AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Audrick Randall, Breathing in snowflakes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


+

MessageSujet: Audrick Randall, Breathing in snowflakes   Dim 24 Nov 2013 - 5:04



*Audrick Randall


*nom – Randall
*prénom – Audrick
*âge – 17 ans et 10 mois
*né(e) le – 16 février 2593
¥

Pouvoir
Quand il lit à voix haute, les choses qu’il décrit se matérialisent dans le monde réel. Personnages, actions, comme une grosse pièce de théâtre qui s’arrête au moment qu’il stoppe la lecture.

Alter Ego Astral
Chat de Bengal silver mâle aux yeux bleus du nom de Rhys.

Passions
Les livres! Indubitablement, c’est un vrai de vrai rat de bibliothèque!

N'aime pas / Phobies
Il est atteint d’une peur maladive de se baigner, eh oui il est atteint de ablutophobie, parce qu’à un moment donné en enfilant un maillot de bain il a remarqué qu’il était maigre comme une échalote et recouvert de cicatrices... Pour lui la baignade c'était fini! F-I-N-I!
Il est allergique aux fraises, lui et sa mère l’ont découvert tout à fait par hasard! Karine lui avait fait gentiment un bol de fraises à la crème lorsque le visage de Audrick c’était mis à grossir de façon effarante, puis il a été emmené à l’hôpital passer des examens, verdict : allergie alimentaire aux fraises. Depuis ce temps-là son fruit préféré est la framboise… « Des framboises dans le chocolat, c’est le meilleur dessert à vie !», vous dira-t-il



« Stuck in his daydream »

Histoire

Audrick, avec les années, est devenu un dealer très prisé dans son coin : sa came était bonne, il y avait pas d’entourloupe, pas de farine dans la coke, discrétion totale sur l’identité des clients et ses rapports qualités/prix étaient les meilleurs! Il assurait toujours ses dettes à ses fournisseurs et en plus repartait avec le plus gros de la cagnotte tellement que ses affaires roulaient bien, malheureusement le vent fini toujours par tourner…
Il était tard, la journée longue et il ne restait à Audrick qu’une seule commande à terminer pour le lendemain et il pourrait enfin retourner chez lui, dans le cabanon, et se fumer un bat énorme juste pour se détendre. Le problème c’est qu’il ne s’attendait pas vraiment à ce que la police vienne faire un tour dans son repaire, une vieille cave abandonnée dont la maison au-dessus c’était écroulée dans les bombardements des allemands sur le Royaume-Uni.
Les agents, armés de chiens pisteurs étaient entrés par l’entrée secrète, un trou à peine plus large qu’un homme caché par les débris, des habitués de Audrick : il avait été trahis! Risquant très gros s’il était pris, il quitta la cave par sa propre sortie personnelle, sauf qu’il n’avait pas prévu à ce que les flics surveillent aussi l’extérieur, même s’il aurait dû s’en douter (la panique que voulez-vous). Le pire, c’est qu’à leur attitude, ils n’étaient pas là pour arrêter quelqu’un, ils devaient avoir un mandat de perquisition, mais s’ils le trouvaient sur les lieux, ils n’allaient pas dire non à ce cadeau.
Le plus discrètement possible, Audrick se dirigea vers l’une des voitures de polices. S’il savait conduire? Pas plus que ça! Sa mère lui avait bien donné des petits cours de conduite, mais il n’en avait pas eu assez pour être un conducteur hors pair! Donc, ses yeux posés sur la portière entrouverte d’une des voitures de police, Audrick ne se rendit compte qu’au dernier moment qu’un des flics s’approchait de lui, un chien au bout d’une laisse reniflant le sol avidement. Soudain le chien aboya, faisant relever la tête d’Audrick et du policier.
Pendant un quart de seconde, l’agent et le jeune homme se fixèrent avant que le jeune se mette à courir vers l’automobile et que le policier se mette à vociférer : « Au nom de la loi, arrêtez-vous! » Tout en pensant que l’agent était idiot de lui demander de s’arrêter comme s’il allait l’écouter, Audrick sauta dans le moyen de transport et démarra en trombe! S’en suivi d’une course poursuite au travers des rues sinueuses de Londres.
Audrick, bien souvent, faillit perdre le contrôle de l’automobile en voulant éviter les piétons et les autres voitures. À un moment, il eut l’idée de génie de faire partir les gyrophares, malheureusement il ne savait pas comment faire, il du donc abandonner cette idée. Au bout de vingt minutes de poursuite, les policiers se mirent à tirer sur la voiture et à cet instant tout fut perdu : le jeune dealer venait de perdre le contrôle du véhicule et partait dans un tonneau d’enfer, entraînant malgré lui deux autres automobiles.
Quand la voiture se fut immobilisée, il était déjà plongé dans le noir… Ce n’est qu’à son réveil à l’hôpital qu’il apprit la nouvelle : des trois voitures impliquées dans l’accident il n’y avait que 3 survivants sur 7, lui-même, qui s’en sortait avec deux côtes brisées et une commotion cérébrale mineure, une femme qui resterait paralysée toute sa vie et un jeune garçon qui était devenu orphelin dans le malheur, un de plus au travers de la guerre sanglante qui opposait les pays européens.
Quand il sortit de l’établissement de santé, il n’eut même pas le temps de voir sa mère qu’il fut envoyé au port avec un billet pour la Suède direction un pensionnat pour jeunes avec une lettre dans la poche, ses affaires déjà là-bas… Il ne l’ouvrit jamais sachant bien ce qu’il y lirait : « Je m’excuse, je n’avais pas le choix! » et a ses phrases remplient de désespoir et de remords il aurait eu un sourire suffisant et il aurait pensé : « On a toujours le choix m’man… Je te déteste… »
Pourtant le destin fut avec lui, ou du moins, il le crut. Alors qu’ils allaient débarquer d’une voiture pour aller dans un bateau pour le pays Nordique, le jeune camé demanda à ses gardes personnels à aller aux WC et, alors qu’il entrait dans la petite pièce pour se soulager, Audrick en profita pour se sauver et croisa le chemin d’un énorme manoir. Il ne se posa pas vraiment de question, il y avait beaucoup de pièces dans un manoir, on ne le retrouverait jamais là-dedans et dans quelques heures, il allait partir pour une contrée lointaine. Où? Bonne question, il ne le savait pas encore.

Caractère

Audrick n’est pas fou à proprement parlé, en fait il est simplement un grand drogué qui est en manque presque continuellement depuis qu’on l’a forcé à arrêter ses doses quotidiennes d’héroïne, de mush, de cannabis, de cigarettes, de cocaïne, et cetera, en l’envoyant dans cet enfer. Exemples : s’il voit une seringue, soit il fait une crise d’angoisse pendant une heure et plus, soit il va se frotter l’intérieur du coude jusqu’à en saigner tout son sang. Ou encore s’il sent une odeur de cigarette, il est possible qu’il tente par tous les moyens de la prendre pour en prendre une ‘’bouffée salvatrice’’ comme il dirait. Aussi il peut se mettre à saigner du nez pour un oui ou pour un non. À certain moment, il peut devenir totalement incontrôlable, des crises de colère qui arrivent plus souvent qu’il peut paraître. Le moins souvent, il va s’acharner sur un crayon, sur une feuille de papier, sur quelqu’un d’autre, mais dans la plupart des situations il va se défouler sur lui : se briser un doigt volontairement, se mordre jusqu’à en saigner, s’arracher un morceau de peau, et cetera. Si ce n’est pas ces réactions qui paraissent le plus souvent c’est qu’il essais de ce contenir en se rongeant les ongles à ce les arracher. Pourtant il garde un sourire quasi permanent sur ses lèvres fines, comme pour camouflé sa hargne, son stress aux autres.
Sinon c’est un jeune homme extrêmement je m’en-foutisme. Les insultes ne l’atteignent pas, parler de sa famille, sauf peut-être de sa mère, est inutile, si vous êtes porté à être méchant n’essayez même pas, il ne prendra pas la peine de vous envoyer paître, vous ignorant avec une superbe bien entraîné par des années de crises de junkies en manquent de leurs doses et qui n’avaient pas encore remboursés leurs dût. Avec Audrick malheureusement il n’y a pas de demi-mesure : soit il vous aime, soit il vous déteste (en le témoignant d’un regard froid et quelque peu vide tout en faisant comme si vous n’étiez pas là), soit il vous ignore (ce qui est encore pire que lorsqu’il déteste, au moins quand il déteste il a un regard pour la personne)! Malgré ses crises perturbantes et sa façon de cataloguer mentalement les gens de titres peu flatteurs : « Je t’aime bien » « Tu es sympathique » (catégorie ami) « Tu es une enflure » « Vas te faire voir » (catégorie je ne t’aime pas) « … » « … » (catégorie je t’ignore), il est très chouette à côtoyer quand tu es de son côté de la clôture.

Physique

» Cheveux : Il a des cheveux d’un brun châtains foncés, mais pas trop! Il n’est pas teint, sa pauvre mère aurait fait une attaque si il était arrivé avec des cheveux bleus, rouges ou même blonds. Ses mèches sont droites, elles ne frisent même pas un peu sur la pointe! Il se passe le fer plat à tous les matins pour leurs donner une courbe agréable à l’œil.
» Yeux : Ses prunelles d’un vert forêt, à faire baver tout ceux avec des yeux bruns trop normaux ou les propriétaires d’un noisette enjôleur, reflètent souvent son amusement ou ses sarcasmes, mais jamais sa colère ou son agacement, dans ses cas-là son regard est vide…
» Teint : C’est un caucasien, mais on pourrait aussi le qualifier de fantôme tant sa peau peut être transparente : l’un des dommages dut à la drogue.
» Taille : Il mesure 1 mètre 55, sa croissance ayant été ralentit et finalement stoppé par les effets à longs termes de sa consommation poussé de drogue en tous genre.
» Poids : Il est excessivement maigre, pourtant pas autant que l’on pourrait ce l’imaginer : pas de côtes trop saillantes, pas de joues creuses. Il faut dire qu’il prenait soin de ne pas être trop maigre pour ne pas inquiéter sa pauvre mère déjà bien tourmenté par ses absences répétées.
» Style vestimentaire : Il porte des vêtements, ne s’attardant pas vraiment sur le style que cela peut lui donner : à un moment il est en chemise blanche pantalon propre noir, l’autre il est en chandail à manches longues simple avec un jean, mais il y a une chose qu’il ne porte jamais : des shorts et des t-shirts, il les a pris en horreur lorsqu’il s’est rendu compte que l’on voyait toutes ses cicatrices de seringues au creux de ses coudes et derrière ses genoux, pas qu’il en ait honte, s’entend, il préférait être discret dans sa famille. Et lorsqu’on lui demande en plein été pourquoi il ne porte pas de vêtements plus léger il répond simplement : « J’ai jamais chaud alors pourquoi dépenser pour avoir deux garde-robes! »
» Autre : Toutes ses années à trainasser dans les rues malfamées de Londres l’ont souvent emmené chez un tatoueur/perceur où il s’est fait faire ses quelques piercings et tatouages. Son premier piercing fut un simple anneau dans le croquant de son oreille gauche. Ensuite il s’est fait faire un piercing au mamelon droit. Il en a un autre sur la langue qu’il a appris à utiliser à bon escient lorsque la situation l’exige. Supposément qu’il aurait un Prince Albert, mais personne n’a pu le confirmer, du moins pour l’instant… Pour ce qui est des tatouages, il a une paire d’aile noire engluée dans un liquide poisseux sur l’omoplate gauche. Il a aussi, qui tournent tout autour de son bras droit de l’épaule jusqu’au-dessus de la main, des griffures saignantes au nombre de quatre. Sur son mollet gauche il s’est fait tatouer un tribal tout simple. Et pour compléter le tableau une tonne de cicatrices de toutes sortes : marques de dents, piqures, lacérations, et cætera.



Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? C'est bon ;)
Où avez-vous trouvé ce forum ? Une amie le stalk depuis maintenant 3 ans et se dit toujours qu’elle doit s’incrire, mais elle a une phobie de faire sans s’en rendre compte du copié-collé de personnage!
Est-ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Non, je suis une habituée! ^^
♦ ...Dans ce forum ? Oui, c’est mon premier personnage
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Audrick Randall, Breathing in snowflakes   Dim 24 Nov 2013 - 11:26

Bonjour et bienvenue à toi ! :D

Bon bon bon, eh bien, merci ! Cette fiche est très bien, je ne vois pas pourquoi je ne la validerais pas :)
Le code est bon ; j'ai repéré quelques fautes d'inversement ce/se, mais à part ça rien de grave.
(Le policier qui crie « Au nom de la loi, arrêtez-vous! » est juste trop mignon !) Bref, personnage qui me semble assez sympathique, je vois déjà de potentielles interactions avec les miens !

Voilà. Donc, tu es validé ! Comme tout nouveau pensionnaire, tu peux dès à présent commencer à RP en commençant par le Hall et je te renvoie au Petit Guide du Pays pour la suite des opérations. N'hésite surtout pas à nous rejoindre sur le flood ou sur la CB (bien qu'en ce moment elle soit légèrement déserte) ou à nous poser tes questions si tu en as.
A très bientôt sur le forum
P.S. : Ouah, stalker le forum pendant 3 ans ... C'est fort *-* Amie de toi, si tu me lis (ou au pire tu lui diras ...), si ce n'est que la peur du "copié/collé de personnage", tu peux toujours nous partager ton idée dans la partie Questions/Problèmes ! =)



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Audrick Randall, Breathing in snowflakes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches des disparus-
Sauter vers: