AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You look better when I'm drunk ▬ Zuriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
(2r1 chuupa bouré tmtc)
Alex Cavecchio
Alex Cavecchio

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Sköll
-
You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Empty0 / 1000 / 100You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Empty

• Age : 29
• Pouvoir : Faire des grues. Des vraies.
• AEA : Echo. Chauve-souris. Fonction : brise-vitres. Spécimen défaillant.
• Petit(e) ami(e) : Pas assez de latinas ici.

RP en cours : Carpets. Bitch plz.

Messages : 85
Inscrit le : 13/08/2012

You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  _
MessageSujet: You look better when I'm drunk ▬ Zuriel    You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Icon_minitimeVen 28 Juin 2019 - 22:26


Dans le temps, crever la dalle à 4h du matin n’aurait jamais posé problème à Alex. Mettre Steam en pause, sortir de sa chambre et traverser l’appartement en calbute sans réveiller personne, ouvrir le frigo, prendre un Coca et du saucisson, refermer le frigo, retourner dans sa chambre – tout ça ne prenait pas plus de 5 minutes. Même pas besoin d’y réfléchir.
Oui, mais ça, c’était la belle époque. Avant le Pensionnat. Avant de devoir s’exfiltrer de son dortoir avec une discrétion absolue sous peine de réveiller les trois cavaliers de l’Apocalypse avec lesquels il le partageait. Parcourir des kilomètres de couloirs en évitant les psychopathes qui y rôdaient la nuit sans se perdre ni se faire agresser par le mobilier.
Et enfin, arrivé à la cuisine, prier pour que 1) le frigo soit de bonne humeur et 2) personne ne soit déjà en train de squatter pour faire des galipettes.
Oui parce que la cuisine était interdite aux yeux et oreilles chastes d’environ 1h du matin à 4h30. Après s’être fait avoir plusieurs fois – moments de gêne en perspective – Alex avait presque envisagé de mettre une pancarte préventive sur la porte.
Et puis il s’était dit que merde quand même, c’était dégueulasse et qu’il allait pas encourager les gens à crader la cuisine. Il mangeait là-bas, quoi, merde.

En attendant, ce problème n’étant pas près de se résoudre du jour au lendemain, le latino décida, à 3h47 très précises, d’éviter tout malentendu en allant évacuer sa fringale nocturne ailleurs. Or, il n’y avait qu’un seul autre endroit au Pensionnat où il y avait moyen de trouver de la bouffe – et son nom en faisait frémir plus d’un : le GGL.
Personnellement, Alex n’avait rien contre le GGL – c’était un truc de meufs, certes, mais il faisait de la bouffe. Et comme toutes ces complications le faisaient quand même royalement chier, il décida, en guise de protestation, qu’il allait pas non plus se faire chier à s’habiller pour aller chercher un casse-croûte de 4h. Non mais.
C’est ainsi qu’Alex se retrouva au GGL en calbute-t-shirt à 3h55 du matin.
C’était un lundi.

Parce qu’il était du genre à se croire malin, le jeune homme ne prit pas la peine d’allumer la lumière en entrant – bien content déjà que la porte soit déverrouillée, et pas pressé de voir qui que ce soit débarquer pour lui casser les oreilles – et se dirigea vers le frigo derrière le comptoir d’un pas décidé. L’ouvrit, en tira une plaquette de beurre en se disant que des tartines ce serait quand même une chouette idée, fit demi-tour avec le machin en équilibre sur le beurrier dans une main, un couteau et une miche de pain dans l’autre, puis entreprit d’aller se jeter sur le siège plus proche.
Comme on pouvait s’y attendre, il se prit le coin d’une table en plein genou.

« ¡PUTA MADRE! »

Un fracas de porcelaine brisée accompagna et la chute magistrale du beurrier sur le carrelage, et cette superbe démonstration d’éloquence.
Lorsqu'il se retrouvait seul - ce qui n'arrivait finalement pas si souvent que ça - la bouche d'Alex ne connaissait plus que l'espagnol. C'était comme ça qu'on parlait, à la maison ; le français c'était réservé au quartier et au bahut.
Et sûrement pas aux connasses de tables mal rangées.

« ¡Pinche joder, qué coño! »

Et caetera, et caetera. Le latino poursuivit sur sa lancée un bon moment, à moitié assis sur sa chaise à se masser le genou, avant de tomber à court d’inspiration. Il jeta alors un regard mauvais à la plaquette de beurre fondue au dixième - mais toujours d'un bloc et bien brillante - qui était allée glisser sur plusieurs mètres pour s'immobiliser devant l'entrée.
Qu’on compte pas sur lui pour aller la récupérer, pensa-t-il avec la plus mauvaise foi du monde.
Et sur ce, il alla se chercher un muffin dans le présentoir le plus proche et retourna s’asseoir pour lui faire sa fête.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  738254SkllNowelAlex
#544c88
MP ▬ Ralph
Revenir en haut Aller en bas
Pensionnaire
Zuriel Christensen
Zuriel Christensen

+
Masculin Pseudo Hors-RP : Ayu
-
You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Empty0 / 1000 / 100You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Empty

• Age : 28
• Pouvoir : Il se reçoit un verre d'eau à chaque fois qu'il a des pensées déplacées.
• AEA : Zeus, le vaillant pigeon.
• Petit(e) ami(e) : Il trompe les spaghettis avec les raviolis.

RP en cours : Un jour. Peut-être. Sans doute.

Messages : 82
Inscrit le : 25/11/2013

You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  _
MessageSujet: Re: You look better when I'm drunk ▬ Zuriel    You look better when I'm drunk ▬ Zuriel  Icon_minitimeJeu 30 Avr 2020 - 20:15

Il est 4 heures du matin et Zuriel est réveillé et il a faim.

Est-ce qu'il est réveillé parce qu'il a faim, ou bien a-t-il faim parce qu'il est réveillé et que la faim est comme un état permanent chez lui dès lors qu'il est conscient? Voilà bien une question digne des plus grands débats philosophique.

La vérité est cependant moins manichéenne, un mélange de nombreuses circonstances qui le mène à la cafétéria à cette heure tardive et très matinale à la fois;

La vérité est que Zuriel n'a pas dormi de la nuit puisqu'il s'est réveillé à 15 heures, puis a fait une sieste de 18 heures jusqu'à 20 heures et des bananes, et ce fait n'a pas du tout sommeil. Et il a très faim parce qu'il a presque toujours faim, mais surtout parce qu'il n'a fait que grignoter des restes de gâteaux apéros ainsi que des confiseries sucrées et bonbons en tout genre depuis qu'il est réveillé de sa sieste.

Donc, Zuriel a très faim. Une faim de loup. Une faim qui le pousse enfin à s'extirper de son lit à presque 4 heures du matin, ce qui, en soit, est un exploit incroyable. Ses camarades de chambres (Zuriel n'est même pas certain qu'ils soient tous dans leur lit et il s'en fiche bien) ne font pas un bruit alors qu'il sort de celle-ci avec la discrétion d'une troupe de moutons en furie.

Zuriel n'hésite pas un instant sur sa destination parce qu'il n'a que moyennement envie de se retrouver face à un couple sur lesquels la pièce agit comme un aphrodisiaque à ces heures ci. Zuriel ne voit pas ce qu'il y de sexy dans la cuisine, à part la nourriture, mais il n'est, de toute manière, pas d'humeur à fouiller le frigo.

Il ne fréquente pas le GGL de manière assidue, mais ils ont de bons éléments de brunch, et Zuriel est bien trop affamé pour dire non à cela. En plus, là bas, il est presque certain qu'il y sera bel et bien seul avec sa réflexion et son régime alimentaire questionnable.
Enfin, en toute logique, il devrait être seul.

Il commence à avoir de sévères doutes sur cette possibilité quand il dans le couloir menant au GGL et qu'il entend une voix récitant une incantation en ce qui semblait être de l'espagnol - ou du latin, ou bien un autre langage inconnu et satanique, Zuriel n'entends pas les mots assez clairement pour juger avec son level limité en langues étrangères. L'important n'est pas la langue, mais le fait qu'il y a quelqu'un au GGL à 4 heures du matin. Enfin quelqu'un, c'est une pensée positive. Connaissant la population du pensionnat, et le pensionnat en lui-même, il pourrait s'agir d'un boeuf volant comme d'un fantôme.

Dieu, même un humain pourrait être une horrible nouvelle pour lui.

L'incantation semble être terminée lorsque Zuriel arrive à la porte, ce qui n'est pas plus rassurant. Il pèse le pour et le contre rapidement, la main au dessus de la poignée, et le calcul des probabilités ne fait pas le poids face à la faim. Il se peut qu'il va mourir dans d'atroces souffrances en franchissant le pas de la porte, mais, très franchement, il a très faim et aussi beaucoup la flemme de faire demi-tour pour aller à la cuisine. Et il s'en fiche un peu de perdre la vie, mais ça, c'est autre chose.

Il ouvre la porte sur la quasi-obscurité du GGL. Il entend un bruit similaire à un hamster au loin, mais sinon rien d'alarmant. De ce fait il rentre dans la pièce.

Tout arrive très rapidement à la suite de son action.

Il hurle; un cri très aigu qui brise le silence, alors que son pied glisse sur un objet non-identifié qui emporte sa jambe et lui fait faire une drôle de grand écart avant qu'il ne perde son équilibre et bascule brusquement en avant, puis sur le côté, puis sur l'arrière.

Sa tête tape le sol tel un boxer cherchant à briser des dents, et Zuriel touche la voie lactée avec son âme alors qu'elle quitte son corps.

« Ouch. »
Revenir en haut Aller en bas
 

You look better when I'm drunk ▬ Zuriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: Le Rez-de-Chaussée ::. :: Au Glossy Gloomy Lovyou-
Sauter vers: