AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [SV] Fleurs et violons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« great boo-EYES i mean eyes »
avatar

+
Féminin Pseudo Hors-RP : Never
-
0 / 1000 / 100

• Age : 29
• Pouvoir : Elle peut marcher sur les plafonds, les murs, vivre entièrement à l'envers si l'envie lui en prend. Et ça lui prend souvent.
• AEA : Il y a des risques que cette sale bête te saute dessus pour t'effrayer.
• Petit(e) ami(e) : Oh, elle fait passer des auditions.

RP en cours : Marie-Colombe donne un spectacle par là.


Messages : 112
Inscrit le : 04/01/2011

MessageSujet: [SV] Fleurs et violons    Lun 27 Mar 2017 - 22:29

« Feurs et violons »
Et du cuir et des moustaches




Alors ça, c'était extraordinaire.

Il avait fallu qu'elle soit bien tête en l'air, dans un sens comme dans l'autre, pour ne pas remarquer que sa poitrine avait disparue, entre autres changements plus ou moins marquants. Elle avait eu un hoquet devant la glace, tant elle voyait son frère dans le reflet que lui offrait le miroir ; mais la chair était bien la sienne.
Perplexe, Marie-Colombe cessa de se pincer les joues.

C'était du jamais vu durant toutes les années qu'elle avait passé au pensionnat, et dieu savait que la liste s'allongeait un peu trop à son goût. Une ribambelle de rumeurs bizarres, des boîtes de légumes vivantes, des meubles hantés, des ombres fugaces le long des murs, quelques monstres sous les lits, mais c'était la première fois qu'elle devait ajouter « changement subit et spontané de sexe » au tableau des bizarreries pour nouveau-venu égaré. Pouvoir coquin, effet secondaire d'un aliment ingéré par mégarde dans les cuisines ? Il ne lui semblait pas avoir entendu de gourmands se plaindre d'une poussée d'hormones, mais la méfiance restait de mise avec le Pensionnat – celui-ci avait la méchante habitude de jouer de sales tours à ses pensionnaires.

La faute aux fondateurs ennuyés, ou à un pensionnaire en mal de divertissement ? La question restait sans réponse, raison pour laquelle Marie-Colombe jugea fort nécessaire de partir à sa recherche sur le champ ; troquant sa jupe multicolore pour un pantalon pas moins coloré, elle décida d'emprunter les hautes voies pour se faire discrète.
Les vingt centimètres avec lesquels elle n'était pas habituée à composer l'ennuyèrent rapidement. Faute de discrétion, elle opta pour une marche plus conventionnelle et raccrocha le velours du tapis.

Foutu pouvoir.

« Si j'étais un magicien, où me cacherais-je ? » songea-t-elle tout haut, plantée au milieu du couloir comme un arc-en-ciel statique.

La question était vitale.

(holidayspirit):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vacant Stare
avatar

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Nii'
-
0 / 1000 / 100

• Age : 22
• Pouvoir : Acharnement thérapeutique.
• AEA : Petit Prince, un fourmilier géant de 2m30 de long.
• Petit(e) ami(e) : La dernière a crâmé.

RP en cours : Runs through him

Messages : 33
Inscrit le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: [SV] Fleurs et violons    Sam 15 Avr 2017 - 23:36

Le contraire de l'amour étant la haine, et ces deux sentiments étant en fait deux facettes d'une même médaille — parait-il, alors il n'y avait qu'une seule façon de détester la Saint-Valentin qui ne veuille pas un peu dire qu'il ressentait quelque chose pour elle. La détester, c'était encore trop gentil. Il ne pouvait pas lui accorder une telle importance. Elle ne le méritait pas.
En toute bonne logique, Cyril avait alors décidé de l'ignorer. De A à Z, de la manière la plus totale possible ; pas un regard ne serait accordé à la date, aux sourires niais ou aux petits cœurs accrochés un peu partout par des pensionnaires adorables — il ne pouvait quand même pas leur en vouloir d'être amoureux, hein. Des goûts, des couleurs et des croyances, on ne discute pas. Ils avaient le droit de se sentir heureux. Tant mieux pour eux, même.

Au milieu des rires et de tout ce rose, malgré tout, le jeune homme se sentait un peu comme le mari de la veuve.

Il n'aimait pas être sobre et réveillé un quatorze février. Le problème, c'était que se glisser discrètement jusqu'à la cuisine impliquait beaucoup d'efforts ; rien qu'à l'idée de devoir se lever, il avait rabattu les couvertures encore plus haut sur sa tête. « Si t'appelle ça ignorer un truc et pas le laisser t'influencer, t'es le pire menteur de l'univers », avait râlé la voix de Justin — puis, beaucoup plus près et beaucoup plus tangible, c'était la langue de Petit Prince qui était venue lui chatouiller la joue entre deux sommations du type « SORS DE CE LIT, JEUNE HOMME » un peu trop parentales à son goût.
Enfin, bon. Il était sorti du lit, en fin de compte. Il s'était même habillé (c'est à dire qu'il avait changé de débardeur et enfilé un pantalon, ce qui était déjà bien), et avait tant bien que mal enfilé ses chaussures quand son ami à quatre pattes s'était débrouillé pour les lui faire glisser dans les jambes. Tellement de miracles en si peu de temps.

Comme il refusait de croiser n'importe quel visage bienveillant, il avait décidé de prendre des raccourcis. Tout ça pour se rappeler qu'il ne risquait pas d'y avoir de raccourcis dans ce manoir, réussir à se perdre tellement il était réveillé, se prendre une gommette sur la figure en guise de bonjour — merci Cordell — et atterrir à l'angle d'un couloir sans réussir à savoir combien de temps avait pu s'écouler au juste depuis qu'il était parti.
Il avait perdu son fourmilier, en plus.
Quelle journée de merde.

« Si j'étais un magicien, où me cacherais-je ? »

La voix sur sa droite le fit agripper l'angle et se pencher en avant sans lui laisser le temps de réfléchir au pourquoi. Et, wow. Ces vêtements. Ces cheveux. Une véritable œuvre d'art.
Sourcils haussés, il lâcha le mur et fit quelques pas dans sa direction.

« Daaaans un chapeau ? »

Il n'allait quand même pas laisser M. Loyal chercher tout seul. La politesse et l'entraide, tout ça, ça le connaissait. Ses parents l'avaient super bien élevé.
Le temps qu'ils avaient bien voulu le faire, en tout cas.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


« Allongé, le corps est mort ; pour des milliers, c'est un homme qui dort.
A moitié pleine est l'amphore ; c'est à moitié vide qu'on la voit sans effort.
Voir la vie, son côté pile - oh philosophie, dis-moi des élégies.
Le bonheur, lui me fait peur -

D'avoir tant d'envies, et j'ai un souffle au cœur. »

Go ahead and play dead - I know that you can hear this :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[SV] Fleurs et violons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Couloirs-
Sauter vers: