AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You look better when I'm drunk ▬ Zuriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
(2r1 chuupa bouré tmtc)
Alex Cavecchio
Alex Cavecchio

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Empty0 / 1000 / 100You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Empty

• Age : 26
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinas ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 85
Inscrit le : 13/08/2012

You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  _
MessageSujet: You look better when I'm drunk ▬ Zuriel    You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Icon_minitimeVen 28 Juin 2019 - 22:26


Dans le temps, crever la dalle à 4h du matin n’aurait jamais posé problème à Alex. Mettre Steam en pause, sortir de sa chambre et traverser l’appartement en calbute sans réveiller personne, ouvrir le frigo, prendre un Coca et du saucisson, refermer le frigo, retourner dans sa chambre – tout ça ne prenait pas plus de 5 minutes. Même pas besoin d’y réfléchir.
Oui, mais ça, c’était la belle époque. Avant le Pensionnat. Avant de devoir s’exfiltrer de son dortoir avec une discrétion absolue sous peine de réveiller les trois cavaliers de l’Apocalypse avec lesquels il le partageait. Parcourir des kilomètres de couloirs en évitant les psychopathes qui y rôdaient la nuit sans se perdre ni se faire agresser par le mobilier.
Et enfin, arrivé à la cuisine, prier pour que 1) le frigo soit de bonne humeur et 2) personne ne soit déjà en train de squatter pour faire des galipettes.
Oui parce que la cuisine était interdite aux yeux et oreilles chastes d’environ 1h du matin à 4h30. Après s’être fait avoir plusieurs fois – moments de gêne en perspective – Alex avait presque envisagé de mettre une pancarte préventive sur la porte.
Et puis il s’était dit que merde quand même, c’était dégueulasse et qu’il allait pas encourager les gens à crader la cuisine. Il mangeait là-bas, quoi, merde.

En attendant, ce problème n’étant pas près de se résoudre du jour au lendemain, le latino décida, à 3h47 très précises, d’éviter tout malentendu en allant évacuer sa fringale nocturne ailleurs. Or, il n’y avait qu’un seul autre endroit au Pensionnat où il y avait moyen de trouver de la bouffe – et son nom en faisait frémir plus d’un : le GGL.
Personnellement, Alex n’avait rien contre le GGL – c’était un truc de meufs, certes, mais il faisait de la bouffe. Et comme toutes ces complications le faisaient quand même royalement chier, il décida, en guise de protestation, qu’il allait pas non plus se faire chier à s’habiller pour aller chercher un casse-croûte de 4h. Non mais.
C’est ainsi qu’Alex se retrouva au GGL en calbute-t-shirt à 3h55 du matin.
C’était un lundi.

Parce qu’il était du genre à se croire malin, le jeune homme ne prit pas la peine d’allumer la lumière en entrant – bien content déjà que la porte soit déverrouillée, et pas pressé de voir qui que ce soit débarquer pour lui casser les oreilles – et se dirigea vers le frigo derrière le comptoir d’un pas décidé. L’ouvrit, en tira une plaquette de beurre en se disant que des tartines ce serait quand même une chouette idée, fit demi-tour avec le machin en équilibre sur le beurrier dans une main, un couteau et une miche de pain dans l’autre, puis entreprit d’aller se jeter sur le siège plus proche.
Comme on pouvait s’y attendre, il se prit le coin d’une table en plein genou.

« ¡PUTA MADRE! »

Un fracas de porcelaine brisée accompagna et la chute magistrale du beurrier sur le carrelage, et cette superbe démonstration d’éloquence.
Lorsqu'il se retrouvait seul - ce qui n'arrivait finalement pas si souvent que ça - la bouche d'Alex ne connaissait plus que l'espagnol. C'était comme ça qu'on parlait, à la maison ; le français c'était réservé au quartier et au bahut.
Et sûrement pas aux connasses de tables mal rangées.

« ¡Pinche joder, qué coño! »

Et caetera, et caetera. Le latino poursuivit sur sa lancée un bon moment, à moitié assis sur sa chaise à se masser le genou, avant de tomber à court d’inspiration. Il jeta alors un regard mauvais à la plaquette de beurre fondue au dixième - mais toujours d'un bloc et bien brillante - qui était allée glisser sur plusieurs mètres pour s'immobiliser devant l'entrée.
Qu’on compte pas sur lui pour aller la récupérer, pensa-t-il avec la plus mauvaise foi du monde.
Et sur ce, il alla se chercher un muffin dans le présentoir le plus proche et retourna s’asseoir pour lui faire sa fête.
Revenir en haut Aller en bas
 

You look better when I'm drunk ▬ Zuriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Au Glossy Gloomy Lovyou-
Sauter vers: