AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shaar - Walking with beasts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nouveau/Nouvelle
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : ?
-
0 / 1000 / 100

Messages : 8
Inscrit le : 21/03/2014

MessageSujet: Shaar - Walking with beasts   Ven 21 Mar 2014 - 23:48



* Shaar


*Nom – Shaar
*Âge – 18 ans
*Né(e) – environ 27600 ans avant notre ère
?

Garde-Robe Primitive
« Shaar a volé le souffle et la force de la bête ; Shaar a bu son sang, mangé sa chair et porte sa peau. »

Shaar et les siens étaient d'excellents chasseurs qui croyaient fermement que consommer le sang et revêtir la peau d'un animal permettait d'absorber la force de ce dernier. Si on oublie le côté consommation du rituel, son arrivée dans le manoir a transformé cette croyance en un fait indéniable : il lui est désormais possible d'assimiler les caractéristiques des bêtes dont elle porte la peau. Se mettre une fourrure de loup sur les épaules est suffisant pour que ses dents deviennent des crocs, que ses ongles se transforment en griffes et que son odorat s'affine à l'extrême ; tout comme s'enrouler dans une couverture en peau de chèvre lui permettrait d'obtenir un champ de vision plus large et lui ferait pousser des cornes sur la tête !

Il faut tout de même noter qu'endosser une nouvelle peau pour la première fois n'est pas toujours facile étant donné que les forces de certains animaux peuvent révéler difficiles à contrôler, voir supporter, quand on est un être humain - qui pourrait se vanter de subitement obtenir l'odorat d'un chien sans être incommodé et de réussir à en faire bon usage sans s'entraîner ? Il ne lui est possible d'utiliser son pouvoir que sur une seule peau à la fois, combiner les forces de différents animaux étant ainsi impossible.

Sa garde-robe se compose actuellement d'une peau de chien terreur, dire wolf pour nos amis anglophones, grand loup gris pouvant peser jusqu'à quatre-ving kilos ; d'une cape primitive en plumes de teratornis, un oiseau de proie avec une envergure d'environ quatre mètres et enfin de la fourrure en poil de megatherium, un paresseux terrestre herbivore de la taille d'un éléphant craint pour sa force, ses longues griffes et sa résistance. Chacune d'entre elles apporte son lot de forces mais aussi de faiblesses et il lui faudra s'adapter à ces dernières si elle veut s'en servir correctement.

Alter Ego Astral
« Shaar ne sait pas ce que c'est, un Alter... Astral... Grumpf! »

Shaar, au début de sa vie, passait une bonne partie de son temps à discuter avec un gros caillou, un galet lisse affectueusement nommé Krac. Krac était exceptionnel : il pouvait l'écouter raconter ses histoires d'enfant des heures durant sans jamais se plaindre ni l'interrompre. Krac, ici, n'est pourtant pas une roche ordinaire : il est non seulement capable d'enregistrer tous les sons, des musiques aux conversations, qui se font entendre autour de lui, mais il est aussi capable de les restituer, parfois aléatoirement, parfois sur demande - pour peu qu'on arrive à faire comprendre à un caillou ce qu'on attend de lui. Krac semble toutefois doté d'une conscience et il se pourrait bien qu'un jour, il emprunte les voix, les mots, des personnes qu'il a enregistrées afin de formuler des phrases complexes et, espérons-le, avec autant de bon sens que celles des sages. Krac est reconnaissable entre mille grâce à la minuscule trace de main qui orne sa surface, comme quoi un galet et un peu de peinture suffisaient pour rendre mini-Shaar heureuse.

Aime
« Manger, chasser, jouer ! »

Shaar aime Rahk, une tigresse aux dents de sabre qu'elle a élevé comme si c'était son enfant et qu'elle considère aujourd'hui comme une sœur. Quant au reste, la préhistoire n'étant pas vraiment connue pour sa quantité impressionnante de mets et divertissements, elle se contente d'apprécier des choses simples, comme écouter de la... musique, on va dire, danser ou encore chasser. Jouer avec les enfants et écouter les histoires de l'ancien faisaient aussi partie de ses passe temps favoris.

Aime pas/peur de
« Reviens, soleil, reviens ! »

Si elle n'en a pas peur, la demoiselle préhistorique ne se sent toutefois pas à l'aise dans les ténèbres de la nuit, qui sont le terrain de chasse de nombreux prédateurs. Elle n'aime pas non plus les « autres humains, » les néandertaliens, qui peuvent se montrer très agressifs et n'hésitent pas à voler le fruit de ses chasses. Par contre, les forces de la nature la dépassent et lui font peur, surtout les orages et autres tempêtes qui la terrifient.



« GRUMPF »

Histoire

Hum... *tousse et décide de se la jouer voix off de documentaire animalier*

Vous vous apprêtez à faire un incroyable voyage dans le temps, un bond de 27600 ans en arrière. Au terme de votre voyage, vous atterrissez au beau milieu de la savane, un paysage qui n'est pas sans rappeler l'Afrique mais qui, en réalité, deviendra bientôt ce que nous appelons bassin amazonien ; juste à temps pour entendre les tout premiers cris de l'héroïne de notre aventure préhistorique.

Shaar, la nouvelle née en question, est venue au monde dans un endroit dangereux où même les adultes ont du mal à survivre. Le taux de mortalité des enfants est élevé et, chaque vie étant importante pour la survie du groupe, les parents veillent avec attention sur les plus jeunes. La mère de Shaar a déjà perdu un fils à cause d'une araignée venimeuse et elle entend bien redoubler de prudence : cette fois, elle ne laissera rien passer.
Quand on est une fillette curieuse, une telle surveillance n'a rien d'amusant, loin de là ! La minuscule demoiselle, durant ses jeunes années, avait cette sale manie de vouloir fausser compagnie à ses gardiens, histoire d'aller vagabonder dans la nature sauvage - sans succès, ce qui lui a permis d'atteindre ses dix ans sans incident majeur.
🍖
Shaar a désormais dix ans et dans quelques années seulement, elle sera considérée comme une adulte : il y a bien longtemps qu'elle n'est plus autorisée à jouer et à rêvasser toute la journée ! Pour le moment, même si elle aide les autres avec une multitude de corvées, ses tâches principales consistent à garder les jeunes enfants, dont elle s'occupe avec grand plaisir, et s'entraîner au maniement de la sagaie, car elle rejoindra bientôt les chasseurs sur le terrain. Si les croyances contemporaines relèguent la femme à la cueillette pendant que les mâles s'occupaient de ramener du gibier, la réalité était toute autre et notre héroïne des temps anciens n'a pas hésité une seule seconde entre les deux activités.

Si nos ancêtres étaient d'excellents chasseurs, ils partageaient leur territoire avec de terrifiant prédateurs qui pouvaient s'en prendre à eux et les dévorer si la faim les tenaillait. Il arrivait même que certains animaux sortent victorieux d'une confrontation avec des hommes armés, comme c'est le cas actuellement. Un teratornis, immense oiseau de proie, est en train de voler en cercle au dessus du clan. Il s'élance vers les adultes de temps à autres mais ceux ci arrivent à le repousser en brandissant leurs armes. Il convoite les enfants mais s'il veut en croquer un, il va devoir l'isoler du reste du groupe. Teratornis est malin, il sait bien que ses assauts répétés sont en train de semer la panique auprès des sapiens, il sait que chaque parent va s'élancer vers sa progéniture et espère que le chaos sera suffisant pour qu'un jeune soit laissé sans défense. Pari gagné : un garçon terrifié s'est éloigné du groupe, qu'il n'ose rejoindre à cause du géant, et s'enfuit à toute jambe. Sa mère l'a perdu de vue.
En une fraction de seconde, le vieux rapace fond sur sa victime, l'attrape dans ses serres et commence son ascension. Une situation de ce genre n'a malheureusement rien de rare mais, cette fois, un acte inattendu va changer le cours des évènements : Shaar, pourtant encore assez petite pour être considérée comme une proie, s'élance à la poursuite du monstre. Elle comprend qu'elle ne le rattrapera pas et décide de lancer sa sagaie vers ce dernier. L'oiseau est gigantesque mais reste très fragile et l'arme s'enfonce dans sa cage thoracique. Il lâche l'enfant, blessé mais bien vivant, avant d'aller s'écraser au sol.

Shaar vient d'abattre son premier animal et de sauver sa première vie.

Le soir même, au retour des chasseurs, un grand feu a été allumé, le groupe tout entier a mangé, chanté et dansé. Shaar est fière et heureuse, elle est le centre d'attention de la soirée et elle a l'honneur de raconter toute l'histoire aux absents du matin. Elle porte le crâne nettoyé de l'oiseau sur la tête et les plumes de ce dernier sur son dos, les adultes lui ayant confectionné une cape pour la récompenser de son geste héroïque. Elle imite le terrible rapace et court derrière les enfants en faisant semblant de battre des ailes, mettant en scène une véritable pièce de théâtre primitive qui provoque de nombreux rires et lui rapportent des applaudissements. La mère du jeune rescapé est heureuse, l'ancien a désormais une nouvelle histoire à raconter aux futures générations et le chef, satisfait de ce qu'il voit, vient de prendre sa décision.

Demain, Shaar les accompagnera pour sa première chasse.
🍖
Avoir treize ans dans ce monde préhistorique n'est pas une mince affaire : à cet âge, on est enfin reconnu comme un adulte à part entière et si on se contentait jusque là d'aider les plus grands, désormais, le destin du groupe repose sur nos épaules. Faire vivre son clan et le protéger n'est pas suffisant, il faut aussi l'agrandir. Quand on veut faire perdurer son espèce, après tout, se reproduire est indispensable. Si Shaar semble encore bien trop jeune à nos yeux pour porter un enfant, il faut savoir que nos ancêtres avaient une espérance de vie minuscule, les trente ans de l'ancien en font d'ailleurs un fossile vivant, et leurs mœurs sont, par conséquent, bien différents des nôtres.
Shaar se sent en tout cas définitivement prête à avoir un enfant, son enfant. Si elle était chargée de garder les tout petits avant de devenir chasseuse, c'est parce qu'elle a toujours été folle de ces charmants bambins et donner naissance à l'un d'entre eux a toujours été son rêve, un objectif qu'elle est sur le point d'atteindre. Qu'elle est supposée être sur le point d'atteindre, du moins. À vrai dire, pressée de concevoir son enfant, la jeune fille s'est déjà offerte à plusieurs chasseurs pour qui elle n'avait aucun sentiment, mais si les ventres d'autres femmes s’arrondissent bien vite, le sien reste désespérément plat malgré ses nombreux essais. Alors que ses partenaires commencent seulement à s'interroger, notre demoiselle, elle, est en train de réaliser que peu importe le nombre de tentatives, elle n'aurait jamais d'enfants.

Un véritable drame, autant pour elle que pour le reste du groupe dont le nombre ne cesse de se réduire au fil des ans.

Sécher ses larmes et retrouver sa joie de vivre est difficile quand on s'aperçoit que son vœux le plus cher est irréalisable mais le clan est en si piteux état que, poussée par son sens du devoir, notre jeune amie décide de reprendre les armes et redoubler d'efforts sur le terrain de chasse : à défaut d'aider le groupe à grandir, elle fera de son mieux pour aider les membres actuels à survivre.
Plusieurs mois s'écoulent, les chasses s'enchainent et notre demoiselle devient l'un des meilleurs éléments du groupe ; les prises se font de moins en moins rare et les amis commencent à les suivre dans leurs battues. Pour nos ancêtres, les amis sont de grands loups qui, même s'ils ne sont pas domestiqués, suivent les groupes humains et les aident à rabattre leurs proies à condition de partager le butin. Une collaboration naturelle qui, selon l'ancien, existait déjà bien avant sa naissance.

Une chasse aussi prolifique attire forcément les charognards mais aussi d'autres grands carnivores et il vaut mieux savoir défendre ses proies face à ce genre de carnassiers. Shaar vient de d'en faire l'expérience à l'instant : un énorme tigre à dents de sabre est sorti des hautes herbes et a tenté de s'emparer de la carcasse du cheval qu'elle venait d'abattre. Un smilodon seul face à quelques loups et humains ne semble pas être une bien grande menace mais ces animaux, gros comme des lions, pouvaient peser jusqu'à cinq cent kilos et le rugissement terrifiant de celui-ci avait de quoi repousser même les plus téméraires. Habituellement, face à autant de défenseurs, le félin aurait dû s'incliner mais celui-ci, apparemment désespéré, refuse de s'écarter du cheval. Il se montre tellement agressif que les sagaies volent dans sa direction et deux d'entre-elles se fichent dans son côté, le blessant mortellement et le forçant à tourner les talons.
Shaar et les deux propriétaires des armes, sachant très bien que la bête ne survivrait pas à ses blessures, décident de la suivre jusqu'à son repaire et d'attendre la fin de son agonie afin de récupérer leurs armes. Ils découvrent les cadavres de plusieurs bébés près du corps du tigre à dents de sabre, ce qui explique son comportement agressif : le terrible félin était une femelle qui cherchait à tout prix de quoi nourrir sa progéniture, qui n'avait pas compris qu'il était déjà trop tard.
C'est en tout cas ce que nos trois humains pensaient jusqu'à ce que de légers miaulements se fassent entendre, ceux d'un bébé maigre et chétif, à bout de force, que la troupe avait pris pour un cadavre. Un chaton sans mère, qui n'a absolument aucune chance de survie dans ce monde hostile. Un chasseur veut l'achever, pour lui épargner une lente agonie. Shaar refuse de le laisser faire et s'en va ramasser le bébé, qu'elle nomme Rahk, la grande amie.

Une mère sans enfant d'un côté, un enfant sans mère de l'autre : dans ce genre de situation, l'instinct maternel prends toujours le dessus, peu importe l'espèce.
🍖
Shaar va bientôt avoir dix-huit ans et Rahk en a bientôt cinq, c'est maintenant une belle femelle de trois cent kilos très câline dont notre héroïne s'est occupée comme si c'était sa propre enfant. Si la tigresse aux dents de sabre s'en est bien sortie, ce n'est malheureusement pas le cas du groupe. Il s'est bien développé quelques années plus tôt mais la maladie a balayé le clan et aujourd'hui, les survivants sont très peu nombreux. Sa mère est morte, l'ancien aussi. Il ne reste que trois chasseurs, à savoir le chef du clan, un jeune garçon et notre demoiselle. Les amis les ont abandonnés et les proies faciles se font de plus en plus rares. Quelques individus restent au camp, mais ils s’affaiblissent jour après jour et si notre trio ne ramène pas un nouveau stock de viande aujourd'hui, la survie du groupe sera fortement compromise.
Shaar et ses deux collègues ont repéré une énorme masse de muscles et de poils, un megatherium, en train de se régaler de la végétation. Il n'existe aucune proie plus compliquée à tuer que celle-ci, car elle ne craint ni l'homme ni ses armes : de nombreuses plaques osseuses sont disséminées sous sa peau, le protégeant des attaques comme le ferait une cotte de maille. Pour mettre à terre une bête aussi forte, il faut redoubler d'ingéniosité. Shaar, très rusée, a mis au point une stratégie. Le chef et le jeune garçon s'en vont titiller l'animal de front, tentent de le piquer avec leurs sagaies, mais ce dernier se dresse sur ses pattes arrières et les domine sans aucun soucis. Un seul coup de griffe peut tuer un homme adulte sur le coup. Il faut faire attention et continuer de l'énerver assez pour le pousser à attaquer. Au bout de cinq bonnes minutes, le megatherium décide de charger nos deux compagnons. Fort heureusement, ce monstre n'est ni rapide, ni endurant. Sa course le fatigue et les chasseurs ont réussi à l'attirer sous un arbre, où Shaar et Rahk attendent leur heure. Perchées sur une grosse branche, elles décident de sauter sur l'animal exténué et arrivent à le renverser. Shaar arrive à éviter un coup de griffe in extremis et plante sa lance dans la gorge non protégée du mammifère géant, pendant que la tigresse y plante ses fameux sabres. Ce soir, il y aura assez de viande pour tout le monde. Un animal aussi gros pourra tous les nourrir pendant au moins deux semaines.

C'était malheureusement sans compter sur les néandertaliens.

Ces autres humains, rescapés du froid polaire du nord, sont descendus vers le sud et, étant eux-même sur le déclin, n'hésitent pas à s'attaquer à tous les sapiens qu'ils croisent sur leur route en espérant voler leur nourriture.
Voilà trois jours que notre groupe vit sur leurs immenses réserves et, comme vous pouvez vous en douter, une telle abondance a fini par attirer les néandertaliens. Ces derniers passent à l'attaque, tuent sans pitié tous ceux qui leur tombent sous la main. Ils sont plus petits mais bien plus forts que nos ancêtres. Une attaque surprise inattendue sur un groupe affaibli a de fortes chances de succès et, incapables de se défendre, nos humains ont tout simplement pris la fuite. Les petits hommes les ont poursuivis mais notre jeune fille et sa compagne féline ont courageusement décidé de couvrir les arrières du groupe. Forts ou non, face à la masse menaçante d'une tigresse aux dents de sabres, les derniers néandertaliens font pâle figure et, tout agressifs qu'ils furent, ils n'osèrent pas se frotter de trop près au duo. Ils avaient gagné, inutile de sacrifier inutilement des membres de leur groupe.
🍖
Shaar a dix huit ans maintenant et depuis l'attaque des néandertaliens, elle a été séparée du groupe qu'elle cherchait à protéger. Malade et affaiblie, chasser est devenu très difficile. Elle tente sans relâche de traquer la piste de son groupe, en espérant que ce dernier a su survivre sans elle, mais peu importe la direction qu'elle prend, elle semble être la seule humaine des environs. Heureusement pour elle, Rahk reste toujours à ses côtés et lui rapporte de petits animaux à manger.

Exténuée, brûlante de fièvre, elle en a même perdu l'appétit et passe le plus clair de son temps à dormir contre sa féline de gardienne. Chaque nuit qui passe la rapproche un peu plus de l'inévitable et, si l'univers n'était pas aussi étrange, rien n'affirme qu'elle aurait survécu au lendemain.

Demain, pourtant, c'est un immense manoir qui se dressera devant elle à son réveil et sa curiosité naturelle aidant, même dans son état, elle ne résistera pas à l'envie d'explorer cet endroit inexplicable.

Caractère


« Shaar est Shaar ! »

Shaar a beau être un petit bout de femme préhistorique, elle n'en reste pas moins intelligente et rusée même si sa culture se limite aux mœurs de son clan ; ce qui exclus même la lecture et l'écriture.

« Shaar manger l'écriture. »

Heee... hum.. venant tout droit de l'aube de l'humanité, elle est évidemment tout sauf délicate et raffinée, puis ce n'est pas non plus comme si elle avait la moindre notion d'intimité ou de pudeur, ce qui est normal au vu de son ancien mode de vie.
Au fond, à nos yeux, elle est comme une enfant extrêmement naïve et curieuse coincée dans le corps d'une adolescente, une enfant qui a encore tout à apprendre du monde, des mondes ; une enfant qui ne pense qu'à s'amuser, avec un don extraordinaire en matière de bêtises et qui adore faire la fête - surtout si ça implique de danser autour d'un grand feu ou de sauter par-dessus ce dernier.

Paradoxalement, notre simplette des temps anciens est une fille très fiable, qui est prête à tous les sacrifices pour le bien de ceux qu'elle considère comme les membres de son clan, comme sa famille - elle a d'ailleurs du mal à faire la distinction entre famille et amis. Si le bien être ou la sécurité d'un enfant est en jeu, elle redoublera même d'efforts et fera preuve d'une sauvagerie primitive terrifiante si le besoin s'en fait ressentir. Nos charmantes têtes blondes représentent énormément de choses à ses yeux, de la survie du groupe à un bonheur inaccessible, et se montrer cruel envers l'un d'entre-eux est une véritable déclaration de guerre ; c'est d'ailleurs assez drôle de la voir tenter de s'en occuper, surtout quand on sait qu'elle fait autant de bêtises qu'eux et n'est elle-même qu'un gros bébé.

Au fond, sous ses airs de sauvageonne farouche, Shaar est une fille vive et sociable mais il vaut tout de même mieux éviter de la laisser sans surveillance si on ne veut pas en voir de toutes les couleurs !

Physique

« Shaar grande, forte et féroce ! »

Shaar n'a certes pas l'air très impressionnante du haut de son mètre soixante, mais il ne faut tout de même pas oublier qu'elle chassait encore des monstres préhistoriques de plusieurs tonnes peu de temps avant son arrivée au manoir - sa musculature fine et discrète ainsi que ses cicatrices attestent d'ailleurs de son dangereux mode de vie.
Shaar n'est ni frêle ni fragile et s'en prendre à elle est une très mauvaise idée, parce qu'elle ne se laisse jamais insulter ou marcher sur les pieds et sait se montrer violente si on l'embête un peu trop - gare aux yeux au beurre noir et autres griffures !

Son visage encore un peu rond est encadré de cheveux noirs, lisses et courts ; cheveux coupés grossièrement avec un silex tranchant histoire de mieux supporter la chaleur de la savane américaine. Quant à ses yeux verts et ses canines proéminentes, ils lui donnent définitivement un air sauvage, presque animal. Qu'elle soit préhistorique ne change rien au fait qu'elle fait partie de notre espèce et qu'on peut sans problème la qualifier de jolie, même selon nos standards actuels ; encore qu'on pourrait déplorer une hygiène moins rigoureuse que la nôtre - il faudra d'ailleurs la forcer à prendre des bains et douches régulièrement si on ne veut pas être incommodé par son odeur.. d'un autre âge.
Au moins, grâce à ses outils rudimentaires et surtout sa faible pilosité naturelle, elle a les jambes et les aisselles lisses ; et à en croire nos fameux standards actuels, ne pas exhiber une fourrure de yéti est fort apprécié. Puis bon, vu le climat de sa terre natale, c'était tout aussi bien à son époque.

Exhiber est le mot, car ses tenues vestimentaires se limitent à un petit pagne autour des hanches et.. et c'est tout ! Pour elle et les sien, ce minuscule vêtement était considéré comme une simple décoration et se promener sans, même si moins drôle, n'avait rien de bien terrible. Shaar est d'ailleurs assez coquette : non contente de se promener avec un collier en dents de prédateurs autour du cou, elle aime se peindre des motifs sur le corps, motifs qui ne sont pas sans rappeler les peintures de guerre que nous connaissons tous bien - une coutume propre aux chasseurs.

Fort heureusement, il lui arrive de s'enrouler dans ses peaux, cachant ainsi ses attributs féminins supérieurs, mais ces moments de pudeur restent bien trop rare ; c'est pourquoi il serait bon de lui enseigner la notion de vêtement telle qu'on la connait, même si la mission risque de s'avérer très difficile - à moins que la vue vous plaise et dans ce cas c'est tant mieux pour vous.



Informations Hors-RP
Avez-vous bien lu les règles ? Règles ? Ça se mange ? { Ho ho ho ♥ } - Nii'
Où avez vous trouvé ce forum ? Je blâme toute une série de gens skypesques, ils se reconnaîtront. D8
Est ce votre premier perso...
♦ ...Dans un forum RP ? Nee!
♦ ...Dans ce forum ? Ja ! Premier bonhomme ici. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau/Nouvelle
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : ?
-
0 / 1000 / 100

Messages : 8
Inscrit le : 21/03/2014

MessageSujet: Re: Shaar - Walking with beasts   Lun 26 Mai 2014 - 20:55

J'ai enfin fini ma fiche, après avoir honteusement laissé trainer ça durant des mois ;;
Je me suis déjà roulé dans les orties une bonne demi heure en guise d'auto-punition mais si ce n'est pas suffisant, fouettez-moi ou balancez-moi dans la marmite et mangez-moi avec des petits oignons D'8

Voilà voilà ;;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Cyberpathie
Messages : 1412
Inscrit le : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Shaar - Walking with beasts   Mar 27 Mai 2014 - 17:24

Heeeeeey ! Yeaaaah ! Félicitations pour avoir fini ta fiche *-* Et pourquoi blâmer ces braves personnes, roooh ? Tu n'es pas gentil. *le taptap*

Alors, allons allons, sans plus attendre je vais m'occuper de ta fiche de façon administrativement correcte. Regarde et admire.

Tout d'abord, le code a été validé par Nii' ! Je lui fait donc confiance et estime que c'était bel et bien le bon. Ensuite ... eh bien. Je n'ai vraiment pas grand chose à dire ! Quoi que tu en dises, ta fiche est cool et m'a bien fait rire (le physique. tu me tueras.). J'avais quasiment l'impression de regarder un documentaire animalier, avec la petite voix off et tout ! Bref, c'était agréable et bien mené.

Sans plus attendre, je me vois donc obligée de te valider ! BIENVENUE OFFICIELLEMENT \o/

Tu peux dès à présent commencer le RP en partant du Hall d’entrée. Je t'invite aussi à :

~ Déclarer ton pouvoir.
~ Demander une chambre. (Quoique dormir dans le cimetière ne lui semblerait-il pas plus confortable ? /meurt/)

La partie Hors-jeu t'est aussi ouverte ! Pour te présenter, t'incruster dans le flood, ce genre de choses ... Je t'y attend, hein ! D8<
Oh, et tu pourrais d'ailleurs aussi :

~ Créer une fiche de lien pour Shaar.
~ Demander des RP.
~ Lui faire un Journal.

Ce n'est pas obligatoire, mais ça reste cool. De toute façon, je te fais confiance ... Et sinon, je te taptap :I
Si tu as des questions ou quoi, tu sais où me trouver ! Alors bon jeu parmi nous, en espérant que tu t'amuses bien /o/



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



ESC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: Shaar - Walking with beasts   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shaar - Walking with beasts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre :: Fiches acceptées-
Sauter vers: