AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Mer 9 Oct 2013 - 15:46



* Amilia Synöm


* Nom – Synöm
* Prénom – Amilia
* Âge – 15 ans... Plus ou moins.
* Né(e) le – Moi, et moi seulement, je suis née en... Juin, je crois. Le 17.
فكر

Pouvoir
Je suis... Comment expliquer cela ? Télépathe ? Ce n'est pas tellement le mot à vrai dire. Certes j'entends les pensées des personnes à portée de vue, mais certaines ont la capacité de développer un mur psychologique, m'empêchant de fouiller dans leurs pensées personnelles. De plus, je peux le faire entendre des choses... Ou plutôt le son de ma voix. De ce fait, je me retrouve souvent dans des situations assez hilarantes, avec mes cibles regardant autour d'elles, afin de s'assurer que personne ne leur parle.
Mon problème, c'est que lorsque je me connecte à leurs pensées, les personnes concernées sont capables de lire les miennes, du moment que je lis les leurs. Et ça, je suis bien incapable de le contrer, mais les victimes de mon sondage de cerveau ne sont pas toutes consciente de cette opportunité, tant que je ne reste pas trop longtemps dans leurs têtes. De toutes façons, si cela se produit, je finis par être obligée d'arrêter, car un violent mal de tête se déclenche. Trop d'idées en quelques minutes pour un si petit cerveau que le mien...
(Ne marche que sur les humains, ou les animaux connus)

Alter Ego Astral
Fût une époque où j'adorais les petites choses poilues. Rousses, de préférence. Mais je peux vous dire que ces petites bêtes là ne sont pas toujours agréables, en vérité. Surtout lorsqu'elles laissent des poils partout. Et qu'il griffe. Longues Oreilles a le don de m'énerver, et aussi de pouvoir lire dans mes pensées quand je lis les siennes. Et, non, ce n'est pas un lapin ! Mon imagination a créé un... Renard, roux bien sûr, presque rouge, avec de grandes oreilles noires et blanches.

Passions
Bouger. Oui, bouger, me mouver, changer de place. Aller me balader sur des sentiers de forêts, dans des champs. Quoi que, quand il pleut, je préfère faire autre chose que me tremper les os et attraper quelque chose. Mais vous apprendrez bien vite que je suis capable d'aller faire un jogging même s'il gèle, que le sol glisse. J'enfile un gros manteau bien chaud (et bien lourd...) et je pars. En général, c'est pour me changer les idées.
Parler me fait du bien aussi, mais je suis plutôt réservée. Si vous voulez me soutirer des informations, bonne chance ! Ne comptez pas sur le fait que je sois plutôt bavarde, ce n'est qu'une façade.
Oh, j'oubliai. J'aime beaucoup les animaux. En photo.

N'aime pas / Phobies
Je n'ai pas de phobies à proprement parler, mais je n'aime pas tellement les ordres. Je passe mon tant à désobéir de toutes façons. Mais je crois que je ne dois pas être la seule. Je n'apprécie pas non plus les gens qui parlent derrière mon dos, car quoi qu'ils fassent, je les entends si je le souhaite. Et si je les surprends à dire quelque chose contre moi, hé bien... Je crie.



« I won't cry. My mascara is too expensive. »

Histoire

(10 lignes minimum !)
La première chose qui a frappé mes parents est le fait qu'il neigeait. Oui, c'est ce qui a marqué le jour de ma naissance. La neige tombait drue et recouvrait les toits, les routes, les quelques arbres qui restaient. Il paraît que cela faisait longtemps qu'ils attendaient cette fine couche de flocons blancs ; ils n'en avaient pas eut durant l'hiver. De la neige, c'est courant, bien sûr. Mais je doute que cela le soit autant en plein mois de juin.

Un petit attroupement s'était formé dans la petite maison aux abords de la forêt. Ils s'étaient tous rassemblés devant la baie vitrée, observant l'extérieur. Certains allaient même jusqu'à appuyer leur visage sur la vitre comme le enfants en bas-âge pour vérifier que le fait était bien réel, et non un tour joué par leur imagination. Mais il l'était bel et bien. Une fine couche de flocons blancs s'étalaient doucement sur les arbres et le sol, sur les toits des maisons. De la buée se formait lentement sur les fenêtres, et les spectateurs restaient là, atterrés. Cela faisait bien quatre ans qu'ils avaient renoncé à la neige. Au fond d'eux, il continuait à espérer, bien sûr, les adultes comme les jeunes. Ils se languissaient de cette couverture froide, qui recouvraient tout. Mais personne ne s'y attendait. Pas plus les météorologues que les simples passants. Pas en cette saison. Pas en plein été.
Mais même pour cet évènement, il y avait bien trop de monde dans cette maison. Certes, voir la neige s'agglutiner sur les arbres, s'accrocher à leur écorce, était un spectacle bien beau. Mais ils n'étaient pas là pour en profiter.
Ils avaient formé un arc de cercle fendu en son centre, afin de laisser la place à une personne bien particulière, assise sur un lit d'hôpital. Des cernes soulignaient ses yeux bleus clairs, dans lesquels l'on pouvait lire toute sa fatigue, mais aussi tout son bonheur. Elle était habillée d'une légère robe en dentelle violette, et dans une couverture orange, elle berçait une petite personne, qui venait d'arriver dans ce monde. De ses yeux verts, elle admirait le blanc qui arrivait du ciel, et qui avait la même couleur que sa peau.
Le silence régnait dans la pièce, et personne n'osait le briser, tellement le moment semblait mémorable. Ce fût un rire cristallin qui les ramena à la réalité, et qui leur firent tourner la tête vers la jeune mère, qui arborait un sourire radieux, tenant dans ses bras la petite fille, qui riait de la beauté du monde.


J'habitais près d'une RNM, une Réserve Naturelle Mondiale. La troisième, sur les treize. J'avais de la chance de pouvoir profiter de cet environnement protégé. Il ne restait que peu de forêts, à cause de la surpopulation de la planète. Les Hommes, bien sûr. Nous sommes la cause de tout. Mais peut-être que la nature y a aussi joué, car c'est elle la responsable de l'évolution de l'être humain.
Quoi qu'il en soit, le jour de mon troisième anniversaire, ma mère m'emmena sur les sentiers de la forêt qui se dressait à quelques pas de notre maison. Nous sommes donc allées sur les sentiers couverts de feuilles. Lorsque j'ai aperçu un grand cerf brun, de beaux bois se dressant sur sa tête, son pelage brillant, je me suis exclamée : « Il me parle ! ». Ma mère a ouvert de grands yeux éberlués, et a balbutié que ce n'était pas possible. Elle était étonnée que je me sois exprimée avec autant de facilité, alors que je montrais des difficultés avec le langage, et elle ne savait trop quoi me dire, sur cet animal sauvage, qui d'ailleurs, est parti sans demander son reste.

Mes parents engagèrent plus tard une personne chargée de m'enseigner l'écriture, qu'ils payèrent une fortune. Mais ils voulaient absolument que j'apprenne cet art, la calligraphie. « De nos jours, presque personne ne se souvient qu'avant les tablettes, il y avait le papier et l'encre. » était la phrase qu'ils répétaient sans cesse. Personnellement, j'aimais bien l'écriture. Jusqu'au jour où mon père découvrit que j'étais gauchère. Ce jour-là, il se mit dans une colère noire. Être gaucher, dans la famille, était synonyme de honte et de malheur. Ça l'était moins à une époque, bien sûr, mais chez les Synöm, à qui on transmettait cet art de génération en génération, c'était un crime. Il cria, hurla, que je n'étais pas digne d'eux, que je n'avais rien à faire dans la maison. Ma mère était restée en retrait, et je lui en voulais pour cela, car elle n'était pas une descendante de notre famille, et que donc sa haine envers les gauchers était moins développée.
C'est à cette époque-là que je disparut. Pendant trois mois. Personne n'eut de mes nouvelles, et à mon retour, je n'ai raconté la raison de mon départ à aucun. Tout ce qu'ils surent, c'est qu'à mon retour, j'avais une grande cicatrice autour de mon épaule droite, et que, par saisons, mon bras était d'une couleur étrange. Tout le monde m'évitait, moi, la « damnée », la « revenante », pour reprendre leurs mots. Même mes amis les plus proches faisaient semblant de m'avoir oubliée. En trois mois.
J'avais pris l'habitude de me rendre dans les bois pour atténuer ma douleur, et pour pouvoir laisser mon bras à l'air libre, sans avoir besoin de le dissimuler sous des couches de tissu. Le cerf était revenu, j'avais clairement l'impression que c'était le même que celui de mes trois ans. Je le suivais partout où il allait. C'est grâce à lui - à cause ? - que j'ai atterri dans cet endroit étrange, après avoir poussé la porte d'une maison en ruine.

Vu que j'ai pas envie de l'intégrer dans l'histoire, voici comment elle a perdu son bras droit, et quelques détails...:
 


Caractère

(6 lignes minimum !)
Vous allez bien vite découvrir que même si je parle peu, lorsque j'ouvre ma bouche, je dis la vérité. Je n'ai pas peur de blesser les gens, mais ce n'est pas pour autant que je balance des atrocités à tout le monde - seulement à ceux qui l'ont mérité. Les seuls moments où je mens, c'est pour ma propre sécurité, ou bien pour celle de personnes dont je ne me réjouirais pas de la mort. Mais bonne chance pour faire partie de ceux-ci...
J'ai dit que je parle peu. En effet, je suis réservée, et la majorité de mon histoire reste dans l'ombre pour mes simples connaissances. Et même pour mes amis, je pense que seulement une minorité savent ce qu'il m'est arrivé et ce qu'il m'arrive.
Je tire mon chapeau à la personne qui saura dire : « Amilia est une jeune fille attentionnée et altruiste, qui adorent la vie, et tous les mondes, qui sont si beaux, et si [...]. ». Je vous abrège la fin, elle est inutile, car personne ne le dit jamais. Et ne le dira jamais. Je ne suis pas une personne altruiste, je ne sais même pas si je peux me considérer comme une jeune fille. D'après moi, celles-ci ne sont pas génétiquement modifiées.
En voyant ma tête, vous pourrez vous dire : « Je suis tombé sur un zombie, sans émotions et sans sentiments. ». En réalité, c'est faux, même si j'y ressemble en tous points. Je pense juste que l'ADN d'oiseau est remonté dans mon cerveau et confine mes sentiments dans un coffre scellé au plus profond de mon hippocampe.


Physique

(6 lignes minimum !)
Si vous voulez tellement savoir à quoi ressemble celle qui peut entendre vos pensées, me voici. Je vais commencer par mes cheveux. En général, la première chose que l'on voit chez moi. Je ne les attache que très peu, et, étant d'un roux naturel, ils sont remarquables de loin. Ils me tombent un peu en-dessous des épaules, ondulant d'un même mouvement. En revanche, le matin, ce n'est même pas la peine de me passer la main dans les cheveux, ils sont emmêlés, et seules les huiles grasses peuvent m'aider.
Mes yeux sont d'un vert foncé, encadrés par de courts cils roux, et détonnent plutôt sur ma peau blanche parsemé de tâches de rousseur. Une peau blanche qui ne bronze presque pas, et attrape très vite des coups de soleil. Et ça fait mal. Tant qu'à avoir une peau blanche, je préfèrerais qu'elle le reste, et ne devienne pas rouge dès que le soleil apparaît.
Pourtant petite de taille - un mètre soixante - mes jambes sont musclés par la marche et la course d'endurance. D'apparence, on m'a souvent dit que je faisais plus jeune, d'un an en général. Il est vrai que j'ai un visage fin et enfantin... Mais si j'étais vous, j'attendrai avant de dire que je suis mignonne. Parce que mon bras droit, vous ne le connaissez pas.
Mon bras droit, mon petit chéri. Une petite merveille. Au départ, je servais de cobaye pour un laboratoire. C'était un simple test de greffe sur des patients amputés d'un membre. Ils cherchaient une solution pour les infirmes. De ce fait, ils créaient des membres génétiquement modifiés, à partir d'espèces animales. J'ai hérité d'un bras dont l'ADN est celui d'un oiseau. Du printemps à l'automne, il est recouvert de plumes turquoises, qui tombent début hiver. En cette saison, personne ne peut se douter que j'ai un bras d'oiseau...



Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? Je jure sur le [rosbeef de ma grand-mère] que j'ai bien lu les règles. ~
Où avez vous trouvé ce forum ? A travers plusieurs partenariats, j'avais retenu le nom, et me voilà ^^.
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non, j'étais sur plusieurs forums avant celui-là.
♦ ...Dans ce forum ? Oui :).


Dernière édition par Amilia Synöm le Sam 19 Oct 2013 - 20:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Ven 18 Oct 2013 - 16:30

Salut et bienvenue sur le forum ! :)
A ce que je vois, ta fiche est terminée (tu aurais dû upper d'ailleurs, ce n'est que par hasard que je l'ai remarquée ... Mais ce n'est pas grave, le principal c'est que je m'en sois aperçu au final). Du coup, je peux tout de suite te dire que le code est bon et que je le valide /o/
Cependant, je ne vais pas encore pouvoir t'accepter car, bien que j'ai lu ta fiche, la fatigue fait en sorte que mes idées ne soient pas assez éclaircies ... Je vais donc reporter mes petits commentaires pour demain au réveil ... -_-
D'ici là, si tu veux, tu pourrais relire un peu ta fiche pour corriger les petites fautes d'inattention glissées ici et là. Leur nombre n'empêcherait pas ta validation, mais bon, si tu les vois après relecture autant en profiter pour les enlever /o/

Désolé pour l'inutilité de ce message, mais ne t'en fais pas, je suis sur le coup :)
Bonne soirée !

EDIT : Donc, c’est parti !

Ma proposition de relecture tiens toujours, mais elles sont vraiment minimes, je ne me souviens même plus où elles sont /sors/ Du coup si tu ne les trouves pas, ce n’est pas tellement grave !
Bon, donc, je n’ai de commentaires que pour ton histoire en fait. Le reste est correct, et cette idée de bras me semble originale !
Cependant, c’est là que ça coince, j’aurais quelques questions à propos de ça. Je suppose que le passage est mystérieux car ton personnage préfère ne pas trop en parler, mais en tant qu’admin ça m’intrigue : Aurait-elle subit un accident ? Ce qui expliquerait pourquoi elle soit devenue la cobaye de ces scientifiques ? Son bras, mis à part qu’il lui arrive d’être recouvert de plumes, ressemble à un bras humain tout à fait normal ? La couleur de peau est la même que la sienne (oui, c’est un point qui me tient à cœur, haha) ? Ce bras n’a d’utilité que le fait de lui rajouter un membre ou possède des spécificités (plus fragile, plus fort, etc …) ?

Autre chose, comment a-t-elle vécu après que son père l’ait jeté dehors ? Dans son monde, à 15 ans, mineure, comment a-t-elle fait pour survivre ? Et du coup, les gens qui s’occupaient d’elle ne se sont pas plus préoccupés de sa disparition ? Même pas sa mère ?

Enfin, normalement le AEA doit disparaître avant l’entrée au pensionnat. Dans la fin de ton histoire, j’ai cru comprendre qu’elle est arrivée guidée par un cerf ressemblant à celui de sa jeunesse … S’il n’est bien que ressemblant, mais que ce n’est pas le même, ça va, ma remarque ne sert à rien … Mais sinon, je tenais quand même à ce que ce point soit clair.

Voilà, je pense que c’est tout … En bref, vraiment pas grand-chose.
Bonne continuation ! ;)



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Sam 19 Oct 2013 - 12:16

Alors alors...
J'ai fini y'a deux jours je crois, donc ^^.
Par contre je crois que j'avais la flemme d'écrire mon histoire ce jour-là, même si j'ai tout dans la tête.
Là c'est un peu difficile, je suis sur mon portable, mais je peux détailler. D'ailleurs j'ai oublié d'introduire ma petite boule de poils, le cerf est juste un détail, pas l'AEA ^^'.
Donc je ferais ça plus tard, désolée ^^'.
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Sam 19 Oct 2013 - 13:48

Ah. C'est vrai. Mince mince mince. Désolé -_-
Ne t'en fais pas, prends le temps qu'il te faut !



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Sam 19 Oct 2013 - 18:09

Okay, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


+

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Sam 19 Oct 2013 - 20:08

Bon, alors, DP pour upper.

Je crois que c'est bon - mon Dieu, j'ai la grosse flemme de développer O_O. Je crois que je préfère le RP en ce moment... Si ça va toujours pas, je vais essayer de faire un effort, et au pire, je te donne les informations sans l'écrire dans la présentation, ou je le rajoute après...
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   Dim 20 Oct 2013 - 9:46

Bon, eh bien pour moi tout est bon :)
Je te valide du coup ! Tu peux dès à présent commencer à RP. Tu dois commencer par le Hall d'entrée. En passant, n'oublie pas de déclarer ton pouvoir s'il te plaît. Sinon, n'hésite pas à t'incruster dans le flood ou à passer sur la CB ! Et si tu as des questions, je suis à ta disposition.

Sur ce, à bientôt ;)



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amilia Synöm { De toutes façons, je t'entends. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: