AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : ELLE T'ILLUMINE
• AEA : TAMERE
• Petit(e) ami(e) : TOUT LE MONDE

Messages : 49
Inscrit le : 09/02/2014

MessageSujet: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Lun 26 Jan 2015 - 22:41

Nikephoros ne savait pas jouer du piano, c’était un fait. Elle n’avait jamais appris à jouer d’aucun instruments, n’avait ni l’oreille, ni les doigts musicaux, ni même l’intérêt, et pourtant elle essayait encore. 

Dès les premières secondes, dès même que ses doigts s’étaient posés sur les touches du majestueux piano, elle aurait dû abandonner. Le son qui sortit du coffre du piano était une telle cacophonie qu’on en aurait douter son origine humaine. Le son du piano était pourtant censé être joli, mais entre les mains de la métisse, le pauvre se mourrait en crachant avec peine les notes qu’elle lui ordonnait de prononcer. Et pourtant, comme si elle avait été sourde à sa peine (et à la sienne), elle continuait bravement à torturer l’objet, ses doigts et ses oreilles.

Elle se rendait compte, bien entendu, qu’elle était une piètre interprète, pour ne pas dire qu’elle était inhumainement nulle à la tâche, toutefois elle persistait, bien heureuse que le salon lui appartienne en cette belle journée ensoleillée. La plupart des pensionnaires avaient préféré l’errance ou une bonne promenade dehors, ce qui lui permettait de squatter en toute légalité l’endroit pour y pratiquer sa séance de torture.

La métisse se demandait vaguement comment il était possible d’être si nulle au piano alors qu’elle avait soigneusement appris les touches et suivait (plus ou moins) une partition. Elle avait essayé de faire du freestyle à l’origine, mais après plusieurs minutes d’essais peu concluants qui lui avait détruit aussi bien le moral que les oreilles, elle avait finit par fouiller la pièce pour dénicher une partition qui ne lui semblait pas trop compliqué. Ahah. Pas trop compliqué. La bonne blague. Elle pouvait à peine aligner trois notes sans faire la grimace. De plus, ses longs doigts restaient rigides et refusaient de se plier à ses quatre volontés, les traîtres. Elle qui les avait si bien traités toute sa vie (sauf la fois où elle les avait explosé sur le panier de basket ou les nombreuses fois où elle les avaient coupés dans la cuisine, ou encore cette fois où… bon, okay, peut-être qu’elle n’avait pas si bien pris soin d’eux).

Dans un excès de rage qui ne lui ressemblait pas trop, à bout de patience, elle abattit violemment ses dix doigts sur les touches, ce qui eu pour résultat de faire le son le plus immonde au monde, mais aussi de lui éclater bien comme il se fallait ses pauvres doigts qui n’avaient rien demander. Fantastique idée Nikephoros, bravo. 20 sur 20, u tried.

Elle lâcha un long gémissement de douleur avant de s’éclater la tête sur le rebord du piano dans un dernier excès de désespoir.

C’était injuste, pratiquement toutes ses connaissances dans le monde réel était au moins un minimum bon au piano. Même Pia n’était pas trop mauvaise avec ses toutes petites mains de naines, alors elle, avec ses grands doigts de pianistes, elle devrait au moins pouvoir jouer une petite mélodie de rien du tout.

Nikephoros laissa ses cheveux recouvrir son visage tandis qu’elle fermait les yeux lors d’un long soupire particulièrement dramatique, digne des plus grandes pièces de théâtres. Un jour, elle se le promettait, elle arriverait au moins à jouer Twinkle Twinkle Little Star. Un jour.

Peut-être que si elle restait assez longtemps la tête sur le piano, ça allait finir par rentrer. L’endroit était magique après tout, il pouvait faire un petit effort pour elle, non? Elle avait pas mal bavé déjà, c’était l’heure de lui faire un cadeau.

Et puis, entre objets, ils devraient pouvoir se comprendre.

bro:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 41
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Mar 28 Avr 2015 - 23:35

Leftie, s'il n'était pas l'homme le plus équilibré qui soit – il voulait bien admettre avoir quelques légers problèmes – restait du moins doté d'un sens pratique indéniable. Il savait que paniquer ne servait à rien. Qu'il fallait savoir tirer le meilleur des situations à priori désespérées. Ne jamais perdre espoir, admettre ses faiblesses. Protéger le plus important et si besoin est abandonner le reste. En matière de survie, il ne pensait pas être le pire spécimen qui soit ; il ne prenait certainement pas les bonnes décisions à tous les coups mais tant qu'il réussissait à rester calme et composé, on pouvait attendre de lui des réactions relativement maîtrisées, logiques, sensées.
Il ne prétendait pas, bien entendu, être capable d'agir en héros : difficile d'affirmer qu'il aurait instinctivement mis sa vie en danger pour sauver celle d'un autre. On ne sait pas de quoi on est fait avant d'avoir sauté dans le vide – quelque chose comme ça. En d'autres termes, il ne pourrait jurer en avoir la capacité qu'après l'avoir fait. Inutile de préciser qu'il espérait ne jamais se retrouver dans une telle situation.
D'un autre côté, songea-t-il en enfonçant avec application le tournevis dans un des interstices de son téléphone, il ne pensait pas se retrouver un jour enfermé dans un endroit supposément magique avec d'autres personnes plus ou moins normales. C'était arrivé, pourtant.
Oh, il ne fallait pas croire. Lui aussi avait essayé de trouver des explications pouvant donner un sens à ce délire collectif. Il avait d'abord songé à l'hypothèse d'une institution quelconque, mais l'absence de soignants l'en avait vite détourné ; même dans la pire des institutions privées s'amusant à lobotomiser les patients dont les proches n'avaient pas de quoi payer (si, il savait que ça existait – il le savait) il y aurait eu des infirmiers, des docteurs, des psy... Bref, des adultes. Ce dont l'endroit semblait cruellement manquer. Ce qui l'avait amené à l'hypothèse numéro deux : une expérience douteuse. Non, il ne se souvenait pas avoir été amené là ni avoir été choisi pour quoi que ce soit. Cependant, ce n'était pas suffisant pour rendre cette possibilité tout à fait caduque. Sa mémoire, quoi qu'il aurait préféré ne pas devoir se l'avouer, n'était pas exactement fiable. Le seul problème à cette explication, rationnelle quoi que fantaisiste, résidait dans le fait que personne ici n'avait de souvenir d'avoir été amené là. Douter de ses souvenirs était une chose ; douter de ceux d'une centaine de personnes en était une autre. S'ils avaient tous eu un blanc dans leur mémoire entre tel moment de leur vie et leur réveil ici, la théorie de l'enlèvement pour quelques raisons qu'elles soient aurait paru logique sinon crédible : seulement lui comme d'autres – pour ne pas dire tout le monde – étaient entrés en croyant pousser une toute autre porte.

Ou alors ils étaient entrés dans un bâtiment inconnu jusqu'alors. Ce qui ne l'avançait pas beaucoup plus. Au même titre que les portes ne s'ouvrent pas sur des dimensions étranges, les manoirs n'apparaissaient pas n'importe où selon leur bon vouloir. On qualifiait certaines agglomérations de champignons, d'accord, mais là c'était quand même le niveau au-dessus.

Vaincu plus qu'énervé, Leftie enfonça violemment le tournevis dans l'appareil. Après avoir tiré quelques bruits d'agonie à l'objet, il poussa un soupir ; se dirigea vers la fenêtre et, sans plus d'entrain, le jeta aussi loin que possible. Ses talents incontestables de volleyeur eurent beau faire disparaître le coupable à une distance fort respectable et lui valoir quelques regards de la part des personnes se promenant dans le parc, il fut incapable de s'en réjouir.
Bras glissés dans sa veste brune, paquet de cigarettes en poche, il ferma la porte derrière lui comme l'on tirerait le rideau sur une vérité indésirable.

Il revient toujours.

Le son de ses pas, noyé par celui de ses pensées, le rassura autant que tout bruit de fond familier l'aurait fait ; la sensation de ses chaussures contre le sol ou celle de ses doigts contre la tapisserie étaient autant de morceaux de scotch maintenant sa réalité en place. Quand il allait bien, il ne les remarquait même pas. Quand il allait mal, ils n'étaient plus là.
C'était donc dans ces moments de douce hésitation que, paradoxalement, il se sentait le plus vivant.
Même si ses nerfs à vif ne partageaient que difficilement son avis.

Pris d'un violent sursaut, Leftie cacha ses oreilles comme par réflexe lorsqu'elles furent agressées par ce qu'il imagina être une symphonie jouée au marteau ; ça ou un piano venait de s'écraser au sol, au choix.
Le cœur affolé, sourcils froncés plus qu'ils ne l'étaient déjà d'habitude, le jeune homme ramena prudemment ses bras contre sa poitrine. Avança jusqu'à la porte du salon. Il n'était vraiment, vraiment pas certain que chercher la source d'un bruit bizarre était conseillé : ce qui ne l'empêcha pas d'appuyer sur la clenche et, sans un bruit ni le moindre grincement, de faire pivoter le battant jusqu'à mi-chemin.
Debout dans l'entrée, une main sur la porte, il embrassa la pièce du regard.
Bon. Quelqu'un était affalé sur le piano. D'accord. Ça n'avait rien d'une situation critique, à priori.
Le problème étant que d'ici et sous cet angle, ce quelqu'un aurait pu être sa propre mère et avoir succombé à un arrêt cardiaque qu'il aurait été bien incapable de s'en rendre compte.

« Euhm... » Comme ça, si l'artiste (ou cadavre) en devenir ne l'avait pas déjà entendu, c'était fait. « J'ai entendu un bruit horrible. Ça va ? »

Il n'allait quand même pas s'approcher pour vérifier.
L'idée qu'il puisse avoir qualifié l’œuvre de toute une vie de « bruit horrible » ne le chatouilla qu'un instant ; il avait beau ne pas être musicien, il savait tout de même distinguer les notes censées sortir d'un piano de celles que l'on arrachait violemment et sans aucun savoir-faire. Il y avait des limites à l'expérimental.

Hors RP :
 



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : ELLE T'ILLUMINE
• AEA : TAMERE
• Petit(e) ami(e) : TOUT LE MONDE

Messages : 49
Inscrit le : 09/02/2014

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Mar 2 Juin 2015 - 23:05


Pour être tout à fait franche, l’espace d’un instant, Nikephoros cru bien qu’elle allait se transformer en lampe de chevet, là, sans prévenir; heureusement pour elle et son interlocuteur, la surprise prit le pas sur l’embarras.

« Euhm... J'ai entendu un bruit horrible. Ça va ? »

Elle s’était redressée si rapidement qu’elle en avait la tête qui tournait et était momentanément persuadée d’avoir une commotion cérébrale -que cela soit possible ou non, personne n’aurait pu lui dire. Bref, elle était mal, et c’était probablement ce qui la sauvait de sa miraculeuse transformation. 
La métisse n’était même pas offensée par la description - exacte qui plus est- de ses talents de pianiste. Elle n’en avait ni la force ni la conviction. De toute façon, elle aurait eu l’air plus crédible à soutenir qu’elle ne faisait qu’1m70 et que tout était une illusion d’optique que dire qu’elle était une très talentueuse pianiste, franchement.

La jeune femme se retourna tout aussi rapidement, se prenant, au passage, ses propres cheveux dans la figure tandis qu’elle essayait d’afficher un large sourire dans la direction générale de la voix, comme pour rassurer la personne que oui, tout allait bien. Sauf qu’elle ressemblait plus à une vision d’horreur qu’une jeune femme correcte en ce moment même. Si la personne la prenait pour le fantôme d’une pianiste décédée, elle ne devait surtout pas être surprise. 
Bien heureusement, elle dégagea d’un geste pratiqué ses cheveux de son visage, son regard vagabond se posa finalement sur le jeune homme qui se tenait, probablement incroyable perplexe, à côté de la porte. S’il l’avait refermer, elle n’aurait pas non plus été particulièrement offensée, mais vraiment, quand l’était-elle?

« Heeeey, fit-elle, large sourire idiot peint sur les lèvres. Désolée que tu ailles entendu ça, mes talents laissent à désirer. »

Ou plutôt ‘j’ai aucun talent’, mais ça faisait un peu trop radical et au fin fond de son coeur, elle n’était pas tout à fait prête à admettre sa défaite face au piano.
Bon, rapide tour du propriétaire. Sexe masculin -probablement-, plutôt grand -probablement-, cheveux blonds -probablement-, yeux clairs -probablement-, pas hideux - sûrement. Elle venait aussi très probablement de le traumatiser à vie. Pauvre chose. Elle plissa les yeux comme pour mieux distinguer les détails; difficile de tout bien voir vu qu’il était toujours debout, raide comme un balais, à l’autre bout de la pièce. Elle tapota des pieds sur le sol.

« Je vais bien, mais j’espère que je ne vous ai pas trop cassé les oreilles. L’endroit à beau être magique, je doute qu’ils aient un remède miracle pour les tympans percés. »

Nikephoros lui adressa un autre sourire désolé, comme vissée sur son siège. Elle se demanda vaguement s’il était plus grand qu’elle; après tout, il semblait avoir de longues jambes, alors… Il était moins rare pour elle de rencontrer des garçons plus grands qu’elle que des filles, c’était certain, toutefois cela demeurait rare. Elle n’avait pas vraiment de le découvrir, là, maintenant. Il y avait une limite de défauts à découvrir dans les 2 premières minutes d’une rencontre, quand même.

« Est-ce que vous savez jouer du piano? » demanda-t-elle vivement, sur une impulsion.

Elle écouterait bien quelque chose d’actuellement bon après son massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 41
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Ven 3 Juil 2015 - 2:20

Surpris par la vitesse à laquelle le cadavre présumé se redressa, Leftie faillit bien faire un pas en arrière ; seule la peur induite par le mouvement de l'inconnue l'empêcha, paradoxalement, de hurler pour mieux partir en courant. Figé sur place, il tenta de calmer les battements de son cœur en le suppliant de ne pas imploser. Ce n'était certes pas la technique la plus efficace d'un point de vue médical, sans doute, mais c'était la première qui lui soit venue à l'esprit – et surtout la seule qu'il puisse appliquer tant qu'il serait dans cet état de stress. S'astreindre au calme et respirer doucement n'était pas simple. Ça demandait une discipline dont il était incapable tant qu'il pensait sa vie en danger ; or là, quoi qu'elle n'était probablement pas menacée du tout, il lui faudrait quelques secondes pour s'en convaincre.
Yeux rivés sur le visage balayé de cheveux de la pianiste, il se sentit froncer les sourcils. Comme pour mieux la voir derrière son rideau de mèches châtain, ou tout simplement parce que cette vision le rendait quelque peu perplexe – quoi qu'il en soit, ça ne dura pas bien longtemps. Dès qu'un geste de main habile lui eut rendu une allure moins... film-d'horreur-esque, disons, le jeune homme sentit une vague de soulagement parcourir ses muscles. Aussitôt, il se détendit ; ses épaules se décrispèrent, ses doigts lâchèrent les bords de son haut. Un soupir discret, bouche fermée, chassa ce qui restait d'incertitude dans son cerveau méfiant. Tout allait bien. Ce n'était pas un cadavre. Ce n'était pas un monstre. C'était une fille tout ce qu'il y avait de plus normale, avec un sourire qu'il identifia immédiatement comme étant amical. Pas de quoi s'en faire, en somme.

Rien à craindre. Tout allait bien, parfaitement bien.
B i e n.

Une moue désolée se dessina sur ses lèvres encore un peu crispées, autant pour s'excuser de sa méfiance infondée – mais comment l'aurait-elle remarqué – que d'avoir qualifié sa tentative de... De bruit horrible. La rassurer sur ses talents allait être compliqué après avoir dit un truc pareil. Lui dire qu'elle aurait pu faire encore pire ne la rassurerait pas, n'est-ce pas ?
A qui ça aurait plût d'entendre ça, il se le demandait.

« Je vais bien, mais j’espère que je ne vous ai pas trop cassé les oreilles. L’endroit à beau être magique, je doute qu’ils aient un remède miracle pour les tympans percés. »

Se sentant un peu plus hardi maintenant qu'il se pensait plus ou moins en sécurité, le jeune homme s'autorisa quelques pas en avant ; bras croisés pour ne pas se maltraiter les doigt et paraître le plus normal possible, il fit glisser son regard de la mâchoire de la pianiste en herbe aux touches du piano. En vérité, il ne s'inquiétait pas trop pour ses tympans – ils avaient vécu bien pire, vraiment – mais plutôt pour l'ego de la demoiselle si des gens un brin moins respectueux décidaient de venir lui expliquer ce qu'ils pensaient de ses essais ratés. Il y en avait toujours pour rire des débutants.
Alors que bon, c'était idiot : il fallait bien être mauvais un jour pour devenir talentueux.
A moins de n'avoir une chance incroyable, évidemment.

La question, innocente, ramena les yeux de Leftie sur son interlocutrice.

« Oh. Pas vraiment, s'empressa-t-il de répondre, haussant des épaules indécises. J'ai de très vagues bases... Ça fait longtemps que je n'ai pas essayé. »

Jouer de la musique ne l'avait jamais particulièrement intéressé ; aussi, en dehors des moments où il avait eu accès à piano ou guitare pour des raisons X ou Y, aucun cours ne lui avait permis d'approfondir le sujet.
Malgré toute sa modestie habituelle, cela dit, il ne pensait pas pouvoir faire pire que la jeune femme.

« Leftie, se présenta-t-il en souriant, sans oser lui tendre la main (un faux-pas culturel n'aurait pas été la meilleure façon de commencer une discussion). Vous essayiez de jouer quelque chose en particulier, ou c'était juste... Expérimental ? »

Ses bras se quittèrent uniquement pour mieux serrer son gilet contre lui, de nouveaux croisés.
Il avait un peu froid.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : ELLE T'ILLUMINE
• AEA : TAMERE
• Petit(e) ami(e) : TOUT LE MONDE

Messages : 49
Inscrit le : 09/02/2014

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Mar 28 Juil 2015 - 18:17


Le garçon n’aillant ni fuit la queue entre le jambes ou éclater d’un long rire moqueur et solitaire, mais plutôt opté pour une vague sourire, Nikephoros décida qu’il était probablement poli et fréquentable. Il avait toujours l’air assez méfiant, comme s’il s’attendait à ce que, d’un instant à l’autre, elle se remette à jouer du piano - si on pouvait appeler cela jouer. Elle comprenait l’angoisse, elle même se sentait très mal à l’aise à l’idée du bruit que pourraient faire les touches la prochaine fois qu’elle appuierait dessus. Quiconque avait dit qu’elle avait des doigts de pianistes s’étaient royalement fourré les siens dans les yeux. Certes, ils étaient longs, fins et relativement habiles, mais mon dieu qu’ils ne connaissaient pas leur chemin sur les touches.
Bon, d’un autre côté, elle avait apparemment de très longues années devant elle au pensionnat pour apprendre à s’en servir correctement, si elle en croyait les dires; pas que c’était plus rassurant. Elle aimait le pensionnat, vraiment, les gens y étaient gentils - pour la plupart - mais l’idée d’y passer le reste de sa vie ne lui était toujours pas agréable. Son coeur se serrait douloureusement à chaque fois que la pensée de ne jamais revoir sa famille ou ses amis lui traversait l’esprit.
Nikephoros estimait avoir déjà assez perdu dans sa vie.

« Oh. Pas vraiment. J’ai de très vagues bases... Ça fait longtemps que je n'ai pas essayé. »

De très vagues bases, c’était très certainement beaucoup mieux que pas de bases du tout, se dit Nikephoros en pianotant sans appuyer sur les touches blanches.
Le garçon s’étant rapproché, elle pu confirmer que l’analyse de son physique était correcte, et ainsi, par la même occasion, confirmer que ses yeux étaient toujours un 10/10 parfait. Bon, elle avait au moins ça de bien, elle n’allait pas cracher dessus. Son jugement de taille semblait également véridique: il était plutôt grand. Plus grand qu’elle, elle n’aurait pas su dire avec précision, malheureusement, avec un pincement au coeur, Nikephoros du avouer qu’elle doutait franchement qu’il puisse dépasser le mètre 90. Bah. Une prochaine fois. Du moment qu’il n’avait pas à se tordre le cou pour la regarder, elle considérait cela comme une avancée majeure.

« Leftie. Vous essayiez de jouer quelque chose en particulier, ou c'était juste... Expérimental ? »

Leftie. C’était un prénom qu’elle n’avait pas beaucoup l’occasion d’entendre. Elle en déduisit aisément qu’il ne venait pas de pays nordiques comme elle, ni d’Allemagne ou de Grèce par la même occasion. Ca sonnait anglais, alors ce devait être anglais, point. Elle se sentait pas d’être si directement intrusive dans sa vie et de lui demander immédiatement de quel pays il pouvait bien venir. Australie? Canada? Irlande? Etats Unis? Voilà que la question allait la hanter.
Elle lui rendit néanmoins son sourire, ramenant ses bras contre elle pour les serrer autour de son ventre.

« Nikephoros, enchantée. »

Parfois, elle se sentait vraiment mal pour les autres lorsqu’elle se présentait. Parfois.

« Et je peux vous assurer que c’était définitivement expérimental. J’ai rarement eu l’occasion de toucher à un piano; je crois que c’était pour le bien de tous. »

Elle n’était pas certaine que même des heures de cours de pianos auraient pu la rendre pianiste respectable. De toute manière, elle n’aurait jamais eu la patience. Bien sûr, il lui arrivait de regretter de ne pas avoir fait de la musique étant plus jeune, toutefois, il y avait si peu de choses qu’elle ne regrettait pas dans son enfance que c’était infime. Elle avait eu bien d’autres préoccupations que le piano, à cette époque.

Genre, les deux têtes de plus qu’elle faisait par rapport aux autres. Ahah.

Nikephoros tapota de ses longs doigts sur ses côtés, regard se baladant du piano au garçon, comme nerveuse, avant qu’un nouveau sourire ne vienne trouver sa place sur ses lèvres.

« Vous voulez essayer de jouer? Ce sera déjà probablement une véritable oeuvre d’art à côté de mes propres talents de pianiste. Et mes oreilles en ont cruellement besoin. »

Il aurait pu jouer Cotton Eyed Joe en se trompant de touche à chaque fois qu’elle aurait probablement trouvé ça miraculeux, de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 41
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Dim 23 Aoû 2015 - 2:24

Amoureux des lettres anciennes autant que de littérature en général, Leftie intégra le prénom de la demoiselle sans avoir besoin d'y réfléchir vraiment : Nikephoros, ça n'aurait pas pu être beaucoup plus grec. Il ne pensait pas pouvoir se tromper sur quelque chose d'aussi évident.
Rassuré par la simple certitude de pouvoir prononcer son nom sans l'écorcher vif, le jeune homme se félicita que sa diligence en cours lui serve dans une situation aussi concrète. Il était plutôt rare qu'un auteur ou un mot latin vous sauve la vie, en dehors du monde médical et des dîners guindés. C'était le genre de choses qui n'intéressait que peu de gens, malheureusement. Ils préféraient le sensationnel, le solide, le drôle, l'incongru ; les détails, les anecdotes. Pas ce qui l'émerveillait lui, en somme.
Ça ne le rendait pas spécialement triste. Chacun appréciait bien ce qu'il voulait : qu'on juge ses centres d'intérêts ennuyeux lui paraissait presque normal. Ce n'était pas pour rien que c'étaient les siens. Il n'était pas là pour en gaver les autres.

Il savait apprécier les choses sans avoir besoin de les partager. Il aimait le faire, bien sûr, mais n'en éprouvait pas le besoin. Parfois, il n'en ressentait même pas l'envie.

Jouer du piano relevait du même domaine. Sauf qu'en plus, c'était quelque chose qu'il ne maîtrisait que très mal ; il serait donc sujet aux critiques. Nikephoros était presque courageuse, pour lui, de ce côté. Elle ne pouvait pas avoir commencé à jouer en se disant que de toute façon personne ne viendrait – il y avait quand même du monde, dans ce pensionnat, et donc autant de risque de se faire interrompre par quelqu'un de plus calé que soi en musique.
Pourtant, comme il s'en était déjà fait la réflexion, il fallait bien commencer quelque part. Avec un peu d'entraînement, qui sait si elle n'aurait pas réussi à jouer quelque chose de joli ?
Le lui souligner lui aurait semblé présomptueux et hors de propos, alors il ne dit rien. Il se contenta de sourire, sourcils un peu froncés, comme ces rires un peu sévères qu'ont parfois les parents pour réprimander un enfant trop peu sûr de lui.

« Vous voulez essayer de jouer ? Ce sera déjà probablement une véritable œuvre d’art à côté de mes propres talents de pianiste. Et mes oreilles en ont cruellement besoin. »

Décidément, elle aimait planter des poignards dans les talents de pianiste en question.
Encore nerveux, Leftie jeta un regard sur sa gauche. Si la porte avait été là, on aurait pu le croire en train d'évaluer ses chances de fuite ; ce n'était pas très loin de la vérité non plus. Concrètement, non, il ne voulait pas jouer. Il voulait rarement, de toute façon. Il n'en voyait plus l'intérêt, n'y éprouvait plus suffisamment de plaisir. Ça lui semblait presque contraignant, en fait – une perte de temps.
Mais il voulait être normal. Il le voulait très fort. Se raccrocher à toutes ces choses étaient autant d'ancres l'empêchant de trop s'éloigner. Impossible de les lâcher.
Ça me fera aller mieux. Il finirait par se réhabituer.

« Je veux bien, répondit-il après quelques secondes de silence, mais je ne vous promets vraiment rien. Si on vient nous confisquer le piano... »

Un sourire timide vint ponctuer sa phrase. En quelques pas, il eut rejoint la jeune femme ; le banc était assez large pour deux, mais il s'assit néanmoins autant à l’extrémité qu'il put. Dans la mesure où ça ne l'empêchait pas d'atteindre les touches, il n'y prêta pas une attention excessive. Concentré et songeur, il tenta de se souvenir de ce qu'il était capable de jouer.
Ses doigts s'égarèrent un moment au hasard avant qu'il ne se décide à s'en tenir à un rythme. Chaque note ratée le fit se crisper, même s'il n'y en eut pas tant que ça – il se rappelait parfaitement avoir entendu Sweet Home Alabama être jouée sans erreurs plus d'une fois et ne pas savoir reproduire la mélodie exacte le frustrait. Il avait beau avoir une bonne oreille, ça ne lui était d'aucune utilité si la mémoire ne suivait pas.
Or elle ne suivait pas.
Il s'arrêta, regard rivé sur ses mains, après peut-être vingt ou trente secondes à jouer. Chevilles croisées, il inspira maladroitement.

Ce n'était pas gagné. Mais au moins ce n'était pas perdu, hein ?

Quoi que ce soit, d'ailleurs.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : ELLE T'ILLUMINE
• AEA : TAMERE
• Petit(e) ami(e) : TOUT LE MONDE

Messages : 49
Inscrit le : 09/02/2014

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Mer 25 Nov 2015 - 16:12

La solidarité des objets, c’était des foutaises. Elle y avait cru, l’espace d’un instant, malheureusement les objets semblaient plus que jamais déterminés à lui rendre la vie impossible.
Juste le jour d’avant, elle avait trébuché sur un tiroir. Un tiroir. Par terre. Personne ne met les tiroirs par terre, sérieux. Elle ne jugeait pas quiconque aurait comme manie de mettre par terre des tiroirs en l’attente d’une proie (un des triplés, ça n’aurait pas été si surprenant), mais enfin bon, il y a des limites. C’est dangereux, un tiroir ! On peut tuer des gens avec ! Terrible, terrible.

Et le piano, ben, lui, c’était le top du top de la non-coopération. Peut-être quand la classe des objets, la lampe était détestée de tous. Ou peut-être bien aussi qu’elle était légèrement paranoïaque ces derniers temps, toutefois elle préférait sa première hypothèse, celle des lampes persécutées. De loin, c’était la meilleure. Totalement logique et injuste. Le monde des objets est sombre et dégoutant, elle en avait ainsi décidé. Enfin, surtout dans ce manoir, il semblait, puisque nombreux étaient ceux qui se plaignaient en permanence de monstrueuses attaques de mobilier. Tout le monde semblait vivre dans la constante peur de se faire frapper par la commode la plus proche, et selon elle, c’était une peur très justifiée.

Pour l’instant, le garçon –Leftie- ne semblait pas particulièrement effrayé par le mobilier, bien que son regard alerté aurait pu en alarmer d’autres. Mais Nike, grande habituée de ce genre de regards, compris que c’était juste un état général. Un état de « mais qu’est-ce que je fais là en fait » qui la fit se sentir légèrement mal à l’aise.

Elle crut d’abord qu’il allait refuser ou s’enfuir – et elle ne lui en aurait pas voulu, le piano semblait encore plus maléfique juste après qu’elle ait joué- cependant il se comporta comme un noble gentleman, lui offrant même un sourire au passage alors qu’il s’installait à l’autre bout du banc. Si loin qu’elle se demanda s’il n’avait pas une fesse dans le vide, pour être honnête, toutefois elle était loin d’en être offensée. Si Leftie s’était installé plus prêt d’elle, elle se serait elle-même bien vite décalé. Surtout par mesure de sécurité contre elle puisque, se connaissant, elle et ses mains maladroites, il y aurait pu avoir accident. Elle les serra un peu plus contre elle. C’était une bonne distance, respectable et normale entre deux étrangers.

Nikephoros n’avait pas particulièrement peur de se faire agresser par le blond ; il lui semblait sympathique et agréable. Il parlait doucement, souriait doucement, s’asseyait doucement, posait ses doigts sur les touches du piano doucement et jouait même doucement. Nerveux, oui, dangereux, elle ne le pensait pas.

Elle ne reconnaissait pas l’air qu’il jouait, toutefois elle reconnaissait que s’en était un, et pour cela, elle trouva immédiatement cela magnifique. Etait-ce le même piano ? La métisse n’en était même pas certaine. Bien qu’il joua très peu longtemps, elle se retrouva tout de même à applaudir avec enthousiasme, tout comme s’il venait de donner le plus magnifique concert. Trente secondes de plus et elle lui aurait fait une standing ovation.

« C’était cool ! C’était quoi ? Je tuerai pour savoir jouer une partition! Enfin, eh, pas littéralement, hein. »


Ahahaha.

Et maintenant il allait penser qu’elle était une tueuse en série qui cherchait des victimes pour leur voler leurs talents.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 41
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Mer 27 Jan 2016 - 22:33

L'enthousiasme de la jeune femme fit à Leftie l'effet d'une vague de chaleur ; et autant ce fut agréable et lui tira un sourire reconnaissant, autant il craint que ça n'attaque sa santé façon canicule. Bénéfique ou pas, l'excès même léger lui donnait vite l'impression d'une overdose. Il ne pouvait même pas dire que c'était Nikephoros qui exagérait, pour le coup – elle avait applaudi, pas hurlé ou dansé sur les tables. C'était juste lui qui s'était un peu trop déconnecté du monde, ces derniers temps. Il devait se réhabituer. Même ne serait-ce que discuter lui laissait parfois une drôle d'impression : c'était normal, c'était paisible, ça faisait du bien, et pourtant quelque chose au fond de sa tête lui disait que ça n'aurait définitivement pas dû être le cas.
Sûrement parce qu'il était enfermé dans un manoir démoniaque, pour commencer. Après avoir été transporté dans une autre dimension, il s'attendait plus à se faire courser par des monstres assoiffés de sang qu'à jouer du piano pour une fille qui, comme la plupart de la population sans doute, savait mieux martyriser les touches que les faire chanter. C'était beaucoup trop normal. Beaucoup, beaucoup trop normal.
Il avait beau aimer ça, il avait du mal à se convaincre que tout allait bien.

« C’était cool ! C’était quoi ? Je tuerai pour savoir jouer une partition ! Enfin, eh, pas littéralement, hein. »

Ahahaha. Évidemment, pas – pourquoi s’était-elle sentie obliger de préciser, ha – et puis – enfin... Même si elle avait déjà assassiné quelqu'un pour prier Satan de lui donner ses talents, elle ne le lui aurait pas dit. Probablement pas. Sûrement pas.
Et évidemment il fallait qu'il y pense, maintenant.
Non non non. Pas de vaudou, pas de sacrifices. C'était n'importe quoi.
Histoire de se prouver qu'il n'y avait rien à craindre et que c'était lui qui délirait (en plus d'avoir l'air nerveux depuis qu'il était rentré – ce qui devait sûrement la mettre à l'aise, maintenant qu'il y pensait), Leftie releva la tête vers la jeune femme et lui adressa un nouveau sourire. Se concentrer sur la discussion l'aiderait, sûrement ; il savait accepter les compliments et s'il réussissait à se focaliser sur ce qui était dit, ça devrait aller.
Il n'y avait pas de raisons que ça n'aille pas, hein.

« Sweet home Alabama. Je ne pense pas que j'arriverais à jouer grand chose d'autre – je connais un peu les touches, mais lire une partition... »

Bien au-delà de ses compétences. Il savait faire plein de choses, mais se considérait à peine plus naturellement doué en musique qu'il l'était au foot.
Et vraiment, il fallait l'avoir vu tirer à dix mètres des buts pour comprendre. C'était catastrophique.
La seule chose qui le sauvait au piano était d'avoir répété quelques morceaux jusqu'à les connaître par cœur ; c'était devenu machinal, comme apprendre un accord de guitare. S'il avait dû jouer à l'oreille ou tenter de déchiffrer des notes, ça aurait été bien moins convaincant.
Voire un peu pathétique.

« Vous savez jouer d'un autre instrument ? demanda-t-il soudain, reposant sa main gauche contre sa cuisse pour éviter de heurter les touches. Je ne crois pas en avoir vu d'autre ici, mais... »

Il imaginait que quelqu'un intéressé par la musique voudrait tester un piano s'il y en avait un de libre dans les parages.
Distraitement, il nota que leurs épaules avaient l'air à peu près à la même hauteur, quoi que ce soit difficile à juger sans se tenir plus proche. Il avait tellement l'habitude de côtoyer des filles bien plus petites que lui qu'il en avait oublié que certaines pouvaient le rattraper ; ça le surprenait à chaque fois.
...Ha. Curieux.
Il n'était même pas sûr que le "à peu près" soit à son avantage, en fait.

Avant d'avoir l'air de fixer, il détourna son regard vers le clavier.
Un très joli clavier, si on lui posait la question.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : ELLE T'ILLUMINE
• AEA : TAMERE
• Petit(e) ami(e) : TOUT LE MONDE

Messages : 49
Inscrit le : 09/02/2014

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Sam 8 Avr 2017 - 21:27


Nikephoros avait cette habitude de considérer tout le monde comme bon. Theo le lui avait bien souvent reprocher, que ce soit au début de leur relation ou à n'importe quel moment. Il lui disait de faire attention, tout le temps, parce que les gens ne seront pas toujours là pour la protéger. Nikephoros avait trouvé ça ridicule d'office, particulièrement venant d'un garçon environ 20 centimètres plus petit. Elle pouvait bien s'occuper d'elle-même, de toute façon bien peu de gens l'approchait. Elle était intimidante, soit disant, de par sa taille. Pour ceux qui la connaissait, c'était juste hilarant de la considérer même un tant soit peu 'intimidante', mais il fallait bien avouer que ça en jetait un peu. Pas qu'elle puisse faire grand mal, de par son attitude naturelle, ou simplement par son physique de baguette. Elle avait moins de force que la plupart; Pia disait que c'était parce qu'il y avait trop de surface à couvrir pour les muscles, et que, de toute manière, elle était juste beaucoup trop maigre et tout le tralala. Enfin, peu importe ce que c'était, elle ne pouvait pas se protéger toute seule, mais ça n'avait pas vraiment d'importance parce qu'elle avait l'air de le pouvoir, et le bluff, c'était la vie.

Leftie se tenait sagement de son côté, mains soigneusement contrôlées et Nikephoros se sentait bel et bien en sécurité, ce qui ne voulait pas dire qu'elle n'était pas nerveuse. Parler à des étrangers lui faisait toujours cet effet. Mais était-il vraiment un étranger à présent qu'elle connaissait son nom, lui avait parlé, et qu'il lui avait joué un air de piano? La ligne entre étrangers et connaissance était si fine.

« Sweet home Alabama. Je ne pense pas que j'arriverais à jouer grand chose d'autre – je connais un peu les touches, mais lire une partition... »

Sweet Home Alabama… Américain, alors, elle imaginait. Elle avait, depuis longtemps, arrêter de se poser des questions sur le système de traduction automatique du manoir, mais du coup, à chaque fois qu'elle croisait quelqu'un avec qui elle avait une langue en commun, elle ne pouvait s'empêcher de se demander dans quelle langue elle les comprenait vraiment. C'était étrange. Elle faisait, du coup, un conscient effort pour parler anglais sans vraiment savoir si c'était nécessaire. Etrange.

« Vous savez jouer d'un autre instrument ? Je ne crois pas en avoir vu d'autre ici, mais... »


A l'idée qu'elle puisse savoir jouer d'un autre instrument, Nikephoros eu envie de rire. Elle était si mauvaise au piano qu'il lui semblait presque naturel qu'elle ne soit pas une musicienne d'une quelconque manière. Elle se pensait déjà assez chanceuse de pouvoir jongler avec les langues, ceci dit. Elle sourit chaleureusement à son voisin blond.

« Non, mais c'est probablement mieux ainsi. Je doute avoir une affinité quelconque avec la musique, à mon plus grand malheur. Je trouve ça si élégant et raffiné...»

Elle soupira doucement. Ca la rendait un peu rêveuse, tout cela. Le seul terrain artistique dans lequel elle s'était aventuré était la mode, et elle considérait que c'était déjà bien très bien, mais l'idée de pouvoir jouer du piano était si charmante… Elle allait devoir harceler quelques camarades, il devait bien y en avoir qui savaient vraiment jouer. S'ils étaient enfermés, autant qu'elle en tire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 41
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Sam 17 Juin 2017 - 16:54

Il n'aurait pas été jusqu'à dire que c'était "mieux ainsi" mais, avant d'avoir pu y réfléchir, Leftie se sentit hocher la tête pour acquiescer à ses paroles. On avait déjà dû lui reprocher ce genre de réflexes, soit dit en passant — lâcher des "oui", des "d'accord" et des petits signes de têtes encourageants quand ça n'avait pas lieu d'être, ou qu'il n'écoutait même pas vraiment ; à l'évidence, il n'avait rien écouté ni retenu de ces reproches non plus. Grande nouvelle. Enfin, peu importe, puisqu'elle ne l'entendait pas penser. Puis elle n'avait pas l'air du genre à tout prendre mal pour mieux s'enfuir dans une trombe d'insulte au premier commentaire jugé déplacé. Ce qui ne voulait pas dire qu'elle ne pouvait pas le faire, ou qu'il ne risquait pas d'aller trop loin sans faire exprès, mais euh —
Peu importe, s'asséna-t-il en passant sa main droite derrière sa nuque, regard posé sur les touches plus blanches que noires.

« Le piano est élégant, oui. J'aime beaucoup le classique, poursuivit-il, tapant sur une touche au hasard, puis sur une autre, sans chercher à y mettre de l'ordre ou du sens. Ça me détend. »

Le piano avait une place privilégiée dans son cœur, en comparaison aux autres instruments utilisés dans ce type de composition ; le violon, la clarinette, le violoncelle ou même la harpe produisaient certes de très jolis sons, mais ils n'avaient pas ce timbre si particulier qui permettait au piano de lui lisser les nerfs tout doucement, sans heurt. Le pourquoi du comment, honnêtement, il n'en savait rien et s'en moquait un peu. L'important était que ça marche ; or, ça fonctionnait très bien.
Moue aux lèvres, il redressa la tête vers Nikephoros.

« Enfin, du coup, euhm. La plupart des gens que j'ai vu faire de la musique ne faisaient paaaas vraiment dans le... Raffiné. Vous avez largement de quoi apprendre à faire mieux, je pense. »

Et il ne parlait pas du Pensionnat, bien sûr — quoi qu'il devait y avoir de beaux spécimens armés d'une guitare et de paroles on ne peut plus inspirées, forcément — mais de la musique en général. A part quelques morceaux sympas à entendre de temps à autre, Leftie peinait à apprécier les choses de son époque.
Il avait ce côté rétro romantique, comme disait Catherine, qui le laissait souvent songeur devant des vieilleries et déçu devant les nouveautés. Il préférait de loin tapoter le piano, comme il le faisait en ce moment, plutôt que télécharger les beuglements d'Untel ou Untel sur son téléphone ou son il-ne-savait-trop-quoi-de-neuf-et-trop-cher.

« Vous êtes là depuis longtemps ? »

La question lui sembla suffisamment innocente pour ne pas sembler intrusive. Il ne voulait pas non plus demander des choses personnelles à une presqu'inconnue.
Il aurait pu lui demander son âge, l'endroit d'où elle venait, sa date de naissance, son activité favorite, une éventuelle passion, sa chanson préférée — tout et n'importe quoi d'innocent et mondain, vraiment. Les gens ne s'offusquaient jamais de ces choses-là.
Sa question, pourtant, ne l'était pas tout à fait. Innocente.

Le jour où quelqu'un lui répondrait "oui, je suis ici depuis dix ans", il n'était pas sûr de comment il risquait de réagir.

Songeur, il tapa sur la touche à la limite imaginaire entre leurs deux moitié du piano.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 25
• Pouvoir : ELLE T'ILLUMINE
• AEA : TAMERE
• Petit(e) ami(e) : TOUT LE MONDE

Messages : 49
Inscrit le : 09/02/2014

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Dim 25 Juin 2017 - 20:36


« Le piano est élégant, oui. J'aime beaucoup le classique. Ça me détend. »

Ah, elle le rejoignait sur ça. C'était pratique, surtout pour étudier une langue, de ne pas avoir la distraction des paroles au delà de sa propre galère. Elle n'avait pas besoin que quelqu'un lui chante à propos de l'amour alors qu'elle est probablement déjà en train d'analyser un passage sur l'amour en anglais, merci bien. Nikephoros hoche sa tête avec enthousiasme suite aux paroles du garçon, son regard suivant ses doigts sur le piano. Il avait de jolis doigts, comme ceux d'un pianiste, longs et fins. Un peu comme les siens, mais en beaucoup plus masculin, au moins. Ceux de Nikephoros avait des faux-airs de pattes d'araignées si on regardait en plissant les yeux. Ils n'étaient pas très utiles, en plus d'être si long, comme toute sa personne. Elle était une sorte de long légume maladroit, pas des plus flatteurs. Elle se demandait toujours comment les photographes pouvaient trouver ça absolument génial, mais l'argent lui faisait trop plaisir pour contester.

« Enfin, du coup, euhm. La plupart des gens que j'ai vu faire de la musique ne faisaient paaaas vraiment dans le... Raffiné. Vous avez largement de quoi apprendre à faire mieux, je pense. »

Nikephoros relève les yeux pour rencontrer son regard, un sourire se dessinant immédiatement sur ses lèvres, plus un automatisme qu'autre chose. Elle a envie de rire face à tant de confiance en sa personne. C'était bien parce qu'il ne la connaissait que depuis cinq minutes qu'il était aussi agréable avec elle et n'acceptait simplement pas le fait qu'elle puisse rester absolument nulle à vie. C'était attendrissant. Elle se demande, quand même, quel genre de musique il a bien pu écouter dans sa vie pour avoir ce genre d'opinions. Nikephoros avait toujours été un public facile, dès que quelqu'un lui montrait quelque chose fait avec une quelconque passion, elle était toujours extasiée. Du moment qu'on ne lui hurlait pas des paroles vulgaires dans les oreilles, elle était émerveillée et applaudissait avec joie. Bien sûr, les autres trouvaient toujours ça très amusant.

« Vous êtes là depuis longtemps ? »

Ah.

Ses yeux marrons retombent sur le clavier du piano et elle laisse ses doigts se balader sur les touches sans oser appuyer, une distraction. Penser au temps qu'elle a passé ici, et le temps qu'elle va passer ici n'est pas l'une de ses activités fétiches. Elle fronce sensiblement les sourcils. Depuis combien de temps était-elle là, déjà? Elle n'ose pas compter les jours de peur de voir les chiffres.

"Quelques mois, j'imagine. 5, peut-être 6. Je… Je n'aime pas trop compter les jours."

Son doigt appuie sur une touche, un mi particulièrement grave qui la fait grimacer. Elle a vraiment le chic pour le drame. Elle soupire, autant immédiatement ses mains du clavier pour reposer son regard sur le garçon, un petit sourire aux lèvres.

"Et vous?"

Pour lui, elle espérait que c'était moins qu'elle, même si, vraiment est-ce que ça avait de l'importance à leur niveau?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« ... Allô... ? »
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 30
• Pouvoir : Ne décroche pas.
• AEA : Smokie.
• Petit(e) ami(e) : Il vit une relation complexe avec un grille-pain.

RP en cours : Can you prove you're really here ?

Messages : 41
Inscrit le : 15/04/2013

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   Mer 6 Sep 2017 - 4:13

Cinq mois ?

Il avait posé les yeux sur elle par politesse, par réflexe, parce qu'on lui avait appris à ne pas fixer ses mains et peut-être un peu aussi parce qu'il aimait voir les lèvres bouger en même temps que les sons s'en échappaient ; aussitôt, il regretta de ne pas s'être abstenu. Il pouvait presque sentir les muscles de son visage lui donner l'air bête, déçu, inquiet et tout ce qui s'ensuit rien qu'à l'entendre répondre à sa question — cinq mois, peut-être six. C'était lui qui l'avait posée, tant qu'à faire — abruti, crétin fini. Ne demande rien dont tu ne veux pas entendre la réponse. Ça semblait logique, pourtant. Rien de plus facile.
Quoi qu'exagérément mortifié par sa propre réaction (ça ne devait pas se voir tant que ça, qu'il aurait préféré entendre autre chose, si ?), le jeune homme enchaîna rapidement sur un hochement de tête compréhensif, le cœur bêtement emballé par l'intervention dramatique du piano. Encore quelque chose auquel il aurait dû s'attendre, remarquez, mais non ; concentré comme il l'était, parfois, entendre son interlocuteur élever la voix réussissait à le faire sursauter comme le pire des abrutis.
Et maintenant qu'il y avait pensé, bien sûr, ça allait se produire.
Forcément.
Merde.
Okay, Leftie. Du calme. Ça allait jusque là. Ça va aller ensuite. Y'a pas de raisons. Pourquoi tu angoisses, là, hein ? Elle est gentille. Même si elle le pense, elle ne dira rien. A priori.
Un, deux, trois, inspire. Un, deux, trois, quatre, cinq, expire.

... Bien.

« Euhm. » Yeux rivés sur le clavier, comme en quête d'inspiration ou peut-être de la solution miracle à tout ses problèmes imaginaires, il sentit son cerveau faire consciencieusement le vide. Impossible de penser à quoi que ce soit. « Je — j'aurais du mal à dire ? Quelques semaines, peut-être. Pas très longtemps, en tout cas. Moins que vous. »

Plus ou moins satisfait de sa répartie, il sentit la tension qui lui enserrait les tempes se diluer quelque peu dans les veines et les plis de ses muscles faciaux. Quelques mois, ce n'était pas dix ans non plus. Il pouvait définitivement tenir jusqu'à un an dans ce soit-disant manoir magique.
Il l'espérait, du moins. Penser à son téléphone et à certains locataires lui retourna l'estomac jusqu'à lui en donner la nausée. Il n'avait plus du tout envie de rire.

« En tout cas, pour l'instant, vous êtes une des personnes les plus normales que j'ai croisée ici, s'empressa-t-il d'ajouter, redressé et regard tourné dans sa direction, l'air soudain plus positif. J'ai vu pas mal de gens... Bizarres, et beaucoup. Beaucoup d'adolescents très excités. »

Parler de monstres restait délicat ; il ne voulait pas avoir l'air fou et, jusque là, comme il n'avait pas osé demander à qui que ce soit, personne n'avait pu confirmer ou infirmer ce qu'il avait vu — ou cru voir. Des couleurs de peau improbables, des cornes, des crocs, des oreilles effilées et il en passait et des meilleures ; tout et n'importe quoi d'impossible et d'invraisemblable, vraiment.
Bizarres, c'était encore un qualificatif trop gentil. Mais ça avait le mérite d'être un terme passe-partout qu'elle pourrait associer à ce que bon lui semblait, et qui ne risquait pas de lui retomber sur la figure. Il ne voulait surtout pas qu'on le taxe de cinglé.
Elle avait l'air normale et lui, il voulait être normal aussi.
Il l'était.

« Oh, et aussi beaucoup de poussière et de vaisselle sale. »

Ce qui, à ses yeux et vu l'air sombre sur son visage, relevait du drame.
Rien que pour ça, il aurait nettement préféré être enfermé avec une population majoritairement adulte. Mais bon ; allez savoir. Cette expérimentation bizarre visait peut-être une population jeune, pour quelque raison que ce soit.

Il aurait aimé savoir pourquoi.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


• • • firebrick
« I was alone, falling free, trying my best not to forget ; what happened to us, what happened to me, what happened as I let it slip. I was confused by the powers that be, forgetting names and faces ; passers by were looking at me, as if they could erase it. I was alone, staring over the ledge, trying my best not to forget ; all manner of joy, all manner of glee, and our one heroic pledge - how it mattered to us, how it mattered to me, and the consequences. I was confused by the birds and the bees, forgetting if I meant it. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: ★ Twinkle Twinkle Little Star ☆   

Revenir en haut Aller en bas
 

★ Twinkle Twinkle Little Star ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Salon-
Sauter vers: