AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Voleur de corps.
Messages : 32
Inscrit le : 13/05/2013

MessageSujet: (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?   Sam 30 Mai 2015 - 20:22

PS :
 

[ PRÉCÉDEMMENT ... ]

Ça ne doit pas être si caché, quand même … Ces quelques mots résonnaient encore en Arsen qui, à chaque intersection de couloirs, se les étaient répétés comme une petite comptine d’espoir. Pourtant, et malgré toute la bonne volonté du monde, la salle à manger semblait bel et bien cachée. Ou alors les deux garçons n’avaient vraiment pas de chance. Ce qui était plutôt gros, non ? Bon, après, Arsen était tout nouveau sur le site, et il semblait que Zuriel n’était pas là depuis bien longtemps non plus …
Après leur rencontre mouvementée dans les couloirs du pensionnat, les deux jeunes gens s’étaient mis d’accord pour partir en quête de nourriture. En effet, l’irlandais aux cheveux turquoise avait faim et, même si ce n’était pas le cas du fantôme, Arsen avait tenu à l’aider. D’un côté parce qu’il avait vraiment envie de l’aider (malgré son affligeante inutilité), et de l’autre parce qu’il ne comptait pas laisser partir le premier humain qu’il venait de rencontrer ! En plus, malgré … plusieurs points … Zuriel était plutôt sympathique. Bon, ça ne se voyait sans doute pas là, aussi silencieux et en train de marcher non sans un certain périmètre de sécurité les séparant, mais voilà. Ce n’était pas sa faute si les contacts physiques devaient être évités … A moins de vouloir revivre la même petite expérience de spiritisme qu’il y avait quelques instants. Etant donné les effets secondaires, il ne valait mieux pas … Pas pour l’instant.
Pendant leur petite excursion, Arsen en profita aussi pour un peu se familiariser avec les lieux. Il continuait de s’extasier sur les différentes textures que rencontraient la plante de ses pieds ou encore le bout de ses doigts … tout en faisant bien attention, tout de même, à ne pas avoir l’air trop bizarre auprès de Zuriel. Ce qui était sûrement trop tard, à bien y penser. Hmmm … En tout cas ! Le pensionnat était vraiment immense. Beaucoup plus que ne laissait présager sa structure vue de l’extérieur. En même temps, l’endroit était magique alors était-ce vraiment étonnant … Rendre l’intérieur plus large que le contenant ne devait pas être quelque chose de bien difficile pour quelqu’un d’expérimenté et/ou doté d’un fort pouvoir spirituel. Et ça devait être très pratique aussi, alors pourquoi s’en priver !

Après bon nombre de cul-de-sac et pièces n'offrant rien à manger, les deux camarades arrivèrent finalement, sans trop savoir comment, dans un nouveau couloir. Cependant, celui-ci était différent : au lieu de statues ou de tableaux sur les murs, des portes s'alignaient de tout son long.


« Où est-ce qu’on est … ? »

Hasarda Arsen. Le masqué tourna sur lui-même, examinant les portes closes … Où se trouvaient des plaquettes avec des noms inscrits dessus. Etait-ce des bureaux ? Un pensionnat n’était-il pas comme une école, après tout ? Enfin, la réponse n’allait sûrement pas tarder à lui parvenir …



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

In the silence of the sleepless nights, don’t be afraid ;
Step through your darkest hours ; Be strong, be brave ;
Somewhere in time, there’s always goodbye ...


((• - •)) Te fixe en #E54C25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : VOUS NE PASSEREZ PAS, en quelque sorte.
• AEA : Zeus, le vaillant pigeon.
• Petit(e) ami(e) : Il trompe les spaghettis avec les raviolis.

RP en cours : Un jour. Peut-être. Sans doute.

Messages : 74
Inscrit le : 25/11/2013

MessageSujet: Re: (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?   Mar 2 Juin 2015 - 19:01

Oh, il avait bien reconnu l’endroit, il n’était épuisé au point de ne plus reconnaître le dortoir. Surtout que dortoir égal lit égal dodo et dortoir était aussi égal à bouffe dans les tiroirs. Ca n’était, certes, pas la cuisine ou le restaurant, mais il pouvait vivre avec ça. Au point où il en était, de toute manière, il n’avait plus grand chose à perdre et tout à gagner. Il avait ouvert assez de portes menant à nul part pour se choper la tendinite, alors assez est assez. 

S’il devait dévaliser une chambre pour obtenir quelque chose à mettre dans son estomac dans lequel beignet un chaos de tonnerre grondant, il n’allait pas se gêner. Au pire, Arsen pouvait faire un gentil câlin aux proprios de la chambre et bam, tranquille. Si ça fonctionnait comme ça, bien entendu, et que ça n’était pas un coup de malchance ou de cette saloperie de destin. Si cela se trouvait, il venait tout juste de faire un pacte avec Satan et il n’en avait aucune fichtre idée. En fait, il en serait plutôt content, du moment que Satan lui donnait une pizza. Il ne pouvait pas être aussi méchant que ça, franchement. En plein, il s’apprêtait à dévaliser une chambre, c’était pas une bonne chose, aux yeux de Satan? Mystère. Il espérait juste qu’Arsen n’était pas en train de secrètement aspirer son énergie vitale, cela pourrait être problématique pour son fantastique futur de SDF avec option internet. Au final, il n’était pas si mal, au pensionnat.

« Où est-ce qu’on est … ? »

Umh? Oh, il avait presque oublié qu’Arsen était un petit nouveau. Est-ce qu’il avait besoin d’un lit? Probablement pas. Ca devait être chiant de ne pas pouvoir dormir. Que faisait-il de ses 12 heures supplémentaires, chaque jours? Ca avait l’air bien nul, la mort. Au moins, le garçon semblait pouvoir toucher les choses - bien que depuis peu à en croire son état d’extase suprême à chaque fois qu’il frôlait quelque chose du bout des doigts. Fascinant.

« C’est le dortoir. Masculin, je suppose. »

Il jeta un coup d’oeil aux portes. Il savait déjà qu’il n’y avait pas grand chose dans sa chambre puisqu’il avait fini sa réserve le soir d’avant. S’aurait été inutile et donc il abandonna rapidement l’idée. Une mauvaise relation avec ses colocs auraient aussi été une très mauvaise idée, et de ce fait il laissa tomber dans la foulée l’idée d’aller fouiller dans leurs tiroirs. Ses yeux se posèrent sur le numéro de la porte à côté d’eux. N°7. Eh. 7, comme les sept nains. Ca ne pouvait qu’être bien. Ils avaient de la nourriture eux. Tant qu’il n’y avait de blanche neige allongé sur le lit, ils devraient trouver quelque chose.
Sans mot dire, il actionna la poignée qui, sans grande surprise, se laissa faire. Il esquissa un petit sourire pour lui même et ouvrit la porte. Vide. Et un peu bordélique aussi, mais ça. C’était plutôt bon signe en réalité, les gens très ordonnés avaient rarement tendance à garder de la nourriture dans leurs chambres. Ou bien c’était des trucs ennuyeux. Bref.

Le n°7 était une bonne idée. Sur cette bonne pensée, il pénétra l’enceinte de la pièce et se jeta sur le premier lit qui était à sa disposition. 

Parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Voleur de corps.
Messages : 32
Inscrit le : 13/05/2013

MessageSujet: Re: (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?   Lun 3 Aoû 2015 - 14:54

« Aaah … »

Oui, son raisonnement était le bon. Un pensionnat c’est un peu comme une école, certes, mais, de l’autre côté, c’était aussi un lieu de vie. Voilà donc les dortoirs … Il n’allait pas dire qu’il n’en avait jamais vu, mais ce n’était pas le genre d’endroit qu’Arsen a eu l’habitude de côtoyer. N’ayant pas eu le temps de passer au stade de l’université ou n’habitant jamais bien loin des établissements scolaires, le garçon n’eut jamais de raison particulière ou valable pour devenir interne. Enfin, pas que ça le dérangeait non plus, hein. De toute façon, famille nombreuse oblige, le garçon était quand même déjà habitué à la cohabitation forcée. Mais tel un enfant, il sentait en lui monter une petite pointe d’excitation face à toute cette nouvelle perspective de vie. Il allait devoir trouver une chambre, donc ? Comment ça marchait ? Fallait-il voir un responsable, ou quelque chose comme ça … ?
Mais avant que le fantôme ne puisse partager à voix haute ses interrogations, Zuriel s’était dirigé nonchalamment vers l’une des portes pour l’ouvrir et s’y engouffrer. Rallongeant sa foulée, Arsen le rejoignit en quelques pas mais s’arrêta au pied de la porte comme un intrus qui attendait qu’on lui donne la permission … Mais il était clair que l’irlandais ne le ferait pas. Celui-ci prenait d’ailleurs déjà ses aises en investissant le lit le plus proche.

Au début, Arsen ne s’était pas vraiment poser de questions sur le comportement de son acolyte et avait tout naturellement pensé que Zuriel était entré dans sa chambre … Cependant, lorsqu’il jeta un œil à la liste de noms placardée en dessous du numéro sept de l’entrée, il se rendit bien compte que ce n’était pas le cas. Perplexe, l’esprit relu plusieurs fois au cas où il se serait trompé : Tyler John, Coby, Jester … Non. Ni Z, ni U, ni EL.
Lentement, Arsen leva la jambe et se décida à passer le seuil de la chambre étrangère. Le masque tourné fixement vers le garçon aux cheveux turquoise, il s’enquit :


« Euh. I-il n’y a pas ton nom sur la porte, c’est normal ? »

Il ne pensait pas encore explicitement que Zuriel venait de violer le domicile d’autrui … S’il n’y avait pas son nom, c’était peut-être une erreur ou quelque chose de ce genre. Ou bien était-ce la chambre d’un ami à lui, c’était aussi une possibilité. Bref, il ne s’en faisait pas pour la délinquance de l’irlandais, mais bien de la sienne. Ce qui était sans doute idiot, mais Arsen avait envie de faire bonne impression avec ces nouvelles personnes qu’il risquait fort de rencontrer. Or, entrer comme ça dans un lieu aussi intime qu’une chambre sans la moindre permission … Lui, en tout cas, n’aurait pas apprécié.
Qui sait quel genre de secrets pouvait se cacher dans les tiroirs ou sous le lit …

Il était fou le contraste entre les deux protagonistes de la chambre. L’un, droit comme un piquet, triturant le bas de son vêtement, fixant le second étendu peinard sur un lit. Alah. Mais au moins, ils gardaient en commun leurs looks immanquables.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

In the silence of the sleepless nights, don’t be afraid ;
Step through your darkest hours ; Be strong, be brave ;
Somewhere in time, there’s always goodbye ...


((• - •)) Te fixe en #E54C25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
0 / 1000 / 100

• Age : 23
• Pouvoir : VOUS NE PASSEREZ PAS, en quelque sorte.
• AEA : Zeus, le vaillant pigeon.
• Petit(e) ami(e) : Il trompe les spaghettis avec les raviolis.

RP en cours : Un jour. Peut-être. Sans doute.

Messages : 74
Inscrit le : 25/11/2013

MessageSujet: Re: (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?   Sam 28 Nov 2015 - 17:26


Que ce soit probablement un délit punissable par la loi dans de nombreux pays ne lui effleura même pas l’esprit plus d’une seconde. Il avait laissé tomber sa bonne conscience en même temps que son corps sur le lit, si ce n’est bien avant.

Le lit ressemblait en quasiment tout point au sien, sauf que ça n’était pas le sien. Rien de bien problématique pour Zuriel qui se mit à rouler sur le lit pour se tourner de son bon côté, le regard rivé sur les commodes et potentielles réserves de nourriture ; il ne pouvait pas être le seul à cacher de la nourriture partout dans sa chambre, franchement. Ils étaient tous plus ou moins des adolescents et jeunes adultes et Zuriel avait grande confiance en leur sens du pratique, faute d’avoir confiance en eux pour quoi que ce soit d’autre. Il les appréciait, vraiment, c’étaient de braves gens pour le plupart, toutefois certains avaient de douteuses manies et habitudes. Et de douteux caractères et problèmes, également.
Mais tout de même, tout le monde doit se nourrir, peu importe l’âge, le sexe, la race ! Quoi qu’il ne voudrait pas goûter à quoi que ce soit que les extra-terrestres puissent manger. Qu’est-ce que Cordell mangeait, déjà ? Des trucs normaux ? Pour être aussi grand à son âge, Zuriel en doutait. Enfin, on ne discute pas les espèces, les goûts et les couleurs.

« Euh. I-il n’y a pas ton nom sur la porte, c’est normal ? »

Zuriel se retourna d’une manière particulièrement ressemblante à un chien obèse essayant de se rouler vers son camarade d’infortune, regard turquoise tombant sur le masque de ce dernier. Il cligna des yeux lentement, puis les plissa pour essayer de lire les noms sur les portes avant d’abandonner dans les cinq secondes suivantes.

« Ouais, ouais, c’est cool. Y’a écrit qui ? »

Si c’était le trio d’enfer, il déguerpirait le plus vite possible ; RIP Alex. Sinon, il ne voyait aucun raison de s’affoler. Arsen, complètement à son opposé, semblait au bord de la crise de nerfs. Ça devait être terrible d’être nerveux pour tout et n’importe quoi, Zuriel osait à peine se l’imaginer. Il n’aimait pas bouger, mais il n’était pas nerveux à l’idée d’aller quelque part, il s’en fichait juste. Sa mère lui disait souvent que c’était encore pire et qu’il devrait allumer sa partie ‘sensible’ du cerveau avant de finir SDF, toutefois, lui ne trouvait pas cela si horrible. De plus, c’était un jeune homme très sensible de nature. Sensible et fragile, juste pas très motivé. S’aurait pu être pire, sa mère était chanceuse de l’avoir lui et pas un délinquant prêt à mettre le feu à la première épicerie qu’il croise.
Au moins, lui elle était sûre de retrouver à l’appartement tous les soirs. Bon, sauf présentement, dans la mesure qu’il venait de se faire kidnapper par un manoir enchanté, mais là, franchement, c’était totalement indépendant de sa volonté, elle ne pouvait rien lui reprocher. Il aurait pas dû bouger ce jour ci, comme tous les autres jours, et tout aurait été parfait.
Il soupira.

« Relax, c’est pas illégal. »

Peut-être. Il ne connaissait pas les règles.
Sur ce, il se roula sur le ventre pour enfoncer son nez dans l’oreiller du mec qui occupait la chambre. Umh, il avait connu pire comme odeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pensionnaire
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : DD (DarkD)
-
0 / 1000 / 100

• Pouvoir : Voleur de corps.
Messages : 32
Inscrit le : 13/05/2013

MessageSujet: Re: (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?   Jeu 25 Fév 2016 - 1:49

Zuriel était d’un flegme incroyable. C’était à la fois rassurant et … très stressant.

« Ouais, ouais, c’est cool. Y’a écrit qui ? »

Arsen cessa de jouer avec ses vêtements, ne cessant cependant de fixer son compagnon comme s’il attendait que celui-ci fasse tomber les masques (pas littéralement) et lui assure dans un rire qu’il plaisantait. Mais non. Zuriel ne plaisantait pas. Des espoirs éclataient au vent ; c’est bon, ils étaient un peu des criminels, maintenant.
Et comme si ses pensées étaient sorties de sa tête, il rajouta le plus tranquillement du monde :


« Relax, c’est pas illégal. »

Oui oui, bien sûr. De toute façon, quand on ne veut pas qu’on rentre dans une chambre on en ferme la porte, non ? Bon, quoi qu’il en pense et peu importe la légitimité des excuses : Arsen n’était pas à l’aise et ne réussirait pas à se détendre. Au moins pourrait-il faire semblant, ce qui n’était pas quelque chose dont il n’était pas familier. Facile, en plus, quand son interlocuteur était déjà pourvu du calme des moines bouddhistes. Ou shaolin. Quelle était la différence, au juste ? Une histoire de croyance ? Dans tous les cas, Arsen avait l’impression que la paix intérieure était leur crédo à tous les deux.

« E-et qu’est-ce qui est illégal, en fait ? Pour toi ? »

Pour être sûr, hein. Au cas où.
Complètement à son aise, Zuriel s’était installé tête la première dans les literies d’un des inconnus. Sans être un maniaque de l’hygiène, l’esprit ne pouvait s’empêcher de penser que devait y avoir de bien belles choses dans cet oreiller selon les habitudes de son propriétaire. Mais bon, ça restait naturel, on dira. Pas de quoi s’affoler et jouer les mères avec le garçon, il n’était clairement pas en position de le faire.


« Tyler … Coby … Jester … C’est ce qui était écrit. »

Récita-t-il malgré tout de mémoire, essayant au passage de se figurer mentalement un pronostic de leur apparence. D’instinct, le fantôme imaginait des gens de son âge, ou de celui de Zuriel … Enfin, il ne connaissait pas son âge, mais des gens plutôt "jeunes" a priori. Comme on pourrait s’y attendre d’une pension, quoi.
D’un pas incertain, le garçon s’avança un peu, ne sachant définitivement pas quoi faire de ses membres trop long. Un coup d’œil vers la porte entrouverte derrière lui et il se dit qu’il ferait peut-être mieux de la fermer ? La poignée ne risquait pas de lui brûler les doigts s’il le faisait, et au moins leur situation aurait fait moins louche, mais il n’avait plus tellement envie de la toucher non plus.
Bon sang, quelle mauviette. Allez, faut se montrer un peu plus dégourdi maintenant ! Plus facile à dire qu’à faire. Au moins ne torturait-il plus son linge.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

In the silence of the sleepless nights, don’t be afraid ;
Step through your darkest hours ; Be strong, be brave ;
Somewhere in time, there’s always goodbye ...


((• - •)) Te fixe en #E54C25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


+

MessageSujet: Re: (N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

(N°7) Il paraît que la faim justifie les moyens ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Premier Étage ::. :: Dortoir masculin :: n°6 à n°10-
Sauter vers: