AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeSam 27 Avr 2013 - 1:13

Les pattes griffues des arbres ne lui paraissaient plus si effrayantes désormais. Elles s’élançaient à l’assaut du ciel et seules les plus basses s’amusaient à griffer son dos ; il les repoussait du dos de la main, un geste répétitif qui ne lui arrachait plus ni grognement ni soupirs. Courtney était morte, Emrys était mort. Ils sont morts. Plus Wang contemplait cette réalité, plus elle lui semblait diffuse, éthérée –et sous la frondaison qui surplombait ces troncs maigres et vétustes, il pensa pouvoir définitivement l’oublier. Le sang avait séché sur ses mains et pouvait passer pour de la terre. Le liquide sombre dans la lumière du crépuscule se fondait dans ses cheveux noirs et les séparait en paquets humides plaqués vers l’arrière de son crâne où résonnaient trop de voix pour qu’il comprît réellement la teneur de leur babillage. Ce devait pourtant être important. Le Mandchou s’arrêta et gratta un peu de mousse sur l’écorce d’une aubépine, constata qu’elle se collait à la mélasse sur ses doigts. Il les essuya comme il put sur son pantalon, frénétique.

Il fallait se débarrasser de ce truc au plus vite. Son estomac se noua : et si la bête rôdait toujours, déchirant de ses serres le tapis d’humus ? L’affronterait-il ? Serait-elle attirée par l’odeur métallique et si caractéristique du sang ? Serait-il recouvert de poussière ? Un mouvement sur la droite, quelque chose sur la gauche –du calme, ce ne sont que des buissons agités par la brise. Une armée de gigantesques points noirs croquait sa vue, l’obstruaient comme autant de nuages et Huan Yue se força à inspirer un peu de cet air dégueulasse qui puait la mort. Sa respiration s’était bloquée. Celle des deux dormeurs du cimetière aussi ; leur poitrine pourtant, lui semblait-il, se soulevait encore tranquillement quand il était parti.
Il n’y aura personne pour te sauver cette fois, s’époumona la Raison. Il faudra te débrouiller tout seul, adjura-t-elle. Tu n’es plus un enfant, remarqua-t-elle. Tu n’as pas envie de mourir, si ? Souviens-toi de ta chambre, de la couleur magnifique des érables en automne, des milkshakes si bizarre qu’une fille vraiment ordinaire t’as appris à faire, souviens-toi de ton amie aux longs cheveux rouges, de ton amie aux longs cheveux noirs, souviens-toi de Soren –il ne lui dirait jamais rien. Wang se sentait déjà mort et s’il ne l’était pas, sa tête le tuerait, il l’eût juré sans crainte de mensonge.

Peut-être que si tu gagnes ce jeu tu auras droit à une deuxième chance. Je vous en conjure, je vous en supplie à genoux, implora-t-il d’un ton monocorde. Je vais vous défendre comme vous l’avez demandé, je les tuerai s’il le faut –n’aie qu’une parole, respecte les ordres, fais ton devoir. L’amour de Mamoru lui parut une nouvelle fois bien illusoire. Il était à sa portée. Il eut envie d’avoir au moins ça, faute d’autre chose.
Aussi égoïste que cela parut, il ne voulait pas mourir. Il ne voulait pas qu’on l’enterrât. Et pendant tout ce temps, il leva les yeux au ciel qu’on ne voyait déjà plus d’ici ou se retournait pour deviner, bien loin derrière lui, les silhouettes des tombes et les ombres qu’elles projetaient sur le drap blanc chaque fois qu’il pensait aux autres. A William, à Allen, à la sorcière qui étaient à l’abri au temple –car ils l’étaient, pas vrai ? A tous ces gens pour lesquels il n’aurait pas dû s’inquiéter. Pauvre orgueilleux infatué de ta personne, pourquoi as-tu si peur pour toi et si peu pour les autres ?

Le Chinois, sans un mot, reprit sa marche. Il fallait trouver Ralph qui avait un couteau. Il fallait se venger puisqu’il n’avait plus le choix. A chaque son, son cœur se serrait un peu plus –une charpie hideuse, un mélange d’intestins, d’os broyés, de chair, de graisse et de sang. Résolu comme jamais il ne l’avait été, il écrasait le tapis branches de ses talons. S’arrêta net lorsqu’il se rendit compte que cette respiration précipitée, étouffée, n’était pas la sienne. Donnez-moi une deuxième chance, par pitié. Un sourire fleurit sur ses lèvres une seconde, alors qu’il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit :

« Courtney ? Emrys ? C’est vous ? Je savais bien que vous ne pouviez pas être… »
Revenir en haut Aller en bas
Jolly-Psychopath
Heather Maystood
Heather Maystood

+
Féminin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Donner une forme tangible aux expressions, les rendre réelles.
• AEA : Layne, une créature d'un film d'horreur. Mieux vaut ne pas trop le déranger...
• Petit(e) ami(e) : Qui est intéressé? Elle promet d'étudier votre cas mais, pfiou, elle croule trop sous les demandes pour pouvoir tout accepter!

Messages : 114
Inscrit le : 13/04/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 2:52

CECI EST UN FEU DE FORET WOULOULOU

[Bon, je sais, tu pars et tout se chamboule mais le timing était juste mauvais !D8
Donc c'est Heather qui a fait sa super-attaque après s'être noyée, et a 1)mis le feu au lac 2)fait s'écrouler le temple 3)mis le feu à la forêt. Le temps que le feu se propage, on a un peu le temps de faire parler tranquillement Wang et Claris avant de le prendre en compte.
Mais je lance dès maintenant le dé pour savoir s'ils seront abîmés pour pas oublier, voilà.♥]
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 2:52

Le membre 'Heather Maystood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42988530

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 26545564
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 13:35

{ Asphyxie } ← Claris Linden.

    Il faisait très sombre. L’écho d’une fuite éperdue battait à ses oreilles torturées par la froidure de l’air ; les pas affolées d’un herbivore traqué, d’un bébé faon qui courait dans les sous-bois à en perdre haleine. Ses courtes respirations emplies d’angoisse lui parvenaient par à-coups, comme depuis l’autre bout d’un tunnel. Elles étaient toutes proches. Elles sortaient de ses propres poumons.
    Claris avait la sensation de s’enfuir dans le vide. Elle ne voyait plus rien ; ses mains battaient l’obscurité sans trouver de prise alors même que d’invisibles branchages lacéraient son visage d’une pluie d’entailles brûlantes. Des gémissements erratiques s’étranglaient dans une gorge qui peinait à avaler les goulées d’air dont elle avait besoin, et malgré cela ses jambes continuaient de courir toutes seules. Elles semblaient détachées de son corps, et la fillette se serait presque attendue à les voir partir sans elle, si seulement elle avait encore été en état de réfléchir.
    Depuis le début, les évènements se pressaient dans sa tête comme une foule de fantômes aux yeux blancs, hurlante d’une cacophonie sans fin, et l’empêchaient d’agir. La paralysaient aussi sûrement que la peur. Elle ne comprenait rien. Elle n’avait pas voulu comprendre.
    Et quand enfin elle avait cru pouvoir tenir sur ses jambes toute seule, parce que la tourmente se calmait, qu’elle s’extrayait enfin du tourbillon noir et gluant de sueur et de sang… Quand enfin elle croyait que tout allait s’arranger…
    La fillette entendit à nouveau la détonation : un sanglot terrifié passa la barrière de ses lèvres et ses jambes épuisées réduisirent l’allure folle à laquelle elle détalait. La douleur afflua dans ses muscles fragiles, s’attardant sur chacun des bleus qui marbraient sa peau terreuse. La gamine tituba, les bras tendus et les yeux noyés de larmes, incapable d’appréhender ce qui l’entourait. Elle voulait que quelqu’un, n’importe qui, la tire de là. Elle ne voulait pas mourir. Elle ne voulait pas jouer à ce jeu, il était trop dur pour elle ; elle préférait se blottir dans ses couverture et fermer les yeux jusqu’à ce que la partie soit finie.
    Soudain, Claris sentit le sol se dérober sous ses pieds : d’un seul coup, ses tennis ne rencontrèrent plus que le vide et elle perdit l’équilibre. Avec un cri de détresse, la petite blonde chuta sur le flanc ; ses doigts s’emplirent d’une terre meuble qui s’effrita sous son poids, incapable de trouver une prise. Elle attrapa quelque chose de dur qui céda presque immédiatement, et glissa jusqu’au fond d’un trou où elle atterrit rudement sur les fesses.
    Claris laissa filer un gémissement douloureux. Sous le choc, ses larmes cessèrent de couler : quelques cailloux roulèrent sous ses pieds lorsqu’elle essaya de quitter la position inconfortable dans laquelle elle se trouvait, affalée sur un lit d’arêtes tranchantes. Elle leva la tête, les yeux écarquillés : le trou dans lequel elle était tombée n’était pas très profond. Elle aurait pu atteindre le bord supérieur en tendant les bras avec quelques centimètres de plus ; seulement, les parois meubles ne lui offraient pas d’appui. Ou en tout cas, avec cet clair-obscur, elle n’en voyait pas.
    Vaincue par cet énième coup du sort, Claris se recroquevilla dans un coin, les bras autour des genoux et les yeux levés vers le ciel. Sans aucun doute, elle allait mourir ici. Personne ne viendrait la chercher. Il vaudrait peut-être mieux que personne ne vienne la chercher, d’ailleurs. Que n’aurait-elle pas donné pour être en sécurité dans le manoir !
    Reniflant sans scrupule, la fillette essaya d’arrêter ce tourbillon de plaintes qui lui répétait encore et toujours la même rengaine. Elle était là, se disait-elle en essayant de rassembler un peu de courage, et elle ne pouvait rien y changer. Il fallait être forte, forte. Forte comme le garçon qui leur avait permis de s’enfuir, dans le cimetière. Forte comme Kélian.
    Kélian qu’elle avait laissé derrière.
    A cette idée, la fillette faillit laisser échapper une énième plainte. Elle avait beau se savoir inutile, avait beau comprendre n’être qu’un poids mort pour les autres, elle ne se pardonnait pas son geste. Elle s’était enfuie. Enfuie comme une lâche, une peureuse.
    Elle avait si peur.
    Elle n’était pas adulte. Elle n’était pas « grande », non. Elle n’y arriverait pas. Pardon, pardon. J’ai essayé, pourtant.
    La tête enfouie dans les bras, Claris resta assise là jusqu’à ce que le froid imprègne ses os. La nuit. Nuit. Des bruits anodins commencèrent à tourner dans sa tête comme des horreurs murmurées à voix basse. Un demi-sommeil faillit l’emporter, mais des visions de tendons charcutés et de chair sanguinolente sous des ongles manucurés venaient l’assaillir. Quand elle s’essuyait le visage, le sang séché s’écaillait sur ses doigts. Cela la rendait folle de détresse ; elle ne savait plus si elle était piégée au fond de cette fosse ou là-bas, près du lac, entourée de hurlements de douleur. Elle entendait encore leurs voix…

      « Courtney ? Emrys ? C’est vous ? Je savais bien que vous ne pouviez pas être… »

    Non, non. Il fallait se raisonner. Il n’y avait personne, personne qui…
    Négligeant toute réserve, Claris bondit soudain sur ses pieds et courut à la paroi près de laquelle s’était élevé la voix. Si ! Elle en était certaine, cette fois, elle avait entendu quelqu’un ! Au mépris de la prudence la plus élémentaire, l’enfant piégée dans la fosse s’écria d’une voix aiguë et écorchée par les pleurs que la peur avait taris :

      « Ici ! Je suis là ! S’il vous plaît, aidez-moi ! »

    Finies les bravades orgueilleuses, finis les cris de joie et les langues moqueuses. Finies les provocations ciblées et les galopades hypocrites. Elle ne savait même plus quel nom implorer.
    Au-dessus d’elle, le ciel flamboyait, et l’air charriait une odeur de brûlé.

Spoiler:
 


Dernière édition par Claris Linden le Jeu 2 Mai 2013 - 17:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 13:35

Le membre 'Claris Linden' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 58768097

--------------------------------

#2 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeMer 1 Mai 2013 - 2:20

Wang fronça les sourcils, secoua la tête. Le garçon cherchait à toucher terre et reprendre contact avec la réalité qui, diffuse, lui échappait. Dans l’obscurité naissante, les arbres se ressemblaient à s’y méprendre. Les yeux plissés, il scruta le vide entre leurs troncs faméliques à la recherche d’une ombre plus tangible que les autres. Les buissons épars se changeaient en silhouettes recroquevillées vers lesquelles le garçon tendait la main ; chaque fois, les feuilles semblaient sécher entre ses doigts sans que personne ne tournât un visage en pleurs vers lui. Une voix fendit l’air, aigüe et carillonnante. Paniquée sans doute, quelque part en contrebas. Il y avait dans cette supplique un accent désespéré et, par réflexe, le Mandchou baissa la tête. Un pas ici, par-là, non, par ici. On l’appelait à l’aide –c’est stupide, siffla le vent dans ses oreilles. C’est complètement stupide, stupide. Regarde-toi, couvert de sang, le cœur au bord des lèvres, mais pas franchement sur la main. Tu es fiévreux ? Tu le sens ? Pourquoi attendre ? Que Sa volonté soit faite, puisqu’il doit en aller ainsi.

Au moment de baisser les yeux vers la gamine qui le fixait avec tant d’insistance, Huan Yue le savait sans doute déjà. Ses yeux étaient bleus comme le ciel ne l’était plus, sa peau brunâtre de terre et ses doigts poisseux de sang séché. Regard vers ses propres mains : elles n’étaient pas bien différentes des siennes. Tous pareils, grinça-t-il entre ses dents en un sourire rassurant. Tous les mêmes, tous des meurtriers et tous des victimes. Agenouillé, une main au sol, il tendit l’autre dans le vide. Une odeur de brûlé lui fit plisser le nez. En d’autres circonstances il se fût inquiété. En d’autres circonstances, l’alarme lui eût hurlé de prendre ses jambes à son cou et d’abandonner Luo là où elle était. En d’autres circonstances il n’eût jamais tué Emrys. Il secoua la tête. Une mèche tomba devant son visage et il la plaqua à nouveau en arrière de sa main libre, l’autre bras toujours tendu, et il se rendit compte que quelque chose chez lui n’allait pas, et il l’ignora, et il sourit gentiment encore et il dit :

« Tu peux monter ? C’est fini, maintenant. Tu as dû avoir très peur, toute seule, mais… »

Des tremblements dans sa voix si calme, des soubresauts dans les muscles de son bras tendus, des larmes qui ne coulent pas. C’était fini, il en avait marre de la guerre. Marre des drapeaux, marre des monstres qui rôdaient et s’infiltraient sous sa peau pour pourrir ses sourires et lui voler sa maison. Il voulait que Courtney revînt –et cette fille-là n’est pas suffisante peut-être, tu t’en fiches ? C’est pas elle alors c’est rien du tout ? Que te dirais ton père ? Que disait ton frère ? Et Emrys, pourquoi est-ce qu’il ne vient pas te hanter et te dire quoi faire, comment agir ? On t’a dit de tuer les autres –le message n’était plus très clair dans sa tête. Bon à rien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeMer 1 Mai 2013 - 2:20

Le membre 'Wang Huan Yue' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42988530

--------------------------------

#2 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 0:07

    Un instant, Claris faillit croire qu'elle s'était trompée : il n'y avait personne pour lui répondre, personne pour l'aider, et la voix qu'elle venait d'entendre n'était qu'un effet de son imagination. Pourtant, elle resta debout contre la paroi, yeux écarquillés et ouïe affûtée à l'extrême ; obnubilée par l'espoir de capter l'attention d'un passant, elle ne remarqua qu'à peine l'odeur âcre qui se faufilait dans la fosse. Son cerveau procédait à un tri automatique, rejetant dans un coin tout ce qui n’était pas nécessaire à sa survie immédiate.
    Dommage. Elle n’allait pas tarder à le regretter. Mais en attendant, l’espérance soudaine et violente la rendait aveugle à tout danger. Hormis un frémissement qui lui vint lorsque d’un seul coup, elle songea que les intentions de la personne qui s’acheminait vers elle n’étaient peut-être pas des plus bienveillantes.
    La veille, jamais la petite Claris n’aurait eu de telles pensées. Même après qu’une voix doucereuse lui eut susurré à l’oreille des menaces de mort certaine ; même après que le garçon du cimetière l’ait terrorisée par ses aboiements de loup. Elle était restée persuadée, un temps, qu’il était impossible de s’attaquer à autrui pour rien. Personne n’allait faire de mal à quelqu’un sans raison, non ?
    Et puis il y avait eu le sang imbibant la chemise de Kélian. Et puis il y avait eu Heather, l’éclat cruel de la lame qui tombait, son visage congestionné sous un masque tribal grimaçant que formaient les coulures sombres d’un maquillage dévasté. Et puis enfin, le coup de feu, le point final.
    Il y avait des fous. Vraiment, des fous ; faire du mal sans raison, tuer sans raison, c’était une notion que Claris ne parvenait pas à imprimer dans son petit crâne. Et cela la terrorisait. De savoir que même si elle n’avait rien fait, même si elle était sage ; même si elle s’excusait un million de fois, un passant pourrait décider de lui faire du mal ou de lui ôter la vie. Alors elle avait peur.
    Si peur que lorsque quelques poignées de terre dégringolèrent sur ses doigts, sa première impulsion – malgré ce désir si fort de s’accrocher à quelqu’un pour se soutenir – fut la fuite dans le sens opposé.
    Seuls les mots rassurants prononcés par la voix qui venait d’en-haut la firent rester sur place.

      « Tu peux monter ? C’est fini, maintenant. Tu as dû avoir très peur, toute seule, mais… »

    Les yeux levés vers le ciel brunâtre, comme deux flaques d’eau claire surnageant dans la boue, Claris tenta de distinguer les traits de son potentiel sauveur. Peine perdue, tant l’obscurité s’engouffrait dans son champ de vision ; mais davantage, parce que la main qu’il tendait semblait tout à coup regrouper l’univers entier, et que c’était la seule chose qui comptait. Prenant appui sur la paroi comme si elle s’apprêtait à grimper dans un arbre par un bel après-midi d’été, Claris se propulsa le plus haut possible avant que la terre friable s’écroule et attrapa les doigts du jeune homme de sa petite main noircie par le sang. Ses doigts s’enfoncèrent dans la boue et ses pieds cherchèrent un moment une prise, puis elle réussit à se hisser jusqu’au bord, où elle grimpa avec effort en s’écorchant les coudes.
    A genou sur la terre molle, elle haleta un moment avant de se relever sur deux jambes chancelantes. Ses mains attrapèrent comme par automatisme le poignet du garçon ; elle ne le dévisagea qu’un instant avant que sa gorge ne se serre à nouveau, de soulagement cette fois, et qu’un sanglot ne secoue ses épaules.
    Non, non, pas encore. Il faut arrêter de pleurer maintenant, ce n’est plus le moment.
    Quand tout sera fini, il faudra que tu colmates cette saleté de fuite.

      « Merci. » Fit-elle d’une petite voix tremblotante « J’ai couru… Kélian m’a dit… » Encore ces larmes qui l’étouffaient.

    Elle eut une pensée pour son ami. L’idée de ne jamais le revoir en vie la tétanisa. Elle tira sur la manche du jeune homme : elle avait bien l’impression de l’avoir déjà vu quelque part, mais l’embrouillement lui interdisait de se rappeler où.

      « Elle va lui faire du mal ! Je pouvais pas – ils se battaient, là-bas… Je crois… » Sa voix se brisa sur les derniers mots.

    De toute façon, que pouvaient-ils faire ? Dans un coin de sa tête, une petite voix pleine d’espoir lui soufflait qu’ils pouvaient y retourner, à deux, sortir son ami de là. Elle avait une arme, elle était vivante, elle…
    Le souffle glacial qui battait ses chevilles semblait lui dire que non, non. Et les teintes ambrées que prenait l’horizon scandaient la même rengaine. Cours, Claris, encore. Mais elle était trop tiraillée par l’envie de vivre et la peur, la peur de tout, qu’elle n’arrivait encore pas à décider. Et de toute façon, une décision de sa part n’aurait sans doute servi qu’à aller se jeter sur le bûcher en flammes.
Revenir en haut Aller en bas
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 3:52

La gamine était plus légère qu’un courant d’air. Sa main était froide dans la sienne, et ridiculement petite, couverte d’un sang caillé qui s’émiettait au contact de ses doigts. Tout est fini à présent, se conforta-t-il pour ne pas pleurer. Tout est fini. Wang la hissa sans effort à son niveau. Son visage paré de ce sourire tranquille, sa bouche qui ne proférait que des mensonges auxquels il avait à peine envie de croire ; y avait-il quoi que ce fût de vrai là-dedans ? Tu es perdu, on n’y peut rien, on ne peut plus rien pour toi, sois un bon petit soldat, sois gentil, si tu étais plus gentil Courtney t’aimerais mieux, et Emrys, et Soren, et Aarne, et Kélian, et qui donc, et qui donc. Tu es perdu, on n’y peut rien. Et tu n’y peux rien non plus. Les évidences avaient cessé de lui apparaître comme telles ; à trop lui crever les yeux, il eût fallu s’y attendre. S’y préparer. Sans repères, égaré dans une forêt qui pouvait et ne pouvait pas être en Mandchourie, avec une petite fille qu’il pouvait ou ne pouvait pas connaître, avec du sang déjà sec sur les mains –et le ciel qui se mettait sur son tente-et-un pour leur fin à tous. Les diamants dont il s’habillerait seraient d’une froidure sans égale. Huan Yue n’aimait pas la foule ni le silence. Combien étaient-ils à courir dehors à cette heure ? Que faisaient les autres à l’intérieur ? Pourquoi ne venaient-ils pas à leur aide ? Leur prêter main-forte ?

Personne n’en a envie, dit une voix. Vous aider, mais vous aider à quoi, au juste ? Vous entretuer ? Regarde-toi, dit une autre, vous vous débrouillez déjà très bien tous seuls. Son regard passa du tapis de feuilles et de branches mortes à un insecte qui s’y tapissait et remonta le long des jambes et des bras de la petite fille jusqu’à rencontrer ses yeux. Elle le tenait toujours, signal ténu venu de l’autre berge. Un phare peut-être, qui perçait la brume et disparaissait de temps à autre. Le garçon avait menti : rien n’était fini. Mais il n’était pas prêt à le lui avouer. Il n’y avait pas de raison de lui en vouloir, moins encore de s’en vouloir. On lui avait assuré que tout irait bien, alors pourquoi tant de sanglots déchiraient-ils sa poitrine ? Pourquoi le remercier ? Il n’avait rien fait de bien, rien de mal. Ils avaient tous deux été choisis –pour leur droiture, pour leur faiblesse, pour s’en débarrasser –ce n’était pas ce qu’on avait si gentiment murmuré à son esprit aveugle –William et Allen –Emrys et Courtney –la blonde sulfureuse –le cadavre dans la forêt –autant de quantités négligeables et coupables. Il ne te reste rien, fais ce qu’on te demande.

Merci, avait-elle pourtant dit.

« Elle va lui faire du mal ! Je pouvais pas – ils se battaient, là-bas… Je crois… »

Le Chinois posa ses mains brunâtres sur les épaules de la petite qu’il connaissait ou ne connaissait pas dans un geste qui se voulait apaisant. Kélian –oh, merde. Merde, hein ? Ce n’est pas beau de jurer, ce n’est pas dans tes habitudes. Ces mots-là ne l’étonnaient pas ; Wang leva les yeux vers la frondaison et les trouées pastelles qui semaient çà et là les rayons d’une lumière agonisante. Les petites poussières qui y dansaient fredonnaient des encouragements silencieux. Kélian prendrait soin de lui tout seul. A quoi bon se précipiter ? Il était déjà trop tard et il eût toujours été trop tard tout à l’heure. Digne de la confiance qu’on avait placé en lui, il confessa ses crimes à quiconque voulait bien les écouter. Il espéra de tout son cœur qu’on les épiât depuis le fond de leur esprit.
Tu ne peux pas t’empêcher de douter ? Doute donc ! Doute pour deux, ou pour trois, si bon te semble. Bon à rien.

« Ça ne sert à rien d’y retourner –pas vrai ? Il n’y a rien de mal à s’enfuir, quand on ne peut rien faire. Il n’y a rien de mal… A avoir peur, et… Si tu dis à cette fille que tu as eu peur, elle te pardonnera sûrement. Peut-être même qu’on va s’en sortir. »

Huan Yue sourit. Il tâcha d’insuffler un peu de courage à ces lèvres hâves qui ne se tordaient pas vraiment, faiblardes, et repoussa une mèche de cheveux blonds du front de la petite et passa ses doigts autour du cou frêle –pardon pardon pardon.

« Et peut-être même que si je suis sage, père me reprendra près de lui… Ou peut-être que Courtney reviendra, et qu’on rentrera… Je m’en fiche d’où, je veux juste rentrer à la maison, tu comprends ? Je veux rentrer chez moi, je veux juste… »

Qu’il y prit ou n’y prit pas gare, ses doigts resserrèrent leur prise. Ils se débrouillaient très bien tous seuls. Les grains de poussière, de leur côté, riaient aux éclats.
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 3:52

Le membre 'Wang Huan Yue' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42988530

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 10:46

Tudieu, arrête de faire des 6 D8

Edit : ... Behh ?


Dernière édition par Claris Linden le Jeu 2 Mai 2013 - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 10:46

Le membre 'Claris Linden' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42988530

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 17:22

    La sensation de bras qui la soutenaient et l'expression, un peu fatiguée mais rationnelle, du jeune homme qui lui avait porté secours, suffisaient à endormir toutes les craintes de Claris comme un anesthésiant trompeur. Balbutiant de manière incompréhensible un récit entrecoupé de ce qui lui était arrivé, la fillette essayait d'oublier l'ami qu'elle avait laissé là-bas. Un côté d'elle lui disait qu'elle s'excuserait lorsqu'ils seraient tous rentrés à l'abri, qu'elle serrait dans ses bras à les étouffer tous ces fantômes blêmes, et tant pis si ça ne leur plaisait pas.
    Mais elle s'éloignait, petit à petit, cette voix naïve qu'elle n'entendait déjà presque plus, au profit de marmonnements erratiques tombant de lèvres inconnues, et qu’elle ne comprenait pas. Elle étouffait sous la certitude que tout cela n'était qu'un adieu douloureux et terriblement long.
    Adieu, semblaient lui dire les mains du garçon autour de son cou.
    À se préoccuper des autres, on en oublie presque qu'on est soi-même vulnérable. Ou peut-être que c'est trop irréel, comme pensée.

      « Et peut-être même que si je suis sage, père me reprendra près de lui… Ou peut-être que Courtney reviendra, et qu’on rentrera… Je m’en fiche d’où, je veux juste rentrer à la maison, tu comprends ? Je veux rentrer chez moi, je veux juste… »

    Fous. Tous fous.
    Claris écarquilla les yeux, et la peur la rattrapa. Ses ongles s'enfoncèrent dans les poignets du garçon comme dans l'espoir de lui faire lâcher prise ; la pression l'empêchait de prononcer un mot. Et qu'aurait-elle pu dire ? "Attends, on a peut-être la même marque" ? Ils sont fous, ils sont tous fous. Cela ne servirait à rien. Ils cachent leurs outils de mort sous des airs rassurants. Et elle elle se fiait à eux, idiote qu'elle était.
    Ça lui était arrivé, à Claris, de s'imaginer attaquée par un quelconque génie du mal ; bizarrement, dans sa tête, elle s'en sortait toujours indemne et en beauté. Bizarrement, ce n’était jamais un adolescent aux yeux hagards qui semblait si gentil une seconde plus tôt. Bizarrement, d’habitude, elle comprenait tout très bien.
    En vrai, il n'y avait que la chance pour la sauver : comme si ses bras frêles et sa taille fine comme une brindille allait pouvoir l'aider en quoi que ce soit.
    Mais là, c'était la chance et ses jambes qui battaient dans le vide, à la recherche de quelque chose, quoi que ce soit, contre quoi frapper. Elle suffoquait. Elle suffoquait vraiment ; l'oxygène ne lui avait jamais paru aussi vital, et elle avait mal, mal, comme si sa gorge allait se tordre et lâcher sa tête en arrière comme un lapin à la nuque brisée, et son crâne la lançait dans un battement de plus en plus lourd, elle le sentait prêt à exploser. Jusqu'à ce qu'enfin son pied rencontre une surface molle dans laquelle, dans un sursaut de désespoir semblable à celui du poisson asphyxié, elle donna le plus grand coup possible.
    Les doigts qui la retenaient prisonnière se desserrèrent une fraction de seconde, juste le temps pour elle de glisser entre les mailles du filet. La poigne du jeune homme laissa des traînées rouges sur sa nuque, cherchant à la retenir.
    Dans un soubresaut, ses ongles à elle déchirèrent la chair qui la retenait, et elle mordit le poignet qui se tendait vers elle à pleines dents, avant qu'il puisse la retenir.
    Pas de « pourquoi » larmoyant. Pas de cri de détresse devant un retournement de situation pareil – elle n’en était plus là. Pas le temps - la douleur occultait tout. Un glapissement, ce fut tout, avant qu’elle ne détale comme un lapin dans les fourrés. Plus de larmes, elles sont taries. Séchées jusqu’au plus profond du réservoir. Maintenant il n’y avait plus que son cœur de gibier affolé qui battait à tout rompre. Fuir, fuir, et ne plus se fier à personne. C’est dur de grandir, pas vrai ?
    La fillette trébucha contre une racine, s’extirpant des bras des buissons qui cherchaient à la retenir. Elle jeta un coup d’œil derrière son épaule, une cheville chassant l’autre comme prête à s’écrouler ; si elle y avait pensé une seconde, elle n’en serait pas revenue de cette capacité de courir sans s’arrêter. Quand on a la mort aux trousses.
    Le jeune homme n’était pas en vue. Claris n’était pas allée très loin, pourtant ; chancelante, elle se demanda si elle l’avait semé. Si oui, elle avait eu chaud.
    Très chaud.
    Enfin, l’odeur de roussi parvint à percer l’opaque peur ambiante qui ankylosait l’esprit de la fillette, et la chaleur anormale sur sa peau la fit frémir. Elle battit des paupières, claires comme une eau de roche, et se retourna pour découvrir son chemin barré. Les arbres rougeoyaient, là-bas, pas si loin. Un souffle brûlant poussait un monstre paresseux et vorace dans sa direction, et quelques flammes câlines léchaient déjà les troncs des arbres dans des petits flamboiements orange, presque rose tendre.
    Claris fit un pas en arrière. Le ciel assombri était couleur de pomme trop cuite ; les feuilles qui s’embrasaient à une vitesse alarmante lui faisaient penser à la chair racornie dans une coquille rouge qui se fane. Ça venait par ici. Droit sur elle, comme pour la dévorer.
    Mais prise en tenaille entre deux feux, la fillette indécise préféra jeter sa course en biais, loin des deux si possible. Entre les branches qui lui griffaient la peau, encore, et elle aurait peut-être préféré le noir qui avait accompagné son arrivée à la croissance ignoble de cette lueur fauve qui lui roussissait la peau. Mais quoi qu’il en soit, elle était piégée comme un renard dont le chasseur a enfumé le terrier : le feu était derrière, le feu était là, le feu était partout. Avec un cri, Claris s’arrêta : le rougeoiement qui l’entourait lui donnait la sensation d’être assaillie de toutes parts. C’est le moment de prendre une décision. Vite, vite. Le chemin. Il était de quel côté, déjà ? Les idées de la fillette semblaient s’en aller au gré du vent qui lui brûlait les chevilles.
    La sensation d’un bras happé par une langue furieuse et ardente précéda le bond de la jeune fille au travers des fourrés. D’abord ce ne fut qu’un chatouillis engourdi, et puis un embrasement de chair assorti d’une odeur de brûlé qui assaillit ses sens avec une voracité atroce. Claris hurla. La douleur remonta jusqu’à ses tempes, battit un tambour de métal dans son crâne, elle se propagea jusqu’au ses doigts et paralysa ses sens. Elle trébucha ; il se jeta dans la poussière du chemin pour s’efforcer d’éteindre les flammes qui prenaient sur son t-shirt. Elle avait mal sans comparaison possible avec les doigts piqués à la flammèche d’un briquet, le soir derrière les cabanes. Elle avait mal, et plus de larmes en réserve. Et le feu progressait, mais la fillette hébétée ne réussit qu’à reculer, presque à quatre pattes, dans la poussière. Il va revenir. Tu sais qu’il va revenir. L’un ou l’autre t’aura – cours. Claris porta une main à son bras où le rougeoiement incendiaire se déployait en une auréole douloureuse, mais ne bougea pas, tremblante, incapable de pleurer, incapable de – incapable…
    Finalement, il posa sa main valide au sol pour se relever, la douleur affluant dans son épaule. La main dans le sac, sur la poignée de fer. Wang. Wang ; où était-il ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 19:31

Tout se bousculait dans sa tête : des mots qui n’avaient pas de sens, d’autres qui l’avaient perdu depuis longtemps, des souvenirs d’antan, des visions brouillées que ses yeux embués relayaient parfois sans enthousiasme. Ils avaient la vie devant eux, mais ça ne signifiait plus grand-chose désormais. Wang se sentait perdu à l’intérieur d’une immense maison vide où des ombres couraient le long des murs nus, froids comme la gorge de la petite fille. Il luttait pour aspirer un peu d’air, un maigre filin au goût et à la senteur amers qui délivrerait ses bronches du poids qui pesait sur elle. Son champ de vision s’étrécissait, chaque nouvelle seconde lui volait un nouveau détail. Il perdait quelque chose de précieux, de terriblement important. Il courait après des courants d’airs plus frais. Il voulait en finir. Il se perdait lui-même. C’est toi qui l’étouffe, regarde tes mains. Ne sens-tu pas la chair se resserrer sous la pression létale de tes doigts ? Ne fais-tu pas semblant de ne rien comprendre ? Ne jettes-tu pas de la poudre aux yeux du monde ? Une poudre dorée et blanche qui retombait comme un masque mortuaire couvrait ses traits blêmes alors que ses épaules s’agitaient dans la nuit naissante, prises d’une triste frénésie. C’était une chape d’abandon. Il ne pouvait plus respirer.
C’est toi qui l’étouffe, regarde tes mains. Tes mains. Alors pourquoi avait-il le souffle coupé, lui ? Pourquoi sa poitrine était-elle si lourde à soulever ? Son cœur vide et sec ne servait strictement à rien. La musique que battaient ses percussions rapides allait s’adoucissant. Elle jouait en sourdine et se taisait presque, calme comme la mer. Au bout de ses bras tendus, son pouce appuyait sur la carotide ; le sang qui pulsait-là n’avait rien de différent du sien, il couvrait en drap cloqué les paumes brunes de la gamine. Une armée de pantins tous plus coupables les uns que les autres –tes mains.

Son étreinte se relâcha brusquement. Wang ferma les yeux, serra les poings et se laissa tomber au sol. Son corps heurta le tapis de feuilles dans un bruit mat et, recroquevillé sur ce lit de fortune, le temps continua la course infernale qui les menait tous à un brasier digne des plus torrides enfers. Le Chinois ne se relevait pas. On était bien, allongé par terre près des racines. On n’était pas si mal. Un sourire étira ses lèvres gercées. C’est un sourire malheureux, commenta-t-il pour lui-même –car dans le secret de ses pensées, finalement, personne ne pouvait l’entendre. Il eût pu le chanter, le hurler à tue-tête des heures durant sans que personne ne l’entendît non plus ; Huan Yue ne portait qu’une attention diffuse à ses paroles. D’une légère poussée sur son épaule droite, il se tourna de sorte que seul son dos reposait à même le sol que sa joue venait de quitter. Le ciel était vraiment joli quoiqu’obscurci de nuages. Un blanc éclatant avait masqué ses yeux noirs lorsque la petite avait pris ses petites jambes à son cou, mais le rouge crasseux, presque brun de l’éther constituait une fresque plus riche. La douce couleur des arbres en Chine. Il leva le poing au-dessus de sa tête.

Une goutte de sang chaud lui tomba sur le front. Et Wang se réveilla.

Clic, clac, semblèrent craquer vicieusement les terminaisons nerveuses tandis que la douleur se frayait un chemin jusqu’à son cerveau saturé. Clic, clac. Sa main repliée autour de son poignet ensanglanté, le garçon se mordit la langue. Qu’est-ce que tu fichais, Wang Huan Yue ? Tu voulais tuer une gosse comme tu as tué Emrys ? Une colère insondable remonta de ses tripes jusqu’à ses lèvres et mourut dans un gémissement ridicule. Il n’avait personne contre qui la diriger, pas même lui. Le Mandchou se redressa sur ses jambes chancelantes et avança d’un pas mal assuré dans la direction vers laquelle s’était enfuie la petite blonde. Son tatouage était toujours intact, mais il ne savait plus s’il devait prier ou maudire le maître qui l’avait jeté dans l’arène. Courtney ne les aurait jamais détestés. Mais on la lui avait prise, et ça ne servait personne d’y penser. Il avança, avança, avança –et s’arrêta net. Car face à lui grondait l’enfer. Le feu se propagea avant qu’il eut le temps de se mettre à courir ou à couvert. La lippe pendante, les yeux levés aux cimes invisibles des arbres, il adressa une dernière prière aux dieux censés veiller sur sa famille.

La course folle reprit de plus belle. A l’approche de la mort, la vie mutilée se récriait pour mieux sortir de sa tanière. A droite, à gauche, le vent soufflait dans toutes les directions et charriait l’odeur d’un feu de cheminée. Le crépitement des brindilles couvrait le son de sa propre voix et de ses pas qui écrasaient les braises fumantes. Le gibier noirci était fait comme un rat. Le vrombissement des flammes dévorait tout sur son passage ; elles le rattrapaient un peu plus à chacune de ses enjambées. L’air sifflait à ses oreilles, la peur avait emporté la douleur –semblait-il. Wang recula, les larmes aux yeux.

C’était terminé, maintenant.

Un tronc énorme, dix mètres devant lui, acheva sa chute avec un bruit assourdissant. Le souffle lui manquait dans cette effusion de fumée charbonneuse et de poussière. La lumière trop vive lui blessait les yeux. Asphyxie. Frénésie. Il se tourna, le visage caché derrière ses bras. D’un côté le foyer bondissant lui coupait la retraite et lui interdisait de suivre la blonde, probablement déjà engloutie par le feu. De l’autre, la silhouette massive de l’arbre au sol. La mort à ses talons gagnait du terrain. Wang Huan Yue voulait vivre –Ralph a un couteau. Sa veste aurait pu le protéger de la morsure incandescente des mâchoires d’écorce noire mais elle veillait sur au sommeil tranquille et au repos bienvenu des deux dormeurs au cimetière. Le temps d’un regret, Wang hésita. La colère, dans la fureur du moment, ne le laissa pas mourir. Il se jeta sur le tronc ; y posa ses paumes ; hurla ; leur infligea une poussée aussi forte qu’il le put, souleva ses jambes derrière lui, atterrit en trombe sur le sol dur et lui aussi brûlant.

Il aurait été avisé de ne pas regarder –ne regarde surtout pas tes mains. Noires, la peau se détachait en lambeaux calcinés sur les côtés et sur le pouce. Impossible de lâcher des yeux ces cloques fumantes et cette chair encore rouge par endroit, le sang qui coulait. Le nez irrité d’une odeur âcre de fumée, de sève et de graisse brûlées, il sentit ses jambes s’activer malgré lui. Sans aucune erreur. Sans jamais trébucher ni dévier de son chemin. Dans son esprit un gosse apeuré hurlait de douleur et criait encore et encore la même rengaine : Emrys, William, Courtney, Allen, Kélian, au-secours. A quelques mètres devant lui, l’orée du bois. Les arbres plus clairsemés attendaient vaillamment la mort et faisaient flotter dans l’air un parfum envoûtant de résignation qui, quelques minutes plus tôt, avait charmé jusqu’à ses songes. Par-delà cette ligne, le temple.

Ce qu’il en restait.
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 0:20

    La première pensée claire que put formuler Yoan après avoir secoué la tête pour se débarrasser de filaments de songes inquiétants fut : Ça brûle. Un regard à son épaule dénudée en confirma bien vite la raison : le garçon put voir presque sous ses yeux la chair se boursoufler de cloques rougeâtres, étendant un tentacule blanc et noir sur son bras brûlé. Le moindre effleurement lui était douloureux ; le souffle rageur de l’incendie encore plus. Un instant, il chancela, peinant à trouver l’oxygène avant que les flammes ne l’avalent et l’annihilent, alors que la marque des doigts de l’asiatique semblait encore imprimée en creux dans sa gorge. Sans pouvoir s’en assurer, il la devinait violacée, presque noircie comme sa chair carbonisée par les flammes. Sa chair. Celle de Claris. Celle de sa sœur qui n’avait jamais rien fait à qui que ce soit.
    La douleur n’en rendit que plus vive la colère qui flamba d’un seul coup dans ses membres. Plus forte que cet incendie qui avait voulu le dévorer. Plus hurlante que les cris d’agonie des arbres. Wang, Wang, Wang. Je t’ai vu, Wang – qu’est-ce que tu as fait, salopard.
    Il allait le tuer.
    Ils sont fous, tous fous.
    Il allait lui arracher les yeux et les lui faire avaler de force…
    Ne leur fais pas de mal – il ne faut pas faire de mal aux autres.
    … Lui enfoncer les doigts sous la pomme d’Adam et tirer d’un coup sec…
    On ne peut pas blesser quelqu’un pour rien.
    … Il allait le tuer.
    Ça fait mal…
    Elle avait mal. Il, elle. Lui ce n’était pas grave. Il était en colère. En colère. Peu importe – elle a eu mal à cause de toi.
    Ça brûle, ça brûle, et ça va te dévorer. Te brûler vif jusqu’à l’os.
    Non, pas moi. Pas elle. Toi et moi. Lui.
    Yoan courait et le monde qui l’entourait était comme le fond de l’enfer, un brasier hurlant charriant des braises où les arbres s’écroulaient sur des buissons en flammes, où la poussière du chemin l’aveuglait sans étouffer les langues brûlantes qui léchaient presque ses mollets. Le monde était rouge et noir, transperçaient des éclats blancs comme des brisures d’os – il allait le brûler vif s’il le fallait.
    Il aurait pu ne jamais le retrouver, au milieu du four qu’était devenue la forêt en un instant. Il aurait pu. Ce ne fut pas le cas. Le jeune garçon tira les deux barres de métal du sac qui ballottait contre sa hanche, négligeant la chaleur, négligeant la douleur, l’esprit resserré à un seul objectif – l’arme tournoya pour s’abattre sur la nuque du Mandchou.
    Et on va brûler. Toi et moi.

Spoiler:
 


Dernière édition par Claris Linden le Ven 3 Mai 2013 - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 0:20

Le membre 'Claris Linden' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 58768097

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 1:01

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 1:01

Le membre 'Wang Huan Yue' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42988530

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 26545564

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 3:02

La poussière se mêlait à la sciure du bois sur sa langue et se fondait dans sa bouche avec un arrière-goût écœurant de fumée. Les pupilles de Wang traçaient d’invisibles dessins dans l’air crasseux, courbes tantôt cassées tantôt voluptueuses, rapides et emmêlées. Si la mort ressemblait à cette fournaise, il se sentait trop en vie encore pour se laisser tout à fait emporter par elle. Ses mains suintantes le brûlaient atrocement, mais le spectacle qui se déroulait devant lui dans toute son horreur accaparait son attention et incendiait ses prunelles. Que restait-il du parc calme et tranquille où il lui arrivait de s’installer pour l’ombre d’une sieste ? Qu’était-il advenu des arbres aux branches basses trop dégarnies, du temple majestueux de pierre claire ? Du ciel bleu et gris de la matinée ? Le feu avait tout emporté, balayé sans sentiment, poussé hors du bois les bêtes sauvages et les bêtes humaines. Lui aussi se tenait là, debout, de la sueur au front, le poignet en sang, la chair rouge et la peau noire de suie.

On allait le rejoindre. On allait se tourner et lui sourire d’une rangée de dents parfaites. On rendrait une terrible sentence. Huan Yue connaissait ce genre de personnes. Il avait appris à les craindre mieux que quiconque. L’épée reçue de son père avait manqué de lui barrer le cœur d’un sillon écarlate. Cette fois-ci, le courage ne lui manquerait pas –pouvait-on battre un brasier crépitant ? Avait-il le choix des armes ? Reconnais ta couardise. Reconnais tes bêtises. Et répare ce qui peut encore être réparé. Il serra les dents faute de serrer ses poings meurtris. La raison de sa présence en ces lieux était claire à présent. La colère et la peur coulaient dans ses veines comme si elles en avaient chassé le sang qui s’échappait parfois de son poignet en une bulle carmin vite éclatée. C’était inévitable parce que c’était viral ; c’était inné. C’était inscrit jusque dans les plus insignifiants de ses gènes. Sauve ces meubles affreux qui branlent au moindre coup de vent et rentre chez toi. Demande à faire table rase.

Et bats-toi.

La fournaise ne le laissa pas s’en tirer à si bon compte. Le Chinois ne l’entendit pas se glisser à pas feutrés dans son dos. L’attaque venait de derrière. Il plia les doigts, sentit se nouer un nœud qui ne le quitterait pas dans son ventre et sa gorge se bloqua. Ces gens avaient un pouvoir absolu –il avait le pouvoir de leur plaire. Balançant à bras le corps ses hésitations mièvres et inutiles, le moment était venu de frapper. Wang se retourna brusquement et envoya son coude dans la gorge de son adversaire. La gorge, toujours, mon mignon ? Que cherches-tu à faire avec ça ? La tienne ne se libérera pas aussi facilement.
La petite qu’il connaissait ou ne connaissait pas avait été avalée par les flammes et avait ravalé ses larmes. Le regard du brun n’avait rien d’inhumain –ça aurait été tellement trop facile. Une main couvrait le bas de son visage pour le protéger des effluves toxiques. Elle empestait la chair brûlée.

« J’ai pas envie de te tuer… J’ai pas le choix. »

Tu as envie de mourir ? A quel prix achètes-tu leur amour ? Aarne n’aurait pas eu de doute. Il aurait frappé. Et sans doute aurait-il pu être fier. Le pied de Huan Yue se dirigea avec force vers la gorge de la petite silhouette sonnée. Soudainement, il comprenait que l’on pût faire certaines choses. Il se détestait pour ça.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 3:02

Le membre 'Wang Huan Yue' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 61847220

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 26545564

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 56403346
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 10:43

Barbecuuuue yeah yeaaah

Edit : Que de suspense.


Dernière édition par Claris Linden le Ven 3 Mai 2013 - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 10:43

Le membre 'Claris Linden' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 78426507

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 56403346
Revenir en haut Aller en bas
(mangez-moi mangez-moaaa)
Claris Linden
Claris Linden

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 20
• Pouvoir : T'as une drôle de tête ce matin, non ?
• AEA : Un papillon philosophe parlant couramment le mirrorien.
• Petit(e) ami(e) : Une brioche.

RP en cours : Ça risque d'être un peu mouvementé.

Messages : 163
Inscrit le : 12/01/2011

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 21:33

    Il n’aurait pas dû le voir venir. Yoan ne savait pas comment diable il avait pu le voir venir ; il aurait pu s’en moquer, sauf que l’enjeu était trop important et que les flammes ronflaient autour de lui. Il pataugeait dans la fournaise, ses oreilles en devenaient sourdes, et malgré tout Wang avait entendu son pas alerte et ses blessures qui criaient au secours. Dans un éclair orange et blanc, le garçon vit son adversaire faire volte-face, et puis la souffrance le frappa comme un poignard enfoncé dans l’estomac. Souffle coupé, il fut projeté en arrière avec un grognement douloureux et atterrit une nouvelle fois dans la poussière. Un instant, son crâne fut rempli d’échos et un torrent de cendres s’engouffra dans sa bouche ouverte, cherchant désespérément un air salvateur que le reste de son corps ne pouvait intégrer. Incapable de se relever sur le coup, Yoan toussa ; il sentit un gout mêlé de fer et de brûlé sur sa langue, mais sa bouche était trop sèche pour cracher quoi que ce soit. Il se redressa péniblement sur un coude : sa gorge meurtrie s’imprimait de motifs strangulatoires à chaque inspiration, et son ventre lui renvoyait des échos douloureux. Il avait la nausée, l’envie de recracher tous ses organes un à un ; la tête lui tournait lorsque son bras blessé s’appuyait contre le sol.

      « J’ai pas envie de te tuer… J’ai pas le choix. »

    Les lèvres du garçon se retroussèrent sur un rictus malveillant : Menteur. Menteur, menteur, tous des menteurs. L’emprise de ses mains sur la gorge de Claris et le coup reçu dans l’estomac, jusqu’à l’éclat de ses yeux que la colère voilait de cruauté – il ne voulait pas voir au-delà, il s’en moquait. Tu as agressé Claris. Tu as fait du mal. A ma sœur. Elle souffre, elle a mal.
    C’était la seule chose que Yoan était capable de comprendre.
    La seule chose qu’il prendrait en compte.
    Il vit le talon du mandchou s’abattre comme au ralenti, entre deux ombres rougeoyantes, et roula sur le côté d’un coup de reins pour se redresser plus loin sur le bout des paumes.
    Pas encore.
    Le blond sauta sur ses pieds, chancela, recula. Menteur, menteur. Il lui cracha le mot au visage, recula encore jusqu’aux fourrés en flamme. La chaleur afflua dans son dos et il crut un instant que ses vêtements s’enflammaient. Autour d’eux, la végétation crépitait, se parait de voiles orangés : d’immenses rideaux de flammes s’élevaient, les enfermant dans la fournaise.
    Descendus dans l’arène.
    Yoan se pencha, saisit le bout d’une branche en se brûlant les doigts : le feu ronfla au bout du bois qui se consumait à une vitesse irréelle, noircissant comme la chair de l’un ou l’autre ne tarderait pas à faire de même. Quitte ou double. La colère du jumeau était trop grande – son cerveau ne suivait pas. Il bondit sur Wang, conscient que c’était peut-être son dernier mouvement, leur dernier mouvement – toi et moi, pardon, toi et moi – pour le frapper au visage avec son arme improvisée.

Spoiler:
 


Dernière édition par Claris Linden le Ven 3 Mai 2013 - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
~ Fondateurs ~
PnJ
PnJ

+
Pseudo Hors-RP : /
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 21:33

Le membre 'Claris Linden' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Décisif' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 58768097

--------------------------------

#2 'Dé Dégâts' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 42416936

--------------------------------

#3 'Dé Dérobé' :
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] 70728842
Revenir en haut Aller en bas
* Sadoman
Wang Huan Yue
Wang Huan Yue

+
Masculin Pseudo Hors-RP : MCDM
-
« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty0 / 1000 / 100« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Empty

• Age : 24
• Pouvoir : Manipulation de la perception du temps
• AEA : Une punaise fière et pleine de zèle
• Petit(e) ami(e) : Courtney Lener. En tout cas, il aimerait bien.

Messages : 74
Inscrit le : 14/07/2012

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 23:34

Alleeeeeeeeeeeeeez grmnlrkfirhokplbh !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


+

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] _
MessageSujet: Re: « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]   « Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

« Il éleva la voix avec trop d’espoir pour cet endroit. » [LINDEN Claris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Extérieur ::. :: Forêt de Gravesse :: EVENT - Corpse party [ FORÊT ]-
Sauter vers: