AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Pride
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : DINOSAURE ET TITAN KESKIYA
• AEA : Bao, le gorille blanc stalker et Raptor, le macareux qui se la pète.
• Petit(e) ami(e) : Il doit en rester un bout dans le frigo, va voir.

Messages : 13
Inscrit le : 27/12/2013

MessageSujet: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Ven 27 Déc 2013 - 15:24



* Lierre


*nom – Harvest
*prénom – Lierre
*age – 10 ans
*né(e) le – 2 mai

Pouvoir
Lui et ses vêtements grandissent jusqu'à 3 mètres lorsque son frère est absent ou lorsqu'il se sent ignoré.

Alter Ego Astral
Bao, le gorille blanc stalker

Passions
Les voitures, la mer et les jus de fruit

N'aime pas / Phobies
Les chats, la montagne, les escaliers et le chocolat noir



« I'm on top of the world »




* Ginkgo


*nom – Harvest
*prénom – Ginkgo
*age – 16 ans
*né(e) le – 14 octobre

Pouvoir
Se transforme en un dinosaure complètement aléatoire lorsqu'il s'énerve, en version plus réduite.

Alter Ego Astral
Raptor, le macareux qui se la pète

Passions
Les dinosaures, la nature, la religion et les arts martiaux

N'aime pas / Phobies
Les oiseaux, le bruit et les pommes.



« Everybody walk the dinosaur »

Histoire

Chapitre 1 : Tree TV

Notre histoire commence d'une façon banale, avec une simple tempête de neige. Dans cet environnement, une grande silhouette se dessine. Elle semble assise, et la neige qui empêche de voir son visage ne semble pas la perturber.
Mais c'est bien la seule que la tempête de dérange pas.
Un jeune adolescent se lève, suivi des yeux par sa famille qui était en plein repas. Il s'approche de la télé, et donne plusieurs coups secs sur le côté de la boîte à images, balayant la tempête de neige et dévoilant une femme bien habillée, avec un air sérieux de présentatrice, assise derrière un bureau design, et qui est en train d'annoncer les nouvelles du jour.
L'ado se rassoit, sous les remarques de son père qui n'apprécie pas qu'on tape sur son petit téléviseur chéri. Le petit frère, qui peinait à finir ses légumes, braille :

- Faudrait qu'on en rachète une autre !

La mère le fait taire d'un geste de la main, et lui indique d'écouter le reportage. Un albinos était actuellement en train de réaliser une interview, répondant à des questions inaudibles.

- Monte le son !

- C'est un reportage sur l'arbre ?

Le père saisit la télécommande d'un geste brusque et martèle le bouton pour augmenter le nombre de décibels, tendant l'oreille pour essayer de saisir au moins une phrase. Le plus intéressé est l'adolescent, littéralement fasciné par les paysages montrées en même temps que l'albinos répondait aux questions. Le moins intéressé est le petit frère, qui fait des mikados avec ses haricots verts. Le grand frère, suspendu aux lèvres de l'interviewé, tente de comprendre le contexte.
Le journaliste avait fini de poser une question, question auquel répond l'albinos avec un calme religieux :

- Oui, nous vivons ici toute l'année, à l'exception de certains événements qui nous obligent à descendre au pied de l'arbre sacré.

- Pouvez-vous nous parler de votre nourriture et de vos logements ?

Le religieux penche la tête, comme s'il était surpris par la question. L'expression est neutre, mais bienveillante en même temps, qui semble nous forcer à l'écouter silencieusement :

- Il n'y a pas grand-chose à raconter, nous logeons dans des cabanes en bois et l'arbre sacré nous offre chaque jour des fruits de toutes sortes, qu'il suffit de cueillir.

- Le bois de vos cabanes ne provient évidemment pas de l'arbre sacré ?

Le moine rit jaune.
Cette question était un blasphème, mais étant posée par un athée, il ne pouvait lui faire la morale. Il répond, les mains jointes et avec un petit rictus :

- Bien évidemment que non,

- Comment êtes vous devenu un moine combattant de l'arbre ?

Son interlocuteur affiche une nouvelle expression de surprise, se gratte la nuque, réfléchit quelques instants, et répond en hésitant, l'esprit sans doute rempli de souvenirs :

- Tout d'abord, j'ai fais le vœu de silence, qui dure une année et sept jours, puis, j'ai grimpé les marches que vous venez d'emprunter jusqu'ici afin de rejoindre ma nouvelle communauté.

- Votre nouvelle communauté qui a la particularité d'avoir les cheveux entièrement blancs, pouvez-vous nous expliquer ce phénomène ?

Le moine semblait attendre cette question. Il saisit une mèche de cheveux et la fait tourner, reflétant quelques rayons de soleil dans la lentille de la caméra.

- Ça arrive vers le 6ème mois du vœu de silence, ils virent au blanc en une nuit. C'est l'arbre sacré qui nous offre une façon de nous reconnaître entre nous et qui indique aux apprentis qu'ils sont sur le bon chemin.

- En tout cas, quand on regarde autour de nous, on sent que ce petit village perché sur cet énorme arbre respire la sérénité ! Ça doit être un vrai bonheur d'y vivre ! Si vous deviez nous résumer le végétisme en une phrase, ce serait ?

- Eh bien, je dirais que le végétisme est une religion qui... Comment dire ? C'est une religion qui est perpétuellement en communion avec la nature, qui prône le respect des autres et toutes sortes de qualités essentielles au bon fonctionnement de notre communauté.

- Et qu'elle est l'utilité de votre discipline, là, le...

- L'aucuba ? Eh bien, c'est une discipline qui nous permet d'augmenter notre agilité, notamment pour circuler entre les branches, mais c'est surtout une ancienne tradition, qui nous apprend à gérer notre puissance pour le bien de tous.

Le journaliste, sans doute un peu lassé par ce discours dégoulinant de niaiserie et de bons sentiments, clos l'interview par quelques formules de politesse bien placées, et par la même occasion, interrompt l’intérêt de la famille qui suivait son travail.

- Lierre, tu n'as toujours pas fini ton assiette ?

Triste retour à la réalité, où l'idée d'un village calme et tranquille dans un cadre exceptionnel est interrompue par une mère réprimandant son enfant pour trois haricots. Ce dernier regarde son assiette et s'appuie la joue sur son bras, déformant son visage turbulent.

- Mais j'aime pas !

Sa mère désigne son autre fils, qui fixait encore l'écran, dans l'espoir que le reportage continue.

- Ginkgo a tout mangé, lui !

Lierre s'avachit sur sa chaise, avec un soupir théâtral. Cette scène est habituelle, et elle se finit toujours de la même façon.
La mère insiste deux ou trois fois, avant d'abandonner. Elle demande quand même au cadet de la famille d'aller se coucher, pour affirmer son autorité. Celui-ci s’exécute en lançant des remarques typiques d'un enfant de 6 ans.
Le temps passe, avec l'ambiance morne et triste des dimanches soirs, où tout le monde pense à la semaine qui va suivre.
Au bout de quelques minutes, le père s'exclame, tentant désespérant de tuer le bourdon qui rôde dans l'esprit du ménage :

- Dix contre un que Lierre ne s'est toujours pas couché.

Personne ne veut perdre un euro pour rien, et la mère ne prend par la peine de prendre en compte la présomption d'innocence :

- Ginkgo, mon chéri, tu peux aller le coucher, s'il te plaît ?

Docile, le blond se lève, avec son silence habituel. Il sait que ça va encore être la guerre, mais c'est ça, la responsabilité d'un grand frère. Il marche dans le couloir, en écartant du pied les quelques jouets qui traînaient, et tente d'élaborer une stratégie éclair pour que son frère se laisse envelopper par les bras de Morphée.
Sa mémoire à court terme s'active, inventant à la va-vite un monstre dont la légende pourrait l'aider à faire pioncer son frère.
Il ouvre la porte avec la prudence d'un dresseur qui ouvre la cage aux lions, et entre dans la chambre , cherchant la bête des yeux.
Il l'aperçoit assis par terre, dos à lui, en train de créer des accidents avec ses petites voitures. Il se retourne, observant son grand frère avec méfiance. Inconsciemment, il savait ce qu'il venait faire, mais il prend en compte la présomption d'innocence, lui.

- Lierre, il faut...

- J'ai pas sommeil !

Il se retourne brusquement, comme si éviter le contact visuel allait convaincre son frère de le laisser aller au lit plus tard. Ginkgo soupire, se passe la main dans les cheveux, et s'accroupit auprès du lionceau.

- Tu te souviens, du monsieur de la télé ?

Lierre ne l'écoute que d'une oreille, trop occupé à faire d'une ambulance en bois un danger public pour les autres jouets.

- Tu sais pourquoi lui et ses compagnons vivent dans cet arbre gigantesque ?

Ginkgo réussit à attiser la curiosité de son frère, qui se tourne de trois quarts vers lui, attendant l'information.

- C'est parce que quand ils étaient petits, ils refusaient toujours d'écouter leurs parents.

Le principal intéressé ne l'est maintenant plus, ignorant le rapport entre les deux informations, il a préféré abandonner.

- Sans le vouloir, ils ont réveillé l'esprit de l'arbre, le gorille blanc, un singe tellement menaçant que ces yeux glacent le sang de n'importe qui.

Affaibli par son esprit crédule dû à son jeune âge, il se tourne vers lui, horrifié, il n'avait pas besoin de plus de précisions, il avait compris la menace.

- Fâché d'être réveillé, le gorille blanc s'est mis à espionner les enfants pas sages pour leur voler des jouets ou leur jouer des sales tours à chaque fois qu'il faisait une bêtise ou qu'ils n'écoutaient pas leurs parents. Le monsieur de la télé a donc décidé d'aller s'abriter dans les arbres, avec les autres enfants pas sages, et ils y sont restés.

Le jeune esprit de Lierre ne fait pas attention à l'incohérence du singe qui ne sait pas grimper aux arbres, et grimpe dans son lit en bougonnant :

- C'est pas juste, je lui ai rien demandé, moi, il n'a qu'à s'occuper de ses fesses...

Content d'avoir gagné la bataille, Ginkgo se relève en faisant craquer les os de ses genoux, et se dirige vers la porte, en susurrant un « Bonne nuit ! ».

- Ferme pas la porte !

Il est encore trop jeune pour dormir sans la lumière d'un couloir, et sa veilleuse ne marche plus depuis quelques jours. Et puis, l'ombre de son armoire fait vachement peur quand même.
Tout en entendant son frère s'éloigner de sa chambre, Lierre regarde la lune, oubliant son côté poétique pour son côté macaque dû à sa couleur blanche qui lui rappelle maintenant le nouveau monstre de ses cauchemars.



Caractère


Aujourd'hui, Lierre n'a plus rien de la petite teigne grincheuse qu'il était à 6 ans. Il s'est transformé en une petite puce hyperactive, bougeant dans tous les sens pour un oui ou pour un non, et réalisant un quota d'une bêtise toutes les 30 minutes. En 4 ans, il a mûri, il n'est plus aussi crédule qu'avant, mais il est toujours aussi joueur, puéril, et toujours aussi insolent, voir provocateur. Oui, bon, en fait, il n'a pas vraiment mûri... L'accident qui lui est tombé dessus, il y a 8 mois n'a pas changé grand chose, malgré le fait qu'il ait perdu ses jambes. Le plaisir de voir les têtes se tourner lorsqu'il prend la parole ou lorsqu'il effectue une action quelconque ne s'est pas dégradée et son public préféré reste toujours sa famille, et plus particulièrement son frère, qui ne manque jamais de le surveiller et de l'observer. Mais commander les autres est un plaisir plus fort encore, et il multiplie les crises pour obtenir ce qu'il désire. Une position de force est pour lui la position la plus honorable, et il n'hésite jamais à augmenter la pression autour de son frère pour augmenter les chances d'obtenir ce qu'il veut. Glace à la pistache, jouets, ballons de plage... S'il ne l'obtient pas de lui-même, il demande à son frère de le lui rapporter pour lui.
En parlant de son frère, on peut dire qu'il lui apporte une tendresse conséquente, mais on se demande toujours si c'est pour mieux le manipuler ou si c'est sincère.
Lierre est du genre stratégique, et s'il connaissait la définition du mot chantage, il n'y a aucun doute que ce serait son pêché préféré.

Ginkgo, par contre, est très différent. C'est un garçon timide, préférant la transparence à l'opacité, mais toujours souriant. Il est toujours prêt à se rendre utile, surtout auprès de son frère, auquel il ne peut pas refuser grand-chose, la faute à sa trop grande gentillesse. Il l'aime, c'est indéniable, et il ne lui en veut pratiquement jamais, même lorsqu'il fait la plus grosse de toutes les bêtises. Il est d'un naturel calme, et dispose d'un self-contrôle digne du dalaï-lama, qualité vitale lorsqu'on vit avec un ouistiti à la maison. Sa grande passion fut pendant longtemps les dinosaures, le seul centre d'intérêt qui passait devant son frère à l'époque. Oui, à l'époque, car depuis quelques temps, cette lubie s'est affaiblie comme une bougie qui manque de cire. D'après les mauvaises langues, c'est à cause d'une découverte qu'il a faite lors d'une sortie à la bibliothèque : Au détour d'un paragraphe, il apprit que les descendants des dinosaures étaient les oiseaux ! Les dinosaures, les titans des anciens temps, rabaissés au stade de sac à fientes à plumes ! Cette information fut celle de trop, et son centre d’intérêt majeur s'est peu à peu affaissé.


Physique

Pour Lierre, on peut dire que le diable s'est trompé de masque. Sa petite bouille mignonne ferait craquer la plus dure des mamies, et ses yeux bleus feraient oublier ses bêtises à la mère la plus tyrannique. Oui, bon, j'exagère peut-être un peu, car le visage qu'il porte lorsqu'il s'énerve nous donne plus envie de lui coller des tartes qu'autre chose, ses sourcils se froncent à l'extrême et ses yeux se remplissent de fausses larmes.
Malgré son caractère de rhinocéros puéril, c'est un poids plume, vous pouvez le porter sur votre dos pendant des heures sans aucune gêne. Cette masse relativement petite est sûrement due à sa taille, qui est plutôt petite pour un enfant de son âge. Il tente de combler cette différence avec son caractère mais quand on est en face de lui, c'est flagrant. Ses courts cheveux blonds qu'il ne peut pas s'empêcher de tirer lorsqu'il s'énerve lui dépassent tout juste les oreilles. Son sourire est indescriptible : Attendrissant ? Moqueur ? Tout dépend de la situation, mais souvent, c'est la deuxième possibilité qui l'emporte.

Concernant Ginkgo, on peut dire qu'il est grand, très grand pour son âge. Du haut de ses 1 mètres 90, il dépasse les autres élèves de sa classe d'une tête, parfois deux. Parmi les autres, il joue le rôle du grand dadais respecté pour sa force, mais moqué pour sa timidité et sa transparence. Contrairement à son frère, ses cheveux blancs lui arrivent au cou, et il ne se presse pas pour les couper, attendant souvent le dernier moment. Depuis qu'il est devenu religieux, il prend plus soin de ses muscles, s'entraînant souvent à l'aucuba, un art martial. S'il avait un caractère plus ouvert, il aurait probablement une copine, à l'heure qu'il est, mais il faudrait déjà qu'elles le remarquent pour ça.



Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? code Okay (By Kogenta)
Où avez vous trouvé ce forum ? Via les partenariats, il me semble
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Nope
♦ ...Dans ce forum ? Yep


Dernière édition par Lierre & Ginkgo le Mer 12 Mar 2014 - 9:02, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Pride
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : DINOSAURE ET TITAN KESKIYA
• AEA : Bao, le gorille blanc stalker et Raptor, le macareux qui se la pète.
• Petit(e) ami(e) : Il doit en rester un bout dans le frigo, va voir.

Messages : 13
Inscrit le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Dim 26 Jan 2014 - 18:06

Chapitre 2 : Fall of a king

Dans une vie, 4 ans passent à la vitesse d'une page tournée. En un mouvement de souris, vous voilà arrivé un soir de Noël, en train de suivre une voiture roulant à vive allure sur une route partiellement enneigée. Le trajet est court, et au bout de 10 minutes à survoler le véhicule vert, vous êtes enfin arrivé à sa destination.
A peine garé, un petit blond s'élance hors de la voiture et se jette sur la sonnette, prenant plaisir à laisser son doigt posé dessus pour que ses hôtes se magnent un peu le train. Il est suivi par un autre blond, plus grand d'une tête et demie, le regardant faire sans rien dire, en lui souriant.
Une fois la porte ouverte, le plus petit s'élance à l'intérieur et saute dans les bras de celle qui vient d'ouvrir :

- Tata Coquelicot !

Déséquilibrée, mais habituée par ce genre d'arrivées, Coquelicot serre son neveu dans ses bras avec un rire joyeux :

- Bonsoir, Lierre ! Tu as bien grandi, dis-moi ?

A peine posé à terre, Lierre s'élance plus profondément dans la maison, laissant la place à son frère, qui fait la bise à sa tante plus sobrement, mais tout de même avec tendresse.

- Arrête de grandir, toi aussi, tu vas être obligé de te baisser, un jour !

- Bonsoir, Tata, ça va bien ?

Il est suivi par ses parents, qui portent avec eux des sacs remplis de marchandise inconnue. Ginkgo et Coquelicot les aident à s'en débarrasser, et les déposent dans un coin de l'entrée, dans un endroit où Lierre n'ira pas mettre son nez.
Une fois arrivé dans le salon, l'adolescent découvre son petit frère dans les bras de son parrain, tonton Fougère, qui était en train de le taquiner. Lierre finit par se libérer, et s'élance de nouveau, vers le jardin, cette fois. Ginkgo fait rapidement la bise à son oncle, puis va rejoindre Lierre, les mains dans les poches, pendant que les adultes commencent déjà à parler de tout et de rien.
Dans le jardin, Lierre court déjà à toute berzingue sur l'herbe mouillée par l'humidité de la nuit pour aller rejoindre la balançoire.

Aujourd'hui, Lierre n'a plus rien de la petite teigne grincheuse qu'il était à 6 ans. Il s'est transformé en une petite puce hyperactive, bougeant dans tous les sens pour un oui ou pour un non, et réalisant un quota d'une bêtise toutes les 30 minutes. En 4 ans, il a mûri, il n'est plus aussi crédule qu'avant, mais il est toujours aussi joueur, et toujours aussi insolent, voir provocateur. Un tel changement n'a pu se faire qu'à l'école, où il a sans doute dû lutter pour changer et se faire des amis, pour éviter de se faire rejeter à cause de son ancien mauvais caractère. Au fur et à mesure des années, le plaisir de voir les têtes se tourner lorsqu'il prend la parole ou lorsqu'il effectue une action quelconque s'est amplifiée et son public préféré reste toujours sa famille, et plus particulièrement son frère, qui ne manque jamais de le surveiller et de l'observer. Mais commander les autres est un plaisir plus fort encore, et il multiplie les crises pour obtenir ce qu'il désire. Une position de force est pour lui la position la plus honorable, et il n'hésite jamais à augmenter la pression autour de son frère pour augmenter les chances d'obtenir ce qu'il veut. Glace à la pistache, jouets, ballons de plage... S'il ne l'obtient pas de lui-même, il demande à son frère de le lui rapporter pour lui.
En parlant de son frère, on peut dire qu'il lui apporte une tendresse conséquente, mais on se demande toujours si c'est pour mieux le manipuler ou si c'est sincère.
Lierre est du genre stratégique, et s'il connaissait la définition du mot chantage, il n'y a aucun doute que ce serait son pêché préféré.

Question physique, on peut dire que le diable s'est trompé de masque. Sa petite bouille mignonne ferait craquer la plus dure des mamies, et ses yeux bleus feraient oublier ses bêtises à la mère la plus tyrannique. Oui, bon, j'exagère peut-être un peu, car le visage qu'il porte lorsqu'il s'énerve nous donne plus envie de lui coller des tartes qu'autre chose, ses sourcils se froncent à l'extrême et ses yeux se remplissent de fausses larmes.
Malgré son caractère de rhinocéros puéril, c'est un poids plume, vous pouvez le porter sur votre dos pendant des heures sans aucune gêne. Cette masse relativement petite est sûrement due à sa taille, qui est plutôt petite pour un enfant de son âge. Il tente de combler cette différence avec son caractère mais quand on est en face de lui, c'est flagrant. Ses courts cheveux blonds qu'il ne peut pas s'empêcher de tirer lorsqu'il s'énerve lui dépassent tout juste les oreilles. Son sourire est indescriptible : Attendrissant ? Moqueur ? Tout dépend de la situation, mais souvent, c'est la deuxième possibilité qui l'emporte.

Ginkgo, par contre, n'a pas beaucoup changé. C'est toujours un garçon timide, préférant la transparence à l'opacité, mais toujours souriant. Il est toujours prêt à se rendre utile, surtout auprès de son frère, auquel il ne peut pas refuser grand-chose, la faute à sa trop grande gentillesse. Il l'aime, c'est indéniable, et il ne lui en veut pratiquement jamais, même lorsqu'il fait la plus grosse de toutes les bêtises. Il est d'un naturel calme, et dispose d'un self-contrôle digne du dalaï-lama, qualité vitale lorsqu'on vit avec un ouistiti à la maison. Sa grande passion fut pendant longtemps les dinosaures, le seul centre d'intérêt qui passait devant son frère à l'époque. Oui, à l'époque, car depuis quelques temps, cette lubie s'est affaiblie comme une bougie qui manque de cire. D'après les mauvaises langues, c'est à cause d'une découverte qu'il a faite lors d'une sortie à la bibliothèque : Au détour d'un paragraphe, il apprit que les descendants des dinosaures étaient les oiseaux ! Les dinosaures, les titans des anciens temps, rabaissés au stade de sac à fientes à plumes ! Cette information fut celle de trop, et son centre d’intérêt majeur s'est peu à peu affaissé.

Ces cheveux blonds, sans doute sa plus grande fierté, car c'est à peu près le seul point commun qui possède avec son frère, à part ses yeux bleu foncé. Ah ! Son frère ! Est-ce qu'il l'admire ou est-ce juste un amour fraternel exemplaire ? Après tout, son caractère est peut-être celui qu'il aimerait avoir, un caractère fort, qui changerait de son caractère beaucoup trop timide pour se faire des amis.
Il est grand, très grand pour son âge. Il dépasse les autres élèves de sa classe d'une tête, parfois deux. Parmi les autres, il joue le rôle du grand dadais respecté pour sa force, mais moqué pour sa timidité et sa transparence. Contrairement à son frère, ses cheveux lui arrivent au cou, et il ne se presse pas pour les couper, attendant souvent le dernier moment. Malgré ses capacités physiques, il ne fait pratiquement pas de sport, à part les heures prévues par son emploi du temps, et il n'aime pas vraiment ça, de peur des critiques, probablement.

- Lierre, on rentre ? Il commence à faire froid.

Ginkgo croise les bras, surveillant son frère, qui se balance comme un macaque sur sa balançoire, et veille à ce qu'il ne monte pas trop haut, de peur qu'il se rompe le cou.

- Dis, tu crois qu'il va neiger, cette nuit ?

Lierre n'avait pas écouté, ou bien faisait semblant de n'avoir rien saisi, fixant le ciel avec un sourire béat.

- Sûrement pas, on rentre ?

Il insiste vainement, Lierre n'a pas pour habitude d'obéir immédiatement à son frère, il n'a même pas l'habitude de lui obéir tout court. Toutefois, il commence à avoir froid, lui aussi, alors, au bout de quelques minutes, il saute sur l'herbe mouillée et donne la main à son frère pour le tirer à l'intérieur.

A l'intérieur, l'apéritif a déjà commencé, et Lierre ne manque pas de se plaindre :

- Vous avez commencé sans nous !

Il fixe les bols de biscuits salés, déjà presque vides, avec un appétit sans bornes, et regrette déjà ses quelques minutes passées sur sa balançoire. Ginkgo, lui, s'en fiche, et il s'affale sur un fauteuil libre avec la vigueur d'un adolescent typique.
Lierre, lui, grappille les quelques miettes qui restaient, toujours en gémissant à cause de son estomac, et finit par s'asseoir aux côtés de son frère, le forçant à lui laisser une petite place.

La soirée de Noël continue, enchaînant les plats tous plus copieux les uns que les autres. Lierre s'en donne à cœur joie, mais Ginkgo, lui, se sert sans excès, observant son frère avaler son assiette avec amusement. La soirée continue, la lune continue à progresser sous le ciel étoilé, et l'horloge digitale du four de la cuisine finit par indiquer 23 heures. Lierre est épuisé, allongé sur les genoux de son frère, il se réveille par à-coups, en fonction de l'éclat des discussions des adultes. Sa mère finit par le remarquer, et dit au père :

- On reste jusqu'à quelle heure ? Lierre est fatigué.

Son père marque un instant d'hésitation, regardant ses hôtes avec un sourire poli :

- Je peux faire un aller-retour, si il veut aller se coucher.

Lierre acquiesce en silence (pour une fois), et se redresse mollement, libérant les genoux de son frère, qui en profite pour s'avancer sur le canapé. Il suit son père jusqu'au gravier du jardin, qui faisait un bruit abominable pour un petit garçon fatigué. Une fois dans la voiture, Lierre pose sa tête sur l'intérieur de la portière arrière, et commence à chercher le sommeil, mis à l'épreuve par la dureté de ce qu'il lui sert d'oreiller.
Son père peine à ouvrir ses paupières, et les lignes blanches de la route se floutent progressivement. Il se donne quelques petites claques, il n'avait pas bu d'alcool, mais la soirée l'avait fatigué lui aussi. Lierre, bercé par les lumières de l'autoroute, ne remarquait pas que son père commençait à flancher au volant.
Le père, pour se réveiller, allume la radio, et commence à froncer les sourcils, comme pour intimider le fantôme du sommeil qui le guettait. Il y a peu de monde sur la route, à cette heure, et cette vérité le rassurait un peu, mais elle le poussait à être moins vigilant.
Et, alors que la voiture s’engageait dans un croisement, un bruit de klaxon résonne dans la pénombre de la campagne.
Deux grands phares illuminent le visage de Lierre, s'approchant à une vitesse terrifiante, mais il n'a pas le temps de hurler.

Et dans un grand bruit métallique, le roi tombe de son trône.


Dernière édition par Lierre & Ginkgo le Mer 12 Mar 2014 - 9:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Pride
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : DINOSAURE ET TITAN KESKIYA
• AEA : Bao, le gorille blanc stalker et Raptor, le macareux qui se la pète.
• Petit(e) ami(e) : Il doit en rester un bout dans le frigo, va voir.

Messages : 13
Inscrit le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Dim 16 Fév 2014 - 18:57

Chapitre 3 : King's return

La lumière du soleil pénètre doucement dans sa chambre, ralentie par le bazar ambiant. Le visage de Lierre, ébloui, pousse un grognement et tourne sa tête dans l'autre sens, pour grappiller quelques minutes de sommeil supplémentaire. Il ouvre les yeux, avec une grimace de déterré, et pose ses mains sur son ventre, pris par la flemme du matin.
Son regard fait le tour de sa chambre, presque entièrement blanche. Il fronce les sourcils, et se redresse sur son lit, en grattant ses cheveux ébouriffés.
Cette chambre n'est pas la sienne, pas assez de bazar, pas assez de jouets cassés, et surtout, pas de cadeaux de Noël.
Une dame en blanc entre dans la chambre, un plateau-repas dans les bras. Elle lui sourit, puis pose ce qui semble être à lui sur ses genoux, en lui annonçant d'un air enjoué :

- Tu as de la visite.

Ce n'était pas tout à fait la vision que Lierre se faisait du Père Noël. Il attrape le croissant caoutchouteux, et regarde l'infirmière sortir de sa chambre, l'esprit lourd d'incompréhension.
Il n'a pas énormément de souvenirs de la journée d'hier, et y repenser lui fait mal à la tête, alors il finit par abandonner par pitié pour son crâne.

Son père et son frère entrent dans la pièce, le regardant avec une compassion étrange. Son frère s’assoit sur une chaise proche, esquivant son regard, et son père s'installe lourdement sur son lit, bouffant la moitié de l'espace disponible. Ginkgo demande avec une petite hésitation :

- Ça va aller ?

Lierre regarde son frère comme s'il venait d'exploser un pétard. Que voulait-il dire ? Il va parfaitement bien.

- Ben... Ouais.

Un petit silence s'installe, les deux visiteurs s'échangent des regards pesants, ce qui finit par faire craquer Lierre :

- Qu'est-ce que vous avez ? Le Père Noël est pas passé, c'est ça ?

Lierre sait bien que le gros barbu n'est pas le problème, mais peu importe, ce qu'il veut, c'est leur délier la langue. La densité de l'air augmente de secondes en secondes, et Lierre se rend progressivement compte que ses poumons commencent à peiner.

- Lierre, je...

- Tu quoi ?

Lierre ne supporte plus les hésitations. Il veut l'information, et vite ! Sa réponse agressive fait trembler son père, et son frère cache encore plus son visage en faisant mine de regarder ailleurs. Lierre balbutie :

- Je...

Avec une expression terrifiée, Lierre secoue son ventre, tentant désespérément de renverser son plateau avec son genou pour montrer sa colère. Mais rien à faire.
Ses jambes ne lui répondent plus.
Son menton tremble, il plaque sa main sur la bouche, et pousse un gémissement horrible, horrible bruitage d'une vie brisée, d'une existence ralentie par le poids de ses deux jambes devenues poids morts, de milliers de rêves et de projets d'enfants brisés. Les souvenirs de toutes ses heures de jeu, sur la balançoire ou sur le terrain de foot, passées à solliciter ce qui soutenait sa joie de vivre, lui remontent à la gorge, manquant de le faire vomir.
L'angoisse monte, l'angoisse des conséquences, l'angoisse des futurs moments assis interminables. De son statut de futur acteur principal du monde, il est devenu un simple spectateur, condamné à rester l'arrière-train vissé sur une chaise, forcé à regarder l'univers se débrouiller sans ses interventions.
Son frère, qui savait lire dans ses pensées mieux que personne, saisit sa main avec force et pose la tête de son petit frère, devenu muet, sur son épaule, serrant sa nuque avec force, comme pour empêcher l'ancien Lierre de s'échapper.
Des yeux de son père sortent un vrai torrent, il gémit, lui aussi, et plus fort encore. Il n'ose pas toucher son fils, il n'ose pas le rassurer, le prendre dans ses bras, dévoré par les regrets et les remords.
Lierre, le visage collé sur l'épaule de Ginkgo, ne réagit plus. Il ne réfléchit plus, il ne pense plus, il n'arrive tout simplement plus à prêter attention à ce qui l'entoure. Obstiné, il continue d'envoyer des messages à ses jambes, leur hurlant de passer à l'action et de prouver à sa famille qu'il peut encore marcher, courir et sauter.
Il se libère de l'étreinte de son frère, le visage tordu par ses sourcils froncés.
Il les frappe, il les pince, il les force à se soulever, mais rien à faire.
Comme atteint par la folie, il se jette une nouvelle fois dans les bras de son frère, et hurle de toutes ses forces contre son torse, les yeux mouillés de larmes, humidifiant son t-shirt de sa salive.

- Pourquoi ? Pourquoi ? Pourqu...

Ginkgo lui passe la main dans les cheveux, les yeux rouges, et lui fait baisser peu à peu le volume grâce à des petits chuchotements rassurants :

- Shhht, shhht, shhht....

Lierre finit par se taire, comme s'il s'endormait dans ses bras, mais continue à pleurer, serrant le bras droit de son frère avec force.

Le roi est toujours là.



Dernière édition par Lierre & Ginkgo le Mer 12 Mar 2014 - 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Pride
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : DINOSAURE ET TITAN KESKIYA
• AEA : Bao, le gorille blanc stalker et Raptor, le macareux qui se la pète.
• Petit(e) ami(e) : Il doit en rester un bout dans le frigo, va voir.

Messages : 13
Inscrit le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Jeu 27 Fév 2014 - 20:19

Chapitre 4 : End of the beginning

Hop, encore un mouvement de souris, vous voilà 8 mois dans le futur.
L'après-midi démarre au rythme des coups de Ginkgo dans un gros sac de sable rouge. Ce dernier ne recule que de quelques centimètres à chaque assaut, malgré la violence des attaques.
Lui, le Ginkgo qui avait du mal à se lever du canapé lorsqu'il y plongeait, vous fait actuellement la démonstration d'un célèbre art martial, avec une énergie étonnante, qui contraste avec sa transparence habituelle. Mais il y a une différence que vous êtes obligés de remarquer.
Ces cheveux blancs.
Vous l'aurez compris, j'essaye de vous introduire délicatement le fait que Ginkgo est devenu religieux.

Lorsqu'il l'a annoncé à sa famille, les réactions ont été diverses. Ses parents, après lui avoir posé quelques questions, ont approuvé son choix, mais Lierre... Impossible de le convaincre. Pour lui, « frère » et « religion » n'allaient pas ensemble, et il a passé toute la discussion à essayer de convaincre son frère de ne pas s'avancer dans cette voie. Malheureusement pour lui, ses arguments n'étaient pas suffisants, et son frère n'avait de toutes façons pas envie que son frère décide de son avenir.
Pour Lierre, le plus dur à accepter, dans la religion qu'est le végétisme, c'est le vœu de silence. Quoi de plus stupide que de se taire pendant une année ? Le grand arbre ne va pas vous pourrir juste parce que vous avez ouvert la bouche ! Ses relations avec son frère ont donc été un peu tendues, mais ça s'est depuis quelques temps amélioré, bien que ce ne soit évidemment pas pareil.
Un grand frère qui ne parle plus, ça dérange, surtout quand on sait qu'il partira dans un an et 7 jours. On a presque l'impression qu'il s'en va par petits bouts. D'abord, la couleur des cheveux, pop, ensuite, la langue, pop, et enfin, tout le reste.
Pop.
Ce pop, Lierre le redoute, il n'avait vraiment pas besoin de ça. Perdre ses jambes, plus son frère, ça devient trop pour lui. Du coup, il essaye de profiter au maximum, il le colle encore plus qu'avant. Il vient le chercher à l'école, tourne autour de lui avec sa chaise roulante, joue aux jeux-vidéos avec lui dès qu'ils ont tous les deux du temps libre...
Dans un sens, c'est bien, ça renforce les liens qui les unissent, mais à quoi vont ressembler les adieux, je vous le demande ?

- Gink', regarde, j'vais super vite !

Lierre est en train de faire le tour de la salle de sport, pendant qu'il est en train de s'entraîner. Les roues de son fauteuil roulant, plus adapté à un sportif participant aux jeux paralympiques qu'à un gamin de 10 ans, crissent sur le parquet de la salle. Ginkgo lui adresse un sourire, avant de se retourner et de coller un coup de pied retourné dans le ventre du sac de sable.

- Gink' !

Le combattant se retourne une deuxième fois, un peu agacé par ses interpellations à répétition, il lui demande ce qu'il ne va pas en le pointant du menton, avec un léger air fatigué. Lierre lui répond, en tournoyant sur son siège.

- T'as pas oublié ?

Le grand arque un sourcil, et commence à réfléchir sur ce qu'il devait faire aujourd'hui, avant d'abandonner avec un haussement d'épaule. Le mini Charles Xavier râle, avant de lui dévoiler avec un petit coup de pied :

- Je suis invité à un anniv', idiot ! Faut que tu m'y emmène, Mam' et Pap' peuvent pas !

Ginkgo ne réagit pas à l'agression et mime un petit bonhomme qui marche avec sa main. Lierre comprend immédiatement la question et rétorque :

- Oui, on peut y aller à pied, c'est à quelques rues, je te montrerais le chemin.

Il pointe son poignet avec énergie, apparemment pressé d'en finir et de pouvoir continuer son entraînement.

- Ben, c'est maintenant ! C'est pour ça que je t'en parle, et faut qu'on se presse, on est en retard !

Il l'a fait exprès, bien sûr. Voir jusqu'où peut aller le self-control de quelqu'un, c'est son jeu favori... Dommage pour lui, la limite de son frère est comme l'horizon : Très difficile à atteindre, et quand ça arrive...
Ça perturbe pas mal l'espace-temps.

... Or beginning of the end ?

- Gink', t'es trop leeeeeeent !

Le petit bolide fonce sur le trottoir, distançant son frère d'une bonne centaine de mètres. Ce dernier le regarde de loin, et ne se presse pas pour le rejoindre. Il a fait exprès d'être en retard, alors qu'il ne se plaigne pas, non mais.
Lierre, très peu satisfait de sa vitesse de limace, fait demi-tour, passe derrière l'ado et le pousse avec sa tête, en essayant de lui donner des ordres comme un paysan crache sur son mulet. L'animal résiste, et profite du pilier qui soutient son dos pour regarder le paysage tranquillement.
Soudain, Lierre s'arrête, manquant de faire tomber son frère, et lance, avec un ton hésitant :

- Attend, j'crois que c'est là.

Ginkgo regarde dans sa direction, et aperçoit un grand bâtiment, ressemblant plus à une école qu'autre chose. Il est calé entre 2 maisons, comme s'il s'était incrusté dans la rue pendant la nuit et qu'il essayait de passer inaperçu. Lierre traverse la route, toujours en fixant la construction :

- Il m'a dit qu'il avait une grosse maison, et il y a des ballons accrochés.

En effet, plusieurs ballons colorés dansent la farandole au rythme du vent, attachés de chaque côté de la porte principale.

- Elle est pourrie, sa maison, on dirait une maison de retraite.

Le grand frère s'avance jusqu'à la porte, et actionne la clenche, avec une hésitation visible. La porte glisse lentement avec un grincement sourd. Ginkgo jette un œil à l'intérieur, découvrant un petit bout de hall d'entrée.

- Alors ?

Il hausse les épaules, puis commence à agiter ses bras, pour lui dire en langue des signes :

« On entre, on verra bien, par contre, on laisse ton fauteuil ici, sinon ça va abîmer le parquet, il a l'air fragile. »

En vérité, le parquet n'est pas aussi fragile qu'il le dit, mais il connaît son frère. Les dérapages, les accélérations, les petits sauts, ça fait pas du bien au sol. On peut facilement en juger par les marques noires sur le carrelage de sa propre maison. Il prend donc son frère par les épaules, et le dépose sur les siennes, avant d'accrocher le véhicule à un poteau avec un petit antivol en métal.
Ginkgo gesticule une nouvelle fois :

« On est partis ? »

Lierre regarde la gueule grande ouverte du bâtiment avec une moue hésitante, avant de hocher la tête, le courage dopé par ses quelques mètres de différence.
Si jamais ils rencontrent quelqu'un, il pourra le toiser de toute sa hauteur, intouchable. Excité à l'idée de cette toute puissance, il donne une petite tape sur la tête de l'albinos :

- On n'y go, Ginkgo !

Le géant en pièce détachées rentre à pas lents, enjambant l'entrée comme un rien. La tête du géant, fascinée par l'ambiance un peu angoissante du bâtiment, crie alors :

- C'est parti pour l'aventu...

Puis les portes se ferment dans un grand bruit sourd.


Dernière édition par Lierre & Ginkgo le Mer 12 Mar 2014 - 9:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 39
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Ven 28 Fév 2014 - 17:45

Bonjour et bienvenue sur PI ~

Bon, je n'ai pas grand chose à dire ; dans l'ensemble, la fiche est correcte et remplit les critères demandés. Étant donné que la complémentarité des frères avait déjà été vue avant ton inscription, je ne reprécise pas que ça passe - il faudra juste que tu veilles à bien gérer ça en RP avec tes partenaires. AEA, passions et phobies sont très sommaires, mais comme il n'y a pas de minimum exigé ça passe. Pour les pouvoirs... Je vais supposer qu'ils ne seront jamais utilisés et servent plutôt à 'forcer' les personnages à ne pas vouloir se séparer, du coup ce n'est pas vraiment grave. Mais. Je dirais quand même que des dinosaures un tout petit peu réduits rapport à leur taille originelle seraient plus pratiques que défoncer le plafond et tuer tout le monde alentours à la moindre activation : ce serait donc mieux que tu précises ça (même si tu ne l'utilises pas, ça fera moins désordre ; concrètement ce pouvoir serait beaucoup beaucoup trop puissant sinon). Idem, un peu moins de dix mètres ce serait parfait. Si tu ne l'utilises pas, raison de plus pour que ça n'ai pas à être si excessif. Et si tu les utilises ou mentionne qu'ils en connaissent l'existence, eh bien, encore plus raison de plus ! \o/ Si, cette expression existe. Je viens de l'homologuer.

Donc à part ce détail... L'histoire était bien, aucun soucis ! Fais simplement attention, parce que tu jongles entre le passé et le présent de manière un peu dérangeante. Niveau contenu, je n'ai rien à redire ♥ C'était original, relativement détaillé ; ça passe nickel.

Ah, et simple truc parce que j'aime ça : avoir une idée plus précise de la taille de Gingko peut être pratique, mais je ne t'oblige à rien. Sachant que là, vu que j'imagine la plupart des garçons de seize ans faisant leur mètre soixante, s'il fait une à deux têtes de plus qu'eux... Je vois Gingko entre 1m80 et 2m00 au plus bas. Pour te donner une idée d'à quel point c'est large et flou. Cool

Voilà voilà ! Après ça, je pourrai te valider sans plus attendre.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Pride
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : DINOSAURE ET TITAN KESKIYA
• AEA : Bao, le gorille blanc stalker et Raptor, le macareux qui se la pète.
• Petit(e) ami(e) : Il doit en rester un bout dans le frigo, va voir.

Messages : 13
Inscrit le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Mer 12 Mar 2014 - 8:56

Bien, normalement, tout ce que tu m'as dit a été rajouté !
Pour le passé et le présent, je pense avoir corrigé le plus gros, mais je compte de toutes façons refaire ma fiche dans le futur.
Voilà, merci d'avoir pris le temps d'avoir lu ma fiche ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delicate Boy
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Nii' / MPDT
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : Ressentir les émotions des autres.
• AEA : Bilboquet. L'escargot. Le meilleur. Le plus rose.
• Petit(e) ami(e) : Iwa coeur coeur love ♥ (Mais il n'oublie pas Soren.)

RP en cours : Dysphorie en Euphorie.

Messages : 867
Inscrit le : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   Mer 12 Mar 2014 - 16:01

Parfaaaaaait ♥ Je te valide donc !

Tu peux d'ors et déjà rédiger ton premier message, qui se situera dans le Hall ; tu peux le faire soit avec un partenaire, soit en solo si tu préfères aller plus vite.

Du reste, je t'invite à passer par là :

Faire recenser ton pouvoir
Demander une chambre
Créer ton sujet de liens
Te présenter Hors-RP

Et surtout, à la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du Staff ♥ On ne mord (presque) pas et c'est toujours mieux que de rester dans le doute !

En attendant, amuses-toi bien ! \o/



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« I'm in the basement, you're in the sky ;
I'm in the basement baby, drop on by.

Hold your breath and count to ten
And fall apart and start again -
Hold your breath and count to ten,
Start again, start again... »

Voilà mon cœur ; prudence en sortant :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lierre & Ginkgo ~ The wise under the king [fiche terminée !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches acceptées-
Sauter vers: