AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PEREIRA DA SILVA Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Ballons de sentiments.
• AEA : Deux inséparables bavards, Charlotte et Wendy.
• Petit(e) ami(e) : Il l'a laissée derrière la porte.

Messages : 19
Inscrit le : 28/05/2013

MessageSujet: PEREIRA DA SILVA Gabriel    Dim 23 Juin 2013 - 1:36



* Gabriel Pereira


*nom – PEREIRA DA SILVA
*prénom – Gabriel Rafael
*age – 22 ans
*né le – 1 Novembre 2020
G

Pouvoir
Gabriel a la capacité de vous priver d'un sentiment ou d'un sens ; il lui suffit de poser sa main à l'emplacement de votre cœur. Il en ressortira une drôle de ficelle, qu'il tirera jusqu'à faire apparaître un bête ballon, comme gonflé à l'hélium, que vous tiendrez en main et dont vous ne pourrez pas vous débarrasser. Le dit ballon prend une couleur différente selon le sens ou le sentiment enlevé ; s'il a décidé de vous priver de la colère, le ballon sera rouge. De la vue, le ballon sera blanc. Une fois le sentiment emprisonné dans la baudruche, vous serez incapable de le ressentir. Plus vous le tenez en main longtemps, plus vous courrez le risque d'atténuer à jamais ce sentiment. Pour le récupérer, il suffit de faire éclater le ballon à l'aide d'une épingle ou n'importe quel objet assez piquant. Le ballon ne peut se percer sans votre accord, et Gabriel ne peut ôter un sentiment ou un sens sans l'accord de la personne visée.
Avec le temps, sûrement lui sera-t-il possible de faire des échanges ; mais pour l'instant, il préfère ne pas s'y risquer.

Alter Ego Astral
Petit, Gabriel adorait regarder un certain dessin animé à la télévision ; dans chaque épisode, deux justicières faisaient régner l'ordre et le calme dans une petite ville dont elles étaient les vedettes. Pour mettre les méchants derrière les barreaux et sauver les innocents, elles usaient de pouvoirs merveilleux et de stratagèmes habiles qui marquèrent à vie le petit garçon. Charlotte et Wendy (dont les cheveux courts et les manières brusques lui avaient longtemps fait penser que la deuxième jeune fille du duo était un réalité un garçon) sont deux inséparables crées en miroir de Gabriel et Cecilia, sa meilleure amie et « amoureuse » à qui il avait juré quelque chose comme un amour éternel. Bavard et de bonne compagnie, le petit couple d'oiseaux ne se sépare jamais et reste presque constamment sur les épaules de leur propriétaire. Du même avis et aimant finir les phrases de l'autre, ils ne disent jamais non à de bonnes graines et leurs roucoulements rattrapent leurs manières parfois brusques et indiscrètes. Du moins, c'est ce qu'ils se plaisent à croire.
Rien ne leur fait plus plaisir que défendre la veuve et l’orphelin en se jetant sur les « méchants » pour les pincer et leur tirer les cheveux.

Passions
Gabriel est passionné de hockey sur glace ; il en pratique depuis qu'il a six ans et a remporté plusieurs tournois. Il apprécie de toute façon les sports en règle générale, aimant et ayant l'obligation de se maintenir en forme : il a pratiqué le basketball et le roller à un rythme soutenu tout au long de son enfance et son adolescence. Vous ne risquez pas de le voir faire la grimace devant le moindre exercice physique.
A côté de ça, Gabriel aime lire bien qu'il ne comprenne jamais les ouvrages trop compliqués. Il aime faire le ménage et garder les pièces qu'il utilise propres et ordonnées. Ses affaires sont toujours pliées avec soin. Il aime la mode, les légumes, tout ce qui est salé : l'été, les feux d'artifices, le goût des glaces quand la chaleur devient insupportable en fin d'année. Beaucoup de petites choses insignifiantes, pas mal de détails du quotidien, quelques pays dont il aurait aimé voir les reliefs de ses propres yeux. Gabriel aime ce qui l'entoure, tant et si bien qu'un seul visage triste le contrarie énormément.
Gabriel aime par dessus tout la paix et la notion de « justice », de « bonheur », auxquelles il est très attaché.

N'aime pas / Phobies
Ce qu'un enfant peut déclarer détester avec une véhémence attendrissante ; à la différence près que Gabriel n'a plus huit ans. Il déteste la guerre, la famine, la tristesse, les menteurs, ceux qui n'hésitent pas à abuser des autres, les personnes « méchantes ». Les SDF dans la rue, tous les mendiants qui tendent une main tremblante qu'on ne remplit jamais assez. Tous les flash des appareils photos, le monde écœurant des apparences et des faux semblants ; il sait pertinemment qu'il n'en distingue pas la moitié. Le malheur sous toutes ses formes, les larmes des autres, qu'il les connaisse ou ne les ait jamais rencontrés. Gabriel n'aime pas non plus les desserts et tout ce qui a un goût trop sucré sur la langue. Le désordre, les ruines, les arbres morts, les musiques tristes, les disputes. Toutes ces choses qui font soupirer à cœur fendre et froncer les sourcils.
Gabriel n'aime pas l'injustice mais ne craint pas le noir.



« The Lord knows
Dreams are hard to follow »

Physique

Gabriel a l'allure d'un mannequin, d'un jeune homme beau et bien sur lui; avec son sourire parfaitement blanc et droit, avec sa silhouette élancée et musclée, il respire la vitalité.
Petit déjà, Gabriel aimait se dépenser et pratiquait divers sports qui lui ont donné une bonne endurance et un corps vigoureux. Amateur de vélo, de rollers et surtout de hockey sur glace, monsieur est sportif et ça se voit sur lui. Un esprit sain dans un corps sain, devise que reflète sa bonne mine et sa poigne puissante. Un mètre quatre-vingt quatre, sport et bonne alimentation, Gabriel n'a jamais eu à se soucier de quelconques problèmes de santé, mis à part les quelques grippes et rhumes annuels. Il est beau et le sait, mais vous ne l'entendrez jamais s'en vanter ou en jouer, et s'il essaye de se dénigrer, ce ne sera jamais pour attirer l'attention ou par fausse modestie. Il est reconnaissant à la nature de l'avoir fait plutôt solide, mais son joli minois, il s'en serait bien passé. Ses cheveux bruns sont coupés de façon classique, banale et sans excentricité. Ses yeux sont d'une couleur noisette elle aussi tout à fait commune, et son nez droit apporte de l'harmonie à ce visage qui est masculin sans être excessivement carré. Tout dans ce faciès a eu la bénédiction de dame nature, et si son sourire ne sait pas être assuré, grand ou franc, il dégage la sympathie des gens timides.
Épaules larges, hanches étroites, Gabriel présente bien et a la chance ô combien pratique de bien porter tout ce qui lui passe sous la main. Son corps semble pouvoir mettre en valeur n'importe quel type de vêtements, en passant du vieux survêtement aux costumes des grands couturiers. Tenues élaborés ou plus sobres, tout lui va comme un gant. Pas qu'il s'en plaigne; à force, il a de toute façon pris le réflexe d'accorder avec minutie ce qu'il porte, plutôt par habitude que par réelle coquetterie.
Sa peau halée rappelle son Brésil natal et n'a pas peur du soleil qui cogne fort en été: au contraire, le jeune homme a plus ou moins toujours été immunisé aux coups de soleil, et ne se rappelle pas en avoir attrapé depuis des années. Saine, sans cicatrices, il s'en occupe néanmoins avec attention, comme le reste de sa personne. Dans son travail, avoir une apparence impeccable est primordiale, et même sans quelqu'un derrière lui pour le lui rappeler, même sans photos ou défilés à faire, il continue de réitérer les mêmes gestes. Par habitude, ou pour se rassurer, se dire qu'il sortira d'ici un jour.
Gabriel donne donc de lui l'image d'un jeune homme beau, bien dans sa peau et sportif; quelqu'un de calme et sans problèmes, qui a eu la vie facile et n'a pas eu à se démener pour s'en sortir. Un chanceux sous tous les points qu'on verrait bien en couverture d'un magazine ou au cinéma.
Un privilégié.

Caractère

Gabriel voulait devenir médecin et sauver les enfants du tiers monde; Gabriel voulait devenir avocat et mettre les méchants en prison; Gabriel voulait devenir chirurgien pour sauver des vies. Gabriel voulait aider, Gabriel voulait être beaucoup de choses. La vie en a décidé autrement.
Si Gabriel est quelqu'un de foncièrement gentil, sympathique et généreux, toujours à vouloir (trop) bien faire, ses capacités ont eu vite fait de reléguer ses rêves au rang de chimères définitivement inaccessibles. En échec scolaire total, incapable de redresser la barre, il a vite dû s'orienter vers autre chose que de longues études. Que des études tout court, d'ailleurs; derrière le physique de rêve, et même s'il le déteste il ne peut pas le nier, l'intelligence ne va pas de paire. Gabriel n'a pas les facultés nécessaires pour réussir, c'est triste et il le sait. Il ne l'a jamais très bien accepté, contrairement à ce qu'il fait croire, et peut vite être blessé si on critique son manque d'esprit. Pour compenser, il se montre toujours serviable et a de fait tendance à passer pour la bonne poire. Des années d'école, il a néanmoins retenu les mauvaises plaisanteries et il lui arrive souvent d'être méfiant. D'être rancunier, aussi; pas méchamment. Il ne cherchera pas à se venger, mais les blessures ne cicatrisent jamais vraiment, et il n'oubliera pas les mots que vous lui adresserez.
Modeste et peut-être un peu timide, il n'aime pas les compliments parce qu'il pense souvent ne pas les mériter. Ceux sur son physique, il s'en passe et il a tendance à changer de sujet si on aborde un terrain glissant. Gabriel est quelqu'un de calme et qui parle peu, qui se laisse aller avec le courant et marche même parfois « au ralenti ». Monsieur est un peu lent, autant au niveau réactif qu'au niveau compréhension. Il n'aime pas se presser et préfère prendre son temps, mais s'il doit se dépêcher, il obéira sans rechigner. Gabriel est conciliant.
Émotif, il peut être maladroit mais s'excusera toujours s'il blesse quelqu'un par inadvertance. Il déteste cordialement se brouiller avec les autres pour des raisons aussi bêtes qu'une fierté mal placée. Gabriel est gentil, oui, et calme... Mais si un sujet lui tient à cœur, il pourra s'enflammer et le défendre corps et âme. Il a des avis et des positions parfois bien tranchées qu'il ne supporte pas qu'on remette en cause.
Il a une vision d'un monde idéal. La violence, l'injustice, la pauvreté, tout ça le rebute et le rend triste. Il aurait sincèrement aimé y remédier.
Pas de chance.

Histoire (abrégée)

Gabriel est né en 2020 à São Paulo d'une ancienne mannequin qui a fait le tour de tous les podiums et d'un riche homme d'affaires ; il commence une existence dorée dans une des nouvelles Gated Community flambant neuves dont regorge la banlieue de l'immense métropole. Bientôt suivi par deux sœurs, le petit garçon est un modèle d'obéissance et de gentillesse. Malheureusement, les notes qu'il obtient à l'école ne suivent pas la courbe ascendante de sa bonne volonté : de mauvaises notes en mauvaises notes, Gabriel alerte ses professeurs. Non, l'enfant studieux en classe ne néglige pas son travail à la maison, et sa mère est là pour le confirmer. Pour ne pas lui faire de la peine, avec les C qu'il décroche à force d'un travail acharné, son entourage n'ose pas lui dire que personne ne naît parfaitement égal à son voisin et que tout le monde n'a pas les mêmes capacités. Oui, Gabriel est stupide. Comme les moqueries de ses camarades lui collent à la peau, il est au moins assez futé pour s'en rendre compte. Le pauvre gamin qui rêvait d'être un futur Martin Luther King accepte mal cette réalité implacable qui le laisse désarmé pour un avenir qu'il n'envisage pas. Pour éviter d'inutiles déceptions, il quitte l'école à 14 ans sur le conseil de ses parents et se rend utile en enchaînant les petits boulots et tout le travail qu'il peut accumuler chez lui. Mais rien n'est suffisant. Qu'est-ce qu'il peut faire d'une vie pareille, si contradictoire à ses souhaits ? Les mauvaises idées germent dans la tête des gens désespérés, pas nécessairement dans celle des mauvaises personnes ; et face à la misère de tout un monde, s'il ne peut pas devenir avocat ou médecin, il se dit qu'il peut toujours rendre la vie de son quartier et des alentours meilleure.

Sauf que...

Repéré à seize ans par l'ancienne agence de sa mère, Gabriel suit des pas qu'il n'aurait jamais envisagé emprunter et qui le dégoûtent peu à peu. Les flashs des appareils photos et les couvertures des magazines retournent le couteau dans la plaie, accentuent son mal-être et ne sont là que pour lui rappeler qu'il a échoué. Il n'y a que ses amis et la cause qu'ils servent qui lui maintiennent la tête hors de l'eau. Lui qui aurait tout fait pour un grand inconnu, il aurait donné tout ce qu'il possédait pour ses amis. Pour soulager une maladie qui les minent, peut-être des bleus en trop sur la figure. Il aurait tout fait, absolument tout. Même se salir les mains. Tout, tout, tout, tout.
Et en dépit de toute cette angoisse et cette frustration refoulés, Gabriel sourit encore aux caméras et aux visages connus. Enfoncée bien profondément au fond de son cœur fragile, une grosse épine persuadée d'avoir fait le bien et n'avoir jamais dérapé.

Il lave consciencieusement son équipement de hockey, tous les jours, avec le même soin perfectionniste que celui qu'il réserve à la jolie vaisselle de ses parents.

Et puis un jour, sa sœur Sofia manque à l'appel. Elle disparaît un matin, sans un mot pour sa famille affolée. Sans un mot pour quiconque excepté son grand-frère pour qui elle a toujours eu une profonde affection et admiration. Que dire des larmes de Gabriel ? Sa mère peut le jurer, si elles ne sont pas motivées par la peur et la tristesse, alors elle ne sait pas pourquoi elles peuvent bien couler sur ses joues. Il n'a rien à se reprocher. Il a toujours fait le maximum pour sa petite sœur. Pour une fois, Gabriel ne peut plus s'arrêter de pleurer, encore et encore.

Saoul, une nuit de Novembre, il marmonne des reproches et des pleurs que personne ne peut comprendre. Il pousse une porte au hasard, confus, peut-être convaincu de revenir chez lui : et trébuche dans un superbe hall d'entrée, comme ça n'arrive que dans les films. Contact coupé avec le monde extérieur, adieu Esperança et ses façades blanches, ses magnifiques jardins verts.

Une semaine plus tard, à l'hôpital où repose sa petite-amie atteinte de Leucémie, trois policiers habillés en civils rentrent dans la petite chambre blanche et impersonnelle.

« Vous, votre frère, ainsi que votre petit-ami et sa sœur êtes en état d'arrestation. »




Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? Non. Mettez moi en prison, maintenant.
Où avez vous trouvé ce forum ? Dans mes favoris.
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Je suis Dieu.
♦ ...Dans ce forum ? Ça ne regarde que moi.


Dernière édition par Gabriel Pereira da Silva le Dim 29 Déc 2013 - 1:15, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 27
• Pouvoir : Ballons de sentiments.
• AEA : Deux inséparables bavards, Charlotte et Wendy.
• Petit(e) ami(e) : Il l'a laissée derrière la porte.

Messages : 19
Inscrit le : 28/05/2013

MessageSujet: Re: PEREIRA DA SILVA Gabriel    Sam 27 Juil 2013 - 3:18

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Obedient Soldier
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Nii' / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : Elle peut te bouffer le bras, bro.
• AEA : Rhylaa toute douce.
• Petit(e) ami(e) : Son coeur est mort en même temps que Hans. #aphrans

RP en cours : When I can dream

Messages : 130
Inscrit le : 02/12/2010

MessageSujet: Re: PEREIRA DA SILVA Gabriel    Dim 29 Déc 2013 - 17:53

Ho ho ho. J'ai hâte à la version longue... Cool

Du coup pour moi tout est bon ! Je laisse ta fiche ici pour que tu puisses la modifier, comme pour Cordell. Et t'as pas mis le code, délinquante. Abuse pas wesh tu le connais par cœur en plus.

Depuis le temps tu sais quoi faire, donc je ne répète pas. AMUSE TOI BIEEEN.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« It's one of those moments that's got your name written all over it,
And you know that if I had just one wish, it'd be that you didn't have to miss this.
You should be here, you'd be loving this, you'd be freaking out, you'd be smiling, yeah -
I know you'd be all about what's going on right here right now. »

It's one of those "never forget it, better stop and take it in" kinda scenes :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: PEREIRA DA SILVA Gabriel    

Revenir en haut Aller en bas
 

PEREIRA DA SILVA Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches en cours de réécriture-
Sauter vers: