AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Sam 28 Sep 2013 - 1:14

Sinécure
Et sûrement hors-sujet.
feat Nikoleta Papadakis.


    Alex trébucha sur ses lacets. Un sale boulot bien bâclé, ni fait ni à faire, et plus que probablement jamais fait non plus, ces machins. A force de marcher dessus d'ailleurs, ils ne ressemblaient plus qu'à deux bouts de ficelles cradingue ou à un piège tissé par une araignée au coeur bien accroché. Enfin d'habitude, il avait pas à courir dessus, à ces trucs. S'ils traînaient comme ça, c'était pour faire cool. Détendu, tout ça.
    Là, tout de suite, Alex était tout sauf détendu.
    Déjà il venait de frôler la crise cardiaque. Ensuite s'il avait été asthmatique, il n'aurait pas parié 10€ sur ses chances de survie au prochain tour, même s'il courait à la corde.
    Parce qu'il courait, oui, même que c'était pour ça qu'il avait trébuché le connard. Allez reprends-toi Alex, fais un fuck à ces lacets de merde et repars, parce que sinon t'es mal bar'.
    Ça cognait dans le couloir, dans son dos. Mais pas autant que dans sa poitrine. Pupilles dilatées, yeux écarquillés et bouche entrouverte sur un cri de stupeur qu'il ne parvenait pas à pousser à nouveau, le latino avait l'impression que son cœur allait lui arracher les poumons et tout le reste derrière, quoi que ça puisse être. Il allait dégobiller. Sérieusement. La peur lui arrachait les tripes, là. Putain sortez-moi de là ! Pensa-t-il très fort sans savoir à qui s'adresser avant de repartir en courant dans ce réseau de couloir qui n'en finissait pas. Un sprint assez pitoyable quand on y pense. Il aurait même pas pu semer Enzo avec ça, et dieu sait que cet enfant de salaud n'était pas un fana de la course à pied. Allez Alex, dis à tes bordel de jambes de bouger plus vite !

    Comment il aurait pu savoir, d'abord, hein ? Comment il aurait pu savoir que dans cette baraque pourrave le simple fait d'effleurer un tapis avec des godasses gadoueuses constituait la pire insulte possible ? Pire, à ce stade on pouvait carrément parler de provocation en duel ou de déclaration de guerre ! C'en était affolant : Alex avait beau être lui-même un fanatique de la propreté, il trouvait que ça allait trop loin, là, beaucoup trop. Après tout ce n'était qu'un peu de terre, ça l'empêchait même pas de courir maintenant.
    Minute. Il était complètement marteau là ou quoi ? Non parce que le fait le plus affolant, ce n'était pas que quelqu'un s'offense qu'il ait dégueulassé la moquette, non. Le fait alarmant c'était que ce soit le tapis lui-même qui décide tout seul de se faire justice en essayant de l'étrangler !
    Le jeune homme se colla une claque dans la foulée et jura, parce qu'effectivement, non, il n'était pas en train de rêver les yeux grand ouverts.
    Il y avait deux minutes, un tapis s'était bien tiré avec violence de sous ses pieds avant de lui fondre dessus de tout son poids, rapidement rejoint par des congénères qui avaient tenté de mettre fin à ses jours. Alex sentit une boule de stress se former dans sa gorge et accéléra l'allure : c'était pas possible, pas possible, pas possible, pas possible ! Ce genre de trucs n'arrivait que dans les films de fantasy ou les jeux vidéos, avec des mobs stupides qui s'écrasaient contre les murs, pas dans un putain de manoir bizarre digne d'une télé réalité !
    Allô les producteurs, on se calme là ! On arrête les blagues !
    Peine perdue, et crier ne servait à rien puisque ça ne suffisait pas à arrêter les frottements lugubres produits par les tapis volants contre le mur. Alex était trop effrayé pour rire à ce calembour ; d'ailleurs, tout lui paraissait d'un seul coup plus menaçant, même si ledit frottement n'était provoqué que par la vitesse du mobilier qui l'avait pris en chasse.
    Enfin quand même, ce genre de chose avait de quoi en impressionner plus d'un.
    Donc Alex ne trouva pas du tout humiliant de lâcher un nouveau cri de terreur lorsque ses cordes vocales furent à nouveau en état de le faire. L'écho de cette voix entre l'aiguë et le grave se répercuta dans tout le couloir, et cela n'arrangea pas son humeur. Mais de toute façon, il était trop occupé à courir - et à s'empêcher de cracher ses poumons par terre - pour s'en préoccuper plus que ça.

    Lorsqu'une porte salvatrice claqua enfin dans son dos, Alex lâcha un soupir de soulagement rauque et bruyant et s'y adossa illico en ayant la sensation de dégouliner tout entier sur le carrelage. Super, en plus c'était les chiottes. Y avait pas plus ragoûtant comme cachette ? Ses poumons gangrenés par le tabac lui signifièrent qu'ils n'en avaient rien à foutre en le faisant s'étouffer dans une quinte de toux qui le laissa assis par terre, appuyé contre une porte contre laquelle il sentait les coups bruyants venus de l'extérieur. Le temps d'une irréelle seconde, il se demanda comment des tapis pouvaient taper aussi fort contre une porte. Et puis il se remit à tousser.
    Super. En fait il allait crever en s'étouffant avec sa propre salive. Pauvre tache.
    Fallait qu'il se remette au sport, tiens. Si il survivait, il tenterait le coup.

      « ... Ta mère sa race, coño. » Parvint-il à articuler entre deux crachotements, avant de se recoller illico à la porte qui tremblait sous les assauts furieux de la moquette brodée d'or.

    Sûr que c'était la chose la plus intelligente à faire, balancer des insultes dans le vide comme ça. Alex solutions miracles bonjour. Merde, comment il avait fait pour se foutre là-dedans, lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Ven 4 Oct 2013 - 23:29

...

Non non non non...
Nikoleta prit une grande inspiration, expira bruyamment ; et se remit à angoisser à la seconde où le souffle chaud mourut sur ses lèvres. Elle lissa nerveusement son jean (qui n'en avait pas besoin), tira sur les manches de son gilet et refit trois fois son chignon. La boule qu'elle avait à la gorge descendait lentement jusqu'à son estomac, glaçant ses veines et asséchant sa gorge. Elle avait du mal à déglutir. Cachée dans la cabine, assise sur la porcelaine dont elle avait abaissé la lunette et s'était fait un siège à la propreté discutable mais solitaire, elle ressassait ses craintes et se rongeait les sangs à envisager mille scénarios tous plus terribles les uns que les autres. Parfois, une poussée d'espoir la faisait sourire avant qu'elle ne s'assombrisse à nouveau, sourcils arqués et bouche courbée. Elle se trompait peut-être, on était jamais sûr : elle n'avait rien pour vérifier, après tout. Ses inquiétudes n'étaient peut-être pas fondées. Elle trouvait dommage de ne pas pouvoir se sentir digne de la Vierge Marie en son âme et conscience ; au moins, l'affaire aurait été réglée. Elle aurait pu arrêter de se tordre les mains et se dire qu'il aurait mieux valut aller se jeter du haut de la tour sur le champ.

Voilà qu'elle raisonnait comme une femme battue et en danger de mort. Nikoleta se fit rire, tant elle réalisait le ridicule de sa situation. Vingt-cinq ans et incapable de prendre les choses en mains. « A ton âge, à ton âge », ne cessait de répéter une petite voix à l'arrière de sa tête, agrémentant ses pensées désordonnées d'une petite musique entêtante. Rester assise là n'allait pas l'aider à régler quoi que que ce soit – si tant est qu'il y ait quoi que ce soit à régler, elle le savait très bien. Ses jambes agitées de tremblements compulsifs, lèvre entre les dents, elle fixait la porte de la cabine, débattant silencieusement l'action et l'ignorance. Comme une petite fille peut se permettre d'ignorer ce qui lui déplaît, elle se demandait si elle pouvait faire la même chose. Personne n'était au courant, hein ? C'était peut-être faux, en plus. Si elle ne disait rien, si elle l'oubliait, rien ne se passerait. Sur cette conclusion d'une absurde naïveté (belle adulte), elle se leva avec un soupir, tira le verrou.

Un grand claquement la fit de nouveau reculer dans sa tanière, laissant ses mains étouffer un cri derrière leur barrière protectrice. Yeux écarquillés, cœur battant la chamade, elle entendit deux quintes de toux percer le silence, accompagnées de battements qu'elle identifia confusément comme des coups frappés à la porte. Il n'en fallut pas plus à son imagination, toujours sur le qui-vive, pour s'emballer et battre la campagne. Oh mon dieu, un monstre venait de rentrer, il allait la trouver et la tuer ! Elle s'asséna une gifle imaginaire pour éviter de tomber en pâmoison et pour se forcer à se reprendre. Quelqu'un était juste entré en claquant la porte, il n'y avait pas de monstre ! Et les coups, eh bien... une autre personne pressée d'aller aux toilettes ?

Ça ne collait pas. Et elle ne pouvait pas sortir et s'offrir à un potentiel danger. Pas fan d'acrobaties mais incapable de rester immobile à attendre que l'orage passe – et s'il ne passait pas ?, la Grecque posa un pied chancelant sur la cuvette, se hissant le plus discrètement possible le long de la paroi couverte de messages plus ou moins corrects esquissés au crayon. Un juron dans une langue étrangère et une insulte couvrirent le bruit léger de son ascension. Château de cartes précaire, elle eut le temps d' apercevoir une forme assise contre l'entrée avant que les lois de la pesanteur ne se rappellent à elle. Son pied glissa, et si son idée première fut de se rattraper à la porte, elle déchanta bien vite en se souvenant qu'elle l'avait laissée entrouverte. Le panneau la laissa donc complaisamment choir sur le carrelage, envoyant une onde de douleur à travers tout son corps. Waw, c'était aussi prudent qu'aller faire la montée de l'Everest à neuf mois de grossesse, ça.

La moitié du corps dans les toilettes, l'autre à l'extérieur, Nikoleta poussa un gémissement de douleur. Histoire de faire bonne figure, elle se redressa péniblement sur ses coudes.

« Euh... Bonjour ? »

C'est le père Noël qui vient de sortir d'une cabine, hohohoho. Joyeux Noël !
Ahah. Vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Jeu 7 Nov 2013 - 19:55

    Alex a mal putain, il a l'impression de cracher de la fumée par tous les orifices, comme une vieille locomotive défoncée et bonne pour la casse. C'est un peu ce qu'il est, ça fait pitié de ne même plus pouvoir courir 20 mètres, mais bordel c'est pas une raison. Sa gorge le brûle d'une toux âcre et persistante et il émet des bruits sifflants d'asthmatique en fin de vie. C'est pas les tapis tueurs qui vont l'achever, c'est une trotte de cinq minutes et des lacets pas faits. C'est la mort.
    Et dans son dos, la porte persiste à trembler sous l'opiniâtreté des coups de boutoir. Alex se demande comment la déco peut être têtue à ce point-là. La futilité de la réflexion indiquant qu'il a bel et bien définitivement sombré dans la folie.
    C'est bon Passe-Partout, le temps est écoulé, viens me sortir de lààà...
    Soudain, un vacarme de tous les diable retentit et l'un des cabinets devant lui s'ouvre brutalement : Alex fait un bond de deux mètres sur place et manque de recracher son pauvre cœur déjà bien mal en point. La fille qui s'écrase par terre lâche une exclamation en même temps que lui, et ils doivent avoir l'air de deux beaux couillons à s'égosiller comme ça sans motif dans des chiottes fermées à double-tour.
    Quoi qu'il en soit, elle peut se vanter de lui avoir fait peur celle-là ! Une main sur sa poitrine en deuil, Alex oublie un instant la folie qui cogne à la porte pour lancer un regard effaré aux cabines qu'il croyait vides un instant plus tôt. D'où elle sort celle-là ? Enfin surtout... Pourquoi elle s'est étalée sur le carrelage comme une vieille loque au lieu de pousser la porte comme tout le monde ? Alex la fixe un instant d'un air ahuri, avec l'impression confuse qu'un truc lui échappe.
    Elle est brune, ou châtain assez banal. Blanche. Vieille - enfin, plus vieille que lui en tout cas.
    Mais bon, le plus important c'est qu'elle n'a pas l'air agressif. Alex accueille sa modeste tentative de communication avec un clignement d'yeux abasourdi. C'est déjà ça.
    Quant à dire quelque chose...

      « ... Y'a des tapis dehors. »

    Waw. C'est pas le rendez-vous des intellos ce soir - Il doit avoir l'air fin, là.
    Avec un froncement de sourcils, Alex reprend un minimum de contenance et désigne la porte qui tremble encore.

      « ´fin. Des - urf - tapis vivants quoi. C'normal ? »

    Non, sûrement pas. Mais on sait jamais.

      « Qu'est-ce que tu foutais ? »Ajoute-t-il soudain, un peu plus vite, et avec sûrement plus d'agressivité que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Ven 22 Nov 2013 - 23:41

...

Nikoleta resta là à regarder le garçon ahuri, les pieds dans les toilettes et un grand sourire aux lèvres. Pas besoin de sous-titres au silence pour deviner ce que l'autre devait penser ; le rouge lui monta aux joues bien vite, colorant ses pommettes blanches. On avait vu plus classe comme entrée qu'une chute exceptionnelle depuis une cabine de toilette censément vide. Si l'autre avait eu une caméra en mains à cet instant précis, nul doute qu'elle se serait retrouvée sur Youtube dans la semaine. Glorieuse renommée. C'était plutôt le rêve de son frère, ça, pas le sien : le corps douloureux, Nikoleta parvint à se redresser suffisamment pour s'asseoir, la gêne sur son visage et les bleus sur ses genoux se disputant le monopole de son attention. Peut-être qu'ils allaient pouvoir oublier cet incident, se dit-elle sans y croire, voire effacer de leur mémoire les traits de l'autre. Elle, ça l'aurait bien arrangé. Amnésie subite, boum.

Bizarrement, elle n'y croyait pas trop, et y crut encore moins lorsque l'inconnu prit la parole.

« ... Y'a des tapis dehors. »

Eh ? Des tapis ? Nikoleta cligna plusieurs fois des yeux avant que son visage ne prenne entièrement les différentes nuances de la perplexité. Elle se remémora brièvement le velours rouge qui courait le long des couloirs et des escaliers, ne sachant que penser de la déclaration de son interlocuteur. Il avait bu, peut-être ? Elle avait du mal à croire qu'il n'ait jamais vu de tapis de sa vie. A moins que, contrairement à ce que ses habits lui criaient, il ne vienne pas de son monde et vive quelque part où les tapis étaient réputés dangereux et carnivores. Ce n'était pas absurde. Au Pensionnat, rien n'était absurde ou dénué de sens.

« ´fin. Des - urf - tapis vivants quoi. C'normal ? »

Même pas ça, non. Alors que la logique aurait dû la pousser maintenant à penser qu'il avait bu, elle se contenta d'un haussement d'épaules fataliste. Des frissons remontèrent le long de son dos et un courant d'air froid passa sur sa poitrine, sur laquelle il pesa un poil trop fort. L'angoisse, doucement mais sûrement, se faisait un nid confortable tout près de son cœur et entre ses deux poumons pour l'empêcher de respirer correctement. Des tapis vivants, ahaha... C'était ça qui cognait aussi fort à la porte ? Oh non... La peur se fit masque opaque sur son faciès figé. L'hyperventilation allait arriver dans trois, deux...

« Qu'est-ce que tu foutais ? »

Elle aurait pu le remercier de faire diversion, franchement ; face à ce ton de voix un peu trop agressif, Nikoleta se recroquevilla comme une enfant prise en faute, sans chercher à se justifier. Qu'est-ce qu'on faisait en toilettes, en général ? On ne méditait pas, c'était clair. La jeune femme grimaça en se relevant, cherchant une fois debout à chasser les tremblements de ses jambes qui en avaient pris un sacré coup. Quelle idée de faire la mariole sur le siège ! Elle pria de toutes ses forces pour qu'une vague de nausée ne la prenne pas en plein milieu d'une phrase.

« Je... je réfléchissais et j'ai entendu quelqu'un entrer, du coup j'ai... »

Le flot de paroles pressées se tarit brusquement. Elle lissa à nouveau son jean, machinalement, les sourcils froncés. Les coups du bois résonnaient à ses oreilles comme si c'était sur ses tympans qu'on les donnait directement.

« … Ça n'a pas d'importance, en fait. Je suis maladroite. Mais, hm... Il y a vraiment un tapis vivant dehors ? »

Elle savait comment étaient les adolescents, toujours prêts à avaler les verres à la chaine sans aucune raison. Ce n'est pas parce qu'elle ne l'avait jamais fait qu'elle n'en avait pas vu les ravages chez d'autres. Et ce garçon qu'elle ne pensait pas encore adulte lui faisait un drôle d'effet, avec sa peau foncée et ses vêtements. Pas quelqu'un de fréquentable, c'était ce qu'elle devait se dire ; du genre à vous détrousser à l'ombre d'une ruelle.

Nikoleta avait un don pour tirer le pire parti de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Lun 9 Déc 2013 - 23:41

    Et vazy que j'te parle de ce que je faisais enfermée dans une cabine de WC, vas-y que j'marmonne et que je tripote mes fringues... Sérieux, qu'est-ce qu'il en a à foutre Alex de ce que tu faisais là-dedans, hein ? Tout le monde sait à quoi servent des chiottes quand même non ? C'est pas clair qu'il se demande pourquoi elle s'est étalée au milieu du carrelage plutôt que sortir avec ses pieds en deux pas et demi comme tout le monde ? Il a jamais vu quelqu'un se casser la gueule en ouvrant une porte, quoi.
    Alex grince des dents, tandis que les tremblements de la porte le ramènent à des enjeux plus pressants. Sa mère, il a besoin d'une cigarette. Il en a pas dans ses poches, là, tout de suite ? Non, bien sûr, évidemment. L'aide au suicide revient trop cher à l'état c'est ça hein ?
    En plus il parie que la meuf en face fume pas.

      « … Ça n'a pas d'importance, en fait. Je suis maladroite. Mais, hm... Il y a vraiment un tapis vivant dehors ? »

    Un regard des plus adorable accueille la question jugée parfaitement inutile puisqu'il vient de le citer textuellement.

      « Ben ouais, tu crois quoi, que je trouve ça fun de me planquer dans les chiottes et de bloquer la porte comme ça ? Et pourquoi c'est mixte ici déjà, hein. »

    L'adolescent teste la résistance de la porte en en décollant le dos quelques fractions de seconde... et ça semble bien solide, tout ça. En même temps, si les mecs qui ont construit cette baraque étaient malins, ils devaient bien savoir qu'il y avait des tapis fous dans leurs couloirs alors...
    Tirant sa carcasse alanguie du sol un poil crasseux, Alex se frotte la nuque et fixe la fille en fronçant les sourcils :

      « Ouais, du coup tu sais pas par où on peut sortir ? Genre un passage secret ou quoi, tu connais pas ? »

    Parce que pas question pour lui de ressortir par la porte. Jamais. Ja-mais. Plutôt crever. Alex parcourt le sol des yeux, en quête d'une trappe bien placée par des ingénieurs astucieux. On peut toujours rêver, hein. Ça marche bien en général, dans les films.
    Il pousse l'espoir jusqu'à s'accroupir à nouveau - et bingo les genoux qui grincent - et gratter les dalles avec un dégoût non dissimulé.

      « Mec, si y a rien ça craint - tu la sens, là, l'hyperventilation ? - dis la vieille, t'as pas une clope ? »

    Et hombre il va en avoir besoin, en déterrant un bête bout de papier qui n'est même pas le plan d'un couloir secret menant vers l'extérieur. Alex défroisse le papier jauni entre ses doigts qui ne le sont pas moins, grimace, jure et secoue le machin sans même prendre le temps de le lire. Trop fébrile pour ça. Son cerveau vibre dans son crâne et l'empêche de se concentrer :

      « Joder ! C'est quoi ça hein ? »

    Et la flopée de jurons en toutes les langues qui va avec. C'est fou, on dirait Gaetan. Vulgarité inversement proportionnelle au QI.


Dernière édition par Alex Cavecchio le Mar 10 Déc 2013 - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mar 10 Déc 2013 - 0:03



Alex vérifie le dallage, et trouve :

« Une feuille cachée dessous. »


[ACTION 1/4]

24


Le XX/YY,

Ce que je viens de découvrir est sans doute l’information la plus incroyable qui me soit jamais tombée entre les mains, et bien que j’aimerais tout oublier, mon don fait que ça restera gravé dans ma mémoire à tout jamais. Sans oubli, pas d’absolution.
J’ai surpris une conversation entre Christian et Perrin, qui était plutôt animée. Je ne pense pas qu’ils m’aient repéré, sinon je ne serai pas là à écrire mes découvertes. Ils parlaient de Nelly, et c’est ainsi que j’ai découvert de quoi il en retournait.
Elle a été créée par eux. C’est une créature conçue par les Irvine, comme une… expérience. Ils voulaient voir qui d’un humain ou d’elle, une créature programmée, est supérieure. Elle a pour instinct de se rapprocher de tout le monde mais de plus particulièrement des personnes qui sont les plus puissantes, dont moi certainement. Ils l’ont utilisée, et d’après ce que j’ai entendu, elle ne le sait même pas et se croit parfaitement humaine, autant que moi. Ce n’est pas à elle que j’en veux, mais à eux. Pour l’avoir manipulée. Elle en est même encore plus fascinante qu’auparavant, et il est hors de question que je la laisse dans cet endroit maudit. Cela ne me motive que davantage dans l'élaboration de mon plan d'évasion du Pensionnat Interdit, comme nous nous amusons à le surnommer entre nous désormais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mar 17 Déc 2013 - 10:06

...

« Ben ouais, tu crois quoi, que je trouve ça fun de me planquer dans les chiottes et de bloquer la porte comme ça ? Et pourquoi c'est mixte ici déjà, hein. »

Comme toujours quand la personne en face d'elle se montrait un poil trop directe ou agressive, Nikoleta se renferma sur elle-même, cherchant déjà une autre issue pour sortir de cette pièce à l'air que l'autre rendait trop oppressant. Elle n'en savait rien, de ses goûts ou de ses passions secrètes, mais elle savait qu'avec plus d'un gramme d'alcool dans le sang, on trouvait tout un peu trop « fun ». Même plonger dans les toilettes et prendre quelqu'un d'autre pour un tapis vivant. Bien décidé à le croire complètement saoul pour l'instant, elle haussa simplement les épaules ; ça, il fallait s'y faire, ce n'était pas si terrible en fin de compte. Le brouhaha derrière la porte l'était bien plus. La Grecque songea un quart de seconde (pas plus) à prêter main forte à l'adolescent, parce qu'elle ne voulait vraiment pas savoir qui de lui ou elle avait raison. La mine affable du garçon la cloua sur place.

Le temps qu'il se relève, elle avait songé à mille et un scénarios tous plus horribles les uns que les autres – dont celui qui consistait à un témoin retrouvant son corps inanimé et froid le lendemain matin. Il ne lui en fallait vraiment pas beaucoup.

« Ouais, du coup tu sais pas par où on peut sortir ? Genre un passage secret ou quoi, tu connais pas ? »

En fait, il avait beau avoir quelques années de moins que lui, elle avait l'impression qu'il aurait pu lui tordre le cou d'une seule main si elle lui répondait par la négative. Du coup, Nikoleta n'osa que prononcer le « non » tant craint du bout des lèvres, sans même accompagner ce son ténu par un hochement de tête plus significatif. L'autre ne devait même pas l'avoir entendue, mais elle se sentait mieux de l'avoir renseigné, fût-ce inutilement et trop bas.
Et pourquoi est-ce qu'il fallait toujours qu'il demande des trucs auxquels elle ne pouvait pas dire « oui » ? Elle l'aurait bien tanné à propos du danger du tabac, et gratuitement en plus : Nikoleta en fronça même les sourcils. Si la situation n'avait pas été au seuil « critique » dans son petit cerveau habitué à paniquer à la moindre contrariété, elle l'aurait sans doute fait. Mais tout ce qu'elle put s'autoriser, ce fut un regard à peine assez noir pour paraître menaçant. T'es même pas crédible, avec ça, ma pauvre. Elle ne s'en voulut pas longtemps. Le type s'était mis à gratter le sol comme pour trouver une trappe ou un quelconque passage secret, n'en retirant qu'une feuille à laquelle il porta une attention stressée et modérée. Nikoleta laissa sa bouche former un « o » de surprise.

Ça alors... !

« Joder ! C'est quoi ça hein ? »

Le traducteur automatique eut l'amabilité de ne pas lui traduire la suite de mots aux consonances étrangères que l'inconnu poussa avec agacement, quoiqu'elle devina sans peine que ce ne devaient pas être de jolies bénédictions. Ses mains s'agitèrent, prises de convulsions impatientes, et elle s'exclama, en total contraste avec son attitude timide et ses mots murmurés du début :

« Ça doit être une feuille du journal de Rudy ! Ne la jette surtout pas, c'est très important ! »

Puis elle le considéra immédiatement avec étonnement, laissant les mots qu'elle venait de prononcer imprégner leur sens dans son esprit troublé. Il ne savait pas ce que c'était ? Il avait peut-être mal lu. Mal regardé. Est-ce qu'il l'avait regardé tout court, au moins ? Ou alors il venait d'arriver au pensionnat et il ne savait pas. Cachée dans sa chambre et dans les recoins, évitant au mieux la foule et les regards de travers, Nikoleta ne connaissait pas grand monde. Ses amis, ses colocataires, quelques visages récurrents. Deux ou trois figurants de films sans importance. Elle n'aurait su dire si ce garçon à la peau foncée était un ancien ou non. Elle en déglutit difficilement, écœurée de ne pas pouvoir faire cette simple différence.

« Tu connais Rudy, non ? »

Il n'était sans doute pas trop tard pour lui expliquer – elle avait juste peur qu'il ne veuille pas de ses explications et fiche la feuille dans les toilettes avant qu'elle ait pu dire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Lun 23 Déc 2013 - 19:51

    Et allez, qu'est-ce qu'elle a maintenant ? La feuille froissée sans précaution à la main, Alex regarde en fronçant les sourcils la fille qui pousse des glapissements à sa vue. Quoi, c'est ce bout de papier qui lui fait un effet pareil ? C'est un tout petit peu exagéré comme réaction, quand même. Méfiant, le jeune homme lui jette un regard suspicieux, puis le déplie et le lisse avec un certain soin pour en lire une ligne ou deux. 
    ... C'est quoi ça, une fanfic ?
    Bizarre, en tout cas. Et pas assez intéressant pour qu'il lise le pâté en entier, en tout cas. Il en a rien à foutre de sa vie, à ce mec. 
    Plutôt persuadé de perdre son temps avec une private joke à la con, Alex fixe l'autre comme une débile profonde, se demandant comment lui expliquer qu'il a autre chose à foutre sans être grossier. 
    Oh et puis, c'est pas comme s'il renâclait à l'être, en règle générale. Heureusement pour ses oreilles, la jeune femme reprend la parole avant qu'il puisse ouvrir la bouche. 

      « Ça doit être une feuille du journal de Rudy ! Ne la jette surtout pas, c'est très important ! ...Tu connais Rudy, non ? »

    Bah c'est pas mieux ouvert que fermé, tiens. Un peu vexé, Alex lui lance un regard noir et répond :

      « Non, je connais Rudolf, Rachid, mais pas ton vieux mec là. Qu'est-ce qu'on en a à foutre d'abord hein ? C'est pas une formule magique pour nous faire sortir des chiottes non plus. »

    Le jeune homme songe d'abord à faire une boule ou un avion en papier de la feuille qui tient tant à cœur à sa compagne d'infortune - bien contre son gré, mais se ravise à mi-chemin de crainte de voir l'objet s'animer et se mettre à gambader autour de la pièce. Il ne manquerait plus que ça, tiens. En désespoir de cause, il s'approche de la jeune femme pour la lui tendre dans fioritures. Mais malgré tout, il peut voir sur son visage une expression qu'il ignore vaguement depuis le début de la conversation, et ça l'énerve. C'est pas parce qu'il a l'habitude de la voir dans les yeux de ses profs, ou quand il va faire un tour dans Paris, que ça le dérange pas. Ça la gêne pas, elle, de le fixer comme s'il cachait un flingue dans sa poche ? 
    Évidemment, de telles pensées n'arrangent pas l'amabilité du regard qu'il porte sur elle. Il ne lui vient pas à l'idée de tenter quelque chose pour arranger l'ambiance, cela dit : d'une parce qu'on discute pas avec les préjugés, de deux parce que ça lui donne juste envie d'aller lui rayer sa bagnole pour lui apprendre qu'elle est pas plus nette que lui. En tout cas c'est tout ce que sa tête lui dit actuellement : elle est qui pour le juger, d'abord ? Il la pas menacée ni rien non, hein ? Merde à la fin. 
    Plutôt que de s'abaisser à lui demander des explications alors, Alex lui tourne le dos et rentre dans la cabine la plus proche. Si le sol veut pas coopérer, peut-être qu'il y aura un passage derrière les chiottes. Pas genre Harry Potter non plus, ok, mais cette baraque est tellement pourrie de toute façon qu'un coup dans la plomberie suffirait à la faire s'écrouler, à son avis. 
    Et puis de toute façon, il faut bien que la sortie soit quelque part.  Pas vrai ? 
    Fort de cette certitude, l'adolescent tend un bras pour s'appuyer au mur, évitant avec une grimace de dégoût les taches de crasses non identifiées qui prennent plaisir à la colonisation. En équilibre au-dessus de la cuvette en essayant de ne rien effleurer qui ne soit pas aseptisé - c'est-à-dire : de ne rien effleurer du tout - il cogne avec espoir contre les briques en espérant en tirer un son creux. 
    Il n'en ressort rien, évidemment, si ce n'est un bruit on ne peut plus plat et des phalanges écorchées. Une fois n'est pas coutume, Alex jure haut et fort, frappe le mur qui se fout de sa gueule et... Glisse, s'étalant royalement sur la cuvette. 

      « PUTAIN SA MÈRE... ! »

    Le reste est censuré automatiquement lorsque l'androgyne referme la bouche pour se préserver des effluves qui émanent de la fosse septique. Oh bordel, il va vomir, là, c'est clair. Regarde-moi l'état du machin mec, c'est dégueulasse putain il doit en avoir plein sur ses fringues. Et le plus drôle c'est qu'il s'est vautré dans une position tellement improbable que ça va être la belle galère pour se relever. Et en attendant il a droit à une vue imprenable sur le monde souterrain. 
    Ouais, il va vraiment dégueuler.  


Dernière édition par Alex Cavecchio le Lun 23 Déc 2013 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Lun 23 Déc 2013 - 19:57



Alex vérifie les toilettes, et trouve :

« Du dégoût... »


[ACTION 2/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Jeu 26 Déc 2013 - 22:50

...

Nikoleta ouvrit la bouche, se ravisa et hésita à lui lancer le regard que les professeurs ont pour leurs élèves dissipés ; n'y réussit qu'à moitié et faillit retourner s'enfermer dans les toilettes les plus proches quand le garçon s'approcha d'elle. Ni Rudolf ni Rachid, Rudy ne devait pas l'intéresser plus que le dallage des toilettes, faisant éclore dans son esprit l'idée non pas qu'il risquait une gueule de bois monstrueuse le lendemain mais qu'il pouvait être nouveau. Fraîchement débarqué au pensionnat et ignorant de la nouvelle qui bruissait constamment le long des couloirs – ça et le fait que les meubles avaient tendance à bouger dans ce fichu manoir. Surtout les boîtes de légumes et les tapis, nota-t-elle pour elle-même dans un coin de sa tête, passant ses doigts sur la surface rugueuse e jaunie de la feuille. Elle l'avait prise avec un sourire à peine visible et un petit « merci », n'osant se retourner vers son interlocuteur plus que nécessaire. Son ton de voix et ses manières emportées lui faisaient peur : Nikoleta était la première à se le reprocher. Faute de mieux, elle lut les quelques lignes manuscrites le temps que le grand inconnu aille chercher un passage secret au fond d'une des cabines crasseuses. Nelly, Perrin, Christian. Autant de noms qui ne trouvaient que difficilement un écho dans les conversations passées ; seule la fin lui assécha la gorge. Plan d'évasion, Pensionnat Interdit. Les battements plus rapides de son cœur lui insufflèrent une énergie nouvelle.

« En fait, osa-t-elle sans que sa voix daigne prendre un envol plus assuré, c'est plutôt dehors que ça peut...


-PUTAIN SA MÈRE... ! »

Nikoleta sursauta tant qu'elle crut bien heurter le plafond. La feuille devant la bouche pour masquer un cri qui y était resté accroché, elle cligna des yeux une fois. Deux fois. Trois fois. Avant de combler précipitamment la distance qui la séparait de la cabine dans laquelle le jeune homme était entré, posant ses yeux étonnés et inquiets sur le corps affalé de ce dernier. Elle pensa tout d'abord qu'il s'était assommé mais vit qu'il bougeait toujours ; grand mal lui en prit, Nikoleta inspira, soulagée. L'odeur la fit vaciller et fit remonter un arrière goût acide jusqu'à sa langue. Elle dut s'appuyer à la chambranle pour ne pas s'écrouler sur son compagnon (il n'aurait sûrement pas apprécié). Une fois qu'elle fut certaine de ne rien rendre en ouvrant la bouche, elle se baissa pour tapoter l'épaule du garçon. Elle l'aurait bien tiré de là si elle n'avait pas eu la carrure du roseau.

« Tu as besoin d'aide... ? »

C'était idiot, il ne s'était sûrement pas allongé là pour voir la cuvette de plus près ; en plus d'être dégoûtant, aucune chance pour qu'ils puissent s'échapper par les conduits. Un nouvel assaut sur la porte, plus fort que les précédents qu'elle ne distinguait plus, l'affola et lui emmêla les pieds. Soucieuse de ne pas laisser s'échapper la feuille, elle se déséquilibra et tomba à la renverse pour la deuxième fois. Le réflexe malheureux de vouloir protéger quelque chose qui n'existait même pas encore la fit se cogner le crâne contre la paroi. Un gémissement filtra par les lèvres de la maladroite qui voyait de petites cloches danser devant ses yeux. A travers les éblouissements dus au choc, elle distingua le garçon et papillonna des yeux ; où elle était, là, déjà ? Ah, mince, elle venait de lui tomber dessus ! Nikoleta voulut se redresser, ne regrettant qu'à peine les taches que la saleté allait laisser sur ses vêtements propres. Il y avait plus grave.

« Je suis désolée, j'ai trébuché, le tapis... »

Elle se tut et arrêta au final de gigoter comme un ver ; à part se casser à nouveau la figure sitôt sur ses deux jambes, ça n'allait pas la mener bien loin. Elle se détestait d’être aussi empotée et incapable de prendre les choses avec le calme de l'adulte qu'elle était censée être depuis des années. Et puis, oui, c'était franchement stupide et irrationnel mais elle avait toujours peur que monsieur zéro sourire lui colle un poignard entre les côtes pour s'être avachie sur lui. S'il s'énervait, mieux valait-il tenter les excuses à la chaîne ou la fuite à l'anglaise en dépit du tapis tueur qui continuait son rodéo à l’extérieur ? Non, rien de tout ça, se promit-elle avec une fermeté plus qu'illusoire.

Les haut-le-cœur reprirent de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Sam 28 Déc 2013 - 14:50

    Alex essaye encore de mobiliser ses muscles oxydés - et notamment des abdos aux abonnés absents - quand il entend dans un écho typique des toilettes publiques la fille lui proposer son aide. Seul un juron étouffé lui répond, tout simplement parce que le latino n'a pas assez d'air dans les poumons pour articuler un truc plus construit. Un instant, la pensée qu'il échappe à l'humiliation d'être vu ainsi par quelqu'un de sa connaissance le soulage et le terrifie à la fois. Et ça ne s'arrange pas quand il pense à ce que lui dirait Max en le voyant dans un tel état de décomposition, pas même capable de se relever d'une chute sur une putain de cuvette de chiottes. C'est peut-être la vengeance de la race des WC pour toutes ces années passées à les dégrader impitoyablement ; il a peut-être le titre de serial-tagueur tatoué sur la figure.
    La rêverie du jeune homme se trouve brutalement interrompue par un cri, suivi concrètement d'un poids conséquent s'abattant sur son dos.
    La flopée d'insultes qui lui échappe rendrait dingue le traducteur automatique et correspond parfaitement à l'ambiance nauséabonde des lieux.
    Si c'est ça qu'elle appelle l'aider, c'est bon, il passe son tour.
    Calme Alex. Respire, Alex.
    ... Ou plutôt non, arrête de respirer. Surtout arrête.

      « Tu veux bien. Bouger de là ? » Grogne le garçon entre ses dents serrées.
      « Je suis désolée, j'ai trébuché, le tapis... »

    Genre le tapis. Quoi le tapis ? Il lui a été tiré sous les pieds peut-être ? Il est dehors le tapis, merde !
    Alors que la pression s'atténue sur son dos, il plie le bras pour s'appuyer à la cuvette - surtout, ne pas penser à ce qu'il est en train de faire - et tend l'autre. Au moins l'intervention de la fille aura-t-elle eu le mérite de le motiver un peu.
    Cela dit, la main qui glisse et qui se retrouve au fond de la cuvette, non seulement c’était pas prévu mais en plus ça casse tout l’effet positif précédent. Alex lâche un cri de douleur en se cognant le coude contre l’émail, suivi d’une exclamation de dégoût encore plus appropriée.
    C’est bon. Cette fois, il va vraiment vomir. Oh bordel. C'est ignoble. C'est dégueulasse. Un million de pensées d'horreur et de dégoût lui traversent l'esprit en même temps, suivies de près par des suppositions toutes plus infâmes les unes que les autres. Et si les canalisations étaient bouchées ? Et si le mec d'avant avait eu la flemme de tirer la chasse ? Et si il y avait un espèce de monstre ignoble qui squattait la fosse septique, soyons fou, et si... Ah putain de sa mère !
    C'est dégueulasse. C'est dégueulasse. Le cerveau d'Alex est bloqué en mode replay.
    Dans un effort surhumain, le latino s'arrache au trône et pousse la fille du coude avec un bruit de gorge étranglé.

      « Casse-toi deux secondes. »

    D'un coup de pied, il claque la porte avant de retourner s'affaler devant la cuvette et d'y vomir son petit dej'. Comme ça au moins, c'est la totale.
    Merci les tapis. Vraiment, c'était cool. Oh la journée de merde. Dans tous les sens du terme.
    Il lui fallut un peu de temps, les yeux bien fermés et toutes écoutilles closes, pour reprendre contenance. Ainsi que la certitude profondément ancrée dans ses entrailles de devoirs passer une nuit entière à mariner dans une piscine d'eau de javel.
    A défaut, Alex se relève, rouvre la porte avec une expression de cadavre frais et va directement se plonger les bras et la tête sous les trois robinets en même temps. L'eau glacée lui tire un grognement et ses coudes claquent contre l'émail, mais tout ce qui l'importe c'est de chasser cette puanteur qui s'accroche à lui et provoque des spasmes incessants dans son estomac. Et puisque comme dans toutes les toilettes du monde, le distributeur de savon est en panne, laver à grande eau reste la meilleure solution de son répertoire.
    Et inutile de rappeler qu'il n'a pas progressé d'un pouce dans sa recherche de sortie de secours. A l'aide. Ça peut pas craindre plus, là.


Dernière édition par Alex Cavecchio le Sam 28 Déc 2013 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Sam 28 Déc 2013 - 15:01



Alex met sa main dans la cuvette, et trouve :

« Un truc poisseux lui passe entre les doigts ! Il revient bredouille, mais une odeur vraiment immonde lui colle à la peau. »


[ACTION 3/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Dim 29 Déc 2013 - 14:46

...

Maintenant toute seule, avec pour seul interlocuteur la porte de derrière laquelle s'échappaient des sons étranglés qu'elle n'avait pas très envie d'interpréter, Nikoleta osa un œil à ce qui l'entourait : et dans la luminosité blafarde d'une ampoule qui avait connu des jours meilleurs, ses recherches ne furent pas plus concluantes que celles de l'autre, qui jetait tripes et estomac dans la cuvette en ce moment même. Une petite inspiration chancelante plus tard, elle furetait maladroitement de droite à gauche, pas persuadée de l'efficacité de sa démarche mais gardant bon espoir (important pour éviter de penser au sac à poussière qui grattait encore à la porte). Les murs sales furent passés au peigne fin, ainsi que le sol et les quelques dalles disjointes qui claquaient sous ses pieds. Rien du tout, zéro passage secret, zéro feuille, mais des tas de bactéries sûrement capables de filer la pire des maladies à qui ne se lavait pas les mains en sortant. Uuuuh. Elle avait connu cet endroit plus ragoutant. Enfin, au point où elle en était, à avoir servi de tapis de sol deux fois en l'espace de cinq minutes, ça ne pouvait sûrement pas être pire. Sûrement.

L'idée de se trimballer la mort accrochée aux vêtements ne l'enchanta pas mais le claquement sec de la porte l'empêcha d'aller plus loin dans son angoisse ; stoppée à mi-chemin, elle regarda le garçon sortir des toilettes pour aller se noyer sous les robinets. Circonspecte, elle se demanda si elle pouvait considérer ça comme une tentative de suicide ou simplement un ras-le-bol retentissant. Elle ficha une claque inconsciente à son esprit à la dérive et se risqua à tapoter gentiment l'épaule de son compagnon d'infortune. Au fond, ce n'était qu'un enfant perturbé par les événements (et peut-être un peu d'alcool) ; il ne méritait ni mépris ni dispute. Regonflée par cette conclusion qui ôtait momentanément tout caractère effrayant au naufragé de la porcelaine, Nikoleta se remit à farfouiller les lieux du regard. Rien ici, rien là, pas de trappe magique au sol ni de bibliothèque derrière laquelle pourraient se terrer d'inquiétants escaliers en colimaçon : loin de perdre courage, cette absence d'indices incita la Grecque à penser que peut-être on leur cachait un système plus habile.

« Ne t'en fais pas, dit-elle à l'autre sans savoir s'il l'écoutait ou même s'il l'entendait, on va bien finir par trouver quelque chose. »

Avec tous les passages dérobés que contenaient les châteaux des livres, pourquoi n'y en aurait-il pas eu un derrière la chasse d'eau ? Nikoleta fit de leur situation un parallèle avec un château fort assiégé. Elle y trouva matière à sourire, rassérénée qu'elle était, et ne fit plus attention aux surfaces sur lesquelles glissait sa main absente. A tel point qu'elle passa sur l'interrupteur et plongea la pièce dans le noir sans s'en rendre compte. Les yeux vert d'eau grands ouverts, elle poussa un cri accompagné d'une exclamation aiguë. Quoi...

L'atmosphère fétide dont on avait effacé les contours lui sembla encore plus oppressante qu'auparavant. Elle en porta même les mains à sa gorge, craignant tout à coup d'y trouver les griffes d'un monstre ignoble ou les franges menaçantes d'un vieux tapis oriental. Pressée par un sentiment affreux, elle se retourna vers le garçon pour lui demander s'il allait bien ; et croisa, comme un flash, le regard muet d'une silhouette rouge qui n'avait rien à faire là et se tenait debout de l'autre côté de la glace.

Sa gorge se serra au possible, son visage passa de pâle à proprement livide et elle put retenir le hurlement angoissé qui suivit :

« ATTENTION IL Y A UN MONSTRE JUSTE AU DESSUS DE TOI ! »

Dans le miroir. Il était là il y avait deux secondes. Elle recula, manqua de trébucher, lâcha un autre cri sonore et plaqua ses mains sur ses oreilles, yeux fermés et presque sanglotante.


Dernière édition par Nikoleta Papadakis le Dim 29 Déc 2013 - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ Fondateurs ~
avatar

+
Pseudo Hors-RP : /
-
0 / 1000 / 100

Messages : 271
Inscrit le : 13/04/2008

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Dim 29 Déc 2013 - 15:42



Nikoleta éteint l'ampoule, et trouve :

« L'atmosphère semble soudainement plus glauque et elle pense avoir perçu une ombre rouge dans le miroir pendant un instant »


[ACTION 4/4]

Les recherches sont finies pour aujourd'hui ! \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mer 15 Jan 2014 - 22:47

    Le jet d'eau glacée n'y va pas de main morte. Alex a instantanément l'impression que ses neurones se raidissent et que la peau de son crâne se fige comme pour ne faire plus qu'un avec ses os. Pas de problème, on pourrait casser ces foutues chiottes avec sa boîte crânienne gelée, maintenant ; même un tuyau en plomb n'y résisterait pas.
    Evidemment, le seul désavantage c'est que son cerveau aussi devient aussi compact qu'un bloc de glace. On peut pas tout avoir, hein.
    Le jeune homme se met vite à trembler. Des éclats d'eau tranchants comme des stalactites s'infiltrent dans son col et tracent une ligne de givre dans son dos. Le bout de ses doigts insensibilise quasi-automatiquement. Wow. Si ça ça a pas tué tous les microbes qui pouvaient ramper sur sa peau, il sait pas quoi faire.
    A côté de ça, évidemment que ça les a pas tué. Et évidemment qu'il y a pas de savon, connard.
    Quelqu'un a une brosse à dents ? Quelqu'un a une...
    Crachotant comme un noyé, Alex tâtonne pour trouver le robinet et arrêter ce quasi-supplice. Limite il aurait du mal à respirer, là. Ses mains agrippent le bord du lavabo, ses ongles se plient douloureusement contre l'émail bruni et ses phalanges blanchissent. Il lui faut un temps pour cesser de trembler, de penser à cette putain de brosse à dents et se détendre un peu. Il souffle un coup, les yeux baissés vers le siphon et des gouttes d'eau glacées dévalant les mèches détrempées qui lui tombent dans les yeux.
    Ça peut pas craindre plus. T'es sûr ?
    Soudain, la lumière s'éteint.
    Alex sent toutes les cellules de son corps se figer et un liquide froid comme du mercure dégouliner au fond de ses entrailles. Son cœur ratte deux bons battements et l'espace d'un instant, il suffoque.
    Du calme. C'est sûrement la fille qui, sans faire attention... du calme. Le jeune homme a pourtant du mal à relever les yeux. Quelle importance de toute façon, puisqu'il n'y voit plus rien ? Enfin ça veut dire qu'il n'y a aucun risque non plus ; cela dit, sa nuque semble coulée dans du plomb.
    Respire Alex. Si on arrête de respirer, on meurt.
    Relever la tête lui prend un million d'années. Ses vertèbres craquent les unes contre les autres. Et puis, d'un seul coup-

      « ATTENTION IL Y A UN MONSTRE JUSTE AU DESSUS DE TOI ! »

    Ses yeux se relèvent brutalement ; et l'espace d'un instant, il les voit à la place de son reflet. Ces deux lueurs rougeâtres dans le miroir.
    Alex bondit en arrière avec un bref hurlement ; ses mains se plaquent sur sa bouche, son cœur le lâche un instant.
    Il reste debout, plus mort que vif, dans l'obscurité. Il n'y a aucun reflet rouge devant lui.
    Putain. Putain.
    Son organisme repart à la vitesse d'un cycliste lancé sur une pente.

      « Ohbordeldechiasse. »

    Qu'est-ce qui s'est passé. QU'EST-CE QUE C’ÉTAIT PUTAIN DE MERDE.
    Il a rêvé c'est pas possible. Mais elle l'a vu aussi. Elle aussi.
    Alex entend le sang battre douloureusement à ses oreilles. La terreur l'envahit en rentrant par le bout de ses doigts, alors que la lumière ne se rallume pas, et que le silence n'est troublé que par les gémissements entrecoupés de la fille dans son dos.
    Le jeune métis a la sensation de perdre la tête. Même la porte a cessé de trembler.
    Rallumez la lumière. Pitié, la lumière.
    Il recule d'un pas chancelant. Le bruit émis par ses talons résonne comme dans un cachot humide.
    L'interrupteur. Il doit pas être loin. Ses doigts rencontrent le mur et après un tressaillement d'effroi, il y colle son épaule. Pas loin de la fille... où elle est déjà elle merde, merde, mer-

      « ... C'était toi ? »

    A l'instant. Un bruit. Comme un râle... Comme un putain de...
    Est-ce qu'il devient complètement cinglé ?
    Manifestement son organisme en panique n'en a rien à foutre. Il est déjà trop occupé à hésiter entre vomir à nouveau et fondre en larmes. Alex se colle au mur.
    Un bruit de griffes qui raclent le sol. Des mouvements dans l'obscurité.
    Il plaque ses mains sur ses oreilles avec un gémissement, incapable de décider de fermer les yeux ou les garder ouverts, incapable du moindre mouvement supplémentaire.
    Oh putain, oh putain, oh putain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Dim 19 Jan 2014 - 4:08

...

Nikoleta avait fermé les yeux – tout en se disant que c'était stupide puisque de toute façon elle n'y voyait strictement rien. L'obscurité derrière ses paupières la rassurait plus que celle, pourtant tout aussi glauque et compacte, qui lui déchirait des poumons d'ores et déjà prêts à imploser à tout instant. Elle inspira et expira plusieurs fois de suite ; bruyamment, tentant d'ignorer les jurons du garçon. Bien sûr qu'elle ne l'avait pas rêvé, elle n'était pas folle à ce point ! Elle n'était pas folle tout court. Ses mains martyrisèrent ses oreilles à l'extrême sans parvenir à masquer le bruit des canalisations défectueuses qui jouaient les horloges. Il n'y avait qu'eux dans cette pièce, personne d'autre. Elle avait bien vu les cabines ouvertes, avait fixé le plafond sans rien y déceler d'autre que des taches de poussière ; et le tapis était dehors...

Sa mâchoire claquait tellement que Nikoleta était sûre que l'autre pouvait l'entendre. Elle tendit le bras, stable comme une feuille sous la bourrasque, cherchant un pan de mur à l'aveuglette. Elle faillit se prendre les pieds dans ses propres jambes, incapable de s'orienter correctement. Non, ce n'était pas elle, elle n'avait rien fait. Elle finit par trébucher et réussit à se rattraper à la paroi tant désirée. Aussitôt elle s'y colla, imitant sans le savoir son compagnon d'infortune. Ouvre-les yeux, allez. Tu peux le faire. Les pupilles dilatées se cognèrent au noir sans aucune nuance de gris. Elle se reprit la tête entre les mains, retenant le besoin de gémir, de se plaindre à voix haute pour écraser le silence. Elle n'entendait rien, il n'y avait rien dans cette pièce. Elle avait rêvé, les ombres ne se promenaient pas dans les miroirs, il n'y avait pas d'ombre sans enveloppe de chair et d'os. Ni de bruits sans rien au bout.

Elle aurait préféré être folle.

Elle n'avait même pas de chandelier sur elle – ni rien qui puisse faire l'affaire. Elle ne fumait pas, elle n'avait pas de briquet. Est-ce que le garçon était resté près du lavabo ? Nikoleta aurait aimé l'apostropher pour savoir ; la peur stupide de se faire repérer par tout ce qui grouillait dans le noir et louchait sur vous fut plus forte que la raison. Elle s'écarta, à droite ou à gauche elle ne savait pas et s'en fichait royalement : juste s'éloigner. On ne leur apprenait pas tout ça, à l'école, tout simplement parce que ça n'aurait jamais dû arriver ailleurs que dans les films ; et elle l'aurait su, si elle avait été le protagoniste d'une mauvaise série TV.

Elle venait de cogner contre quelque chose, tiens. Ses jambes s'enracinèrent malgré elle. Joker ; okay ? Soit c'était le gentil, soit c'était Jack l’Éventreur. La lumière grésillante et désespérément froide sembla se moquer d'elle. Son cœur partait sur une fréquence qui n'était pas bonne pour sa santé.

« … C'est toi ? »

Et donne un coup dans ce que tu viens de toucher, oui. Comme ça, s'il dit non, tu hurles.
Ou tu te fais bouffer la tête et bye bye Pensionnat. Bye bye tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Sam 1 Fév 2014 - 18:23

    S'il était un personnage secondaire censé remplir le quota de minorité d'un quelconque film d'horreur, ce serait le moment que choisirait la caméra infrarouge pour lui bondir à la gueule, immortalisant pour toujours sa dernière expression grotesque et distendue par la terreur, avant de planter un bel écran noir afin de dissimuler au spectateur toute scène plus explicite que ses hurlements d'agonie.
    Alex le sait. Des films d'horreur, il en a vu des dizaines dans sa courte vie. Enfoncé dans un canapé moelleux au point d'en être vulgaire, entre deux ou trois ados débraillés la majorité du temps.
    On se rend pas compte avant d'y être combien la télécommande et le coussin sont des outils confortables. Même le saladier de pop corns à balancer sur la tête du petit malin déguisé en Freddy lui suffirait désormais.
    Là, pas moyen d'allumer la lumière ou d'éteindre purement et simplement la TV au mépris des cris de protestations de Rayan. Pas moyen d'utiliser la sœur cadette comme excuse pour zapper une ou deux scène dont, sincèrement, il se serait bien passé.
    Comment il fait pour survivre le perso, à ce stade du film ?
    Déjà s'il réussissait à retirer les mains de ses oreilles, ça irait peut-être mieux.
    Il pourrait comprendre que ce qu'il entend n'est pas un murmure bizarre de psychopathe mais la nana qui parle. Qui lui parle, visiblement. Mettre moins de temps à cesser de trembloter, comprendre, percuter et... Non, non c'est pas lui.
    Putain.
    Sans doute à cause du stress, un couinement étranglé s'échappe de sa gorge deux secondes avant qu'il esquisse un mouvement entre la fuite et le suicide par fracture muro-crânienne, s'emmêle les pieds et se pète la gueule sur la tuyauterie.
    Les poumons du jeune homme de vident d'un coup et cessent d'alimenter son cœur un temps avant que celui-ci reparte de plus belle. Il s'attend à sentir un truc se ruer sur lui et le mordre à même la peau sur le champ, mais rien ne vient. Difficile à croire. Une seconde passe, puis deux, seulement rythmées par la douleur persistante dans son coccyx : Alex a beau tendre l'oreille, plus de bruits étranges, plus de cris, à peine la respiration hachées de la jeune blanche, quelque part dans l'obscurité.
    Il est pas fou pourtant, merde. Enfin pas à ce point-là - enfin même pas du tout ! Il doit bien y avoir un piège quelque part.
    Cependant, lorsque ses doigts se glissent maladroitement dans sa poche et se referment sur son briquet, la tentation est trop forte. La molette claque une ou deux fois, une flamme jaillit. Une toute petite flamme jaune, pas de quoi éclairer la cave de Jigsaw, mais c'est déjà mieux que rien. Et puis de toute façon, le fait qu'il n'y ait strictement rien en train de lui baver dans le cou compense tout le reste. Le jeune homme retient un soupir de soulagement, pas tout à fait rassuré néanmoins.
    Il se relève en grimaçant contre son arrière-train démoli et plaque une main sur le mur moite.

      « T'es où ? » Sa voix ressemble à un chuchotis étranglé.

    Peut-être que Jigsaw l'a déjà embarquée. Peut-être que c'est elle qui s'amuse à lui foutre les jetons. Ou alors il a définitivement perdu la boule et elle n'était qu'une hallucination. Ou un fantôme, ça arrivait aussi. On sait pas.
    Si ça se trouve elle est pas loin et en fait elle l'avait juste effectivement touché sans qu'il s'en rend compte. Il se sent plutôt con, en fait.
    Bon, où il est par rapport à cette foutue porte et cet encore plus foutu interrupteur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Jeu 13 Mar 2014 - 3:50

...

Le corps de Nikoleta n'attendait qu'un mot, qu'un bruit pour se cabrer et s'éloigner de ce qu'elle avait agrippé (et frappé par la même occasion – mais où se situait son instinct de survie, sur une échelle de 0 à 10 ? -5 ? ), glissant à nouveau sur le carrelage et se cognant aux murs, aux lavabos, à toutes les surfaces sur lesquelles elle rebondit comme une toupie apeurée. Elle était certaine d'atterrir dans la gueule du loup au bout du chemin, ça où tout contre la lumière qui grillait aussi sec les jolies ailes des papillons. Elle avait la nausée. C'était pas bon pour elle, ça. Une porte lui offrit un refuge plus certain qu'un bête mur qui ne possédait aucune cachette dans laquelle se blottir comme un enfant. Bras autour du corps, muscles tendus à l'extrême, elle s'y berça maladroitement, à l'affût du moindre murmure.

Il n'y avait plus rien. La chose qui n'était pas le jeune homme malpoli de tout à l'heure ne l'avait pas suivie – si toutefois il avait jamais existé. Ça n'aurait pas été la première fois que Nikoleta doutait de ce que ses yeux percevaient une fois les lumières éteintes. Quelques taches de couleur pulsaient désagréablement contre sa rétine, qu'elle ne pouvait pas chasser et qui dessinaient des formes que son imagination rendait obscènes. Si ça se trouve, le garçon s'était fait avoir à cause d'elle, et elle allait s'en vouloir pour le restant de ses jours – qu'elle devinait courts si ce genre d'accident arrivait toutes les semaines. Un soupir brûlant plus tard, elle avait levé ses yeux brouillés de larmes vers le plafond, angoissant qu'un monstre puisse la surveiller par dessus la cabine voisine sans qu'elle puisse s'en rendre compte.
Elle allait mourir, mourir, mourir... Nikoleta persistait dans cette litanie mortuaire, complètement paralysée, quand un appel vite avalé par l'obscurité la fit sursauter. Elle passa sa main contre la porte d'où se décollait un peu de peinture caillée, passa sa tête dans l’entrebâillement dont elle discernait à peine les limites. Elle n'avait pas peur, elle était terrorisée. Si ça n'avait tenu qu'à elle, elle se serait roulée en boule dans un coin à attendre que la lumière éclate à nouveau.

Aussi bête que ça pouvait paraître, ça ne tenait pas qu'à elle. La jeune femme déglutit largement, tâtonnant en arrière pour rencontrer un manche en plastique froid. Elle s'en saisit comme d'un El Dorado tant désiré, le tenant à bout de bras comme s'il avait pu lui sauver la vie. De l'autre côté du mur central, dont elle ne distinguait plus la gauche de la droite, une lumière tremblotant se déplaçait lentement. Un feu follet sur lequel on brûlait les cigarettes, et qu'elle prit pour un monstre ou un fantôme. Dans son état, agitée de tremblement nerveux et prête à fondre en larmes, difficile de faire la part des choses – alors lui demander d'être lucide, c'était beaucoup trop. Elle s'éclata les doigts sur la brosse de toilettes, qu'elle leva bien au dessus de sa tête.

Et abattit sur celui qu'elle jugeait confusément responsable de tous leurs malheurs. Comment distinguer l'un de l'autre avec tout ce noir dans ses yeux ?

« Laisse nous tranquille, retourne d'où tu viens ! »

La dernière fois déjà, elle avait voulu assommer un pauvre type avec une cuillère en bois. Elle allait pouvoir en sourire dans quelques jours, mais pour l'instant, elle était persuadée de sauver sa peau et ne se voyait pas vivre plus d'une heure dans tous les cas. C'était le recours ultime à la violence et leur dernière échappatoire pour se sortir de ce maudit bourbier.

Entre la silhouette dans le miroir, les grattements, les souffles rauques et le tapis vivant, il y avait de quoi monter un mauvais film sur bande son de hurlements stridents et de couinements effrayés.

Ils faisaient de bons acteurs spontanés, tous les deux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Dim 23 Mar 2014 - 1:13

    Face au silence et aux grincements de porte, la flamme de deux centimètres ne vaut décidément pas grand-chose. Alex tressaille à chaque murmure dans les canalisations, à chaque frottement contre le carrelage. Elle est où cette fille, bordel ? Elle a pas pu se volatiliser ! Rassemblant le courage qui lui reste - en tapant bien dans les réserves, plutôt - Alex se relève en s'aidant du mur. Ces bruits infimes jouent du violon sur ses nerfs à vif, c'est tout ce qu'il sait. Ils l'obsèdent tellement qu'il n'entend pas la créature arriver avant de la percevoir, debout, devant lui.

      « Laisse nous tranquille, retourne d'où tu viens ! »

    La panique prend le pas sur tout, alors qu'un choc violent le heurte au visage. Le jeune homme laisse échapper un cri et ses mains s'ouvrent, laissant tomber le briquet. Cependant, il ne faut pas trois secondes pour que son corps conditionné renvoie un poing dans la figure de l'agresseur : et le choc se répercute dans ses phalanges comme une seconde gifle.
    Ce n'est qu'après cela, après avoir failli glisser à nouveau sur le carrelage humide et s'être à nouveau cogné contre le mur, qu'Alex comprend que c'est pas un tueur psychopathe qui l'a frappé. C'est juste la fille qui s'est ramenée pour l'agresser avec un truc dont il ne distingue pas la forme.
    Et qu'il l'a cognée par réflexe, aussi.
    Tout d'un coup, tout ce qui donnait l'aspect surréaliste de la scène s'évanouit, et l'adolescent sent toute la tension fondre et tomber au fond de ses entrailles comme une coulée de mercure glacé. Ses jambes flageolent. Il va dégueulasse ses sous-vêtements ou vomir son dernier repas, au choix. Il s'en faut de peu pour que ça n'arrive pas.
    Et il l'a cognée, putain.
    Titubant, le jeune métis tâtonne dans le noir du bout des doigts, à la recherche de l'interrupteur. Lorsqu'il le trouve enfin, la vague clarté brunâtre qui illumine la pièce ne le fait même pas cligner des yeux. Il n'empêche que son cœur bat toujours à cent à l'heure et qu'il a la nausée. Il n'y a pas que ses jambes qui tremblent, ses mains aussi, sa poitrine va le lâcher.
    Ah putain mais quel con !
    Il a terriblement envie de frapper quelque chose. D'un pas rageur et inégal, il passe devant la jeune femme et va jusqu'aux lavabos, lesquels réveillent un souvenir qui le fait tressaillir et faire demi-tour, revenir, se tourner à nouveau comme un animal en cage, jusqu'à ce que la pression explose hors de sa gorge :

      « SA RACE MAIS T'ES CINGLÉE ? CA FAIT MAL ! »

    Il trouve rien de mieux à dire. Il se sent déboussolé, complètement con. Un instant il reste devant elle sans savoir quoi dire, puis l'angoisse prend le dessus : retour à la case départ, Alex se jette par terre contre le mur, les genoux repliés contre la poitrine et enfouit son visage dans ses mains. Putain, quel con. Putain.
    Ses doigts et ses joues ne tardent pas à s'humidifier. Putain.

      « Merde ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Jeu 3 Avr 2014 - 22:09

...

Nikoleta pensait sincèrement s'attaquer à un monstre assoiffé de sang ou un psychopathe tout aussi amateur de chair fraîche que le précédent ; alors qu'on lui renvoie un coup ne l'étonna pas. Le cri étouffé se perdit entre ses mains croisées et sa colonne vertébrale accusa difficilement le choc. Il lui semblait que tout à coup on avait rallumé la lumière – non, les lumières, tous ces points colorés qui dansaient derrière ses paupières étroitement closes par la douleur. La brosse lui avait échappé, était partie rouler plus loin sans qu'elle ait eu l'occasion de vraiment s'en préoccuper. Gérer les coups, ce n'était pas à elle qu'il fallait le demander : Aarne était sans doute très fort pour ça, vu tous les bleus et les coupures qu'il amassait quotidiennement, mais pas elle. Et sur le coup (ahaha), ça faisait mal à lui en tirer des larmes silencieuses.
Prostrée comme une fillette, Nikoleta attendit un coup de grâce qui tarda à venir et ne vint finalement pas. A la place, la pièce retrouva un semblant d'humanité et offrit à nouveau les contours flous et crasseux de ses lavabos à la Grecque. Surprise, elle redressa la tête et chassa l'humidité de ses yeux verts. Elle était là, au milieu de tout, du sang plein les mains et le garçon en colère devant elle. Elle le fixa sans rien dire, déboussolée, et ne sachant qu'en penser. Il n'y avait pas la moindre trace d'un quelconque monstre (à moins qu'il se soit caché dans les cabines), et même les coups répétitifs qui secouaient auparavant la porte s'étaient arrêtés. Comme on sort d'un cauchemar et que la chambre redevient un refuge et un havre de paix, les dernières brumes d'angoisse s'étaient dissipées. Une question la taraudait cependant, l'empêchant de se réjouir.
Si elle n'avait pas frappé le monstre, alors qui est-ce qu'elle avait frappé ? Quand même pas...

« SA RACE MAIS T'ES CINGLÉE ? CA FAIT MAL ! »

Apparemment, si. A l'instant où le garçon s'était époumoné, Nikoleta s'était recroquevillée sur elle-même, le rouge de la confusion sur ses joues habituellement pâles – et avec toutes ces mésaventures, elle avait plus un teint mort-vivant que jeune fille en bonne santé. Elle lui aurait bien répliqué que, oui, ça faisait mal, mais elle se sentait tout aussi coupable. Après tout, si elle ne l'avait pas frappé, il n'aurait pas riposté. Elle tenta de prendre une petite inspiration que le goût du fer sur sa langue la dissuada de prolonger. Nikoleta se décida à carburer sur le minimum vital avant d'avoir pu mettre sa tête sous l'eau. Son regard se porta sur le briquet échoué entre deux dalles dépareillées et le juron qui s'échappa de son compagnon d'infortune ne lui parut plus si déplacé.

Elle écarta lentement ses mains de son nez, songea qu'elle devait avoir piètre mine mais le maquillage parfait pour un film d'horreur bas de gamme, et se redressa, incertaine, sur ses jambes. C'était plus impressionnant que ça ne l'était vraiment ; elle se souvint qu'un jour, son père lui avait claqué la porte du salon au nez et qu'elle avait tellement saigné que son frère avait vraiment cru qu'elle allait mourir. Du calme Nikoleta, c'est rien. Elle y plaqua néanmoins à nouveau ses mains, histoire de ne pas en mettre partout ou s'évanouir sur le garçon adossé au mur. Personne n'allait en mourir, hein ?

La pauvrette jeta un regard en arrière au dernier moment, laissa ses pupilles scruter avec attention la surface du miroir. La sensation d'être observée sous toutes les coutures ne la quittait plus, sans qu'elle parvienne pour autant à démêler le vrai du faux. Qu'est-ce qui se passait dans sa tête et qu'est-ce qui venait véritablement mettre ses pas dans les siens ? Et le monstre, on l'a imaginé ? Non, il était là. Elle l'avait senti.

Nikoleta s'approcha du garçon et se trouva bien embêtée de ne pas pouvoir tendre de main rassurante. Elle n'allait pas lui salir son pull, quand même. Question réconfort, elle avait déjà vu mieux.
Il pleurait ?

« Écoute, je suis désolée, je t'avais pris pour... »

Sa voix, déjà pas bien forte, sonnait comme un murmure avec son nez en charpie. Elle se le reprocha et essaya de parler plus fort, sans succès ; elle avait honte de ce qu'elle avouait.

« … pour un monstre, en fait. »

Et la comparaison, loin d'être flatteuse, lui fit monter le rouge aux joues. Joli fard pour une princesse de pacotille.

« Tu pleures ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Ven 4 Avr 2014 - 21:15

    C’est qu’il avait vraiment eu peur, ce con.
    Le dos envahi d’une désagréable impression d’humidité à cause de la plomberie à laquelle il s’adosse, Alex attend que les tremblements de sa cage thoracique s’apaisent, tout comme ceux de ses membres, contractés contre sa poitrine. Le fait d’avoir perdu le contrôle de ses nerfs lui enfonce des aiguilles d’angoisse dans le corps, boucher à peu près aussi délicat que la honte qui lui broie l’estomac.
    C’est la totale aujourd’hui mec. La bonne journée.
    Seul un grognement répond à la jeune femme lorsqu’elle ose reprendre la parole, alors qu’Alex s’efforce par tous les moyens de défaire ce foutu nœud logé dans sa gorge qui étrangle ses yeux de larmes. Cependant la question qui fâche lui fait relever la tête sur un cri que sa bouche ravale aussitôt :

      « Non mai- ! » La vision de ce visage tuméfié et des yeux écarquillés lui fait l’effet d’une claque. Il se redresse et tend une main pour effleurer sa joue du bout des doigts : « Merde meuf tu pisses le sang. »

    Merci de l’info docteur. Elle s'en serait sûrement pas rendu compte toute seule autrement.
    Il s’en foutrait bien tout seul, des baffes, mince.
    Gêné, mais surtout désireux de réparer les dommages, l’adolescent se relève et attrape délicatement le poignet de la jeune femme :

      « ‘tain fais voir… merde je t’ai pas loupée. T’as mal ? J’suis désolé. »

    Plus question de défiance ou de rancœur, la culpabilité a la main lourde chez Alex : il en vient même à regretter de l’avoir engueulée si souvent depuis qu’ils sont ici.
    Dehors, les coups à la porte se sont arrêtés. Le jeune homme a vaguement la tête qui tourne, et l’avalanche d’évènements le laisse légèrement pantois, mais le sang qui ruisselle sur le visage de la jeune femme lui offre l’opportunité de se concentrer sur autre chose :

      « Mets pas la tête en arrière, tu vas être malade si t’en avales. Faut que tu laisses couler dans le lavabo. Rince-toi le visage aussi. Faudrait qu’on trouve de la glace… »

    Un coup d’œil à la porte confirme ce qu’il soupçonnait : les coups des tapis dehors ne retentissent plus.

      « Je… j’crois que ces putain de carpettes se sont fait la malle. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mar 22 Avr 2014 - 14:45

...

Allez savoir ce qui se passait dans le cerveau de Nikoleta ; à peine le garçon redressé, panique aux mains, qu'elle sursautait et voulait faire un pas en arrière, comme s'il avait menacé de la frapper à nouveau. Alors que, franchement, il avait l'air plus horrifié qu'assoiffé de sang, et elle se reprocha ce réflexe de femme battue qu'elle n'avait jamais été. Elle se calma, assez pour ne pas se cacher à nouveau entre ses doigts ; peut-être que la peur ou la culpabilité qu'elle pensait lire dans les yeux noirs du jeune homme la firent douter un instant. Elle n'était pas en train de se vider de son sang, quand même ? Yeux rivés sur les taches sombres qui maculaient son haut, elle eut un haut le cœur malvenu. Wow, s'il lui suffisait de ça pour mettre à bas ses jolies résolutions et se faire de nouveaux films... S'évanouir peut-être, mourir non. Elle esquissa un sourire maladroit derrière sa paume souillée pour convaincre l'un ou l'autre que tout allait bien. Ça faisait même plus si mal que ça, elle avait l'impression d'avoir été anesthésiée de toute une partie du visage entre temps.
Puis elle haussa les sourcils, surprise.

Oh, il s'était excusé.

« Mets pas la tête en arrière, tu vas être malade si t’en avales. Faut que tu laisses couler dans le lavabo. Rince-toi le visage aussi. Faudrait qu’on trouve de la glace… »

Quelques imprécations de premiers secours vinrent grincer à la porte de sa mémoire ; courageuse comme une apprentie scout, Nikoleta hocha la tête et s'approcha à contrecœur des robinets d'où l'ombre rouge était partie. Elle fit une grimace à son reflet qui n'en avait vraiment pas besoin pour avoir l'air mal en point. Le sang dessinait de curieuses arabesques sur la faïence d'un blanc passé, sans vouloir s'arrêter de couler. Elle posa ses yeux sur la porte qui ne tremblait plus, inspectant timidement ses contours comme si un monstre avait pu s'y faufiler et les prendre en traître. Mais il n'y avait plus rien, c'était le calme plat. A part l'ampoule qui grésillait doucement au dessus d'eux, ni souffles rauques ni tapages intempestifs ne venaient plus brouiller l'atmosphère. L'aura rassurante de la chambre disparut, remplacée par une plénitude glaciale.
La jeune femme passa ses mains sous l'eau, frottant ses doigts les uns contre les autres à s'en arracher la peau. C'était froid, où était le bouton d'eau chaude ? Il n'y en avait peut-être pas. L'eau s'écoulait en un gargouillis qui lui donnait mal au ventre. De la glace, oui, ça aurait été bien... Mille et une pensées ricochaient dans le grand lac de son esprit. Et après avoir passé des mains hésitantes sur sa figure pour en chasser tout le carmin, elle en saisit une au vol.

Pas plus mal qu'une autre. Elle venait simplement de s'en rendre compte, et cet oubli lui nouait d'autant plus la langue qu'elle osait à peine lui adresser la parole. Plus imposant qu'elle ; pas comme si c'était très compliqué.

« J'espère qu'on va pouvoir sortir. Au fait... Je m’appelle Nikoleta. »

Et toi ? Elle avait toujours la présence et l'assurance d'une souris.
Nikoleta lui lança un regard qui se perdait entre eau et décors, encore obsédée par l'idée que le monstre puisse revenir. Elle ramena vite ses mains près de son nez, comme pour l'empêcher d'exploser.

Ça piquait un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mar 29 Avr 2014 - 22:02

    Malade. Mais... lol. Alex se cognerait bien le crâne contre la tuyauterie en repensant à ses propres propos : si avaler du sang donnait plus que de légère nausées, il serait mort plus d'une dizaine de fois au cours de sa courte existence. Qu'est-ce qui lui a pris de sortir une débilité pareille ?
    Le stress post-traumatique, à n'en pas douter. Suffit de jeter un coup d’œil à la tête de la nana pour signer le diagnostique sur la feuille de prescription. Anti-dépresseurs mon cœur, bonsoir prozac et compagnie. Ils vont en avoir besoin dans cet asile.
    Le bruit de l'eau noie le soupir d'Alex, encore un peu étranglé dans sa gorge serrée. Il a beau se répéter que coool, c'est fini maintenant faut décompresser et en rire éventuellement, les coups contre la porte et les grondements dans l'obscurité ne cessent de se rappeler à lui. Ils lui laissent un goût de cauchemar récent dans le fond de la bouche et tels une fantasmagorie qui flotte encore dans l'air, lui font douter de ses propres sens, se demander si tout a été réel, s'il est seulement éveillé à l'heure actuelle. Peut-être fait-il une nuit de 14h dans son lit à Paris en ce moment même, raisons pour laquelle ce cauchemar dure si longtemps.
    Pour une fois il aimerait bien que sa mère aille hurler à Adelma de le réveiller (et plus vite que ça).

      « J'espère qu'on va pouvoir sortir. Au fait... Je m’appelle Nikoleta. »

    La voix de la jeune femme ricoche un peu contre l'émail, comme si le lavabo lui-même essayait d'aspirer ses mots. Le robinet grince, Alex hausse les épaules. Près de la porte, il pose une main sur la poignée, encore hésitant.
    Osera, osera pas ?
    Il reste immobile. Osera pas, évidemment. Il est pas trouillard ok, il est juste pas fou.

      « Alex. C'est zarbi Nikoleta, tu viens d'où toi. »

    Le ton pourrait paraître agressif, mais il s'exprime toujours comme ça. Et là, il est trop occupé à tendre l'oreille, sourcils froncés comme si ça allait l'aider à mieux entendre les éventuels bruits de tapis à l'extérieur, pour faire attention à son parler. Des bruits de tapis. Sérieux.
    ... Non, pas de frottement de moquette à frange glauque contre le battant. Est-ce qu'il faut en conclure que les carpettes se sont fait la malle ? Difficile à dire.

      « Bon. J'vais ouvrir cette foutue porte, et si je crève bah... »

    Difficile de lui demander de transmettre un message à sa famille, dans les conditions actuelles. C'est un peu comme ça que doivent se sentir les victimes de psychopathes au fond de leur cave obscure, non ? Alex se mordille les lèvres, ses sourcils bruns froncés tandis qu'il cherche vainement un semblant d'inspiration.

      « Tague mon nom sur cette connerie de porte d'entrée, tiens. 'Sera stylé. »

    Pas de meilleure inspiration sur le moment, il faut avouer. Passer tous les tapis du Pensionnat au broyeur serait aussi une bonne idée, cela dit.
    Faute de mieux à proposer, le jeune homme décide d'en finir tout de suite et inspire à fond avant de tourner la poignée d'un coup bref.
    La porte s'ouvrit et buta immédiatement contre le bord d'un tapis. Alex fit un bond de deux mètres en arrière avec un glapissement qui se transforma en bruit de poulpe écrasé lorsqu'il tenta de le réprimer.

      « Bordel ! »

    La tapisserie rouge et or a beau bloquer la porte, elle paraît - dans le champ de vision actuellement ménagé par la courageuse entreprise d'Alex - cependant tout à fait inerte. Et inoffensive de surcroît.
    Ce qui n'empêche pas au métis de lui lancer un regard à la fois noir et des plus méfiants.
    Est-ce qu'il fait le mort ou il est sérieux ?
    Il se retint in extremis de prononcer les mêmes mots à haute voix.

      « ... Waih. J'y vais ? »

    Après tout c'était lui l'homme là hein. Même si ça se voyait pas forcément du premier coup d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ITS NOT SAFE I TELL YOU »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 28
• Pouvoir : Tout ce que tu as laissé derrière toi tient dans une boule à neige.
• AEA : Un monstre qui se roule dans le boue et squatte votre lit pour se sécher.
• Petit(e) ami(e) : Aarne Kinnunen, le terrible Finlandais.

RP en cours : Nikoleta s'enferme dans les placards par là.


Messages : 142
Inscrit le : 24/05/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mar 27 Mai 2014 - 17:33

...

Athènes mourut opportunément sur ses lèvres, peut-être avalée par l'eau qui gouttait encore de son visage blanc comme neige. Ça n'avait pas d'importance, elle ne lui aurait pas retourné le compliment ; peut-être qu'elle préférait s'imaginer qu'elle avait raison en le pensant tout droit sorti d'une quelconque maison branlante de Mexico, ou d'un immeuble délabré du Bronx, alors qu'il aurait pu venir de n'importe quel coin du monde. Elle passa un doigt humide sur le blanc cassé du lavabo, laissant le jet se tarir et évacuer les dernières traces de carmin. Et maintenant ? Elle n'arrivait pas à décoller son regard du garçon qui avait posé la main sur la poignée de la porte. Elle voyait déjà une ombre titanesque s'y engouffrer pour le dévorer et n'en laisser aucune trace – autres que quelques paroles qui ne résonnaient d'ores et déjà plus, et auraient tôt fait de le reléguer au rang de souvenir fantôme.
Elle avait presque envie de se proposer et passer le pas à sa place. Si elle avait été plus courageuse ou n'avait pas pris racine comme une imbécile, elle l'aurait fait. Elle pensait bien être la plus vieille des deux. Ah ! Une adulte qui sursautait au mot « crève », la belle affaire ! Nikoleta secoua machinalement la tête de gauche à droite sans espérer la moindre réponse.

Non non non. Personne n'allait crever.

« Tague mon nom sur cette connerie de porte d'entrée, tiens. 'Sera stylé. »

Incroyable qu'avec tout ce remue-ménage à en tirer les morts de leur partie de cartes, la jeune femme puisse encore s'interroger sur le côté pratique de la chose. Pas de bombes de peinture, que ce soit à droite ou à gauche ; hormis son esprit qui la titillait en lui susurrant que les tagues, c'était mal , elle ne se souvenait pas avoir été très douée en dessin un jour. Tout au plus avait-elle réussi à dépasser le stade des hommes bâtons, au grand plaisir de papa et maman et du frigo surpeuplé. C'était quoi son prénom, déjà ? Alex ? Vrai prénom, surnom ? Dans tous les cas, ça ne risquait pas d'être stylé.
Enfin, comme le réalisme semblait s'être tiré en courant, elle hocha la tête, absente. Oui, je te ferai une jolie tombe si tu te fais manger par le tapis vivant, ne t'en fais pas.

Ahaha.

Anxieuse, les mains tantôt lacées sur le devant de son pantalon, tantôt posées devant son nez qui la brûlait, Nikoleta se joignit au concert lorsqu'Alex bondit en arrière avec une exclamation étouffée, en gammes bien plus fortes et aiguës. Ses propres oreilles n'apprécièrent pas ; son cœur encore moins. Lancé à 200 Km/h, il faillit exploser contre ses côtes, et elle crut bien l'espace d'un instant qu'il ne s'était pas gêné pour le faire. Posant ses doigts tremblants contre le tissu, elle s'assura des pulsations rapides qui lui broyaient la gorge. Okay, d'accord, tout allait bien. Elle lança un regard catastrophé du côté d'Alex, mais le garçon était toujours là et en un seul morceau.

Toujours bien décidé à braver le danger et partir à l'aventure. Nikoleta laissa s'échapper un « euh » qui n'avait aucune valeur positive ou négative, avant de se saisir de la brosse de toilettes abandonnée et de lui tendre avec tout le sérieux que son visage effrayé et la main qui le cachait à moitié pouvaient composer.

« D'accord, mais prends ça avec toi. On ne sait jamais, et comme je n'ai pas de chandelier sur moi... »

Référence qui ne pouvait qu'être comprise d'elle seule, si seulement elle en avait encore conscience. Pas que la peur ait balayé toute sa lucidité, elle voulait seulement bien faire et éviter au pauvre garçon d'être transformé en pâté pour mobilier agressif. Enfin... Que les tapis puissent manger des êtres humains ajouta une nouvelle source d'inquiétude à poser en équilibre sur ses épaules déjà bien (trop) chargées. L'éclat de ses yeux se fit implorant.

Il s'était fait agresser par un tapis volant et une ombre dans un miroir. De quoi pouvait-il encore s'étonner ? Ah, ciel, les crampes reprenaient. Elle craignait de n'être d'aucune utilité s'il se retrouvait en danger. A part hurler et paniquer, que pouvait-elle faire ?

L'idiote songea aux autres brosses présentes dans les différents cabinets et s'apaisa sensiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(2r1 chuupa bouré tmtc)
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
0 / 1000 / 100

• Age : 24
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinos ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 80
Inscrit le : 13/08/2012

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   Mar 10 Juin 2014 - 2:31

    De plus en plus convaincu avec les secondes qui s'écoulaient que reculer immédiatement est la meilleure qu'il ait jamais eue de sa vie, Alex fixe le bord à franges dorées qui pendouillent d'un air menaçant. Ledit coin de tapis bloque toujours l'ouverture de la porte ; à bien y regarder, il lui trouverait presque un air narquois.
    Presque. Il en est pas à ce point-là.
    Et si il faisait vraiment semblant d'être redevenu une putain de carpette absolument normale ? Et si ce... truc était pourvu d'une certaine forme d'intelligence et cherchait à le piéger en voyant que taper sur la porte ne servait à rien ? Et s'il n'attendait que le moment où un petit crétin de latino viendrait poser le pied sur sa surface matelassée ? Une cavité béante frangée de trois rangées de dents de crocodiles ne s'ouvrirait-elle pas alors au milieu des motifs rougeâtre pour l'engloutir, l'avaler, le digérer jusqu'à ce qui fasse partie intégrante de la laine gorgée de poussière sale ?
    Mon vieux t'es en train de virer total barge.
    Le garçon secoue la tête en s'efforçant de se persuader que non, c'est juste le pensionnat qui pète un plomb, pas lui. Il est parfaitement sain d'esprit.
    Il parvint à y croire un instant. Jusqu'à ce que la nana au visage ensanglanté attire son intention d'un bruit de gorge discret.

      « D'accord, mais prends ça avec toi. On ne sait jamais, et comme je n'ai pas de chandelier sur moi... »

    Qué ? Zako ? Alex fixe ce que Nikotruc tient dans la main pendant un bon moment avant que le message de ses yeux parvienne à son cerveau. C'est un... ? Non, une... ? Non, c'est une brosse à chiottes.
    Alex fronce les sourcils. La vision de la brosse à chiottes se précise.
    Une brosse à chiotte toute râpée, déplumée, dont un bout de plastique pendouille lamentablement à une extrémité. Ses poils prennent en certains endroits une teinte franchement louche, à bien y regarder.
    Les yeux d'Alex vont de la récureuse à vomi à miss cartilage-en-miettes.

      « ... meuf tu te fous de moi ? »

    Et il le dit d'une voix presque implorante mine de rien, tant il s'avère que l'expression de la jeune femme exprime une profonde croyance en l'art du self-défense au balai à récurer. Non non, elle ne se fout pas de sa gueule, ça doit être sa culture de tabasser les gens à coups de produits d'entretien et de serpillières, et de - qu'est-ce qu'elle a dit déjà ? Ah oui, chandeliers.
    T'es pas fou Alex. Respire Alex. Ça va bien se passer.
    Plus pour ne pas risquer de mécontenter la cinglée - il y a quelque chose dans ses yeux qui lui plaît pas franchement, et même si elle avait l'air presque normale avant faut pas déconner avec les coups au visage on sait jamais - que par réelle conviction, le latino tend la main pour attraper le bout du manche de l'extrême bout des doigts. Il réprime une grimace de franc dégoût, marmonne un remerciement des plus convaincants et retourne à la porte : l'arme improvisée pendouille si bien à l'extrême pôle de ses doigts tremblants de nausée qu'elle n'infligerait même pas les dégâts d'un éternuement à une mouche de passage. Alex se sent parfaitement con, et il a bien raison.
    Nonobstant toutes ces raisons qui continuent de faire de cette journée une journée de merde, le jeune homme passe la tête par l'entrebâillement en craignant à chaque seconde que la porte se referme pour le décapiter. Rien à gauche, rien à droite, rien que des tapis qui gisent sur le sol comme autant d'ennemis défaits. Alex se débat encore plus d'une minutes avec son instinct de survie qui refuse de baisser le volume puis, tentant de puiser du courage dans le contact du manche de plastique dans sa main - entreprise largement foireuse au final - il pose le pied sur la première carpette.
    Rien ne se passe.
    Méfiant, il fait un deuxième pas, puis un autre, et un autre... Et se retrouve au milieu du couloir, entier.
    Tiens, les champignons ont été évacués de son organisme ?

      « Tu peux venir ! Y a rien ! »

    A part toi, moi, et cette putain de brosse à chiottes.
    On dirait presque le début d'une bonne blague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: [EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT RUDY] Ehhhh Papaoutaii ? ▬ Papadakis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Premier Étage ::. :: Le petit endroit-
Sauter vers: