AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 ...
Voir le deal
564 €

Partagez | 
 

 Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nouveau/Nouvelle
Valtas "Poings d'Acier"
Valtas

+
Masculin Pseudo Hors-RP : ?
-
Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ? Empty0 / 1000 / 100Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ? Empty

• Age : 20
• Pouvoir : Incapable de frapper les gens (poings ou armes rebondissent comme du caoutchouc).
• AEA : Chouette Hulotte nommée Mademoiselle Plume
• Petit(e) ami(e) : Critère de sélection : Bien faire la tarte aux myrtilles.

Messages : 1
Inscrit le : 05/05/2020

Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ? _
MessageSujet: Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ?   Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ? Icon_minitimeMer 6 Mai 2020 - 0:06

Personnage:

Nom : Fils d'Oddak le Broyeur de Crânes
Prénom : Valtas
Surnom : "Poings d'Acier"
Sexe : Masculin
Âge : 18 ans (presque)
Date de naissance : Il y a 18 ans environ, pendant la saison chaude.
Orientation sexuelle : Officiellement hétéro, possiblement gay / bi en vérité, mais il n'en a pas conscience.
Nationalité : Barbare du clan des Pattes Folles

Histoire :
L'histoire se passe sur la Terre de Fangh (univers issu des jeux de rôle parodiques Naheulbeuk). Les clans barbares vivent dans un territoire de type steppes appelé les Terres Sauvages.
J'ai volontairement construit l'histoire en scènes "à reculons" afin de ménager le suspense, mais n'hésitez surtout pas à me dire si ce n'est pas clair ou si ça pose problème.


Un barbare, un vrai ! (15 ans)

Valtas était content. Ils s’étaient battus contre le clan des Fendeurs de Têtes toute la matinée – c’était marrant. Ensuite, Valtas avait bien mangé – c’était bon. Le guerrier vida sa choppe de bière et lâcha un rot si bruyant que la table en trembla, suscitant les rires de ses congénères barbares, auxquels il se joignit. Ce qui rendait Valtas encore plus content, c’était qu’il était l’heure de la tarte au myrtille. Valtas aimait la tarte au myrtilles. Valtas se leva d’un pas décidé pour se resservir une choppe et prendre de la tarte. Il avait repéré celle du milieu, la plus grosse, la plus belle, celle de Lorga, pour sûr. Lorga mettait du miel et beaucoup de beurre dedans – c’était bon. Mais, alors qu’il arrivait à la table où étaient posées les tartes, un autre barbare, qui le dépassait d’une bonne tête et sans doute de 2 ou 3 ans, se saisit de la tarte de Lorga. Toute la tarte, bien sûr – les barbares ne partageaient pas.

- Hé ! Grogna Valtas. Tarte pour Valtas !
- Karouf prendre tarte, Karouf manger tarte ! rétorqua l’intéressé.

Valtas lui répondit d’une élégante mandale de sa choppe vide, qui percuta l’importun en pleine mâchoire et l’envoya valser au sol. Le coup était suffisamment puissant pour lui faire voir des oiseaux, mais Karouf n’était pas assez intelligent pour cela. Karouf tomba sur un autre guerrier barbare, déclenchant une baston générale. Valtas enfila sa tarte en quatre bouchées, puis s’y joignit de bon cœur – la baston, c’était marrant.

Oddak le Broyeur de Crânes, chef du clan des Pattes Folles, avait observé le conflit avec beaucoup d’intérêt. Quelques années plutôt, il n’aurait jamais cru assister à une telle scène. Valtas, son fils, était enfin devenu un homme, et un barbare, un vrai ! Il était bien loin le temps où on l’appelait « Valtas le Chialeur » !

Valtas le Chialeur (8 ans)


Oddak faisait le tour du village, observant les occupations de chacun. En tant que chef du Clan des Pattes Folles, c’était à lui le que revenait le devoir de maintenir l’ordre et de s’assurer que chacun vaque bien à ses occupations. C’était un travail très important !
Ici, les brasseurs brassaient de la bière – c’était bien, il fallait toujours plus de bière. Là, quelques gars affalés près d’un feu picolaient de la liqueur de marguerite à même le tonneau en riant grassement à une blague grivoise – c’était important aussi, la picole et les blagues ! Quelques grands gaillards rentraient de la chasse, les bras chargés de proies, accompagnés par quelques femmes qui portaient en chantonnant un grand panier de myrtilles – miam, le dîner allait être bon ! Une bande de guerriers se castagnaient pour savoir qui était le plus fort – la routine.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ! Oddak allait rentrer réclamer un ragoût à l’une de ses cinq femmes, lorsque Tyra arriva en courant, rouge et essoufflée, tenant fermement par le bras sa petite Lorga, en larmes.

- Oddak ! Valtas montrer choses bizarres Lorga !

Imaginant le pire, Oddak se précipita dans la direction indiquée, tandis que Tyra entrainait Lorga dans leur hutte familiale.
A son arrivée, le chef vit la plupart des enfants du villages, en tas, en train de cogner sur un seul d’entre eux – il était facile de deviner lequel. Il s’avança d’un pas lourd et attrapa deux gamins par le bras pour les éloigner, dans un grondement guttural. Immédiatement, le troupeau s’éparpilla comme une volée de moineaux, révélant le jeune Valtas, roulé en boule autour de quelque chose et sanglotant comme un bébé.

Oddak saisit fermement son fils par les épaules et le mit debout sur ses pieds.

- Valtas pas pleurer. Pleurer faible ! Valtas fils Oddak. Valtas pas faible ! Valtas fracasser petites faces de trolls ! s’égosilla Oddak, ce qui eut pour seul effet de faire pleurer l’enfant deux fois plus fort.

Oddak soupira. Cela faisait deux ans déjà qu’il avait récupéré Valtas, mais il avait bien peur que sa mère l’ait gâté à un point irrécupérrable. On n’avait pas idée de laisser un enfant devenir un tel chialeur!

Oddak entendit alors Tyra jurer au loin, et se souvint de la raison de sa venue. Il étudia de haut en bas son fils, qui portait toujours son pagne. Valtas serrait contre lui un objet étrange, en forme de pierre plates avec des lignes droites et des coins, mais semblant fait de peaux blanchâtres reliées entre elle par un robuste pan de cuir qui les recouvrait.

- Quoi ça ?! demanda Oddak.
- C’est un livre, Oddak ! C’est maman qui me l’a donné, c’était mon cadeau, je voulais juste montrer les images à Lorga et puis…

Oddak leva la main pour interrompre son fils, le regard légèrement vide. Il n’avait rien compris aux élucubrations de Valtas. L’enfant compris le problème et reprit en cherchant, avec hésitation, à formuler une phrase compréhensible.

- Mama… Mama donné ça Valtas. Valtas montré Lorga, Tyra fâchée.

Oddak arracha le livre à son fils.

- Pas montrer. Barbare pas besoin ça. Bêtises de faibles.
- Mais… mais mama…
- Mama morte.
Riposta son père avec une taloche derrière la tête. Oddak décide. Brûler truc. Valtas devenir barbare.

Oddak partit alors, vers le feu de camp le plus proche pour mettre ses paroles à exécution. Valtas voulut lui courir après, mais il trébucha sur une pierre et s’étala de tout son long. Au loin, il put voir son père jeter son livre, son bien le plus précieux, la dernière chose qu’il lui restait de sa mère, dans les flammes. De lancinants sanglots lui déchirèrent la poitrine.
Au loin, il entendit les gamins du village qui ricanaient.

- Valtas le Chialeur ! Valtas le Chialeur !
Ce surnom allait le suivre durant des années.

***
Valtas avait 7 ans lorsque sa mère disparut subitement et sans laisser de trace. Son grand-père maternelle, qui ne voulait pas avoir à s’occuper de celui qu’il avait toujours considéré comme un sauvage, chargea alors une compagnie d’aventuriers assez minable d’aller le déposer chez son père.

Le petit bibliothécaire (5 ans)


- Bonjour Madame !
- Oh, qu’il est mignon !
commenta la visiteuse de la Grande Bibliothèque de Glargh, une dame d’une cinquantaine d’années visiblement fortunée accompagnée de sa suivante. Tu es le nouveau bibliothécaire, mon garçon ?

Valyrias se redressa, tout fier. Il était assis à un bureau miniature placé juste à côté du véritable bureau d’accueil, qui était pour l’heure inoccupé.

- C’est Mama la biliothécaire ! Mais elle range les livres alors je peux vous aider moi !
- Oh, c’est adorable ! s’extasia la dame de plus belle. Et bien, nous cherchons un livre sur les tapisseries anciennes.
- Humm, fit l’enfant en se frottant le menton d’un air songeur. Laissez-moi demander à mon asstitante.

Valyrias se tourna alors vers une sublime chouette hulotte en peluche, grandeur nature, posée sur son petit bureau.

- Mamoidselle Plume, savez-vous où sont les livres sur les ta-pi-sse-ries an-ciennes ?
** Troisième rangée, sixième colonne, deuxième étage. ** Hulula la voix familière de son amie imaginaire, que lui seul pouvait entendre, évidemment. Sa mère faisait semblant parfois, mais il n’était pas dupe. Il lui semblait que Mademoiselle Plume avait fait partie de sa vie depuis toujours, et elle n’était là que pour lui, il le savait bien.

- Suivez-moi, s’il vous plait. Dit-il à la visiteuse, tout fier de pouvoir la renseigner. En vérité, il connaissait tout simplement la bibliothèque par cœur, car il y avait passé toute sa vie, mais il était persuadé que c’était bien Mademoiselle Plume qui lui avait soufflé la bonne réponse – et d’une certaine manière, c’était vraiment le cas.

Il accompagna les visiteuses jusqu’au rayon souhaité, puis s’éclipsa pour se rendre dans sa propre section préférée, celle des contes et légendes, où les livres étaient de lourds tomes ouvragées aux pages ornées de gravures peintes plus belles les unes que les autres.

Cependant, les livres les plus intéressants étaient placés en hauteur, bien au-delà de sa portée. Le petit garçon testa la solidité d’une étagère avec ses mains, puis entreprit d’escalader la bibliothèque.

**Valyrias, voyons !** le reprit Mademoiselle Plume.** Tu sais bien que Mama ne veut pas que tu grimpes sur la bibliothèque ! C’est dangereux, tu sais ?**

L’enfant s’apprêtait à ignorer les propos moralisateurs de son amie, lorsqu’il entendit des pas qu’il aurait reconnu entre mille. Il descendit immédiatement et, lorsque sa mère arriva, elle le trouva sagement assis par terre en train de feuilleter un des livres du bas. Il l’accueillit avec un sourire innocent, puis courut lui faire un câlin. Elle le serra fort contre elle.

- C’est là que tu te cachais, Val ?

Clémence Moineau était une très belle jeune femme, blonde avec des yeux d’un bleu-gris troublant. Beaucoup supposaient qu’un lointain sang elfique coulait dans ses veines. Son père était riche, et elle aurait pu se prélasser chez lui à ne rien faire, mais elle préférait de loin apprendre et voyager à travers les livres, et c’était pour ça qu’elle était devenue la Bibliothécaire en chef de la Grande Bibliothèque de Glargh, la plus illustre bibliothèque de la terre de Fangh.

Ils s’installèrent dans son fauteuil préféré, et elle lui lut une histoire de princesse, de chevalier et de dragon, au cours de laquelle le jeune Valyrias s’endormit paisiblement dans les bras de sa maman.

***
Dans la logique de cette chronologie inversée, la scène suivante devrait être les circonstances ayant mené à la naissance de Valtas « Poings d’Acier » // Valyrias Moineau. Cependant, le lecteur avisé se doute bien qu’une jeune femme aussi belle et intelligente que Clémence n’est pas tombée amoureuse d’un barbare aussi fruste et brutal qu’Oddak. Je me contenterais donc de préciser que Glargh est la ville la plus proche des terres Sauvages et qu’ils se sont rencontrés au cours d’un raid.
J’ajoute que le grand-père de Val s’est trompé et a donné aux aventuriers des instructions l’envoyant chez le mauvais barbare. Cependant, les aventuriers étaient tellement quiches qu’ils se sont trompés de chef – et l’ont donc amené chez son père.


Le Portail (Maintenant)

Je garde la version « rédigée » pour mon rp d’arrivée si vous le permettez, mais le contenu sera le même.
Valtas a décidé d’aller soloter un donjon. Il parcourt donc les Terres Sauvages tout seul, sans armes (il n’a pas besoin d’armes, il est Valtas « Poings d’Acier », son arme, c’est lui). Et là il tombe sur une grande bâtisse en pierre claire aux airs de château et il se dit « Donjon. Baston. Loot. » Et puis il rentre.



Caractère :
Valtas est un barbare pur et dur. Chez lui, les problèmes se résolvent par la baston et uniquement par la baston (vous l’aurez compris, en général il ne réfléchit pas beaucoup). Il aime manger, boire et filer des mandales. En revanche, lors des pillages, contrairement à la plupart de ses semblables, ça ne l’intéresse pas, mais alors vraiment pas, d’aller « faire la connaissances » des jolies filles du coin. Il préfère ramasser des armes, de l’or (pour acheter des armes) ou encore à manger et à boire (il adore la liqueur de framboise et la tarte au myrtilles). Il ne se bat pas systématiquement avec des armes (il est fier de ne pas en avoir besoin), mais il aime collectionner les belles armes, surtout celles dont l’ouvrage est délicat.

Mais avant d’être un barbare violent et sans cervelle, Valtas était un petit garçon sensible, curieux et éveillé, très intelligent pour son âge (à 5 ans, il connaissait le plan de la Grande Bibliothèque de Glargh par cœur et commençait à savoir lire). Il a profondément refoulé à la fois ses émotions et son intelligence (comme on le voit dans l’évolution de son niveau de langage dans l’histoire). Il est possible (mais pas certain) qu’au fil du temps passé dans un lieu où le mot d’ordre n’est pas la baston, et au fil de ses rencontres, il finisse par redécouvrir progressivement cet aspect enfoui au plus profond de lui-même.


Physique :
La caractéristique la plus marquante de Valtas sont ses yeux, d’un profond bleu-gris, qu’il tient de sa mère (aucun barbare n’a des yeux comme ceux-là). Ses traits, un peu plus fins que ceux de la plupart des barbares, évoquent l’ascendance elfique que sa mère était sensée avoir, de même que ses longs cheveux bruns plus fins que ceux des autres barbares, mais ses oreilles sont bien rondes. Son nez est légèrement tordu, car il se l’est fait casser lors de la première baston qu’il a remportée, à l’âge de douze ans. Sa barbe, un peu plus sombre que ses cheveux, est en général taillée, contrairement à celles de beaucoup de barbares. C’est parce que d’un côté il ne veut pas la raser complètement, mais de l’autre elle le chatouille quant elle est longue et il n’aime pas ça. Cette pilosité aurait semblée impressionnante compte tenu de son âge à la plupart des humains des villes de Fangh, mais elle est tout à fait dans les normes pour un barbare (elle est même plutôt arrivée un peu tardivement.
Il est grand pour un humain mais de taille moyenne voire un peu petit pour un barbare, mais bien bâti. Valtas porte en général des vêtements de cuir et de fourrure dont la couvrance dépend de la température extérieure (s’il ne fait pas 8 degrés ou moins, il sera torse nu). Son torse musclé est barré de plusieurs petites cicatrices, vestiges de ses nombreux combats. Ses mains sont étonnamment relativement douces au niveau des paumes car il combat surtout à mains nues, l’avant de ses poings en revanche porte des cals extrêmement solides, le genre qui pourraient mettre un orc k.o. – sauf qu’avec son nouveau pouvoir cela n’est pas possible.
Bien que Valtas se serve assez peu de ses armes, il les porte comme une dame de la cour porterait ses bijoux : pour leur élégance, et pour montrer son prestige, son pouvoir et sa force.

Pouvoir : A chaque fois qu'il essaie de taper quelqu'un ou quelque chose, que ce soit avec son corps (poings, coups de boule, etc.) ou bien avec une arme improvisée ou réelle, ça rebondit systématiquement comme une grosse balle sans faire aucun dégâts. La même chose se produit si quelqu'un essaie de le frapper.

Précisions :
- Ca s'applique à un projectile de toute sorte, y compris une balle de pistolet par exemple, mais pas à une attaque magique comme une boule de feu.
- Si jamais il devait essayer d'étrangler quelqu'un, il rebondirait également et n'arriverait donc pas à avoir de prise.
- Il n'y a aucune façon qu'il puisse s'en servir pour faire du mal à quelqu'un, mais d'une certaine manière ça ne le rend pas "vulnérable" puisque les gens ne peuvent pas le frapper non plus.
- S'il pousse un petit objet de toutes ses forces, ce n'est pas lui qui va rebondir dessus, l'objet va tomber mais rebondir et revenir à sa place sans dégâts.
- Il peut toujours utiliser sa force de barbare pour soulever des choses lourdes, etc.

Alter Ego Astral : Une chouette hulotte nommée Mademoiselle Plume. A l'époque où il vivait avec sa mère, elle était en fait une peluche, mais ressemble désormais à une véritable chouette. Il a perdu la peluche (et donc la trace de Mademoiselle Plume) lorsqu'il a déménagé. Elle a donc été transporté au PI, ce qui a fait d'elle une "vraie chouette".
Elle sait beaucoup de chose et lui sert en quelque sorte de conscience. Evidemment, Mademoiselle Plume attend un langage poli et structuré et un comportement exemplaire et n'hésitera pas à le reprendre.

Passion(s) :
- La tarte aux myrtilles
- La baston
- Les belles armes
- Boire
- Crom, Dieu barbare de la Baston
- (Enfant) : Lire, apprendre
- (Enfant) : Explorer, découvrir, chasse aux trésors

N'aime pas :
- Les insultes (ça mérite une mandale)
- Quand il n'y a pas à manger ou à boire (de l'alcool)

Phobie(s) :
Sa plus grande peur est de se confronter à "Valtas le Chialeur". Il a enterré cette part de lui-même très profond, et ne pense pas que sa curiosité intellectuelle soit dissociable de ce qu'il conçoit comme sa "faiblesse". Il surjoue donc le barbare bourrin sans même sans rendre compte.

Informations Hors-RP :

Avez-vous bien lu les règles ? paracétamol
Où avez vous trouvé ce forum ? En 2020 : dans mes souvenirs. En 2013 : je ne sais plus, ça fait 7 ans.
Souhaitez-vous être Parrainé ?[b] Non, ça ira, je pense connaitre la maison, merci.

[b]Est ce votre premier perso...

♦ ...Dans un forum RP ? Non, je faisais déjà du RP en cinquième.
♦ ...Dans ce forum ? J'étais membre ici en 2013 sous le "pseudo joueur" de Blue, et puis j'ai eu des soucis personnels (décès familiaux, gros problèmes de santé, etc.) et j'ai lâché beaucoup de choses, notamment le jeu de rôle (je tiens à m'excuser auprès des joueurs que j'ai laissé en plan à l'époque, j'en ai reconnu plus d'un). Aujourd'hui, les choses se sont plus ou moins calmées et j'ai décidé de m'y remettre. ^^ J'ai ressenti le besoin de commencer par un angle nouveau (mon tout premier perso masculin sur forum !), mais il n'est pas exclu que d'ici quelques mois lorsque j'aurais repris mes marques, je vienne demander si je peux ressusciter ma petite Alexandra Blackwood. Mes autres persos étaient Nuojing Bellerose et Anouk.

Autres : J'ai été obligée de prendre le modèle de fiche proposé ici https://pensionnat-interdit.actifforum.com/t3078-votre-fiche car visiblement je ne sais toujours pas vraiment coder et ça donnait n'importe quoi avec le modèle v2 (il me manquait tout un pan de données qui étaient présentes dans l'éditeur mais n'apparaissaient pas à la publication/prévisualisation. Je m'en excuse.
J'ai essayé de tout de même reprendre les données supplémentaires apparaissant dans la v2 pour "compenser" (en me disant que le contenu avait dû être édité pour une raison), mais n'hésitez surtout pas à me dire si je dois modifier quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
 

Valtas "Poings d'Acier" - Le Guerrier Barbare ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
xX || Pensionnat Interdit || Xx :: .:: À lire avant tout ! ::. :: Registre-
Sauter vers: