pour consoler. Nikoleta de son côté n'en menait pas large non plus ; quoi qu'elle s'était rapprochée, chandelier en main, elle n'avait pas l'air plus à l'aise que depuis leur arrivée dans le hall. Toujours stressée. Pour une fois, il la comprenait : c'était stressant. Que voulez-vous dire dans ce genre de cas ? Ce n'est pas un jeu, ce n'est pas drôle, ce n'est pas crédible mais c'est la stricte vérité ? Il va falloir s'y faire, alors autant commencer tout de suite ? Les possibilités ne manquaient pas, mais leur pertinence restait à voir.
Ainsi allongée au sol, mains posées sur son visage, elle faisait peine à voir. Ce n'était pas exactement l'image même de la guerrière à plumes qu'elle semblait être. Il y avait fort à parier pour que toute cette agitation inutile l'ai fatiguée ; de ça ou de l'incompréhension, impossible de dire ce qui la maintenait clouée au sol. Pas qu'il s'en plaigne – il préférait la savoir par terre, pour l'instant – mais sa silhouette immobile rendait la scène encore plus dramatique qu'elle ne l'était déjà. Kélian aurait sincèrement préféré éviter les « tu ne reverras plus jamais ta famille » et autres vérités brutales. Elle n'avait pas intérêt de pleurer.

« Maely, je ne comprends rien. Réveille-moi maintenant, s’il te plaît … »

Apparemment, ce n'était pas près de s'arranger.
Les mouvements de Nikoleta attirèrent son attention ; n'importe quoi aurait réussi à le détourner de son objectif, à ce stade. Aider était bien plus difficile que le contraire. Allez lui dire que « tu ne reverras jamais Maely, ha ha » sans vous sentir un minimum coupable : ce n'était pas si simple. C'était même d'autant plus désagréable qu'ils avaient tous vécu ce que Lylirose était en train de vivre. Ils savaient pertinemment que se faire bien accueillir comptait. S'ils la laissaient partir sans s'assurer qu'elle avait compris les enjeux, qui sait ce qu'elle aurait pu aller faire ? S'envoler par une fenêtre, se perdre dans la forêt et se faire manger par une bestiole ou le truc qui y rodait ? Non merci, sans façon. Ça, elle le ferait après avoir parfaitement compris de quoi il retournait. Que ce ne soit plus le problème ni de Jacques, ni de Kélian.

« Le problème, c'est que tu ne rêves pas. »

Ni de Nikoleta. Dans un soupir exaspéré, le jeune homme vint passer sa main sur son visage ; pinça l'arrête de son nez, comme pour forcer ses pensées à s'agencer correctement. Elle ne rêvait pas, non. Ou bien elle rêvait et eux n'en avaient pas conscience – mais pour l'instant, il ne pouvait que lui expliquer ce dont il était sûr. A savoir que cet endroit ne la recracherait pas uniquement pour ses jolis yeux et ses plumes bleues.
Dos redressé, bras croisés, il baissa les yeux vers l'oisillon.

« Précisément. Donc ta Maely va pas revenir te chercher. En fait, tu la reverras même sûrement jamais. »

Ses sourcils se froncèrent. Arrivés là, c'était tout ou rien ; si elle ne voulait pas comprendre, ils ne pourraient pas la forcer.

« T'es enfermée à vie, comme tout le monde, tu reverras pas ta famille, comme tout le monde, et crois-moi on est aussi désolés que toi pour ça – sa voix se fit sensiblement plus agressive – mais c'est comme ça et ça changera pas. On y peut rien. Compris ? »



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Jeu 15 Aoû 2013 - 13:58

« Le problème, c'est que tu ne rêves pas. »

La charlotte allait devoir attendre. Nikoleta et Jacques étaient toujours là, à regarder le corps gisant de la guerrière à plumes. Quel spectacle. Ils voulaient l’aider, lui faire comprendre à cette pauvre Lilyrose. Cependant, Lukas ne voulait simplement pas. Il sera sa mâchoire et se décida à retrouver une position assise. Le jeune homme aurait bien fini par se relever entièrement aussi s’il avait su comment bouger son attirail de métal tout en évitant d’achever le plancher. Son menton se releva en direction des deux autres protagonistes.

« Précisément. Donc ta Maely va pas revenir te chercher. En fait, tu la reverras même sûrement jamais. »

Lukas ouvrit grand les yeux, pris d’une sorte d’effroi, son estomac se serrant douloureusement. Peut-être que ces intelligences artificielles n’étaient pas si artificielles que ça, finalement. Peut-être qu’il n’était plus vraiment dans le simple jeu où il se croyait un peu plus tôt. Non. Impossible. Enfin, comment ça pourrait l’être, dîtes ? Le garçon voulut se mordre la lèvre inférieure, mais son geste réveilla la vive douleur du coup reçu un peu plus tôt. Tout était vrai, hein, il ne rêvait sans doute pas.
Le voilà héros d’une histoire de science-fiction. Le jeune homme avait lu tant de scénarios de ce genre : des adolescents qui, invités à tester un jeu vidéo, finissaient par en être tout bonnement prisonniers … Petite différence notable serait le manque d’espoir dans le discours final de Jacques. En fait, lui et Nikoleta étaient loin de stéréotypes des héros de romans jeunesse … ni d’adolescents fans de consoles portatives.
Tout était loin d’être clair, mais au moins il avait retrouvé son calme. Au fond, il essayait de se rassurer : il serait de retour chez lui tôt ou tard. De plus, Lukas pensait surtout qu’il valait mieux que ce soit lui qui soit face à face à ce genre de drame problématique que sa sœur. Las de ne rien faire, le poisson mis à part, Lukas choisit de se libérer de l’équipement emprisonnant ces jambes. De toute façon, celui-ci s’avérait être un danger pour le Hall … Le plus délicatement possible, la Walkyrie commença donc sa tâche de "déchaussement". Le jeune homme n’en oublia cependant pas les deux spectateurs de son comportement étrange :


« Donc … Euh. Vous êtes aussi des joueurs test de … … »

Il ne se souvenait même plus du titre tellement ça lui avait paru insignifiant ... et compliqué pour rien.

« … de ce jeu ? Un certain Shaun Robin est venu vous le proposer ou …? »

Lukas ne croyait pas son oncle capable d’enfermer délibérément des gens dans un jeu. Lorsqu’ils remarqueraient l’inconscience d’une partie des testeurs, il ferait certainement tout pour les sortir de là.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mer 28 Aoû 2013 - 1:47

...

Nikoleta écoutait Jacques, angoissée à l'idée que la nouvelle arrivante puisse mal digérer ce flot d'explications et les prendre pour cible. Quand elle voyait les dégâts qu'elle était parvenue à infliger au plancher, elle ne pouvait que prier pour ne jamais se retrouver sous ses bottes en fer. Lylirose avait l'air surprise, peut-être apeurée ou décontenancée, et Nikoleta avait mal rien qu'à se représenter une peine qu'elle avait déjà reçu de plein fouet quelques mois plus tôt. C'était dur d'admettre que les papiers punaisés sur le panneau n'étaient pas qu'un immense canular. La jeune femme aurait mille fois préférer s'être endormie en plein milieu de la rue ou être entrée par hasard dans une drôle de télé-réalité. Mais non, et il fallait le voir pour le croire : tout était vrai. Les nouveaux qui passaient chaque jour la porte le prouvaient. Des Américains, des Australiens, Français, Espagnols... et des femmes en armure et à plumes. Tous capables de se comprendre, issus d'époques différentes.

C'était fou, mais c'était vrai. Nikoleta compatissait et faillit presque lui proposer de l'aider avec tous ces trucs qu'elle avait sur les jambes et qu'elle devait enlever, et ne se retint qu'avec la pensée qu'elle ne lui aurait été d'aucune aide. Au mieux, elle aurait réussi à se couper ou coincer un quelconque mécanisme. Piégée dans ce rôle de figurante silencieuse qu'elle n'avait jamais autant détesté, la guerrière mit heureusement fin à l'attente en rajoutant une autre couche de mystère sur leur millefeuille déjà bien épais.

« Donc … Euh. Vous êtes aussi des joueurs test de … … »

Nikoleta écarquilla les yeux, espérant vainement que la suite de la question serait plus claire que son début. Pas de chance.

« … de ce jeu ? Un certain Shaun Robin est venu vous le proposer ou …? »

Shaun Robin ? Nikoleta n'aurait pas pu paraître plus perdue. Elle dévisagea un moment la jeune femme aux ailes, avant de se tourner vers Kélian, puis de fixer un des tableaux qui pendaient des murs tapissés. Joueurs test, jeu... Elle pensait qu'ils étaient dans un jeu ? L'idée parut absurde à la Grecque, qui n'avait jamais été le cobaye d'un industriel du genre. Sans compter qu'en 2004, le jeu vidéo était encore loin d'atteindre un tel seuil de réalisme. Lylirose pouvait tout aussi bien parler chinois que ça n'aurait pas plus aidé Nikoleta. Les pièces refusaient de se mettre en place dans son esprit et, curieusement, elle avait l'impression d'avoir raté une ou deux marches.

Elle se sentit obligée de parler pour extérioriser son trouble.

« Euh, non, enfin je ne connais pas de Shaun Robin et... enfin... je ne comprends pas cette histoire de jeu. »

Quoi que soit le jeu dont elle parlait. Tout ça était réel et loin d'être monté en pixels ou en préfabriqué. Nikoleta serra le bout des doigts sur le métal froid du chandelier pour s'en persuader. C'était là, c'était tangible et c'était réel, tout comme les animaux qui parlaient et les géants à la peau verte ou aux cheveux blancs et aux longues oreilles. Elle déglutit, mal à l'aise.
Pour lui expliquer qu'elle avait passé le pas d'une porte magique et que tout ça n'avait rien d'un jeu (à part peut-être une grande farce morbide organisée par les sorciers de Harry Potter), ça n'allait pas être facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Ven 13 Sep 2013 - 22:30

L'air aussi intéressé par toute cette situation qu'un caillou par l'averse, Kélian-Jacques tapota des doigts contre ses bras croisés. S'il avait pu s'en moquer carrément, ç'aurait quand même été beaucoup plus simple à gérer. Il était un peu tard cela dit pour regretter ne pas être un minéral ; à priori, ce n'était pas le souhaiter qui allait changer quoi que ce soit. C'était même certain. S'il avait pu convaincre Lylirose de les croire mot pour mot aussi simplement, tant qu'à faire, il n'aurait pas été mécontent non plus. Ça aurait été une bonne chose de faite. Une corvée en moins pour tout le monde, l'oisillon y compris. Plus vite elle accepterait la réalité des faits – je suis enfermée dans un endroit magique dont personne ne sort –, plus vite elle pourrait s'adapter et... Faire son deuil, sans doute, ou se mettre en quête d'une sortie quelconque. Les deux réactions étaient valables, songea-t-il en observant les mains de la jeune fille s'affairer à défaire ses bottes. Il craignait un peu qu'un faux mouvement ne vienne briser de nouvelles lattes.

« Donc … Euh. Vous êtes aussi des joueurs test de … … »

Sourcils froncés asymétriquement, le jeune homme sentit sa perplexité grimper à mesure que les mots venaient s'aligner les uns à côté des autres. Ce n'était pas encore insensé, mais pas loin : ce Shaun Robin lui était aussi inconnu que le jeu auquel elle faisait vraisemblablement référence. Rien qu'à l'appellation « joueur test », de toute façon, il aurait pu parier que ce n'était pas une question à laquelle il allait pouvoir répondre par l'affirmative. Il ne savait pas ce que cette fille avait au juste à vouloir leur coller des qualificatifs bizarres – entre ça et les PNJ, hein – mais lui en tout cas n'y comprenait strictement rien. Or s'il ne comprenait pas, c'était que non, il n'était ni machin ni truc et encore moins une connaissance d'untel qui ne devait même pas vivre dans le même système solaire que lui. A moins que cet homme soit connu dans tout les univers, les chances étaient basses.
En désespoir de cause, l'erinyen jeta un coup d’œil en direction de Nikoleta. Elle n'avait pas l'air d'en mener beaucoup plus large que lui ; dommage. Si elle avait connu ce type, ça aurait pu débloquer la situation. Même s'il était vrai que, présenté comme ça, la femme-oiseau ne donnait pas l'impression d'être en train de parler d'un homme politique ou mondialement connu. Si elle était encore perdue dans son histoire de Maely, de réveil et de jeu, ça pouvait être littéralement n'importe qui.

« Euh, non, enfin je ne connais pas de Shaun Robin et... enfin... je ne comprends pas cette histoire de jeu. »

C'était à prévoir, mais Kélian en soupira malgré tout.

« Idem. Jamais vu, connais pas. »

Ça, pour ne rien saisir, il ne saisissait rien. C'était violent. Et puisqu'apparemment lui expliquer les choses clairement et calmement ne marchait pas – ce qui n'avait rien de franchement étonnant, mais ça restait agaçant – ils allaient devoir trouver une autre méthode pour lui faire rentrer dans le crâne que, peu importe comment elle était entrée ici, cet endroit n'avait plus aucun rapport avec le monde extérieur. C'était plus simple quand les nouveaux arrivants se pointaient dans un endroit qui n'avait rien à voir, comme lui l'avait fait. Atterrir là en pensant rentrer chez soi, c'était tellement bizarre qu'on était prêt à croire tout ce qu'on voudrait bien nous dire.
Sauf que si vous vous apprêtiez à rentrer dans un endroit inconnu ou un truc semblable, eh ben... Ça grimpait d'un cran niveau explications à fournir.
L'air aussi sérieux que réflexif, sourcils froncés, le jeune homme tourna la tête vers Nikoleta.

« On devrait peut-être l’assommer et la laisser dans sa chambre, proposa-t-il d'une voix atone. Comme ça ce sera à ses voisins de la convaincre. »

Après tout, ils avaient son prénom et un chandelier. Ça aurait suffit.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Dim 22 Sep 2013 - 14:00

Triturant les sangles avec ses doigts fins, la Walkyrie se dit que ces bottes étaient bien compliquées. Peut-être n’étaient-elles même pas faites pour être enlevées de toute façon … Ou alors il y avait un autre système beaucoup plus simple à base de magie virtuelle qu’il ne connaissait pas. De toute façon, plus rien ne semblait vouloir fonctionner.
Les questions de Lukas qui se voulaient rhétoriques n’eurent pas la réponse qu’il espérait :


« Euh, non, enfin je ne connais pas de Shaun Robin et... enfin... je ne comprends pas cette histoire de jeu.
- Idem. Jamais vu, connais pas. »

La Walkyrie leva la tête vers ses spectateurs en fronçant les sourcils d’incompréhension. Finalement, rien ne s’était vraiment éclairci ! Etaient-ils réels, ou les fruits d’une machine … Hm, le jeune homme préféra continuer d’opter pour la première idée.

« On devrait peut-être l’assommer et la laisser dans sa chambre, proposa-t-il d'une voix atone. Comme ça ce sera à ses voisins de la convaincre. »

Lukas ne prit pas cette phrase pour lui, comme s’ils parlaient d’une personne qu’il ne connaissait pas. Enfin, il se débarrassa de l’armure qui encerclait ses jambes et se releva. Une drôle de sensation de légèreté l’envahit … Avec les jambières, il avait eu l’impression de porter un simple pantalon. A présent, c’était comme si ses jambes étaient beaucoup trop libre, aérienne. Décontenancé, il faillit trébucher. La guerrière ailée commença à faire de bref étirement avec ses membres, vérifiant qu’ils étaient bien les "siens".
Se souvenant subitement qu’il n’était pas seul, Lukas fixa la jeune fille dans les yeux.


« Hmmm. Un instant. Si ce "jeu" ne vous dit rien … Hrm, comment vous expliquez que je sois une fille à moitié albinos en armure avec des ailes dans les hanches ? »

Récitant cette phrase, Lukas se rendit compte que les développeurs avaient eu un débordement d’imagination pour la création de cette race … Il ne savait pas de quoi était composé le reste du bestiaire, mais ça ne devait sans doute pas être mieux. Bref, le jeune homme passa de Jacques à Nikoleta, se demandant bien à quel genre de révélation il allait faire face à présent.
En fait, il était tombé dans un manoir se baladant entre diverses dimensions et cueillant par la même occasion quelques nouveaux spécimens perdus ? Il se dit qu’il avait déjà lu un livre doté d’un tel scénario … Enfin, une sorte d’œuvre de science-fiction avec un vaisseau spatial voyageant à travers le temps et l’espace où le Commandant cherchait à produire un zoo intergalactique. C’était fou, non ?



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Ven 27 Sep 2013 - 22:02

...

« On devrait peut-être l’assommer et la laisser dans sa chambre. Comme ça ce sera à ses voisins de la convaincre. »

Nikoleta fronça les sourcils et secoua la tête. Scandalisée, elle lui jeta même son plus beau regard noir ; pas très convainquant, mais il fallait faire avec. Avait-on idée d'assommer les gens parce qu'on ne comprenait goutte à la situation ! Non, ce n'était pas la solution, songea la jeune femme tout en regardant leur drôle d'interlocutrice ôter les armures qu'elle portait aux jambes. Ses colocataires n'arriveraient sûrement pas à la convaincre mieux qu'eux, et on ne savait jamais sur qui on pouvait tomber. Elle avait vu de drôles de personnages se promener, tout droit sortis du Seigneur des Anneaux ou d'un autre roman d'heroic-fantasy. Il y en avait à la pelle. Intrigants et sûrement dangereux... La boîte de haricots mangeuse d'hommes était toujours logée dans un recoin de son esprit, bien qu'elle n'ait strictement rien à voir avec Legolas, Gollum et tous leurs cousins.
Le plus sérieusement du monde, elle considéra en parler à Lylirose, qui s'étirait. Quelque chose la retint.

Son bon sens ou la prise de parole de la fille ailée, allez savoir. Peut-être un peu des deux.

« Hmmm. Un instant. Si ce "jeu" ne vous dit rien … Hrm, comment vous expliquez que je sois une fille à moitié albinos en armure avec des ailes dans les hanches ? »

Allons bon. Cette réflexion faisait un désagréable écho à ses précédentes pensées. La timidité de côté, la curiosité l'emportant, Nikoleta fixa Lylirose de bas en haut, à la recherche d'un détail qui lui aurait échappé. Mais rien, dans l'apparence de la guerrière, ne jurait avec le reste. Chez elle, effectivement, elle en serait venue à se poser la question si elle l'avait croisé dans la rue. Ne rêvait-elle pas, n'était-elle pas en pleine délire ? Au pensionnat, c'était différent. Ça faisait trop longtemps qu'elle était ici pour se laisser aller aux douces rêveries de l'illusion. Elle n'était pas folle, hein. Sinon, ils l'étaient tous. Maigres probabilités.
Sur le coup, Nikoleta ne fut pas mal à l'aise. La réponse semblait si idiote, à la hauteur de la question, qu'elle sortit sans se faire prier.

« Parce que vous n'êtes pas humaine, peut-être ? Ici il y a des hommes à la peau verte, d'autres poilus, des extraterrestres... Et même une Elfe avec des cheveux blancs. »

A propos de laquelle elle se garda bien de préciser qu'il lui arrivait de la suivre. Elle ne voulait pas être prise pour une stalkeuse, non plus.
Pas fière de son propos mais jugeant qu'il répondait tout à fait à ses interrogations, elle esquissa un sourire. Avec toute la faune du pensionnat, on avait parfois tendance à se croire au zoo. C'était bizarre de se dire que tous ces gens existaient quelque part, très, très loin de son monde... La mappemonde de l'école ne lui avait jamais paru aussi petite, et la Grèce aussi insignifiante. Il y avait tant d'histoires et de choses à apprendre, en dehors du système solaire. Elle trouva dommage que tout ça ne soit pas à portée de mains.

Puis elle se souvint de quelques individus à l'aspect effrayant, de la boîte de haricots, du monstre qui hantait quelques dessous de lits et elle flatta l'ignorance de ses amis restés de l'autre côté de la porte. En fait, c'était très bien comme ça.

Il n'aurait plus manqué qu'une armée de guerrières albinos à plumes n'envahissent leur monde... Nikoleta laissait volontiers ça à la science-fiction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slow Motion Suicide
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Faire piquer des crises de nerfs aux autres.
• AEA : Un truc aux écailles multico - ...hein ?
• Petit(e) ami(e) : YHTGFDHFREUIGF

RP en cours : That we can climb

Messages : 187
Inscrit le : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Sam 12 Oct 2013 - 1:35

Au regard noir de Nikoleta, Kélian répondit par un haussement d'épaule détaché. Qu'on ne vienne pas se plaindre ensuite ; il aurait proposé. C'était même franchement aimable de sa part, de prendre sur lui pour régler la situation d'une main ferme et résolue – chose qu'il ne faisait que trop rarement, soit dit en passant. Enfin. Apparemment, l'idée ne leur plaisait pas. A la chasseuse de haricot, du moins, puisqu'Oisillon était vraisemblablement trop occupée à essayer d'admettre qu'elle était tombée du nid pour comprendre ce qui se passait au-dessus de sa tête. Ça ou elle s'en moquait éperdument. L'un dans l'autre... Un nouveau haussement d'épaule, cette fois plus pour lui-même que pour son auditoire incompréhensif, vint plonger ses mains dans les poches de son pantalon. Que le monde était injuste envers son génie.
Ce n'était pas comme si sa solution ne comportait que des mauvais côtés, en plus. De son point de vue. Le jeune homme, qui avait de dépit laissé son regard dériver loin de Lylirose, avisa son bol à demi-rempli ; constatant qu'il était toujours abandonné au sol, il se fit la réflexion on ne peut plus pertinente qu'il faudrait à tout prix le ramasser. Du moins s'il ne voulait pas qu'un abruti ou deux (du genre blonde et toujours en train de courir partout, par exemple) ne se brise la nuque en mettant malencontreusement le pied dedans. Accident qui lui serait à tout jamais resté sur la conscience, pensez bien. D'autant plus que l'aspect du petit-déjeuner l'aurait vite dénoncé, pour peu que la victime le connaisse ; ils n'étaient pas six mille à tenter des mélanges aussi exotiques. A priori.
Tandis qu'il songeait à toutes les conséquences dramatiques de ses actes, la femme-oiseau avait semble-t-il réussi à retirer ses bottes : lorsqu'il sortit de ses réflexions, il dut donc ajuster son regard pour ne pas rester à fixer ses pieds. Elle avait l'air curieusement moins effrayante, sans ses armes de guerre. S'il l'avait vue vêtue d'une tenue lambda, ailes ou pas, il ne se serait probablement pas inquiétée de se la mettre à dos – et ce aussi trompeuses puissent être les apparences, parce qu'il n'avait pas que ça à faire de se méfier de tout le monde.

« Hmmm. Un instant. Si ce "jeu" ne vous dit rien … Hrm, comment vous expliquez que je sois une fille à moitié albinos en armure avec des ailes dans les hanches ? »

Kélian clôt un bref instant ses paupières, imitant à merveille le « oh, si tu savais » du vieillard en ayant déjà vu bien plus que la pauvre petite pousse fragile devant eux – et dont l'innocence, donc, excusait l'idiotie totale. Des filles à moitié albinos en armure avec des ailes dans les hanches, c'était... Peut-être parmi les choses les plus étranges qu'il ait vu jusque là, mais définitivement pas hors-catégorie. Pour ça, il attendait les bras par dizaines et les géants de trois mètres de haut. Lui-même avait été suffisamment perturbé de se retrouver balancé ici en tant que minorité absolue ; les humains, tant dans leurs coutumes que certains de leurs traits physiques, réussissaient encore à le laisser perplexe. Alors, comment dire...

« Parce que vous n'êtes pas humaine, peut-être ? Ici il y a des hommes à la peau verte, d'autres poilus, des extraterrestres... Et même une Elfe avec des cheveux blancs. »

Le ricanement mesquin du jeune homme, né quelque part entre les hommes à la peau verte et les personnes couvertes de poils, mourut comme un feu sous l'averse à la mention des elfes. Nikoleta en fut quitte sans le vouloir ni probablement s'en rendre compte pour une magnifique grimace ; ses yeux gris firent un bref aller-retour de la fautive à la semi-albinos. Putain d'elfes. Ça sentait presque la conspiration, cette façon qu'elle avait d'apparaître – au sens propre comme au figuré – sans demander la permission.
Il lui filerait un coup de pied plus tard, tiens. Ça lui apprendrait.

« Grandiose, ouais, conclut-il brillamment en grommelant sa bonne humeur. Y'a de tout, c'est la fête. Et encore, on te parle pas des cannibales, des malades mentaux et des putains d'emmerdeurs qui sautent du toit de temps en temps. » D'un mouvement de tête négatif, il tenta de reprendre le fil de ses pensées. « Pourquoi ta tête serait pas normale, au juste ? T'es censé être un type obèse et en fin de vie ? »

Si elle ne considérait pas son apparence comme "standard", ça ne pouvait pas être la tête qu'elle se trimballait tout les jours.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« A green light, unkind ; nowhere to go on a one track mind. It's a break down at the wrong time - I'm catching up, but I'm still behind. We did it right, we did it right for some time ; but I looked up, and you were gone. We did it right, we did it right for some time - I couldn't give you what you want. Cause you just want to take a faster ride ; lower lows, higher highs. Get it, get it, go until you get it right - and I hope you find it. »

So welcome to the quiet before the storm hits :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Pluie d'étoiles entre ses doigts.
Messages : 30
Inscrit le : 21/04/2013

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    Mar 15 Oct 2013 - 12:00

« Parce que vous n'êtes pas humaine, peut-être ? Ici il y a des hommes à la peau verte, d'autres poilus, des extraterrestres... Et même une Elfe avec des cheveux blancs. »

Bon. Peut-être pas si fou. Heureusement, au contraire d’un zoo, il n’y avait pas de cages ici … Ou alors le manoir était une grosse cage en lui-même, une sorte de réserve naturelle où les "animaux" cohabitaient en toute "liberté". Y avait-il des caméras ? Suivait-on leur aventure comme dans les documentaires animaliers ? Enfin, pour faire un tel manoir, pas besoin de caméra, la seule force de leur esprit omniscient devait suffire à les observer … Plus ses pensées s’enchainaient, plus Lukas se disait qu’il lisait certainement un peu trop. Mais d’un autre côté, encore une fois, en cet instant il se trouvait dans le corps d’une femelle 3D albinos avec des ailes dans les hanches. Qu’est-ce qui pouvait être plus fou ?

« Y'a de tout, c'est la fête. Et encore, on te parle pas des cannibales, des malades mentaux et des putains d'emmerdeurs qui sautent du toit de temps en temps. »

Oh. Oui, certes. Hm. La tête de la Walkyrie s’inclina légèrement sur le côté. D’accord. Intéressant. Il avait hâte de voir ça. Ou pas. Les deux personnes devant lui ne semblait pas faire partie de ces catégories pourtant, il ne devait donc pas y avoir que ça … Au pire, ce n’était pas si différent de ce qui composait son monde d’une certaine façon, alors il n’avait qu’à faire comme d’habitude. Abstraction.

« Pourquoi ta tête serait pas normale, au juste ? T'es censé être un type obèse et en fin de vie ? »

Vous ne seriez pas surpris si je vous disais que Lukas avait du mal avec le second degré ? Il n’était jamais vraiment certains des sens cachés ou des boutades … Il se mit à plisser des yeux à la réflexion de Jacques et porta son regard sur ses pieds nus un bref instant. Enfin "ses" pieds … Bref, il réfléchissait. Comment les gens le voyaient d’habitude ? Bien que l’aîné fut souvent traité de "vieux" par Maely ou tout autre garnement, Lukas pensait vraiment être loin de la fin de sa vie. Naturellement, tout accident était possible et c’était le mieux placé pour le savoir. Mais bon. Ensuite, personne ne l’avait jamais vraiment nargué sur son poids. D’après son docteur traitant, son indice corporel était dans la norme.
Après cette brève introspection, il releva la tête afin de répondre au brun :


« Non, je dirais que je suis un garçon banal. »

Loin de se douter que l’affirmation pouvait être désignée comme insoupçonnée, il l’avait prononcé dans un ton neutre. Comme s’il parlait du prix du pain qui n’aurait pas tant augmenté, malgré les râles de nombreux clients aigris.
Conscient que le temps passait vite et qu’il avait sans doute joué le rôle du boulet dans toute cette histoire, Lukas enchaîna tout de suite :


« Vraiment désolé pour tout ça … Je ne comprends pas ce qui m’a pris. A moins que vous ayez d’autres choses à me dire, je devrais pouvoir me débrouiller. J’en suis obligé, de toute façon … »



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

• • • rosybrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Plumes et Aventure. { Libre }    

Revenir en haut Aller en bas
 

Plumes et Aventure. { Libre }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Hall d'Entrée-
Sauter vers: