AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N'est-ce pas ironique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire


+
Féminin Pseudo Hors-RP : Taraneecook
-
0 / 1000 / 100

• Age : 17
• Pouvoir : Quand je touche quelqu'un je prends son pouvoir jusqu'à ce que j'en touche une autre :P
• AEA : On va dire un éléphant qui n'apparaît malheureusement jamais x)
• Petit(e) ami(e) : JE SUIS UN HOMME !!!!!

Messages : 13
Inscrit le : 22/11/2014

MessageSujet: N'est-ce pas ironique ?   Mar 25 Nov 2014 - 21:32

Je courais à perdre haleine, l'adrénaline affluant dans mes veines. La seule chose à laquelle je pensais: fuir. Je voulais un endroit où je pourrais me reconstruire... Je souhaitais vraiment...
La paix.
Cette chose qui m'avait été retirée depuis si longtemps, à laquelle je tenais tant. Je souhaitais avoir un endroit où je pourrais changer totalement. Où je pourrais aspirer à une vie tranquille.
Vous ne me croiriez pas, si je vous disais que je l'avais découvert. Cela est donc le début de mon histoire...



Après une course poursuite endiablée je m'arrêtais devant une bâtisse scolastique sans aucun doute précaire et au bord de l'écroulement. Après l'avoir bien étudié, je changeais d'avis. Pour un vieux bâtiment, il était plutôt bien conservé. Des fissures se tapissaient dans des recoins qui échappaient à nos yeux trompeurs. Quelques brèches invisibles tentant de se tapisser tant bien que mal entre les briques faisaient dégager un certain charme de cet endroit isolé du monde. Elle était d'une envergure peu commune. Entourée d'une faune et d'une flore verdoyante illuminée par la lumière d'un coucher de soleil digne de ce nom, pas besoin de vous faire une hypotypose : Si on devait décrire la végétation de cet endroit en un mot, ce serait sans aucun doute "Magnifique", le fait qu'elle entoure le bâtiment donnait une impression de sérénité. Cela pouvait être un détail trivial pour certain, mais, les lieux qui me paraissaient paisible étaient ceux auxquels je m'attachais le plus. Tomber sur un lieu comme cela en pleine forêt c'était bien un événement séculaire. En plus d'être calme, il dégageait une aura étrange, à la fois attirante et répulsive, enfin, c'était ainsi que je voyais cet endroit.

Je me retournais en me demandant s'ils étaient encore à ma poursuite. Je n'en étais pas sûre, mais ce calme fluctuant n'allait pas s'estomper pour le moment. Je décidais de pousser la porte de ma future cachette, posant un pied dans ce lieu. J'entrais dans un hall très esthétique, avec un escalier, mais je ne fis pas trop attention à la déco. D'un pas peu assuré, j'avançais jusque un panneau de liège s'accordant tellement au décor que je ne l'avais pas remarqué. Je pouvais, là-dessus, lire quelques feuilles avec des inscriptions diverses. Je parcourais rapidement le texte, cela ne m'intéressait pas, ce genre de mises en gardes ou d'avertissement des passants. Une question me vint alors à l'esprit ? Cet endroit était-il habité ? Je ne percevais pas un son, sauf celui du vent qui soufflait dans mes cheveux et mes oreilles. Avant d'entrer, je devais savoir si quelqu'un vivait ici, quoique, c'était tellement grand que plusieurs personnes devaient y vivre. Je soupirais, je devais me dépêcher de choisir. Pour m'aider dans ma piste, les papiers accrochés sur le panneau allaient pouvoir m'aider. Je révisais alors mon jugement de tout à l'heure et me mit à en lire un.

Je bloquais sur certains mots d'une certaine "Periple Skye"
"Je vous souhaite la bienvenue, en tant que pensionnaire, dans votre nouvelle et éternelle demeure."
C'était donc un ancien pensionnat sans doute abandonné... Les pensionnaires n'aimaient tellement pas ce lieu qu'ils trouvaient l'attente jusque la fin de leur scolarité éternelle. Toutefois, étreinte par la curiosité, je me décidais à lire la suite... Cette fille délirait sans doute car elle nous parlait d'un lieu qui était à la fois magique et une prison, c'était assez étrange. Elle parlait du fait qu'une fois dans ce pensionnat, nous avons des pouvoirs. Sois disant, nous allions rester dans ce lieu toute notre vie. C'était simplement ridicule. Toutefois, je m'intéressais à ces dires, donc je décidais de lire une autre feuille. Elles étaient au nombre de trois. La seconde feuille avait était rédigée par une certaine "Kyoko Maeda", japonaise sans doute. Une vague de souvenir me traversèrent l'esprit sur l'histoire de mon nom et mes origines... Mon grand père paternel... Je m'empressais de lire son papier afin de ne pas m'attarder sur ces pensées inutiles. Elle avait l'air joyeuse dans sa manière d'écrire. Toutefois, elle racontait les même inepties que cette Skye... "L'intérieur nous manque et tout". Je m'arrête à cette ligne, car cela me fit sourire. "Ah oui ? On ne peut plus sortir ?" Me dis-je alors en me tournant vers la porte. Je tournais la poignée dorée et fut surprise que cela ne s'ouvrit pas. "Non... C'est pas vrai... C'est pas possible..." Je réessaie m'acharnant violemment sur la poignée. Pourquoi cela ne fonctionne t-il pas !? Cela est-il donc vrai ? Mon coeur se met à tambouriner, j'ai beau être recherchée par la police et vouloir me cacher, je ne veux pas me cacher à vie !

-JE REFUSE !!!!

Après avoir essayé pendant une dizaine de minutes, je finis par abandonner. Toutefois, je ne me résigne pas à cela, je VAIS sortir, je DOIS sortir. Et pourquoi ? Y'a t-il quelqu'un qui t'attends dehors ?! Cette petite voix dans ma tête pose toujours des questions telles que celle-ci. Ça ne me plaît pas, ça ne m'a jamais plu. Personne ne m'attends, hors de ce lieu, mais je veux être libre. Je ne suis pas un animal que l'on enferme en cage ! Et je ne le deviendrais pas ! Tu sais déjà que c'est terminé pour toi. Non, ça n'est pas finis. Je me retourne vers le panneau en toute hâte et lis les inscriptions atypiques aussi rapidement que je le peux et comme si ma vie en dépendait. Je revins sur les propos de la dîte Skye, me disant qu'au final elle avait peut-être raison. Mais dans ce cas là, quels étaient les pouvoirs dont elle parlait ? N'y avait-il pas le pouvoir de sortir ? Ou de détruire les murs de cet endroit ? Non. Ils ne sont pas stupides. Ils ont dû y réfléchir. Cette fichue voix avait toujours raison. Je reculais vers la porte et me laissa tomber contre celle-ci. Comment pouvais-je me réjouir ? Si tout cela était vrai, certes, j'avais trouvé un éternel refuge, certes, mais mon refuge était la prison que je voulais éviter. N'était-ce pas ironique ?

Je ne savais pas comment le prendre. Tout n'était pas fini. Il fallait que j'explore cet endroit, en restant sur mes gardes. Désormais, une nouvelle vie s'offrait à moi et je n'avais pas le choix que de la prendre. C'était horrible. C'était réel. Le pire, c'était que c'était horrible et réel à la fois.
J'étais désormais emprisonnée, mais j'étais désormais libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

N'est-ce pas ironique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Hall d'Entrée-
Sauter vers: